Inscription
Connexion

1 sept. 2020, 18:34
 Solo  Enfant dans l'âme  + 
Image

Ce solo raconte des évènements importants dans la vie de Lydia, qui se dérouleront en août, pendant les vacances d'été.
4 août 2045, 19h30
Bath, Maison familiale des Holmes


La paille qui constituait la chaise était en train de laisser ses marques dans ses jambes. Elle savait que quand elle se relèverait, de longues striées rouges apparaîtraient sur sa peau. Cette sensation agaçait Lydia, elle n'aimait pas voir son corps abîmé de la sorte. Elle porta son verre d'eau à ses lèvres. À l'instant où le liquide coula dans sa gorge, la fillette se sentit mieux. Aujourd'hui avait été une journée fatigante où elle avait passé son temps à grimper d'arbre en arbre. Elle avait pris des couleurs *j'ai pris le Soleil plutôt* et son visage était beaucoup plus rose qu'au petit matin. Cette mine faisait encore plus ressentir ses yeux couleur Océan. On voyait distinctement les vagues qui pouvaient les agiter.

Pour l'instant, la Mer était calme.


La jeune Holmes se resservit du dîner, c'était ce soir là une salade de riz. Elle piqua avec sa fourchette les grains et les porta à sa bouche. Les Holmes ne parlaient pas, cela l'angoissait. Il n'y avait que le bruit des couverts sur les assiettes en émail, c'était sinon le silence complet. *J'aime pas ces sons d'silence.* Elle se tortilla un instant sur sa chaise, espérant que les marques rouges ne seraient pas très visibles et lança la conversation. C'était un sujet dont elle avait voulu parler à ses proches durant les vacances de Noël mais elle n'avait pas eu l'occasion *pas eu le courage aussi*. Il y avait eu Gabriella, puis les fêtes et elle n'avait pas voulu embêter ses parents avec un débat si sérieux.

- P'pa, tu penses quoi du contexte actuel ?

En jeune fille un peu éloignée de tout à Poudlard, elle n'était pas très au courant. Lydia avait voulu s'abonner à la Gazette du sorcier mais son père n'avait pas voulu, pour une raison assez mystérieuse d'ailleurs.

Tobias sembla tout de suite perturbé. Il posa sa fourchette sur la table - celle-ci fit du bruit - et regarda sa fille droit dans les yeux. *J'aime pas ce r'gard.* Elle avait hérité de lui l'habitude de fixer toujours son interlocuteur droit dans les yeux mais n'aimait généralement pas qu'on lui retourne la politesse. Pour la petite Holmes, c'était une manière de montrer qu'elle assumait à chaque fois ce qu'elle était en train de faire et que jamais on ne lui marcherait sur les pieds.

Son père ne répondait pas et semblait réfléchir intensément. *Quoi, je lui ai pas posé une question compliquée, si ?* Elle s'impatienta et décida d'insister pour montrer qu'elle voulait avoir une réponse.

- Papa ?

L'homme soupira un instant et se résigna à parler.

- Écoute Lydia, je pense que ce n'est pas le bon moment. Tu es encore une enfant.

*Une. Enfant.*
C'était tout ce qu'elle était, une petite enfant qui ne méritait pas d'avoir des explications de la part de sa propre famille.
C'était tout ce qu'elle était, une enfant faible et fragile, qu'on devait protéger.

Seulement l'enfant peut éprouver des sentiments. Et à cet instant, l'enfant veut les explications qu'on lui doit.

Doucement, la Mer s'agite.

#5d9686
Préfète inRP & Purée-en-chef HRP - Bad, on your left !
faire une perle d'une larme

6 sept. 2020, 15:28
 Solo  Enfant dans l'âme  + 
Elle posa ses couverts sur la table et arrêta de manger. La fillette n'avait plus faim. Elle ne ressentait plus rien, la sensation de la paille qui lui striait la peau s'était évanouie, son cerveau était entièrement fixé sur son père, sur la conversation qu'elle avait avec lui. *Il m'a jamais rien caché, jamais menti.* Alors pourquoi maintenant ? Tobias n'avait pas voulu répondre à sa question, elle en déduisait donc qu'il voulait éviter ce sujet, qu'il préférait lui cacher la réponse.

Elle n'aimait pas surtout se faire traiter d'enfant. Ce mot la faisait apparaître comme petite, sans intérêt, stupide et faible. *C'est faux tout ça. Ce mot là, enfant, c'est pas moi.* Lydia avait grandit au cours de l'année, elle en avait conscience. Elle avait réussit à apprivoiser sa Magie, elle l'avait rencontrée, Elle, qui lui avait ouvert les yeux sur les étoiles et révolutionné sa vision du monde et des Autres. Elle avait également vu cette femme et ce tigre, transpercés de flèches, dans la Grande Salle.

Elle s'était habituée à la vie à Poudlard, avait suivi ses cours sans rechigner et s'était donnée du mal pour réussir.

*Et tu me refuses des explications papa ?*

Ses bras se croisèrent sur sa poitrine et elle resta silencieuse un instant. La jeune fille voulait trouver les Mots justes, la phrase qui pousserait son père à changer d'avis, à se rattraper pendant qu'il en était encore temps. Elle avait soudain envie de lui parler de la femme au milieu de la Grande Salle. Du dîner peu commun auquel elle avait assisté. Pendant le mois qui avait suivi, Lydia avait essayé d’annihiler ses terreurs et angoisses réveillées par cette scène. Elle avait fait comme au lendemain d'Halloween ; elle s'était efforcée de ne plus penser à rien, de devenir du Rien. Pas une seule fois elle n'en avait parlé dans une lettre à ses parents, pour ne pas les inquiéter. *P'têtre que papa a appris ce qu'il s'était passé.* Il ne lui en avait jamais parlé en tout cas.

- Une petite fille c'est ça ? J'suis que ça pour toi ?

Et la Tempête se lève.


Colombe se tortilla sur sa chaise, gênée. Lydia s'aperçut qu'elle avait complètement oublié la présence de sa mère et un malaise certain s'empara d'elle. Elle prononça une phrase pour rassurer la blanche Colombe.

- Maman, t'as rien à voir dans cette histoire.

- Sois gentille avec ton père s'il te plaît.

*Elle va pas s'y mettre aussi !* Elle dut sérieusement prendre sur elle pour ne pas s'énerver à la remarque de sa mère. *Calme, reste calme.* S'énerver était un signe de faiblesse, elle devait rester stoïque, exprimer ses arguments avec froideur et... Tobias reprit la parole.

- Ta mère a raison, changeons de sujet.

- MAIS EXPLIQUE MOI PAPA ! Tu sais pas ce que j'ai vécu cette année, si ça se trouve t'es même pas au courant des évènements à Poudlard. Tu m'as jamais parlé de ce qu'il se passait au ministère, de Parkinson et tout ce qu'a fait cette dame. T'es incapable de prendre parti ou quoi ? Comment ça se fait que moi, une enfant, comme vous l'dîtes si bien, soit plus franche que toi ? T'as conscience j'espère que maman est sûrement en danger, qu'à Londres les sorciers se sont faits découverts et mal voir ? A Bath il peut arriver la même chose, tu m'entends ? LA MÊME CHOSE !

Elle n'eut pas le temps de reprendre son souffle. Son père s'était levé, avait quitté sa place en une fraction de seconde. Il attrapa la jeune fille par le bras et la projeta violemment hors de la pièce. Les yeux embués de Larmes, celle-ci ne voyait plus rien. Elle avait l'impression d'avoir sauté dans le vide tout d'un coup et de tomber lentement dans un gouffre.

L'Orage est là.

#5d9686
Préfète inRP & Purée-en-chef HRP - Bad, on your left !
faire une perle d'une larme

20 oct. 2020, 00:11
 Solo  Enfant dans l'âme  + 
TW : apparition des règles




Son père l'avait précipitée en dehors de la cuisine. Il l'avait violemment agrippée par la main et elle n'avait pu faire autrement que de se laisser attraper. Lydia monta bruyamment les escaliers, faisant le plus de bruit possible avec ses pieds. Elle n'avait qu'un objectif c'était de monter dans sa chambre le plus vite possible. Là, enfin, elle pourrait laisser ses larmes couler et ses cris sortir de sa bouche. Elle voulait hurler.
Hurler à l'Univers qu'elle avait besoin d'aide.
Hurler sa rage au Crépuscule.
Hurler son mal-être, crier sa tristesse.

La montée du vieil escalier en bois lui parût interminable. Comme si la fillette était dans un tunnel sombre et que la sortie reculait au fur et à mesure qu'elle avançait. *J'veux... Retrouver... La lumière.*

Enfin devant sa chambre, les yeux rougis et prêts à déborder, elle se jeta sur son lit, s'allongea sur le dos et ferma les yeux.

*Qu'est-ce que j'ai fait ? Merlin qu'est ce que j'ai fait !*

Tous ces bruits dans ma tête, faut qu'ça cesse.


La fillette avait totalement perdu le contrôle d'elle-même. Elle sanglotait et n'arrivait plus à respirer. *Qu'est-ce que j'ai fait ?* Elle avait voulu montrer qu'elle n'était pas un enfant, qu'elle pouvait avoir un avis politique et tenir tête à ses parents. Tout ce qu'elle y avait gagné c'était de se faire jeter hors de la cuisine et une soirée entière passée à pleurer.

- Qu'est-ce que j'ai fait ?

Sa voix se brisa. Elle mit ses mains sur ses paupières. On lui avait raconté qu'il était d'usage de fermer les yeux des morts. Afin qu'ils ne voient plus le monde qu'ils avaient laissé à leurs descendants ? Sûrement. Peut-être était-ce aussi pour leur permettre de rêver encore plus facilement, de partir dans un au delà moins dur que la réalité.

Lydia sécha un instant les gouttes d'eau sur ses joues et se leva. Elle voulait écrire. Tout ce qu'il lui passait par la tête. Et ce papier, une fois terminé, elle l'enverrait à Elle. La seule personne qui pouvait l'aider dans un moment pareil.

Je retrouverai les clés d'la raison.


Elle fit quelques pas pour aller à son bureau lorsqu'une tâche sur son drap de lit attira son attention. *Que...* La jeune Holmes inspecta son corps, désirant savoir pourquoi un coquelicot de sang grignottait au fur et à mesure le drap blanc.
Son torse ; elle n'avait rien. Ses mains ; rien non plus. Son visage ne portait pas la trace d'une quelconque égratignure et ses jambes étaient restées lisses
Elle en arriva à regarder son short, qui était lui aussi teinté de rouge. Et elle comprit. Colombe lui en avait parlé, de ce qui arrivait quand justement on n'était plus une enfant.

Lydia se sentit défaillir. De puissants spasmes l'agitaient, peut-être liés à ses sanglots d'auparavant, peut-être juste liés à ses règles. *Mais règles de quoi, bordel ?*

Lentement, elle tomba par terre.

Ainsi elle avait affirmé ne plus être une enfant ? Et bien maintenant, c'était le cas.

#5d9686
Préfète inRP & Purée-en-chef HRP - Bad, on your left !
faire une perle d'une larme

14 janv. 2021, 12:38
 Solo  Enfant dans l'âme  + 
6 août 2045, 9h00
Bath, Maison familiale des Holmes


Chaque jour la minait un peu plus. Elle avait l'impression de se vider de son sang. Tout ce qu'elle était partait en même temps que le liquide rouge, toutes ses joies, tout son bonheur, tous les sourires qu'elle avait pu esquisser un jour. Toutes ces choses là, quand elle était heureuse, étaient parties. Elle n'avait même plus souvenir de les avoir connues.

Elle s'était regardée dans le miroir hier soir. Lydia s'était trouvée moche. Trop grande, trop formée, trop âgée alors qu'elle n'avait que 12 ans. Elle n'avait pas aimé les courbes qui se formaient, à l'abri sous ses vêtements. Et son poids... Elle s'était promis de ne plus jamais remonter sur une balance. Les chiffres affichés l'avaient terrifiée. *J'suis comme ça ? Moi ?* Elle se réfugiait sous ses draps blancs, fermait les yeux si forts que des myriades de points blancs envahissaient sa vue. Elle ne voulait plus se voir, elle voulait être une autre. Son corps n'était pas celui qu'elle voulait, ses émotions n'étaient pas rangées comme elle le désirait. Elle ne s'aimait pas ; elle ne s'aimait plus. La discussion avec son père avait achevé de lui faire perdre la moindre once de confiance en elle. Il l'infantilisait, ne la croyait pas capable d'avoir une discussion sérieuse. Merlin, qu'elle le détestait depuis quelques jours.

La brunette aimait ses parents. Elle aimait sa mère et l'admirait. Mais elle n'avait jamais été très proche d'elle. Tandis que Tobias... Il la comprenait juste en regardant ses yeux, il savait ce qu'elle ressentait et malgré leurs nombreuses différences, elle se sentait très liée à lui. Etait-il possible qu'un tel lien se soit brisé si facilement ? Comme ça, à cause de quelques mots, elle avait perdu l'amour d'un père. Perdu l'amour qu'elle éprouvait pour son père. L'amour était-il réparable ? On ne lui avait jamais dit si un coeur brisé se soigné, si on pouvait en recoller les morceaux.

Elle ouvrit les yeux et alla ouvrir sa fenêtre. Saleté d'été. Si joyeux, si lumineux. Pourquoi contrastait-il autant avec sa propre vie ? Il n'avait pas le droit, c'était terriblement vicieux.
Une nouvelle journée commençait. Elle n'adresserait pas un regard à ses parents - peut-être une œillade à sa mère si celle-ci avait de la chance - et passerait le plus clair de son temps dans sa chambre. Elle allait travailler, encore et encore. C'était le réconfort qu'elle avait trouvé hier après-midi, après une énième crise de sanglots. Lydia avait sorti ses cahiers, ses livres et s'était mise à étudier. Elle trouvait du réconfort dans l'effort intellectuel à accomplir et se satisfaisait d'apprendre de nouvelles choses. Elle redécouvrait la Botanique notamment et essayait d'emmagasiner le plus d'informations possibles sur les plantes.

Elle prit une grande inspiration, ouvrit la porte de sa chambre et descendit à pas feutrés l'escalier qui menait sa chambre à la cuisine. Un pas, deux pas. Un funambule, voilà ce qu'elle était. Une acrobate sur une corde raide qui, au moindre geste mal fait, peut chuter dans de sombres profondeurs.

Elle était arrivée à la cuisine. Merlin, Tobias était là lui aussi. Il l'avait attendue, elle en était certaine. Il ne se levait jamais aussi tard, l'été il profitait des jours longs pour aller voir le lever du soleil.
Elle s'installa, sans lui adresser un regard ou une parole. Ses mains tremblaient, aussi elle les dissimula sous la table.

Long silence. On n'entendait que le bruit de ses mastications.

- Lydia...

*Pas mon prénom, s'il te plaît, pas mon prénom.* Elle avait peur de ce qu'il allait lui dire. Les tremblements de ses mains s'intensifièrent même si elle faisait tout pour les cacher.

- Tu ne veux pas me parler, je vois.

*Pas te parler, pas te voir, plus me voir, plus exister.* C'étaient tous ses désirs et ils étaient tous irréalisables.

- Sache que je pense qu'il y a eu un malentendu. Nous vivons des temps troublés et j'aurais dû t'en parler plus tôt, effectivement.

Ses yeux s'écarquillèrent. Il faisait des aveux ? Des excuses ?

- Cependant, j'ai fait tout cela pour votre bien, à Colombe et toi. Tu es en sécurité avec moi. D'ailleurs je continuerai toujours de vous protéger et si le Conseil des Sorciers m'approche, je t'avoue que je ne refuserais pas un poste. Les animaux ont besoin de moi et vous aussi. Je ne serai jamais un rebelle.

- Tu seras à jamais qu'un lâche plutôt.

Aucune larme n'était apparue dans ses yeux. Ils étaient plus glacés que jamais. Si elle foudroyait une personne du regard, nul doute que celle-ci se transformerait à jamais en glaçon.

Elle se leva, prit la direction de l'entrée et attrapa sa veste. Elle sortit et commença à courir, courir à en perdre haleine pour aller chez Marguerite.

Un coeur brisé se panse, se soigne dans la limite du possible. Des cicatrices restent toujours visibles, toujours profondes. Son père avait créé une entaille, une blessure.

- Lydia ! entendit-elle au loin.

Elle lutta contre les larmes. Elle ne cèderai pas, elle tiendrai aussi longtemps que possible. Et pour l'heure, elle partait se réfugier chez sa grand-mère. La jeune fille espérait trouver là-bas des bras qui l'enlaceraient. Une voix douce qui lui parlerait. Elle voulait s'abriter, loin de son père, loin de celui qui lui entaillait le cœur.

Loin de ses sombres démons.

#5d9686
Préfète inRP & Purée-en-chef HRP - Bad, on your left !
faire une perle d'une larme