Inscription
Connexion

15 avr. 2020, 13:26
Un grain de maitrise  privé 
6 Février 2045
Aux alentours de 17h
Dans le parc du château
@Lumah Greenleaf


La colère. Elle n’y avait jamais autant pensé, elle ne l’avait jamais laisser s’exprimer librement jusqu’à maintenant. Maintenant qu’elle essayait de la canaliser et de vivre avec, d’accepter ses sentiments et émotions pour progresser en magie et surtout dans sa vie. Mais ce n’était pas toujours facile, elle devait trouver des moyens pour se calmer et ne pas se laisser envahir par cette fille qu’elle pouvait être, quand la colère prenait le dessus, que son monde sombre l’engloutissait.

Alors elle essayait un truc nouveau. Le sport lui faisait du bien, elle le savait mais elle ne pouvait pas monter sur son balai sur un coup de tête dès qu’elle en avait envie. Par conséquent, Aliénor c’était mise à la course à pieds. La fillette courrait autour du château dans le par cet la durée de ses séances variaient en fonction de sa maitrise de la colère. Aujourd’hui ce n’était pas vraiment ça. Elle repensait à sa mère, qui l’avait abandonné, à tous ses moments où elle avait besoin d’elle et qu’elle n’était pas là, toutes ses lettres où elle espérait voir son écriture mais que jamais elle n’avait laissé une goute d’encre. La rancœur, le pardon, la colère. Elle accéléra sa course se forçant à ne pas se laisser avoir par elle-même comme pour fuir cette colère qui montait doucement dans ses veines. Le souffle court, elle courrait à en perdre haleine, déconnectée de toute ce qu’il se passait autour, courant dans le froid de février, le sol encore gelé de la journée, le givre tenant sur les endroits les plus ombragés. Elle courrait son souffle s’envolant en vapeur autour d’elle, sa queue de cheval frappant sa nuque à chaque foulée. Son cœur battait à tout rompre et ses yeux bientôt s’embuèrent. Pourquoi sa mère avait-elle était si dure, si ferme ? Elle était comme de la glace froide mais pourtant si claire. Claire. L’amour que lui portait Aliénor avait été déchiqueté à coup de scalpel. Comme si un chirurgien c’était occupé de la blesser au plus profond d’elle-même. Ses foulées s’agrandirent encore ses pas martelant le sol gelé à toute vitesse. Des sanglots se mêlèrent à son souffle, de colère venait tristesse d’un amour lassé. Pouvons-nous vraiment perdre notre amour pour notre mère ? Celle qui nous a donné la vie, qui nous a élevé, qui nous a couvé du regard, tendu la main quand nous étions au sol et soigné quand nos genoux étaient abimés ? Non et c’est exactement cet amour abimé par la rancœur et la déception qui faisait mal à la fillette.

La course ralentit pour s’arrêter. Elle s’appuya contre un tronc d’arbre prise de quelques vertiges. Elle peinait à reprendre son souffle alors qu’elle essuyait d’un revers de manche les quelques larmes qui lui brulaient la peau pourtant bien rafraichie par le vent froid qui avait frappé son visage durant sa course effrénée. Elle souffla un grand coup en se relevant. Il était tant de rentrer, elle n’allait pas rester là toute la soirée de toute façon. Il devait être aux alentours de 17h. Aliénor entama le chemin pour rentrer au château quand son regard fut attiré par une silhouette un peu plus loin. Elle fronça légèrement les sourcils en observant ce que pouvait bine faire quelqu’un dans le parc, malgré le froid et l’heure. Mais cette personne faisait des gestes qui intriguaient la fillette.

Aliénor plaça sa capuche sur sa tête et s’avança vers cette personne, les mains dans la poche ventrale dans son sweat trop grand mais terriblement confortable. Parfait pour courir en somme. Elle s’arrêta à quelques mètres de cette fille qu’elle connaissait de la salle commune, une Poufsouffle du nom de Lumah si elle se souvenait bien. Aliénor l’observa un instant, elle avait l’air si calme et pourtant si déterminée, en totale maitrise, dans son élément. C’était assez captivant et Aliénor se demandait bien quel sport pouvait pratiquer cette fille.

Perséphone: Batteuse des Hel's, reine des Rumeurs
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 7ème année RP, Poufsouffle

18 avr. 2020, 21:50
Un grain de maitrise  privé 
La liberté.

L'infini.

Elle n'en avait jamais autant voulu.


Depuis le début d'année, elle s'était sentit particulièrement mal ; et ce à cause de soucis qui étaient devenus plus qu'encombrants, en venant même à lui laisser des traces physiques. Qui n'étaient pas déterminées à partir. Les cicatrices dans son Âmes n'avaient pas entièrement disparues, elles non plus, et resurgissaient parfois, alors qu'elle ne s'y attendait pas. Le simple fait de se voir dans un miroir les réveillaient même, cauchemar. Mais la petite avait réussi à les cacher par des petits bonheurs, à se dire que c'était fini. Enfin. Bien sûr, elle entendait toujours des murmures déplaisants parfois, mais elle pensait à ses soleils, et ça allait mieux.
Tout ce temps, elle s'était sentie dans une cage, une cage effrayante, étroite, dans laquelle elle n'arrivait plus à penser ; c'étaient des montres qui s'infiltraient dans son âme. Dans laquelle elle n'arrivait parfois plus à bouger, ou à respirer. Mais on avait aussi placé un verrou sur son coeur, le verrou du mutisme, qui taisait ses larmes, et ses mots. Un masque, qui affichait un sourire, fausse joie, sur son visage.

Tout ce temps, elle aurait aimé être elle, être joie. Elle n'était que coquille vide, fausse. Menteuse. Ses blessures l'avaient tuée, ces nuits sans rêve l'avaient achevée. Elle n'était pas libre, de rêver, de se reposer enfin. Elle n'arrivait plus à vider ses pensées sans qu'un monstre visite son Âme, meurtrie.

Elle n'avait plu eu le droit à son nom, on l'avait afflubée d'un autre. Sang-de-Bourbe.

Quand tout était passé, quand les Autres avenir cessé de venir la voir pour leur foutre leurs poings et leurs paroles dans sa figure, elle avait enfin respiré. Un peu.

Mais elle avait eu besoin de plus.

Elle s'était souvenue de soin endroit favori, le parc. Et depuis, elle y allait chaque jour.


« PLUS HAUT, LUMAH ! »

La petite inspira profondément, ramena sa jambe vers elle avant de la monter, alignée, et de pencher le buste vers sa gauche. Comme emportée par ce mouvement, la jambe de la jeune fille se tendit et frappa.

« Génial ! Oublie pas ton kiai, maintenant, et t'y es ! »

La petite expira profondément, épuisée, et entreprit d'attacher se cheveux dégoulinants de sueur à nouveau. Son kimono lui collait au corps, mais elle était fière.

« Promis ! », dit-elle avec un grand sourire.


Lorsque ses pieds s'enfoncèrent dans la neige, Lumah ne réagit pas. Elle se contenta d'avancer, ignorant le froid. C'était presque si elle n'était pas heureuse de sentir cet air lui fouetter les visage et ses mains congelées. En réalité, elle était juste plus qu'heureuse de se sentir elle, enfin vivante.

Lorsqu'elle jugea être allé assez loin, Lumah s'arrêta et posa son sac, délicatement, avant d'ôter sa cape et de la déposer par dessus. Soufflant sur ses mains, la petiote effectua deux tours de bassin, puis saisit des genoux, collés ensemble, et les tourna ensemble. Elle échauffa ensuite ses poignets, sa tête, tout en alternant par un peu de cardio entre deux, jusqu'à se sentir parfaitement apte à attaquer la suite de son programme.

Son pantalon, pourtant élastique au niveau de la ceinture, daigna glisser légèrement, au plus grand agacement de Lumah, qui serra le noeud mécaniquement avant de joindre ses pieds, coller ses mains à ses cuisses et pencher son dos, pour saluer un public invisible. Ensuite, elle croisa ses bras et écarta ses jambes, puis, une seconde après, son poing gauche venait se couler à son cou puis glisser sur son bras droit, tandis que sa jambe droite avançait vers la gauche, opposée.

Heureuse de sentir ses membres fouetter l'air, se tendre et se plier, Lumah sourit, puis lorsque son premier kata était enfin fini, elle n'en demandait que plus et passait au suivant.

Alors qu'elle faisait un demi-tour, la petite manqua de sauter aussi haut que le record de saut à la perche. Elle n'avait pas remarqué qu'on la regardait ; et instinctivement, ses joues se tintèrent de rose. Alors bien sûr, il n'y avait pas à avoir honte, mais ses joues en avaient décidé autrement. Après une petite seconde où la petite tenta de récupérer ses couleurs habituelles, elle reconnut un visage familier. Enfin, familier parce qu'elle la voyait presque tous les jours, dans la salle commune où à la table des Poufsouffles. Alienor Delphlilia. Et puis surtout, elle la connaissait pour faire partie des Hel's son équipe favorite, et accessoirement l'équipe de Poufsouffle.

« Ah, euh bonj... soir », se rectifia-t-elle de justesse, avant de lui demander : « Euh, je... Tu me regardais ? »

La réponse était évidente, mais Lumah était trop étonnée pour y croire véritablement.

13/02 (17 ans!!) 6A #674ea7

19 avr. 2020, 15:14
Un grain de maitrise  privé 
Alors que la fillette admirait ses mouvements si précis elle ne se rendait absolument pas compte de l’intrusion que cela pouvait être. Après tout cette fille était tranquille là à faire son truc et Aliénor se postait là tel un piquet à détailler ses mouvements. Mais elle est comme ça, elle fait et elle voit ensuite, elle ne réfléchit pas aux conséquences et ne se met pas à la place des autres, du moins la plupart du temps. Alors, quand la blonde se tourna vers elle, elle ne remarqua même pas que sa peau opaline prit de la couleur à cause d’elle, pensant que le froid agissait simplement sur le visage de sa camarade. A la question de celle-ci, Aliénor retira les mains de la poche de son sweat pour les lever au niveau de sa tête comme pour s’innocenter de toute pratique étrange, quoi qu’on lui reproche elle était innocente. Elle retira sa capuche pour ne pas paraitre tel un malfrat et un léger sourire anima ses lèvres.

-Je… Ouais. C’est impressionnant vu comme ça, c’est quoi ? Une sorte de dance, de combat ?


Elle n’avait jamais pratiqué d’arts martiaux et elle n’en avait pas vraiment côtoyé en soi. Elle en avait entendu parler via des jeux vidéo ou des films, mais sans plus. Elle ne savait rien de cet art, mais tout ce qu’elle avait vu c’est que Lumah avait l’air si à l’aise avec son corps et son environnement, ça avait quelque chose de captivant qui avait interpellé la fillette.

-Je veux dire, je courais dans le par cet je t’ai vu du coup je suis venue voir ce que tu faisais.

Aliénor tourna la tête pour indiquer d’où elle venait avant de remettre ses mains qui étaient descendue le long de son corps dans sa poche. Elle espérait que sa cadette ne l’avait pas vu. Sa performance n’était pas géniale et tant qu’à faire autant que la manière de courir d’Aliénor rester secrète car elle était loin d’être talentueuse pour ça. Mais c’était un bon entrainement après tout du moins c’était ce qu’on disait, presque tous les sportifs pratiquaient la course à pieds. C’était que ça devait être bien.

Elle retourna la tête vers sa camarade de Poufsouffle et lui adressa un sourire sincère. De toute façon après s’être dépensée, elle ne pouvait qu’être sincère. C’est certainement pour cela que le sport et surtout le sport d’équipe lie autant les gens. On ne peut pas porter de masque quand on se donne à fond et qu’on se pousse dans nos retranchements. Ca aussi devait aussi jouer dans le fait que la petite Delphillia aimait l’activité sportive sous n’importe quelle forme.

Perséphone: Batteuse des Hel's, reine des Rumeurs
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 7ème année RP, Poufsouffle

29 avr. 2020, 16:37
Un grain de maitrise  privé 
Lumah regardait Alienor avec étonnement et admiration. C'était d'un côté une idole, qu'elle voyait sur son terrain un peu comme un ange, quelqu'un d'inatteignable presque, et pourtant elle se sentait honteuse de ne pas l'avoir considérée simplement comme une élève de Poufsouffle ; ça lui aurait évité cet air ahuri sur le visage, encore une fois. Elle tenta tant bien que mal de dissimuler cette étrange expression qui devait s'afficher à la place de son expression habituelle et écouta, avec curiosité, ce que lui disait Alienor : elle était impatiente de savoir pour quelle raison celle-ci était venue la voir, en fait.

Soudain, Lumah se souvint d'une évidence. Tout le monde n'avait pas de parents moldus, et n'avait donc pas été forcément en contact avec eux, avec leur fonctionnement ; et donc, de toute évidence, tout le monde ne connaissais pas le karaté ! C'était donc le cas de son aînée, apparemment. La fillette ne s'était tout de même pas attendu à un compliment, à vrai dire ; et, mécaniquement, elle enroula une de ses mèches de cheveux autour de son doigt. Un tic qu'elle avait lorsqu'elle était gênée, en plus d'avoir les joues d'une couleur rose - comme si ce n'était pas a assez -.

« Oh, euh... Merci ! », parvint à articuler Lumah, avant de s'empresser d'ajouter : « Aheuhc'estunsportdecombat ! »

Heureusement que le ridicule ne tuait pas, sinon elle serait déjà six pieds sous terre ; son visage n'avait pas reprit la couleur d'un camion de pompier flambant neuf, au moins, et elle en profita de cet instant de répit pour se corriger :

« Ça s'appelle le karaté, c'est Okinaw— japonais. »

La brune venait de courir, donc. Lumah se demandait bien pourquoi, d'ailleurs. Il faisait froid - certes, elle aussi pratiquait dehors -, mais courir était quelque chose de particulièrement épuisant, qui nécessitait d'avoir de l'endurance (ce que Lumah n'avait probablement pas, elle allait finir par croire qu'elle avait un problème cardiaque). Après, les grands sportifs couraient tout le temps, alors peut-être qu'Alienor faisait de même.

« Waouh », s'exclama-t-elle simplement.

Son ainée lui sourit ; cela réchauffa un peu Lumah, qui le lui rendit, timide mais sincère. Ah, ce qu'elle était heureuse de ne plus avoir son masque.

« Tu cours parce que ça te défoule ou parce que ça te permet d'être euh... Plus... Forte ? », demanda Lumah, après un instant, sa curiosité autant refait surface.

13/02 (17 ans!!) 6A #674ea7

30 avr. 2020, 12:04
Un grain de maitrise  privé 
La fillette ne se formalisait pas du comportement légèrement étrange de sa camarade, après tout elle ne la connaissait pas, elle était peut-être habituellement comme ça en privé. L’intérêt de la troisième année augmenta quand elle lui cracha presque que c’était un sport de combat. C’était stylé, Aliénor n’avait jamais eu l’occasion de pratiquer ce genre de sports mais elle était, malgré tout, très curieuse vis-à-vis de ceux qui pratiquaient ce genre de sports. Lumah précisa rapidement qu’il s’agissait de karaté. Aliénor hocha la tête. Evidement elle en avait déjà entendu parler, dans le monde moldu c’était incontournable. Mais elle ne l’avait jamais vu pratiqué et ça avait l’air assez cool !

Elle ne réagit pas tout de suite à la question de sa cadette. Après tout elle ne connaissait pas cette fille il était hors de question qu’elle lui raconte sa vie. Elle devait bien choisir ses mots pour ne pas trop en dire mais être assez explicite et ce n’était pas vraiment quelque chose qu’Aliénor maitrisait. Elle était bien plus douée pour balancer tout ce qui lui passait par la tête, mais ça avait rarement été la bonne méthode.

-Un peu des deux je crois… Mais je maitrise pas du tout mon effort. J’ai cru que je pouvais encore accélérer mais en fait j’étais à bout de souffle. Faut vraiment que j’apprenne à plus écouter mon corps et à gérer mes efforts physiques.

Son regard se détacha du paysage pour revenir sur le visage de la blonde. Elle ne la connaissait pas, mais elle avait dit quelque chose qui résonnait en Aliénor. Devenir plus forte. C’était exactement ce que la petite Delphillia s’évertuait de faire. Devenir plus forte pour cacher ses émotions, pour protéger ceux à qui elle tenait, pour surpasser les épreuves de la vie et réussir à pardonner à sa mère. Ce souvenir ramena un goût amer dans la bouche de la fillette qui avala sa salive avec une légère grimace. Surtout ne pas laisser sa camarade entrer dans cette brèche. Aliénor s’empressa d’enchainer :

-C’est génial le karaté, j’avais jamais vu en vrai. T’en fais depuis longtemps ? Ça te manque pas trop de plus en faire avec d’autres gens ?

C’était bien comme distraction non ? Aliénor enchaina avec un nouveau sourire pour la Poufsouffle espérant noyer au maximum sa petite faiblesse. Elle ne pouvait pas se permettre ce genre d’écart, après elle devait inventer des histoires ou mentir et elle n’aimait pas vraiment ça. Et puis elle était vraiment intéressée, curieuse de nature, mais les sports de combats ça avait toute une autre dimension. Ses gens étaient capables de se battre contre d’autres, de donner des coups sans s’énerver, en gardant un contrôle total. Aliénor aimerait être capable de ce genre de choses. Mais pour l’instant elle était encore bien trop instable pour cela.

Perséphone: Batteuse des Hel's, reine des Rumeurs
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 7ème année RP, Poufsouffle

01 mai 2020, 21:49
Un grain de maitrise  privé 
Lumah s'en voulut de paraître si timide - mais après tout, c'était un peu dans sa nature - ; elle aurait préféré passer pour une fille plus décontractée, mais ça lui faisait tout bizarre qu'on vienne la voir ainsi.

Alienor, que Lumah pensait plus assurée, elle aussi, semblait être de ceux qui n'étaient jamais assez satisfaits d'eux mêmes. Ou peut-être était-ce parce qu'elle ne courait que depuis peu, Lumah n'en savait rien. Elle n'en savait rien mais elle était heureuse de savoir qu'elle n'avait pas seule à se chercher de défauts, chercher à s'améliorer. En l'occurence, si elle s'était évaluée en course, elle n'aurait pas eu grand-chose à dire, mis à part qu'elle avait tout à revoir. Dix pauvres mètres plus loin, après le départ, on la retrouvait au sol, priant pour qu'on lui apporte à boire et une horrible crampe à l'abdomen - bon, certes, c'était exagéré, elle avait déjà sourit avec son père et elle savait tout de même prendre sur elle-même, mais en soi il y avait un peu de ça -.

C'est pourquoi Lumah, avec un sourire - réconfortant, complice, elle n'en savait rien -, lui répondit :

« Je ne sais pas depuis combien de temps tu en fais, mais je suis sûre que tu arriveras à le faire dans peu de temps ! Ça se fait avec la répétition, je crois... »

Lumah avait vite perdu de son assurance, se rendit compte que sa phrase ressemblait plus à une morale que ce qu'elle aurait voulu - d'ailleurs, elle ne voulait absolument pas faire de morale, ni réellement de conseils -. Mais, à son plus grand soulagement, son ainée avait vite changé de sujet, elle avait en tout cas rebondit sur les paroles de Lumah, pour lui poser à nouveau une question. Une question beaucoup plus facile à répondre que celle qu'on lui posait si souvent pour ses origamis, « Comment tu as appris à en faire ? », et à laquelle elle mettait un siècle et des brindilles à répondre.

« Heureuse de l'entendre », dit-elle avec un grand sourire, avant de poursuivre : « J'en fais depuis mes six ou sept ans, donc oui, un petit bout de temps... Et si, c'est le plus génial, du coup ça me manque un peu. Je veux dire, c'est bien de répéter les mouvements, mais apprendre à se coordonner et les exécuter en "temps réel", je trouve ça beaucoup plus plaisant. »

Lumah regarda le paysage, pour éviter de trop scruter Alienor pour trouver ses réponses. Elle ne lui avait jamais trouvé un air aussi joyeux, en fait.

13/02 (17 ans!!) 6A #674ea7

03 mai 2020, 11:31
Un grain de maitrise  privé 
Etrangement, Aliénor se sentait bien en compagnie de Lumah. Certainement qu’elle avait déversé toute sa colère et son amertume lors de sa course, et puis Lumah était douce et calme, tout ce que devait représenter une fille selon les critères sociétaires. Mais Aliénor n’en avait que faire, elle serait elle-même que ça plaise ou non, elle n’avait jamais, du moins aussi loin que sa mémoire le lui permette été féminine.

S’améliorer en course ? En soi elle n’en avait pas grand-chose à faire, c’était juste histoire de se défouler et de garder la forme face aux entrainements toujours plus exigeants pour son capitaine. Et puis visiblement ça ne lui faisait pas de mal, regardez là, calme et curieuse, on croirait revoir la fillette de première année qui découvrait avec entrain le château jusqu’au couvre-feu. Mais Aliénor avait grandi et la vie l’avait façonné, elle devait retrouver un équilibre qui semblait encore bien loin.

Elle avait du mal à imaginer Lumah se battre elle qui avait l’air si douce et féminine, presque fragile. Aliénor était vraiment intriguée par cet aspect de la fille qui lui faisait face. La troisième année ce jeta à l’eau sans vraiment réfléchir.

-Tu pourrais m’apprendre ?


Euh, c’était un peu rapide ça. Ajouter des explications serait nécessaire Aliénor Delphillia.

-Je veux dire… Comme ça t’aurais un adversaire et puis, t’as l’air si calme, comme apaisée quand tu fais ça… J’aimerais beaucoup réussir à ressentir ça.

Aliénor fixait sa camarade en attendant la réponse, même si cette situation était assez étrange. Une légère gêne s’installait et Aliénor émit un léger rire avant de baisser la tête vers l’avant ce qui fit tomber une mèche rebelle devant ses yeux. Non pas qu’elle soit particulièrement gênée face à la blonde, mais la situation était quelque peu originale. Elle d’un an son ainée demandait à apprendre un art dont elle ne connaissait rien. Mais sa demande était sincère, comme l’est toujours Aliénor.

-Je te force pas hein, je suis pas la meilleure des élèves, mais bon si on essaye pas…

Elle espérait vraiment que la fillette accepte, apprendre quelque chose de nouveau emballait toujours la jeune Delphillia et en plus si cela pouvait l’aider avec son problème de colère et de gestion de sentiments, c’était tout bénef.

Perséphone: Batteuse des Hel's, reine des Rumeurs
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 7ème année RP, Poufsouffle

05 mai 2020, 18:37
Un grain de maitrise  privé 
Où étaient passé la neige, le froid, le malaise ?

Le sourire d'aliénor avait réchauffé Lumah. Elle ne l'ait vu que rarement le faire, de loin comme de près, pour les rares fois où elle l'avait croisé, et elle devait avouer que son sourire était suffisant pour illuminer les journées de tous les élèves, professeurs et autres de Poudlard. Comme un début de chaîne, deuxième maillon, Lumah se colora d'un joli sourire également. Où était passé le malaise ? Loin, chassé. La neige ne semblait plus être aussi, et le froid était disparu comme ses deux autres collègues.

Alienor semblait s'être illuminée - était-ce son courage qui lui donnait tant d'éclat ? L'excitation ? -, et, presque aussitôt la phrase de Lumah finie, elle lui demanda de lui enseigner le karaté. Lumah fit une tête incrédule un court instant, avant de balbutier :

« Ah, euh, oui, si tu veux ! »

Comme si elle avait remarqué sa soudaineté, Alienor se rattrapa. En réalité, Lumah aurait accepté quelles qu'en soient les raisons ; elle aimait apprendre, aurait eu une partenaire de combat mais aussi, c'était un plaisir de partager un moment avec quelqu'un - sauf les garçons, berk -. Attentive, Lumah avait écouté la justification d'Alienor. Bien que son compliment ne soit pas passé inaperçu et que ses joues se soient teintées, c'étaient surtout ses derniers mots qui la percutèrent. Calme. Apaisée. Elle voulait donc se sentir mieux ? Lumah comprenait pourquoi elle avait été courir, alors ; la course, hormis le fait qu'elle fasse ronfler, avait des vertus apaisantes. Le karaté, c'était encore différent. Ça défoulait. Et quelle est la différence entre ces deux termes ? Eh bien, l'orthographe.

Son rire rappela à Lumah l'originalité de la situation. Situation qu'elle aurait pu voir inversée, en effet.

« Je suis pas sûre d'être la meilleure professeure non plus, mais on peut essayer, oui ! », assura-t-elle avec un grand sourire, accompagné d'un léger rire. Ses yeux brillants étaient la réponse à son "tu auras un adversaire".

« Tu as déjà fait un peu de sport de combat, au fait ? », lui demanda-t-elle, tout en réfléchissant à ce qu'elle pourrait lui apprendre tout d'abord.

13/02 (17 ans!!) 6A #674ea7

06 mai 2020, 11:57
Un grain de maitrise  privé 
La tête de la troisième année se releva immédiatement aux paroles de la blonde. Ses yeux étincelèrent d’une lumière nouvelle, elle avait hâte de commencer et surtout elle était ravie de tester quelque chose de nouveau avec une camarade de maison ! Aliénor serra le poing et abaissa son coude vers le sol en signe de victoire, laissant échapper un petit « yes ! ». Son sourire ne quittait pas ses lèvres te dieu que ça faisait du bien. Elle lâcha un nouveau rire quand Lumah avoua ne pas être certaine en ses talents de professeur mais peu importe, Aliénor était persévérante et quand elle avait quelque chose en tête elle allait jusqu’au bout. Alors si Lumah était l’une de ses Poufsouffles caractérisés par leur patience, alors c’était parfait !

-Euh… Je me battais quand j’étais petite avec mon père ! Ça compte non ?

En voilà quelques souvenirs agréables, quand elle se battait avec son père et qu’à la fin il finissait toujours par la soulever dans les airs devant une Claire toujours plus inquiète de la santé d’Aliénor. Mais toujours, toujours, la fille Delphillia riait aux éclats.

-Moi je suis sûre que tu feras un super prof ! Et puis je suis surmotivé donc normalement ça ira non ?

Plus rien ne pouvait l’arrêter, c’était comme si on la mettait devant une salade de fruit en lui disant que tout était pour elle. Un vrai cadeau de Noël. Elle avait hâte d’apprendre et de se battre contre sa cadette et peu importe si elle était plus petite et plus menue. Aliénor ne faisait pas de différence, quand elle avait un adversaire, la taille, le poids, l’âge ne comptait pas, et encore plus quand ce combat n’était pas méchant mais plutôt amical. Elle n’aimerait pas que quelqu’un ne se donne pas à fond devant elle, alors il était hors de question qu’elle fasse cela à quelqu’un d’autre.

-Tu veux commencer maintenant ? Ou alors on se fixe un jour ? Genre tous les mardis soir ?


A oui, elle prenait ça très au sérieux. Mais elle était persuadée que ça pouvait l’aider dans la gestion de sa colère et dans sa méditation qui n’avançait pas des masses ça va sans dire. Mais comme une élève face à son maitre, elle serait à l’écoute de Lumah et elle ferait tout son possible pour progresser avec elle et l’aider à retrouver cette sensation qu’elle a perdu de combat.

Perséphone: Batteuse des Hel's, reine des Rumeurs
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 7ème année RP, Poufsouffle

21 mai 2020, 20:03
Un grain de maitrise  privé 
Lumah aurait pu sortir le même « yes ! » si elle n'avait pas eu ce caractère qu'elle trimballait depuis un sacré bout de temps ; aussi, puisqu'elle ne fonctionnait pas de cette même manière, elle se contenta de sourire largement. A l'intérieur bien sûr, ça dansait la samba, le flamenco et le jazz : elle avait une personne volontaire pour s'entraîner, et c'était bien plus excitant que de répéter sans relâche les mêmes gestes ! Tout le monde était gagnant.

Lorsqu'Alienor se recentra sur Lumah, c'était pour lui assurer qu'elle en avait déjà un peu pratiqué, pour du loisir du moins. La petite ne put s'empêcher de rire légèrement ; se battre avec son père, c'était l'incontournable. Chaque été, voire printemps, dès que le temps les saluait, en fait, elle, sa soeur et son père couraient vers un terrain - le plus agréable qui soit pour cela - et le ring était posé. Alors, elle ou Neïa déclaraient le début du combat, et elle se ruaient sur leur père, qui les accueillaient avec un drôle de grâce pour maîtriser leurs coups, avant d'habilement les saisir pour les placer au sol. Récemment, la blondinette avait acquis la force nécessaire afin d'échapper aux coups de son père et de réussir à renverser la situation, renverser son père. Bien que cela restait par la ruse et l'habileté plus que opéra la force. Les maigres ras de la fillette ne rivalisaient toujours pas avec ceux, musculeux, de son père.

« Ça passe », garantit-elle, avant de rire à nouveau.

Son rire se perdit dans la phrase de son aînée, cependant, et se remplaça par un sourire, muet. « Merci », dit-elle timidement, avant d'approuver d'un hochement de tête.

Elle regarda un instant Alienor devant elle, surmotivée, et approuva silencieusement, à nouveau, dans son esprit. Si elle était à ce point hâtive et en avait à ce point envie, ça passerait crème.

« On peut commencer maintenant, et planifier de s'entrainer chaque mardi soir, oui ! Si cette mise en bouche te plaît, bien sûr », proposa-t-elle en se retenant de pouffer à son propre terme, « mise en bouche », qu'elle trouvait pour une raison inconnue particulièrement hilarant.

Sans attendre, elle se mis en position, une jambe légèrement pliée, l'autre tendue derrière, bien que souple, présentant un léger écart en largeur avec son amie, pied pointé vers l'extérieur. Dans un bruit de friction presque parfait, comme celui qu'elle avait tant tenté d'imiter du jean qui émet un frottement, sa manche venait de se coller à son buste, de lui glisser dessus, bras pliés, afin que le droit ait le poing, tourné, collé à sa hache, et le gauche poing brandit et bras aligné au buste.

« Ça, c'est la position de base », déclara-t-elle avant de se remettre pieds légèrement écartés, mais alignés, et bras cachés le long du corps. « Le truc, c'est que quand tu plies ta jambe avant, tu ne dois pas voir ton pied. C'est un petit plus. Et tu n'es pas obligée de trop écarter tes jambes, c'est mieux même. »

Lumah prit une pause, en attendant la réaction de l'autre Poufsouffle. Elle ne souhaitait pas l'inciter par un geste à venir se positionner à côté d'elle, de peur de paraitre trop insistante.

13/02 (17 ans!!) 6A #674ea7