Inscription
Connexion

27 juil. 2017, 09:29
Finale - Écosse 140-100 France
* * * * *

ÉCOSSE [7-0] vs FRANCE [4-3]

* * * * *

ARBITRE : ALDERANDE SLUGHORN
HORAIRES D'APPARITION DU VIF ET DES VIFFETS : DE 19H À 20H ou DE 21H À 22H
CONDITIONS MÉTÉOROLOGIQUES : TEMPS ENSOLEILLÉ


* * * * *

COUP D'ENVOI : LE LUNDI 31 JUILLET (ENTRE 19H ET 20H)

* * * * *
Dernière modification par Aldérande Slughorn le 13 sept. 2017, 22:00, modifié 10 fois.

31 juil. 2017, 19:07
Finale - Écosse 140-100 France
Holly inspira longuement. L’aventure qu’elle venait de vivre dépassait tout ce qu’elle avait pu imaginer il y a à peine quelques mois. Sept victoires, zéro défaites : la fratrie Dunn était toute puissante, au sommet de la compétition. Des buts, des arrêts, des cognements et des vifs dans tous les sens, un public hystérique qui les avait soutenus sans relâche, et bien sûr, cette synergie exceptionnelle qui faisait de l’équipe écossaise une équipe unique au monde. Et de fil en aiguille, ils étaient arrivés en finale. Aujourd’hui, ils allaient jouer face à la France. Rejouer, pour être tout à fait exact. Ils les avaient déjà battus, et avec un bon nombre de point d’écarts, avec cela : pourtant, cela n’avait pas suffi à arrêter l’équipe adverse qui, se qualifiant de peu lors des phases de poule, avait réussi à remonter la pente pour se hisser jusqu’en finale. Holly était bien du genre à sous-estimer ses adversaires : mais même ici, elle devait reconnaître qu’une once de méfiance, qu’un soupçon de doute n’était pas malvenu.
La porte du vestiaire s’ouvrit à la volée, et le bruit qui était jusque-là contenu à l’extérieur s’infiltra dans la pièce. Un bruit sourd, une clameur enfouie, qui fut comme sortie de sa torpeur lorsque l’équipe entra sur le terrain sur un signe de leur capitaine. Les supporters écossais étaient venus en nombre pour cette finale : tant mieux. Cela voulait dire plus d’applaudissements pour Holly. Et plus il y avait d’applaudissements, plus elle marquait de but. L’arbitre s’avança au centre… l’Ecossaise enfourcha son balai et se mit en place pour l’engagement. Prête. Elle était fin prête.


Action : Saisir le souafle.

1 août 2017, 11:00
Finale - Écosse 140-100 France
Le jour tant attendu était enfin arrivé. Henry était là, tout excité et à la fois légèrement stressé. Il y avait de quoi l'être, c'était normal après tout, c'était tout de même la finale de la Coupe d'Europe ! C'était sans doute le jour le plus important de son existence, celui dont il se rappellerait toute sa vie et qu'il raconterait à ses arrières petits enfants, s'il en arrivait jusque-là. Sur le terrain, une foule extraordinaire logeait les tribunes, les cris étaient si puissants que le jeune homme était presque sûr que des personnes les entendaient à l'autre bout du pays. Ses oreilles bourdonnaient, mais cela ne le gênait pas, d'un côté, tous ces cris étaient pour lui, et ça le motivait. L'équipe Française affrontait pour une seconde fois l'équipe Écossaise. Henry avait de quoi paniquer un peu, ceux-ci les avaient complètement laminés lors de leur premier match, mais ce n'était peut-être pas une si mauvaise chose, c'était le grand moment de la France, c'était le moment de prouver qu'ils étaient bons, tellement bons qu'ils méritaient de gagner la Coupe.

L'heure du coup d'envoi était enfin arrivée. Les équipes se préparaient et les balles furent lâchées. Le cognard s'en allait dans tous les sens, tandis que le souafle, lui, partait en ligne droite. Holly Dunn avait été la première à l'intercepter, mais il n'était pas trop tard pour le récupérer, les Français étaient pleins de ressources, et Henry croyait en son équipe. Aussi, alors qu'il s'envolait vers ses anneaux, il observait d'un oeil attentif le déroulement du match. Pour le moment, les joueurs volaient, mais aucune passe ne se tentait, il était temps pour le gardien des Français d'agir.


« Hey ! Holly Dunn ! Ca va, pas trop mal au dos ? J'ai entendu dire que tu avais de l'arthrose ? Ca doit être compliqué à ton âge ! Ton médecin t'a autorisé à monter sur un balai ? Il est fou ? Tu devrais tout de suite redescendre, avant de te casser le dos, ou que sais-je d'autre ! »

Action : Déstabiliser
Cible en cas de réussite : Holly Dunn
Thème : Santé

1 août 2017, 15:45
Finale - Écosse 140-100 France
Parfait ! Elle avait réussi à s’en saisir à temps avant son équivalent français, un dénommé Marc Fravre. Comment, même avec la bouche la plus souple du monde, pouvez-vous arriver à prononcer un truc pareil ? Il fallait que les zygomatiques fassent au moins deux aller-et-retours, trois si l’on prononçait distinctement la dernière syllabe : bien trop pour Holly, pour qui il était seulement nécessaire d’énoncer les deux sons les plus simples du monde. Après cette courte – et ô combien inutile – réflexion, elle accéléra sur son balai. Elle pensait que l’adrénaline serait montée naturellement dès que le coup de sifflet avait retenti : pourtant, à cet instant, elle ne décelait pas cette sensation d’enivrement en elle. Holly avait peut-être besoin de plus d’action. Oh, pas besoin d’aller jusqu’à la baston générale, elle arriverait très bien à s’échauffer toute seule. Volant en zigzag pour essayer de déstabiliser le poursuiveur adverse qui était peut-être en train de la suivre, Holly cherchait une fenêtre pour passer le souafle avant qu’il ne vienne plus au contact. La première course-poursuite du match était lancée. Elle n’entendait rien, nada, de ce que ses coéquipiers lui criaient, avec le chant de la foule. Mais c’était une musique revigorante. Une musique joyeuse et pleine d’espoir. Comme elle, en sorte. Voyant Molly dans un angle apte au tir, elle lui lança le souafle de toutes ses forces, et pria en son for intérieur pour que sa sœur puisse rattraper la balle brune sans encombre.

Action : Faire une passe
Cible en cas de réussite : Molly Dunn
Série : [1-2-3]

1 août 2017, 15:49
Finale - Écosse 140-100 France
Le vent faisait flotter les quelques mèches de cheveux que Suzanne n'avait pas coupé. Peu de temps avant cet instant, un drame familiale. Une perte tragique dont elle peinerait à se remettre. Un accident de voiture sur la quatre voies avait sauvagement pris la vie de sa sœur. Anna, une jeune fille douce à la coupe garçonne qui la démarquait de sa jumelle. Elle manquerait à Suzanne, d'une manière que l'univers ne pouvait quantifier rationnellement. Ainsi, sur un coup de tête et après avoir abusé de whisky pur feu maison, elle avait pris une paire de ciseau et avait coupé ses cheveux. Elle l'avait mal fait, si bien qu'elle fut obligée d'aller chez son coiffeur le lendemain pour rattraper le désastre. Aujourd'hui, la française avait une coupe garçonne longue, ses cheveux les plus longs lui arrivant presque à la mâchoire.

Le vent faisait flotter les quelques mèches de cheveux que Suzanne n'avait pas coupé. Il était doux. Le temps était doux, pour un trente et un juillet. Comme si Mère Nature avait voulu être clémente envers les deux équipes qui s'affronteraient aujourd'hui. La grande finale, Ecosse contre France, allait commencer. Le coup d'envoi fut sonné et tout les joueurs se mirent à voler en même temps. Suzanne cramponna bien sa batte de luxe. Elle donnerait tout ce qu'elle avait pour faire honneur à son pays. Le cognard fut lâché et, l'adversaire ayant pris le souafle, il lui revenait de lui asséner le premier coup. Elle ne se fit pas prier.


Action : Cogner Molly Dunn.
Série : [4,5,6]

1 août 2017, 23:17
Finale - Écosse 140-100 France
Après plusieurs matchs ils se retrouvaient enfin en finale. L’équipe exclusivement familiale d’Ecosse se retrouvait en finale de la coupe d’Europe de Quidditch, prête à montrer à tous que la force familiale était plus forte que n’importe quelle force qui allait ressortir de l’équipe de France. C’est avec cet état d’esprit que Patricia Dunn rentra sur le terrain derrière son frère Ryan et devant leurs jeunes jumelles, sous les acclamations du public. La batteuse écossaise avait l’habitude des stades bondés, des cris des spectateurs venus en masse pour supporter leur équipe. Mais là dépassait tout ce qu’elle avait pu voir jusqu’ici. Les gradins étaient tellement remplis que la jeune femme était prête à parier que certaines personnes étaient obligées de rester debout, ou de s’asseoir dans les escaliers, ou pire, devoir s’asseoir sur les genoux d’autres personnes. Quoique cette dernière possibilité concernait principalement ceux venus en famille : les enfants n’avaient qu’à aller sur les genoux de leurs parents, ce n’était pas bien compliqué. Enfin bref, cela ne pouvait que faire plaisir à l’écossaise qui fit quelques ‘’coucou‘’ de la main par-ci par-là, un sourire sur son visage, malgré le stress qui commençait peu à peu à la ronger. Elle avait hâte d’enfourcher son balai et de faire jouer de sa batte. Et elle n’allait pas attendre longtemps !

Comme à chaque match, l’arbitre donna quelques consignes aux capitaines des deux équipes. Patricia observait son frère, Ryan, seul garçon de la fratrie et le plus âgé des quatre. La batteuse avait confiance en son frère, c’était un capitaine et un gardien talentueux, tout comme ses deux autres sœurs, talentueuses elles aussi. Sinon, comment seraient-ils arrivés ici sans perdre un seul match ? Cette pensée lui donna un souffle de courage.

Enfin le coup de sifflet marquant le début du match retentit. Ni une ni deux la jeune femme donna un puissant coup de pied sur le sol pour s’envoler. Elle plaça sa batte en équilibre sur son épaule, prête à l’utiliser au bon moment. Quelques secondes après le début du match, elle devait déjà l’utiliser. Sa sœur Holly venait d’attraper le souafle et, tandis que le gardien adverse sembler crier quelque chose, la batteuse adverse, elle, envoya le cognard en direction de la finisseuse écossaise. Patricia vola rapidement se mettre sur la trajectoire, dans l’espoir de dévier le cognard vers son envoyeur.


Action : Dévier sur Suzanne Blin
Série : [ 3;4 ]

2 août 2017, 11:05
Finale - Écosse 140-100 France
L'équipe française venait de rentrer sur le terrain à la suite des écossais. Les applaudissements se montrent moins nombreux pour leur équipe, cela aurait pu déranger Marc, mais celui-ci n'en avait pas grand chose à faire. Après tout, quoi de plus normal si la finale de la coupe d'Europe était jouée en Ecosse.

Si les supporters étaient en majorité tournés vers l'équipe écossaise, ils allaient probablement changer d'opinion assez vite : la France allait leur en mettre plein la vue, ou du moins c'est ce qu'espérait leur poursuiveur.

L'arbitre était en train de donner des recommandations de dernières minutes, mais le jeune homme ne les écoutaient guère. Il était très concentré à dévisager des adversaires. On pouvait même qu'il les prennait un peu de haut, quoi de meilleur que de leur faire un peu peur des le début ? Ce geste pouvait être un peu déplace étant donné que la dernière fois que ces deux équipes se sont retrouvés sur le même terrain, l'Écosse en était sorti vainqueur. Ce qui n'allait en aucun cas être le cas cette fois-ci.

Le coup de sifflet fut lancé, le brun tapa du pied pour s'élancer dans les airs. Il ne prit pas le souffle -à son plus grand malheur- et le laissa donc à son adversaire direct : Holly Dunn.

Cependant dès que celle-ci envoya la balle à son coéquipier -ainsi que membre de sa famille- Marc se prépara à le rattraper en plein vol.



Action : Voler le souafle.

Cible en cas de réussite : Isis Morvan

Série : [1-2]