Inscription
Connexion

23 avr. 2018, 22:34
Rien de plus qu'un arbre  Privé 
Privé

Octobre 2042

L'air commençait lentement à ce rafraîchir en ce mois d'Octobre. Les arbres se mettaient peu à peu a perdre leurs feuilles. Le soleil entamait lentement sa descente vers l'horizon, annonçant la fin de l'après-midi, et aussi bientôt, le dîner. L'estomac de Chems en gargouillait d'avance.

Pourtant son propriétaire n'avait pas réellement l'esprit à cela. Allongé sous un des arbres du parc, ses deux bras croisé sous sa tête et le regard tourné vers le ciel, le jeune garçon songeait à sa rentrée. A comment sa vie avait basculé depuis à peine un mois. Il connaissait déjà des histoires de ce monde sorcier avant même de rentrer à Poudlard. Mais il y avait une sacré différence entre les imaginer et les vivre. Et jamais, pendant une seconde, il ne c'était imaginer qu'il aurait la chance de faire une différence avec son frère. Chems avait déjà accepté de vivre comme un moldu. Il avait fait son deuil. Et il le vivait bien! Mais maintenant, il avait été ramener de nouveau en face d'un rêve auquel il avait renoncé sans cessé d'admirer. Il le vivait comme une deuxième chance alors qu'il savait au fond de lui qu'en vérité...être né sorcier était sa seul chance. Chems se redressa brusquement en se giflant les deux joues comme pour se réveiller. Ressaisi-toi imbécile. Tu vas pas commencer à t'apitoyer sur ce que tu es aussi, se moralisa t-il en secouant la tête et en se redressant en s'appuyant sur son genoux. Il se mit à tourner autours de l'arbre sous lequel il était allongé depuis une bonne demi-heure maintenant.

« Tu te rend compte que la plupart de tes amis ne pourront jamais monter sur un balais qui vole de toute leur vie Chems ! Arrête de faire l'enfant gâté », se sermonna t-il tout seul en tapant dans un cailloux.

Ouai! Il allait vraiment peut être pouvoir faire ça. Et pleins d'autre trucs super cool aussi ! Il renifla. Dommage que pratiqué la magie en dehors de l'école soit interdit...

A cette pensée, ses épaules retombèrent d'accablement et son regard se fit blasé alors qu'il arrêtait de marcher, pensif. Il avait autant de choses super intéressante que de règles nulles. Chems se remit aussitôt à tourner autours de l'arbre, enfonçant rageusement ses mains dans ses poches. Les couloirs inaccessibles, l'interdiction d'utilisation de la magie en dehors de l'école, l'espèce de couvre-feu bizarre!. Chems rattrapa une feuille morte dans sa main d'un geste fluide avant qu'elle ne puisse atteindre le sol. L'arbre !Attendez...l'arbre?. Chems baissa les yeux sur sa main qui tenait encore la feuille sèche maintenant en morceau et cligna plusieurs fois des yeux avant de lever le regard pour le posé sur l'objet de ses interrogations.

À l'extrémité du parc, bien mit à l'écart de celui-ci, Chems scruta le saule au tronc enroulé, qui venait à peine de perdre toutes ses feuilles.
Sur celui-ci aussi pesait une règle:

Ne pas s'approcher du saule de l'école

Pourquoi ?! cria l'esprit agité de Chems. Ce n'était qu'un arbre ! Un majestueux et très étrange arbre, c'est vrai. Mais il ne restait rien de plus qu'un arbre ! Il fit la moue mais il la perdit très vite quand une idée le secoua. Il pouvait simplement y jeter un coup d'oeil. L'arbre n'était pas protégé après tout. Il pouvait juste s'en approché et en faire une observation rapide puis rentrer juste à temps pour le dîner.

Ça sonne comme un bon plan, s'enthousiasma Chems alors qu'un rictus étirait ses lèvres.

Fort de sa résolution, Chems entama sa traversée vers l'arbre, le pas assuré.
Dernière modification par Chems Daley le 12 mai 2018, 00:33, modifié 3 fois.

In my defense, I was left unsupervised
5ème année RP - Game On

24 avr. 2018, 21:15
Rien de plus qu'un arbre  Privé 
La tête dans les nuages, Lucy marchait sans but depuis un moment.  Elle était toujours très distraite et aujourd’hui ; ses pas qui auraient dû la ramener à la salle commune, où brûlait dans la cheminée un bon feu chaleureux, l’avaient amenée au parc. Elle sursauta quand elle se rendit compte qu’elle était dehors. Un frisson parcourut son corps et elle resserra sa cape sur elle. Bah, puisqu’elle était là, elle pouvait en profiter pour se promener. Après tout, qu’avait-elle à faire en attendant le dîner ? Cela faisait un mois qu’elle était à Poudlard et elle n’avait toujours pas d’amis. A ces pensées, ses yeux se remplirent de larmes. D’une main hésitante, elle fouilla dans son sac en bandoulière et en extirpa une longue écharpe rouge et son bonnet rose favori. Elle enfonça son bonnet sur son crâne ; et tant pis si elle défaisait ses deux jolies couettes.  La chaleur de l’écharpe lui réchauffa autant le corps que le cœur ; c’était un cadeau de son frère Celian pour sa rentrée à Poudlard ; le vêtement avait une signification toute particulière pour la jeune fille.

Le soleil descendait doucement dans le ciel,  emportant avec lui quelques zestes de jour et annonçant l’approche de l’heure promise et tant attendue du dîner chaud et réconfortant. Le ventre de Lucy gargouilla de plus belle. Elle sortit de son sac des choux à la crème qu’elle enfourna aussitôt dans sa bouche. La cuisine réconfortante de maman. Les larmes lui montèrent aux yeux ; puis d’un coup, elle ne tint plus : elle pleura pour de bon. La fillette s’assit mollement sur le sol humide et boueux, sans aucune considération pour sa cape et son sac. Elle ramena ses jambes vers elle et les entoura de ses bras. Elle sanglotait et reniflait bruyamment. La crème pâtissière fondait doucement sur sa langue, répandant le goût sucré qu’elle aimait tant, la vanille lui rappelait les souvenirs de son enfance. Maman lui avait envoyé il y a peu quelques choux à la crème, elle avait peur que sa fille ne mange pas à sa faim à Poudlard ! Mais Lucy, déjà en surpoids, n’avait bien évidemment pas besoin de ce surplus et pourtant… c’était tellement bon de manger à nouveau les gâteaux de maman. Elle lui manquait, et papa aussi ! Et elle avait tellement hâte de revoir Oswald, Celian et Daniel, ses frères. Elle n’avait jamais été séparée aussi longtemps de sa famille et peinait à supporter cette distance. La fillette sortit de son sac son mouchoir en tissu préféré ; celui qui avait des éléphants bleus brodés, et essuya ses yeux larmoyants et son nez humide.

Elle releva la tête pour regarder autour d’elle. Au moins, c’était joli, ici. L’automne prenait peu à peu ses marques ; le sol était parsemé de feuilles allant de l’orange au brun foncé. C’était un joli tableau plutôt réconfortant même si elle préférait les paysages de son enfance. Elle laissa tomber sa main sur le sol et bientôt, un insecte grimpa dessus. Elle leva la main vers elle pour l’observer. Ses six pattes s’activaient pour parcourir expressément la main de la fillette ; peut-être cherchait-il une échappatoire. Il déploya ses ailes et s’envola. Et elle, où était son échappatoire… ? Elle regarda l’insecte s’éloigner encore un instant, et soudain son regard tomba sur un jeune garçon non loin d’elle. L’enfant à la chevelure châtain marchait tout droit en direction du saule cogneur. Lucy  reconnut aussitôt l’arbre : tout le monde savait qu’il était interdit de s’en approcher ! La fillette l’avait déjà vu à l’œuvre un jour où l’arbre capricieux avait agité nerveusement ses branches pour se débarrasser de quelques oiseaux ignorants. Mais que faisait ce garçon ? C’était probablement une erreur, ce n’était pas sa destination, il allait juste regarder de plus près puis partir. Personne ne pouvait être assez stupide pour s’en approcher délibérément ! Mais le garçon continuait de marcher vers l’arbre. Lucy se leva d’un bond et, sans réfléchir, se dirigea aussitôt vers le jeune sot.

« A…arrête-toi ! » voulut-elle crier. Mais ce n’était qu’un murmure hésitant qui avait franchi ses lèvres. Elle maudit sa timidité. La jeune fille ferma les yeux, prit une grande inspiration et se répéta mentalement : ne pas bégayer, parler fort et distinctement. Elle ouvrit les yeux et s’apprêtait à réitérer sa tentative mais… trop tard. L’une des branches de l’arbre fendit l’air et frappa de plein fouet le garçon qui, après un vol plané, atterrit face contre terre un peu plus loin,  heureusement hors de portée de l’arbre. Lucy s’approcha avec hésitation du jeune garçon, et lui dit innocemment, bien que ce fut maintenant inutile : « Ce…cet arbre est dan…dangereux. »

Tous à l'abordage !
Tallucy, les princesses rebelles.
J'aime les choux à la crème.

25 avr. 2018, 20:51
Rien de plus qu'un arbre  Privé 
Chems leva la tête pour observé dans toute sa hauteur l'arbre prohibé de l'école alors qu'il s'en approchait, le pas plus lent maintenant qu'il était assez proche. Il laissa échappé un souffle ébahi...Le saule était d'autant plus magnifique vu de près. Il n'était pas doué en botanique. Il ne connaissait même rien de ce domaine. Mais cet arbre semblait vieux...très vieux. Tout, de ses immenses racines qui tapissaient le sol autours de lui, jusque dans ses longues branches pointant vers le ciel renforçaient l'image mystique que le garçon se faisait à présent. Pourquoi diable était-il interdit de s'approché de cette merveille ? La direction avait peut être peur de potentiels dégâts que pourrait causé les élèves sur cet ancêtre.

C'était un véritable gâchis. Chems ne pouvait que s'imaginer le panorama grandiose que pouvait offrir une de ses branches. Il pourrait même en faire son petit repère personnel. Il n'y avait rien de mieux que la tranquillité du sommet d'un arbre aussi gigantesque. Après tout, il en avait grimpé des moins fourni en branches. Celui-ci serait un jeu d'enfant. Le garçon croisa les bras, perplexe. Pesant le pour et le contre. Il n'y avait personne pour le surveiller ou l'arrêter. Mais d'un côté, cette interdiction le plongeait dans un état de profonde confusion. Il n'était pas bête au point d'ignoré que l'avertissement que l'école avait placé avait forcément une signification. Mais, Chems tourna vigoureusement la tête de droite à gauche, cherchant quelques chose sans savoir quoi, de quoi fallait-il se méfier exactement ?
En cherchant sa menace imaginaire, Chems distingua du coin de l'oeil une silhouette du coin de l'oeil se relever brusquement. Il voulu se retourner complètement vers elle, prêt à s'en approché intrigué. Peut être que cette personne pouvait le renseigner?

Un violent...coup de vent(??)... le stoppa net, lui sortant tout l'air des poumons. Mais qu'est-ce que-??! Il eut à peine le temps de pouvoir comprendre qu'il était dans les air qu'il retomba, avec autant de force que ce qui l'avait fait volé, sur le sol inconfortable et humide. Un peu sonné, il n'entendit presque pas la voix tremblante à ses côtés, occupé à recracher la terre qu'il avait littéralement manger de force à défaut de se casser le nez.

«Ce...cet arbre est dan...dangereux.»

Chems tourna son visage, la joue toujours pressé sur la terre moite, toujours surprit de sa chute imprévue, et croisa le regard inquiet d'une jeune fille, le visage presque entièrement masqué entre son bonnet et sa grande écharpe rouge. Une élève de Gryffondor? Non. L'écharpe était différente...Chems ne se dérangea pas à bouger, trop occupé à scruté cette nouvelle arrivante. La jeune fille semblait avoir le même âge que lui, si ce n'est même plus jeune. Chems se souvenait de long cheveux noirs à sa rentrée, sur sa barque même. Mais les sensations étaient différentes...la posture était différente...ce n'était pas la même fille. Tant mieux, souffla t-il de soulagement. Plus détendu, Chems leva le pouce comme geste de salutation : « Sympa l'écharpe » lui sourit-il, le corps encore misérablement écrasé sur le sol. À la réflexion, ce devait être la silhouette qu'il avait aperçut avant que cette espèce de brute ne lui fasse faire un vol plané...

Le garçon écarquilla soudain les yeux, reprenant conscience de sa position. De pourquoi il en était arrivé là! L'arrivé de cette fille l'avait suffisamment déconcentré pour en oublier ce qui l'avait amené ici. Il se releva précipitamment et à peine voulu t-il reposer les yeux sur le saule tant énigmatique qu'il fut accueillit par une scène déconcertante.

Le vielle arbre si calme quelques secondes plus tôt c'était mis à se mouvoir. Ses branches dansaient autours de lui, tournant à mesure que le tronc semblait vouloir s'entortillé d'avantage. Chems sentit sa mâchoire tombé et la réalisation le frappé de plein fouet. C'était ça le problème ! Ça !

« C'est carrément génial ! » explosa Chems en sentant une vague d'excitation le submergé. Il tourna la tête vers la jeune fille, les yeux brillant d'enthousiasme. «C'est un arbre vivant ! » tonna t-il à titre d'information comme si il se sentait responsable de décrire ce qui l'avait épaté. Pourquoi n'était-elle pas plus enjoué? Mais ... « Attend une seconde, tu m'as dit dangereux? »

In my defense, I was left unsupervised
5ème année RP - Game On

27 avr. 2018, 14:02
Rien de plus qu'un arbre  Privé 
Lucy fixait de ses grands yeux noirs le jeune garçon qui semblait encore un peu sonné. Etait-il blessé ? Pire, mort ? Mais non, il ne pouvait pas être mort. Il était en train de recracher de la terre qu’il semblait avoir mangée. Un mort ne crache pas de la terre. Quoi que… un frisson d’horreur parcourut la fillette qui se souvint des films d’épouvante qu’elle regardait avec ses frères. Qui savait ce qu’il était susceptible d’arriver, dans cette école de magie ? Le regard du garçon croisa le sien. Non, il n’était définitivement pas mort. En fait, il semblait même s’en être plutôt bien sorti. Toujours au sol, il semblait reprendre peu à peu ses esprits. Il leva même le pouce et complimenta son écharpe. Lucy haussa un sourcil. Il était vraiment bizarre. Il venait de faire un vol plané et de s’écraser contre le sol, et tout ce qu’il trouvait à faire, c’était de complimenter son écharpe ? Avait-il réellement repris tous ses esprits ? Alors qu’elle tendait la main vers lui pour l’aider à se relever, il la devança et se releva d’un bond, cherchant du regard le saule cogneur.

L’arbre semblait contrarié par cette visite importune. Il balançait ses branches comme pour mettre au défi quiconque souhaitant s’approcher de lui. Lucy grimaça. Cela ne devait pas être agréable, d’être frappé par l’une de ses branches ! Son regard se tourna à nouveau vers le garçon qui semblait tout à fait émerveillé par la scène. Les yeux écarquillés, il suivait du regard les mouvements de l’arbre. Le visage encore maculé de terre, son enthousiasme était palpable, on aurait dit qu’il était prêt à se jeter à tout moment sur l’arbre.

« C'est carrément génial ! » cria-t-il plus fort que nécessaire, arrachant une grimace à la fillette. « C'est un arbre vivant ! » reprit-il joyeusement avant de marquer une courte pause. « Attends une seconde, tu m'as dit dangereux? »

La fillette était soulagée de constater que le garçon semblait aller parfaitement bien. Son vol plané, magnifique soit dit en passant, l’avait inquiétée. Rassurée, elle ne put s’empêcher d’éclater de rire. Le garçon la regardait avec un sourire béat, le visage et les cheveux pleins de terre, et il ne semblait nullement dérangé par la mésaventure qu’il venait de vivre. Qu’avait-il dit, en plus ? Un arbre vivant ? Ses éclats de rire redoublèrent d’intensité. Elle riait aux larmes, se tenant les côtes. Elle en oubliait même que quelques minutes plus tôt, elle pleurait encore sa famille qui lui manquait, la distance qui les séparait, la vie à Poudlard qui n’était pas si belle qu’elle le pensait. Le garçon venait d’égayer sa journée. Elle lui adressa un franc sourire.

« Bien sûr qu’il est vi… vivant ! Comme tous les a…arbres ! » Parvint-elle à dire entre deux éclats de rire. Toute rouge, elle était essoufflée à force de rire. Elle réussit peu à peu à se calmer et reprit son souffle. Elle n’avait pas ri ainsi depuis... Depuis des mois. Depuis sa séparation avec sa famille. Un sourire timide naquit sur ses lèvres. « C’est un arbre magique… je ne sais pas pourquoi un… un arbre aussi dangereux a été plan… planté dans le parc » avoua-t-elle. « Mais tu … tu devrais éviter de t’en approcher à l’avenir ! »

Lucy écarquilla les yeux. Elle avait failli oublier ! Elle glissa la main dans son sac et en extirpa un mouchoir en tissu avec des éléphants brodés. Non, pas celui-là, pensa-t-elle en se souvenant s’être mouchée dedans. Après une deuxième tentative, elle sortit un beau mouchoir aux teintes orangées, orné de renards multicolores. Sur celui-là, elle avait brodé elle-même les petits renards un jour où elle s’entraînait à la broderie avec sa mère.

« C’est pour toi… pour t’essuyer le visage… » dit-elle d’une voix toute timide, en détournant le visage. Elle rougit en lui tendant le mouchoir.

Tous à l'abordage !
Tallucy, les princesses rebelles.
J'aime les choux à la crème.

28 avr. 2018, 17:03
Rien de plus qu'un arbre  Privé 
Pour m'essuyer le visage? ... Ça ? Ne put s'empêcher de penser Chems, oubliant momentanément l'arbre, en fixant le beau morceaux de tissu que lui tendait nerveusement la jeune fille. Il resta pantois quelques secondes de trop quand, d'un léger mouvement de recul, il la vit rétracté doucement sa main, le visage confus. Chems écarquilla les yeux, humant l'air maintenant épaissit d'embarras. Il y avait eu un malentendu !

« C'est gentil !! » Se rattrapa t-il gauchement en haussant la voix pour récupéré son attention. « Mais regarde... » Chems tira sur la manche de son t-shirt, inopportunément assez clair (mais il n'y fit pas attention) et se frotta frénétiquement le visage. Cela fait, il écarquilla les bras, s'exposant de la tête au pied. « ...Tout propre ! » finit-il positivement en voyant le visage de la fillette enfin se retourner vers lui, espérant avoir effacé toute confusion. «Ne l'abîme pas pour quelques chose comme ça » lui sourit-il, reconnaissant de l'aimable geste.

Le sifflement de l'air, fouetté par les immenses branches du saule reporta l'attention du garçon sur celui-ci. Les mouvements hypnotisant de l'arbre, faisant virevolté ses bras de branchage, tel une danse capricieuse, le captivait. Sans pour autant s'éloigné de la jeune fille, Chems se tourna légèrement pour faire face à cette scène si inhabituel et se laissa tombé sans cérémonie par terre. Il réajusta sa position de manière à être assit en tailleur et posa son coude sur son genoux, appuyant son visage dans sa main en observant distraitement le spectacle. « Un arbre magique hein... » expira t-il. Tu es dans une école de magie, il va falloir commencer à t'y habitué, s'essouffla t-il. Tout était si exceptionnel et nouveau. Chems se sentait engloutit par ce monde si différent de celui dans lequel il avait grandit. Il ignorait pourquoi ce poids lui retombait maintenant sans prévenir. Mais avec cette atmosphère si sereine, cette fille qui lui semblait si délicate, cette douce odeur de nourriture que son esprit semblait pressentir à l'approche du crépuscule, tout cela l'avait plongé dans une illusion de temps plus ancien. Un temps ou les escaliers et les arbres ne bougeaient pas, ou du moins pas seuls.

Sa rêverie le remmena à son échange tout récent avec cette fille qu'il venait à peine de rencontrer. « Bien sûr qu’il est vi… vivant ! Comme tous les a…arbres ! » Lui avait-elle rappelé dans son rire. Chems rougit en enfonçant un peu plus son visage dans sa main. Il n'avait pas que engager une discussion avec une parfaite inconnu en parlant d'un arbre (alors qu'il n'était même pas un grand amateur de plante! À la différence d'un de ses camarade de maison). Il venait aussi de passé pour un abruti. Il fallait absolument qu'il rattrape le coup.

« Je sais bien que les arbres sont vivants...» bredouilla t-il avec une moue en tournant son visage vers la fillette. « Je parlais de conscience. »

... non, c'est quand même génial, conclut t-il finalement après l'avoir réellement dit à voix haute, perdant définitivement et aussi soudainement toute quelconque gêne qui avait pu l'envahir précédemment. Remplaçant aussi vite sa moue par un sourire malicieux, le garçon, à la force de ses bras, retourna son corps vers la fillette sans décroisé les jambes. « Je sais pas si il, il pointa du doigt le saule, ponctuant son discours sans quitter la jeune fille du regard. ...est dangereux, mais c'est le premier arbre avec une conscience que je vois de mes yeux. Et ça me suffit pour dire qu'il m'intéresse et que je veux en savoir plus » Acheva le garçon avec insolence sans visé directement son interlocutrice mais les personnes qu'il savait derrière le règlement envahissant de l'école.

Jugeant qu'il avait suffisamment justifié son comportement de précédemment et que le moment était plutôt bien choisi pour ne pas rester sur un échange anonyme, le garçon, de sa position à même le sol, lança sa main en direction de la fillette, dans l'espoir d'obtenir une poignée de main, si non son prénom.

« Enchanté au faite, moi c'est Chems ! »
Dernière modification par Chems Daley le 29 avr. 2018, 22:32, modifié 1 fois.

In my defense, I was left unsupervised
5ème année RP - Game On

29 avr. 2018, 22:24
Rien de plus qu'un arbre  Privé 
Lucy gardait la main tendue, attendant patiemment que le garçon saisisse le mouchoir. Mais il n’en fit rien. Pourquoi ? Il n’aimait pas les motifs ? Il aurait peut-être préféré les éléphants bleus, plutôt que ces renards brodés maladroitement par une fillette ? Mais elle n’avait que ces deux mouchoirs-là dans son sac… Une unique larme, discrète mais éloquente, glissa lentement sur sa joue. Elle aurait dû prendre celui avec les écureuils. Oui, il préférait probablement les écureuils ! Ou bien peut-être aimait-il juste être couvert de boue. Comme pour confirmer ces pensées, le jeune garçon s’essuya avec son tee-shirt, aggravant son cas. « … Tout propre ! » se justifia-t-il avec son sourire candide. Lucy ne put réprimer un sourire lorsqu’il lui avoua ne pas souhaiter abîmer son mouchoir.

Le garçon s’assit par terre. Il semblait captivé par l’arbre. Délicatement, la fillette s’assit à côté de lui. Elle réajusta sa cape et enfouit son nez dans son écharpe. Le temps se rafraichissait. Son regard curieux allait non pas en direction de l’arbre, mais vers le garçon. Un mélange d’émotion semblait se succéder sur son visage tandis qu’il regardait toujours le saule. Lucy se demanda si lui aussi, il avait du mal à se faire à la vie à Poudlard. Sa fascination pour l’arbre amenait la fillette à croire qu’il avait probablement grandi sans magie. Comme elle, à ceci près que son père était sorcier  et qu’il lui avait déjà raconté plusieurs histoires, notamment sur Poudlard. Le garçon enfouit son visage dans sa main et rougit. A quoi pensait-il ? Lucy détourna le regard, gênée d’épier ainsi son camarade.

« Je sais bien que les arbres sont vivants...» bredouilla-t-il « Je parlais de conscience. » Elle tourna la tête vers lui. Ce coup-ci, ce fut elle qui devint rouge comme une tomate. Oh, non ! Il avait dû penser qu’elle se moquait de lui, alors que pas du tout ! Elle avait juste ri de son innocence, à dire que les arbres n’étaient pas vivants ! Elle ne put réprimer un bref éclat de rire qu’elle tenta toutefois de camoufler en toussotant. Un élan de culpabilité la submergea. Pour qui passait-elle ?! Il reprit la parole avec un sourire malicieux et lui fit part de son souhait d’en apprendre davantage sur le saule cogneur.

« Enchanté au fait, moi c’est Chems ! » conclut finalement le garçon en lui tendant la main. Toute rouge, Lucy serra timidement la main du garçon. « Je m’appelle Lucy… » bredouilla-t-elle. Elle plongea son regard dans celui du garçon. Elle y lisait une sorte de mélange de douceur et de défi. La fillette sourit. Il semblait si gentil, mais il avait indéniablement un tempérament complètement différent du sien. Lucy, depuis l’enfance, enviait ce genre de personne, elle qui était si timide, si prudente ! Bien que ses parents préféraient incontestablement le tempérament doux et calme de la fillette à celui de son cadet, elle aurait aimé ressembler à Oswald. Son petit frère, le casse-cou de la famille toujours à la recherche de nouvelles bêtises avait la même lueur dans le regard que Chems. Lucy ne put s’empêcher d’imaginer en lui un potentiel ami. Il plairait à Oswald, ça c’était sûr ! Si toutefois son jeune frère acceptait de s’intéresser un peu à sa nouvelle vie. Il avait instauré entre eux une distance depuis la réception de sa lettre pour Poudlard. Le garçon était ce qu’on appelait un « Cracmol », et bien que cela ne fut pas une réelle gêne car leur famille avait toujours vécu sans magie, l’enfant le vivait mal car il était le seul de la fratrie à ne disposer d’aucun don pour la magie. Lucy sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle inspira tout doucement, les yeux fermés, pour reprendre son calme. Chems n’allait rien comprendre, si elle passait des rires aux larmes si rapidement !

« Tu as dit que tu voulais en…en savoir plus sur le saule co…cogneur… » Commença-t-elle timidement. « Peut-être pourrais-tu trouver quelques in…informations sur ce type d’arbre à la bibliothèque ? ». Lucy rougit, honteuse. Pour elle, au moindre questionnement, c’était les livres qu’elle interrogeait les premiers ! Mais à bien y réfléchir, elle peinait à imaginer le garçon se ruer à la bibliothèque pour lire des douzaines d’ouvrages jusqu’à trouver les informations désirées. Il disposait d'un individu de son objet d’étude juste sous son nez ! Elle tordit nerveusement ses doigts. Une pensée lui revint, par rapport à son propre frère et aux émotions qu’elle avait cru voir chez le garçon il y a peu.

« Tu… as du mal à t’habituer à la vie, ici ? » demanda-t-elle d’une voix douce, semblable à un murmure. « Tu… n’es pas trop habitué à la magie, je me trompe ? ». Elle espérait ne pas importuner le garçon, elle parlait de sujets peut-être sensibles alors qu’ils se connaissaient à peine ! Mais elle se sentait à l’aise avec lui et son attitude vis-à-vis d’elle était très amicale. Elle souhaitait en apprendre davantage sur lui. Et qui sait, ce changement de conversation le détournerait peut-être de cette idée stupide d’aller jouer avec un arbre qui bouge tout seul !

Tous à l'abordage !
Tallucy, les princesses rebelles.
J'aime les choux à la crème.

30 avr. 2018, 20:28
Rien de plus qu'un arbre  Privé 
Chems lui sourit discrètement, heureux de la voir enfin le regardé dans les yeux, plus soulager qu'il n'aurait pu l'admettre en ne voyant aucun autre larme suivre la première, qui séchait maintenant sur la joue de la jeune fille. Il repensa au mouchoir cousu qu'elle lui avait tendu sans se soucier de son identité et à ce rire franc qui l'avait agitée quelques secondes plus tôt. La seule chose que le garçon pouvait lire sur ce visage rond et si expressif était une immense et sincère honnêteté. Chems avait sentit un sentiment familier le parcourir en l'observant s'assoir à ses côtés. Et avant qu'il n'est pu mettre un mot sur l'étrange chaleur qui le parcourait alors qu'il reposait les yeux sur le saule cogneur, la réponse s'imposa d'elle-même : Il avait confiance... Il se sentait à sa place pour la première fois depuis qu'il était arrivé dans ce monde de chimère. Un frisson le parcouru. Il n'aurait su dire si c'était la fraîcheur de l'air ou le sentiment de sécurité et de paix qu'il ressentait à présent.

Un éclat de rire lui échappa en prenant conscience des derniers mots de Lucy. La bibliothèque ? Le garçon se laissa basculer sur le dos et croisa passer ses bras derrière sa tête en fermant les yeux : « Je ne suis pas trop livre » ricana t-il doucement. Un doux silence suivit très vite sa déclaration. Si ce n'avait pas été pour cette sensation de faim qui lui creusait de plus en plus les entrailles, Chems se serrait bien permit une légère sieste.

« Tu… as du mal à t’habituer à la vie, ici ? Tu… n’es pas trop habitué à la magie, je me trompe ? »

La soudaine question brisant soudainement le silence agit comme un électrochoc sur Chems. Il ouvrit grand les yeux et les posa sur la forme assise près de lui, la surprise le figeant momentanément pour quelques secondes. La paix qui s'était installé en lui s'envolait et il ne parvenait plus à la rattraper. Pas quand une question pareil le défiait de tourner le dos à ses émotions. Comment avait-elle deviner? ... Bien, il devait reconnaître qu'il avait mal caché sa fascination pour l'arbre magique. Le garçon se ressaisit. Il ne cherchait pas vraiment à cacher quoi que ce soit à vrai dire ....

« Poudlard à toujours été un Eldorado pour mon père, avoua t-il presque à voix basse en se redressant lentement, les mots s'échappant sans son contrôle. C'est un paradis inaccessible pour lui et jusqu'à maintenant, j'ai toujours cru que ça le serait pour moi aussi .... »

Pour la première fois, c'est Chems qui ne parvint pas à tenir le regard de la jeune fille. Il baissa les yeux sur ses mains. Incapable d'arrêter le flot de ses souvenir. Lucy avait déclenché une réaction en chaîne. Le jeune homme se sentit se perdre entre ses explications et ses pensées.

« C'est juste que je veux..je dois me convaincre que c'est mon monde maintenant... » acheva t-il faiblement, serrant ses poings, le souvenir de son père persistant, lui nouant la gorge d'une étrange culpabilité. Il avala rapidement la boule qui s'était formé et redressa le dos, aimant moyennement où son esprit commençait à s'échapper.

« Je sais pas pour toi, mais je suis toujours plus à l'aise avec la magie dans ses récits qu'en vrai pour l'instant ! » plaisanta t-il avec toute l'énergie qu'il était parvenu à rassembler.

In my defense, I was left unsupervised
5ème année RP - Game On

3 mai 2018, 11:39
Rien de plus qu'un arbre  Privé 
Lucy avait écouté le garçon en silence tout en l’observant en biais. Il y avait comme un malaise qui s’était installé suite à sa question. Le garçon, peu de temps avant détendu et joyeux, semblait maintenant en proie à une certaine angoisse. Il tenta une plaisanterie maladroite mais la fillette n’était pas dupe. Quand enfin il se tut, elle détourna le regard, gênée. Elle culpabilisait. Elle avait l’impression d’avoir brisé quelque chose, sans réussir à mettre le doigt dessus. Et surtout, elle semblait avoir ravivé des souvenirs douloureux chez le garçon. « Je… je suis désolée » balbutia-t-elle, les joues rouges. « Mais c’est quand même cool d’être là, non ? Je veux dire, tu peux devenir ce que ton père n’a jamais pu être ! Faire des choses qu’il lui était impossible de faire ! Je… je suis certaine qu’il est très fier de toi, et content que tu sois à Poudlard ! »

Elle lui jeta un regard timide, guettant sa réaction. Suite à la réponse du garçon, de nouvelles questions taraudaient la jeune fille, qui ne savait plus comment réagir. Devait-elle le questionner encore, poursuivre la conversation et tenter de réconforter Chems ? Ou bien était-il préférable de tenter de limiter les dégâts en changeant de sujet ? Curieuse de nature, mais aussi mue par le désir d’aider le garçon, elle souhaitait en savoir davantage. Mais elle avait peur de commettre encore une bévue, déjà peinée d’avoir ainsi attristé le garçon, elle ne souhaitait pas l’enfoncer davantage au profit de sa curiosité mal placée. Avec un soupir, elle s’allongea sur le sol. Son regard se perdit dans les nuages. Oh, celui-ci avait une forme d’écureuil. Elle le suivit du regard. L’écureuil ne tarda pas à plonger dans une grosse marmite. Au loin, elle aperçut une nuée d’oiseaux. Elle les observa, impressionnée. Dans leur quête d’un endroit plus favorable, ils formaient un étrange spectacle.

Lucy garda le silence encore un moment, perdue dans ses pensées. Un paradis inaccessible… Elle se demandait si son cadet considérait Poudlard de la même façon. Elle secoua la tête, comme pour chasser ces pensées. Il n’était peut-être pas trop tard ! Elle ne savait pas trop comment fonctionnait le monde de la magie, mais peut-être qu’Oswald était juste un peu en retard par rapport aux autres enfants ? Peut-être recevrait-elle bientôt une lettre l’informant qu’il avait enfin découvert ses pouvoirs magiques ! Au final, Chems lui ressemblait sur certains points. Elle aussi culpabilisait d’être là, et ne se sentait pas à sa place à Poudlard. Elle ne voulait pas être différente d’Oswald. Peut-être pourrait-elle lui parler de sa propre famille, cela inciterait peut-être le garçon à parler à nouveau de la sienne, sans être une obligation ?

« Dans un sens, je comprends… » Commença-t-elle timidement. « Moi aussi, j’ai parfois l’impression de… de ne pas être à ma place ici. Papa est un sorcier, alors j’ai toujours su que je viendrais peut-être un jour à Poudlard. Mais maman est une moldue et elle n’aime pas du tout la magie, alors mes frères et moi, on a grandi sans ! J’ai trois frères. » Elle lui jeta un bref regard, pour voir s’il l’écoutait, puis elle repartit dans la contemplation des nuages. L’écureuil et la marmite, donc. « Je suis l’aînée… les deux plus jeunes ont déjà manifesté leurs pouvoirs mais Oswald… il a juste un an de moins que moi tu vois, il n’a pas reçu sa lettre pour Poudlard, et papa pense que c’est un Cracmol. » Sa voix tremblait légèrement, elle regrettait d’avoir commencé à parler de sa famille. « Je m’en veux de faire une différence avec lui. On n’est plus aussi proche maintenant. ». Elle renifla, sortit son mouchoir avec les éléphants brodés et se moucha dedans. De sa main, elle essuya quelques larmes importunes. Il n’était peut-être pas trop tard pour faire diversion ; parler à nouveau d’autre chose. Elle se redressa et contempla le saule cogneur, intriguée. « C’est vrai qu’il est chouette, cet arbre ! Mais il ne te fait pas du tout peur ?  Moi il ne me donne pas vraiment envie de m’en approcher. » Elle frissonna et détourna le regard.

Tous à l'abordage !
Tallucy, les princesses rebelles.
J'aime les choux à la crème.

7 mai 2018, 21:45
Rien de plus qu'un arbre  Privé 
Lucy…Cette fille était si…déroutante. Chems ne pouvait pas détourner ses yeux d’elle alors qu’elle se divulguait avec un franc-parler qui lui semblait si décalé à son image d’il y a à peine quelques minutes. Dans un coin de son esprit, le garçon nota que le bégaiement qui n’avait eu de cesse d’hacher les paroles de la jeune fille prenait de moins en moins de place dans son discours. Que son regard se faisait moins fuyant. Que ses gestes étaient moins hésitants. Ses yeux étaient rivés sur le ciel alors qu’elle se remémorait sa famille quand tout ce qu’il avait pu faire, c’était de regarder le sol…. On n’est pas pareil, songea t-il dans un soupir absorbé. Ils avaient peut être grandit sans magie...Mais elle possédait une impressionnante force de caractère que son image ne rendait pas justice. Et dans une, étrangement, angoissante pensée, Chems se rendit compte qu’il n’aurait peut être jamais découvert cette facette de la fillette si elle n’était pas venu lui parler.

Un reniflement le fit brusquement reprendre ses esprits. Et avant qu’il n’est pu voir correctement son visage, Lucy c’était déjà levé. « C’est vrai qu’il est chouette, cet arbre ! Mais il ne te fait pas du tout peur ? Moi il ne me donne pas vraiment envie de m’en approcher. »

Chems cligna des yeux quelques fois de trop et les tourna sur l’arbre…puis sur le visage de Lucy…puis encore une fois l’arbre. L’ARBRE ! Le garçon manqua de s’étaler par terre en voulant se relever trop rapidement. « C’est notre chance!! », s’égosilla t-il sur elle en agitant ses bras dans tout les sens, écrasant à son insu la lourde atmosphère qui c’était installé, alors que cette dernière avait détourné le regard du saule.

L’arbre avait cessé tout mouvement et trônait fièrement au milieu de cette étendu d’herbe recouverte de feuilles mortes. Le garçon lutta contre l’envie irrépressible de se précipité de nouveau sur la plante farfelu. Il s’était fait recalé la première fois, et alors? Il pouvait repartir plus fort et plus prêt que jamais et il poserait ses fesses sur la plus haute branche de ce…de cette chose magique! Si il pouvait venir à bout de son monstre de grand frère, ce n’était pas un arbuste qui allait l’arrêter! Il suffisait juste de savoir guetter l’opportunité…Leur chance…

Chems s’immobilisa. J’ai parfois l’impression de… de ne pas être à ma place ici.

« Tu as ta place ici tu sais…. » Le garçon quitta l’arbre des yeux pour les posés sur Lucy. L’étonnante et l’imprévisible Lucy. « Et si tu ne la vois pas, dans un élan de confiance, il tendit sa main et attrapa celle de la jeune fille, la rapprochant de lui. Je pense que c'est parce que tu as peur de la trouver »

Un sourire sincère étira ses lèvres. Il avait l'impression que si lui voulait trouver sa place, elle ...elle ne voulait pas la chercher. Mais il le sentait...ils alimentaient tout les deux le fin espoir de se sentir accepté dans ce monde. Ils avaient peut être plus de chose en commun finalement. Le garçon finit par se pencher sur son oreille, et susurra, comme prêt à dévoiler le plus grand des secrets.

« Et puis tu vois, moi la mienne, je suis suuur qu'elle est juste là-bas…», pointant étroitement du doigt le haut de l’arbre, il s’éloigna et lâcha la main de Lucy. Il bondit d’un saut en avant vers l’arbre puis se retourna ensuite vers elle, toujours riant, les deux mains dans son dos. Il ne l’obligerait pas à le suivre. Il lui laisserait le choix. Mais Chems avait l’irrépressible impression, en regardant ses grand yeux noirs, que même si la place de Lucy n’était pas au même endroit que lui, elle serait proche.

« Alors tu viens ? »

In my defense, I was left unsupervised
5ème année RP - Game On

24 mai 2018, 12:35
Rien de plus qu'un arbre  Privé 
Lucy contemplait l’arbre avec une certaine forme de curiosité. Ses pensées, quant à elles, étaient encore tournées vers sa famille, et donnaient naissance une certaine forme de tristesse et de nostalgie, qui grandissaient peu à peu en elle. Néanmoins, elle se sentait mieux en présence du garçon. Atypique, un peu idiot sur les bords, téméraire et complètement irréfléchi, le jeune garçon cachait toutefois en lui un petit quelque chose qui le rendait attendrissant. Il était comme un rayon de soleil qui se frayait un passage dans un ciel nuageux. Lucy, enveloppée dans ses pensées sombres, apercevait au loin cette petite lueur qui semblait vouloir l’emmener avec elle. Le garçon semblait lui-même en proie à une certaine anxiété néanmoins il avait cet air particulier de ceux qui sont prêts à affronter tous les obstacles. Il semblait fort, et, elle, si faible. La voix stridente de Chems la sortit un peu trop brutalement de ses pensées. En réponse à ses propos, il s’était levé et semblait avoir retrouvé son enthousiasme débordant et son émerveillement pour le saule cogneur.

« Tu as ta place ici tu sais…. Et si tu ne la vois pas, je pense que c'est parce que tu as peur de la trouver.» dit Chems. Sans prévenir, il attrapa sa main. Sa main était douce et chaude, réconfortante. Lucy sentit une chaleur monter en elle, et comme ce sentiment tout particulier de douceur et de satisfaction ; celui qu’on ressent à l’aube d’une nouvelle amitié. Pourraient-ils devenir amis, ou étaient-ils trop différents ? Ils ne se connaissaient que depuis quelques minutes mais Lucy sentait déjà une étrange connexion s’établir entre eux. « Et puis tu vois, moi la mienne, je suis suuur qu'elle est juste là-bas…». Il lui indiqua l’arbre avec son sourire béat d’idiot. Il lâcha sa main et, riant, il se dirigea tout naturellement vers l’arbre et, d’un air de défi, lui posa la question fatidique : « Alors tu viens ? ».

Elle resta un moment bouche bée, ébahie par la stupidité assommante du garçon. L’arbre l’avait déjà envoyé valser une fois, il était plein de terre, et il aurait pu se casser un bras ou une jambe ! Comment pouvait-il afficher encore un tel enthousiasme et vouloir tenter à nouveau l’aventure ? Quand elle parlait de place, elle ne parlait pas d’un lieu où poser ses fesses ! Même si ses propos touchaient la fillette, même si le garçon était d’une grande gentillesse, c’était… Saperlipopette ! N’apprenait-il donc rien ? Elle ne savait pas si elle devait en rire ou en pleurer. Mais peut-être avait-il raison, finalement. Peut-être que ce qu’il lui manquait, c’était ce petit brin de folie, cette confiance en soi et cette témérité. Tapi au fond d’elle, cet aspect de sa personnalité, celui qui veut s’exprimer, hurler, défier le monde n’attendait qu’à être libéré mais pourtant, le poids des mauvaises expériences à l’école primaire, des moqueries des autres enfants, les bagarres, les larmes, tout lui revint comme un boomerang. Et pourtant… Perdue dans ses pensées, elle fit un pas en avant. Elle plongea son regard dans celui du garçon. Deuxième pas. Elle lui adressa un franc sourire, sincère, reconnaissant. Troisième pas. Allez, ose… La distance qui les séparait se réduisait peu à peu et, arrivée non loin de lui, elle le regarda avec un grand sourire émerveillé. « Chems… » murmura-t-elle, le regard perdu dans ses yeux… oh, une nuance de vert ? et dans sa belle chevelure châtain. Elle ne vit pas arriver la branche qui la fouetta de plein fouet, lui coupant le souffle, et l’envoya quelques mètres plus loin, face contre terre.


Désolée pour le retard <3 

Tous à l'abordage !
Tallucy, les princesses rebelles.
J'aime les choux à la crème.