Inscription
Connexion

1 mars 2020, 12:36
 Poufsouffle   3e année  Eugène Harlow
Image

Image

Part 01. Général
"je danse avec mes insomnies"

Part 02. Histoire
"Et toute ma vie j'ai couru après les horizons et les cieux"

Part 03. Famille
"Ohana signifie famille"

Part 04. Relation
"Y a pas de place pour les regrets"

Part 05. Journal
"Écoute, l'histoire s'écrit en tournant les pages"

Part 06. Badge
"Ça résonne en souvenir"

Part 07. La pochette
"Dessine-moi un mouton"

Part 08. PNJ
"L'univers est un tout"

Part 09. Crédit
"Une pensée pour les artistes"

Image

Blason créer par Erin O'Leary
Dernière modification par Eugène Harlow le 20 sept. 2021, 16:22, modifié 45 fois.

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

1 mars 2020, 12:44
 Poufsouffle   3e année  Eugène Harlow


Identité
"C'est de l'identité qu'est née la différence."
Statut : Né-Moldu
Naissance : 12 mars 2033
Genre : Homme Cisgenre
Orientation : Hétéro
Nationalité : Irlandaise
Résidence : Wexford, Irlande
Religion : Christianisme
Magie Image
"Le monde est sa propre magie."
Baguette : 29,7 cm en bois de cenellier et ventricule de snallygaster
Type de magie : Prend en caractère et impulsive
Balai : Bombe Bleu
Signature : Inconnu
Patronus : Inconnu
Epouventard : Représentation de sa phobie sociale. Plusieurs bras cadavériques tentent de l'attraper et de l'attirer vers eux.
Riddikulus : Des ballons de baudruche roses pailleté. Ils sont en forme de nuage et des visages souriants y sont dessinés.
Amortencia : Inconnu
Etude
"Etudie, non pour savoir plus, mais pour savoir mieux."
Maison : Poufsouffle
Année : 3ème
Fonction : Cheerleader
Filière : Pratique et ouverture
Métier souhaité : Fabriquant de baguette
Matière avec facilité : Potion, Etude des Moldus, Métamorphose
Matière avec difficulté : Vol et Astronomie
Moyenne générale : E en 1er année, E en 2ème année
BUSE : Inconnu
ASPIC : Inconnu
Animal
"Un Rat sortit de terre assez à l'étourdie."
Prénom : Hillbilly
Espèce : Rattus rattus
Physique : Hillbilly est un rat au pelage noir avec les extrémités (museaux, queue et pattes) et l'intérieur des oreilles rosé. Son museau est plutôt pointu, ses yeux gros, ses oreilles grandes et à l'écoute et sa silhouette est fine. Hillbilly mesure 15 mètres et il faut en rajouter 20 de plus en comptant sa queue. Il possède quelques petites cicatrices à l'œil et au museau.
Caractère : Hillbilly est un rat affectif. Il aime les bisous et les câlins. D'ailleurs, il en réclame énormément avant le coucher. Il est protecteur envers son maître et n'hésitera pas à mordre tous ceux qui oseront le brutaliser. Hillbilly mord fort, si bien qu'une morsure suffit à percer la peau. De plus, Hillbilly à un fort caractère : il n'aime pas être contrarié, aime se bagarrer et peu bouder si on lui refuse une friandise.
Adoption : 08.04.21 IRL. Décembre 2045 INRP.





Avocat — INFJ-T
"Chaque homme doit décider s’il marchera dans la lumière de l’altruisme créatif ou dans les ténèbres de l’égoïsme destructeur."
"Les Avocats ont tendance à considérer qu’aider les autres est le but de leur vie mais, bien que l’on puisse trouver les gens qui ont ce type de personnalité en train de mettre en marche des opérations de sauvetage et de faire du travail bénévole, leur vraie passion est d’aller au cœur du problème pour que les gens n’aient pas besoin d’être sauvés du tout."

Esprit
EXTRAVERTI 36%
INTROVERTI 64%
Énergie
INTUITIF 64%
OBSERVATEUR 36%
Nature
PENSÉE 25%
SENTIMENT 75%
Tactique
JUGEMENT 65%
PROSPECTION 35%
Identité
ASSURÉ 22%
PRUDENT78%
HEXACO
"Notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres."
Honnêteté-humilité : 4.6/5
Émotivité : 4.8/5
Extraversion : 2.4/5
Agréabilité : 2.8/5
Conscienciosité : 3.4/5
Ouverture à l'expérience : 3.5/5
Altruisme : 3.8/5
En vrac
"Il faut de tout pour faire un monde"
Fleur : Tournesol
Couleur : Jaune
Elément : Eau
Planète : Neptune
Astrologie : Poisson
Chemin de vie : 3
Carnet de santé — Notes d'Eileen
"Psychiatre : dément dont l'idée fixe est de guérir d'autres déments."
"Eugène est mon patient depuis ses cinq ans. Bien qu'il grandit dans un environnement saine et avec des parents attentionnés, il a développé en grandissant un Trouble de l'Anxiété Généralisé (TAG) qui, avec le temps, favorise l'apparitions d'autres troubles et maladies mentaux. Je le diagnostic à ses six ans, après une série de test et de consultations concluantes. Bien plus tard, en 2043, je diagnostic un PTSD lié à plusieurs évènement traumatique : l'accident de la route survenue la même année, une noyade en 2042 et la fausse-couche de sa mère en 2041. Ses trois dernières années furent dure pour l'enfant, mais je me refuse de lui prescrire un traitement, le jugeant encore trop jeune.

J'apprends par sa mère qu'en 2044, Eugène est scolarisé dans un pensionnat en Ecosse. Bien inquiété, je vais confiance à Mme. Harlow. Je le vois donc uniquement durant les vacances et j'ai perçu un net changement chez l'enfant. Bien qu'encore anxieux pour tout et pour un rien, le pensionnat semble être une bonne expérience pour lui. Il s'ouvre aux autres et s'est lié d'amitié avec de nouvelles personnes. Avant qu'il ne fasse sa rentrée en 2045, je lui prescris un anxiolytique à prendre matin et soir jusqu'aux vacances de mars 2046. À parti de là et en plus du premier traitement, il est également sous anti-dépresseur qu'il prendra uniquement le matin.

Je le revois en juin 2046, durant ses Grandes Vacances et son état m'inquiète. Bien qu'il soit sous traitement, il aborde de mauvaises pensée et émet l'envie de ne plus revenir dans son école. En creusant, il me révèle un altercation aggravante qu'il a eu avec l'une de ses camarades. J'ai bien peu qu'Eugène retombe dans un cercle infernal qu'il avait vécu dans son autre école. Ma dernière séance avec lui s’est tenu en aout 2046. Eugène semble avoir retrouvé le moral et se sent prêt à retourner au pensionnat, mais dans le doute, j'ai légèrement augmenté les doses de son traitement. J'ai de plus écrit une lettre adressé à l'infermière de son école, afin de lui faire savoir qu'il risquait de somnoler les premières semaines et que l'équipe éducative ne doit pas s'en inquiéter, ni même lui en tenir rigueur.

Fin du compte-rendu."
Caractère
"C'est de nos erreurs qu'on forge notre caractère"
Qualités en 15 points clés :
À l'écoute
Accueillant
Affectueux
Altruiste
Bien élevé
Calme
Conciliant
Compréhensif
Cultivé
Emphatique
Engagé
Mature
Observateur
Ordonné
Loyal
: Défauts en 15 points clés
Associable
Cassant
Confus
Distrait
Emotif
Envieux
Impulsif
Maladroit
Méfiant
Rancunier
Renfermé
Révolté
Sarcastique
Sensible
Il fut un temps ou Eugène était un petit garçon angoissé et sans le moindre caractère. Il se laissait marcher dessus sans rien dire et accordé son pardon bien trop facilement. Ce temps est révolu.

Le changement est léger, pour autant, il est bien présent et la colère gronde déjà en lui. Il en veut au monde et à son Dieu, mais surtout à celles et ceux qui l’ont blessé durant sa scolarité. Pour eux tout particulièrement, pas de pardon, mais une haine qui se veut profonde. Eugène est rancunier, cela a toujours été le cas, mais ce défaut s’est bien empiré. Il médire ceux qu’il ne peut pas voir en pâture et il ne s’en cache pas. Il est toujours aussi envieux que cela soit des sorciers nés dans la bonne famille, des valides qui n’ont pas d’handicape sur le dos ou encore des personnes saines d’esprits qui n’ont pas un carnet de santé aussi remplit que le sien. Seigneur, qu’est-ce qu’il est jaloux. Le tout le rend cassant et sarcastique.

Révolte est également maître mot. Il est révolté tant par la société Moldu que par la société Sorcière. Comme quoi, l’herbe n’est pas toujours verte chez le voisin et que dans leurs différences, les deux mondes ont un point commun : l’intolérance. Être engagé sur tous les fronts l’épuise, mais il ressent un besoin de justice. Eugène se veut être un allié hors-paire tant pour le féminisme que pour la cause des LGBTQ2S+, en plus de se battre pour toute minorité discriminée comme les racisés, les nés-moldus, etc.

Bien sûr, je vous l’accorde, il y a des choses qui ne changent pas. Il est toujours aussi angoissé, toujours aussi inquiet, sans parler de sa sensibilité et de son empathie à toute épreuve. Disons que le tout s’est amplifié. Eugène est émotif, il est au bord de tout. Un instant, il pleure et dans la seconde qui suit, il rit comme si de rien n’était. Eugène est en pleine puberté, tout simplement.

Avec le temps, il est enfin devenu ordonné pour le plus grand plaisir de sa mère. Son bureau et sa chambre sont parfaitement bien rangés et il est attentif à son environnement. Il reste malgré tout distrait de temps à autre, mais c’est surtout une conséquence de son traitement. Il reste également un enfant bien élevé, conciliant et calme la majorité du temps. C’est un observateur et ses expériences traumatiques ont également fait de lui quelqu’un de mature avant l’heure. Tout le monde à tendance à croire que c’est une bonne chose, tandis qu’Eugène regrette de n’avoir pas eu une enfance insouciante.

Compréhensif et à l’écoute, Eugène aime entendre les problèmes d'autres pour leur apporter une aide adéquate. D’ailleurs, il est quelqu’un d’altruiste et sans le moindre problème, Eugène va vers les autres pour les aider. C’est également une personne accueillante et qui aime les nouvelles rencontres. Cependant, Eugène est paradoxalement associable et renfermé. Il ne fait plus aussi facilement confiance qu’avant et il partage ses états d’âmes qu’à une poignée de personnes. D’ailleurs, avec son cercle proche, Eugène est affectueux, câlin et ouvert. Alors, quand il se retrouve seul, il est maladroit, méfiant, confus et peu se montrer impulsif.

Pour conclure ce portrait, Eugène est quelqu’un qui aime apprendre et se cultiver, et il est d’une grande loyauté.





Corps
"Nous ne sommes pas seulement corps, ou seulement esprit ; nous sommes corps et esprit tout ensemble."
Eugène est bien parti pour être aussi grand que son père. L'enfant ne cesse pas de grandir, si bien qu'il ait déjà dépassé le 1m60. Pour ce qui est de sa corpulence, il est toujours aussi maigrichon : il n'a pas de forme et oubliez les muscles. Son métabolisme fait que, pour le moment, Eugène ne prend pas un gramme et ça qu'importe ce qu'il mange. On dit qu'il a des mains de pianiste, car ses doigts sont grands et fins. D'ailleurs, il est à noter qu'Eugène a une fâcheuse tendance à se ronger les ongles. Son corps est recouvert d'éphélides et il a un teint caucasien qui a la particularité de rougir plus que de bronzer.

La plupart du temps, Eugène se tient droit et commence à avoir une démarche assuré. Il s'aide d'une canne pour se mouvoir.
Visage Image
"Le visage est l'image de l'âme."
Eugène possède un visage en forme de cœur qui s'affine avec la puberté. Sa mâchoire se marque, ses joues se creusent légèrement et sa voix commence à muer. Il a enfin l'apparence d'un adolescent, avec les inconvenant, bien sûr. À cause du chamboulement hormonal, Eugène commence à faire de l'acné et sa peau s'assèche.

Il a un nez busqué encadré par ses grands yeux marron. Sa bouche est de taille moyenne et ses lèvres sont fines. Eugène aime tout particulièrement leurs donner du volume avec du maquillage. Tout comme son corps, son visage est recouvert d'éphélides.

Pour conclure le tout, ses cheveux sont roux, raides et coupés court. Rien ne de plus à coiffer ! Clairement, Eugène est heureux de ne pas avoir des cheveux aussi épais que ceux de sa mère.
Particularité
"C'est de l'identité qu'est née la différence."
Aucunes pour le moment
Carnet de santé
"Des traces douloureux laissé par la vie"
Depuis 2041 : boiterie.




Image J'aime
"J'en perds le sommeil tellement c'est addictif."
Eugène est un passionné de Botanique et il se balade souvent en forêt pour remplir sa petite encyclopédie. En terme de sport, il aime tout particulièrement regarder des matchs de Hurling et de Quidditch. Et en général, ses activités favorites sont l’écriture, les jeux vidéo, la lecture, le maquillage et partir à l’aventure.

Son grand-père le surnomme “dent de sucre”, car il aime énormément les bonbons et le chocolat. D’ailleurs, en général, Eugène préfère manger de la malbouffe que de la nourriture saine.

En bon-chrétien, il aime son Dieu, Jésus et ceux qui le serve. Il prit le soir avant le couché et le matin en se levant. Aller à la messe le dimanche lui manque, mais il fait avec.

En terme de lecture, Eugène aime la romance. Il doit l'avouer, c'est littéralement son péché mignon ! Toujours dans le domaine de l'art, Eugène préfère de loin jouer de l’orgue que du piano.

À l’école, Eugène se passionne pour la Métamorphose.
Je n'aime pas Image
"Hors de ma vue."
Eugène à une aversion pour son école Moldu. Trop de mauvais souvenir qui le pousse dans un profond état de stress.

Depuis qu’il a failli se noyer, Eugène se tient loin de l’eau et même s’il sait nager, il coulera inévitablement. Toujours dans la catégorie traumatique, il ne supporte ni les klaxons, ni les coûts de frein violent et encore moins la grande vitesse en voiture.

Il n’aime pas tout ce qui est aliment vert, comme le choux et les haricots. Les exceptions : épinard et artichaut.

Les matières Moldu qu’il déteste sont les maths et la géographie.

Eugène n’aime pas le désordre et il est assez méticuleux en question de rangement.

Il n’aime pas les romans d’aventure et de policier.
Image Loisir & activité
"Rien de tel qu'une passion pour se vider l'esprit."
Sport : Eugène pratique très peu de sport à cause de sa boiterie, mais il fut un temps ou il jouait au Hurling et faisait de l'équitation. Actuellement, il fait partie de l'équipe de Cheerleading de sa Maison et c'est devenu l'une de ses activités favorites.
Ecriture : Il n'a aucun projet en cours.
Musique : Il essaie de composer un morceau afin d'évaluer son niveau.
Carnet de botanique : Il est à son troisième carnet.
Autres : Eugène apprend à jouer aux échecs version sorcier.




Image
Image Malle
"Toute ma vie est ici"
Bombe Bleu
Des vêtements en tout genre
Un tas de livres et de carnets
Des lettres
Nécessaire à maquillage
Sac à dos Image
"Sac à dos, sac à dos ~"
Baguette
Fard à paupières et rouge à lèvre
Nécessaire pour les cours
Emploi du temps
Casque anti-bruit
Pilulier
Un tas de pins
Image Poches
"L'indispensable"
Miroir de poche
Balle anti-stress
Sachet de graine
Des bonbons
Son rat la plupart du temps
Dernière modification par Eugène Harlow le 28 sept. 2021, 15:20, modifié 56 fois.

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

1 mars 2020, 12:47
 Poufsouffle   3e année  Eugène Harlow
Image



Image
Reducio
La famille Harlow et la famille Lochlainn sont intimement liées ; leur amitié débute dans les années 40, quand Eugène I Harlow et Simon Lochlainn se rencontrent durant la guerre. Après cette dernière, les deux clans ne se sont pas perdus de vue et s'entraident au fil des années. Emily et Everard sont, à la base, des amis d’enfance. Ils ont grandi ensemble, ils étaient à chaque fois dans la même classe, sans parler de la longue liste de bêtises qu’ils effectuent quotidiennement.

En grandissant, ils connurent l’amour et les chagrins qui en découlent. Les confidences et les débats houleux. Plus d’une fois, les deux amis se sont éloignés, pour mieux se retrouver à la fin. Malgré les nombreuses chutes, leur amitié ne faisait que se renforcer. Leur relation change dans le courant de l’année 2025. Emily est à l’université, suivant un cursus d’Histoire, tandis qu’Everard signe un contrat avec l’armée dans le souhait de suivre les traces de son défunt parent : Eugène I Harlow, mort en Ardennes en 1944.

Bien que difficile à supporter, la distance est bénéfique pour le futur couple : avec le temps, tout deux comprennent qu’ils sont amoureux de l’autre et, lors de noël 2026, Emily ose faire le premier pas. De vous à moi, tout deux avaient bien bu en amont. Alors, les sens grisés et le cerveau anesthésié, Emily l’avait attiré sous le gui pour l’embrasser. Après ce premier pas, tout est aller très vite : ils enchaînent les rencards, l’un à commencer à vivre chez l’autre, ils ont commencé à parler d’enfant et de mariage, pour finalement réaliser un à un leur projet. En 2027, Emily et Everard se marient et, dans la foulée, ils essaient d’avoir un premier enfant.

Malgré tout, Emily ne tombe pas enceinte dans les mois à venir, ni même dans l’année qui s’écoule. Leurs efforts se résultent par des échecs constants et alors qu’ils abandonnent l’idée d’avoir un enfant biologique, Emily finit par tomber enceinte en juillet 2032.
Image
Reducio
Eugène naquit un 12 mars 2033 au domaine familial des Harlow. Il est bien plus petit et maigre que la moyenne, mais il n’en reste pas moins en bonne santé. Le nouveau-né est baptisé quelques mois plus tard à l’église, où ses parents le nommeront. Le choix de son prénom fut le résultat de longues discussions et d’une longue liste. L’enfant aurait pu se nommer Theodore, Malone ou encore William, mais la découverte d’un carnet dans les greniers du domaine met fin au débat. Ledit carnet a appartenu à l'arrière-grand-père d’Everard, qu’il tenait jour après jour sur le front. Voyant là un signe, le père a proposé à sa femme de nommer leur premier enfant Eugène.

Le susnommé grandit en étant presque coupé du monde. Vivant à vingt minutes de Wexford, ses principales interactions sociales – avant l’école – sont familiales. Comme Emily est mère au foyer, il n’a pas besoin d’aller en garderie et, de ce fait, Caleb, son cousin, est longtemps resté son unique ami.

Alors, quand Eugène commence son enseignement préscolaire à l’âge de quatre ans, il n’ose pas aller vers les autres. Il reste en retrait, muet et spectateur. Eugène ne s’intègre pas et les adultes déplorent un manque de participation malgré leurs efforts. L’enfant préfère rester passif, attendant seulement que la journée s’écoule pour retrouver sa zone de confort.

Durant l’été 2038, il rencontre Théo Lloyd à l'association Grian agus Gealach, qui est tenu par la famille Harlow et Lochlainn. Pendant qu’Emily s’occupe des dernières formalités avec sa famille d'accueil, Eugène et Théo jouent ensemble dans la pièce à côté. Une grande amitié découle de ce premier contact et à la rentrée, les deux enfants se retrouveront dans la même classe.

Pourtant, avoir un ami ne l’aide pas à aimer l’école. L’idée de quitter la maison l’angoisse pour de multiples raisons, sans parler des plus grands qui ne l’aident pas ! D’apparence faible, Eugène est, par défaut, un bon bouc émissaire. Il est donc poussé, humilié et tourné en ridicule. Caleb, le peu de temps où il fut dans la même école, n’hésitait pas à remettre en place quiconque faisait du mal à son cousin. Après son départ, tout est bien pire et Théo subit le même sort.

Dans le courant de l’année 2040, Emily tente de tomber une seconde fois enceinte. Cette fois, elle réussit du premier coup. L’excitation est à son comble pour Eugène : être fils unique a ses avantages, mais il a grande hâte d’avoir une fratrie.

En 2041, Eugène est réveillé à l’aube par les cris de sa mère. L’urgence anime ses parents qui, dans la précipitation, ne remarquent guère l’enfant. À la hâte, Everard demande à un employé de veiller sur Eugène, avant de prendre la voiture avec Emily qui est aussi pâle qu’un linge. Voulant savoir ce qu’il se passe, Eugène est monté dans la chambre de ses parents pour découvrir que la lettrine est tâchée de sang. Les questions se bousculent, mais avant qu’il ne puisse en formuler une, l’employé de maison a refermé la porte à son nez.

Des mois plus tard, Eugène apprend que la petite-sœur qu'il attendait est morte-née. Après cet épisode traumatisant, sa mère n'essaiera plus d'avoir d'enfant.

En grandissant, Caleb, Théo et lui-même ont construit une cabane dans le bois avoisinant le domaine. Un monde magique où ils étaient les rois et où ils vivent mille et une aventure contre les forces du mal ! Pour atteindre cette autre réalité, il faut s'agripper à une corde et ainsi passer la rivière des murmures – nommé ainsi par Théo.

En 2042, Eugène faillit se noyer. L’enfant s'ennuie dans sa chambre, ses deux meilleurs amis étant absents pour la journée et celle de demain. Après plusieurs heures à tourner en rond, il décide de se promener et d’aller à la cabane, en prévenant bien ses parents où il s’en va. Eugène enfourche son vélo qu’il délaisse quelques minutes plus tard contre un arbre. Il attrape la corde à l’aide d’une branche et se met en position, comme il l’avait fait tant de fois. Sous lui, la rivière était bien plus turbulente qu'à l'accoutumé à cause des orages.

Usée par l’utilisation et le mauvais temps, la corde cède sous son poids. Le peu dont il se souvient est décousu. L'eau est glaciale. Le courant est trop fort. L'air manque. L'angoisse monte. Il s'est accroché à un rocher avant de hurler à plein poumons. La fatigue tire ses muscles. Il va lâcher, il le sent.

Par miracle, son père le repêche à temps.
Ce jour-là, Everard pleure pour la première fois devant lui.

Un an plus tard, Eugène connaît un accident de la route. Sa classe revient d’une sortie scolaire, à une heure de Wexford. Ils ont passé la matinée dans une ferme pédagogique, avant de se balader en forêt. Bien que la fatigue pèse sur les enfants, aucun n’est sage et les éducateurs ont bien du mal à faire régner le calme. D'une oreille distraite, Eugène écoute le brouhaha ambiant. Ça crie, chante et rit de toute part. Au milieu de tout ça, il y a ce petit garçon, Leslie, qui attire parfois son regard. Eugène a le béguin pour lui.

Son premier amoureux secret.

Tout s'est produit en une fraction de seconde. Une voiture percute le bus qui dévie de la route. Par chance, il n'eut aucun mort, mais les séquelles sont irréversibles pour certains : Leslie perd son œil gauche, tandis qu’Eugène a une boiterie et doit faire usage d'une canne. Il ne pouvait plus courir à travers le bois. Le vélo est fini, tout comme le foot, l’équitation et le sport en général. Ses rêves de devenir pompier, astronome ou soldat partent en cendre.

À l’approche de ses onze ans, d’étranges phénomènes apparurent autour d’Eugène, notamment lors d'excès d’émotions. Un verre qui se brise quand la colère monte, les meubles qui tremblent durant une crise d’angoisse, ou encore les ampoules qui grisaillent quand la joie est à son comble. Bien vite, les parents ont fait rapidement le lien entre ses phénomènes et leur fils, mais aucun des deux ne va en parler devant le concerné. Étant une famille aux fortes racines catholiques, ils pensent que le Malin a passé le pas de leur porte. Dans les mois qui suivent, le curé de leur paroisse se rend au Domaine Harlow pour purifier les lieux. À côté, la famille ne se contente plus de se rendre à l’église le dimanche, mais plusieurs fois dans la semaine, pour demander de l’aide au Seigneur et à ses Anges. Sans succès ; les manifestations continuent.

Durant l’été 2044, la famille Harlow reçoit un étrange visiteur. La personne qui frappe à leur porte se présente comme le représentant d’une école de magie nommé Poudlard, et qu’il est là pour parler d’Eugène. Everard songe à une bien mauvaise blague et l’idée de refermer la porte est tentante, mais sa curiosité a été piqué. Avant d’aller voir Eugène, le représentant s’entretient avec ses parents. Il explique que leur fils est un sorcier, que d’étranges phénomènes ont dû se produire et qu’il doit apprendre à maîtriser sa magie. La famille est réticente à cette nouvelle, enfermée dans l’idée que la magie est un péché aux yeux du Seigneur. Cependant, ils sont conscients de faire face à une impasse. Ils aiment leur fils et ils veulent qu’il ait sa place au Paradis, mais ils veulent également éviter des souffrances inutiles, si ce dernier n’arrive pas à contrôler ses pouvoirs.

Alors, ils s’acceptent et Eugène intègre Poudlard en septembre 2044.
Image
1er année |

"Si tu aimes les chats dans la vie,
Si tu cries au creux de ton lit,
Si tu n'aimes pas trop qu'on te dise de sourire,
Si tu trouves ça beau, la lune et le saphir,
Tu es sûrement une sorcière"

Pomme - Sorcière

Reducio
En septembre 2044, Eugène quitte le cocon familial pour rejoindre sa nouvelle école, à l’aide d’une plume d’un Paon noir. Il est ainsi directement transporté dans l’enceinte de l’établissement, tout comme d’autres élèves né-moldus. Avec hébétement, impatience et crainte, Eugène découvre ce nouveau monde. L’enfant est répartie à Poufsouffle, une maison aux grandes valeurs à ses yeux. Il s’y plaît, c’est indéniable, mais il se tient loin de ses occupants. Malgré sa curiosité qui demande d’être assouvie, sa peur de l’inconnu prend le dessus. Il met un moment avant de faire des rencontres, et même s’ouvrir aux autres en général.

Le château étant grand, se perdre est clairement une chose aisée, surtout pour Eugène qui n’a aucun sens de l’orientation. D’ailleurs, c’est ainsi qu’il rencontre Emeline Joyner dans la salle des trophées qui, après une échange fort agréable, eut la gentillesse de le raccompagner jusqu’à l'entrée de sa salle commune.

En octobre 2044, la compagnie d’Everard est parachutée en Afrique pour une opération de six mois. Eugène apprend son départ par lettre et cela l’attriste : il aurait aimé être présent pour lui dire au revoir. En janvier 2045, Eugène rencontre Ella Davis dans la salle de répétition. Cette dernière dansait et lui fut captivé. Bien vite, les deux enfants se lient d’amitié et, ensemble, ils se serrent les coudes dans les moments difficiles. En avril 2045, Eugène fait la rencontre d’Edmund Long et l’échange qui suit est des plus agréables. Ils parlent de musique, de centres d'intérêts et de ce qui les pèsent.

Dans le même mois, la famille cesse de recevoir des nouvelles d’Everard : plus aucune lettre, ni d’appel ou encore des sms. L’inquiétude monte et la famille s'attend au pire. En mai 2045, Eugène reçoit une lettre de sa mère qu’il ouvre en présence d’Ella, pas assez courageux pour le faire seul. Il apprend que son père est capturé par l’ennemi et détenu par ce dernier. En juin, il rencontre Erin O'Leary et Eugène n’est clairement pas indifférent, malgré l’échange des plus maladroits. Elle semblait être intéressée par les objets moldus et, au fond, Eugène souhaite la croiser de nouveau pour faire connaissance.

L’année se termine le 26 juin 2045 et Eugène à hâte de retrouver sa mère. Malgré tout, un malaise persiste et assombrit l’été ; ils n’ont aucune nouvelle de son père. Les grandes vacances sont insipides et Eugène passe le plus clair de son temps dans sa chambre. Revenir à Poudlard le 1er septembre 2045 est un soulagement. Il a hâte de retrouver ses amis, d’apprendre et d’oublier ses tourments qui le rongent.

Moyenne générale : E
Dernière modification par Eugène Harlow le 15 juin 2021, 10:17, modifié 44 fois.

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

1 mars 2020, 12:48
 Poufsouffle   3e année  Eugène Harlow
Image


Arbre Généalogie de la lignée Harlow en cours de restauration

Image

Image
Dernière modification par Eugène Harlow le 6 oct. 2021, 11:40, modifié 21 fois.

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

24 juin 2020, 22:51
 Poufsouffle   3e année  Eugène Harlow
Image


Image

Reducio
Irene Field
Respect, apprécie l'aide apporté, confiance
"Mais oui, ne t'excuse pas... C'est normal que nous t'aidions"
Craig Devon
Connaissance, rencontre agréable
"Je me rappelle du garçon que j’étais, à ton âge. Plein d’espoirs de réussite dans mon uniforme bleu et argent. Quels sont tes plus grands souhaits, à toi ?"


Image


Reducio
Ella Davis
Meilleure Amie, promesse nocturne, confiance et loyauté aveugle
"Il fallait dire que rares étaient ceux comme Eugène qui avaient lutté si fort pour se frayer un chemin jusqu’à la véritable Ella, celle qui ne se cachait pas sous des couches de méfiance et d'silence."
Gabrielle Gray
Connaissance, rencontre agréable, intérêt
"Il était roux, comme ça mère - enfin, si cette femme est bien sa mère - et avait des yeux marron. Il me disait également quelque chose."


Image


Reducio
Julie Jing
Connaissance, rencontre agréable, intérêt
"Et aussi déconcertant que cela puisse paraitre, la première fois que tu lui as parlé, tu étais en confiance et tu ne parlais pas sous la force de la Tristesse."
Edmund Long
Amitié, camarade de dortoir, intérêt
"La Sonate au Clair de Lune, hein ? Ça a l'air compliqué comme morceau... pourquoi t'être arrêté en plein milieu ?"
Harriet Greenwoord
Camarade de Maison, connaissance, confiance
"Eugène ne semblait pas parvenir à se calmer. En même temps, avec le boucan que faisaient les Autres, c'est sur que c'était compliqué !"
John Taylor
Camarade de Maison, connaissance, échange agréable
"En rentrant dedans, je vis un garçon qui était plus âgé que moi avec un drôle de casque sur la tête. Je songea à une vieille expression qui le caractérisait bien, un poète est un monde enfermé dans un homme, il était un poète coupé du monde."


Image


Reducio
Dorothy Queen
Méfiance, aucune confiance, angoisse
"Oh, mais il a peur le petit Eugène? De quoi? Des fantômes? Des escaliers? Et tu as rencontré de bonnes personnes? Bravo! Tu mérite une médaille!"


Image


Reducio
Erin O'Leary
Amitié, confiance, intérêt romantique
"La serpentarde lui sourit de nouveau... décidément elle n’arrêtait pas de sourire depuis son arrivée ici... il fait dire qu'elle avait les conditions les plus favorables avec un domaine immense et un ami des plus extraordinaires, qui arrive au passage à lui arracher des sourires quand ça ne va pas au mieux... elle ne l’avait pas vraiment remercié pour tout ce qui lui apportait mais elle y pensait souvent, intérieurement."
Erza McGowan
Méfiance, aucune confiance, angoisse
"T'es né-moldu ? Elle t'acceptera jamais. Et sa famille encore moins. Et la mienne non plus ! Personne ne voudras de toi Eugène. T'es né-moldu, tu comprends."
Nefarius Goldwin
Méfiance, irritabilité, sympathie polie
"Nefarius ne songeait pas vraiment à ce que les autres pouvaient penser de lui, vu qu'il les fréquentait assez peu mais l'espace de quelques instants, il eût une brève pensée sur ce que fût sa relation avec Eugène et il était vrai qu'il ne s'était pas comporté de la plus sympathique des façons, le pliant à sa volonté forcenée dans la recherche de réponses pour trouver un moyen de développer ses propres activités dans une optique à la fois sinistre et cupide..."
Clarke Kane
Connaissance, intérêt
"Je doute qu'il soit beaucoup plus âgé que moi. Mais au moins un peu, j'en suis sûre. Son visage porte encore des marques de l'enfance, mais ses traits sont tout de même plus affinés que les miens."
Leann Jacky
Connaissance, rencontre agréable
"Quand il déclara qu'il l'a comprenait, Léann n'en crut pas un mot. Comment pouvait-il la comprendre ? Mais au fur et à mesure de son récit, la jeune fille se sentit un peu désolée pour lui et pour tout ce qu'il avait traversé"
Dernière modification par Eugène Harlow le 20 sept. 2021, 16:15, modifié 35 fois.

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

7 juil. 2020, 23:30
 Poufsouffle   3e année  Eugène Harlow
Image
Légende

Image En cours
Image Terminé
Image Abandonné
Image
Image


Reducio
SEPT
Image La rentrée des 1ères années - ft. Les premières années
Image Après-midi à méditer - ft. Emeline Joyner
Image [+] Les voies du Seigneur sont impénétrables - ft. Unna Bright
OCT
Error 404
NOV
Error 404
DEC
Error 404
JANV
Image Au rythme du silence - ft. Ella Davis
Image Lac étoilé - ft. Ella Davis
FEVR
Error 404
MARS
Error 404
AVRIL
Image Broken - ft. Ella Davis
Image To skies that we once knew - ft. Edmund Long
MAI
JUIN


Image


Reducio
JUIN
Error 404
JUIL
Error 404
AOUT
Error 404


Image


Reducio
SEPT
OCT
NOV
Error 404
DEC
Image Smells like Christmas spirit - ft. Erin O'Leary
Image Come Together - ft. Elizabeth Merrow
Image Have Yourself A Merry Little Christmas - ft. Erin O'Leary
JANV
Image De maquillage et d'insomnie - ft. Isla Craig
FEVR
Image La Fleur Chagrin - ft. Nefarius Goldwin
MARS
Image Douce mélodie... - ft. Leann Jacky
Image Un cadeau pas ordinaire - ft. Lila Rose
AVRIL
Image Statuts de sang ... - ft. Erza McGowan
Image [+] Personne ne voudra de toi - ft. Ella Davis
MAI
JUIN


Image


Reducio
JUIN
Error 404
JUIL
Image Le chemin de l'amitié - ft. Gabrielle Gray
Image Petites courses et une nouvelle amitié - ft. Gabrielle Gray
Image Notre héritage n'est précédé d'aucun testament - ft. Cailealta Murphy
Image [+] Tranche de vie - ft. Entourage d'Eugène
AOUT


Image


Reducio
SEPT
Error 404
OCT
Image [++] Déconstruction - ft. Solo
Image [+] Reconstruction - ft. Solo
NOV
Error 404
DEC
Error 404
JANV
Error 404
FEVR
Error 404
MARS
Error 404
AVRIL
Error 404
MAI
Error 404
JUIN
Error 404
Dernière modification par Eugène Harlow le 3 nov. 2021, 17:15, modifié 41 fois.

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

3 août 2020, 21:08
 Poufsouffle   3e année  Eugène Harlow
Image

ImageImageImageImageImage
Dernière modification par Eugène Harlow le 15 juin 2021, 11:27, modifié 4 fois.

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

9 août 2020, 22:44
 Poufsouffle   3e année  Eugène Harlow
Image




Aesthetic

Reducio
Image

Image



Image




Dernière modification par Eugène Harlow le 17 juil. 2021, 23:00, modifié 6 fois.

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

17 oct. 2020, 21:22
 Poufsouffle   3e année  Eugène Harlow
Image

01. Cailealta Murphy
Reducio
Image
Image
Statut : né-sorcier

Faceclaim : Delilah Copperspoon — Dishonored

Physiquement : Cailéalta est une femme de grande taille et au corps svelte. Elle se tient droite et sa démarche est assuré. Ce qu’on retient surtout d’elle, c’est son visage. Ce dernier est anguleux et la mâchoire carrée. Les pommettes sont légèrement creusées et les joues remonter. Son teint est naturellement pâle et ne bronze jamais (à la place, sa peau rougit et pèle sous le soleil.)

Avec un tel teint, ses cheveux ressortent d’autant plus, eux qui, initialement, sont roux. Mais depuis sa fugue, Cailéalta les teints en noirs de crainte d’être reconnu. D’ailleurs, Cailéalta préfère avoir une coiffure à la garçonne.

Son regard est décrit comme perçant. Elle regarde le monde avec confiance, et même dans l’embarras, elle ne baisse pas les yeux. Ses yeux sont amande, ses paupières tombantes et ses pupilles sont un léger mélange de bleu et de gris.

Cailéalta parfait son apparence avec une touche de maquillage et de bijoux, le tout en harmonie avec des tenues sobres, mais assortie avec toutes sortes de fleurs.

Mentalement : Cailéalta est une femme digne, fière et aux idées fortes, surtout pour son époque. Son passé a fait d’elle une personne méfiante et distante de prime abord, bien qu’elle se révèle aimable et serviable.

Elle est rongée par tout un tas de mauvais sentiment. Une colère sourde qui se mêle à la rancune et à la jalousie, le tout saupoudré par la culpabilité. Cailéalta pleure le soir pour simplement se vider la tête et le cœur, sans pour autant trouver une paix qu’elle aimerait total. Son vécu lui a laissé de vilaines cicatrices.

D’ailleurs, Cailéalta est secrète. Elle n’aime pas parler d’elle, de ce qu’elle pense et de ce qu’elle ressent. Le seul qui arrive à briser sa carapace, c’est son époux, Fearghus, qui est si tendre et patient avec elle.

Lien avec le PJ : famille éloignée, un ancêtre plus précisément

Intérêt pour le PJ : en apprendre plus sur sa famille et connaître l’origine de son gène sorcier. Sur le long terme, cela permettra à mon PJ de se sentir légitime par rapport à ses pouvoirs et légitime de vivre dans le monde des sorciers.

Informations complémentaires que nous devrions savoir : le PNJ est un portrait magique. Ledit tableau est resté inerte de lui-même, afin de ne pas subir un sortilège d’immobilisation. Il reprend « vie » uniquement en présence d’Eugène Harlow, son unique descendant sorcier.

Ce PNJ est-il destiné à faire partie des 3 PNJ autorisés en l'absence du PJ ? Non.
Image
Image
1. Enfance
Cailéalta naît lors d’un rude hiver en 1112, dans le sud de l’Irlande. À bien des égards, sa naissance ne fait pas que des heureux. La famille, une lignée de sorcier qui se veut pur, aurait aimé avoir un fils pour que leur nom perdure encore et non une fille ne serait d'aucune grande utilité, si ce n'est d'être mariée afin de récupérer la dote. Seule sa mère l’aime et son amour est inconditionnel. Après tout, Cailéalta est son tout premier enfant.

La chaumière où elle grandit se trouve à une heure du village le plus proche, au cœur même d’une forêt. Volontairement coupés du monde, ils se contentaient du strict nécessaire pour vivre. Beaucoup trop fier, le père a estimé qu’ils n’avaient besoin de personne, surtout si cette aide venait d’un Moldu. Pour lui, un bon Moldu était un Moldu mort.

Cailéalta n’eut pas d’enfance. Elle travaille tôt à la maison en participant aux tâches ménagères, avant d’aider au champ quand elle fut plus vieille. Le soir, sa mère lui apprend à lire et à écrire, puis à effectuer des calculs simples et utiles. En grandissant Cailéalta devint la fierté de sa mère qui chantait sa beauté. À ses yeux, sa fille est une princesse, bien qu’elle porte des guenilles. Mais elle est la seule à la voir ainsi. Le reste de la famille, y compris le père, l’estime comme une sangsue. Chaque jour, ils lui répètent avec amertume que c’est un garçon qui aurait dû naître et non elle.

C’est durant sa sixième année que ses pouvoirs se manifestèrent. Aujourd’hui, Cailéalta est irritée tant par la fatigue que par la frustration. Malgré tout ses efforts, personne ne l’estime. Alors, quand ont l’ordonne d’aller au champ pour travailler, Cailéalta pique une sacrée crise de colère qui brise au passage une vitre ou deux. Son père, qui s’apprêtait alors à lui remettre les idées en place, l’a félicité pour la première et dernière fois de sa vie. Cailéalta est une sorcière et elle vient de le prouver. Depuis, sa mère lui apprend à maîtriser sa magie.
2. Adolescence
À onze ans révolus, Cailéalta intègre Poudlard après plusieurs mois de négociation avec son père. Ce dernier ne voyait pas l’utilité d’y aller, sans compter qu’il ne voulait pas que sa fille fréquente n’importe qui. C’est grâce à sa mère que Cailéalta gagne gain de cause. C’est en 1123 qu’elle pénètre pour la première fois dans la Grande Salle et elle fut répartit à Serpentard, une maison qu’elle chérit et qu'elle vante les mérites.

Durant sa treizième année, la famille s’agrandit. À présent, Cailéalta a un petit frère pour son plus grand malheur. Du jour au lendemain, le peu d’attention qu’elle avait se portait sur ce tout petit bébé qui devint l’unique héritier de la famille. Tout lui était dû et Cailéalta n’aurait droit à rien. Face à cette injustice, sa mère essaie de recoller les morceaux : le peu d’argents qu’elle gagne de droite à gauche, elle le met de côté pour sa fille qui héritera tout à ses dix-huit ans. Malgré tout, Cailéalta ne cessera d’éprouver de la jalousie envers Andrew, son petit frère.

En bon mouton noir, Cailéalta ne faisait rien de bien aux yeux des autres (sauf de sa mère, bien sûr, celle qui l’aime inconditionnellement). Elle est dénigrée et humiliée, tandis qu’Andrew devint un enfant roi. D’ailleurs, tous deux se méprise mutuellement.

Ses uniques moments de bien-être sont à Poudlard, où elle se révèle être une sorcière douée en sortilège. Pour compenser son manque de confiance, Cailéalta est studieuse et ses quelques amis comblent le manque d’affection.

Durant sa quatorzième année, Cailéalta se découvre un talent pour la peinture. Sa mère l’encourage dans cet art et lui confectionne même de la peinture grâce à des plantes et à des pigments. À force de reproduire son environnement, Cailéalta s’améliore rapidement et trouve même son propre style au bout de deux ans de pratique. La peinture devint son échappatoire, une activité qui canalise tout mauvais sentiment. Elle peint par plaisir et pour faire plaisir aux autres.

À ses BUSES et plus tard à ses ASPIC, Cailéalta obtient une bonne moyenne qui promettait une vie sereine et en toute indépendance, seulement, son père avait d’autres projets pour elle.

À peine sa scolarité à Poudlard finit, son père arrange son mariage avec un vieux sorcier du coin, le seul homme qui veut bien d’elle sous son toit. Bien que Cailéalta soit contre et qu’elle émane le souhait de poursuivre ses études, son père met fin à toute discussion et prévoit le mariage dans les mois qui suivront. Il n’avait qu’une hâte : se débarrasser d’elle au plus vite.

Désemparé, Cailéalta supplie sa mère d’empêcher ça, mais malheureusement, cette dernière n’a pas son mot à dire. Pour autant, il était hors de question d’abandonner sa fille. La nuit même, quand tous furent endormis, elle aide Cailéalta à prendre la fuite. Pour passer inaperçu, elle se coupe les cheveux et les teint en noir, avant de se dissimuler sous une longue cape fait de peau de cerf et dont le crâne de ce dernier sert de capuchon. Elle disparaît aussitôt dans le bois, la bourse pleine et sa baguette accroché à la ceinture.
3. La fuite
Les premiers jours de sa cavale furent un enfer. Tout le clan familial eut vent de sa fuite et tous étaient aux aguets pour la retrouver. Plus d’une fois, Cailéalta a failli se faire prendre. De plus, elle ne peut se permettre de demander de l’aide à quiconque, pas même à un sorcier des environs qui, sans regret, la livreront à son père en échange d’une certaine somme d’argent.

Elle mit donc plusieurs mois pour s’éloigner suffisamment de sa région natale, elle qui marche droit en direction du Nord de l’Irlande. De temps en temps, elle fait halte dans diverses villes le temps d’un mois ou deux. Elle enchaîne les petits boulots et quand elle a le temps, elle peint les passant et les voyageurs, ainsi que des paysages divers. Ses modestes toiles se vendent comme des petits pains et elle garde précieusement ce supplément d’argent en cas de problème.

Son voyage dure encore plusieurs mois, ou elle s’ouvre au monde des Moldus. À force de les côtoyer et d’évoluer parmis eux, elle comprit que tous n’étaient pas des êtres méprisables. Beaucoup sortent du lot et que tous sont bienveillant à leurs manières. Au fil de son périple, certains Moldus l’aidèrent sans hésitation et en échange, Cailéalta fait de même. Ainsi, elle a pu dormir sous un toit, avoir des repas chaud, des moments de bonheur et d’affection. Elle a pu se procurer des vivres gratuitement, et même de nouveaux vêtements.

Puis à l’aube de ses dix-huit ans, après un an d’exploration et de bon souvenir, elle finit par s’installer dans l’actuelle région de Wexford, non loin d’une ville qui porte le même nom.

Loin de ses terres natales et de ce qu'elle avait été.
4. Adulte
À partir de maintenant, son calvaire n’est qu’un lointain souvenir.

De ses mains et à l’aide de la magie, Cailéalta se construit une chaumière en pleine forêt, où elle y vit seule avec ses chats sauvages. De temps en temps, elle descend en ville pour quelques petits boulots, mais aussi pour y vendre ses peintures et pour apporter son aide à différents Moldus dans le besoin. Bien vite, Cailéalta est vue comme une habitante à part entière de la région et elle devint apprécié. Les habitants de Wexford la décrivent comme une ermite serviable avec un sacré coup de pinceaux et avec le temps, ils la surnomment « Le Cerf » en référence à la peau de bête qu’elle porte souvent comme une cape.

À ses vingt-un ans, elle fait la rencontre d’un jeune noble Moldu qui vit non loin de la ville. Ce dernier chassait dans sa forêt un beau jour et avait décoché une flèche dans sa direction en la prenant pour un Cerf à cause de cette même cape. Par chance, aucune blessure n’est à déplorer. Le noble, nommé Fearghus, s’est longuement excusé et voulut la dédommager pour le choc causé. Alors, quand Cailéalta l’invite à prendre simplement le thé, Fearghus ne put refuser.
Suite à cette première rencontre, Fearghus vint la voir occasionnellement et bien vite, une forte amitié naquit entre eux. Elle fut même invitée à réaliser d’officiel portrait de Fearghus, tant son talent était de qualité. Cailéalta est fière d’être arrivé à ce niveau après tant d’année de travail acharnée et elle peut maintenant vivre de cette passion.

Un an après et ayant gagner la confiance des Murphy, Cailéalta fut invité à vivre auprès d’eux en échange de ses tableaux. Adieu la peau de Cerf et ses guenilles ; entre les murs du domaine, Cailéalta était chouchouté. Le chef de famille lui paye même un professeur particulier, afin de l’instruire et qu’elle puisse se tenir convenablement en société.

Une année passe et de nouveaux sentiments à l’égard de Fearghus naquit : elle est amoureuse et c'est réciproque. Fearghus demande la permission à son père de l’épouser et ce dernier accepte à une seule condition : qu’il courtoise Cailéalta dans les règles. Pendant un an, tout deux apprendront se connaître, sortir ensemble et voyage, et Cailéalta aura le droit à de merveilleux cadeaux. Puis, un bon jour, Fearghus put enfin lui demander sa main. Sans le moindre regret, Cailéalta accepte, heureuse d’épouser un homme qu’elle aime éperdument.

Tout juste après, Cailéalta dû lui avouer qu’elle était une sorcière. Méfiant au début, Fearghus décide que cette histoire de magie ne change rien et il fut même heureux d’en apprendre davantage sur le monde magique.

Le mariage se tient à l’aube de ses vingt-quatre ans. Désormais, Cailéalta devint une Murphy. Dans l’année même, elle tombe enceinte et donne naissance à un petit garçon baptisé Orion et il sera son unique enfant.
5. Cancer de l’utérus
Quelques mois après l’accouchement, son état de santé se détériore. Ses périodes de menstruation se font soudainement douloureuses, tout comme ses rapports avec Fearghus. L’année d’après, à vingt-cinq ans, elle tente par trois fois de tomber enceinte, mais sans sucées et le quatrième essaie se résulte à une fausse-couche.

Durant sa vingt-sixième année, son état ne fait que d’empirer : elle saigne hors de ses périodes de menstruation, son bas du dos devint douloureux, aller aux toilettes devint un calvaire et elle enchaîne les infections vaginales. De plus, elle perd énormément de poids et elle est constamment fatiguée. Les médecins qui vinrent l’ausculter sont incapables de mettre un mot sur le mal qui la ronge.
6. Derniers moment
Vivre est devenu un calvaire, bien pire que tout ce qu’elle a vécu jusqu’ici. Elle se sent mourir et rien ne pouvait la soulager, pas même ses potions. Néanmoins, Cailéalta reste forte et élève son fils jusqu’à son dernier souffle.

Fearghus reste également à ses côtés. Il l’aide à se laver, à s’habiller, à se changer à la moindre fuite urinaire et c’est lui qui passe ses journées à pousser son fauteuil roulant et non un serviteur. À ses yeux, c’est son devoir de mari : prendre soin de son épouse jusqu’à que la mort vienne l’accueillir et Fearghus est resté jusqu’au bout.

À vingt-sept ans, Cailéalta trouve le courage de peindre un dernier tableau qui serait un autoportrait. Fearghus l’a aidé à mettre en place le décor et à l’habiller convenablement pour l’occasion. Elle mit un an pour finir ce tableau tout particulier : ce dernier est magique. Elle met ses dernières forces et toute sa volonté dans ce projet si important à ses yeux.

Un cadeau pour son fils et son époux.
Un souvenir d’elle pour les aider à surmonter le deuil qui allait survenir.


Cailéalta décède quelques jours après son vingt-huitième anniversaire en 1140. Elle est enterrée dans la crypte familiale ou elle y repose encore avec son époux et son fils.

Pour lui rendre hommage, Fearghus demande à ce que le blason et la devise familiale changent. Le cerf devint donc l’animal emblème de la famille et « Risen from the Ashes » fut choisi comme nouvelle devise, le tout faisant référence à la vie passé de sa défunte et aimée femme.
7. Vestige et Héritage
Au fil des siècles, le tableau est resté longuement au Domaine actuel des Harlow. Il fut précieusement conservé et entretenu. Quand Ambrose Harlow et sa femme ont déménagé à Dublin, il emporte avec lui le portrait qui est maintenant exposé dans sa bibliothèque privée. Le tableau, toujours inerte, attend sagement l’arrivé d’un descendant qui aurait hérité du gène sorcier.
Image

Blason créer par Erin O'Leary
Dernière modification par Eugène Harlow le 18 août 2021, 19:11, modifié 3 fois.

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

17 avr. 2021, 20:17
 Poufsouffle   3e année  Eugène Harlow
Image

— Diagramme fait par Cassandre Mcwood
— Blason fait par Erin O'Leary
— Design et ornement de la fiche par mes soins
— Idée mise en page des relations par Leann Jacky
Dernière modification par Eugène Harlow le 5 sept. 2021, 09:26, modifié 6 fois.

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras