Inscription
Connexion
28 mai 2013, 19:40
 05/2039  Bataille dans la salle de bal







Chapitre Quatre de l'Acte Final

“ Bataille dans la Salle de Bal ”





~



Intervenants :

Felipe Sampedro, auror en service à Poudlard
Kristen Loewy, professeur de Défense contre les Forces du Mal
Shawn Field, professeur de Soins aux Créatures Magiques

Dernière modification par Arseni Stoyanov le 2 sept. 2016, 14:45, modifié 5 fois.
28 mai 2013, 20:02
 05/2039  Bataille dans la salle de bal
Image

Loin d'imaginer que sa femme était à cet instant précis entrain de verser toutes les larmes de son corps près du corps de sa soeur, Felipe Sampedro remontait non sans mal dans les étages pour accomplir la tâche qui lui avait été confiée. Une remontée rendue délicate par sa méconnaissance du château. Felipe était brésilien. Il avait fait ses études à la Escola Santarém, l'école de sorcellerie brésilienne, et ne connaissait absolument rien à Poudlard et à ses terribles méandres. L'Angleterre et Poudlard étaient aussi exotiques à ses yeux que le désert saharien pourrait l'être aux yeux d'un inuit.

Felipe était un sorcier redoutable. Et parce qu'il était pleinement conscient de sa force, il n'éprouva que plus d'étonnement à sentir ses cheveux se dresser sur sa nuque lorsque d'horribles hurlements lui parvinrent des étages supérieurs. Ses sourcils se froncèrent en constatant que les hurlements se rapprochaient. On aurait dit les hurlements d'une meute de loups assoiffés de sang. Il n'aurait sut dire, sur le coup, pourquoi cela l'inquiéta mais son premier réflexe, en bon auror qu'il était indéniablement, fut de brandir sa baguette magique et de chercher un coin où se cacher, le temps de laisser ces hurlements s'éloigner. Mais il était déjà trop tard.

Deux loups beaucoup plus massifs que des loups normaux, aux yeux injectés de sang, apparurent au bout du couloir. Leurs yeux se braquèrent immédiatement sur lui. Le plus massif des deux releva son cou et poussa un hurlement qui aurait glacé le sang de n'importe qui. Un cri de ralliement. Felipe ne perdit pas une seule seconde.

Stupéfix !

Le jet de lumière rouge toucha l'un des deux loups mais l'effet escompté ne se produisit pas. Le pelage ténébreux de la créature s'hérissa et elle retroussa ses babines sur des crocs aussi rouges que ses yeux.

Magia preta... tss ! maldição

Felipe pesta dans sa langue natale et jeta un regard par-dessus son épaule pour chercher une retraite d'où il pourrait fomenter un plan réfléchi. Cette magie noire n'était pas commune, même pour un auror de sa trempe. Son regard ténébreux glissa entre les deux portes grandes ouvertes de la Salle de Bal. Un sourire se dessina instantanément sur ses lèvres. Il savait quoi faire désormais. Ni une ni deux il leva sa baguette magique et s'écria :

Protego Maximo !

Une toile dorée s'étendit en travers du couloir comme un mur protecteur. Un mur infranchissable pour des créatures maléfiques du genre de ces abominations qui le menaçaient du regard. Felipe était néanmoins conscient que ce n'était qu'une solution temporaire et que ces créatures trouveraient sans doute un autre chemin pour contourner son obstacle. Satanée château ! Il tourna les talons et entra en courant dans la Salle de Bal. Un dernier regard vers le couloir lui assura que les deux loups n'y étaient plus. Felipe ne perdit pas une seule seconde de plus et ferma les portes en utilisant la force de ses bras musculeux avant d'appliquer une série de sortilèges sur la serrure pour empêcher qui que ce soit d'entrer.

Quand il se retourna, il marqua d'abord un léger arrêt, signe d'une surprise certaine. Et quelle surprise. Son sourire s'accentua outrageusement. Parfait, songea-t-il. Réellement parfait. Deux professeurs lui faisaient face.
30 mai 2013, 16:04
 05/2039  Bataille dans la salle de bal
Aujourd'hui, Kristen Loewy avait une mission, confiée par le directeur de Poudlard lui-même : préparer la salle de bal pour la remise des prix de la première saison de Quidditch. Mais ce n'était pas tout : elle devait le faire en compagnie de son cher collègue Shawn Field. Le professeur de Défense contre les Forces du Mal était plutôt contente d'avoir quelque chose de la sorte à faire. Ça allait lui changer.
Elle s'était donc rendue dans la salle de bal à l'heure prévue avec son collègue, et alors avait commencé la préparation. Rien de bien intéressant jusque là, mis à part le fait que la femme avait un peu de mal à accrocher les banderoles en hauteur. La faute à sa foutue jambe, et à sa foutue canne. Si elle avait soigné sa jambe plus tôt elle n'en serait pas là aujourd'hui, ceci dit. Elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même. Une petite potion miracle, et hop, ça jambe aurait été comme neuve. Enfin bref, tout ça pour dire que sa jambe malade était un temps soit peu gênante.

Et puis...
Quelqu'un entre. Est-ce un élève ? Maintenant ? Non, il y a quelque chose d'étrange. D'un coup, une sorte d'horrible pression s'abat sur la salle entière. Respire, Kristen, ce n'est rien, c'est juste un gosse. Et boum. Voilà que l'intrus ferme la porte. Et clic, clac, voilà qu'il la ferme décidément bien.

Kristen se retourna et découvrit le visage de l'intrus. Elle ne parvenait pas vraiment à l'identifier, bien qu'il lui semblât l'avoir déjà vu quelque part. La seule chose qu'elle put conclure à cet instant fut que cet homme était impressionnant. On avait l'impression en se tenant face à lui qu'il aurait pu vous détruire en mille morceaux rien qu'en vous faisant une misérable petite pichenette. Alors que la jeune femme s'interrogeait sur l'identité de cet individu mystérieux, celui-ci engagea la conversation :


« Felipe Sampedro, je suis l'un des aurors envoyés par le Ministère. Si je ne me trompe pas, vous êtes tous les deux professeurs. Il me semble vous avoir aperçus à leur table dans la Grande Salle. À ce titre, peut-être que l'un de vous pourrait me révéler l'identité du mage noir qui siège dans vos rangs ? »

Kristen n'aimait pas ça. Elle n'aimait pas ça du tout. Ce gars-là n'avait pas la tête d'une personne à qui on pouvait faire confiance, malgré son statut d'auror. De plus, il demandait l'identité du mage noir parmi les professeurs. D'une, la jeune femme n'en savait rien, elle ne voyait même pas d'où il sortait ça, et de deux, même si elle avait su quoi que ce soit, elle ne lui aurait pas répondu. Lui qui était entré dans la salle comme ce qu'on appelle un bourrin, et qui avait fermé les portes derrière lui, condamnant ainsi la sortie. Et obligeant les deux professeurs à subir sa présence oppressante. Elle prit donc une longue inspiration et, serrant un peu plus fort le pommeau de sa canne, se décida enfin à parler, avec le plus d'assurance possible, et un petit regard interrogateur, censé masquer l'angoisse qu'on pouvait lire dans ses yeux. Elle ne voulait pas que l'Autre comprenne qu'elle avait l'impression de se faire complètement écraser. Et au diable la politesse.

« Dîtes-moi plutôt pourquoi avoir scellé les portes derrière vous ? »

Elle voulut observer la réaction de Shawn face à la venue de l'auror, mais ne put détacher son regard de cette terrifiante personne. Elle avait l'impression qu'en détournant le regard, elle risquait de louper quelque chose. Quelque chose qui se passerait dans le regard de son interlocuteur. Car pour l'instant, il n'y avait rien dans ce regard de réellement compréhensible. Elle attendrait donc de pouvoir comprendre ce que cachait cet auror... Ou ce que cachait un membre du corps professoral ?

Nécromancienne - Mère du dragon - Détentrice de la Baguette de Sureau et du Retourneur de Temps
We're just animals still learning how to crawl
2 juin 2013, 14:06
 05/2039  Bataille dans la salle de bal
Shawn Field était, ce jour-là, encore plus heureux que d'ordinaire ; on lui avait demandé de préparer la cérémonie de remise des prix du premier championnat de Quidditch de l'école, qui venait tout juste de s'achever. Celle-ci devait se dérouler dans la vaste et luxueuse Salle de Bal de Poudlard, pièce dans laquelle le jeune professeur se trouvait actuellement. Fort heureusement pour lui, il était aidé dans sa tâche par Kristen Loewy, avec qui il n'avait pour le moment pas échangé le moindre mot. Si sa collègue ne semblait guère enchantée par le travail fastidieux qui consistait à accrocher guirlandes et banderoles aux couleurs de la maison gagnante, Shawn quant à lui s'amusait bien et prenait à cœur la mission qui lui avait été confiée. Et il s'émerveillait à voir la salle qui, chaque minute, resplendissait un peu plus de vert et d'argent. Encore quelques heures de préparation et tout serait prêt pour célébrer la victoire des Crochets d'Argent de Serpentard.

Alors que jusque là tout se passait pour le mieux, Shawn entendit un grand bruit soudain. Étant en train d'attacher une énième banderole, il ne se retourna pas immédiatement. Il ne se doutait même de rien. Mais lorsqu'un cliquetis de serrure se fit entendre derrière lui, il comprit : quelqu'un avait fermé les portes de la Salle de Bal, et cette même personne venait de les verrouiller. Le professeur de Soins aux Créature sentit les battements de son petit cœurs s’accélérer, et se retourna lentement pour faire face au nouveau venu. C'est ainsi que Kristen et lui découvrirent le visage de l'un des aurors envoyés par le Ministère pour, en principe, protéger l'école. Shawn se demandait si enfermer deux professeurs de cette manière était une pratique courante ou si un événement peu réjouissant se préparait ; le sourire de l'auror ne lui disait rien qui vaille. Il lui sembla que cet homme n'était pas net.

Kristen, appuyée sur sa canne et plus inflexible que jamais, semblait sur ses gardes ; sceptique, elle dévisageait l'auror autant que ce dernier méprisait du regard les deux membres du corps professoral. Alors que la méfiance de Shawn était à son comble, l'homme les salua et se présenta :


« Felipe Sampedro, je suis l'un des aurors envoyés par le Ministère. Si je ne me trompe pas, vous êtes tous les deux professeurs. Il me semble vous avoir aperçus à leur table dans la Grande Salle. À ce titre, peut-être que l'un de vous pourrait me révéler l'identité du mage noir qui siège dans vos rangs ? » leur demanda t-il.

Shawn ne répondit pas. Il était tout simplement partagé entre l'envie de s'insurger contre la désinvolture du dénommé Felipe et celle de se faire tout petit et discret, comme il en avait l'habitude. Quelque chose, chez l'auror, l'effrayait et l'intriguait en même temps.


« Dîtes-moi plutôt pourquoi avoir scellé les portes derrière vous ? » répliqua alors Kristen.

Le jeune professeur fut impressionné par l'impassibilité de sa collègue. Il ne devait pas oublier qu'elle enseignait la Défense contre les Forces du Mal et, par conséquent, qu'elle possédait sûrement des aptitudes hors du commun et devait être capable de maîtriser n'importe quelle situation... A moins que cette sérénité apparente n'était qu'un moyen particulièrement subtil de cacher son anxiété intérieure ? De son coté, Shawn, préférait se présenter comme l'avait fait l'auror Sampedro.


« Vous avez vu juste, en effet. Shawn Field, pour vous servir. »

Il n'ajouta rien, car il n'y avait rien à ajouter de plus à cela. Felipe Sampedro ne lui inspirait aucune confiance, et force était de constater qu'il en était de même pour Kristen. Après tout, l'arrivée des aurors à Poudlard n'avait pas empêché une élève de se faire attaquer au septième étage du château, il y a de cela quelques temps maintenant. D'autant plus que cette dernière avait été sauvée par le professeur Abercallie, et non pas l'uns des aurors. Où se trouvaient-ils ce soir là ? Pouvait-on avoir réellement confiance en ces émissaires du Ministère ? Pas forcément...
9 juin 2013, 00:19
 05/2039  Bataille dans la salle de bal
Shawn avait joué la politesse en se présentant, même si on sentait dans sa voix qu'il n'était pas vraiment rassuré. Au moins, le professeur de Défense contre les Forces du Mal se sentait moins seule dans cette situation. Sans qu'elle ne comprenne réellement pourquoi, l'auror se mit à rire, et il répondit à sa question :

« Mais justement pour nous éviter de tomber nez à nez avec une horde de loups affamés lancée dans les couloirs. »

Il n'y avait là absolument rien de drôle. La femme avait l'impression de se perdre un peu plus à chaque mot prononcé par l'inquiétant Felipe Sampedro. S'il disait la vérité, alors dehors, des loups apparemment affamés, et donc dangereux, menaçaient les élèves. Et ça, Kristen ne le permettrait pas. Mais voilà, l'auror ne disait peut-être pas la vérité. Cela n'aurait pas été étonnant, vu l'impression qu'il donnait depuis son arrivée ici.

« Vous ne gagnerez rien à couvrir votre collègue. Ne pas répondre à ma question revient à entraver mon enquête. Vous devez bien savoir qu'on n'entrave pas l'enquête d'un auror... Parlez ! »

Le ton autoritaire de l'auror ne rassura absolument pas Kristen, qui se mit à faire une chose qu'elle détestait faire, et qu'elle détestait voir : se faire craquer les doigts. C'était censé la calmer, mais tout effort semblait vain, elle n'en pouvait plus. Elle allait exploser. Felipe avait un air qui lui rappelait son ex-fiancé, Nathan, et dieu sait que cela n'arrangeait en rien la situation. La seule chose que voulait faire le professeur Loewy à cet instant était de s'en aller par n'importe quel moyen. Transplaner, pourquoi pas ? Laisser là son collègue, le laisser se faire démolir, du moment qu'elle pouvait sauver sa peau... Non. Ce n'était pas la bonne façon de penser. D'ailleurs, Kristen n'avait jamais été comme ça. À croire que la présence de l'auror avait vraiment une mauvaise influence sur son jugement.

Récapitulons : en plus d'être au bord de la crise d'angoisse, la femme ne savait absolument pas de quoi voulait parler l'auror. Ainsi, elle se sentait parfaitement impuissante. Comme pour accentuer ce sentiment, le professeur se décida enfin à lâcher du regard le menaçant personnage qui se trouvait en face d'elle. Elle n'avait de toute façon rien pu en tirer. Perdue dans ses pensées, elle fixait désormais le sol. Plus précisément, elle se concentrait sur une minuscule fissure. Pendant quelques instants, elle eut l'impression d'entrer dans cette fissure, d'être entourée de noir, de nager dans un océan obscur. Elle ferma les yeux. Des ombres semblaient se mouvoir dans sa tête, des ombres qui lui rappelaient ce qu'elle avait fait, ce qu'elle n'aurait pas dû faire.

Ces ombres lui rappelèrent aussi la sensation que l'on a lorsqu'on sent que sa vie est en danger et lorsqu'il est impératif d'agir pour se sauver et sauver les autres. Étrangement, c'était la même sensation que celle qu'elle ressentait à présent. Déclic. Elle rouvrit les yeux brusquement. Ils se posèrent sur la fissure, mais remontèrent vite vers l'auror. Kristen le fusilla carrément du regard, même si elle doutait que cela ne l'atteigne vraiment. Elle voulait montrer sa détermination, montrer qu'elle ne se laisserait pas écraser comme elle l'avait fait jusque là.

Elle alla même plus loin. Elle saisit sa baguette et la tint fermement, sans pour autant la mettre sous le nez de l'auror. C'était histoire qu'il sache que s'il continuait à faire son malin, Kristen n'hésiterait pas à le remettre à sa place. Poudlard, c'était son domaine, à elle. Pas le sien.
Si quelque chose de mal arrivait par sa faute, elle réparerait tout. Si Poudlard était mis en danger, elle protégerait le château et les élèves. Mais pour l'instant, elle ferait ce qui lui semblait juste, ce que son instinct lui dictait. *Ce gars-là n'est pas quelqu'un de bien.* Peut-être faisait-elle une erreur. Si c'était le cas, elle la rattraperait. Fixant toujours l'auror et ravalant la dernière boule d'angoisse qu'il restait pour tenter de l'enfouir au plus profond d'elle-même, elle déclara, s'étonnant elle-même de tant d'assurance de sa part :


« Je crois bien que j'entrave votre enquête, M. Sampedro. Navrée. »

Et là, les loups affamés qui attendaient apparemment derrière la porte de la salle de bal devinrent le moindre de ses soucis.

Nécromancienne - Mère du dragon - Détentrice de la Baguette de Sureau et du Retourneur de Temps
We're just animals still learning how to crawl
13 juin 2013, 11:00
 05/2039  Bataille dans la salle de bal
Un rire retentit dans la Salle de Bal ; c'était celui de Felipe Sampedro. Sans qu'il ne put expliquer pourquoi, ce rire paraissait, aux oreilles du professeur Field, comme sensiblement teinté de démence, et cela n'était pas sans l'inquiéter. Shawn se retourna vers sa collègue, laquelle lui confirma indirectement, de part son air déconcerté, que celle-ci ne comprenait pas plus que lui la réaction de l'auror. Soit ce dernier était fou, soit il était doté d'un sens de l'humour inhabituel et percevait du comique là où il n'y en avait pas la moindre trace. Riant toujours, il répondit à la question de Kristen :

« Mais justement pour nous éviter de tomber nez à nez avec une horde de loups affamés lancée dans les couloirs. »

Sur cette phrase, il cessa de rire. Les deux professeurs furent alors écrasés par le lourd silence qui s'abattit de tout son poids sur la pièce. De son coté, Felipe semblait devenir de plus en plus menaçant à chaque instant, tandis que Shawn était une fois de plus très partagé : il souhaitait, d'une part, en savoir un peu plus sur cet auror dont la santé d'esprit semblait pour le moins douteuse, ayant la certitude que quelque chose d'étrange était en train de se produire. Mais il était aussi très attiré à l'idée de s'esquiver sans plus tarder pour aller observer les loups, qui à ses yeux de jeune magizoologiste étaient des animaux passionnants et qui n'avaient jamais constitué un grand danger pour l'homme, car étant d'un naturel plutôt craintif. Et d'ailleurs, que faisaient des loups à l'intérieur du château ? Rien ne tournait plus rond, décidément.

« Vous ne gagnerez rien à couvrir votre collègue. Ne pas répondre à ma question revient à entraver mon enquête. Vous devez bien savoir qu'on n'entrave pas l'enquête d'un auror... Parlez ! »  reprit-il, plus brusquement encore.

Cette fois-ci, l'auror avait haussé le ton. Un ton qui ne plaisait évidemment pas à Shawn. Ce dernier avait peur, et cela se voyait tant par les tremblements qu'il essayait vainement de dissimuler que par les quelques gouttes de sueur qui perlaient sur son front. C'était comme si un épais brouillard s'installait progressivement dans l'esprit du jeune professeur, l'empêchant d'avoir les idées claires et de bien cerner la situation ; l'atmosphère devenait de plus en plus pesante. Kristen ne laissa toutefois pas Felipe prendre le dessus sur eux, d'une voix assurée, dégainant sa baguette, elle fit valoir son autorité de professeur :


« Je crois bien que j'entrave votre enquête, M. Sampedro. Navrée. » 

Le professeur Field, lui, avait été poli, pourtant l'auror s'était contenté de l'ignorer. Oh bien sûr, Shawn était du genre timide et se plaisait d'ordinaire à rester dans son coin, mais lorsqu'il saluait et offrait ses services à quelqu'un, il n'appréciait pas d'être ainsi ignoré de la sorte. De toute évidence, Felipe ne méritait aucune forme de politesse, n'étant pas capable d'être lui-même poli avec les autres. Cela révélait un manque évident de courtoisie de la part de cet individu.

« Non, tu n'entraveras rien du tout Kristen » déclara t-il, catégorique, en avançant d'un pas.

La vérité était que Shawn commençait sérieusement à s'ennuyer. Felipe Sampedro désirait un nom, il lui en donnerait un ; un simple mensonge lui permettrait au moins de mettre un terme à la discussion. Cependant, la loyauté du professeur Field envers l'école ne pouvant lui permettre de dénoncer ainsi n'importe quel membre du corps professoral, il avait décidé de se faire lui même passer pour le mage noir soit disant recherché. Il doutait malgré tout qu'une telle affirmation, dépourvue de toute crédibilité, puisse faire l'affaire. Car après tout, qui donc pouvait imaginer un temps soit peu que lui, Shawn Field, jeune et innocent professeur de vingt quatre ans, puisse être un mage noir ? Seul un sombre idiot aurait pu le croire, et l'auror n'en était sûrement pas un. Mais après tout, qui ne tente rien n'a rien.


« Je suis le mage noir que vous recherchez. Que voulez-vous savoir de moi ? »

Le professeur de Soins aux Créatures ne se souvenait pas avoir éprouvé, jusqu'à ce jour, un pareil mélange de crainte et d'agacement pour quelqu'un. Cet homme, cet auror, ce dénommé Felipe qu'il avait en face de lui, était singulièrement irritant comme effrayant, et Shawn n'appréciait que très peu la manière dont se déroulaient les événements. A son goût, la plaisanterie n'avait que trop duré.
28 juin 2013, 19:37
 05/2039  Bataille dans la salle de bal
Toujours très révolté contre l'auror, Shawn attendit sa réaction. Mais celle-ci ne semblait guère décidée à pointer le bout de son nez, car Felipe Sampedro n'eut aucune réaction ; il regarda Kristen un long moment, avant d'enfin poser ses yeux sur le professeur de Soins aux Créature. Alors, il lui sourit ; ce n'était pas un sourire aimable ou gêné, on aurait plutôt dit que l'auror semblait désolé, ou même compatissant, et cela ne présageait rien de bon pour la suite. Le mensonge était, aux yeux de Shawn tout particulièrement, considéré comme pire qu'un vice, un véritable pêché condamnable ! Et le pauvre homme savait que, d'une minute à l'autre, il serait puni pour sa mauvaise conduite, si l'on juge mauvais de mentir dans une pareille situation, pour protéger l'un de ses collègues.

De plus, en tant que bon auror, Felipe n'avait pas l'air de s'être fait duper par les affabulations du professeur... Non, décidément, ce n'était pas la meilleure solution que Shawn ait pu trouver pour se dégager de la situation compliquée dans laquelle sa collègue et lui étaient pris au piège. Si l'idée de mentir lui avait paru judicieuse sur l'instant, celle-ci se révélait maintenant fort mauvaise.


« J'exerce ce métier depuis l'âge de vingt ans et si j'ai bien appris une chose durant tout ce temps, c'est à reconnaître un menteur quand j'en ai un en face de moi. Vous n'êtes pas un mage noir. Vous ne connaissez pas le prix à payer pour l'utiliser. Elle ne vous marque pas. La meilleure conclusion est encore que vous mentez pour protéger quelqu'un... dommage... » commenta Felipe Sampedro.

Tout en disant cela, l'auror tourna le dos aux deux professeurs et sembla s'intéresser aux portes de la salle, qu'il avait lui-même scellé quelques instants auparavant. Comptait-il s'échapper ?


« Oui, vraiment dommage... »

Et soudain, plus rien. L'auror venait de disparaître ! Les deux professeurs ne purent qu'observer le nuage de fumée blanche qu'avait laissé Felipe derrière lui en s'évaporant sans prévenir. Shawn se sentait comme un petit poisson frétillant qui, lentement, dégringole dans des escaliers interminables ; son angoisse avait laissé place à un immense soulagement, et il ne put dissimuler un rire nerveux en se retournant vers Kristen.

« Désolé, c'était idiot de ma part... Je me doutais bien qu'il ne me croirait pas. Mais bon, au moins il nous a laissé tranquille maintenant, on va pouvoir terminer la décoration et aller raconter tout ceci au directeur qu'en penses-tu ? »

Mais il se trompait. L'auror n'avait pas quitté la salle, en vérité il était réapparu à quelques pas des deux professeurs, dans leur dos. Shawn se retourna juste à temps pour voir Felipe lever sa baguette et les attaquer ; pris de panique, il n'entendit pas la formule du sortilège lancé, mais vit un rayon de lumière rouge arriver vers Kristen et lui. Une bataille apocalyptique allait commencer. Il aurait voulu crier, laisser échapper toute la haine qui envahissait son cœur à l'égard de tant de lâcheté dont faisait preuve l'auror en les attaquant ainsi de dos, toutefois Shawn se devait de réagir. Instinctivement, il attrapa sa baguette d'un geste vif et, ne sachant que faire, le professeur Field roula sous la table la plus proche pour s'y mettre à l'abri.

De toute manière, il n'aurait pas eu le temps de contrer le sortilège de l'auror, et songeait que sa collègue se débrouillerait bien mieux sans l'avoir à ses coté. D'ailleurs, Shawn ne se faisait aucun souci pour Kristen, car celle-ci était probablement habituée ou du moins préparée à gérer ce genre de situation critique. En revanche, on ne pouvait pas en dire autant du lui qui, outre dans le cadre professionnel où il avait l'habitude d'avoir affaire à des créatures hautement dangereuses, n'était clairement pas des plus qualifiés en matière de magie, et encore moins pour un duel de sorcier avec pour adversaire un auror aussi dangereux.

A l'évidence, l'individu répondant au nom de Felipe Sampedro était fou. Mais la folie était une notion assez abstraite qui, pour Shawn, pouvait être séparée en deux types bien distincts : il y avait en premier lieu une folie enfantine, que l'on pourrait aussi qualifier de loufoquerie ou d'extravagance, dont faisait preuve par exemple la petite Edme Poklan de Poufsouffle lorsqu'elle parlait aux animaux. Et il y avait une autre folie, la démence, dont était très probablement atteint l'auror. Face à cela, Shawn ne pouvait rien faire de plus que de se cacher et laisser Kristen gérer la situation, sans la déranger. Il ne doutait pas un seul instant des compétences de sa collègue.