Inscription
Connexion

23 oct. 2020, 21:10
Comptons les moutons funèbres
RAFAËLA, 12 ans
~DEUXIÈME ANNÉE~
• Septembre 2045 • vers minuit •
Couloirs, Poudlard


————


Arrgh !! Ça m'énerve de faire les cent pas dans mon dortoir ! C'est bon je sort !

Je sortis de mon dortoir, et me promena dans les couloirs.
Mais que m'arrive-t-il en ce moment ? Pourquoi tant de haine envers ces moldus ? Après tout ils m'ont rien fait ?

*Le souvenir de ce que Will lui avait dit lui revient*
Et voilà ma réponse... Je m'en souviens à présent. Mais ce qu'elle leur à fait à lui et à son père me révolte.
Et s'ils étaient tous comme ça ? Non ! Rafaëla ! S'il te plait, pas toi !

Tout se mélangeait dans ma tête comme un tourbillon...
La lettre de son père... Ces mots insupportables... Le regard brisé de Will... Tant de haine et de tristesse... Quelque chose c'est brisé en lui... Et je le ressentais...

Arrgh !
*La jeune fille était de plus en plus énervée et elle le savait.*
J'en peux plus !
*Elle s’assit et se mit à pleurer mais pas de tristesse, c'était des larmes d'épuisement, de colère.*
Mes pleurs retentissait dans le couloir sombre, il n'y avait plus aucun bruit, plus personne...
Juste mes pleurs... Ces larmes chaudes qui coulaient sur mes joues jusqu'à tomber sur le sol dur et froid...

Soudain, j'entendis des bruits de pas... Je saisis ma baguette et me cachais le plus possible...

@Eugène Harlow j'espère que ce début te conviendra ^^
Dernière modification par Rafaëla White le 22 nov. 2020, 23:13, modifié 1 fois.

Marraine de petits chats diaboliques !
Je suis une patate douce !

23 oct. 2020, 22:08
Comptons les moutons funèbres
Image

Septembre 2045
Feat @Rafaëla White

Il hurlait quelque part dans sa tête. Eugène ne saurait dire si c'était ce détail qui l'avait réveillé, ou bien cette sensation de chute. Dormait-il au moins ? La nuit était un fruit rance, elle qui empoisonnait ses jours. Douce insomnie, quand cessera tu ?

Le silence était un bruit blanc, tantôt sourd, tantôt assourdissant. Son cœur dansait au rythme de sa tachycardie, alors que l'angoisse se jouait de lui. Toujours présente au mauvais moment. Un quotidien oppressant qui était rythmé par son maelström d'émotion où il s'y noyait.

Sur un coup de tête, Eugène décida de quitter son lit.

D'un pas feutré, il se glissait hors des dortoirs, puis de sa salle commune pour rejoindre les couloirs. Il avait besoin de marcher. C'était, pour lui, le seul moyen de se vider la tête. Eugène n'était aucune discret, d'ailleurs, il ne cherchait pas du tout à l'être. Sa canne claquait à chacun de ses pas et raisonnait entre ses murs. Sa baguette éclairée son chemin à l'aide de lumos, chassant les ténèbres. Cette nuit, la lune se cachait derrière d'épais nuages.

Dans sa bulle, le rouquin continua son chemin en toute inconscience. De ce fait, il ne fit aucune gaffe à la jeune fille tapie dans l'ombre, armée de sa baguette. Il la repéra du coin de l'œil, entre deux armures. La peur fit qu'un tour dans son sang. Eugène se recula d'un bond et lâcha sa baguette dans la surprise, avant de plaquer sa main contre son cœur affolé.

— Oh Jésus !

Entre deux battements de cils, il reconnut la forme humaine. Aucun danger imminent, conclut-il. Eugène se permit de respirer et, avec grande précaution, il s'abaissa pour récupérer sa baguette.

— Seigneur, j'ai eu si peur ! Il ne faut pas se cacher comme ça ! geignit-il, les jambes tremblantes.

Image


C'est parfait ! :D J'espère que mon post est bon pour toi ^^

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

23 oct. 2020, 23:02
Comptons les moutons funèbres
Ahhh ! Bon c'est bon c'est juste un garçon... Ouf !
Pas très discret !

-Chuuut ! Moins fort ! Tu veux nous faire repérer ou quoi ?!

La colère en moi ne voulait pas redescendre. Je me leva et regarda autours de moi d'un air énerver, les yeux rouges à force d'avoir pleurer mais je ne le montrais pas dans mon comportement.
Puis je regarda le jeune homme, planter face à moi.

-Bah pourquoi tu reste planter là ?!

Lui dis-je d'un air agressif.
Pourquoi ?! Pourquoi je suis comme ça ?! Pourquoi je m'énerve sur lui alors qu'il ne m'a rien fait ?!
Je me déteste !
Cette guerre intérieur me détruit de plus en plus... Et je crois que ça se voit beaucoup.
Il faut vraiment que personne ne le sache... Je ne voudrais pas les inquiéter...

Perdue dans ce tourbillon de pensées, j'en avais complètement oublier le jeune homme toujours planter à côté de moi. Je le regarda de haut en bas, soupira et me rassis, jouant avec ma baguette.

-Lumos ! murmurais-je.

Je dirigea ma baguette vers lui pour mieux voir son visage. Il n'a l'air bien méchant, comparer à moi qui dois avoir une tête horrible en ce moment même.
Et puis, c'est pas grave ! Chacun à ses problèmes et moi pour l'instant c'est ça mon problème...

@Eugène Harlow voilà désolé c'est pas dans son habitude d'être comme ça mais vu la situation... :sweatingbullets:

Marraine de petits chats diaboliques !
Je suis une patate douce !

24 oct. 2020, 20:07
Comptons les moutons funèbres
Image

Septembre 2045
Feat @Rafaëla White

L'inconnue lui intima aussitôt de baisser le volume sonore. Eugène fronça les sourcils et la dévisagea, encore hébété. En soit, l'adrénaline continuer de ne faire qu'un tour et son cœur refusait de se calmer. Non, son organe vital avait décidé de danser au rythme de sa tachycardie. Jusqu'ici, sa respiration restait stable et ça malgré le coup de flip.

La fille s'exclama :

— Bah pourquoi tu reste planter là ?!

Eugène aurait voulu lever ses mains en signe d'apaisement, mais les deux étaient prise entre la canne et sa baguette. Alors, il se recula d'un pas et courba du dos, avant de plisser les yeux quand l'inconnue, après avoir murmurée lumos, leva sa baguette dans sa direction.

— Pardonne-moi, souffla-t-il, mais tu m'a vraiment fait peur, j'ai besoin de me calmer.


Ses jambes tremblaient toujours autant ! Déjà que marchait n'était pas la chose la plus aisée avec sa boiterie, mais là, il ne se voyait pas faire demi-tour maintenant pour revenir dans son dortoir. Dans un long soupir, le gamin s'appuya contre le mur dans son dos. Il donna quelques coups d'œil à l'inconnue, notant son visage tiré par tant d'émotion. Eugène s'en voulait. Il n'avait pas à être – encore – là, elle voulait être seule et il le ressentait que trop bien.

Eugène baissa la tête, les épaules relevées dans l'espoir de se faire petit. Impossible, au vu de sa grande taille.

— Pardon... dit-il de nouveau, embarrassé.

Image


Ne t'inquiète pas, je comprends xD

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

29 oct. 2020, 11:00
Comptons les moutons funèbres
Le garçon paraissait terrifié... Étrange... Cela fait environ 10 minutes qu'il tremble... Je comprend pas... C'est un sorcier, non ? En général, les sorciers que j'ai rencontré se remette assez facilement de leur émotions... A moins que...

-Pourquoi tu tremble encore ? C'est bon, c'est finit. Tu as eu peur, moi aussi mais pourquoi tu n'arrive pas à te remettre de tes émotions ? Je t'ai fais si peur que ça ?
Et bah dis donc ! Si tu es comme ça à chaque fois, je sais pas comment tu vas faire quand tu te retrouveras devant un fantôme ou bien un préfet ou pire un professeur !
lui dis-je en levant les yeux au ciel.

Je pense qu'il doit être né-moldu, la dernière fois que j'ai vus une personne dans cet état là c'était un moldus... Peut-être que je me trompe et que c'est un sorcier très très peureux mais c'est tout de même bizarre...

Bon, je viens de me rendre compte que j'ai pas été super sympa avec lui, voir même très désagréable...
J'essayai de me calmer et lui dis, toujours sur un ton irritant mais moins qu'au début.

-Au faite, je m'appelle Rafaëla et toi ?

Il faut que j'en parle à Will, je n'arrive pas à me calmer... Mais je ne sais pourquoi je m'énerve autant sur ce garçon qui, de toute évidence, ne m'a rien fais...
Je sens qu'il y a quelque chose chez lui qui m'énerve mais quoi ? Peut-être sa naïveté ? Je ne sais pas...

@Eugène Harlow voilà ! ^^

Marraine de petits chats diaboliques !
Je suis une patate douce !

29 oct. 2020, 11:48
Comptons les moutons funèbres
Image

Septembre 2045
Feat @Rafaëla White

Il y avait de la colère en elle, Eugène le ressentait que trop bien. La jeune fille était agressive dans son comportement, ainsi que dans ses mots. Pourquoi tremblait-il autant ? Car être aussi hostile ne l'aidait aucunement. Pourquoi n'arrivait-il pas à se remettre de ses émotions ? Car il était une cocotte-minute à cause de son hypersensibilité. Alors oui, il lui fallait un minimum de temps pour remettre de l'ordre dans sa tête. C'était la réponse la plus appropriée face à cette attaque, mais Eugène préféra le silence au conflit.

Seigneur, il détestait les conflits.

Eugène gardait sa tête basse. Il se concentra sur sa respiration dans l'espoir de se détendre dans les minutes à venir. Déjà, il avait cessé de trembler, s'était un bon début. Il allait pouvoir rebrousser chemin et écourté son escapade nocturne.

— Au faite, je m'appelle Rafaëla et toi ?
Le timbre de sa voix paraissait moins irritant, bien que cela restait désagréable. Eugène hésita, avant de souffler :
— Eugène...

Devait-il rajouter autre chose ? Entamer une conversation était une bonne idée ? Eugène n'en avait aucune idée. La dénommée Rafaëla semblait encore tendue, à tout moment, l'explosion risquait d'être inévitable. Eugène regarda le couloir, incertain.

— Tu... tu es dans quelle maison ?


Eugène n'arrivait pas à voir si elle portait son uniforme ou un pyjama. Qu'importe, dans tous les cas, le gamin n'aurait pas pu distinguer les couleurs de sa maison dans cette nuit noire ou bien son blason.

Image

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

29 oct. 2020, 19:55
Comptons les moutons funèbres
Le jeune homme avait gardé le silence et au bout de quelques minutes, il s'arrêta de trembler.
Il s'appelait Eugène, pas très commun, en tout cas c'est la première personne que je rencontre qui s'appelle comme ça. Après tout "Rafaëla" n'est pas très commun non plus...
Il me demanda dans quelle maison j'étais. Je lui répondis en baissant les yeux, pas très fière de l'image que je donnais à ma belle maison, Gryffondor.

-Hum... Je suis à... à Gryffondor... Et toi ?

C'est bon, je mettais un peu calmer. Le ton de ma voix s’adoucit petit à petit et redevient comme d'habitude mais je sentais qu'au fond de moi je ne mettais toujours pas calmer. Mon sang bouillonnait toujours autant mais je réussis à contrôler ce trop plaint de haine.

Je repensais à tout ce qui se passait en ce moment et l'année dernière... Cette guerre entre moldus et sorciers... Cette attaque au château...
Toutes ces images morbides refont surface... Le sang sur le sol... Les cris... L'inquiétude... Le regard effrayer de certains élèves... Ce frisson qui m'a parcouru quand j'ai posé mes yeux sur cette scène atroce... Tous ces cauchemars... Ce que ces moldus ont fait à mes parents...
Tout ce mélangeait dans ma tête tel un tourbillon...
Je fermai les yeux quelques instant, le temps que ces pensées se dissipent... Quand je rouvris les yeux, je pris une grand inspiration, mon souffles tremblait à l'expiration.

Je regarda dans le vide et dis à Eugène.

-Euh... Question à part. Que pense-tu de la situation actuelle entre les sorciers et moldus ?

@Eugène Harlow à toi ! ^^

Marraine de petits chats diaboliques !
Je suis une patate douce !

30 oct. 2020, 12:14
Comptons les moutons funèbres
Image

Septembre 2045
Feat @Rafaëla White

Elle était une lionne et, un instant, Eugène songea à Ella. Ils ne sont pas revus depuis la rentrée, tout deux étant pas mal occupé pour x raison. Comment allait-elle ? Bien, espérait l'enfant. Rafaëla lui retourna la question et Eugène répondit aussitôt :

— Je suis à Poufsouffle.

La jeune fille semblait bien plus calme, tout du moins, en apparence. Impossible de déterminer si cela était bel et bien le cas. Eugène se décolla du mur et ajusta sa veste. En ce mois de septembre, la fraîcheur ambiante se faisait fortement ressentir. Eugène jeta un coup d'œil à sa montre, une heures trente, il était peut-être temps de se recoucher ? Dans quelques heures, il allait devoir se lever pour entamer une nouvelle journée de cours. Eugène soupira, alors que la fatigue alourdissait petit à petit ses épaules. Un jour, il devrait parler à l'infirmier de ses insomnies.

Eugène jeta un rapide coup d'œil à Rafaëla. Il allait prendre la parole, histoire de s'excuser de nouveau et d'écourter leur rencontre. La lionne fut seulement plus rapide :

— Euh... Question à part. Que pense-tu de la situation actuelle entre les sorciers et moldus ?

Eugène ne répondit pas. D'une part, il était pris au dépourvu et, de l'autre, il avait surtout le cul entre deux chaises ! Étant né-moldu, avoir une position sur la question n'était clairement pas la chose la plus aisée. De plus, ils venaient de se rencontrer, pourquoi diantre poser une telle question ?

— Je... n'aie pas vraiment d'avis sur la question, répondit-il avec précaution, pourquoi tu veux savoir ça ?

Image

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras

30 oct. 2020, 12:36
Comptons les moutons funèbres
Poufsouffle, j'aurais dû m'en douter ! Bon ça explique son comportement timide et craintif... Non pas qu'ils sont tous comme ça, et heureusement, mais ça m'aurais grandement étonné s'il aurait répondu Serpentard.

Je sentais bien qu'il était mal à l'aise, en même temps je n'ai pas été très commode... C'est impressionnant, le faite que j'arrive à capter absolument toutes les émotions de tout le monde. Bon c'est un avantage et un désavantage... Je ressens tout mais en pire... Pourquoi ? Je devrais peut-être en parler à ma mère... Enfin... si elle est pas morte...

*Elle fut parcouru d'un frisson juste à l'idée de se dire qu'elle est peut-être orpheline à l'heure actuelle...*

NON ! C'est pas possible ! Je suis sûr qu'elle est toujours vivante... Je l'espère de tout cœur... Mais mon père...

J'avais presque oublié Eugène, il me répondit qu'il n'avait pas vraiment d'avis sur la question et me demanda pourquoi je voulais savoir ça.

-Je vois... Et je voulais juste savoir... Par... curiosité...

*Le visage de la jeune fille s'assombrit de nouveau puis elle ajouta à mis-voix.*

-Je les déteste... Ces moldus...

*Ces quelques mots la font pleurés*

Je me cachais le visage des mains, sentant mes larmes chaude glisser sur mes joues pour finir sur mes mains. J'arrivais à peine à respirer... Je voyais mon père... mort... Ma mère... gravement blesser...
Comme une vision mais c'est pas possible... Les vision tout ça...

@Eugène Harlow

Marraine de petits chats diaboliques !
Je suis une patate douce !

30 oct. 2020, 15:29
Comptons les moutons funèbres
Image

Septembre 2045
Feat @Rafaëla White

Le silence tomba soudainement juste après. Rafaëla semblait se perdre un instant dans ses pensées, avant de reprendre la parole :

— Je vois... Et je voulais juste savoir... Par... curiosité...

Eugène ne lui donna aucune réponse. Que pouvait-il rajouter de plus ? Il préférait rester loin de ce genre de conflit, surtout en voyant les proportions que cela prenait dans les deux camps. Du coin de l'œil, Eugène put voir le visage de la lionne s'assombrir, tandis qu'elle rajouta à mi-voix :

— Je les déteste... Ces moldus...

Eugène détourna aussitôt le regard, ne pipant mot. Ses mots le blessent sûrement plus que de raison, mais il se sentit concerné. Après tout, il était né moldu. Le monde où il avait grandi n'avait rien de magique, tout comme sa famille. Le malaise monta d'un cran, bien plus quand Rafaëla se mit à pleurer. Eugène se recula de quelques pas, décidé à fuir cette situation. Que pouvait-il faire d'autres ? Il représentait ce qu'elle détestait, Eugène ne pouvait guère rester. De plus, elle voudrait sûrement être seule ? Certaines personnes n'aimaient pas être en position de faiblesse devant quelqu'un d'autre, surtout si c'était un inconnu.

— Je... désolé pour le dérangement... je vais y aller ?

Nerveusement, Eugène jeta un coup d'œil pardessus son épaule, puis sur Rafaëla qui cachait son visage à l'aide de ses mains. Sur le coup, Eugène se sentait mal de la laisser ainsi.

— Enfin, si... si tu veux être seule ?

Image

"Dramaqueen à ses heures perdues avec Ella Davis"
3e année RP | Je parle en gras