Inscription
Connexion
25 oct. 2020, 02:36
 Solo   26/06/2045  Un retour tant attendu...  RP++ 
A travers la fenêtre du compartiment qu'elle partageait avec Christopher, le quai de la voie 93/4 apparaissait lentement. Irene, en tenue moldue, sentait son coeur battre à la chamade. Bientôt, quand le flot d'élèves se serait en grande partie déversé sur le quai, la jeune fille sortirait de son compartiment, avec sa malle et son balai. Elle se retrouverait sur le quai et espèrerait retrouver sa famille. Sa famille qu'elle n'avait plus vue depuis le 1er septembre 2043. Presque deux ans. La jeune fille, stressée, en cet instant, ne pensait plus aux images qui la hantait depuis la mort de Dai Hong Dao, elle ne pensait plus à l'atmosphère étrange, presque pesante du compartiment, elle ne pensait plus au baiser échangé avec Christopher. Non, à ce moment là, les pensées d'Irene n'étaient dirigées que vers sa famille, que vers ses parents, que vers son frère. Et la myriade d'interrogations et de doutes ne cessait d'augmenter à mesure que le train ralentissait. Et si sa famille ne la reconnaissait pas ? Et si ils ne l'aimaient plus ? Et si Devon, son cher Devon, la rejetait ? Ou pire, et si personne n'était venue la chercher ? Qu'ils ne veuillent plus d'elle ou qu'ils... qu'ils se soient fait découvrir par les moldus ? Qu'ils se soient faits embarquer à cause d'elle ?

Les yeux verts rencontrèrent les yeux bleus alors que le train s'immobilisait et que les premiers élèves envahissaient le couloir. Irene, pâle, tâchait de ne rien laisser paraître de ce qu'elle ressentait face à son meilleur ami. Elle ne voulait pas l'embarrasser plus qu'elle ne l'avait déjà fait et surtout elle ne voulait pas se voir refuser un geste de soutien, une main prise, un contact réconfortant, n'importe quoi. Cela l'achèverait. Elle se contenta de dire à Christopher en baissant les yeux :
-Bonnes vacances !

Un faible sourire éclaira son visage que ses yeux tristes et angoissés ternissaient. Son ami dû sentir sa détresse ou simplement se douter de ce qui se tramait dans la tête rousse, du moins, c'était ce que la jeune fille pouvait croire quand il posa sa main sur l'épaule d'Irene. Elle l'aida à sortir sa malle dans le couloir et insista pour rester un peu seule encore, promettant, à la demande du jeune homme, de lui écrire durant les deux mois qui arrivaient. Des élèves sortaient encore des autres compartiments mais Irene ne les voyait pas passer. Prostrée sur sa banquette, sa peur de ce qu'elle trouverait sur le quai l'immobilisait. Tétanisée, elle tentait inconsciemment de repousser le plus possible ce retour. Mais un professeur toqua à la porte du compartiment et lui demanda de sortir, l'aidant à descendre sa malle sur le quai.

Elle y était. Le quai était encore bondé, certaines familles se retrouvaient et discutaient un peu, d'autres avaient déjà quitté les lieux et d'autres enfin se dirigeaient lentement vers la sortie. Irene posa la cage de Dahanah et son précieux Comète 180 sur son bagage et commença à chercher les visages qu'elle avait tant envie de voir, mais qu'elle redoutait presque tout autant.

Le regard de la jeune fille sautait d'une personne à l'autre, sans reconnaître le moindre visage familier, une désagréable sensation montant dans son ventre, une sorte de nausée, semblant vouloir confirmer ses craintes. C'est alors qu'un choc puissant sur son côté manqua de la faire tomber. Malgré le temps, Irene n'eu aucun mal à reconnaître l'étreinte qu'elle recevait. Une boule dans sa gorge se forma, bloquant sa parole, son diaphragme sembla comme pétrifié l'empêchant presque de respirer. Fébrile, elle se blottit comme elle pu dans les bras qui la serraient fortement, rendant une étreinte au moins aussi forte. Le monde autour sembla disparaître petit à petit alors qu'Irene fermait les yeux, le menton relevé et posé sur l'épaule qui lui était accessible, sentant la caresse des cheveux longs de son frère sur son visage.
- Devon... Parvint-elle a prononcer dans un murmure étranglé.

Alors qu'elle retrouvait cette étreinte rassurante, cette étreinte complice qui lui avait tant manquée, les émotions d'Irene débordèrent dans des larmes argentées qui coulaient le long de ses joues pour aller se perdre dans les cheveux sombres du garçon. Elle sentait les épaules de Devon secouées de sanglots silencieux, elle sentait le poids de la tête de son frère sur sa propre épaule, mais plus que tout, elle sentait la présence de son jumeau, qui l'englobait, qui se mélangeait à elle. Il était là.

Actions de Christopher Martin vues avec son joueur

Tallyrenpher, à l'attaque !/ ⇈⇈ Ceci n'est pas un pavé... ⇈⇈ / Des Souris et des Dragons
Irene s'écrit sans accent, merci ! ^^
4ème année RP - M.E.R.L.IN. : Mat / Spid'Irene, la Princesse des Mots-Croisés
27 oct. 2020, 12:04
 Solo   26/06/2045  Un retour tant attendu...  RP++ 
Image
Devon Gates
PNJ

L'excitation de Devon était au plus haut point. Accompagnant son père, le jeune homme avait insisté (et le mot était faible) pour aller avec lui sur le quai de la gare à l'arrivée de ce train de sorciers. Ses parents, au regard de la situation complexe, avaient été durs à convaincre, d'autant plus qu'Ellen était censée travailler ce jour là et qu'il fallait quelqu'un pour garder Eloan. Mais finalement leur mère avait finalement pu se libérer et était restée chez eux à Limerick avec le bébé, laissant Devon partir avec inquiétude. Le jeune homme et son père était arrivé la veille, avaient dormi dans un hôtel qu'ils allaient occuper à nouveau le soir même, ayant prévu de prendre un bateau le lendemain à la première heure. Devon s'était retourné dans tous les sens toute la nuit, peinant à trouver le sommeil, tant il était impatient de voir le lendemain arriver. Et quand enfin l'aube eu commencé à pointer le bout de son nez, chaque heure, chaque minute, chaque seconde lui avait parue être une éternité.

Oh bien sûr, son père l'avait emmené visiter Londres, se promener un peu. Mais Devon n'avait eu de cesse que de surveiller l'heure. Et elle arriva enfin. Les deux Gates s'étaient enfin dirigés vers la gare. L'excitation de Devon commençait à se teinter d'une certaine appréhension, retrouverait-il sa complicité avec sa soeur qu'il n'avait pas vue depuis 2 ans ? De son côté, Irene s'était-elle détachée de lui ? La vérité était que le garçon avait autant besoin de sa soeur qu'Irene avait besoin de lui. Si elle le rejetait, cela serait très pénible pour l'adolescent. Et il pouvait aisément penser que le contexte actuel, tendant les relations entre moldus et sorciers, avait pu mettre des idées dans la tête de sa soeur. Après tout, il ne savait pas exactement comment cela se passait de l'autre côté dans ce Poudlard, peut-être que les jeunes sorciers étaient doucement embrigadés pour attaquer ceux qu'ils appelaient les moldus ? Si Devon avait toute confiance en sa soeur et en son esprit critique, les rares lettres qu'elle avait envoyées à sa famille durant ces derniers longs mois étaient restées évasives, contenant au mieux des articles de journaux sorciers, mais diffusant que peu d'informations autres que des simples "tout va bien pour moi". Elle faisait parfois mention des "Ailes d'Airain" ou de quelques noms, "Christopher" revenait assez souvent, mais elle ne rentrait que peu dans les détails, comme si elle avait transposé à l'écrit sa fâcheuse habitude de ne lâcher que quelques mots dans une discussion.

Avec son père, redoublant de prudence, Devon était passé au travers de la fausse barrière de pierre. C'était toujours un sentiment étrange qui le traversait et la curiosité de comprendre comment cette illusion fonctionnait le taraudait. Mais là il n'avait pas le temps de s'appesantir dessus. Le quai était déjà bondé et le train arrivait. Connaissant l'aversion de sa soeur pour les foules, Devon s'attendait à la voir sortir parmi les derniers du train, pourtant, peu intéressé par la magie évidente de certains adultes patientant sur le quai, le jeune brun fixait chaque tête qu'il voyait sortir du train, cherchant celle de sa soeur. Son père, silencieux, cherchait tout autant. Ce fut lui, avantagé par sa taille, qui repéra la jeune fille le premier et tapota l'épaule de son fils aîné pour la lui désigner.

Elle était bien là, sa chevelure rousse étalée sur ses épaules, pendant que son regard glissait sur les gens, à l'opposé de l'endroit où Devon et leur père se trouvaient. Elle avait changé. Physiquement, Devon se prit la nouvelle image de sa soeur en pleine tête. Choqué, n'ayant pas songé un seul instant qu'elle aurait grandit elle aussi, Devon l'observa immobile, presqu'inquiet de s'être trompé. Pourtant, comme mu par un instinct tout particulier, le jeune homme se précipita sur sa soeur et l'enlaça. Cela faisait presque deux ans.

Il la sentit se raidir de surprise, puis se tourner pour lui rendre son étreinte alors qu'il reposait son menton sur son épaule. Cela faisait presque deux ans. Presque deux années. Les larmes lui montèrent aux yeux en même temps que leurs soeurs roulaient sur les joues d'Irene. Il pleurait silencieusement, si heureux d'être enfin à nouveau aussi proche d'elle, de pouvoir reformer ce duo qu'ils avaient toujours été, depuis leur conception même. Elle murmura son nom, provoquant un nouveau sanglot chez le jeune homme qui se sentait comme à nouveau pleinement lui-même. Oui c'était Irene et ça faisait presque deux ans, mais à présent, elle était là.

Tallyrenpher, à l'attaque !/ ⇈⇈ Ceci n'est pas un pavé... ⇈⇈ / Des Souris et des Dragons
Irene s'écrit sans accent, merci ! ^^
4ème année RP - M.E.R.L.IN. : Mat / Spid'Irene, la Princesse des Mots-Croisés