Inscription
Connexion
7 févr. 2020, 11:43
Remise en question  PV : Naomi Bergsturm 
1er novembre au soir
Ce RP fait suite à cette aventure


Ce mois de novembre s'annonçait on ne peut plus mal. Comme si le fiasco du bal d'halloween n'avait pas suffit Kristen l'avait fait appelée après avoir été informée d'une attaque à l'encontre de Sainte Mangouste. La directrice avait demandé à seulement trois de ses professeurs de l'accompagner et la jeune professeure d'HdlM avait encore du mal à comprendre pourquoi elle avait été de la partie après ce qui s'était passé à peine quelques heures plus tôt.
Elle avait l'impression de pouvoir encore sentir l'odeur acre de la chaire brûlée... d'avoir encore sous les yeux la silhouette calcinée... Elle avait déjà vu des personnes qu'elle connaissait mourir sous ses yeux, subit les effet de sorts impardonnables, mais jamais à ce jour elle n'avait ainsi fait frôler la mort à une personne. Certes, cet élève appartenait à un groupe aux idées extrémistes pour le moins dangereuses, mais c'est en tentant de protéger l'une de ses camarades apparemment plus radicalisée que lui qu'il avait été sévèrement brûlé. Cela restait un élève... Son implication dans ce groupe était-elle excusable pour autant ? Il était jeune, mais Elina avait son âge quand elle avait rejoint les Conjurateurs. Elle ne pouvait le dédouaner en s'appuyant seulement sur sa jeunesse. Ces pensés tournaient en boucle dans sa tête depuis la fin du bal. Elle n'avait pas pu fermer l'oeil de la nuit.

Quant à Sainte Mangouste, elle n'était pas certaine que leur présence ait changé quoique ce soit. Elle avait tout juste réussit à ralentir l'effondrement du bâtiment pour qu'Amy puisse s'en extirper. Cela s'était fait de justesse. Même si Magdaléna et elle avaient pu évacuer une enfant, Elina ne parvenait pas à se concentrer sur cette petite victoire. Elles avaient assisté impuissantes aux ravages perpétrés dans Londres par les Obscurus et du même coup à la révélation du monde sorcier aux moldus. Elina avait l'impression de n'être qu'une brindille emportée par le courant. Elle détestait au plus haut point cette sensation d'impuissance.

A son retour à Poudlard la première chose qu'elle avait faite avait été de s'autoriser une longue douche brûlante pour retirer la crasse et la poussière qui lui collaient à la peau. Espérant ainsi occulter le fait qu'elle avait manqué de se trouver ensevelie sous les décombres de bâtiment à deux reprise en moins de 24 heures. Même si elle avait désormais fait disparaître les traces de ses dernières péripéties, son esprit ne s'était pas calmé pour autant. Elle avait donc finalement pris la direction de l'infirmerie pour prendre des nouvelles du jeune garçon qui avait été gravement brûlé. Les brûlures causées par un feu magique ne disparaîtrait jamais vraiment, mais elle voulait s'assurer au moins que ses jours n'étaient plus en danger. Elle ne pourrait jamais se pardonner d'avoir causé la mort d'un élève.

Quelques minutes plus tard, elle refermait la porte de l'infirmerie derrière elle. A son grand soulagement, l'infirmier lui avait assuré que l'état du jeune homme s'était stabilisé et qu'il était hors de danger. Cela n'enlevait cependant rien à ce qui s'était produit le soir d'halloween. A sa connaissance, aucun de ses collègues n'avait jamais blessé un élève de la sorte. Lorsqu'elle avait été nommée professeure, son jeune âge avait fait jaser. Elle n'y avait que peu prêté attention à l'époque et s'était efforcée de ne donner a personnes des raisons de douter de son professionnalisme. Aujourd'hui cependant, elle se demandait si elle n'était pas véritablement trop jeune pour ce poste. Avec un soupir elle s'adossa au mur le plus proche.

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤
11 févr. 2020, 07:05
Remise en question  PV : Naomi Bergsturm 
J'ai l'impression que le monde part en vrille. Je crois que je ne suis pas la seule. Au cours des générations, de l'Histoire, tous ont connu un moment où le monde donnait l'impression de ne plus aller. Chacun s'est dit "cette fois c'est grave" et tout est toujours revenu à la normale. Mais avant ce retour vers un monde en paix il y a toujours les morts, les combats, les conflits et le feu. Je ne veux pas connaitre ça. J'en suis si obnubilée que pour chaque tâche de que je commence j'oublie aussitôt sa finalité.

Je marche dans le château, mais je ne me souviens plus de ce que j'étais allée y chercher. Un coup d’œil à mon rappeltout me confirme que j'oublie bien quelque chose. Se balader dans les escaliers quand on a des douleurs aiguës à la jambe ça n'a vraiment rien d'une bonne idée. Je me sens si ridicule que quand un élève passe je préfère m'arrêter et le fixer continuellement jusqu'à ce qu'il sorte de mon champ de vision. J’espère ainsi leur inspirer la peur plutôt que le ridicule.

Je dois juste avoir l'air étrange. Mais c'est bien la seule chose qui me fait encore un peu rire, créer des réactions chez les élèves. Le problème c'est que les pauvres sont eux aussi tous perturbés, et que je ne veux pas leur faire trop peur non plus.

Et dire que nous ne sommes plus à l'abri dans Londres. Londres que j'aimais tant. Il faut absolument que je demande à mes parents ce qu'ils ont décidé pour leur logement. Continuer à vivre dans la capitale moldu est dangereux, mais je ne sais pas ce que penseront les villages sorciers d'accueillir un couple mixte.

Soudain je me souviens de ce que je faisais. Il n'y a, après-tout, pas grand nombre de raisons qui puissent me pousser à rentrer dans le château. Et cette raison-là a le mérite de ne pas se faire oublier ; l'infirmier. Enfin ce n'est pas tant l’infirmier qui ne se fait pas oublier que la douleur lancinante dans ma jambe.

Alors que j'arrive après moult peines dans le couloir de l'infirmerie mon regard se fige sur la personne adossée dans le couloir. "Elina ? Qu'est-ce que tu fais là ?"
Je fronce les sourcils, étonnée de la voir ici. Il me semblait qu'elle ne s'était rien blessée. Ce n'est pas que je m'inquiète c'est juste que... Je ne veux pas qu'il lui soit arrivé quelque chose. C'est la première fois que je la vois depuis la soirée je crois... première fois en seule à seule en tous cas. J'ai du mal à maîtriser les souvenirs d'elle qui affluent. Elle qui danse avec moi, puis elle qui sauve la situation par les flammes. Difficile de savoir quel comportement adopter maintenant...

"Noël célèbre la naissance de Jésus Christ, fils de Dieu, venu sur terre pour effacer les péchés du monde, mais il avait oublié sa gomme." Desproges
15 févr. 2020, 21:35
Remise en question  PV : Naomi Bergsturm 
La fraîcheur du mur dans son dos lui faisait du bien. Peut-être serait-elle frigorifiée d'ici quelques minutes, mais pour l'instant, cela lui donnait l'impression de lui rafraîchir un peu les idées. C'était une sensation bienvenue alors qu'elle sentait une nouvelle migraine magique poindre le bout de son nez. Elle avait trop puisé dans ces réserve ces dernières 24 heures sans parvenir à prendre un peu de repos. Avec le temps, ses migraines s'étaient faites plus rares. Presque un an s'était écoulé depuis sa captivité. Elle avait parfois l'impression que tout était revenu à la normal, mais les migraines finissaient toujours par se rappeler à son bon souvenir. Ce n'était rien cependant comparé à son état lorsqu'elle était revenue à Poudlard l'an passé après avoir échappé aux sept Lignées. Les migraines étaient alors quasi-continues. Elle avait du ingurgiter quantité de potions et passer un nombre incalculable d'heures à l'infirmerie, mais les migraines s'étaient espacées. Elle pouvait désormais compter ses crises sur une semaine sur les doigts d'une main.

Dans un geste devenu coutumier, elle vint masser ses tempes à l'aide de son index et son majeur. D'autre part, si elle ne s'était pas encore soucié de sa consommation de potion de sommeil sans rêves, celle-ci devenait préoccupante. Ces dernières années, elle avait progressivement augmentée sa consommation tandis que les effets de la potion se faisaient de moins en moins sentir. Elle avait pourtant conscience du côté addictif de la potion, mais elle avait préféré cela aux insomnies. Il devenait cependant de plus en plus nécessaire de trouver une alternative, un moyen quelconque de se passer de cette mixture. Elle avait les yeux à demi-clos lorsqu'elle entendit qu'on l'interpelait. Ouvrant brusquement les yeux, elle mis quelques secondes à retrouver pied dans la réalité.

« Naomi ? »

Elle laissa ses bras retomber le long de son corps, abandonnant son massage des tempes. La question met un peu de temps a se frayer un chemin dans l'esprit embrumé de la jeune professeure. Tandis que la réponse se forme dans son esprit elle se rembrunie.

« J'étais venue... prendre des nouvelles de l'élève brûlé. »

Ses premiers mots sont hésitant alors qu'elle libère la fin de sa phrase d'une traite comme pour s'en débarrasser au plus vite. Comme pour mettre ça derrière elle si tant est que ce soit aussi simple.

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤
17 févr. 2020, 07:19
Remise en question  PV : Naomi Bergsturm 
Bien sûr qu'elle est là pour ça. Pour quoi d'autre ? Je me souviens encore parfaitement de cet instant. Ce qu'il a fait en participant à cette attaque était impardonnable, mais il était loin de mériter un tel sort. Si il avait été un peu plus malin il aurait sauvé son collègue avec un sort plutôt qu'en se jetant dans les flammes à sa place.

J'aurais dû réagir plus vite à cet instant. Avoir le bon réflexe, le faire léviter ou éteindre les flammes. Faire quelque chose pour qu'il ne finisse pas dans les flammes, ou au moins sauver son collègue pour l'empêcher de le faire lui-même. Mais il y a tellement de choses que j'aurais dû faire... J'ai l'impression d'avoir été aussi utile ce soir là qu'un élève de première année ayant oublié sa baguette.
Tout était si inattendu, si rapide et dur à analyser, que j'ai perdu tout le sang froid qui me caractérise habituellement.

Cet élève je ne peux m'empêcher d'avoir de la peine pour lui. Je connais la douleur liée à la brûlure et son simple souvenir m'effraie. "douleur cuisante", l'adjectif a forcément été inventé par un farceur pour désigner ce genre de douleur. Même si je n'éprouve aucune sympathie pour les élèves qui ffichu le bordel hier, je ne peux m'empêcher de me demander comment il va. Je ne serais pas étonnée qu'il ait été laissé dans le coma, c'est encore la meilleure panière de l'empêcher de souffrir. Même les plus puissants antidouleurs n'efface pas tout. Ils n'effacent surtout pas la détresse de savoir que l'on va perdre une partie de soi. Quand les chairs sont brûlées, elles ne repoussent pas. Du moins pas avec les flammes de dragon. Avec ce feu-là je ne sais pas. Il a peut-être une chance de ne pas être défiguré.

Je devrais m’inquiéter pour ma collègue en premier lieu, mais je ne peux m'empêcher de demander ; "Comment va-t-il ?"
Et ensuite seulement j'ai réalisé comment elle devait se sentir. C'est dans son sort qu'il a chu. Pas par sa faute, mais il n'est pas impossible qu'elle se sente responsable. Le simple fait qu'elle est venue jusqu'ici pour prendre de ses nouvelles confirme bien qu'elle est soucieuse de lui. J’espère qu'elle ne sera pas renvoyée pour ça. Ce serait une grosse erreur que de la supprimer de nos rangs. Elle a géré la situation mieux que n'importe lequel d'entre nous. Sans elle j'aurais sans doute continué à lancer des expelliarmus un moment, et ça n'aurait pas suffi.

Je finis par ajouter ; "Et toi ça va ?"
La réponse est assez évidente. Comment se sentir bien après cette soirée ? Et pouvoir le dire à quelqu'un ne soulagera rien à ce qu'elle ressent, mais peut-être qu'en parler est meilleur que de se taire, même si j'ai du mal à me l'avouer.

"Noël célèbre la naissance de Jésus Christ, fils de Dieu, venu sur terre pour effacer les péchés du monde, mais il avait oublié sa gomme." Desproges
17 févr. 2020, 20:31
Remise en question  PV : Naomi Bergsturm 
Elle avait l'impression de voir le tourbillon des pensées de Naomi se refléter sur son visage. La réponse d'Elina semblait l'avoir plongé dans ses réflexions. Il est vrai que la professeure de botanique avait été la première au chevet de l'élève brûlé. Tout comme elle, Naomi avait pu constater l'étendue des dégâts. Si la peau pâle d'Elina le pouvait encore, elle aurait probablement pâli à la question de sa collègue. C'était une chose de mettre fin à l'existence néfaste de ces meurtriers de Wojkowick, s'en était une autre d'infliger de telles cicatrices à un élève trop bien conditionné.

« Son état est stable... Mais les brûlures ne disparaîtrons jamais complètement. »

La direction ne s'était pas encore prononcée sur les évènements de la veille. Kristen avait eu d'autres chats à fouetter. Elina était bien placée pour le savoir. Cependant, elle doutait que les choses en restent là. Les élèves impliqués dans l'attaque avaient tous été identifiés et des mesures seraient prises à leur encontre. Il y en aurait probablement aussi la concernant. Qu'un élève se trouve blessé gravement par sa faute était inexcusable pour un professeur, peu importe les circonstances. Elle accepterait la sentence, quelle qu'elle soit. Mais peut-être valait-il mieux qu'elle pose sa démission avant que celle-ci ne lui soit demandée. Lorsque Naomi lui demanda comment elle allait, elle ne pu que donner une réponse évasive.

« Je suppose... »

De fait, elle n'avait rien. Pas une égratignure. Mais comment réagiraient les élèves face à une professeure qu'ils auraient vu faire brûler un élève semblable à eux à peu de choses près ? Un professeur qui ne pouvait plus enseigner n'avait plus rien d'un professeur. De plus, il ne faisait aucun doute que dans le cas improbable où la direction passerait outre, les parents d'élèves feraient pression pour qu'elle quitte l'école s'ils avaient vent de cet incident. De fait, elle n'était même pas sure que ses collègues se sentent toujours à l'aise en sa présence. Elle ne pouvait pourtant pas rentrer à Londres. Elle avait une cible dessinée sur le dos. Restait la tour Ombreuse. Probablement l'endroit le plus sûr qu'il lui reste.

« Je pense que je ferais mieux de m'éloigner de Poudlard, au moins quelques temps... »

C'était là une honteuse minimisation de ce qu'elle pensait véritablement. Si elle quittait l'école, elle n'envisageait pas d'y revenir de si tôt.

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤
19 févr. 2020, 07:19
Remise en question  PV : Naomi Bergsturm 
Je suis rassurée de savoir que l'élève s'en sort bien. Les séquelles définitives le hanteront toute sa vie, tout comme l'erreur qu'il a commise de choisir la violence. Je me souviens encore de ce à quoi ressemblait son corps, et ce n'était pas joli à voir. J’espère au moins pour lui qu'il n'avait pas pour projet de devenir sportif de haut niveau. Enfin le seul espoir que j'ai c'est surtout que ce ne soit pas Elina qui soit hantée par l’événement. Elle ne mérite pas ça.

Ma jambe est parcourue de frissons douloureux au souvenir des conséquences de telles blessures.J'aurais vraiment aimé oublier hier. Ne pas avoir surtout, à en parler dès aujourd'hui. Elle est pourtant déjà la deuxième personne à qui je dois faire face. Après ça il y aura l'infirmier, une lettre à mes parents, à mes amis... Il faudrait que je puisse les voir de face. Cette semaine les cours sont banalisés, j'espère trouver le temps de les voir, au moins pas cheminée.

Misère. Elle veut s'éloigner de Poudlard. Sans elle j'ai peur pour nous. Sincèrement si elle n'avait pas été là le soir du bal les choses auraient pu tourner bien moins bien. Je n'arrive pas à lire ce que son visage exprime. Je n'arrive pas à savoir si elle a l'intention de partir pour prendre du temps pour elle, ou parce qu'elle a peur de ce qu'elle a fait. " T'éloigner quelque temps ? Juste après cet évènement et alors que tu es l'une de celles qui assurent le mieux la sécurité des élèves ? " Ce n'est pas un reproche. Cela sonne plutôt comme un réel étonnement. Je sais que le courage n'est pas la principale qualité des Poufsouffle mais tout de même...
" Si tu en as vraiment besoin, rien ne t'empêchera de partir. Mais si il te reste encore suffisamment d'altruisme, attends quelques mois avant de prendre du congé..."

Ah, qu'est-ce que je raconte moi ? A trop dire ce que je pense je finis par raconter des bêtises. Je ne peux pas la forcer à rester ici. Si elle a besoin de s’éloigner c'est mieux pour elle qu'elle le fasse. Je la retiens par peur de la voir ne pas revenir et par peur que l'équilibre du château ne s'effondre encore plus sans elle. Quel égoïsme. Quelle indignité... Je ne vaux pas mieux que ces élèves encapuchonnés. Eux au moins servent leur cause, ont le courage d'affronter plus fort qu'eux. Je suis juste bonne à me terrer derrière mes collègues. Mais bon, tant que j'ai mes plantes et ma paix, cela n'a pas vraiment d'importance que je perde mes qualités.

"Noël célèbre la naissance de Jésus Christ, fils de Dieu, venu sur terre pour effacer les péchés du monde, mais il avait oublié sa gomme." Desproges
19 févr. 2020, 11:03
Remise en question  PV : Naomi Bergsturm 
Elina ne pensait pas qu'il soit si surprenant qu'elle veuille prendre ses distances. Elle ne savait pas encore quelles sanctions seraient prises à son égard, mais elle ressentait déjà le changement dans l'attitude de certains élèves qu'elle croisait. Peut-être que l'évènement était trop récent, trop frais dans leur esprit, qu'ils feraient la part des choses avec le temps... mais elle ne pouvait pas en être sure. Le plus dur serait probablement qu'elle-même accepte ce qu'il s'était passé comme un malheureux concours de circonstances indépendant de sa volonté. Entendre Naomi lui parler d'altruisme fut la goutte qui fit déborder le vase. Elle avait toujours pris les autres en considération et c'était justement ce qui l'amenait à vouloir quitter Poudlard. Qu'est-ce que Naomi s'imaginait savoir d'elle au juste ? Son visage se durci et sa voix se fit incisive :

« "qui assurent le mieux la sécurité des élèves ?" En manquant de tuer l'un des élèves sur lesquels je suis supposée veiller ? Je ne pense pas que la direction ou les parents d'élèves soient de cet avis. S'il me reste "suffisamment d'altruisme" ? Qui es-tu pour venir me parler d'altruisme ? Qu'est-ce que tu en sais ? Si une sorcière de 19 ans est indispensable à la sécurité de ce château alors il y a bien du soucis à se faire. »

La jeune professeure fulminait. Entendre quelqu'un qui préférait la compagnie des plantes à celles des autres sorciers de cette école insinuer qu'elle manquait peut-être d'altruisme était un comble ! Elle s'était redressée sous le coup de la colère, se détachant du mur contre lequel elle était appuyée quelques instants plus tôt. Elle n'avait aucune envie d'en entendre plus. La jeune femme tourna les talons pour prendre la direction de ses appartement terminant sèchement par un :

« Bonne journée. »

Avant de commencer à s'éloigner à grandes enjambées décuplées par sa contrariété.

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤
20 févr. 2020, 19:13
Remise en question  PV : Naomi Bergsturm 
La réaction ne se fait pas attendre. Je crois que je n'ai pas choisi les bons mots... Je soupire bruyamment. Je ne suis décidément pas douée quand il s'agit de réconforter les autres. Ce n'est finalement pas si rare que je me retrouve à avoir des gens qui me crient dessus plutôt que de me sourire. Alice le faisait souvent, mais elle a fini par s'adapter. Ou alors c'est moi qui finissais par ne plus rien dire...

Je cherche le moment où j'ai dérapé, celui qui a déclenché l'avalanche. Je crois que c'est le mot "altruisme". Mon compliment sonnait comme un reproche, et elle n'a vu que le négatif. Je ne peux pas lui en vouloir, dans des moments comme ceux-ci ont ne voit que le noir, pas une once de blanc à l'horizon. La pauvre fille est bouleversée, mais bon, je n'aime tout de même pas qu'on me crie dessus.

Soudain quand je la vois me filer entre les doigts je suis prise d'un élan de jeNeSaisQuoi qui me fait l'attraper. J'ai un instant, en sentant sa peau glisser sous mes doigts, cru essayer d'attraper de la fumée. Mais voilà, je la tiens. Une pulsion qui me vaut un bel embarras. Mes yeux s'écarquillent, étonnés par mon propre geste. Et son poignet désormais serré entre mes doigts je la supplie en m'écriant ; "Attends..."

Si j'étais restée calme, si je n'avais pas été si bouleversée, je serais restée stoïque. Je l'aurais regardée partir avec nonchalance. Ca n'a jamais été à moi de m'excuser auprès des autres. Les seules paroles désolées que j'ai prononcées dans ma vie étaient réservées à des personnes de qui j'étais très proche. Mais là... je ne sais pas. Un moment de faiblesse sans doute, qui m'a poussé à quitter mon masque d'indifférence.

Choisir mes mots n'a jamais été aussi simple, les prononcer n'a jamais été aussi compliqué. Mon cœur se serre, enfin atteint par ses mots tranchants lorsque je la regarde dans les yeux. J'aimerais me confondre en excuses mais ma gorge trop serrée ne laisse rien passer d'autre que ; "Tu as raison..."

Je sais que je n'aurais que cet instant pour me rattraper, aussi je déglutis difficilement et prend sur moi. Je ne sais pas pourquoi cela m'importe, mais je ne suis pas apte à y réfléchir dans l'instant. J'affirme en priant qu'elle m'écoute : " Tu as raison, je ne suis personne pour parler d'altruisme. J'ai été trop lâche pour affronter mes propres peurs, je n'ai pas agis aussi vite que je l'aurais pu, et par ma faute un élève à été grièvement blessé dans les flammes. Si tu es responsable, alors je le suis au moins tout autant. "

"Noël célèbre la naissance de Jésus Christ, fils de Dieu, venu sur terre pour effacer les péchés du monde, mais il avait oublié sa gomme." Desproges
25 févr. 2020, 10:10
Remise en question  PV : Naomi Bergsturm 
L'esprit d'Elina était en ébullition. Elle se sentait encore plus mal qu'avant, si c'était possible. Elle n'éprouvait pas les mêmes remords pour les Wokjowick. Peut-être parce qu'elle avait connaissance de tous les meurtres qu'ils avaient perpétrés et la certitude que beaucoup d'autres suivraient tant qu'ils étaient en vie. Ils étaient si bestiaux qu'elle ne les considérait plus comme des humains à proprement parler. Cet élève était différent. Il était à la croisée des chemins. Il pouvait se reprendre tout comme tourner encore plus mal. Mais après ce qu'il lui était arrivé, de quel côté pencherait la balance ? Qu'est-ce que l'on attendais d'elle au juste ? Elle n'était pas capable de sauver tout le monde. Elle ne vivait pas dans cet univers idyllique. Elle se trouvait dans une situation ambiguë. Elle aurait voulu pouvoir protéger tout le monde, mais ne voulait pas que l'on attende ça d'elle car elle savait pertinamment que c'était impossible. Elle ne pouvait que décevoir ce genre d'attente. Le bal d'Halloween en était la preuve. Et pourtant l'on continuait à compter sur sa participation pour protéger l'école... Tout cela la menait à un niveau de frustration rarement atteint.

Alors que son esprit est déjà bien loin de ce couloir, il y est ramené de force tandis que l'on attrape son poignet pour la retenir. En se retournant, elle retrouve le visage de Naomi sans parvenir à définir les émotions qui transparaissent sur son visage. Elle n'est pas en état de vouloir déchiffrer les émotions des autres. Il faudrait pour cela qu'elle parvienne à calmer les siennes. Elina n'avait pas cherché à reporter la faute sur Naomi, mais elle ressentait en cet instant une vive répulsion face à cet espoir que elle, Elina, puisse influer sur le destin des élèves de Poudlard. Elle ressenti un picotement dans ses yeux, mais aucune larme ne coula sur son visage tendu.

« Je ne peux pas sauver tout le monde. Ça ne sert à rien d'attendre ça de moi. »

Elle n'avait pas honte de verser des larmes de joie, mais celles-ci ne seraient rien de plus qu'un aveu de faiblesse et ça, elle ne pouvait pas le tolérer. Devant qui que ce soit. Faire croire à sa faiblesse pour amener les autres à la sous-estimer était une chose, révéler ses véritables failles en était une autre.

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤
25 févr. 2020, 11:35
Remise en question  PV : Naomi Bergsturm 
Je sens qu'elle est calmée. La colère a laissé place à la... détresse ? J'ai du mal à savoir comment elle se sent. Les reflets dans ses yeux semblent crier qu'elle va pleurer. Si elle fait ça je vais perdre tous mes moyens ! Je ne suis vraiment pas douée pour ce qui est de réconforter les autres. Je peux à la rigueur servir de peluche pour les plus tactiles, mais je ne crois pas que nous soyons assez proches pour qu'elle veuille d'un câlin. Je suis donc censée me débrouiller avec des mots pour éviter les pleurs. J'essaye de choisir un ton doux et de faire preuve de tact ; "Personne n'oserait attendre d'une seule personne qu'elle soit chargée de la sécurité de tous. Sauf de Dieu, mais sans vouloir te vexer tu n'es pas tout à fait à son niveau."

Bon, faire de l'humour n'est peut-être pas judicieux mais cela permet à la conversation de prendre une tournure plus légère je crois. Avant de reprendre la parole pour essayer de me montrer un peu plus réconfortante je bouge un peu pour reprendre mes appuis. Ma jambe commence à sérieusement en avoir marre que je reste debout. Il ne faudra pas que j'oublie d'aller voir l'infirmier dès que nous en auront terminé.

Je crois que la petite à besoin d'entendre qu'on s'intéresse à sa santé à elle. Ce qui est vrai, son état m'importe, je ne sais juste pas l'exprimer. Elle doit penser que je la vois comme un garde ou une simple arme :
"Allons, et si tu prenais un peu de temps pour toi ? Je sais qu'on t'en demande beaucoup, et que c'est dur de ne pas s'oublier dans tout ça."

Cela me fait penser que je devrais peut-être prendre un jour de congé moi aussi. Aller voir James et Dom un week-end me ferait du bien, même si sortir de Poudlard est un peu compliqué, je devrais me débrouiller pour réclamer une sortie. Le tout est de m'organiser pour ne pas retrouver mes plantes dans un état innommable en rentrant. Beaucoup de plantes ont besoin d'un entretien d'une régularité précise. Je pourrais donner une liste de tâche à un employé, les elfes de maison par exemple. Ce doit être dans leurs cordes. Mais au fond je sais que je n'ai pas autant besoin de repos qu'Elina. Si moi-même j'avais blessé un élève, même accidentellement, je n'aurais pas pu me le pardonner. Je comprends sa volonté de partir, et mon envie de la retenir est peut-être purement égoïste. Je ne pense pas qu'elle se fasse renvoyer, parce que l'aide apporté compense largement cet incident, mais j'ai bien peur qu'elle ne parte d'elle-même.

"Noël célèbre la naissance de Jésus Christ, fils de Dieu, venu sur terre pour effacer les péchés du monde, mais il avait oublié sa gomme." Desproges