Inscription
Connexion

17 juin 2018, 23:05
 Solo  Une famille brisée  RP ++ 


Le trajet en train qui le ramenait chez lui n’avait jamais été, pour Noah, aussi anxiogène. C’était la troisième fois qu’il prenait le Poudlard express dans ce sens et il ne pouvait s’empêcher de regarder sa montre toutes les cinq minutes sans réussir à déterminer s’il était impatient de poser le pied sur le quai 9 3/4 ou si, au contraire, il voulait faire demi-tour. Quoiqu’il en soit, il ne pouvait faire demi tour, aucun élève n’était autorisé à rester à Poudlard pour les grandes vacances. Une petite voix dans sa tête essayait de lui faire comprendre que cette rencontre était inévitable, il ne pouvait la repousser éternellement. Peut être que sa mère n’allait pas venir, après tout, Noah n’avait pas répondu à la lettre que sa mère lui avait envoyé. Cela allait faire six mois qu’il avait coupé tout contact avec ses parents. Il avait pourtant tenté de répondre à la dernière lettre de sa mère, en vain. Comme elle, les larmes ne cessaient de s’écraser sur le parchemin et comme elle, il avait dû prendre un nouveau parchemin, plusieurs fois. Si ce n’était pas les larmes qui le faisaient recommencer, c’étaient les ratures. Il ne savait pas ce qu’il pouvait répondre à sa mère, il avait tant de choses à lui dire et se sentait tellement coupable de tout ce qu’il s’était passé. Pour la énième fois depuis maintenant un mois, il sortit la lettre totalement froissée de sa poche et la relu. Comme à chaque fois, il était perdu entre la culpabilité et la joie. Et comme à chaque fois il replia sa lettre avec l’horrible envie de pleurer. Comment sa famille en était-elle arrivée à ce point? Il espérait que les retrouvailles avec Maxine et Octavia lui permettraient de répondre à cette question. Noah ferme la yeux et posa sa tête contre la fraîcheur de la fenêtre du train. La froideur de la vitre fit redescendre sa pression et il se concentra sur les bruits de rails qui défilaient sous le train. Sans s’en rendre compte l’adolescent s’endormit et se retrouva assis dans une position bien inconfortable.

Le bruit des familles sur le quai le fit sursauter, à moins que ce n’eut été le sifflement du train. Noah ne pu déterminer la cause de son réveil mais il retrouva très vite ses esprits et se rappela qui l’attendait sur le quai. Il se cacha au fond de son siège de peur que sa famille le voit. Il n’osa pas regarder par la fenêtre et attendit que tout le monde soit sorti du compartiment pour reprendre ses esprits. Il y était, il ne pouvait plus faire demi tour. Il se leva et d’une démarche incertaine s’approcha de sa valise qu’il n’eut aucun mal à attraper. Depuis le début de l’année, il avait dû prendre vingt centimètres et on pouvait apercevoir les premiers signes de puberté. A l’aube de ses quinze ans, Noah commençait à changer. Il s’empara de sa valise et sortit du compartiment. Il ne restait que peu de monde dans le train et Noah sentait le noeud de sa gorge se serrer, ce n’était plus qu’une question de minutes. Il prit enfin son courage à deux mains et progressa le long du couloir en direction de la porte du train. Sans regarder la foule, il y pénétra. Malheureusement pour lui, il était plus grand que la moitié des personnes marchant sur le quai et il avait du mal à passer inaperçu. Il se décida enfin à lever la tête à la recherche de sa mère mais après deux longues minutes à passer au peigne fin le quai, il comprit que sa mère ne viendrait pas, elle n’avait pas reçu de réponse à sa propre lettre et avait prit cela comme une fuite de la part de Noah.

Ce-dernier s’était attendu à être soulagé mais ce ne fut pas le cas. Son noeud se resserra un peu plus et ses yeux s’emplirent à nouveau de larmes salées. Il comprit alors que ce qu’il voulait réellement était revoir sa famille, il avait encore prit la mauvaise décision en ne répondant pas à la lettre de sa mère. Sentant ses forces le quitter, Noah se rapprocha du mur le plus proche, posa sa valise contre et s’assit sur celle-ci. Il mit sa tête dans le creux de ses mains et pour la première fois depuis un mois, il laissa les larmes sortir de son corps. Il avait l’impression qu’il n’en finirait jamais, il ne faisait pas attention aux rares personnes qui étaient encore sur le quai, et elles faisaient de même. Il ne se préoccupait pas de ce que les personnes pouvaient penser, il avait tout perdu et commença alors à remettre en cause ses décisions. Son attitude déterminée, butée selon certaines personnes, l’avait elle mené à se retrouver seul, sans domicile pour les deux mois à venir. Il se rappela que son ami Arthur lui avait proposé de l’héberger pour les vacances. Noah avait accepté la proposition jusqu’à ce qu’il reçoive la lettre de sa mère. Qu’en était-il d’elle? Que s’était-elle dit lorsqu’elle n’avait pas reçu de réponses à sa lettre? Comment allait Octavia?

Noah ne pu s’empêcher de repenser à ces deux femmes. Il pensa même à son père avec qui il avait eu des mots très durs, des mots impardonnables avaient été prononcés par les deux hommes. Il revit sa petite sœur lui faire des câlins avant son premier départ pour Poudlard. Ce fut ensuite au tour des yeux bleu de sa mère qui lui disait au revoir sur le quai. Ces yeux bleu rendu grisâtre par les larmes qu’elle retenait, ces mêmes yeux qu’avaient Noah. Il s’était passé à peine cinq minutes depuis que Noah s’était assis sur le quai mais il n’avait aucune notion du temps. Pour lui, cela faisait bien plus longtemps. Il ne savait pas ce qu’il attendait en réalité mais il ne voulait pas se lever. S’il le faisait, il acceptait de perdre sa famille à tout jamais. Il entendit alors les deniers mots que lui avait dit son père avant de le quitter à Noël et ses sanglots redoublèrent d’intensité.

«  Ne me parle plus, ne m’écris plus! Je n’ai plus qu’un enfant désormais! Si un jour te viens d’idée d’être moins obtus et que tu comprendras l’importance de la famille, tu réaliseras qu’il sera trop tard. Tu obtiens peut être ce que tu veux quoiqu’il en soit. Mais pour ma part je suis loyal, loyal envers moi même et ce que je pense. Et je pense que tu fais l’erreur la plus grave de ta vie mon garçon!  »

Kyle n’avait pas employé un ton virulent ni même agressif mais c’était encore pire! Son ton dénué de sentiment avait brisé quelque chose à l’intérieur du petit garçon. C’était peut être la pire chose que l’on puisse entendre de la bouche de son père. Noah avait failli céder, renoncer à Poudlard, ses amis, ce qu’il aimait mais les dernières paroles de son père avaient renforcés sa volonté d’obtenir ce que lui voulait. Six mois après, malgré la rancoeur qu’il ressentait, Noah se demanda s’il n’aurait pas dû suivre ses parents, il s’en était de fallu de tellement peu. Il allait leur dire oui avant cette intervention de son père. Ses larmes continuaient de couler le long de ses joues et venaient s’écraser sur ses jambes et il ne faisait rien pour les arrêter. C’est alors qu’il sentit une ombre se dessiner autour et sur lui. Il comprit qu’un des contrôleurs allait lui demander de partir mais il n’avait pas envie de lever la tête pour l’entendre dire ça. Il sentit ensuite une main se poser sur son épaule droit et rectifia sa propre pensée, c’était une contrôleuse. Cette dernière lui dit alors:

«  Je pense Noah, qu’il est temps pour nous de rentrer à la maison. Nous avons beaucoup de choses à se dire... »

Il n’eut pas besoin de lever la tête pour savoir qui venait de parler. Sans même vérifier, il se jeta aux bras de la femme qui venait de parler et sentit le noeud de sa gorge disparaître. Sa mère était finalement venue pour lui. Le seul mot qu’il réussit à souffler fut « Maman »!
Dernière modification par Noah Hilton le 20 juil. 2021, 23:11, modifié 13 fois.

5ème année Rp— Promo 2042 - 2049
BBcode : #00734F

20 juin 2018, 18:20
 Solo  Une famille brisée  RP ++ 
Plusieurs secondes s'écoulèrent avant que Noah ne relâche sa mère et qu'il puisse revoir ces yeux et ce visage dont il avait tant rêvé ces derniers mois. Il avait du mal à réaliser que sa mère se trouvait en face de lui et qu'il pouvait la toucher et il lui fallut quelques secondes supplémentaires pour se rendre compte qu'Octavia n'était pas là. Il lâcha sa mère du regard pour chercher autour d'eux, il se pouvait qu'elle se cache dans un coin de la gare pour lui faire peur ou bien pour lui faire une surprise mais il comprit rapidement qu'elle n'était pas là. Il essaya de se rappeler si sa mère lui avait dit qu'elle restait en France mais il était persuadé que ce n'était pas le cas. Il posa la main sur sa poche droite mais n'eut pas besoin de reprendre la lettre, il la connaissait par cœur et il savait que sa petite sœur était revenue aussi. Il interrogea sa mère du regard, il n'eut pas besoin de parler pour qu'elle le comprenne, heureusement pour lui. Il savait que s'il ouvrait la bouche, aucun son n'en sortirait, il avait la bouche sèche et était conscient que s'il parlait, seul un grognement se ferait entendre. Il avait attendu ce moment depuis des jours mais il était désormais incapable de placer deux mots l'un derrière l'autre de façon intelligible. Maxine qui avait comprit la demande implicite de son fils lui répondit:

«  Elle est restée à la maison, elle aurait bien aimé venir mais elle ne peut toujours pas marcher! »

Noah se demandait de quoi voulait parler sa mère, sa sœur n'avait jamais eu aucun mal à marcher et ne comprenait pas pourquoi elle ne pouvait pas le faire actuellement. Le garçon vit sa mère sourire du coin de la lèvre et se calma un peu mais il ne cessait de se poser des questions, il essaya de les verbaliser mais comme il l'avait imaginé, seul un grognement sortit de sa bouche, le sourire de Maxine s'agrandit encore un peu plus et elle demanda alors:

«  J'ai comme l'impression que tu n'as pas pris le temps de lire mes lettres, excepté peut être la dernière. Je me trompe? »

Noah se mordit la lèvre inférieure, sa mère avait vu juste. Il lui fit signe que non en baissant la tête. Il ne servait à rien de mentir à sa mère, elle était l'une des rares personnes à qui il ne pouvait pas mentir, peut-être même la seule. Il remarqua, néanmoins, qu'elle avait dit "mes lettres" et non "nos lettres". Se pouvait-il qu'elle ait évoqué leur séparation plus tôt dans les lettres? Combien d'éléments comme ceux-là avait-il perdu en brûlant toutes les lettres provenant de ses parents? Noah commençait à penser qu'il avait peut-être mal agit, il aurait dû ouvrir les lettres sans y répondre, cela aurait été douloureux mais qu'en aurait-il été si il avait appris trop tard que sa mère ou sa sœur avait eut un grave problème. Octavia ne semblait pas entre la vie et la mort mais si elle ne pouvait pas marcher c'est qu'elle avait eu  un problème malgré tout. Il avait désormais envie de retrouver sa sœur au plus vite pour s'assurer qu'elle n'était pas en danger. Évitant le regard de sa mère de peur de voir sa réaction, il se leva en maintenant son regard sur sa valise dont il prit la poignée puis prit le chemin de la gare moldue. 

Arrivée sur le quai moldu, sa mère se plaça à ses côtés et en gardant un infime contact entre leurs bras, la mère et son fils se frayèrent un chemin dans la gare en direction du métro. Noah avait déjà pris le métro quelques fois mais cela faisait bien longtemps et heureusement que sa mère était là pour le guider. Ils montèrent dans une rame et après une quinzaine de minutes dans le plus grand silence, Maxine sortit du métro, suivit de près par son fils. Ils remontèrent à la surface où les rayons du soleil brillaient à travers les bâtiments et Maxine repassa en tête de groupe. Ils passèrent d'un trottoir à l'autre et après quelques minutes de marche, ils arrivèrent devant un immeuble au design très neuf. La mère de Noah lui indiqua l'emplacement de l'appartement avec un mouvement de main. Il leva la tête pour découvrir un balcon au dernier étage d'un bâtiment de six étages. Cela n'avait rien à voir avec la maison qu'ils avaient avant tous ces événements mais cela n'avait aucun importance aux yeux de Noah, il n'avait jamais rencontré de difficultés pour s'adapter et savait qu'il y arriverait. Il mémorisa le code que sa mère tapait à la première porte puis monta dans l’ascenseur que sa mère avait appelé. Noah était persuadée d'avoir vu sa mère agiter sa baguette magique et il ne fut donc pas surpris de voir les portes de l’ascenseur s'ouvrirent plus rapidement qu'elle n'aurait du le faire. Alors qu'il approchait de l'appartement de sa famille, Noah sentait l'excitation s'emparer de nouveau de lui, il était impatient de retrouver sa petite sœur. Sa mère ouvrit la porte et en lui prenant sa valise, elle lui fit signe de rentrer. Noah eut juste le temps d'apercevoir une grande pièce aux couleurs blanc et gris avant de voir son champ de vision brouillé par une perruque blonde. Il serra sa sœur dans ses bras et eut l'impression que tout cette année n'avait été qu'un simple cauchemar. Leur étreinte dura là aussi trop longtemps mais Noah s’imprégnait de l'odeur de sa sœur. Après quelques secondes, il la relâcha et se recula un peu d'elle pour la regarder de nouveau. Si lui avait pris des centimètres, il n'était pas le seul, sa petite sœur avait du prendre dix centimètres en une année, ses cheveux avaient pris plus de longueur bien que réunis en une natte. Des deux enfants, elle était celle qui ressemblait le plus à leur père mais excepté les cheveux blonds, c'était le portrait de sa mère. Noah continua son examen et s'arrêta sur la jambe droite de sa sœur entourée d'une étrange résine blanche et dure. Le garçon avait eu la même résine aux deux bras des années plus tôt, il devina que sa sœur s'était cassée la jambe, il comprit alors pourquoi elle ne pouvait venir jusqu'à la gare. Cette-dernière prit alors la parole:

«  Vous en avez mis du temps à revenir! Je commençais à me demander si le train n'avait pas eu problème! Comment tu vas Noah? Je suis contente de te voir, tu m'as tellement manqué! Elle ne lui laissa pas le temps de répondre et en le tirant d'une démarche boiteuse vers le canapé, elle ajouta: Venez vous asseoir, je vous ai préparé du thé. Maman tu peux réchauffer l'eau s'il te plait?  »

Maxine s’exécuta d'un coup de baguette et Noah comprit, bien que ce ne soit pas l'intention d'Octavia, qu'il allait devoir parler et que tout le monde avait des choses à se dire. Il suivit sa sœur jusqu'au canapé où il s'installa tout près d'elle. Maxine s'assit en face et sourit devant le spectacle qui s'offrait à elle, ses deux enfants réunis. 

5ème année Rp— Promo 2042 - 2049
BBcode : #00734F

20 juil. 2021, 21:56
 Solo  Une famille brisée  RP ++ 
Noah sentit une boule se former dans sa gorge. Il avait rêvé de ce moment des dizaines de fois mais il ne savait plus ce qu’il devait dire maintenant que ce jour était enfin arrivée. Que devait-il dire à sa mère? Elle le lui avait dit dés qu’ils s’étaient vus, ils avaient plein de choses à se dire. Était-ce la vérité? Il n’était plus si certain d’avoir beaucoup de choses à lui dire. Il ne voulait pas que sa mère apprenne tout ce qu’il avait fait cette année entre les mauvaises notes, son mauvais comportement et tout ce qu’il avait abandonné. Il y avait toutes ces punitions qu’il avait reçues aussi. Il n’en était pas fier et ne voulait pas que sa mère apprenne tout ça. Il la connaissait et commençait à comprendre tout ce qu’elle avait fait pour lui. Il n’était peut-être pas le seul responsable mais sa décision de quitter son mari pour revenir à Londres avait été influencée par celle de son fils de ne pas déménager en France. Avant que ce sujet ne soit abordée, Octavia ne put s’empêcher de sortir un parchemin de sa poche pour le montrer à Noah en s’écriant:

« J’ai enfin reçu ma lettre Noah ! Je me doutais que je la recevrais mais j’ai trop hâte d’aller avec toi à Poudlard en Septembre! J’espère qu’on sera dans la même maison!  »

Le noeud qui s’était formé dans la gorge de Noah ne faisait que se resserrer encore plus. Il était heureux de retrouver sa petite soeur mais le fait qu’elle vienne à Poudlard l’inquiétait. Les autres allaient très vite se rendre compte qu’ils étaient frère et soeur et ils lui parleraient certainement de tout ce qu’il s’était passé cette année. Il essaya malgré tout de lui sourire en retour à son enthousiasme. Lui qui avait des facilités à mentir se rendit compte que ce n’était pas le cas aujourd’hui. Sa soeur lui demanda innocemment.

« Ça n’a pas l’air d’aller Noah, tiens prends un gateau. Alors comment s’est passé ton année raconte nous! Je te raconterai comment c’était Paris mais toi d’abord. »

Noah était piégé et ne savait pas comment réagir. Devait-il tout avouer dés maintenant pour ne plus avoir à parler de ça ou était-il mieux de garder tout cela secret pour le moment? Le Serpentard ne savait plus ce qu’il devait faire et sentait le regard pressant de sa mère et sa soeur, il décida donc de mentir et répondit:

«  Oh mon année s’est très bien passée, comme d’hab quoi. »

Noah croisa le regard de sa mère et comprit qu’il n’avait pas été très convaincant. Avant même qu’il ne puisse sortir un autre mensonge, sa mère prit la parole.

Pour dire vrai, on a reçu plusieurs hiboux de l’école pour les punitions et le Quidditch. »

Aaaaah! Merde! Voilà ce que pensa Noah à ce moment là. Sa mère savait tout, et peut être que sa soeur était au courant elle aussi. Il ne pourrait donc pas se cacher derrière des mensonges plus ou moins réalistes les uns que les autres. Maxine savait qu’il avait ecoppé de plusieurs punitions, elle savait sûrement qu’il validait son année de justesse et que sa moyenne avait sérieusement baissé cette année. Honteux, il baissa la tête, ce n’était pas les retrouvailles qu’il avait imaginées lorsqu’il y avait pensé. Il s’apprêtait à répondre qu’il était désolé et qu’il ferait mieux l’année prochaine mais sa mère reprit la parole avant lui:

Noah, je ne veux pas que tu te sentes mal à ce sujet, je n’ai pas envie de te faire des reproches à ce propos mais je tiens à m’excuser. En mon nom et en celui de … ton père. Je comprends que ça n’ait pas été une année facile pour toi mais ce n’est pas de ta faute. J’imagine que tu as du te sentir abandonné et incompris et je m’en veux pour ça. J’aurais aimé avoir ta force de conviction pour tenir tête à Kyle, j’aurais dû le faire dés le début. Je suis désolé Noah, tu n’avais pas à subir ça. »

Noah se sentait peut-être plus mal que si sa mère n’avait rien dit, il ne voulait pas qu’elle prenne la responsabilité des décisions qu’avait prises son père. Elle était loin d’être dans une position confortable et ne méritait pas plus que lui ce qu’il lui arrivait. Bien qu’il se sente en parti coupable, Noah en voulait à son père qu’il considérait comme le vrai coupable de toute cette situation. Il ne pouvait pas laisser sa mère dire ça et lui répondit alors:

« Maman … ce n’est pas de ta faute! Ne sois pas si dure avec toi même! C’est de sa faute à lui et tu le sais! Sa mère jeta un regard vers Octavia, faisant comprendre à Noah de ne pas parler de lui ainsi devant sa soeur et le Serpentard comprit le message et reprit: Alors je pense que tu le sais mais oui mon année ne s’est pas très bien passée mais maintenant que vous êtes là je vais faire en sorte de me rattraper l’année prochaine. »

Maxine acquiesça faisant ainsi comprendre à son fils que le sujet était clos et pour rebondir sur les propos d’Octavia quelques minutes plus tôt elle ajouta:

J’y compte bien! Et je compte sur toi Octavia pour me tenir au courant de toutes les bêtises que fera ton frère. D’accord? »

Comprenant qu’elle disait cela sur le ton de la rigolade, Noah se détendit et sourit face à la mise en garde de sa mère et l’atmosphère se détendit petit à petit.

5ème année Rp— Promo 2042 - 2049
BBcode : #00734F