Inscription
Connexion

21 juin 2018, 20:07
 Animation des Nouveaux  Le vert de l'Augurey
La discussion s’était animée autours des questions et des réponses sur les Augureys. Miss Wingerson leur apprit avec un peu plus de détails les caractéristiques de l’animal, leur apprenant par exemple qu’ils étaient classés XX par le Ministère. À cela, Daisy voulut répondre à la question mais fut vite devancée par une élève. Tant pis. Elle avait lu quelque chose là-dessus en faisant des recherches sur les Botrucs pour un devoir mais elle ne savait pas si elle devait se réjouir de cette découverte. Ils étaient inoffensifs et domesticables, ce qui rendaient encore plus barbares les mauvais traitements qu’on avait pu leur infliger. Mais la jeune fille choisit de se réconforter en pensant aux petits avantages, car cela signifiait que l'on pouvait leur apprendre à regagner confiance en l’Homme et elle espérait de tout cœur que ce fut le cas pour ce couple maltraité. Swan Wingerson leur apprit aussi qu’ils allaient pouvoir les observer et le coeur de Daisy se mit à battre plus fort. Elle n'allait pas en voir pas un, mais deux ! Oh ce qu’elle espérait qu’ils soient correctement rétablis ! Continuant de répondre aux questions des jeunes intéressés, l’intervenante avait sorti de sac ridiculement petit un grand nid d’oiseau. La petite sorcière s’était alors rapprochée un petit peu, voulant observer de plus près ce nid. Elle avait toujours trouvé curieuse la façon dont les oiseaux contruisaient leur maison avec un véritable pêle-mêle de branches. Certains étaient en dôme, d’autres tout bonnement énormes comme celui des cigognes, mais des nids comme celui-là qu’il y avait devant elle, elle n’en avait jamais vu. Il avait la forme d’une larme, comme si la paix détruite de ces animaux menacés avait pris figure de ce qui leur restait comme protection.
La grande dame s’était rapprochée des cages, trifouillant auprès des portes ce qui avait pour don de faire lever toutes les têtes et expliquait à ses petits canards à quel point les soins de l’oiseau devaient être délicats et doux, manquant presque de se ramasser la figure au travers d’une branche. Elle leur indiqua les petites cartes posées sur la table et Daisy en prit une lorsqu’une autre élève prit la parole, livrant de nouvelles questions pertinentes.

-Et votre association, elle marche bien ? Ce doit être compliqué parfois... On peut faire quoi pour vous aider ?

On peut leur aider ? Daisy fit les gros yeux, attendant avec impatience la réponse. Ce serait pour une formidable idée si les élèves étaient autorisés à le faire, mais la question était surtout “comment ?”. Ils ne pouvaient pas même encore quitter Poudlard pour se rendre à Pré-au-Lard alors partir à l’aventure serait bien trop compliqué à gérer pour l’École. Mais peut-être existait-il un autre moyen. Une collecte de fonds, écrire à la Gazette pour sensibiliser les lecteurs, la liste pourrait s’allonger rapidement, mais peut-être pourraient-ils aider des Augureys déjà soignés à se sociabiliser un peu plus au contact des humains ? La petite Oddley ignorait si de telles choses étaient possibles, mais une chose était déjà sûre: elle se porterait volontaire dès lors que l’association en fera la demande à Poudlard !

- Une fois qu’ils sont soignés, il n’est pas possible de les réintroduire dans une zone protégée ? Ou est-ce qu’ils deviennent un peu plus dépendants de leurs soigneurs ?

Regardant une dernière fois le nid et se souvenant des dires de Miss Wingerson, elle se rappela des zones naturelles protégeant certaines oiseaux moldus mais elle ne savait pas si le Ministère de la Magie possédait aussi des terrains pareils.

#6a1e2A
So we sailed up to the sun, 'til we found a sea of green and we lived beneath the waves in our yellow submarine
3ème année RP

21 juin 2018, 23:03
 Animation des Nouveaux  Le vert de l'Augurey
Les informations que la sorcière leur fournissait sur les Augureys étaient très simples à assimiler, Elian n'avait donc aucun mal à se concentrer sur ce qu'elle disait, alors qu'habituellement son cerveau pouvait se bloquer très longuement sur une donnée, lui faisant perdre ainsi le fil des paroles du professeur - et cela même si les leçons l'intéressaient la grande majorité du temps. Au cours de l'année, cela lui avait valu plusieurs emprunts de cours auprès de ses camarades, avec de nombreuses Chocogrenouilles pour monnaie d'échange. Mais, fort heureusement, il pourrait en faire une économie aujourd'hui, car le Poufsouffle semblait avoir fait fit de ses faibles capacités attentionnelles.

Toujours blafard en écoutant les anecdotes sur les animaux maltraités, un sourire étira toutefois ses lèvres lorsque Miss Swan Wingerson qualifia le chant de l'Augurey de "glauque". Il venait de penser bien malgré lui à sa grande sœur, car il avait eu l'ultime privilège de pouvoir assister aux premières loges à chacun des concerts qu'elle s'efforçait de donner dans la salle de bain jouxtant sa chambre. Alors si quelque chose pouvait être qualifié de "glauque" selon Elian, c'était bien la voix d'Edith, sans doutes possibles. La fondatrice de la S.P.A. s'enquit par la suite de sortir quelque chose d'un sac, et le Poufsouffle espéra presque y voir sortir un Augurey, même si cela aurait été à l'encontre des préceptes auxquels ils avaient été exposés jusqu'à maintenant sur la négligence de cette espèce par les sorciers.

Ce qu'elle en sortit était bien plus inanimé, mais tout aussi insolite.
« Waaaw », ne put-il s'empêcher de faire en voyant le nid. Celui-là n'avait pas la forme circulaire des nids communs, et Elian regretta de ne pas avoir d'appareil photomagique pour immortaliser sa forme en larme. Il se contenta de noircir son carnet en se rapprochant comme ses camarades du stand où le nid avait été disposé - peu importe ce que Solal pouvait penser de ses capacités en dessin, l'intention comptait, d'autant plus que son gribouillis ressemblait davantage à un battant de toilettes.

Timides, craintifs et délicats, ce n'était pas des traits qu'il aurait immédiatement attribué aux Augureys, en observant les illustrations du livre. Ils partageaient quand même des caractéristiques qu'Elian donnait lui-même à ses plantes d'intérieur, donc il pouvait se rendre compte à quel point cet animal magique pouvait donner beaucoup de responsabilités à celui qui décidait d'en recueillir. Il prit une petite carte de visite, même s'il n'était pas certain que son père soit d'accord pour l'emmener dans une réserve remplie de "bestioles à germes" comme il aimait appeler les animaux. Ses yeux suivirent ceux de ses camarades lorsqu'elles regardèrent l'intervenante soulever légèrement le drap d'une cage.
« Oooh », leur fit-il tout bas, excité de pouvoir enfin voir des Augureys en vrai, maintenant qu'ils étaient tous un peu plus experts à leur sujet.

En RP : Quatrième année

« And you've just had some kind of mushroom
And your mind is moving low.
Go ask Alice, I think she'll know. »
look alive, sunshine
。 *
 ・*。・

22 juin 2018, 11:46
 Animation des Nouveaux  Le vert de l'Augurey
William se disait que c’était vraiment une bonne idée et qu’il était très content de s’être déplacé pour assister à cette manifestation pour le moins très vivante et intéressante. En plus il allait pouvoir observer pour la première fois non une mais deux animaux magiques de la même espèce.

Le jeune garçon écoutait les questions de ses camarades et regardait attentivement Miss Wingerson répondre d’un air enthousiaste et avec d’après ses sourires répétés avec un certain bonheur. Elle confirma que les plumes repoussaient les liquides comme les autres volatiles classiques mais que leur spécificité résidait au niveau de la pointe qui était inutilisable pour écrire avec de l’ancre. Elle apprit ensuite aux élèves assistant à son animation que cet animal magique était classé inoffensif et domesticable.

Le jeune Poufsouffle se demanda alors si cet oiseau malgré sa réputation et son cri glauque pourrait revenir à une population ou l’espèce ne serait plus en danger de disparition avec des familles de sorcier qui les élèveraient. Il n’attendit pas plus longtemps pour avoir sa réponse, Swan l’avait devancé en expliquant que des personnes en adoptaient mais que ce n’était pas forcément pour de bonnes raisons et qu’il arrivait qu’ils soient maltraités.

William se sentit mal d’imaginer des volatiles, comme si l’en avait été d’ailleurs le cas pour tout autre animal, se faire battre devant ses yeux. Il sentit instantanément monter en lui un sentiment entre la colère, l’incompréhension et la tristesse d’avoir ces images qui lui coupait clairement l’appétit. Souhaitant s’éloigner un peu de ces images qu’il se projetait, le jeune sorcier regarda alors autour de lui, les élèves qui avait entendu aussi cette triste histoire avaient l’air de réellement compatir pour le mal traitement injuste subi par ces magnifiques oiseaux qui n’était apparemment pas un cas isolé. Dans un sentiment d’indignation face à de telles situations pour ces animaux, il se demandait si cela ne serait pas possible pour lui maintenant ou dans un futur proche d’aider la Swan dans sa cause pour la sauvegarde de cette espèce et l’amélioration à la fois de l’image et des conditions de vie de celle-ci. Il serait peut-être possible de proposer à l’école et aux autres écoles de sorcellerie dans le monde de participer à réseau qui pourrait être mis en place par la fondatrice de la S.P.A. et qui proposerait à des familles de sorciers dont le cas aurait été étudié de pouvoir adopter, de bien s’occuper de ces volatiles en voie de disparition.

L’intervenante répondit ensuite à la question de William sur le nid tout en sortant d’un petit sac de voyage qui avait subit un sortilège d’extension, un grand nid en forme de larme constitué de brindilles et de bâtons. Le garçon était ravi d’avoir posé cette question qui précipita peut être le moment de voir le nid de cette créature magique. Il regardait le nid tout en essayant de se rapprocher au maximum pour mieux l’analyser lui qui aimait de base voir des nids d’oiseaux.

Des images d’un souvenir datant de trois ans époque où il n’avait pas encore connaissance du monde des sorciers lui revinrent alors. Le jeune garçon s’était aventuré un jour un peu loin dans sa promenade dans le bois à côté de la ferme familiale de ses parents en Irlande sans prévenir ses parents. Il était tombé pendant sa petite excursion sur un grand roncier où dans un petit passage, tout juste la taille pour un enfant accroupi, un lièvre que le petit observateur de la nature suivait par amusement s’était engouffré. William avait alors eu envie de le suivre et de voir s’il y avait un terrier au milieu du roncier avec d’autres de ses congénères.

Arrivé au centre après quelques accros dans les vêtements et égratignures, il ne vit plus le lièvre et ne vit encore moins de terrier. Il y avait par contre un nid très atypique au sol, de grande taille, constitué d’une multitude de brindilles et il avait un forme de goutte d’eau. Il n’avait jamais vu de tel nid et ne savait pas du tout quel volatile pouvait l’habiter, l’avoir construit. Le petit garçon s’était approché lentement pour regarder à l’intérieur mais n’avait trouvé nulle trace de son ou ses propriétaires. C’était donc cela qu’il avait vu, un nid d’Augurey ! Il en restait donc visiblement encore un peu dans la campagne Irlandaise à l’état sauvage, cela lui faisait tellement plaisir de savoir ceci et quelle joie de savoir que de magnifiques oiseaux magiques vivaient non-loin de chez ses parents.

Tandis que Miss Swan s’était éloignée du nid pour que les élèves puissent l’observer au mieux elle répondit à la question d’un élève de sa maison ainsi qu’à William pour le coup qui s’était posé en un sens cette question un peu plus tôt, à savoir que l’on pouvait en ramener un chez soi mais que cela demandait beaucoup de soin, d’attention, qu’il fallait du temps pour gagner sa confiance. William avait envie de voir avec ses parents qui élèvent déjà beaucoup d’animaux si ce serait possible d’en avoir un ou peut être un couple, cette pensée le faisait chavirer de bonheur.

L’intervenante qui se déplaçait maintenant vers les cages, en manquant d’une manière assez comique de se casser la figure quand elle se prit le pied dans une racine proche, s’apprêtait dans les secondes qui suivaient à montrer enfin à l’assemblée ces créatures alors tant attendues. Le cœur du jeune sorcier battait à la chamade, il allait pouvoir faire la rencontre de ses premiers animaux magiques.

22 juin 2018, 18:00
 Animation des Nouveaux  Le vert de l'Augurey
Les élèves s'étant attroupés autour du nid, la plupart n'avait pas remarqué que Swan s'était accroupie devant une des cages. Elle fut surprise que, cette fois-ci, les questions ne s'enchaînent pas mais elle remarqua quelques regards curieux dans sa direction. Il n'y avait pas de doute ; certains attendaient avec impatience que le voile soit levé. Confirmant ses pensées, une des élèves posa des questions sur les Augureys qui étaient encore cachés. Elle lui adressa un sourire alors qu'elle sortait sa baguette pour pointer la serrure de la cage. Elle n'eut pas besoin de beaucoup de concentration pour la visualisation de son sort, elle connaissait le mécanisme de la serrure par cœur à présent et elle lança un Alohomora. La porte de la cage ouverte, elle présenta son bras et un Augurey sauta dessus. Il sembla surpris de voir le monde autour de lui et tournait sa tête de tous les côtés pour observer l'endroit où il était. Alors que Swan se releva, il battit des ailes pour sauter sur l'épaule de la jeune femme. Il n'avait pas l'air très à l'aise, alors qu'il observait les élèves.

« Doucement, en vous approchant ! Voici Grey, c'est une femelle très timide. Plus encore que la timidité naturelle des Augureys. Pour répondre à la question de mademoiselle, les Augureys sont très craintifs et aiment la tranquillité. Je leur fais participer à cette entrevue avec vous pour vous permettre de voir un Augurey de vos propres yeux, mais il faut savoir que ce n'est pas du tout leur tasse de thé : vous ferez plus plaisir à un Augurey en l'observant de loin qu'en essayant d'interagir avec lui de quelque façon qu'il soit. » Son sourire chaleureux avait disparu, elle se sentait presque désolée de devoir infliger ça à son couple d'Augureys mais elle savait qu'il n'y avait rien de mieux pour sensibiliser les sorciers à sa cause. De toute évidence, Grey était bien mieux dans sa cage et elle prit son envol pour se poser sur sa cage. Elle se mit à battre rapidement des ailes pendant quelques secondes, assez pour faire comprendre qu'elle était de mauvaise humeur. À cette vue, Swan intima aux élèves d'un signe de la main de ne pas approcher et se pencha vers la seconde cage pour l'ouvrir. Elle présenta à nouveau son bras et un nouvel Augurey se posa dessus. Son plumage était plus clair que celui de la dénommée Grey et la plume sur la haut de son crâne plus étoffée. Il se mit à battre des ailes à son tour et sauta sur le haut du crâne de Swan, comme rassuré par la hauteur. Tandis qu'il observait les élèves, Swan croisa les bras d'un air satisfait. Comme depuis le début de la séance, elle repassa les questions dans sa tête : elle avait pour habitude de ne pas répondre du tac-au-tac, chose qui pouvait parfois agacer, elle organisait d'abord ses réponses dans sa tête avant de répondre tout d'un bloc.

« Et voici le mâle, Blue. Je sais, on ne s'est pas foulés pour les noms ! Pour finir de répondre à la demoiselle de tout à l'heure; les volatiles de façon générale, ainsi que beaucoup d'animaux, sont plus sereins si on les laisse dans l'obscurité pendant les trajets. N'oubliez pas ça s'il vous arrive d'avoir des Augureys que vous aimeriez nous emmener. L'association marche plutôt bien, je travaille notamment en partenariat avec Ernest Ilgard —ses livres sont sur la table là-bas— qui est L'Expert en matière d'Augureys, nous ne sommes pas qu'une association de protection mais sommes aussi à charge de vérifier et réguler la population d'Augureys. Nous avons donc une assez bonne visibilité, et des dons fréquents. C'est d'ailleurs comme ça que vous pouvez nous aider ; en nous rapportant des Augureys qui vous paraissent blessés, mal en point ou maltraités et en nous envoyant des dons. »  Swan pouvait sentir que Blue était à l'aise, il tenta tant bien que mal de descendre de la tête de la jeune femme —lui arrachant quelques cheveux au passage, elle pouvait dire adieu à sa jolie coiffure. Elle l'invita d'un sifflement à sauter sur son bras, ce qu'il fit. C'était pour elle le signal qu'elle attendait et elle s'approcha des élèves, un sourire aux lèvres.

« Allez mes chatons, vous allez pouvoir doucement le caresser, sans vous bousculer. On ne tire par sur ses plumes, ni sur sa queue et ni sur ses ailes, bien entendu. Attention à son bec, il est gentil mais si quelqu'un est trop brusque il pourrait être contrarié. Pendant que vous lui faites des papouilles, je vais pouvoir répondre à la demoiselle et sa question sur les zones protégées : c'est ce qu'on essaie de faire, effectivement, elle adressa un sourire entendu à Blue, quelque peu attristée de devoir se séparer de son couple favoris. C'est pour cela, en partie, que j'ai amené Blue et Grey avec moi. Nous avons eu l'autorisation de les relâcher dans la forêt interdite. Il arrive que certains Augureys se prennent d'affection pour nous et ne souhaitent pas nous quitter, dans ce cas on les garde à notre office dans une jolie volière que vous pouvez visiter si vous venez nous voir. Mais la plupart ont l'envie d'être libres, et on ne peut que les comprendre, n'est-ce pas ? —Oh, attention Miss, doucement avec vos doigts ! » Grey ne semblait, quant à elle, toujours pas décidée à rejoindre l'attroupement et observait la scène du haut de sa cage. On l'entendait, de temps en temps, tapoter son bec contre la cage comme si elle disait "bon, on y va quand ?"

« Avez-vous d'autres questions ? Nous allons les relâcher dans quelques minutes et une fois que ce sera fait, il sera malheureusement l'heure pour moi de vous quitter ! » déclara-t-elle après avoir jeté un coup d’œil sur la montre qui encerclait son poignet libre. Elle avait encore beaucoup à faire; notamment transplaner chez une jeune femme qui avait récupéré un bébé Augurey dans la forêt, dont les parents ne semblaient plus vouloir.

Prochain post : 29/06
Reducio
Le petit message habituel de Solwen :
Honnêtement, il n'y a pas grand chose à redire sur vos posts, ils sont très bien : vous prenez le temps de développer, tout en évitant les répétition et les tournures un peu "lourdes" qui mettent toutes les informations dans la même phrase. Ce sont de très bon posts, continuez comme ça ! ^^
---

Le prochain post sera le dernier post pour ma part, c'est pour ça que si votre personnage a des questions c'est maintenant qu'il faut les poser ; sinon Swan ne pourra pas y répondre ensuite. Pour vous, il reste donc deux posts RP à faire avant que le RP soit clos.  :grin:


Tapis en Chef, 2ème année RP.

22 juin 2018, 23:12
 Animation des Nouveaux  Le vert de l'Augurey
L'un des élèves présent demanda confirmation à Miss Wingerson que c'était bel et bien des Augureys qui étaient cachés derrière ces mystérieux draps blancs. À ces mots, la curiosité de Vanellia fut de nouveau piquée. Cette dernière se retourna donc rapidement, délaissant le nid. Elle fit un pas en avant sans réellement s'en rendre compte , elle voulait avoir une meilleur position pour pouvoir les observer.

Swan s'apprétait maintenant à soulever les draps, comme pour répondre à son public. Vanellia entendit des bruits d'impatience provenant de ses camarades. Elle, elle essayait de rester impassible, malgré son envie irrésistible de voir, toucher, comprendre. Elle commença à se refermer sur elle-même, ses vieilles habitudes reprenaient le dessus sur ses véritables envies. Elle laissa certains élèves la dépasser. Le fait que Swan continuait à leur donner des surnoms affectifs ne l'aidait pas à s'ouvrir.

Vanellia ne tarda pas à se ressaisir, elle se remémora pourquoi elle avait voulu venir. Pas pour Swan, pas pour les autres, pas vraiment pour elle non plus. Non, elle était là pour les Augureys, pour comprendre, peut-être même agir... Elle redressa la tête, ragaillardie. Swan tenait maintenant la fameuse Grey, qui, comme la jeune fille, ne semblait pas vraiment à l'aise dans ce genre de réunions, même si ce n'était sans doûte pas pour les mêmes raisons. Vanellia trouva cet animal d'autant plus touchant. Elle ne voyait maintenant que lui, fixant de ses yeux jaunes le regard de l'oiseau. Il était beau, aux couleur de sa maison.

Soudain l'oiseau exprima son mécontentement, de façon assez impressionante. Instinctivement, Vanellia recula d'un pas. Elle s'était déjà fait pincer par un oiseau, elle n'avait pas spécialement envie de recommencer l'expérience. Finalement, Grey fut placée sur sa cage, afin de se calmer. Swan leur présenta donc Blue, le second animal. Celui-ci semblait légérement moins appeuré.

Vanellia ne put empêcher un sourire se dessiner sur son visage lorsque Blue grimpa sur la tête de l'intervenante. Celle-ci leur expliqua plus concrétement le rôle de l'association et comment il était possible de les aider.

Quand Blue revint sur le bras de Swan, cette dernière leur donna le feu vert: ils pouvaient s'approcher, mais ne surtout pas brusquer l'animal. Une sorte de file d'attente sembla se créer naturellement. Une fois le tour de Vanellia venu, elle s'approcha, tendit timidement le bras. Puis se lança, doucement. Le bout de ses doigts frôlèrent les plumes de Blue. La jeune fille avait maintenant totalement retrouvé son sourire, et ses yeux perçant trahissaient sa joie. Un frisson d'émotion la parcourut.

- Merci dit-elle timidement à Miss Wingerson tout en retirant doucement son bras.

Swan leur expliqua la suite du programme: elle allait relâcher les oiseaux ici mème, dans la forêt interdite! Vanellia en fut ravie. Elle s'empressa de poser une dernière question à Swan, une petite idée derrière la tête.

- Ils se nourrissent de quoi les Augureys Miss Wingerson?

Vanellia attendait avec impatience la réponse. Peut-être, avec de la chance, reverrait-elle Grey ou Blue lors d'une de ses balades régulières dans le parc. Elle venait souvent, jusqu'à l'orée de la forêt, laissant divaguer son imagination. Qui sait, avec des petites friandises, certains animaux viendront peut-être un jour la saluer.

Serpentard - 4ème année RP

29 juin 2018, 08:39
 Animation des Nouveaux  Le vert de l'Augurey
Se détachant légèrement du stand de lecture, Elian observa attentivement Miss Wingerson ouvrir la cage dissimulée auparavant, et sursauta en même temps que quelques uns de ses camarades quand un oiseau aussi grand qu'un vautour fit son apparition en sautant sur le bras de l'intervenante. Cette dernière leur rappela rapidement le caractère inhabituel de la situation pour ces oiseaux timides et craintifs, et le Poufsouffle ne put s'empêcher d'éprouver un élan de compassion pour eux. Lui aussi détestait être le centre de l'attention, mais il était particulièrement difficile de détacher ses yeux de la femelle Grey, qu'Elian trouvait trop mignonne, à vouloir rentrer dans sa cage avec autant d'obstination.

Il se contenta de joindre ses poings sous son menton pour exprimer son attendrissement, et ne remarqua pas immédiatement que la fondatrice de la Société Protectrice des Augureys s'occupait de l'autre cage. Elian avait rarement vu un volatil aussi gros de ses propres yeux, et regardait alternativement la femelle Grey et l'illustration du livre pour les comparer comme un jeu des sept erreurs. Lorsque tout le monde détourna son attention sur le second Augurey qui avait fait son apparition, Elian lança tout bas :
« Aaah ils sont trop beaux ! ». Comment les sorciers pouvaient vouloir maltraiter des espèces aussi uniques - et même des animaux inoffensifs tout simplement ? Le destin de ces animaux fantastiques lui pinçait le cœur et lui donnait des nausées. Miss Wingerson fit une nouvelle fois les présentations... Avec un Augurey perché sur sa tête. Elian l'écouta avec un grand sourire aux lèvres, Blue les toisant depuis son sommet.

Impressionné par la complicité que l'animal entretenait avec leur intervenante, Elian ne quitta jamais son état d'étonnement, qui augmenta même lorsque cette dernière leur proposa de s'approcher du mâle. Rapidement placés en file indienne, les étudiants devaient attendre leur tour pour caresser l'Augurey avec précaution. Un vent de panique s'insinua chez le Poufsouffle lorsqu'il se rendit compte qu'il n'avait jamais touché à un oiseau vivant de sa vie. Bien entendu il connaissait la sensation d'une plume isolée, mais pas de tout un tas de plumes... Lorsque vient son tour, il ne trembla pourtant pas, comme anesthésié par la beauté de l'animal magique. Elian le caressa au niveau de son aile, c'était tout doux !

« Trop chou ! » fit-il en s'éloignant pour laisser sa place à une camarade de Serpentard. La plupart des élèves se rassemblaient ensuite, à une certaine distance de sécurité, vers la cage de Grey, aussi impatiente qu'eux de découvrir la suite des événements. Dans tous les cas, Elian ne regrettait pas du tout d'avoir passé une partie de son après-midi par ici. Les relâcher dans la nature allait probablement être un spectacle solennel et peut-être même un peu triste, même s'ils n'avaient fait connaissance que brièvement. Mais quelque chose touchait le Poufsouffle bien plus qu'il ne le laissait penser, leur mise en liberté n'avait pas de prix, c'était la bonne chose à faire.

En RP : Quatrième année

« And you've just had some kind of mushroom
And your mind is moving low.
Go ask Alice, I think she'll know. »
look alive, sunshine
。 *
 ・*。・

29 juin 2018, 10:43
 Animation des Nouveaux  Le vert de l'Augurey
Il y avait encore quelques questions par-ci par-là, mais tout le monde était focus sur les draps cachant probablement des cages. La jeune femme leur présenta enfin un Augurey, en chair, en os et en plumes, et Hakô sembla totalement émerveillée par l'animal. Il était magnifique, et elle le trouvait majestueux aussi. Elle ne perdit pas une miette des explications de Miss Wingerson, et décida de ne pas s'approcher, par respect pour l'animal. L'observer de loin, sans faire de geste brusques, juste avec les yeux, c'était très bien aussi.

Ainsi, l'association marchait plutôt bien. C'était encourageant ! La jeune fille se promit d'écrire à ses parents pour leur demander de l'argent pour l'association... Ou alors à sa grand-mère, qui comprendra mieux. Elle ne parlait plus en tout cas, trop concentrée sur ces oiseaux mal à l'aise. L'aiglonne ne recommença à agir que lorsque Swan passa des oiseaux aux félins en les appelant "chatons". Ils pouvaient venir les caresser finalement ? Mais c'était désagréable pour eux non ? Hakô était partagée entre les laisser tranquille et rester enracinée à sa place, ou venir les caresser juste un peu, au moins une fois.

Mais on ne rencontrait pas souvent de tels oiseaux n'est-ce pas ? Surtout qu'ils seront relâchés dans la forêt interdite. Peut-être qu'ils ne se montreront plus jamais après ça, et Hakô doutait voir souvent cet animal en danger d'extinction. Alors prudemment, sans gestes brusques, elle s'approcha d'eux une fois son tour arrivé. La jeune fille caressa doucement le plumage lisse, silencieuse, pour éviter de déranger l'animal. Il semblait aux aguets, prêt à en découdre s'il trouvait la jeune fille agaçante. Hakô lui adressa un sourire timide avant de le laisser tranquille, et de se reculer pour écouter les réponses de la jeune femme. Oui c'est vrai ça, de quoi se nourrissent-ils ? La jeune fille leva la main pour poser à son tour une petite question:

"-Miss Wingerson, pour les dons, il faut les envoyer à quelle adresse ?"

La jeune fille n'était pas certaine que le hibou allait trouver sans l'adresse, juste en lui disant le nom de la jeune femme, alors autant être sûre de la destination. Elle se demanda aussi comment les Augureys allaient réagir face à leur remise en liberté. Peut-être qu'ils préféraient Miss Wingerson, et n'allaient pas y aller ? Enfin, dans tous les cas, ils avaient le choix, personne ne les contraignait à faire quelque chose, à vivre quelque part où ils n'ont pas envie. Alors c'était rassurant. Silencieuse, Hakô profita des derniers instants pour les observer autant que possible, pour se remémorer au maximum cette rencontre.

Taekwondo Réel VS Kung-fu Online ! Qui sera le vainqueur ?

29 juin 2018, 19:45
 Animation des Nouveaux  Le vert de l'Augurey
C’était avec des yeux remplis d’admiration que Daisy découvrait ces deux animaux menacés. Miss Wingerson les avait sortis, l’un après l’autre et continuait d’expliquer sa passion aux jeunes sorciers. La femelle prénommée Grey était la première sortie. L’oiseau avait un plumage sombre et soyeux et paraissait plus maigre en vrai qu’elle ne l’aurait cru. Sans doute était là l’une des raisons supplémentaires de leur réputation morbide. L’oiseau n’était pas très à l’aise face à ce petit monde et préféra s’envoler sur le dessus de sa cage. Il fallait dire qu'elle devait sûrement être fatiguée de son voyage et qu’ayant été maltraitée auparavant, son extrême timidité était mise à rude épreuve. La brune laissa passer un petit son d'exclamation lorsque l’oiseau se mit à battre rapidement des ailes. Peu importe leur aspect de vautour maigrichon, et même si elle ignorait la raison exacte de ce mouvement brusque, c’était là un sublime spécimen et le voir s’animer sous ses yeux, la toute jeune sorcière était plus que ravie d’être venue ici, se jurant qu’elle ne le regretterai jamais. La grande dame leur expliqua qu’il valait mieux de ne pas les approcher, les Augureys n’étant pas friands de tels contacts. Daisy se mit alors sur la pointe des pieds, observant avec attention la venue du mâle. Blue -c’était son nom- semblait être plus rassuré et confiant que sa partenaire. Escaladant celle qui l’avait sauvé, il se mit sur son bras et paraissait être nettement plus habitué à la présence humaine. Et puis on leur annonça qu’ils allaient pouvoir toucher celui-là, à condition d’être délicat dans son approche. Une file indienne s’était formée aussitôt. Sur le moment, la petite brune fronça des sourcils. "Pourqu-.. Elle avait dit.. Oh." Elle comprit enfin. Ces oiseaux allaient retrouver leur liberté d’ici peu, volant de leurs propres ailes dans la Forêt Interdite. Elle s’estima alors incroyablement chanceuse que d’être -et espérons-le- l’un des derniers contacts humains que ces animaux allaient avoir. Ils allaient redevenir sauvages, allaient retrouver leur place dans l’écosystème. 

Quand ce fut son tour, Daisy leva doucement la main. Elle connaissait un peu le comportement des oiseaux. Pour l’avoir lu maintes fois dans des livres et pour avoir des modèles beaucoup plus petits chez elle à Birkenhead, elle savait qu’il était très facile de les effrayer. Alors elle attendit que l’oiseau observe un peu sa main avant de la rapprocher et de le caresser. Elle ne lui en donna qu’une seule, préférant laisser au petit mâle la tranquillité qu’il avait besoin. Oh, ce n’était pas qu’elle ne l’aimait pas, bien au contraire ! Ses yeux brillaient de bonheur et ses fossettes se dessinaient près de son large sourire. Ce seul contact réussira à la faire vibrer toute sa vie ! Mais la remarque de Miss Wingerson l’avait particulièrement touchée un peu plus tôt. Qui de mieux que les introvertis pour comprendre ce besoin de calme et de distance ? Elle recula encore d’un pas, réalisant de plus en plus que ce petit couple allait bel et bien être relâché. Peut-être même qu’un jour, de nouveaux petits Augureys s’épanouiront là-bas. C’était tout ce qu’on pouvait leur souhaiter, du calme, de la protection et du bonheur.
Avait-elle encore des questions ? Évidemment, elle aurait pu assommer l’intervenante de ses interrogations. Mais elle décida de profiter de ce moment rare, frottant ses doigts entre eux comme pour se rappeler de la sensation de l’animal sous sa main. Ces oiseaux au passé tâché allaient retrouver la nature. Et rien que cette pensée lui étirait son sourire jusque bien loin derrière les oreilles. C’était là la plus belle chose qu’on pouvait offrir à un animal sauvage même si les séparations sont souvent lourdes et difficiles.

#6a1e2A
So we sailed up to the sun, 'til we found a sea of green and we lived beneath the waves in our yellow submarine
3ème année RP

29 juin 2018, 20:45
 Animation des Nouveaux  Le vert de l'Augurey
Tandis que Miss Wingerson était en train d’ouvrir la première cage le jeune Pouffsouffle n’accordait plus d’intérêt au nid. Il s’était rapproché un maximum des cages en se faufilant entre des élèves qui étaient positionnés devant lui. Étant petit par rapport aux autres premières années il trouvait cela normal de passer devant eux afin d’arriver à voir quelque chose et de pouvoir bien observer ces nobles créatures. Enfin c’était le moment tant attendu pour lui, voir un animal magique ! Swan fit sortir le premier Augurey de sa cage, celui-ci sauta sur son bras et lança des regards rapides en direction des élèves comme s’il avait peur des humains, craignait cet attroupement ou bien d’être mal traité d’une minute à l’autre. L’intervenante jusqu’alors tellement souriante semblait maintenant tendue et presque angoissée, cela était sûrement du à l’empathie profonde qu’elle ressentait pour la femelle Augurey qui s’appelait Grey.

Bien que William se demandait si Swan avait bien fait d’ouvrir la cage vu le malaise flagrant, il était subjugué et avait l’impression de flotter sur un petit nuage. Il rêvait de voir un animal magique et voilà maintenant c’était une réalité. Le jeune garçon savait qu’il existait beaucoup d’autres créatures magiques plus imposantes de taille, peut-être plus majestueuses ou bien terrifiantes mais pour lui cette première rencontre était unique et resterait gravée dans son cœur et dans son âme tout autant que dans sa mémoire. Will se sentait aujourd’hui vraiment un sorcier, lui qui jadis ne pensait pas possible l’existence d’un tel monde, était encore un peu plus en cet instant un spectateur et acteur de ce monde merveilleux. Merveilleux d’ailleurs sont les Augureys, ces fantastiques animaux, élégants et plein de grâce.

Grey s’était dans un premier temps posée sur la tête de Swan puis s’était perchée sur le haut de sa cage d’un air de dire : « Laissez-moi tranquille ! Je veux rentrer à la maison ! » La femme ouvrait ensuite la deuxième cage d’où Blue sortit, il avait l’air beaucoup moins craintif. Son plumage tout aussi étincelant que celui de Grey était plus clair et ce mâle semblait légèrement plus grand que la femelle. Quel couple magnifique d’oiseaux pensait le garçon, jamais il n’avait vu pareil couleurs, beauté et noblesse chez un oiseau et ce regard si vif ! Le jeune Baker n’avait qu’une envie enfin deux, c’était de pouvoir rencontrer au plus vite d’autres animaux magiques, encore et encore, et de pouvoir contribuer à la sauvegarde de cette fantastique espèce malheureusement menacée. Comme l’intervenante proposait aux élèves de venir caresser Blue, Will n’hésita pas à se mettre dans la file pour voir de plus près l’oiseau et pouvoir poser la main sur son plumage qui devait être incroyablement soyeux et lisse il en était sûr.

Une fois son tour venu il caressa l’animal avec une grande douceur et un profond respect. Ce moment fut magique, un réel bonheur, d’un autre côté tristement trop court à son goût mais bon c’était comme cela, il fallait que les autres puisses aussi le toucher et que la séance ne dura pas trop longtemps pour l’animal pensa t’il. Le jeune Pouffsouffle qui écoutait en revenant à sa place Swan expliquer comment aider son association concrètement et que le couple ici présent trouverait refuge dans la forêt interdite, eu deux questions qui lui vinrent à l’esprit.

« Miss, on peut vous envoyer un hibou à quelle adresse ? Ça m’intéresserait de vous aider, comment je ne sais pas encore. Mais si je trouve un Augurey pendant les vacances chez mes parents on ne sait jamais, et qu’il faut que je le recueille je vais vite vous écrire alors… Et dans ce cas vous me conseillez de faire quoi ? Il y a des précautions à prendre ? »

29 juin 2018, 21:28
 Animation des Nouveaux  Le vert de l'Augurey
La séance caresses était toujours la préférées des enfants et comme Swan s'y attendait, les élèves s'étaient aussitôt dépêchés de se réserver une place pour avoir l'occasion de toucher Blue. L'oiseau n'était pas très mal à l'aise et il constituait, pour sûr, la minorité d'Augureys qui n'étaient pas si timides que ça. C'était la raison pour laquelle Swan avait choisit ce couple aujourd'hui —et aussi parce qu'elle les aimait particulièrement, elle savait qu'ils ne connaîtraient sans doute pas d'autres comportements abusifs dans la forêt interdite.  Son métier était parfois difficile, se séparer des animaux qu'on a élevé, soigné, n'avait rien de bien agréable, mais c'était une contre-partie supportable quand elle entendait dire de certains voisinages qu'ils avaient vu un nouveau nid d'Augurey après un relâchage de volatiles. Elle adressa un petit sourire à chacun des élèves, notamment à une blondinette qui la remercia. La rousse pouvait sentir l'émotion des enfants. Voir un Augurey était une expérience inoubliable, elle en était sûre, en caresser un l'était davantage encore et ils étaient sûrement dans l'expectative de les voir s'envoler vers une vie pleine d'un bonheur promis. 

Les questions arrivèrent ensuite au compte-goutte, Swan ne sut pas bien si les élèves étaient chamboulés ou tout simplement à court de questions. Peut-être un peu des deux, se dit-elle en observant ses deux oiseaux à tour de rôle. Il y avait de quoi l'être.
« Ah, bonne question ! Ils sont principalement insectivore, ils mangent des insectes, de préférence des gros. Ils mangent aussi des Fées, mais si vous trouvez un Augurey je suppose qu'il sera plus facile pour vous de lui donner des insectes à manger ; on peut en acheter facilement dans toute ménagerie magique. » Elle siffla un coup et les deux Augureys vinrent se placer sur chacune de ses mains pendant qu'elle tourna le dos aux élèves, se dirigeant vers la lisière de la forêt. À chacun de ses pas, elle sentait son cœur s'alourdir un peu plus, s'enfoncer un peu plus profondément. Tout en se faisant, elle intima d'un signe du menton à ses élèves de la suivre.

« En ce qui concerne l'adresse de notre association, vous avez des cartes sur la table avec l'adresse. Si vous voyez un Augurey, le mieux serait de nous l'amener aussitôt mais je comprends que ce soit compliqué. Vous pouvez bien évidemment utiliser les réseaux de cheminées pour nous rejoindre. Si le cas n'est pas très grave et que vous pouvez vous en occuper sommairement, il est aussi possible de nous envoyer un hibou et un de nos employés viendra vous chercher. Elle marqua un temps de pause pour réfléchir et surtout pour laisser aux élèves le temps de réfléchir. Elle les scanna du regard, les sourcils légèrement froncés. Attention néanmoins, les Augureys sont des oiseaux sauvages et ils sont mieux sans nous. N'essayez pas de jouer aux héros sans qu'il y ai de bonnes raisons, c'est d'accord ? Les précautions sont les mêmes que pour la plupart des volatiles sauvages : attention de ne pas abîmer les ailes si vous devez les transporter. Faîtes en sorte qu'ils boivent bien et qu'ils mangent un peu, mais en douceur évidemment. En fonction du type de blessure, si vous connaissez un médicomage il peut sûrement s'occuper des sortilèges qui concernent les os cassés mais n'essayez pas par vous-même, vous risquez de le blesser encore plus. » Elle savait qu'il était tentant pour les enfants, et même pour les adultes, de se ruer pour prendre un animal blessé sous son aile. Mais c'était parfois à double tranchant, tous les salvateurs animaliers n'étaient pas forcément doués et même avec les meilleures intentions, on pouvait parfois courir droit à la catastrophe. Ces questions lui donnaient, néanmoins, encore un peu plus de force et de motivation. Voir des visages aussi curieux et intéressés ne faisait que lui confirmer qu'elle ne faisait pas tout ça pour rien. Elle donna une impulsion dans l'avant de ses bras et, brusqués, les Augureys se mirent à voler. Ils ne partirent pas loin, planèrent au dessus de la rousse d'un air perdu. Voilà qui était le plus embêtant, quand elle se liait avec ses Augureys. Elle leur lança un "pssht !" brisé par sa propre tristesse et, comme vexés, les oiseaux se regardèrent avant de s'engouffrer dans la forêt interdite.

La vision fut dure pour Swan qui, les épaules remontées et les doigts jouant nerveusement sur ses manches, n'osait même plus se tourner vers ses élèves. Dos à eux, elle entreprit de continuer quelques explications :
« Je vois que certains ici sont très intéressés. Sachez que vous pouvez très bien nous rendre visite, à notre association, sans avoir un Augurey blessé avec vous. J'organise des stages pendant les vacances, qui n'ont rien à voir avec votre scolarité donc, et je suis en partenariat avec plusieurs autres associations s'occupant d'autres créatures. Ça me ferait très plaisir de voir vos petites bouilles. » Comme pour se donner un peu de contenance, elle croisa les bras et se tourna vers ses élèves, un sourire exagéré sur les lèvres. 

« Allez, je vous libère ! Je vais ranger tout ça et y aller, j'ai beaucoup de choses qui m'attendent pour le restant de la journée. Ça m'a fait très plaisir de discuter avec vous, vous avez été très à l'écoute et très curieux, j'aimerais que plus de personnes soient comme vous ! Oh, comme je suis contente ! » Sous le coup de l'émotion, elle attrapa deux trois élèves qui traînaient un peu trop à proximité pour les enlacer avec une passion non dissimulée. Puis, comme si elle se souvenait des conventions qui disaient de ne pas toucher n'importe qui, elle se recula et se dirigea vers ses propres affaires pour tout ranger dans ses sacs et se préparer à quitter l'école de son enfance.
DERNIER POST
Reducio
Le message de Solwen :
Encore une fois, rien à redire, vos posts sont vraiment top, longs et bien développés, c'est super de voir que vous êtes tous aussi motivés ! Continuez comme ça ;)

Sinon, c'est mon dernier post donc je voulais vous remercier tous. Vous avez été des partenaires géniaux, et comme l'a dit Solwen tous vos posts étaient top de chez top. Je vous laisse clôturer ce RP, merci à tous.  :grin:

Tapis en Chef, 2ème année RP.