Inscription
Connexion
21 août 2019, 10:40
Que nous est-il arrivé ?  pv   RPG+ 
0.5 Que nous est-il arrivé ?
26 août 2044


Judith avait retrouvé son frère la veille. Cela faisait un petit moment qu'ils ne s'étaient pas vus et elle avait absolument tenu à lui rendre visite quelques jours avant la fin de l'été. "rappelle-moi pourquoi tu as choisi d'habiter aussi loin du centre-ville ?" lui lança t'elle avec scepticisme depuis sa cuisine.

- Parce que j'aime la tranquillité et la discrétion. Et puis, ce n'est pas gênant si on sait transplaner !

Il vivait dans une petite maison d'un quartier très calme remplit en majorité de retraités et avait deux étages. Il avait une vie confortable surtout pour son âge.

- Je vais bientôt passer mon permis mais pour l'instant j'attends encore un peu ! C'est effrayant comme truc.

- Si tu acceptais d'utiliser la poudre de cheminette...

- Non , l'interrompit-elle, je suis catégorique, je n'aime pas l'idée qu'on puisse être encerclés de ces...gardes dès notre arrivée. Je préfère qu'on passe par une voie plus sure, et puis un peu de marche ne nous tuera pas !

- Si tu le dis... soupira t'il

Lui avait confiance en ces gens du nouveau gouvernement qui surveillaient les sorciers. Judith, elle, avait peur qu'on apprenne qu'elle s'opposait au gouvernement par le biais d'un réseau de résistants et avait de plus en plus peur d’approcher de lieux sorciers publiques. Mais il fallait avouer aussi qu'elle dépréciait la poudre de cheminette.

S’ils allaient là-bas c'était tout simplement pour qu'elle fasse ses courses de rentrée. Elle avait reçu sa liste et voulait profiter de son séjour pour régler ce détail. " Bon allez, on y va ?"

Ils se mirent en route et utilisèrent le métro moldu pour gagner du temps. Judith ne pût s'empêcher de rire en s'accrochant de toutes ses forces aux barres métalliques "ils inventent vraiment des trucs déjantés !"

Son frère bien qu’excédé ne pût s'empêcher de sourire devant les enfantillages de sa petite sœur. Il avait déjà utilisé la machine une ou deux fois pour essayer mais la trouvait bien inutile quand on pouvait simplement transplaner... Seulement il savait que sa sœur avait peur des moyens de déplacement sorciers qui impliquaient de circuler très rapidement et d'atterrir en ayant mal au ventre, ce qui expliquait qu'elle s'acharne à trouver des excuses pour ne pas utiliser la poudre de cheminette.

A la surface ils marchèrent un bon moment en direction du chemin de traverse jusqu'à ce que son frère ne ralentisse d'un coup. "Eh bien, qu'y a-t-il ?"

- Tu permets que je dise bonjour à une vieille connaissance ?

Kean venait de reconnaître une ancienne camarade qui avait été à poudlard à la même époque que lui. Elle était un peu plus âgée mais il se souvint lui avoir parlé quelques fois. "Diane !" l'interpella t'il "C'est moi Kean, tu te souviens ? Tu...tu vas bien ?"

Si il posait la question avec tant d'hésitation c'est parce qu'il trouvait la jeune femme dans un drôle d'état, elle semblait épuisée et avait la mine plus triste qu'à l'accoutumée.

#375D81
23 août 2019, 16:13
Que nous est-il arrivé ?  pv   RPG+ 
C'est étrange comme le temps pouvait passer lentement une fois que l'on perdait la routine qui alimentait nos journées. Se lever le matin et partir travailler, rentrer le soir et aller se coucher. Ce même enchaînement qui se répétait inlassablement sans pour autant vouloir prendre fin. Jusqu'au jour où ce train-train quotidien était soudainement réduit à néant sans prévenir, sans que personne ne s'y attende ; pas même son protagoniste. Du jour au lendemain, la vie paisible que l'on menait pouvait être altérée par des facteurs extérieurs. Ces facteurs, Diane les avait vécus en mai. Bientôt cinq mois et pourtant toujours aussi frais dans sa mémoire. La jeune femme ne pouvait s'empêcher de ressasser cette affreuse journée. Parfois, il lui semblait encore entendre les cris déchirants du ministre, complètement anéanti par l'assassinat de sa femme et de son fils. Et, comme si cette scène n'avait pas suffit, une fois sortie du ministère elle avait dû faire face à son oncle inconscient devant les ruines calcinées du Chaudron.

Lorsqu'elle était amenée à sortir, comme aujourd'hui, Diane longeait parfois Charing Cross Road pour observer la façade brûlée depuis le trottoir d'en face. Les moldus n'y portaient pas plus d'attention qu'avant l'accident -ce mur faisait partie du décor qu'importe son état- mais la jeune femme, elle, savait que derrière ces briques, les Manteaux noirs assuraient l'ordre magique. Sa contemplation était de courte durée, de l'ordre de quelques secondes seulement, pour ne pas attirer l'attention ; un moyen de se rappeler pourquoi ils résistaient. Ensuite, lorsqu'il était temps pour elle de rentrer, Diane faisait en sorte de ne jamais prendre le même chemin et de vagabonder parmi les rues londoniennes, s'arrêtant dans différents lieux. Juste au cas où. Et c'était justement ce qu'elle faisait en ce moment. Elle avait quitté la cité de Westminster et l'entrée du Chemin de Traverse pour prendre une rue adjacente et s'y enfoncer. L'endroit où elle allait lui importait peu, il fallait juste qu'elle s'éloigne.

Diane se fit interpeller et se stoppa brusquement. Hésitant entre se retourner vers le propriétaire de la voix et continuer comme si de rien n'était, la jeune femme ne bougea pas d'un pouce. Puis lentement, elle pivota sur elle-même, le visage fermé.
En reconnaissant Kean accompagné d'une jeune fille, Diane se força à lui adresser un sourire qui était sans aucun doute crispé. Que pouvait-il bien lui vouloir ? Et avant qu'elle ne puisse le saluer en retour, il lui posa la question. Cette question qui revenait sans cesse… Combien de fois l'avait-elle entendue depuis le jour de l'incendie ? Beaucoup trop à son goût. La jeune femme se regarda les mains et les bras comme pour juger par elle-même des conséquences physiques et releva la tête vers eux. Avait-elle tant maigri que ça ? Son visage aussi devait être assez révélateur de son état.

"Oh salut Kean ça fait un bail ! Plutôt bien écoute, j'ai du mal à sortir d'un rhume mais sinon ça va. C'est toujours énervant en été…" Comme pour appuyer son mensonge, elle frotta doucement ses narines avec le dos de sa main. Elle n'avait jamais aimé répondre à cette question. Ne sachant plus à qui accorder sa confiance, sa méfiance s'était considérablement accrue. Tout comme sa discrétion. Depuis que Diane était en charge de la communication au sein du Réveil, la jeune femme prenait garde à tout ce qu'elle pouvait dire et tendait l'oreille à la moindre information qui s'approchait de près ou de loin du Conseil des Sorciers. Kean n'allait pas faire exception à la règle.

La jeune femme se décala un petit peu sur le côté pour laisser passer une moldue et reprit :
"Et toi, comment est-ce que tu vas ? C'est une de tes sœurs à côté je suppose ?" Diane se tourna vers elle et lui sourit gentiment avant de reporter son attention sur le jeune homme.

Couleur : #134f5c - Gérant du CB : #633512
Nom de code au Réveil : Blaze
Du flouz, du flouz, encore et toujours du flouz ! - Team Picsou
23 août 2019, 17:00
Que nous est-il arrivé ?  pv   RPG+ 
Surprise que son frère interpelle quelqu’un alors qu'ils étaient encore dans la ville moldue, Judith ne dit rien. Elle se contenta d'écouter et d'observer la femme à qui il parlait. Elle était jeune, ils devaient certainement s'être rencontrés à Poudlard...

Elle se tourna un instant vers Judith qui, surprise, n'eut pas le temps de lui rendre son sourire. Elle regretta de suite de ne pas avoir pu paraître plus avenante et se mue aussitôt d'une attitude plus joviale pour s'assurer de ne plus manquer l’occasion de montrer qu'elle n'était pas renfrognée.

"Oui, c'est Judith, la plus vieille des deux. Tu ne l'as pas connue, elle entre tout juste en... six, septième année ?

- Septième année, compléta t'elle."

Le visage de Diane indiquait qu'elle conversait par politesse plus que par envie mais Kean ne sembla pas s'en apercevoir. Quant à Judith il n'était pas dans ses habitudes de couper les gens, et faire signe à son frère de laisser la pauvre femme tranquille paraîtrait sans doute comme un geste malpoli.

Soudain comme si il avait été frappé par quelque chose, Kean leva les sourcils au ciel. Il venait de se souvenir où Diane était censée travailler."Oh mais c'est vrai que tu bossais au chaudron toi... ah cet incident était regrettable, je suis désolé que ton patron n'ai pas daigné coopérer...il aurait suffi qu'il...enfin bref."

Kean avait un avis tranché sur la question et savait que sa sœur ne le partageait pas. Mais un "Bref" ne suffisait pas à empêcher Judith de tilter. La jeune fille ne traînant pas au chaudron baveur elle ne se doutait pas que Diane pouvait y avoir été employée, dès qu'elle l'apprit elle se sentit profondément désolée. Elle savait ce qui y était arrivé. Ce n'était en rien la faute du patron si le bar avait été victime de terrorisme. Même si elle ne connaissait pas les détails de l'incident elle savait qui en étaient les victimes, et qu'elles étaient innocentes en tout point. Elle appréciait son frère mais ne pouvait pas le laisser raconter de telles choses sans intervenir. "Kean !" elle lui donna un coup de coude dans les côtes "Tu ne peux pas blâmer les victimes bon sang !"

S'en suivit un instant ou Judith ne sut plus que dire. Après-tout peut-être Diane pensait-elle comme Kean ? Cette femme cachait quelque chose, tout le criait en elle. Cette histoire de rhume d'été ressemblait à un mensonge. Mais qui ne mentait pas par les temps qui couraient ? Les conversations se remplissaient d'hypocrisie et plus personne n'osait parler franchement sans gage de confiance. D'ailleurs même du côté moldu de la ville Judith avait peur que ces paroles soient entendues. Et qui lui disait que cette Diane n'était pas aux service de ceux qui imposaient leur pensée ? Après tout une déesse de la chasse pouvait très bien vous tirer une flèche dans le dos...

#375D81
29 août 2019, 17:17
Que nous est-il arrivé ?  pv   RPG+ 
Depuis le début de cette rencontre, Diane laissait un large pan de sa concentration surveiller les alentours. Même dans le Londres moldu il fallait se méfier. Elle écoutait d'une oreille distraite ce que Kean expliquait à propos de sa sœur et souriait poliment pour faire illusion de son intérêt pour la conversation. Sa seule envie pour le moment était de rentrer sans encombre.
A l'évocation du Chaudron, les yeux de la jeune femme se ravivèrent de cette petite étincelle qui exprimait l'attention que l'on pouvait porter à un sujet. Était-il sérieux ? Tout l'étonnement de Diane transparaissait sur les traits de son visage. Sa bouche qui s'était légèrement ouverte se referma et sa lèvre inférieure fut emprisonnée entre ses incisives pour s'empêcher de rétorquer à chaud. Elle avait envie de rire jaune. Comment pouvait-on penser une telle chose ? L'envie de lui asséner une claque la démangeait grandement mais elle se retint en serrant son poing. Lorsque Judith intervint auprès de son frère, elle relâcha lentement la pression, laissant des traces d'ongles sur la paume de sa main.

Des victimes... C’était précisément le statut qu'ils trainaient. Le coup leur avait été porté alors qu'ils n'avaient rien demandé. Et Diane, en tant que née-moldu, en faisait véritablement les frais. Suite à la perte de son travail et après s'être vue refuser l'accès de lieux sorciers, la jeune femme avait dû se débrouiller par ses propres moyens. Elle avait changé d'appartement, réalisé différentes tâches à droite à gauche, le tout pour faire en sorte de se maintenir à la surface pour ne pas couler. Vivre cachée, dans une peur continuelle avait des conséquences, aussi bien physiques que morales. Les premières semaines avaient été rudes et éprouvantes et elle ne souhaitait à personne de connaître cette situation.

Il fallait maintenant qu'elle réagisse mais comment ? Dire tout haut ce qu'elle pensait tout bas, se positionner avec l'impartialité la plus totale ou prendre parti pour Ursula ? Chaque attitude pouvait lui apporter quelque chose mais prendrait-elle le risque de faire un faux pas alors qu'elle ne savait presque rien des personnes en face d'elle ? Même si elle avait connu Kean sur les bancs de Poudlard, les années pouvaient changer une personne.
La jeune femme esquissa finalement un sourire forcé et émit un soufflement comme un rire étouffé. En dire le moins possible était sans doute la meilleure chose à faire.

"C’est sûr que brûler délibérément tout un bâtiment est un regrettable incident." Un regrettable incident, sérieusement ? Et puis quoi encore… "Et en même temps, ce n'est pas comme si on lui avait vraiment laissé le choix." Coopérer ? Comment veux-tu coopérer dans une situation pareil alors que tu as les pieds et les poings liés…

Avec ce qu'elle venait d'entendre, Diane se rendit compte davantage de l'importance de la communication. Depuis l'ascension du nouveau gouvernement et de la mainmise qu'ils avaient sur la Gazette, les gens croyaient absolument tout ce qu'ils lisaient sans même chercher à distinguer le vrai du faux. Contrairement à Kean, Judith semblait plus clairvoyante et la jeune femme lui adressa un sourire, sincère cette fois-ci, pour la remercier de son intervention.

Souhaitant en apprendre davantage, l'ancienne serveuse s'adossa contre le mur à côté d'elle, se frotta une fois de plus le nez et mit ses mains dans ses poches d'un air dégagé. La situation devenait propice pour entamer une véritable conversation.

"Et vous de votre côté y’a pas eu de changements avec les derniers événements ? Tu sais peut-être déjà ce que tu veux faire plus tard Judith ?" Diane suivit du regard une voiture qui passa derrière eux et détailla ensuite les deux membres de la famille Dumaray.

Couleur : #134f5c - Gérant du CB : #633512
Nom de code au Réveil : Blaze
Du flouz, du flouz, encore et toujours du flouz ! - Team Picsou
30 août 2019, 19:16
Que nous est-il arrivé ?  pv   RPG+ 
Un sourire, c'était bien assez pour rassurer Judith sur le compte de la serveuse. Et ses coups d’œils aux alentours peut-être de peur de voir apparaître des manteaux noirs... Ce n'était qu'une supposition mais l'adolescente était presque sûre que Diane était de son côté, ou tout du moins pas du côté de son frère.

Kean lui prenait sur lui pour ne pas avoir un comportement acerbe. Il n'aimait pas qu'on lui donne tort et il ressentait le comportement des filles comme une agression. Le mot "hystérique" lui traversa l'esprit, mais il se mordit la lèvre pour ne rien dire. Pour rester poli avec Diane il fit néanmoins une remarque à Judith.

L'adolescente, elle, s'empressa de répondre avant que son frère ne puisse dire quoi que ce soit "Ah les "événements"... Comme beaucoup d'autres familles la nôtre est divisée.

- C'est pourquoi je vis seul à Londres...famille de traîtres oblige.

Judith le trouva culotter de parler ainsi de leur famille alors que c'était lui le collaborateur. Eux étaient restés fidèles à leurs convictions et ne l'avaient pas obligé à partir. Cependant elle se retint de lui en tenir vigueur et estima qu'il allait peut-être avoir le bon sens de ne plus faire de remarques du genre.

- Rappelle-moi pourquoi je te rends visite ? Nous gardons contact mais nous évitons de parler de…tout ça. ajouta t'elle à l'adresse de Diane. Plus tard, eh bien je me projetais à sainte mangouste en tant que médicomage mais là je ne sais plus... Il n'est pas question que je travaille pour ce gouvernement, l'établissement n'est plus ce qu'il était.

- L'établissement a retrouvé de sa splendeur et sert désormais à soigner les sorciers. Il appuya forcément sur le dernier mot.

Kean considérait qu'on ne pouvait pas se permettre de soigner n'importe qui. Les nés moldus et sang-mêlés devaient mourir avant les vrais sorciers pour permettre à la sélection naturelle de redonner sa pureté à la race sorcière. Judith qui trouvait cette vision des choses aberrante ne pût s'empêcher de réagir avec véhémence "Bon Kean si c'est pour raconter n'importe quoi tu pars et tu nous laisses discuter entre adultes.

- T'es sérieuse là ?

- Tiens prend ma liste, de toute façon je n'ai pas envie de me faire contrôler par tes petits copains, ça m'évitera d'y aller. "

Elle lui tendit sa liste et sans plus un mot son frère partit, très visiblement en colère. Judith s'en voulait un peu et était gênée d'avoir dû se disputer avec lui devant une inconnue, mais il le méritait. De toute manière elle savait que leurs disputes seraient inévitables. Leurs avis étaient trop opposés et la rencontre de l'eau et de la lave faisait toujours des explosions...

#375D81
8 sept. 2019, 15:01
Que nous est-il arrivé ?  pv   RPG+ 
Nouvelle réplique cinglante de la part de Kean. La jeune femme cessa de regarder les environs et braqua son regard sur lui. Ses yeux le détaillèrent de la tête au pied. Était-il déjà comme ça avant ou avait-il changé après qu'elle ait quitté Poudlard ? Peut-être avait-il toujours eu cette façon de voir les choses… Après tout, à l'époque la question d'allégeance ou de résistance n'était même pas à envisager. Un voile de tristesse pratiquement imperceptible passa sur le visage de Diane. Être mis face à ces dislocations et au mépris engendré vis-à-vis d'un groupe d'individus n'était jamais simple. Elle écouta calmement d'une oreille attentive l'échange entre ce frère et cette sœur. Visiblement le silence était un point crucial à leur bonne entente et pourtant parfois il fallait savoir crever l'abcès. Penser que taire les sujets épineux serait profitable à leur relation n'était qu'illusoire. Rien ne pouvait perdurer sur des bases instables. Et elle était bien placée pour le savoir.

En entendant la future septième année, Diane esquissa un sourire. Son opinion à elle était en adéquations avec la sienne. En revanche, pour son frère c'était une autre histoire. L'ancien Serdaigle se souvenait-il du statut de sang qu'elle avait ? Probablement pas. Il ne l'avait très certainement jamais su d'ailleurs et heureusement pour la jeune femme. Avec une telle mentalité le cours de la conversation aurait été bien différent. Diane souffla et haussa les sourcils. Vivement que cette discussion prenne fin, elle n'avait aucune envie de rester en leur compagnie si c'était pour entendre ce genre de réflexions sur les différents statuts de sang.
Judith lui demanda finalement de partir et Diane la remercia intérieurement. Kean saisit la liste de fournitures qui lui était tendue et s'éloigna. La jeune femme le regarda jusqu'à ce qu'il tourne et disparaisse à l'intersection de la rue.

"Et bah… Ça ne doit pas toujours être facile dis-moi." Diane posa son regard sur l'adolescente et lui sourit tendrement. "Merci d'être intervenue en tout cas. Je ne me serais pas permise de répliquer mais c'est pas l'envie qui me manquait." lâcha-t-elle en se grattant la nuque et en étouffant un rire gêné. Si les temps n'étaient pas aussi proches d'une chasse aux sorcières, elle n'aurait pas hésité une seule seconde à lui dire ce qu'elle pensait. Malheureusement elle se devait de rester discrète pour ne pas attirer l'attention sur elle, même si cela voulait dire encaisser en silence les critiques.
Diane se sentait détendue et plus à l'aise depuis que Kean n'était plus là. Comme si elle s'était libérée de ce poids qui avait pris place depuis l'évocation de l'incendie. Judith semblait beaucoup plus ouverte et encline à discuter que son frère. L'ancienne serveuse ne se risquerait pas à lui révéler des informations confidentielles ou à évoquer son statut de née-moldue mais elles pourraient incontestablement bavarder plus tranquillement. Entre filles.

"Tu ne donnes pas vraiment l'impression d'apprécier ce qu'il se passe en ce moment. Pourquoi ne pas être de l'avis de ton frère ?" Il ne serait pas évident de lancer le sujet puisque la prudence régissait les moindres actions et paroles des sorciers mais il fallait bien commencer par tâter le terrain d'une manière ou d'une autre. Diane espérait que les carapaces finiraient par s'effriter afin qu'elles puissent parler ouvertement sans avoir une épée de Damoclès au-dessus de leur tête.

Couleur : #134f5c - Gérant du CB : #633512
Nom de code au Réveil : Blaze
Du flouz, du flouz, encore et toujours du flouz ! - Team Picsou
15 sept. 2019, 09:48
Que nous est-il arrivé ?  pv   RPG+ 
Judith fût presque surprise d'entendre Diane s'adresser à elle. Elle avait été tellement obnubilée par son frère l’espace d'un instant qu'elle en avait oublié la jeune femme. Elle pensa que la pauvre devait se sentir bien mal à l'aise d'assister à une conversation aussi intime. Mais plutôt que de se mettre ne retrait ou de se braquer elle lui fit un sourire sincère et compatit avec ce qu'elle vivait. Judith se sentit immédiatement rassurée et pu lui rendre son sourire avec bienveillance.

Pas facile... C'était peu dire. La relation conflictuelle qu'elle entretenait avec son frère lui pesait de plus en plus. Elle continuait à l'entretenir car elle l'aimait et parce qu'elle avait l'espoir qu'un jour le cauchemar se termine et que tout puisse redevenir comme avant. Mais en ce moment Kean la désillusionnait chaque jour un peu plus. Il ne changerait pas d'avis et si Ursula était détrônée il serait considéré comme un traître. Inutile de penser à ce qui serait fait aux collaborateurs si la résistance gagnait... Judith eut un peu de tristesse dans le regard quand elle répondit à son interlocutrice : "Ce n'est pas si dur pour moi mais... si je coupe les ponts avec lui il n'a plus aucun lien avec notre famille. C'est vain de penser que je peux le convaincre de revenir vivre avec nous mais j’espère toujours qu'il y ai un déclic chez lui..."

La jeune adulte rit à la remarque de Diane. "Oh tu aurais pu, ça l'aurait calmé au moins !"
C'est vrai que ça aurait pu paraître impoli mais pas aux yeux de Judith. Quand on avait des choses à dire il n'y avait rien de mal à le faire, même si cela déplaisait. Elle même avait dit à son frère des choses qu'elle aurait aimé ne pas avoir à lui dire, mais elle lui devait une certaine sincérité.

Diane poursuivit sur le sujet épineux dans lequel elles étaient lancées en mentionnant son avis divergeant de celui de son frère. Judith n'hésita pas un instant avant de répondre : "Comment pourrais-je être de son avis ? Il se complaît dans un régime autoritaire qui divise les sorciers et même des familles. Je ne conçois pas qu'on puisse penser que certains puissent être supérieurs à cause de leurs origines. Et vivre dans le rejet de mon prochain ne m'intéresse pas."

La jeune fille s'arrêta dans son élan en réalisant qu'elle en disait peut-être trop. Elle jeta un œil à sa montre et tout autour d'elle. Il n'y avait que des moldus mais elle ne se sentait jamais réellement en sécurité. Il y avait des gens qui cherchaient avec avidité à surprendre ce genre de conversation. Même côté moldu on ne savait pas sur qui l'on pouvait tomber. Judith continua en baissant le ton : " Vraiment désolée pour le chaudron... je suppose qu'il est dur de retrouver du travail après ça ? Surtout si ton avis diffère de celui de ceux qui gouvernent."

#375D81
28 févr. 2021, 21:38
Que nous est-il arrivé ?  pv   RPG+ 
Toujours adossée, Diane releva sa jambe et posa son pied contre le mur. Elle se remit à observer les passants et les voitures, à la recherche du plus petit signe qui aurait pu paraître suspect. Elle avait l'impression que le moindre mouvement lui voulait du mal et révèlerait sa nature de née-moldue. Pourtant elle passait, en réalité, complètement inaperçue dans cette rue.
La jeune femme écouta chaque prise de parole de l'étudiante et rebondit sur ce qu'elle avançait :

"Les déclics peuvent apparaître à tout moment, il faut juste ne pas perdre espoir. Le plus important c'est que vous vous aimez, ne gâchez pas ce lien qui vous unit." La jeune femme aurait aimé qu'on lui donne ces mêmes conseils quand elle était plus jeune. Peut-être qu'avec, elle aurait donné une chance à ses parents. Une chance qu'ils ne méritaient certes pas, puisque l'amour entre eux était inexistant, mais elle aurait essayé. Au moins grâce à eux, si elle devait devenir mère, elle se jurerait de faire l'exact opposé de ce qu'elle avait connu par le passé. Elle ne voulait surtout pas reproduire les mêmes erreurs.
"Et tu peux même essayer de les provoquer. Parfois il faut juste réussir à se poser tranquillement, loin des tracas de la journée, et parler. Essaye d'avoir une vraie discussion, de comprendre pourquoi il pense comme ça et pas autrement. Même si ça te paraît absurde il y a nécessairement une raison qui fait qu'il pense différemment de toi et de ta famille. Tu le connais évidemment mieux que moi, mais dans les souvenirs que j'en ai Kean n'a jamais été quelqu'un de mauvais."

En constatant l'agitation dont faisait preuve Judith, Diane reposa sa jambe au sol et sortit les mains de ses poches. Au cas où. Ses yeux cherchèrent eux aussi un mouvement douteux, mais rien.
"Mon avis diffère et mon sang n'est pas assez pur pour certains." Voilà. Elle ne l'avait pas dit mais sous-entendu. Et déjà le risque était grand. Mais Judith lui semblait être une personne de confiance. Si la jeune fille pouvait très bien mentir dans ses propos, ses réactions physiques ne trompaient personne. Son inquiétude était perceptible et ce n'était pas un élément que l'on pouvait provoquer intentionnellement de façon si spontanée. Diane en était dorénavant certaine : qu'elle en connaisse ou non l'existence, la jeune sorcière était du côté de la Résistance.

"Entre nous, il serait même plus facile de trouver du travail ici que là-bas. Pour l'instant je n'ai pas d'autres choix que de faire sans."
Encore une fois, même si elle préférait rester vague par précaution, la signification de ses mots n'en était pas moins compréhensible. Cela ne faisait aucun doute qu'elle opposait silencieusement le monde moldu à celui sorcier.
La jeune femme croisa ses bras sous sa poitrine et laissa tomber sa tête contre le mur. Le regard tourné vers le ciel bleu dénué de tout nuage, elle imaginait tout ceci n'être qu'un mauvais rêve. *Si seulement.* Elle reposa ses yeux vers Judith et lui sourit. Son frère était parti depuis une bonne dizaine de minutes déjà et elle aussi devait penser à rentrer pour retrouver Edward. Peut-être aurait-elle l'occasion de la rencontrer de nouveau. Qui sait ?

"Je pense que tu devrais rejoindre Kean. Profitez du temps que vous avez pour le passer ensemble. On ne sait pas de quoi demain est fait, ce ne sera peut-être plus possible." L'ancienne serveuse lui fit un clin d'œil tout en se décollant du mur.

"A une prochaine fois Judith et pour info, tu n'es pas seule." Dans cette phrase, elle comprendrait ce qu'elle voudrait. Mais il était certain que l'adulte avait tenté de lui soumettre l'idée d'une Résistance.

Tournant définitivement les talons, Diane replaça ses mains dans ses poches et se mit à réfléchir à ce qu'elle avait dit. Cette notion d'incertitude quant au lendemain... Elle avait été mise contre son gré devant cette dure vérité lorsque son quotidien paisible avait décidé de partir en fumée.


RP terminé

Couleur : #134f5c - Gérant du CB : #633512
Nom de code au Réveil : Blaze
Du flouz, du flouz, encore et toujours du flouz ! - Team Picsou