Inscription
Connexion

9 oct. 2019, 22:49
Les esprits farceurs  avec Aliénor Delphillia 
@Alienor Delphillia


Trop ! Cette fois, c'était trop. Peeves allait le payer ! Trempé jusqu'aux os, Kevin regagna sa salle commune  au pas de course, non sans émettre quelques jurons à voix haute en direction de l'esprit frappeur. Malgré la chaleur estivale, les couloirs du château restaient maintenus aux frais grâce notamment au manque d'ouverture. D'ordinaire, il aurait trouvé la fraîcheur agréable, ça l'été beaucoup moins en cet instant. Car en plus d'être trempé, le jeune sorcier était à présent frigorifié et ne rêvait que d'une chose : prendre une bonne douche chaude !

En arrivant dans le petit salon, Kevin trouva la pièce relativement vide. En effet, seuls les nés-moldus et quelques sang-mêlés étaient restés pour les grandes vacances. Kevin faisait parti de ceux-là. Les parents du jeune sorcier avaient jugé bon qu'il reste à l'école. Poudlard étant probablement l'endroit le plus sûr au monde. Mais pour combien de temps encore ? Le contexte actuel étant suffisamment délicat pour affirmer que ce serait toujours le cas. Kevin avait finit par accepter la décision de ses parents. Et bien que sa famille lui manque, il ne souhaitait absolument pas leur faire courir le moindre risque. Pour se rassurer, il se disait qu'il les retrouverait bientôt. Et puis, il ne risquait pas de s'ennuyer ici !

Se dirigeant vers les dortoirs, il aperçut Aliénor, affalée sur un des canapés moelleux du salon. Alors que la plupart des élèves préféraient profiter du soleil pour traîner dans le parc, la fillette semblait absorber par une tâche obscure. Elle devait encore être en train d'élaborer un de ses plans machiavélique. La brune se redressa en l'entendant arriver. Pas étonnant, il devait faire un barouf infernal. Le flic floc de ses chaussures gorgées d'eau l'empêchait de passer inaperçu.

" Tu fais quoi toute seule dans ton coin ? " la questionna Kevin en souriant, oubliant un instant sa récente mésaventure. Puis se rendant compte que son apparence pouvait être source de curiosité, il ajouta d'un air renfrogné  : " Si tu te demandes pourquoi je suis dans un tel état, non je ne reviens pas d'une baignade dans le lac. C'est Peeves qui m'a fait un sale coup ! "

Devant l'air interrogateur de son amie, il lui résuma rapidement la crasse que venait de lui faire l'esprit frappeur.

*C'était en revenant de la volière, au détour d'un couloir au troisième étage. Il était là, terré dans un coin, attendant sa prochaine victime. Le jeune Gilway aprrochant , plongé dans ses pensées, les yeux rivés sur ses pieds, ne sentit pas le danger le guetter. Peeves, un sceau remplit d'eau glacée dans les mains, se tenait lui prêt à bondir sur sa proie. Profitant de l'obscurité et du calme annonciateur de mauvais présage, il jaillit de derrière une armure et vida le contenu sur le pauvre innocent. Kevin n'eut pas le temps de voir l'assaillant que déjà le plaisantin s'était envolé. Seul un rire glaçant, reconnaissable entre mille ne laissait aucun doute possible sur l'identité de l'agresseur. PEEVES !*

" Je te jure, j'en peux plus ! Il se croit invincible mais il doit bien y avoir un moyen de le coincer et de lui rendre la monnaie de son gallion ! "

Kevin laissa Aliénor en pleine réflexion, puis fila en vitesse dans son dortoir où une bonne douche chaude l'attendait.

4ème année RP, Poufsouffle
*Ce qui compte, ce n’est pas la naissance, mais ce que l’on devient* Albus Dumbledore

10 oct. 2019, 09:38
Les esprits farceurs  avec Aliénor Delphillia 
Passer ses vacances à Poudlard. N’importe qui aurait pu penser que c’était l’éclate, qu’on découvrait des endroits insoupçonnés, qu’on faisait de la magie comme on voulait, mais ça restait une école… Et qui veut passer ses vacances dans une école ? Personne ! Surtout que Rusard le vieux fantôme n’en profitait pas pour aller aux Bahamas. Ni Peeves d’ailleurs. Avec le nombre d’élèves réduit, il devenait insupportable. Aliénor l’avait croisé une dizaine de fois en 2 jours et une fois sur deux il lui faisait des crasses. Comme lui envoyer des bonbons explosifs, déraciner les mandragores de la serre pour qu’elles crient toutes ensembles, ou même juste passer et nous tirer la langue. Aliénor n’en pouvait plus de ce fantôme de malheur. Du coup elle s’était réfugiée en salle commune.

La salle commune elle aussi était d’un calme saisissant comparé à l’agitation et la chaleur habituelle. Du coup Aliénor avait pu s’installer dans un de ses fauteuils confortables ou les coussins vous engloutissent presque comme des filets du diable. Qu’es ce qu’on est bien dans ses fauteuils. Sur son parchemin, Aliénor regardait son progrès en sortilège depuis le début de ses révisions estivales. Et oui, Aliénor avait décidé de se remettre à niveau en sortilèges, comme quoi rester dans une école ça force à travailler.

Mais alors qu’elle était plongée dans ses notes, quelqu’un franchit la porte accompagné d’un *scouik scouik* incessant. Aliénor fit un effort surhumain pour se défaire de l’emprise des coussins et voir qui faisait un tel bruit. Elle reconnut immédiatement Kévin trempé jusqu’aux os. Alors qu’il lui demandait ce qu’elle faisait, son regard se promenait de haut en bas. Pourquoi diable était-il dans cet état ? Et visiblement sa tête démontrait parfaitement le font de sa pensée vu qu’elle n’eut pas besoin de poser la question pour qu’il lui réponde.

Quand elle entendit le nom de Peeves, Aliénor fronça les sourcils en prenant une profonde inspiration. Elle savait bien qu’elle n’était pas la seule à subir ses lubies… Elle écouta le récit de Kévin et son sang ne fit qu’un tour. C’était trop, on ne pouvait pas laisser se fantôme sévir plus longtemps. Aléinor posa ses fiches sur la table basse alors que Kévin était déjà parti prendre une douche. Elle s’extirpa de son canapé et remontée comme une horloge elle fonça vers la porte de la salle commune.

-Je vais me le faire cet esprit de malheur, il va voir à qui il s’en est pris celui-là ! Il y en a marre.

Il était certain que la moitié du château avait entendu Aliénor. Elle était à bout, si ce fichu esprit frappeur ne voulait pas les laisser tranquille, elle allait lui montrer qu’il ne faisait pas sa loi non plus. Elle sortit de la salle commune comme une furie. On ne se prenait pas aux camarades d’Aliénor sans en voir les conséquences. Les poings serrés, elle hurlait le nom de Peeves dans le château. Il avait intérêt à se montrer ce lâche. Ses pas martelaient le sol et quelques élèves alertés par les hurlements observaient la fillette de loin, ne souhaitant pas se prendre une baffe par accident.

Kévin n’aurait pas de mal à la retrouver au vu du raffut qu’elle faisait et des quelques témoins de cette scène. Mais elle ne pouvait pas l’attendre sagement, il en était hors de question. C’était maintenant ou jamais.

Arrivée dans les grands escaliers mouvants de Poulard la fillette s’époumonait toujours appelant Peeves désespérément.

-Espèce de lâche montre-toi ! Finalement tu te planque plus que ce que tu ne fais de farces ! PEEVES !

Elle commença à monter les escaliers en criant et regardant autour d’elle, hors de question que de passer à côté de lui sans le voir, ce serait un comble.

Batteuse des Hel's
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 5ème année RP, Poufsouffle

23 oct. 2019, 23:21
Les esprits farceurs  avec Aliénor Delphillia 
La chaleur de la douche fît un bien fou au jeune sorcier. Plongé dans ses penses, Kevin laissa couler l'eau abondamment sur sa peau, lui permettant de décompresser et de reprendre ses esprits suite à sa mésaventure avec Peeves Il avait toujours aimé prendre sa douche très chaude, plus par plaisir que par réelle nécessité. Ce fût lorsque la buée devint trop importante qu'il jugea qu'il était temps d'en sortir. Le Poufsouffle enfila de nouveaux vêtements secs et mis ceux trempés dans la panière de linge sale posée au pied de son lit.

Rasséréné, le brun décida de retourner en salle commune afin de retrouver Ali. Kevin descendit les escaliers puis entra dans la pièce, s'attendant à trouver sa camarade dans la même posture, c'est-à-dire en train d'étudier. L'incompatibilité de la situation fît sourire le garçon, car Aliénor n'était pas ce qu'on pouvait appeler une élève studieuse. Malheureusement, l'endroit était encore plus désertique que lorsqu'il l'avait quitté. Un masque de déception se dessina sur son visage. Certes elle ne le lui avait pas dit clairement, mais il était prévu qu'ils se retrouvent après la douche. Il se demanda alors où elle était partie. Peut-être était-elle simplement aller déposer ses affaires dans son dortoir et qu'elle serait vite de retour. Le jeune sorcier s'assit donc dans un fauteuil, et se mit à l'attendre. Mais après un bon quart d'heure à patienter, toujours personne.

Tant pis, il n'allait pas rester là à l'attendre indéfiniment. Le Poufsouffle quitta sa salle commune et prit directement le premier couloir à droite en direction des escaliers. Kevin arriva sur le perron du première étage lorsqu'il entendit crier. Ou plutôt hurler après quelqu'un. La voix paraissait proche pourtant, le jeune sorcier avait beau lever les yeux et chercher d'où elle provenait, il ne vit personne. Intrigué, il grimpa les escaliers en suivant les cris. Plus il s'approchait et plus cette voix lui semblait familière. *On dirait... Non ce n'est quand même pas Aliénor ?! Mais pourquoi hurle t-elle ? Tout le château doit l'entendre !*

Soudain, une autre voix se mêla à la première. Un échange de paroles véhémentes parvint aux oreilles de Kevin. La deuxième voix, comment ne pas la reconnaître était celle de Peeves ! Le Poufsouffle se mit alors à accélérer. Le bougre allait certainement s'en prendre à elle ! Il se devait de l'en empêcher. ! Bien que son amie s'était indignée lorsqu'il lui avait raconté sa mésaventure, rien n'avait laissé présager qu'elle irait jusqu'à rendre justice elle-même. Et ainsi, se jeter dans la gueule du loup, c'était complètement idiot !

C'est en arrivant quasiment à hauteur du quatrième étage que les escaliers décidèrent de n'en faire qu'à leur tête. " Vous choisissez bien votre moment vous ! " les sermonna t-il dans le vent. Kevin pesta en prenant malgré-lui le couloir opposé. Ne remerciant pas les escaliers pour l'avoir retardé, le jeune sorcier se mit à courir. Cette fois le vacarme se rapprochait. Des bruits de ferrailles comme une armure qu'on tombe, un nouveau cri... Puis, plus rien. Le silence.

Un dernier tournant amena Kevin sur les lieux du carnage quand...

4ème année RP, Poufsouffle
*Ce qui compte, ce n’est pas la naissance, mais ce que l’on devient* Albus Dumbledore

24 oct. 2019, 11:37
Les esprits farceurs  avec Aliénor Delphillia 
Un rire répondit à la fillette venant d’un couloir. Elle bifurqua d’un coup pour aller à la rencontre de ce rire qui ne pouvait qu’appartenir à ce fichu esprit frappeur. Les poings serrés, elle voulait en découdre. Elle ne tenait plus. Elle le vit à l’angle du couloir. Elle accéléra la cadence le regard fixe sur sa cible. Maintenant qu’elle l’avait trouvé, elle n’allait plus le lâcher, s’en était hors de question. Elle avait dépensé trop d’énergie pour le trouver. Mais la colère lui donnait comme une second souffle, elle était innépuisable.

-Viens là de suite ! On doit parler tous les deux.

Un nouveau rire quand soudain, des bavboules lui arrivait dessus. *Quoi ?* Elle se jeta sur le côté pour éviter les projectiles. Il jouait encore avec elle ce fou ! Il lui balançait vraiment des bavboules dessus ? Mais c’est pas comme ça qu’on joue non ? Elle se releva et se prit une bavboule dans l’épaule au même moment. Mais c’est que ça faisait mal ses trucs quand même. Et le pire c’est qu’il se croyait drôle ? Elle se retrouvait à se battre face à des bavboules volantes et c’était censé être drôle ? Non ben non ! Quoi que, vu de l’extérieur…. Non ! Elle courut en essayant d’éviter les projectiles, slalomant dans le couloir. Elle s’en prit quelques-unes au passage et certaines explosaient au sol giclant sur ses chaussures. Elle était en rage, ce petit jeu n’avait que trop duré. Elle allait aussi vite qu’elle pouvait, il allait l’entendre. Du moins plus que tout le reste du château qui devait avoir entendu sa voix un peu partout.

-Peeves arrête ça de suite !

Elle l’eut enfin en ligne de mire, elle se mit à courir aussi vite qu’elle le pouvait. En lui criant de rester là où il était. Il bifurqua et Aliénor tenta de le suivre mais elle tomba face à une armure bien positionnée. Elle n’eut pas le temps de ralentir et se prit l’armure de plein fouet. Elle tomba en l’emportant dans sa chute et se retrouva au sol entourée de bouts d’armure alors qu’un nouveau rire se fit entendre avant que l’esprit fasse passer une main à travers le mur pour narguer la fillette. Elle cria de rage avant qu’il ne s’en aille pour de bon.

-J’aurais ta peau Peeves, parole de Delphillia !

Elle s’agitait sur le sol et envoya au loin le casque de l’armure qui lui était tombé sur le ventre. Elle laissa tomber ses bras en croix et sa tête en arrière reposant sur le buste de l’armure. En même temps traquer Peeves, quelle idée… On attrape pas un fantôme. Sa course dans le château l’avait fatigué, mais elle voulait en découdre, elle aura sa vengeance, c’était certain. Elle ferma les yeux et souffla pour essayer de calmer son rythme cardiaque. Au moins ça lui faisait un entrainement physique… Toujours ça de pris.

Batteuse des Hel's
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 5ème année RP, Poufsouffle

12 mars 2020, 14:40
Les esprits farceurs  avec Aliénor Delphillia 
La scène qui lui faisait face était pour le moins cocasse. Pourtant, aucun rictus ne sortit de la bouche de l'adolescent. Il accourut et s'agenouilla auprès de son amie qui reposait au milieu des décombres de l'armure. À première vue, elle ne paraissait pas blessée, seulement éreintée. Sur son visage, se lisait toute la colère qu'elle vouait envers l'auteur de ce carnage. Peeves !

" Ça va ? Rien de cassé ? " s'empressa de lui demander Kevin, inquiet. Son regard se posa sur les morceaux de ferraille éparpillés sur le sol. Que de dégâts ! Le brun se redressa puis tendit la main à Aliénor pour l'aider à se relever. " Ne restons pas là, il pourrait rappliquer. " L'envie de faire payer à Peeves ces farces on ne peut plus grotesques ne manquait pas, mais ce n'était pas le moment, pas encore. Ils devaient se calmer déjà, et mettre au point une stratégie.  Kevin s'apprêta à faire demi-tour et quitter les lieux. " Attends, on va pas laisser ça comme ça. " Le Poufsouffle sortit sa baguette et lança un Reparo. Aussitôt, l'armure retrouva sa posture d'ornement, se fondant parfaitement dans le cadre, comme avant leur passage. " C'est bon, on s'en va. "

******

De retour en salle commune, Kevin entreprit de tourner en rond, comme pour mieux réfléchir. Sans dire un mot et plongé dans ses pensées, il écoutait son amie lui compter sa mésaventure. Le deuxième année ne parvenait toujours pas à comprendre pourquoi elle était partie l'affronter seule, sur un coup de tête. C'était la meilleure manière de récolter un cuisant échec. Jamais ils n'atteindraient Peeves en l'attaquant de front. C'était un esprit malin, rusé. " Il nous faut un plan. " Ses pas cessèrent et son corps se tourna vers Aliénor. " Oui, si on veut pouvoir se venger, il nous faut un plan, en béton même. Parvenir à créer comme une sorte de... de diversion. " Les yeux du garçon s'illuminaient à mesure qu'il parlait tandis que sa main droite grattait l'arrière de son crâne. Il observa la réaction de la fillette. Bien sûr, il lui en voulait un petit peu d'être partie, tête baissée pour affronter l'esprit frappeur. Mais au fond, il voyait aussi son geste comme une sorte de preuve d'amitié. " Alors, tu en penses quoi Ali ? "

Désolé pour cet affreux retard @Alienor Delphillia

4ème année RP, Poufsouffle
*Ce qui compte, ce n’est pas la naissance, mais ce que l’on devient* Albus Dumbledore

15 mars 2020, 11:33
Les esprits farceurs  avec Aliénor Delphillia 
Les yeux mi-clos, la respiration qui reprenait doucement la normale, elle entendit des pas s’approcher d’elle dans le couloir. Certainement que quelqu’un l’avait entendu, elle n’était pas des plus discrètes. Mais si c’était un professeur, le mieux serait certainement de faire la morte. Elle ferma alors totalement les yeux et fit tout pour ne pas bouger d’un pouce. Mais la voix qui lui parvint n’était pas celle d’un professeur bien au contraire. Elle ouvrit un œil pour constater que Kévin était là devant elle. Elle soupira lourdement avant d’attraper la main du garçon pour se relever.

-Ça va, ça va.

Elle se frotta un peu la nuque et le dos, mais elle allait bine en soi, elle en avait déjà vu d’autres. Elle observa les dégâts qu’elle avait fait et ramena au près du reste de la statue le casque qu’elle avait balancé un peu plus loin. Kévin avait raison, ils feraient mieux de partir. Elle fit demi-tour dans le couloir et commença à avancer. Kévin entreprit de réparer l’armure ce qui n’était pas du luxe. Aliénor le laissa faire en observant à peine sa manœuvre de loin puis une fois qu’il l’eut rejoint ils partirent en salle commune. Aliénor était toujours un peu agacée par le comportement de cet esprit. Il se croyait tout permis et c’était très agaçant.

Une fois au calme dans la salle commune de Poufsouffle, Aliénor se laissa tomber sur un canapé tandis que son ami tournait en rond comme un lion en cage. La fillette arqua un sourcil en le regardant marcher sans aller nulle part. Elle laissa tomber sa tête en arrière alors que Kévin eut comme une illumination. Aliénor l’écouta, son regard se promenant sur le plafond.

-Ouais un plan… De manière générale je suis assez forte pour faire diversion. On pourrait l’enfermer dans une pièce ? Non, c’est en fantôme, en fait il faudrait qu’il en bave au moins autant que nous. Comme un duel de farceurs.


Aliénor redressa la tête pour regarder son camarade qui visiblement avait calmé ses jambes. La troisième année en avait créé des plans, mais la plupart avaient été de vrais échecs, cuisants. Mais peut-être qu’avec l’aide de Kévin, elle pourrait y arriver, qui sait ?

-On pourrait le traquer toute la journée et réparer toutes les farces qu’il fait derrière lui, ou alors faire en sort que ce vieux fantôme de Rusard lui tombe dessus, ou alors faire des farces encore plus folles que lui ? Ou le suivre toute la journée en lui lançant des trucs dessus.

Au moins ça allait occuper ses journées, mais c’était un peu complexe de suivre un fantôme qui pouvait passer les murs. Aliénor n’était pas très sûre d’elle pour le coup.

-Tu pensais à un truc en particulier toi ?


Elle espérait vraiment que le brun avait plus d’idées qu’elle sinon Peeves allait vite gagner, et ça, c’était hors de question !

Batteuse des Hel's
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 5ème année RP, Poufsouffle

18 mars 2020, 15:48
Les esprits farceurs  avec Aliénor Delphillia 
À son tour, Kevin écouta attentivement les propositions d'Aliénor. " Un duel de farceurs ?! C'est une excellente idée. " souligna t-il avec enthousiasme. L'attrait d'une lutte face à l'esprit frappeur était particulièrement alléchante. Dans sa tête, il n'avait pas simplement la vision d'un duel classique, mais plus d'une suite de batailles stratégiques où seul le plus roublard sortirait vainqueur. Bien sûr, cela s'annonçait difficile de coincer Peeves à son propre jeu, mais ils avaient l'avantage d'être deux contrairement à leur adversaire. Kevin croisa le regard de son acolyte. Ils en avaient partagés des sottises et autres farces mais jusqu'ici, c'était toujours l'un envers l'autre. Pourtant aujourd'hui, les deux adolescents allaient devoir s'associer, se faire confiance et faire preuve d'une grande complicité s'ils voulaient obtenir leur vengeance.

" Le traquer ? Non, c'est une perte de temps. L'attaquer de front ? C'est peine perdue, il finira par se sauver. " Le garçon marmonnait en même temps qu'Aliénor exposait ses idées. Réticent dans un premier temps à cette approche qu'il jugeait trop directe. Il se dit après réflexion que ce n'était peut-être pas une si mauvaise stratégie. Cela montrerait clairement à Peeves qu'ils n'avaient pas peur et qu'ils lui déclaraient ouvertement la guerre.

" Peeves est un esprit malin, rusé et sûr de lui. Pour autant, il fait preuve parfois d'orgueil et se montre capricieux quand les choses ne tournent pas en sa faveur. Il faut qu'on parvienne à capter son attention, à l'attirer dans nos filets. Que dirais-tu de lui écrire une lettre de façon anonyme pour lui donner rendez-vous. Cela éveillerait sa curiosité... Par exemple, dans les toilettes abandonnés, du deuxième étage. À son arrivée, on lui tombe dessus avec une multitude d'objets qu'on lui lancera en pleine face. En riant de manière diabolique. À sa façon, en quelque sorte, en imitant sa signature. Voilà qui aurait de quoi l'énerver. Et s'il s'énerve et perde le contrôle. Il baissera sa garde et se montrera vulnérable à nos prochaines attaques. "

Car ce n'était là que la première ébauche d'une stratégie à plus ou moins long terme. Le Poufsouffle avait exposé son plan de manière naturelle avec une éloquence qu'il ne se soupçonnait pas. Les yeux frétillants d'excitation en s'imaginant déjà Peeves tomber dans leur piège. Le troisième année se sentait pousser des ailes, fier, et était certain que sa manœuvre ne comportait aucune faille. Le seul risque était que l'esprit frappeur ne se pointe tout simplement pas au rendez-vous. C'est pourquoi, ils devaient trouver les mots juste afin de le convaincre de venir. Le brun entreprit de s'asseoir dans un fauteuil faisant face à Aliénor. Attendant qu'elle valide ou non ses paroles.

4ème année RP, Poufsouffle
*Ce qui compte, ce n’est pas la naissance, mais ce que l’on devient* Albus Dumbledore

23 mars 2020, 09:50
Les esprits farceurs  avec Aliénor Delphillia 
Les deux jeunes gens avaient les cerveaux qui travaillaient à vive allure, comme si tout cette folie réveillait en eux une intelligence non-soupçonnée. Une sorte de malice ou de ruse que l’on octroie plus aisément aux Serpentards. Aliénor attrapa un ruban jaune qui trainait là afin de l’enrouler autour de ses doigts pour réfléchir en même temps que son ami. Elle écoutait attentivement ce qu’il disait bine plus attentivement qu’en cours ce qui pouvait être étrange. Peut-être que ce plan les intéressait tant par sa faculté à les sortir d’un ennui mortel.

-L’attirer pour pouvoir lui jouer un tour à sa façon, ça devrait toucher son égo en effet.

Aliénor leva les yeux de son ruban en le faisant toujours glisser de doigt en doigt. Elle observa son ami, ils devaient bien préparer leur coup car elle le savait, ce serait un marathon et pas un sprint. Mais ça Peeves l’ignorait. Il allait être comme un cactus qui pourrit parce qu’on l’a trop arrosé. Ile ne se rendra compte de rien sauf quand ce sera trop tard. La fillette se réjouissait à cette idée.

-Il faudra faire attention à la réplique ça m’étonnerait qu’il se laisse faire. Mais tu penses lui lancer quoi ? Je veux dire à part des chaussettes sales on n’a pas grand-chose sous la main.

Les yeux de la fillette se mirent à briller, lancer des chaussettes sales sur Peeves, surtout qu’il devait en avoir une bonne centaine si on rassemblait toutes les valises des élèves de Poufsouffle. Même seulement de ceux qui étaient restés. D’ailleurs la plupart laissaient des affaires ici. Une sorte d’attaque puérile mais tellement humiliante, un truc auquel même Peeves n’aurait pas pensé. Une attaque digne de moldus mais terriblement efficace.

-Tu crois que si on le fait venir et que quand il arrive il se prend des tas de chaussettes sales après il sentira mauvais quand même ? Oh je sens qu’on va s’amuser !

Elle avait juste à récupérer des chaussettes chez les filles, parce que oui contrairement aux croyances les filles aussi sentaient des pieds, et Kévin chez les garçons, un duo parfait ! Faire un gros tas, tout fourrer dans un gros sac ou sacrifier l’une de leur valise et tout balancer dans ce crétin de Peeves. Mais avant ils devaient lui faire une lettre convaincante. Aliénor attrapa son carnet et du parchemin sur la table qui était encore couverte de ses cours.

-Mais d’abord la lettre !

La fillette commença à gribouiller quelques mots. Elle était certaine que flatter l’égo de Peeves serait une bonne idée, il se douterait moins de quelque chose. Après tout elle venait d’hurler dans le château qu’elle allait le tuer, donc autant éviter de dévoiler son idénetité.
Cher grand esprit frappeur de Poudlard,

Je profite de ses temps calmes afin de vous partager mon amour, mon admiration pour vous. Vous êtes un vrai génie des conneries, de la farce et tout ce qui s’en rapproche de près ou de loin. A vrai dire, j’aurais besoin de votre aide, pour une farce à l’échelle de tout Poudlard, une humble idée qui pourrait devenir grandiose avec votre participation.
Aliénor redressa la tête de son carnet pour observer Kévin, elle était lancée, mais il avait certainement des idées aussi. Mais elle ne voulait pas perdre ce qu’elle était en train d’écrire et surtout de penser. Elle se reconcentra sur sa lettre trempant une nouvelle fois sa plume dans son encrier.
Je ne peut pas vous expliquer ce plan sur un papier, c’est trop risqué quelqu’un pourrait tomber dessus. Je vous propose donc de me rejoindre dans les toilettes abandonnées, demain à 15h. Je serais dans la troisième cabine.

J’ai besoin de votre grandeur, de vous pour ce plan. Je vous serai redevable.

Cordialement
Votre admirateur.
La fillette fit glisser son carnet vers Kévin ainsi que sa plume de paon. Un regard en coin, un petit sourire aux coins des lèvres, elle avait hâte que tout cela commence. Elle attrapa de nouveau son ruban attendant la réponse de Kévin. Ce soir elle récolterait des chaussettes sales et demain, elle humilierai Peeves.

Mots soulignés pour la compétition n°1 Au fil des mots

Batteuse des Hel's
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 5ème année RP, Poufsouffle

10 mai 2020, 14:37
Les esprits farceurs  avec Aliénor Delphillia 
La première phase de leur plan commençait à prendre forme. Aliénor valida ses propos, tout en ajoutant sa touche personnelle : Arroser Peeves de chaussettes sales. C'est vrai qu'ils n'avaient pas vraiment grand chose sous la main, c'est pourquoi les chaussettes feraient parfaitement l'affaire. Une farce puérile et humiliante à la fois. Voilà qui ne manquerait pas d'irriter au plus haut point l'esprit frappeur ! Juste ce qu'il leur fallait. Rien qu'à l'idée, Kevin s'en amusait déjà. " Je valide à cent pourcent le lancer de chaussettes sales. " glissa t-il malicieusement.

Piaffant d’impatience et d'excitation, le troisième année ne tenait plus en place, sautillant dans toute la pièce en imaginant la scène, tandis qu'Aliénor faisait preuve d'un calme olympien. Les rôles étaient inversés, pour une fois. La fillette, plume en main, s'affairait déjà à sa nouvelle tache. " Oui, commençons par le commencement. " approuva Kevin en s'asseyant à côté de son amie. Silencieux afin de la laisser se concentrer, l'adolescent ne pouvait néanmoins s'empêcher de jeter quelques regards curieux, bien qu'il ne put déchiffrer quoi que ce soit de sa position de biais. Une fois terminée, Aliénor tendit fièrement son carnet au garçon qui parcouru la lettre d'une traite.

" Rien à redire, elle est parfaite. Si avec ça, il ne se pointe pas, je n'y comprends rien. " Lieu de rendez-vous et horaire fixés, il ne restait plus qu'aux deux protagonistes à faire le plein de chaussettes sales. Enfin presque. " Ah j'oubliais, il faudrait trouver un endroit où coller la lettre afin d'être sûr que Peeves soit le seul à tomber dessus. " dit le garçon en se levant du canapé. En y réfléchissant, ce n'était pas chose si évidente, mais il était certain qu'Aliénor trouverait l'emplacement idéal. Son amie ne manquait jamais d'ingéniosité. " Tu t'en charges ? Moi, je vais faire le plein de chaussettes, je devrais trouver mon bonheur dans les dortoirs. " Monté sur ressort, l'adolescent déguerpit sans crier gare en direction des dortoirs.

Malgré le départ d'une grande majorité de ses camarades pour les vacances, Kevin réussit à former en un rien de temps une jolie pile de chaussettes sales qui trainaient ça et là dans le dortoir. Pour le coup, il pouvait remercier certains de ses camarades, Calum et Chems en tête, pour ne pas les nommer, de laisser traîner leurs affaires de manière ostentatoire. Se promettant de les ramener à leurs divers propriétaires, le jeune sorcier glissa sa récolte fructueuse dans une minuscule poche extensible. Fier de son butin, Kevin retrouva sa complice dans la Grande Salle pour le repas du soir, qu'ils avalèrent rapidement. Ce soir-là, les deux adolescents terminèrent de peaufiner leur plan dans les moindres détails.

**********

Le lendemain - 14h55
Toilettes abandonnés


Opération commando. Discrétion maximale. Fort heureusement, les couloirs du deuxième étage se trouvaient être relativement vide en cette période. Les deux Poufsouffle n'eurent ainsi aucun mal à atteindre l'entrée des toilettes abandonnés sans être repérés. Une fois à l'intérieur, Kevin et Aliénor répétèrent une dernière fois ce qu'ils avaient à faire, tout en se répartissant leurs munitions de manière équitable. Puis chacun se plaça dans une des cabines adjacentes à la troisième, avant d'attendre l'arrivée de leur victime. Le temps paraissait s'étirer, se figer, rendant l'attente interminable. Seul le goutte à goutte d'un robinet défectueux rendait compte des secondes qui s’égrenaient. Le cœur du Poufsouffle battait d'excitation, et d'angoisse aussi.

Après tout, Peeves n'allait peut-être pas se pointer finalement. Prit d'impatience, Kevin se risqua à chuchoter. " Qu'est-ce qu'il fff... ? " lorsque la voix de l'esprit frappeur raisonna comme un clairon, annonçant son arrivée imminente. Pile à l'heure ? À sa voir chantante, il paraissait d'humeur joyeuse, ne se doutant probablement de rien. La fin de la phrase du jeune sorcier fila entre ses lèvres en un sifflement inaudible. Il retint sa respiration, prêt à agir.

Peeves déchanta rapidement et se mit soudainement à râler d'indignation. Sans doute excédé de trouver le lieu de rendez-vous désert. Qui diable avait pu lui poser un lapin ? Déstabilisé, l'esprit frappeur était en train de baisser sa garde. C'était le moment. En guise de signal pour Aliénor, Kevin brandit sa baguette en direction de la paroi de la cabine et s'écria : " Bombarda ! " Une explosion retentit, faisant partir en fumée les minces parois en bois. Profitant de l'effet de surprise, Kevin se munit d'une pleine poignée de chaussettes, prêt à armer...

4ème année RP, Poufsouffle
*Ce qui compte, ce n’est pas la naissance, mais ce que l’on devient* Albus Dumbledore

11 mai 2020, 11:22
Les esprits farceurs  avec Aliénor Delphillia 
Le ruban enroulé autour de ses doigts, le sourire de la jeune fille s’élargit quand son camarade approuva sa lettre. Elle n’était pas peu fière d’elle mais Kévin souleva un point d’une importance capitale. Oui il fallait mettre ça quelque part de manière à ce que Peeves tombe dessus. Aliénor se laissa tomber dans le canapé se laissant avaler par le moelleux de celui-ci. Elle soupira passant en revue les endroits où ce fichu esprit pouvait passer. Elle passa le ruban sur ses lèvres quand soudain elle eut un éclair de génie. Si elle le plaçait sur la porte du bureau de Rusard, il le verrait certainement, c’était obligé. Après tout le plus grand farceur doit connaitre l’adage, soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis. C’était parfait elle en était certaine. Alors que Kévin avait déjà déguerpi dans les dortoirs des garçons, Aliénor se leva pour aller accrocher sa lettre sur la porte du fantôme qui gardait Poudlard.

Elle retrouva son ami au diner où ils se voyaient déjà triomphant face à un esprit frappeur pris à son propre jeu. Cette scène allait être mémorable !

Le lendemain
Dans les toilettes abandonnés


Le lendemain, la jeune Delphillia était planquée dans une cabine des toilettes abandonnés, un sac rempli de chaussette sales. Son acolyte avait assuré, Peeves allait être humilié et cette fois-ci il n’allait pas s’en sortir si facilement. L’attente semblait interminable pour la Poufsouffle, mais elle savait que la discrétion était la clef, elle ne devait pas perdre patience, elle l’attendrait là toute la journée s’il le fallait, même si être enfermée ici ne lui plaisait pas, elle se rassurait en regardant le haut de la cabine qui n’était pas fermé.

C’est alors que la voix de l’esprit ce fit entendre. Aliénor sourit encore cachée derrière sa porte, il avait vu son message, elle aussi avait réussit sa partie du plan. Parfait. Avant qu’elle ne fasse quoi que ce soit, une explosion se fit entendre ce qui fit sursauter Aliénor. Elle ouvrit sa porte et ouvrit de grands yeux devant la porte à moitié en lambeaux derrière laquelle c’était caché son camarade juste avant. Et ben, il ne faut pas l’énerver le Kévin ! Aliénor sortit à son tour envoyant des chaussettes sur l’esprit qui évita la première puis la seconde, quand soudain le lavabo à côté de la fillette s’ouvrit en éclatant, en même temps vu son état de base…. Aliénor fut arrosée quand un autre robinet s’ouvrit puis encore un alors que des pleurs résonnaient dans la tuyauterie. Mimi Geignarde ? Ce n’est pas vrai…. Peeves éclata de son rire si particulièrement énervant avant de partir comme si de rien était. Aliénor, à moitié trempée lança une dernière chaussette qui s’éclata contre le mur des toilettes.

-Mais c’est pas vrai Peeves ! Raaa….

Aliénor se tourna ver le lavabo pour tenter de les fermer un par uns en pestant contre l’esprit qui venait une nouvelle fois de gagner une manche. Il était habile le bougre, elle n’avait même pas réussi à le toucher une fois. Et rendre triste Mimi pour qu’elle pète un câble et inonde ses toilettes… Il était malin le fourbe ! Une fois les robinets de son côté fermé Aliénor jeta un nouvelle chaussette au sol.

-Il m’énerve !

Elle faisait les cent pas dans la pièce essayant de comprendre comment ils avaient pu se faire avoir de la sorte. Ils avaient certainement sous-estimé l’esprit farceur de Poudlard… Mais si elle devait passer tout l’été à essayer elle le ferait. Elle essora un peu ses cheveux mouillés par l’attaque des robinets. C’était lamentable… Puis elle s’attela à récupérer les chaussettes des garçons éparpillés un peu partout dans la pièce.

-Peu importe combien de fois, on va trouver un moyen pour lui faire payer.


Elle était prête à tout, son cerveau réfléchissait déjà à leur prochaine attaque, si Kévin la suivait bien entendu.

Batteuse des Hel's
J'ai plus de virilité dans mon petit doigt que toi dans tout ton corps.
Aliénor Delphillia 5ème année RP, Poufsouffle