Inscription
Connexion

3 mai 2020, 00:48
 PV  Il n’y a rien, madame... j’espère
J'espère..

Salle de classe,
@Joanne Taylor


Fatigue et dégoût.. Fatigué, tu ne peux plus réfléchir, tu n’as pas dormi n’est ce pas, Maxine ? Ça se voit, t’es yeux sont plissés et remplis d’eau, de larmes que tu gardes pour toi, même si tu n’éprouves rien en les versant. Dégoût, dégoût pour toi même, comment peux tu être comme ça ? A ne rien faire ? Tu ne bouges pas des couloirs hors des cours, et en plus tu restes en uniforme, quelque chose ne vas donc pas, n’est ce pas ? Mais ce n’est pas seulement Lexa mais aussi ta famille, mais tu ne voulais pas penser sur ça, tu te concentrais sur autre chose, même si réfléchir était une bien dure épreuve..Tu ne savais pas quand arrivant à Poudlard, le monde te tournerais dos, les élèves, tes parents, ton frère, ce fichu destin et.. toi même. La personne qui c’est le plus rejeté c’est toi.. Pourquoi tu es stupide Maxine ? Pourquoi avoir perdu espoir de réussir dans la vie, juste pour faire plaisir à des idiots ? Des idiots, mais en vrai, tu les aime un peu, tu as besoin de leurs avis, même ceux désagréable et méchant pour rien, tu en as besoin, pour te sentir.. importante ? Mais pourquoi tu veux être importante enfin, tu ne l’es pas, tu ne le sera jamais. Tu es rien Maxine.. Tu es la petite fille ratée de ta famille, la non importante, celle qui s’est planté, dès le début.

Tu regardais les élèves passaient, tous pleuraient ou étaient tristes. Mais, tout ça n’est pas réel n’est ce pas ? C’est juste le reflet de ton esprit à l’intérieur de toi. A l’extérieur tu parles comme un robot. Un robot, c’est ça.. Tu te souviens des moments parlés avec ton frère au début de l’année, dans la tour d’astronomie en regardant le soleil se lever.. Oui, il te disait d’être courageuse, comme je suis, comme les gens de ta maison. Ahah, tu t’en souviens tu avais rigolé nerveusement en lui jurant que tu n’étais pas ce qu’il disait, que c’était simplement des conneries, juste un faux destin.. Tu voulais juste ne pas montrer ta douleur. Tu lui demandais qui étaient ses professeurs, quand tu te souvenais qu’à part les professeurs des matières de troisième année, tu avais les mêmes que les siens. Ça doit être dure non ? Enfin, pourquoi tu ressens de la compassion pour un professeur Maxine ? C’est eux qui t’empêche de faire ce qui te plais, en tout cas ceux que tu connais.. Il te parlais, oui cette voix dans ta tête c’est lui, il prononce les noms des professeurs et s’ils étaient gentils. Apparement oui, mais il aimait particulièrement une professeure, de « runes » ? Tu ne savais pas trop ce que c’était, mais tu retenais son nom, alors tu te contente de te lever machinalement, toujours en entendant cette voix dans ta tête. Ta main bascule sur le côté, tes mains se posent sur ton sac, et tes doigts agrippent la lanière, et tu le portes. Tu te retires du banc, te rangeant au près des élèves tristes.. Tu regardais devant toi, tes manches d’uniformes trop longues recouvraient ton sac, te donnant chaud à la main droite, elle transpirait, mais était ce vraiment ça ? Ou bien le stresse ? Les deux ? Arête de te poser des questions, s’il te plaît, tu en as pas besoin, car tu n’es rien, peut importe ce que tu ferais. Tu grimpes sur un des escaliers qui tournoyaient dans différentes directions, seule. Non ta tristesse t’accompagnait, même si tu l’as cachait comme un objet interdit, que tu ne devais pas montrer.. Alors tu gravis les marches avec ce lourd poids sur tes épaules, la tristesse, elle ne veut donc pas partir celle la.. Tu arrives devant cette salle de classe, mais tu espères que ce soit celle là, la bonne. Et puis, tu risquais quoi si tu te trompais ? La honte ? Non, tu ne ressentirais rien, refermant la porte. Alors tu t’approche de ce bois qui fait office de porte.. Tu tapes trois fois, et tu as peur. Même sans réponse, tu entres. Elle est là, enfin je crois, si c’est elle.. Pourquoi tu es rentré Maxine ? Pourquoi ? Je t’ai pourtant dis de faire bonne impression. Tu es face à la salle, vide.

Bonjour, professeure. dis tu très machinalement et robotisé.

PLUS ACTIVE / ! \

3 mai 2020, 16:46
 PV  Il n’y a rien, madame... j’espère
Elle était affairée au rangement d’une de ses innombrables armoires. Le nez entre les pierres plates qui servaient à la fabrication des jeunes de runes et les stylos à gravure moldus, elle cherchait un nouveau rangement optimal pour permettre aux jeunes élèves de s’y retrouver sans se blesser. C’était tout de même un comble de se blesser en cours de rune. Elle savait que c’était possible bien sûr, elle l’avait elle-même expérimentait quelques semaines plutôt, ce qui lui avait valu un aller-retour à l’infirmerie. Mais tout cela n’était qu’un lointain souvenir et elle espérait bien que ses élèves n’auraient pas le même genre de problèmes qu’elle.

Elle n’avait pas entendu les coups frappés sur sa porte mais la voix qui retentit dans sa salle de classe l’amena à sortir le nez de l’armoire pour voir … une jeune étudiante, qu’elle n’avait pas dans son cours, pas plus qu’elle n’était de sa maison d’ailleurs à en croire son uniforme. Sourire doux aux lèvres, Joanne demanda « Je peux faire quelque chose pour vous Miss ? Vous vous êtes trompée de salle de classe ? ». Car à dire vrai, peu d’élève venaient voir Joanne en dehors des cours, hormis ceux de sa maison bien entendu mais ils étaient pour la plupart clairement identifiable. Alors si ce n’était pas une erreur, que lui voulait la jeune fille ?

3 mai 2020, 17:05
 PV  Il n’y a rien, madame... j’espère
La professeure leva sa tête vers ta direction avec un sourire aux lèvres.. Gentil, il te donnait confiance. Mais tu ne savais pas vraiment quoi faire ici, enfin ton frère te l’avait dit. Parle Maxine, parle. Il disait qu’elle était gentille, est ce vrai ? C’est ce qu’elle montrait, elle n’avait pas une carrure méchante en ce moment même. Tu n’avais l’avis d’uniquement d’un de tes frères. L’autre ne semblait pas intéressé par cette ancienne langue. Toi tu voulais la prendre, enfin c’est pour ne pas prendre divination, tu es trop stupide pour comprendre ça, tu aurais perdu ton temps, Maxine, même tes rêves sont impossible alors rêve pas de réussir quelque chose, en tout cas de si tôt. Ton visage était paralysé avec de la neutralité, aucun sentiments ne passaient à travers ton visage, on ne savait pas à quoi tu pensais. Je ne sais pas ce que je fiche ici, c’est lui qui me l’a dit. Il m’a guidé, et comme seule parole, parler.
En pensant à tout ça, une larme sortit de ton œil, mais toujours avec un visage neutre, tu l’essuya rapidement.

Je ne sais pas Madame.

Dis tu d’une matière neutre, presque hésitant. Tu baissa ta tête mais parle un petit plus normalement.

Mon frère m’a conduit ici, en me disant de parler. Il dit que ça me ferait du bien, il a dit votre nom, Madame.

Tu releva la tête vers la professeure avec un visage neutre, mais des yeux admirateur, elle au moins, elle a réussi, tu ne réussira jamais, tu es trop stupide pour comprendre quoi que ce soit.

PLUS ACTIVE / ! \

3 mai 2020, 22:47
 PV  Il n’y a rien, madame... j’espère
Joanne ne comprenait pas forcément le comportement de l’élève qui venait d’entrer dans sa salle de classe. Que lui voulait-elle ? Elle répondait à côté et Joanne ne savait pas trop ce qu’elle devait faire. Alors, préférant choisir le silence et attendre que la langue de la petite sorcière se délie, elle s’obstinait à regarder l’adolescente.

Finalement, la jeune fille finit par s’exprimer. Elle évoquait son frère qui visiblement, appréciait les runes. Enfin c’est une conclusion que la trentenaire en tira puisque sinon, l’adolescente ne serait pas là, cela ne faisait aucun doute. Tentant de feindre de ne pas voir la tristesse de la jeune fille, Joanne lui demanda innocemment « Et quel est le nom de votre frère ? Vous savez, je ne connais pas tous les élèves », avec un sourire doux, tout en continuant de ranger cette fichue armoire.

L’esprit de Joanne carburait à toute vitesse, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi la jeune fille venait la voir. Il y avait sans doute d’autres adultes autour d’elle, plus proches d’elle qui pourraient sans doute l’aider dans sa mélancolie ? Joanne le savait, après tout, certains de ses collègues avaient l’air beaucoup plus avenant qu’elle, directrice de Serpentard, soi-disant traitresse et enseignante d’une matière quelque peu méconnue … un sacré CV au final. Elle soupira à cette simple idée, les rumeurs avaient la vie dure au sein du château.

4 mai 2020, 09:27
 PV  Il n’y a rien, madame... j’espère
Tu n’étais pas précise Maxine, comme toujours, comment veux tu qu’elle comprenne quelque chose ? Tes yeux admirateurs se reposèrent. On te demanderais pourquoi. Directrice de ta maison que le destin aurait dû choisir, j’ai déjà entendu quelques rumeurs sur elle, et moi, on m’en balance aussi. Les rumeurs peuvent être nos amies comme nos ennemies. En l’occurrence, nous sommes leurs ennemies. Qu’est ce que j’ai fais pour mériter ça ? Qu’ils se mettent à ma place. Elle ne connaissait pas le nom de mon frère, normal, elle ne sait pas qui tu es, donc comment. Tu es encore une fois stupide, Maxine.

Will... enfin William Hargrove.

Il t’a conduit il y a longtemps, maintenant c’est un idiot, un profond idiot encore plus que toi. Tu faisais le bordel à Poudlard, tu séchais les cours avec ton amie, tu ne respectais pas le règlement, surtout pour le côté vêtement. Et puis, tu avais rejoins la Ligue... Bref, de la stupidité, mais.. Tu as laissé tomber, tu ne réussira pas dans la vie. Pourquoi travailler ? Si c’est pour s’ennuyer sa scolarité et dans le monde adulte..

Je suis désolée.. désolée d’être moi et de faire ce que je fais à Poudlard, je suis stupide, mais..

Tu marquais une courte pause, tu respires et tu la regardes dans les yeux avec un sourire de désespoir.

J’ai peur..

PLUS ACTIVE / ! \

6 mai 2020, 21:57
 PV  Il n’y a rien, madame... j’espère
William Hargrove. Oui, le nom évoqué quelque chose à l’enseignante, un élève plutôt brillant dans sa matière et dont elle n’avait guère de commentaire à faire. Rigoureux et appliqué, il suivait les méthodes avec précision et n’hésitait jamais à poser les questions pour affiner sa réflexion. En somme, un élève que Joanne aimait beaucoup pour son amour des runes. Soit alors. S’il y avait bien quelque chose que Joanne aimait, c’était les élèves qui prenaient plaisir à sa matière et visiblement, le garçon devait en éprouver pas mal pour avoir parlé de son enseignante à sa jeune sœur.

Même si Joanne ne comprenait toujours pas pourquoi la jeune fille était là, elle l’écoutait toutefois attentivement, certaine d’en apprendre davantage. Et subitement, Joanne remit le visage de l’adolescente sur l’une de ces rencontres dont elle aimerait se passer. La jeune fille faisait partie du groupe anti-moldu que les directeurs avaient remonté dans les toilettes abandonnées. Elle poussa un long soupir. « Ah »

Elle ne comprenait pas vraiment les propos de la jeune fille, alors, décidée à en savoir davantage, elle referma la porte de son armoire et alla s’assoie à son bureau tout en invitant la jeune fille à prendre place en face d’elle. « Vous dites que vous êtes stupide, pourquoi dites-vous cela ? ». La trentenaire ne comptait pas perdre son temps avec une écervelée sans construction de pensée. Il fallait un minimum pour mériter son attention – et son temps.

6 mai 2020, 22:25
 PV  Il n’y a rien, madame... j’espère
Ah. après un long soupir. Que pouvait il cacher se soupir ? Un désespoir ? De la désintéressement ? Nerveux ? Tu ne sais pas. Les seuls choses plausibles, c’est qu’elle connaît ton frère, oui cet être si merveilleux au près de tout le monde, qui est en vérité un véritable monstre. Ou alors, oui, oh non.. Pourquoi.. Ce visage.. La LAM. Oh non pitié que c’est pas ça, pitié.. Calme toi, non tu es stupide arête.
Calme.
Non.
Pourquoi ? Pourquoi je suis stupide ? Parce que je suis moi. J’ai tout fait pour des gens qui ne m’aimeront jamais. Qui me crieront des injures toute la vie, seulement pour ta différence. Tu mérites d’être jugée, avoue-toi le, tu aurais fais la même chose, tu dois payer pour tes actes, mais.. Pourquoi ? Tes parents. C’est eux, leurs faites, tu le sais au fond de toi, même si tu ne veux pas l’admettre. Tu le sais, stupide fille. Tu n’oses rien à rien.. Tu oses simplement la moquerie, l’arrogance et l’insolence. Ouais, tu sais faire que ça.

J'ai ruiné mon année pour des gens qui ne m’aimeront jamais. Jamais. Jamais ! Pourquoi.. J’ai rien fais..

Pourquoi toi et pas quelqu’un d’autres ? Tu es si horrible que ça ? Ouais... Tu fais tout pour servir tes parents qui ne t’aiment pas. Tu as même rejoins la LAM pour eux, tu veux juste qu’ils soient fiers de toi, tu usera toutes les idées auxquelles je penserais.. Et après tu t’étonnes.. Bordel, Maxine..

Désolée.

PLUS ACTIVE / ! \

9 mai 2020, 14:52
 PV  Il n’y a rien, madame... j’espère
Joanne ne comprenait pas et pire encore, les propos de la jeune élève ne l’aidaient guère à y voir plus clair. Elle retint de justesse un soupir, histoire de ne pas paraître impolie. Après, quand bien même la jeune fille pensait ça, Joanne n’y pouvait rien et cela n’influencerait en aucune manière la suite de sa journée, elle devait être honnête avec elle-même. Pour commencer, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi la jeune fille venait lui dire tout ça. Elle n’était rien ni personne et son visage lui revenait désormais clairement avec cette histoire de groupe anti-moldu.

Joanne expira par le nez et tenta de prendre un ton assez doux malgré le fait qu’elle n’avait pas de temps à perdre en discussion inutile. « Je ne comprends pas pourquoi vous me dites ça ? Si vous avez des soucis, le mieux est peut-être d’en parler avec l’infirmier de l’école ». Que l’enseignante de rune évitait soigneusement depuis quelques jours déjà. Mais qu’importe. Il ne fallait pas que les pensées de Joanne dérivent de cette façon, c’était inutile et cela ne l’aiderait pas à y voir plus clair dans la volonté de la jeune fille qui lui faisait face.

Elle avait du mal à saisir pourquoi une élève qui n’était pas de sa maison venait la voir pour lui parler de ses soucis. Pas que ça la dérange bien entendu mais elle n’avait encore rien dit de vraiment particulier qui puisse aider Joanne à comprendre la situation.

20 mai 2020, 23:06
 PV  Il n’y a rien, madame... j’espère
Oh non, là professeure commençait à s’impatienter, ça se voyait. Tu ne voulais pas aller voir l’infirmier de Poudlard. Tu ne le connais pas. Et puis tu n’es pas malade.

-Je n’ai pas de problème de santé..

Tes pensées se troublèrent. Tu voulais parler. Tu voulais crier. Tu voulais tout expliquer, mais c’était bloquer, tu ne pouvais rien faire. Une professeure était mieux qu’un infirmier pour parler. Surtout pour l’école, enfin la Prison.

-Madame je.. j’ai peur. Je veux rentrer chez moi, à cause d’eux, mais je veux pas rester à Poudlard et autant je vais redoubler car je suis nulle en classe et et..

Le stress t’envahissait. Tu n’arrivais pas à formuler une phrase correctement, expliquer, écouter, respirer. Tu disais tout, même les choses pas importantes.

- et ici les autres ne m’acceptent pas et ils ne m’acceptent pas chez moi ! Et en plus je vais déménager, et je perd mes amis, je fais n’importe quoi !

Tu parlais trop pour rien, trop pour ne dire aucun détail, tout était flou. Tu ne savais quoi dire d’autre. A part les points capitaux, la professeure, comprendrait elle ? Elle devait te connaître par le biais du mal. Tu pouvais pourtant être gentille. Pas seulement une petite peste arrogante. Mais beaucoup de gens de savaient pas, c’était bien dommage, tu pouvais être gentille.

PLUS ACTIVE / ! \

26 mai 2020, 13:36
 PV  Il n’y a rien, madame... j’espère
Plus la discussion avançait et moins Joanne comprenait ce que la petite adolescente faisait là. Tout d’abord, ce n’était pas une élève de sa maison, ce n’était pas une élève de ses cours, elle n’avait aucune accroche d’aucune sorte que ce soit avec elle et pourtant, elle était là, face à elle, à lui faire part de problème de Joanne ne comprenait pas. D’abord car c’était confus : elle parlait d’abord de problème de santé – Joanne n’y pouvait rien et elle pensa un instant, un court instant seulement, à Rafael qui aurait sans doute été plus à même d’aider la jeune fille. Mais aussitôt que son nom s’était imposé à son esprit, Joanne redoublait d’efforts pour le faire disparaître.

Et puis, et puis la jeune fille continua mais Joanne ne comprenait toujours pas. Elle évoquait une peur de rentrer chez elle, puis une volonté de ne pas rester à Poudlard. Là, l’esprit de la trentenaire n’arrivait plus à suivre tant le discours lui semblait incohérent. La jeune fille avait sans doute quelques troubles qu’une enseignante ne pourrait pas guérir, plus elle parlait et plus Joanne en était convaincue. La jeune fille parla ensuite de déménagement et d’amis qu’elle allait perdre. Mais si amis il y avait, n’étaient-ils pas mieux placer pour l’aider à faire face ?

Joanne referma d’un coup sec l’armoire dans laquelle elle était affairée et finit par dire « Je suis navrée Miss Hargrove, mais j’ai peur de ne pas pouvoir vous aider … » Une pause avant d’ajouter « En effet, je ne comprends pas ce que vous dites, je pense que vous devriez aller voir l’infirmier qui saura mieux vous aider que moi, je ne dispose pas de la psychologie nécessaire pour vous venir en aide ». Et au fond d’elle-même, elle en était certaine, Rafael était le plus à même de pouvoir aider la jeune fille, quand bien même il était douloureux pour elle d’évoquer l’infirmier pour d’obscures raisons qui lui échappaient encore.