Inscription
Connexion

2 août 2018, 20:14
Un peu de couture mesdemoiselles!  privé 
Ah Aliénor ! Si un jour elle voudrait bien s’arrêter, ça arrangerait tout le monde ! Mais non, madame cherche l’aventure, les péripéties, les nouveautés… Bon d’accord, c’est sympa, c’est amusant… Mais rien de mieux pour se salir et pire.

Enfin bon, ces vêtement tenaient le choc jusqu’à maintenant. Oui, seulement jusqu’à maintenant…
Aliénor se promenait dans le parc, sautillant comme une enfant qu’elle était d’ailleurs, heureuse de la journée qu’elle venait de passer. Avoir une bonne note met toujours en joie un élève. Elle avait décidé de passer l’après-midi au parc. Comme elle n’avait pas cours, elle voulait profiter du beau temps qui s’installait. Aujourd’hui aucun nuage ne semblait vouloir pointer le bout du son nez, enfin ici le temps change vite. C’est pour cela qu’elle voulait en profiter maintenant.

Elle aimait bien le parc, tout y était si paisible et si vivant. L’oiseau qui chantait, les élèves qui révisaient par moment et qui jouaient par d’autres.

Aliénor s’avança vers le milieu du parc et prit une grande bouffée d’air frais. Elle appréciait réellement avoir un accès à l’extérieur et surtout à de la verdure. Elle aimait passer du temps en nature. Après tout, elle était si bien faite !

Aliénor regarda alors un arbre qu’il y avait juste à côté d’elle, entouré de quelques buissons. Il y avait, autour de cet arbre deux écueils qui, aux yeux d’Aliénor jouaient en se poursuivant autour de l’arbre. Elle les regarda u moment, elle les trouvait amusant. Qu’es ce qu’elle aimerait être aussi vive et aussi agile qu’un écureuil… Elle se décida alors de monter à l’arbre, quitte à déranger les petits mammifères. Elle s’approcha alors, faisant attention à bien écraser les branches de son pied. Une fois devant l’arbre, elle l’observa. Il n’était pas si haut que ça, une taille raisonnable quoi. Elle sauta pour atteindre la première branche et s’y agrippa. Elle chercha avec difficulté une prise au niveau de ces pieds en vain.

La jeune Poufsouffle, à force de s’agiter ans les airs comme un cocon su le point de laisser naitre le papillon, tomba. Elle disparut derrière les buissons puis se releva quelques secondes après en se massant le bas du dos. Quelle bonne idée tu as encore eu, pensa la jeune fille.

Elle sortit péniblement de se tas de branches et de feuilles. Une fois délivrée, elle secoua sa robe de sorcier. Passant les mains dans chaque repli pour y enlever les feuilles accroché elle fut surprise quand sa main traversa sa robe pour aller toucher son mollet.

-Oh non, non, non…

Quelle idée aussi d’essayer d’escalader un arbre en robe de sorcier… Elle étira alors le tissu pour constater les dégâts, il y avait bel et bien un trou dans sa robe. Qu’elle gourde, elle qui ne savait même pas comment enfiler un fil dans une aiguille…

Elle regarda autour d’elle espérant trouver quelqu’un capable de l’aider. Elle aperçut alors une jeune fille de Serpentard, elle s’avança vers elle. Aliénor ne la connaissait ni d’Eve, ni d’Adam mais bon, parler aux gens n’est pas un problème pour elle, et les regards méprisants ne lui font aucun effet, ils peuvent bien penser ce qu’ils veulent !

-Hey ! Bonjour, dis tu ne saurais pas coudre par hasard ?

Aliénor se posta devant la fille qui devait avoir environ son âge et qui était un peu plus petite qu'elle. Aliénor lui sourit en attendant sa réponse.

Batteuse des Hel's
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 5ème année RP, Poufsouffle

5 août 2018, 10:49
Un peu de couture mesdemoiselles!  privé 
Myosotis avait passé toute la journée enfermée dans l’école, à travailler pour essayer de décrocher les meilleures notes, même si ses efforts ne semblaient pas avoir un réel impact. Elle s’était dit qu’une petite pause d’air frais ne lui aurait pas fait de mal. D’ailleurs, le parc regorgeait de points de vue magnifiques que la petite fille n’avait jamais eu l’occasion d’esquisser. Le dessin était une vraie passion chez elle, même s’il était difficile de croire que ses petits doigts puissent faire de tels dessins avec une telle maladresse. Elle attrapa donc son pot d’encre, sa plume et son carnet de dessin qu’elle avait ramené du monde des moldus et se dirigea en direction du parc. Comme c’était agréable de sentir l’herbe couiner sous ses pieds! Après quelques pas, elle s’arrêta pour apprécier un peu plus ce court instant de paix. Les rayons de soleil de ce début d’été se posèrent doucement sur son visage pâle, si peu habitué à la lumière. Elle prit une grosse bouffée d’air, et continua son petit périple en observant le paysage, à la recherche d’un coin propice au dessin. Elle voyait déjà les traits d’encre se former sur son carnet, pourtant encore vide de toute esquisse. Ici, le lac noir, et là, les nombreux sapins. Peut-être un bout de la grande école de Poudlard? L’exercice étant de reproduire les diverses couleurs avec seulement une plume et une encre noir, projet ambitieux pour la jeune dessinatrice. Le parc, à ce moment de la journée était  calme, et on pouvait même entendre le bruit des oiseaux et des insectes.

Après quelques minutes de marche, la petite fille décida de s’installer sur un tronc d’arbre abattu sur le sol. Enfin un peu de temps pour elle-même. La Serpentard avait tellement de mal à s’intégrer dans ce monde qui lui était inconnu il n’y a qu’encore quelques mois ! Elle sortit son matériel sur le tronc dont l’écorce s’accrochait déjà aux fils de sa robe de sorcière. Après avoir pris une grande inspiration, elle trempa sa plume dans le flacon d’encre et l’approcha du papier tout en regardant le paysage pour choisir où la première courbe serait tracée.

Quand soudain, une ombre vint troubler le tableau, pourtant si harmonieux. C’était une silhouette qui se débattait dans un pin à une centaine de mètres de Myosotis. Sa curiosité s’attisa et elle se sentit obligée de remballer son matériel dans sa saccoche de cuir, regrettant amèrement d’avoir regarder en direction de l’arbre. Au fur et à mesure qu’elle se rapprochait, la fillette aperçut la vive couleur jaune de sa maison voisine que portait une jeune Poufsouffle. Et… par Merlin! Elle allait tomber! La petite sorcière accéléra le pas, telle une héroïne de film épique. En tant que maladroite confirmée, elle trébucha bien deux ou trois fois dans sa course folle.

Au même moment, la Poufsouffle s’écrasait dans un buisson, dans un fracas assourdissant de branches cassées. Le coeur de Myosotis tambourina dans sa cage. Était-elle blessée? Fallait-il envisager le pire? Où pourrait-elle trouver un adulte?

Elle discerna tout d’abord des cheveux, puis une main, suivie d’un bras. Myosotis laissa échapper un soupir de soulagement. Au moins elle n’aurait pas sa mort sur la conscience. Finalement, la Poufsouffle se releva entièrement, l’air encore quelque peu hébété par sa chute. Elle se retourna, tatonna et fit la grimace. Puis, après avoir observée sa robe de plus près, la jeune cascadeuse regarda autour d’elle-même pour finalement croiser le yeux ahuris de Myosotis. La Serpentard, qui semblait être la plus choquée des deux s’approcha pour s’assurer qu’elle n’avait rien. Mais la Poufsouffle fut la plus rapide et lui lança:

-Hey! Bonjour, dis tu ne saurais pas coudre par hasard ?

Myosotis n’en revenait pas, la jeune fille venait de faire une chute mortelle et elle ne se souciait que d’un trou dans sa robe?! Oubliant sa timidité maladive, la Serpentard coupa :

-Tu n’as rien de cassé?! Tu veux que je t’emmène à l’infirmerie?

Myosotis, rougi par son marathon, reprit son souffle et observa plus attentivement la Poufsouffle. Elle devait bien faire une demi-tête de plus qu’elle, et avait de très jolis yeux bicolores: un oeil vert et un oeil marron. Myosotis n’avait jamais vu d’yeux verrons, alors elle fut grandement surprise. Des cheveux bruns encadraient son visage aux traits fins. Elle était pour ainsi dire jolie. En regardant de plus près son expression faciale, il était claire que la jeune fille ne s’était pas cassée un os, peut-être juste une petite éraflure à peine visible sur sa joue droite, qu’elle-même n’avait sûrement pas senti. Qu’est-ce qu’elle se sentait bête ! La Poufsouffle devait la prendre pour une folle qui s’inquiétait pour un rien. Elle devait avoir l’air ridicule, ce qui la fit rougir de plus belle. De plus, aucun moyen de se rattraper en l’aidant: Myosotis avait beau savoir dessiner, elle n’avait jamais cousu de sa vie, et sa maladresse qui la suivait partout prendrait sûrement le dessus sur son côté artistique. Ses doigts finiraient plus troués que la robe de la fillette. 

À cet instant, les deux petites sorcières se retournèrent, intriguées par des bruits de pas venant de leur gauche. C’était une autre Poufsouffle qui arrivait en double vitesse.
Dernière modification par Myosotis Aglaé le 26 oct. 2018, 22:28, modifié 3 fois.

2eme année rp.

18 août 2018, 22:10
Un peu de couture mesdemoiselles!  privé 
Les Poufsouffle avaient des heures à tuer, cet après midi-là, mais c'était seulement un gros trou béant dans un emploi du temps plutôt chargé. Le genre de journée où la pression retombait, vous laissant mou comme un Veaudelune un soir de nouvelle lune. Pas envie de faire des trucs compliqués, quoi. Mais pas envie de ne rien faire du tout non plus, foi d'Herminie ! D'où la présence de la gracile fillette dans le parc. Elle déambula un moment, cherchant un arbre contre lequel s'appuyer. Le gros pin, de stature basse mais très massif, lui sembla parfait. Son odeur de sève et d'aiguilles chauffant sous le soleil était réconfortant. Elle posa son lourd sac à dos à son pied et s'assit. 

Un inconfort au niveau de sa hanche lui fit porter la main à sa poche, où un certain objet dépassait d'une bonne quinzaine de centimètres du tissu. Elle sortit sa baguette de sa poche, et la fit tourner lentement entre ses doigts. Le bois clair, aux teintes acajous brillait doucement, sa surface bien propre. Herminie en prenait grand soin, essayant naïvement d'invoquer la clémence de sa baguette si caractérielle. A défaut de la poigne et de la conviction qu'elle ne possédait pas encore du haut de ses 11 ans, Herminie passait de longues heures à s'entraîner aux divers Sortilèges qu'on lui apprenait en classe. Elle prenait aussi beaucoup de temps à effectuer l'exercice de Miss Keith. Tournant une dernière fois sa baguette entre ses doigts, elle se cala plus fermement contre le tronc et ferma les yeux, laissant ses doigts se décrisper autour du fin morceau de bois, ses muscles fondre contre le tronc. 

Les pas, le goût de la tarte sur ma langue, les murmures, les marmonnements des élèves, les oiseaux, l'odeur du pin, le poids de ma baguette entre mes doigts.

Tout cela submerge Herminie, et elle laisse faire. Bientôt, les sensations s'estompent, car elle ne les retiens pas dans son esprit. Elle a l'impression de flotter. Un battement de cœur plus tard, et c'est comme un effleurement multi-sensoriel.

Un fil de soie sous mes doigts, un goût léger mais nouveau sous ma langue, des étoiles lointaines sous mes paupières... Et surtout, surtout, un son, une simple répétition de quelques accords, une vibration dans l'air, et je sens comme si je vibrai avec, alors que je suis immobile...

La sensation est ténue, fragile, comme sa relation avec la jolie baguette au bois de cerisier. Il suffirait d'un mauvais sort et elle pourrait se briser. Ça lui fait atrocement peur.

CRAC !

Le son est bref, mais il envoie comme un seau d'eau gelée sur Herminie, qui rouvre les yeux et approche ses doigts portant la baguette de son visage. Un instant, elle a cru que c'était Elle qui avait fait ce son. Elle rabaisse ses bras avec une lente expiration pour se calmer. Son cœur bat à mille à l'heure. *Si ce n'était pas elle, c'était quoi ?* se demande la fillette. Elle a le corps tout engourdi et couvert de sueur, et se relève d'un pas mal assuré. C'est pourquoi ça ne rate pas : en faisant le tour de l'arbre, elle trébuche sur une racine et se met à courir sur quelques pas pour ne pas tomber. Les bras écartés pour retrouver son équilibre, elle relève la tête pour voir deux filles. 

L'une, est de sa maison. Alienor, avait elle retenu, comme une des reine d'Angleterre. L'autre, porte une énorme masse de cheveux qui cache son visage à Herminie, et est pourvue d'une taille très semblable à la sienne. C'est assez rare. Elle se retourne, et la vision est étrange : deux yeux violets globuleux au milieu d'un visage rougi. 

"Heu, j'ai entendu un craquement...", commence t-elle, incertaine et un peu vaseuse de la sortie brutale de sa séance de concentration. Son regard s’arrache de l'étrange fillette, et navigue vers Alienor, puis à ses pieds, où des minces branches sont éparpillés. Le bruit venait de là... Mais alors... "Tu es tombée, Alienor ? Ça va ?" A t-elle besoin d'aide ? Herminie reste là, une main contre le tronc, incertaine. 

Pardon pour le temps de réponse, ravie de te rencontrer, Myosotis ! Ali, <3 . Ma couleur est #073763, si besoin.

Herminie Peers, Cinquième année RP Médiatrice, ma volière est ouverte à tous
Best Friend 9000, LA référence couleur Poufsouffle #BF9000

19 août 2018, 13:20
Un peu de couture mesdemoiselles!  privé 
Alors qu’Aliénor attendait la réponse de sa camarade, un détail de celle-ci accrochât son regard. La jeune fille avait des yeux violets ! Aliénor n’avait jamais vu ça et n’en avait jamais entendu parler. Décidément, à elles deux, elles forment un groupe d’yeux étranges, la génétique est vraiment incroyable. Mais pour la Poufsouffle, ces yeux bicolores ne sont qu’une erreur de la nature, une erreur esthétique, mais une erreur.
Aliénor fixait son interlocuteur avec fort peu de discrétion ce qui est totalement impoli, surtout qu’elle savait ce que cela faisait qu’on la dévisage à cause de ces yeux.

-Tu n’as rien de cassé?! Tu veux que je t’emmène à l’infirmerie?

Aliénor cligna des yeux plusieurs fois pour sortir de ces analyses et de ces rêveries pour pouvoir analyser ce que venait de dire sa camarade. L’infirmerie ? Aliénor se retourna vers l’arbre duquel elle était tombée. Ce n’était pas si haut, mais il est vrai qu’elle avait fait un sacré raffut en tombant, il est donc normal qu’elle s’inquiète… Aliénor lui adressa son plus beau sourire quand l’attention des deux fillettes furent happées par des bruits de pas quelque peu décousus et au bruit assez irréguliers.

Aliénor regarda la source du bruit et vit une blonde les bras écartés essayant tant bien que mal de retrouver son équilibre. Aliénor rit intérieurement de sa démarche atypique et de cette magnifique entrée en scène.

Une fois la blonde à leur hauteur et stabilisé, Aliénor reconnu se visage. Il lui était familier, mais d’où? Aliénor essayait de se rappeler comment elle l’avait rencontrée auparavant et surtout quel était son prénom.

- Heu, j'ai entendu un craquement... Tu es tombée, Alienor ? Ça va ?

Oh non ! pensa la jeune fille, qu’elle cruche fait-elle à ne plus ce souvenir du prénom de cette fille alors qu’elle s’en souvient très bien. Déjà le son de sa voix lui avait rappelé la salle commune des Poufsouffles, elles étaient dans la même maison et en plus Aliénor la voyait comme une fille très gentille. Mais à ce moment-là aucun moyen de remettre la main sur son prénom… Ah quelle mémoire inutile. Pourtant d’habitude Aliénor n’a pas de problème à retenir ce genre de choses…
Se rappelant soudainement la question que venait de lui poser la Poufsouffle, Aliénor sourit de nouveau en ajoutant :

-Moi, je vais très bien, j’en ai vu d’autres, mais je n’en dirais pas autant pour ma robe…

Aliénor souleva sa robe pour faire constater aux deux filles les dégâts, le trou était assez grand et la famille d’Aliénor n’était pas très riche, racheter une robe aussi tôt dans l’année, ces parents la tueraient.

-Je ne sais pas du tout coudre, tu saurais toi ?

Aliénor n’attendit pas la réponse de la Poufsouffle et enleva sa robe qui recouvrait ces vêtements pour l’étaler au sol. Elle s’assit par terre juste devant le trou.

-Dans tous les cas, il faut que je trouve un moyen pour recoudre ça… Quelqu’un a de quoi coudre ?

Elle ferait mieux d’arrêter d’enchaines les questions et attendre qu’elles répondent ce serait bien… Mais Aliénor parle un peu trop quand elle réfléchit… On n’est pas tous parfaits. Elle se décida quand même à relever la tête vers les deux filles espérant un miracle, un hasard bien fait.

Batteuse des Hel's
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 5ème année RP, Poufsouffle

22 août 2018, 20:35
Un peu de couture mesdemoiselles!  privé 
Myosotis, qui venait à peine de se calmer, observa plus attentivement la Poufsouffle qui venait d’arriver, les bras écartés semblables aux ailes d’un avion. Une étrange position qui avait dessiné un sourire au coin de la lèvre de la Serpentard. C’était une blonde aux yeux bruns clairs, peut-être un soupçon de vert à peine visible, avec un teint aussi pâle que Myosotis. Enfin quelqu’un comme elle! Elle semblait elle aussi un peu paniquée par la récente chute de leur camarade. Cette dernière, d’après les paroles de la Poufsouffle se nommait Aliénor. Non, Alianor. Etait-ce un “a” ou un “e” ? Elle avait déjà oublié et décida donc que la sorcière s'appellerait Alianor. D’ailleurs, celle-ci était déterminée à réparer le trou que sa chute avait provoqué dans sa robe. Il n’y avait pas de doute, il lui fallait une sacrée couturière pour pouvoir le recoudre, que, hélas, Myosotis n’était pas. Vraiment pas. Passer un fil dans une aiguille lui était pour ainsi dire impossible. Après avoir aussi demandé à sa camarade si elle savait coudre, elle enchaîna:

-Dans tous les cas, il faut que je trouve un moyen pour recoudre ça… Quelqu’un a de quoi coudre ?


La vert et argent étudia un peu plus profondément la question. Des trucs pour coudre…. des fils, des aiguilles, des épingles, attendez… Mais oui! le savoir-faire, elle ne l’avait pas pas, mais le matériel, peut-être qu’elle avait une solution! Son visage s’illumina, fière de son idée.C’était une boîte ovale où elle fourrait tous ses petits outils pour faire des collages. Papiers, boutons, scotchs, crayons, rubans…. Tout y était. C’était une caverne d’Ali Baba, compressée et ratatinée, un concentré de petites babioles improbables. Elle l’avait achetée dans une boutique du chemin de traverse avant de faire ses premiers pas à Poudlard, une époque où magie rimait encore avec rêve. Elle avait été fascinée par cet incroyable sort d’extension qui permettait de fourrer toute sorte d’objets sans prendre aucune place. Si seulement elle avait un peu patienté, elle aurait appris à faire ce sort par elle-même. A chaque fois qu’elle regardait à l’intérieur, elle était elle-même surprise par sa contenance, découvrant de nouveaux objets inconnus jusqu’à lors. Si on cherchait bien, on y dénicherait sûrement de quoi coudre. Le seul hic, c’était qu’il fallait beaucoup, beaucoup fouiller. De sa petite voix discrète, la tête rétractée dans les épaules, qu’elle avait surnommé la position tortue, elle murmura:

-Je sais pas coudre, mais… mais peut-être que je peux un peu t’aider quand même, enfin… si tu veux… mais… euh...

Sa voix se perdit dans sa forêt de cheveux. Le prénom… le prénom! Elle avait oublié de se présenter. Elle récita donc, d’une voix plus forte:

-Euh… Je m’appelle Myosotis.

Elle baissa vivement la tête, n’osant même pas imaginer la réaction des Poufsouffles. Quand Myosotis s’adressait à une personne pour la première fois, c’était un réel numéro à ne pas manquer. Elle se maudit d’être toujours aussi timide et mal à l’aise avec les gens. Pourquoi devait-elle toujours être aussi bizarre! La Serpentard sentait le sang lui monter à la tête, toute gênée et submergée par une énorme vague de honte. Il fallait vite faire diversion et changer de sujet afin que ses camarades oublient ses paroles ridicules. Elle ouvrit sa saccoche, farfouilla nerveusement dedans, et en sortit une boîte orangée à peine plus grande que la main de Myosotis où il était inscrit:

“pour tout, et pour rien”

Elle la brandit fièrement et la montra aux deux sorcières.

-On y trouvera peut-être de quoi t’aider. Toujours si tu veux. Désolé, et euh... Il ne reste plus qu’à chercher...

Myosotis s’accroupit par terre en tailleur, ouvrit la boîte et plongea sa main à l’intérieur. Ses doigts sentirent une explosion de sensations, touchant différentes matières: rugueuses, douces, lisses, pointues, fines, molles et dures. C’était une symphonie de textiles qui nous surprenait à chaque touchée. Elle la ressortit pour examiner plus attentivement ce qu’elle avait recueilli. Cela allait sûrement être long. Elle regarda les deux fillettes, ses yeux implorant de l’aide.
Dernière modification par Myosotis Aglaé le 26 oct. 2018, 22:34, modifié 1 fois.

2eme année rp.

2 sept. 2018, 19:59
Un peu de couture mesdemoiselles!  privé 
Herminie acquiesce, rassurée du bien être de sa camarade de maison, et ouvrit la bouche dans un beau "o" quand elle vit l'état de la robe de celle-ci. "Ah oui en effet tu ne t'es pas ratée...". La petite blonde approche doucement du désastre, et passe sa main sur son visage pour effacer les dernières traces de nausée. Son visage reprend des couleurs et de la vivacité. 

Elle relève les yeux avec surprise à la question d'Alienor. "Oh oui pardon, j'aurais du proposer ! Oui, je sais moi ! Attends deux secondes...". Elle fuit vers l'arbre, embarrassée par son impolitesse, et se jette sur son sac qui était resté là derrière. Mais là, pas moyen de trouver son kit de couture à l'intérieur : il devait être resté dans les dortoirs... *Toujours le sac pleins à ras-bord, mais jamais ce qu'il faut !* De rage, elle ferme son sac avec violence. Ou plutôt, elle essaye : la tirette ne veut pas fonctionner. Herminie souffle, puis charge l'impossibilité sur son dos avant de refaire le tour de l'arbre.

"Pardon, je n'ai pas mon aiguille et du fil..." au même moment où la petite Serpentard s'exprime timidement à propos de son incapacité à coudre. Celle-ci porte un signe distinctif, tandis qu'Herminie arbore son éternelle écharpe jaune et grise foncée qu'elle a fabriqué elle même pour convenir à ses goûts - tant couleur qu'épaisseur - de fière Poufsouffle frileuse. "

-Euh… Je m’appelle Myosotis.

Herminie lui sourit chaudement. Elle s’aperçoit qu'elle est la première Verte et Argent à qui elle parle, et elle se sent curieuse de découvrir cette maison. Elle a l'air très gentille et serviable, en tout cas. 

"C'est un très joli prénom !", lui dit-elle toujours avec le sourire, sans réagir au trouble que semble ressentir la fillette. *Et il va bien avec ses yeux, si mes souvenirs du jardin de mamie sont exacts*, pense t-elle. "Moi, c'est Herminie, Herminie Peers" dit-elle à son intention. La sorcière s'empresse de fouiller dans son sac et d'en sortir une petite boîte orange et ovale. Lorsqu'elle l'ouvrit une fois assise, Herminie put distinguer une boule de laine, principalement. Elle s'accroupit également autour de la robe, et posa son sac derrière elle.

"Oh, tu crois que tu as un fil et une aiguille, là dedans ?" dit-elle en se perchant sur ses genoux et ses mains par dessus le tissu étendu pour mieux voir. Elle sourit à Alienor "Entre nous deux je pense qu'on y arrivera !". C'est ce moment que choisit la fille aux yeux violet pour plonger la main à l'intérieur, bien au delà des limites que la petite chose supposait. Herminie sursauta violemment puis s'empressa de la questionner : "Mais c'est quoi cette chose, comment ça se fait ? C'est une boîte magique ? On en trouve où ?". Imaginez-vous, pour une petite ramasseuse de bricoles comme la petite blonde l'était, ce que représentait un tel objet.

"Enfin, donne moi un tas de laine, je vais voir si il n'y a pas du fil caché à l'intérieur... Et pour l'aiguille, j'espère que t'a pas une botte de paille, là dedans !" rigola t-elle pour s'excuser d'avoir un peu trop pressé la jeune fille, qui semblait perdue avec tout son matériel.

Herminie Peers, Cinquième année RP Médiatrice, ma volière est ouverte à tous
Best Friend 9000, LA référence couleur Poufsouffle #BF9000

3 sept. 2018, 16:50
Un peu de couture mesdemoiselles!  privé 
Aliénor regardait l’état de sa robe, elle soupira lourdement, c’est dingue de faire autant de dégâts rien qu’en tombant d’un arbre. Ces parents feraient une rougeole en voyant cette pauvre robe de sorcier vielle d’à peine quelques mois. En plus elle ne savait pas coudre… Elle releva la tête vers ces deux camarades en les suppliants du regard. La Sertentarde pris la parole elle pouvait les aider, elle semblait tout de même assez confuse, Aliénor sourit pour essayer de ne pas la mettre mal à l’aise. Elle se présenta, Myosotis. C’est joli, comme prénom. Décidément, les gens ici ont des prénoms très originaux. Personne n’a le même prénom et c’est assez marrant au final, heureusement Aliénor a un bonne mémoire des prénoms et des visages, sinon elle serait déjà bien perdue dans tout ce beau monde.

La Poufsouffle aussi avait répondu à la question de la jeune fille et se présenta aussi à la verte et argent. Soudain ce fut le déclic, Herminie, mais bien sûr Herminie ! C’était une des filles les plus créatives de sa maison, toujours à réaliser de belles choses pour les autres. Aliénor était contente d’enfin se souvenir du prénom de sa compère de maison. Voilà qui était parfait de tomber sur elle dans un moment pareil. C’était la personne de la situation, elle savait coudre, et pourrait l’aider. Un grand sourire illumina le visage de la jeune fille alors que la Poufsouffle revenait avec un sac ouvert.

Aliénor observa en silence ces camarades qui cherchaient de quoi coudre dans une boite… Une boite ? C’était la première fois qu’Aliénor voyait quelque chose comme cela. Myosotis mettait presque tout son bras à l’intérieur de la boite. Aliénor lâcha un « Wow » en regardant la brune faire. Herminie semblait tout aussi subjuguée par l’objet.

- Enfin, donne moi un tas de laine, je vais voir si il n'y a pas du fil caché à l'intérieur... Et pour l'aiguille, j'espère que t'a pas une botte de paille, là dedans !


Aliénor rit, à la blague d’Herminie, elle était contente que sa chute rassemble des gens au final. Mais à imaginer tout ce qu’il pouvait y avoir dans cette boite Aliénor avait le tourni. Comment trouver une aiguille la dedans et même du fil… Mais bon, quand on veut ou peut ! Aliénor reprit du poil de la bête et regarda les deux autres filles.

-Oui on peut y arriver ! Tu as besoin d’aide, je n’y connais rien mais si je peux aider…


Elle se sentait un peu stupide, mais visiblement elle était bien entourée et sa robe, elle en était sûre, allait rajeunir !

-Merci de m’aider c’est très gentil !

Elle se tourna ver Herminie qui était, il en était sûr, la plus calée dans le domaine.

-J’ai tout à apprendre, mais je suis prête !

Elle se redressa et mima un salut militaire comme pour monter à sa camarade Poufsouffle sa motivation. Elle rit de son imitation et attendit les consignes des filles.

Batteuse des Hel's
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 5ème année RP, Poufsouffle

31 oct. 2018, 11:16
Un peu de couture mesdemoiselles!  privé 
Myosotis fouillait et fouillait avec détermination. Herminie lui fit un compliment sur son prénom. Pour la première fois depuis leur rencontre, elle n’éprouva pas de sentiment de gêne, l’atmosphère semblait se détendre au fur et à mesure que les mots s’échangeaient. Elle lui murmura un merci timidement à peine audible, un petit sourire ornant ses lèvres. La jeune fille était vraiment très gentille, et Myosotis l’appréciait déjà, quoique son affection n’était pas forcément visible. En effet, Il était difficile de se rendre compte des réactions de la jeune  Serpentard, encore et toujours cachée derrière ses cheveux.
On pouvait en dire autant d’Alinianor qui avait une expression très douce sur son visage. La Serpentard était très contente d’avoir rencontré des personnes aussi bienveillantes, et s’en voulait d’être aussi renfermer. Elle maudit sa mauvaise mémoire qui lui avait fait oublié une partie du prénom de sa camarade. Mieux valait-il ne pas se risquer à le prononcer et attendre qu’il soit citer. Elle avait beau se retourner le cerveau dans un sens puis dans l’autre, chercher dans chaque petit coin, il lui était impossible de trouver la syllabe manquante.
Myosotis n’avait pas l’habitude de recevoir autant de marques d’attention, ce qui lui donna encore plus de courage pour continuer sa quête de fils et d’aiguilles. La boîte ne semblait pas avoir de fin. D’ailleurs, les deux Poufsouffle affichaient une tête intriguée, surprises par l’étrange pouvoir de cette boîte.

“Mais c'est quoi cette chose, comment ça se fait ? C'est une boîte magique ? On en trouve où?" questionna Herminie, pendant que Alianor lâchait un “Wow”.

Myosotis n’était pas peu fière de son acquisition qui lui avait coûté toutes ses économies, et elle expliqua:

“C’est une boîte que j’ai acheté à la rentrée, sur le chemin de travers pendant que je faisais mes courses de rentrée. Elle est sous un sort d’extension. Elle hésita un instant, avant de finalement ajouter: c’est ma petite caverne d’Ali baba, je la trouve très pratique, surtout pour les bordéliques comme moi!

Alinanor exécuta un salut militaire, geste qui ne laissa pas de marbre la petite Aglaé. Elle étouffa dans ses cheveux un petit rire aigu, et prit une grande inspiration avant de reprendre ses fouilles. Sentant un matière douce dans lesquels ses doigts se coinçaient, Myosotis retira fièrement sa main et brandit une pelote de laine rouge emmêlée dans un mic-mac indéfaisable. Elle lâcha un petit “Ah..” de satisfaction et enchaîna:

“La-voici, notre botte de paille!”, en exécutant un léger clin d'oeil à Herminie.

Elle fixa la pelote, se perdant dans le labyrinthe sans solution des noeuds créés par les nombreux ballottements de la boîte. Il en faudrait, du courage pour en venir à bout pour peu qu’elle y trouve une aiguille, et ça ce n’était pas gagné.
Elle tendit sa trouvaille à ses camarades. La Serpentard avait mis de côté sa timidité, sans s’en rendre compte. C’était une chose qu’elle ne faisait pas aussi rapidement, et surtout pas si facilement. Elle qui avait tant de mal à s’intégrer s'épanouissait sûrement pour la première fois. Cette autre partie d’elle-même, peu de personnes la connaissaient, mais la magie faisait des miracles… Prenant la situation en mains, elle proposa:

“Je crois qu’on a du boulot: Je vais continuer à chercher dans la boîte du fil de couture, peut-être que vous pouvez regarder s’il n’y a pas des aiguilles dans cette pelote? Mais euh… en fait c’est comme vous voulez.”

Prise par un petit instant de manque de confiance, elle retourna brusquement chercher ses fils et ses aiguilles, pendant qu’on entendait des bruits sourds et feutrés d’objets inconnus qui s’entrechoquaient dans les profondeurs de la cave.

2eme année rp.

24 nov. 2018, 00:28
Un peu de couture mesdemoiselles!  privé 
Un sortilège d'extension... Herminie resta bouche-bée un long moment, son esprit passant en revue tout ce qu'on pouvait faire avec un tel objet à sa disposition. Ça pouvait faire faire beaucoup d'économies en tout cas : plus besoin de camion, de cargo ou de conteneur et donc la fin de la crise des transports chez les moldus...  En fait, c'était comme un mini-Tardis ! Mais est ce que des gens pouvaient aller dedans ? Pas assez d'air sans doute... Enfin, elle ne voulu pas déranger Myosotis avec ses questions de moldue. Par contre, elle eut un petit rire quand la fillette aux lourds cheveux noirs mentionna que cela réglait ses problèmes de bordel... Au vu du bric-à-brac et de la mission impossible qui s'offraient aux jeunes filles, elle en doutait un peu ! 

La petite blonde fit un sourire discret mais content aux deux filles quand celles-ci rirent à sa blague, et quand la fille aux yeux violet lui fit un clin d’œil. Oh, que la petite blonde aimait faire rire ! 

Myosotis exhuma alors une pelote de laine rouge et Herminie fit semblant de grimacer théâtralement devant l'ampleur de la tâche, avant d'attraper sans se faire prier l'objet des doigts de la Serpentard. Elle commença alors à tâter la pelote dans tous les sens, tirant expérimentalement certains fils pour y voir plus clair, sans succès. Elle releva la tête vers la Serpentard, et lui assura vivement de son accord. Mais elle continuait tant et si bien à trifouiller la laine, que la pointe de son doigt mordit violemment un petit objet très pointu. Elle lança instinctivement la pelote vers l'extérieur sous la douleur, et serra contre elle son index gauche méchamment piqué, avant de porter la perle rouge à sa bouche.

"Ah !" couina t-elle. "Sssss" siffla t-elle de douleur, "je crois qu'il y a bien une aiguille là dedans... Mince désolé..." et elle se leva pour ramasser la pelote. Mais à ce moment là...

"Oh !"

Herminie Peers, Cinquième année RP Médiatrice, ma volière est ouverte à tous
Best Friend 9000, LA référence couleur Poufsouffle #BF9000

26 nov. 2018, 10:05
Un peu de couture mesdemoiselles!  privé 
Aliénor était totalement absorbée par la boite de la Serpentard. Elle semblait sans fond, c’était tout bonnement incroyable et ça uniquement grâce à un sortilège ? Décidément la magie est bien plus vaste et impressionnante que ce que pensait la fillette. Elle ne pouvait pas détacher ces yeux de cet objet. Il était si profond que ça ? Es ce qu’on pouvait y mettre quelqu’un ? C’est quand même une super cachette pour un cache-cache. Tiens ça fait longtemps qu’elle n’a pas fait de cache-cache, pourquoi elle n’en ferait pas ici ? Aliénor détourna un instant son regard de la boite pour regarder le château. Elle ne prend pas assez le temps de regarder cet endroit qui l’héberge et lui fait vivre un tas de choses. Il est quand même magnifique et surtout énorme ! Imaginez un cache-cache là-dedans ! La Poufsouffle nota cette idée dans un coin de sa tête, elle le proposerait à quelqu’un un jour.

Elle essaya de se reconcentrer sur sa robe et sur ce que faisait les deux autre filles. Elle regarda le trou de sa robe, un cache-cache, en voilà une nouvelle idée pour ce salir… Si cache-cache il y aura se sera sans robe de sorcier ! Aliénor se mit à sourire, de l’extérieur elle devait passer pour une illuminée, mais tant pis ! De toute façon Aliénor à une fâcheuse tendance à se perdre dans ces pensées. Mais comme quoi, faire des choses un peu stupides lui permettait de rencontrer de nouvelles personnes ! Tout ça à cause d’un écureuil…

Elle releva les yeux vers l’arbre du quel elle était tombée. *C’est si mignon en même temps un écureuil…*En parlant du loup ! Celui-ci pointa le bout de son nez, en haut d’une branche, la tête en bas, il semblait regarder les fillettes avec curiosité. Une vraie peluche ! Il était assez gros pour un écureuil, il doit y avoir des tas d’espèces en même temps. Le père d’Aliénor était déjà allé au Canada et lui avait dit que là-bas il avait vu de gros écureuils gris qui venaient même manger dans la main des gens. C’est fou ! Mais l’écureuil du parc semblait bien plus farouche…

Soudain, Aliénor fut sortie de sa contemplation. Herminie venait de faire des bruits assez singuliers, elle s’était piquée, au même moment la pelote qu’elle avait entre les mains vola un peu plus loin. Aliénor ne compris pas tout, c’est ça de ne rien suivre, elle demande de l’aide et n’aide même pas ces sauveteurs, ben bravo ! Mais, alors qu’Herminie se relevait, Aliénor vit partir la pelote en courant. Quoi ? Encore un sort ?

Aliénor sauta sur ces pieds en manquant de tomber. Elle sa rattrapa sur l’épaule d’Herminie en fixant ce qu’il se passait. C’était l’écureuil ! Un écureuil venait de leur voler une pelote de laine ! Il ne manquait plus que ça, c’est quand même incroyable. Aliénor regarda l’autre Poufsouffle avec surprise. C’était vraiment en train de se passer, c’était possible ?

-Faut qu’on la récupère !

Aliénor se mit à courir après la bête, oui ce n’était pas très judicieux, mais elle ne devait pas la perdre de vue, peut-être qu’une des filles auraient un plan. Bon après en soi, suivre une pelote de laine n’est pas très compliqué, ça ne se fond pas bien dans le décors du parc… Mais bon elle courait ne sachant pas quoi faire d’autre. Tout ça en se disant que ça ne pouvait arriver qu’a elle ce genre de situations…

Batteuse des Hel's
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 5ème année RP, Poufsouffle