Inscription
Connexion

9 oct. 2018, 02:13
 privé  Le parchemin anonyme
31/03/2043


Alors que mars touchait à sa fin et qu'avril montrait le bout de son nez, le château commençait à vivre au rythme si particulier du printemps. L'atmosphère était plus douce et les marques laissées par l'hiver, tant sur le paysage que sur les élèves, s'estompaient petit à petit. En ce mardi après-midi, le temps se montrait plus que clément et invitait qui voulait bien à profiter de l'extérieur. Or, qui dit avril dit dernière ligne droite avant les examens. Hors de question pour Erwan de se laisser tenter par une balade dans le parc, ou d'assister à l'entraînement de Quidditch, pour lui ça serait révisions à la bibliothèque. Il n'était d'ailleurs pas le seul. Il avait rejoint le quatrième étage directement après la fin de son dernier cours de l'après-midi espérant profiter d'une bibliothèque déserte. Il trouva, à la place, des tables bondées et des rayons surchargés d'élèves à la recherche de l'ouvrage qui ferait la différence lors de leur examen.
Il trouva néanmoins une petite table individuelle accolée au mur du fond de la grande pièce. Il s'y installa et entreprit de sortir ses notes de cours et son manuel de potion.

Les minutes passaient lentement et rien dans ce qu'Erwan lisait ne parvînt à le motiver. Après plus d'une demi-heure de lecture et relecture du même chapitre, sa concentration approchait dangereusement de zéro. Apparemment le chapitre Entretenir son matériel ne trouverait pas grâce aux yeux du première année aujourd'hui. Il se redressa sur sa chaise et posa son regard sur l'activité environnante. La bibliothèque était toujours passionnante a observer, mais elle l'était encore plus aujourd'hui. Des dizaines d'étudiants évoluant en silence dans une sorte de ballet ; zigzaguant entre les rayons, évitant de percuter une table, un élève, une étagère. C'était beau à regarder et Erwan aurait pu se laisser happer par cette vision si son regard n'était pas tombé sur son camarade de dortoir, Kevin. Il était assis deux tables plus loin, Erwan ne l'avait pas remarqué et ça devait également être le cas de Kevin car il semblait dans le vide. Il se balançait d'avant en arrière sur les deux pieds arrière de sa chaise et regardait devant lui comme si quelque chose allait surgir du mur. Erwan fut amusé de voir son ami dans cette posture, il attrapa un parchemin sur lequel il déchira un morceau, prit sa plume et y écrit :
Image

Il roula le morceau de parchemin en une petite boule et la lança sur la table de Kevin. Sa surprise fut telle qu'il laissa tomber sa chaise sur ses quatre pieds bien plus bruyamment qu'il ne l'aurait souhaité. Il attrapa le morceau de parchemin, lu le mot et releva la tête pour identifier son auteur. Un large sourire s'afficha sur son visage quand il croisa le regard d'Erwan, apparemment amusé par son message. Il retourna le bout de papier et y nota quelque chose avec sa propre plume. Le manège dura bien un bon quart d'heure et des dizaines de petites boulettes avaient été échangées entre les deux garçons avant qu'ils s'entendent pour se remettre au travail. De la simple blague au banalités les moins cocasses, ce bref échange avec Kevin avait permis au jeune Poufsouffle de se concentrer à nouveau. Il s'attaquait désormais à une fiche de révision pour la métamorphose et, contre toute attente, parvint à fournir un travail de qualité.

Quinze minutes avant la fermeture de la bibliothèque, alors que la plupart des élèves avaient regagné leur salle commune, Erwan entreprit d'aller ranger les livres dont il s'était servi pour son travail. Il forma une pile sur sa table, bien ordonnée, droite et allant du plus grand et large livre à la base jusqu'au plus petit sur le dessus, et enfourna ses affaires dans son sac sans la moindre délicatesse. Erwan était capable de s'appliquer pour bien faire les choses tout comme le contraire... Son sac sur l'épaule, il attrapa la pile de livre et partit en direction des différents rayons faisant au passage un clin d’œil à Kevin qui s’apprêtait également à partir. Il ne vit pas, personne d'ailleurs, le petit morceau de parchemin tomber par terre au moment où il se saisissait des livres. Le morceau tomba par terre et fini sa course dans l'angle du mur, caché par une pierre un peu plus grosse que les autres. Parmi toutes les âneries et futilité qu'ils s'étaient échangé, le mot aurait pu contenir tout et n'importe quoi mais sur celui-ci était écrit :
Image

Une sottise que seul Kevin aurait du lire mais qui tomba ici, à cet endroit précis, à la vue de quiconque se baisserait sous la table. Après tout, même si quelqu'un le trouvait, il y avait peu de chance pour que cette personne sache qui en était l'auteur...

Gardien des Hel’s
Membre intéressé de l’ACDC

14 oct. 2018, 18:51
 privé  Le parchemin anonyme
  La fin d’année approchait à grands pas, et qui disait fin d’année, disait examen. Des examens que redoutaient la plupart des élèves de Poudlard, toute année confondue, dont la jeune première année, Eileen Shelby. Elle ne les redoutait pas car elle était mauvaise élève, loin de là, mais elle avait tendance à stresser lors de tout événement important concernant sa scolarité, et c’est ainsi que la jeune fille considérait l’examen qui était, maintenant, dans moins de trois mois. Après tout, ces examens étaient déterminants pour son passage en deuxième année, et elle ne pouvait tout simplement pas les rater. C’est pour cette raison que, malgré le beau temps qui régnait sur Poudlard en ce dernier jour du mois de mars, la jeune fille s’était immédiatement rendue à la bibliothèque après la fin de son dernier cours de l’après-midi.

  Heureusement, lorsqu’elle y était arrivée aux alentours de trois heures et demi de l’après-midi, la salle était pratiquement vide. Profitant alors du calme ambiant, elle posa ses affaires sur la table, se réservant ainsi une place au cas où une déferlante d’élèves arriveraient, puis elle partit sillonner les différentes sections de la bibliothèque, à la recherche de livres contenant des informations sur les fondateurs de Poudlard, pour qu’elle puisse réviser son Histoire de la Magie ; mais également sur les différents sortilèges et créatures que les premières années avaient étudiés en Défense Contre les Forces du Mal.

  Et comme elle l’avait imaginé, lorsque la fin du cours suivants sonna dans tout Poudlard, une vague d’élèves arriva dans la bibliothèque. N’y prêtant pas plus attention que ça, Eileen retourna à sa table, maintenant remplie par des élèves qu’elle ne connaissait pas, et déposa les livres qu’elle avait empruntée des étagères de la bibliothèque sur sa table, puis sortit ses affaires d’Histoire de la Magie pour commencer ses révisions. Elle préférait commencer par cette matière, une matière qui ne la passionnait pas tant que ça. Elle pouvait être intéressante, certes, pour la jeune Poufsouffle, elle était bien trop théorique.
  Deux heures, c’est le temps qu’elle passa à mémoriser l’histoire des fondateurs et la fondation en elle même de son école. Lorsqu’elle estima suffisant le temps qu’elle avait passé sur ces chapitres-là, elle ferma le livre se disait qu’elle continuerait à réviser son histoire le lendemain où bien lorsqu’elle aura l’occasion de retourner à la bibliothèque.

  Levant la tête et regardant à travers la fenêtre qui se situait non loin de sa table, la brune décida de s’accorder une petite pause sentant la fatigue l’envahir petit à petit. Elle observa la petite brise qui faisait frissonner les branches et feuilles des différents arbres du parc et les quelques élèves qui profitait du beau temps. Mais sa pause fut rapidement interrompue lorsqu’elle entendit un bruit devant elle, tournant la tête dans la direction d’où provenait le bruit. Mais n’observant rien de particulier, elle se saisit du prochain livre dans sa pile. Un livre regroupant tout ce qui concernait l’enseignement de Défense contre les Forces du Mal en première année. Malgré sa fatigue, elle se plongea à nouveau dans ses révisions, mais elle était si fatiguée qu’elle manqua de s’assoupir à plusieurs reprises. Si bien qu’une trentaine de minutes après avoir commencé ses révisions, elle s’endormit, la tête posée sur son livre, sa plume toujours tenue par sa main droite.

  Elle aurait pu rester là toute l’après-midi, à dormir, mais une des autres élèves assisse à sa table eut la gentillesse de la réveiller avant qu’elle ne parte. Toujours un peu groggy, la jeune fille releva la tête vers l’horloge présente dans la bibliothèque après avoir remercié la fille qui l’avait réveillée. Et en voyant l’heure, elle se détendit visiblement, elle n’avait dormi que quarante-cinq minutes. Sans être pressée par l'horaire de fermeture de la bibliothèque qui était encore lointaine, Eileen pris le temps de se débarrasser des quelques traces de sommeil qui lui embrumait l'esprit, et là revoilà partit dans ses révisions de Défense Contre les Forces du Mal.
  Elle resta assise à sa table, plongée dans ses livres et parchemins jusqu’à dix-huit heures environ, le temps qu’elle puisse descendre dans sa salle commune pour déposer ses affaires et ensuite aller dans la Grande Salle pour dîner.

  Lorsque sonna dix-huit heures, et qu’elle s’apprêtait à quitter la bibliothèque après avoir rangé les divers manuels qu’elle avait emprunté. Quelque chose de clair présent à la périphérie de son regard, l’attira. Se dirigea vers ce qui semblait être un morceau de parchemin caché sous une pierre qui ressortait plus du mur que les autres, elle s’accroupit et s’empara du parchemin. Curieuse de ce qu’il pouvait bien contenir, elle alla s’asseoir à table non loin d’elle et déplia le bout de parchemin.

Image

  Quel drôle de message, c’est la première chose qui lui traversa l’esprit lorsqu’elle prit connaissance du contenu du parchemin. Mais se prêtant au jeu, parce qu’après tout, pourquoi pas. Et puis elle se demandait bien ce que la personne ayant écrit sur ce parchemin anonyme allait bien pouvoir répondre.

Image
  C’est sur ces derniers mots qu’Eileen replia le parchemin, le déposa là où elle l’avait trouvé et quitta la bibliothèque pour se diriger vers sa salle commune.


4e année RP, Capitaine des Hel’s.
« Free will does exist, it's just fucking hard.» « Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. »
A Aliénor : T'es extra bête

21 oct. 2018, 02:59
 privé  Le parchemin anonyme
06/04/2043


Le lundi n'était pas la journée de la semaine qu'Erwan préférait. Surtout après un beau week-end comme celui qui venait de s'achever. Il s'était accordé une pause dans ses révisions et avait passé l'après-midi du dimanche avec Kevin. Le soleil de ce début d'avril leur avait permis de passer de nombreuses heures dans le parc à jouer à divers jeux, sorciers ou moldus, et à refaire le monde.

Mais, comme bien souvent quand on s'accorde une pause dans un travail long et fastidieux, les remords du temps perdu avaient rattrapés le jeune Poufsouffle dès le lundi matin. Et comme cette première journée de la semaine ne comptait pas énormément d'heures de cours, il s'infligerait, en guise de pénitence, une grosse après-midi de révision à la bibliothèque. Il en avait pris l'habitude au cours du mois de mars. C'est donc en traînant le pas, mais un peu moins que le mois précédent à force d'habitude, qu'Erwan prit la direction du quatrième étage.

Comme il s'y attendait, la bibliothèque était presque déserte en ce lundi après-midi. Cependant, sept mois au château avait fini par lui apprendre que certaines places étaient à éviter s'il souhaitait travailler sérieusement, il alla s'installer dans le fond de l'immense pièce aux dizaines de rayons, à l'abris des regards, des rencontres et des multiples distractions que les élèves de Poudlard aurait pu mettre sur son chemin. Il préférait désormais les petites tables individuelles où il avait peu de chance d'être dérangé. Au moment où il entreprit de sortir ses affaires pour se mettre au travail, l'ensemble de son sac tomba à même le sol. Il faut dire que niveau rangement, on avait vu mieux que le sac du Poufsouffle, voir même, on avait pas vu pire ! C'était un tel fouilli que n'importe qui un minimum organisé aurait crié au miracle en voyant Erwan sortir exactement le parchemin qu'il cherchait. Pour ce dernier c'était un challenge de garder son sac dans cet état, une forme de liberté que personne ne pouvait lui ôter. Liberté ou pas, il lui fallait désormais ramasser l'ensemble de son contenu ; des plumes, des notes de cours, des confiseries et un tas d'objets insolites qui n'avait pas leur place dans un sac d'étudiant. Un jeu de cartes, un jeu de tarot, un jeu de dés ou même un jeu d'osselets que lui avait offert son grand-père. Oui, le jeu prenait une place importante dans la vie du première année. Après dix minutes d'un ramassage minutieux, Erwan pensait avoir tout remis à sa place, il jeta un bref coup d'œil sous sa table, rien. Par précaution il regardât alentour pour être sûr qu'une bille ou autre chose n'avait pas roulé plus loin. Son regard se posa deux ou trois mètres plus loin, un morceau de parchemin semblait s'être glissé sous une pierre du mur... Il se baissa pour aller le chercher tout en essayant de ne pas attirer les regards. Avant même qu'il ait pu le déplier, un sentiment étrange l'envahit. Ce bout de parchemin lui disait quelque chose or il était impossible qu'il soit tombé de son sac et qu'il ait fini sa chute si loin de l'endroit où se trouvait Erwan.

Il n'entreprit de déplier le petit morceau de parchemin qu'une fois assis à sa table, à l'abris des regards, comme si ce qu'il pouvait contenir n'était pas sensé être vu par d'autres que lui. Il reconnut immédiatement son écriture. Mais, elle était suivît d'une autre qu'Erwan ne connaissait pas... Son esprit bouillonnait. Il essayait de tourner et retourner la chose pour comprendre mais sans succès. Il faut dire qu'il n'avait pas une très bonne mémoire à court terme, tête en l'air est un des nombreux adjectifs qu'avait trouvé ses parents pour justifier un nombre d'oubli incalculable. Le premier mot était bien le sien, malgré le fait qu'il n'ait aucun sens à ses yeux... Mais de qui pouvait bien être la réponse ?
Il prit le temps de s'étendre sur sa chaise, de déplier le buste et ses bras, comme si le fait de réveiller ses muscles allait également réveiller son cerveau. Ce fut peut-être le cas car tout lui revint clairement. Il avait écrit ce mot pour Kevin la semaine passée alors qu'ils débattaient sur leurs desserts préférés. Ça n'expliquait pourtant pas comment le parchemin était tombé là et encore moins comment cette écriture, qui était bien trop soignée et féminine pour être celle de Kevin, s'était retrouvé là...

Image


Il avait beau se torturer l'esprit, rien de tout ça n'avait de sens. Et pourtant, quelqu'un avait prit le temps de répondre, de se confier, et le «Qui suis-je ?» qui ponctuait le message ne laissait aucun doute sur le fait qu'une réponse était attendue ! Le jeune Poufsouffle était plus que surprit, il était charmé... Cette soudaine apparition d'un mystère dans sa vie le laissait dans un état d'ébullition mentale. Les questions et hypothèses filaient dans son esprit et il ne réalisa qu'après une dizaine de lectures, accompagnées d'un sourire béât, qu'il devrait formuler une réponse à l'intention de l'inconnue. Qu'allait-il pouvoir bien répondre ? Les seules choses qu'il devinait de la personne qui avait écrit ces mots étaient qu'elle devait être calme, un peu rêveuse et sûrement ouverte d'esprit. Difficile à transcrire sur un bout de parchemin... Il s'attela donc pendant plusieurs dizaines de minutes, probablement des heures, à trouver ce qu'il allait répondre. Après des dizaines de rayures, de parchemins froissés et de grognements d'insatisfaction, il acheva son mot sur cet exercice de style qui l'avait amusé.

Image


Il n'était pas pleinement satisfait de sa réponse, il n'était d'ailleurs que rarement satisfait de ce qu'il entreprenait, mais il avait fini par parier que l'inconnue était de sa maison. Une sorte d'intuition qui soulevait encore plus de questions qu'elle ne donnait de réponses. Il lut et relut son écrit un nombre incalculable de fois, espérant trouver une réponse immédiate au mystère qu'entourait cette relation épistolaire qui débutait. Il ne put d'ailleurs s'empêcher de prendre un nouveau parchemin pour y écrire les mots suivants.

Image


Après tout, pourquoi devrait-il être le seul à se prêter au jeu des devinettes ? Il plia les deux morceaux de parchemins ensemble et entreprit de les cacher à l'endroit même où il avait trouvé le premier. Il avait d'ailleurs prit soin de plier ce premier parchemin et de le ranger dans sa poche pour être sûr de ne pas le perdre dans les méandres de son sac. Sans savoir encore pourquoi, il comptait bien garder auprès de lui ce petit bout d'histoire.

Gardien des Hel’s
Membre intéressé de l’ACDC

27 oct. 2018, 01:56
 privé  Le parchemin anonyme
Le 09/04/2043

   Le jeudi était un jour qu’Eileen affectionnait tout particulièrement. Non pas parce qu’il ne restait plus qu’un jour avant le week-end, non, mais parce qu’elle n’avait cours que le matin. Elle pouvait donc consacrer son après-midi aux révisions ce qui déchargeait grandement son week-end, ce qui lui permettait de pouvoir profiter de ses amies le week-end et du beau temps qui régnait depuis quelques semaines sur les terres de Poudlard.
 
   Mais ce qu’elle avait oublié, c’est qu’elle n’était pas la seule à avoir son jeudi après-midi de libre, résultat, la salle commune était pleine à craquer et l’ambiance même si très chaleureuse et qui donnait envie d’y rester, la jeune Shelby ne se voyait pas réviser avec tant de bruit autour d’elle. C’est pour cette raison que la brune, après avoir recalé son sac sur son épaule et ses livres contre sa poitrine, pris la direction du quatrième étage pour se rendre à la bibliothèque.
   Lorsqu’elle y entra, elle soupira. Là aussi, les tables étaient remplies d’élèves. Mais au moins, c’était beaucoup plus calme que dans la salle commune des Poufsouffle. Elle balaya rapidement la salle du regard, tentant de repérer une table de libre, table qu’elle trouva assez rapidement. Elle se dirigea alors vers cette dernière, mais en s’en rapprochant, elle avait comme un air de déjà vu. Comme si elle avait déjà été assise à cette table. Pourtant, ce n’était pas la première fois qu’elle venait à la bibliothèque et probablement pas la première fois qu’elle s’asseyait à cette table.

   La jeune fille ne s’attarda pas sur ce sentiment étrange, se rappelant qu’elle avait d’autres choses bien plus importantes à faire… Comme, encore et toujours, réviser pour ses examens de fin de première année. Alors, une fois confortablement installée, où du moins, le plus confortablement possible, Eileen se mit au travail. Elle passa une bonne heure à lire ses fiches, écrire quelques notions sur un morceau de parchemin dans l’espoir que les informations rentrent plus facilement dans sa tête, et même à s’exercer à la gestuelle des sorts qu’elle était en train de réviser, sa plume faisait office de baguette. Rien ne semblait pourvoir la perturber dans la relecture de ses fiches, rien, sauf un courant d’air qui sortait d’elle ne savait où et qui fit s’envoler ses parchemins de sortilège, faisant pester la jeune fille silencieusement.

   Elle se leva alors tout aussi silencieusement de sa chaise et se dirigea vers l’endroit où avait atterrit son parchemin.
   Mais, en s’accroupissant pour le ramasser, elle se rappela, tout d’un coup, pourquoi cette table lui semblait si familière. C’était celle à laquelle elle s’était assise quelques jours auparavant pour répondre au mystérieux morceau de papier qui traînait par terre, caché aux yeux de tous. Morceau de papier qui se trouvait à quelques centimètres de son cours de sortilège. Elle le ramassa se demandant si sa question avait eu une réponse. Et apparemment oui puisqu’un deuxième morceau de parchemin, qui était caché dans le premier tomba par terre. Elle se baissa à nouveau pour le ramasser puis retourna à sa table, en espérant que personne ne l’ait vu faire, ne voulant pas que la conversation entre elle et l’inconnu ou l’inconnue qui lui répondait puis être lu par quelqu’un d’autre.

Image
   Devant ce message, elle ne put s’empêcher de sourire, mais également d’être surprise de voir que la personne se cachant derrière ces mots avait réussi à la cerner, en quelque sorte, si rapidement. De miser juste qu’Eileen était à Poufsouffle, il fallait quand même avoir beaucoup de déduction, ou peut-être pas après tout, peut-être qu’elle était tout simplement facile à lire. Toujours un peu intriguée par ce qu’elle venait de lire, la jeune brune ouvrit le deuxième morceau de parchemin.
Image

   Elle fut accueillie par la même écriture, mais qui cette fois-ci, lui retournait la question. Après quelques instants de réflexion quant à la réponse qu’elle allait bien pouvoir écrire, elle prit un morceau de parchemin qui était initialement destiné à ses révisions, se saisit de sa plume et tentai de retranscrire ce qu’elle avait perçu de l’anonyme à travers ces mots.



Image

   Eileen ne savait pas trop quoi penser de sa réponse, mais qui ne tente rien n’a rien, c’est ce qu’elle se dit lorsque replia le morceau de parchemin avec sa réponse, rangeant les deux autres dans son sac, et en allant le déposer où elle l’avait trouvé, dans sa petite cachette sous la pierre.
   Puis, tout en essayant de refouler ce petit épisode qui l’avait quand même assez agréablement chamboulé, elle se remit au travail jusqu’à l’heure de fermeture de la bibliothèque, voulant mettre toutes les chances de son côté pour ses examens.




4e année RP, Capitaine des Hel’s.
« Free will does exist, it's just fucking hard.» « Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. »
A Aliénor : T'es extra bête

15 janv. 2019, 12:46
 privé  Le parchemin anonyme
20/04/2043


Erwan avait attendu plus d'une semaine avant de retourner à la bibliothèque. Premièrement parce qu'il n'en avait pas eu l'occasion, à chaque fois qu'il se disait qu'il aurait un créneau pour y aller, il se retrouvait embarqué avec des amis pour une session de révision en salle commune ou ailleurs. Deuxièmement, parce qu'il appréhendait. Un sentiment étrange l'avait suivi depuis qu'il avait déposé sa réponse sous la pierre au fond de la bibliothèque. C'était comme si Poudlard avait changé, comme si Poufsouffle avait changé. Car même si il n'avait pas encore lu de réponse, il craignait d'avoir eu raison sur la maison de l'inconnue. Si c'était le cas, il l'avait probablement croisé depuis... Peut-être même qu'elle savait qui il était et qu'elle l'observait. Ça l'obsédait quasiment autant que les examens de première année qui arrivaient à grands pas.

Ça l'obsédait tellement qu'il avait décidé coûte que coûte d'y passer après les cours du mercredi après-midi. Lorsque le cours de défense contre les forces du mal s'acheva, il se pressa d'enfourner ses affaires dans son sac pour être le premier à quitter la salle de cours. Mais avant qu'il ait franchi la porte, Jeffrey lui fit un signe de main pour qu'il l'attende. Tiraillé, Erwan attendît sur place. Comme il l'avait craint Jeffrey lui proposa d'aller directement en salle d'étude pour travailler. En plus des examens qu'il fallait réviser avec acharnement, les professeurs donnaient un nombre incalculable de devoirs. Erwan préférait les sessions collectives aux sessions solo, et le devoir de potion lui donnait vraiment du fil à retordre. Jeff adorait parler des potions et sa passion donnait souvent de l’entrain à Erwan. Il retourna la situation dans sa tête. Il finit par accepter l’offre de Jeffrey mais lui dit qu’il devait faire un détour avant de le rejoindre. C’était un bon compromis. Il prit les escaliers à toute vitesse et courait encore au moment où il pénétrait dans la bibliothèque. Il s’en serait bien passé car cela lui fit perdre cinq bonnes minutes qu’il passa les yeux dans ses chaussures pendant que la bibliothécaire lui remontait les bretelles. Il se dirigea vers le fond de la salle avec une boule au ventre. Un large sourire s’afficha sur son visage lorsqu’il aperçut le bout de parchemin. Après s’en être saisi, il le plaça dans la poche intérieure de sa robe et se dirigea en direction du rayon contenant les ouvrages sur les potions. Il était hors de question qu’il repasse devant la bibliothécaire sans emprunter le moindre livre. Lorsqu’il sortît de là, cela devait faire un bon quart d’heure que Jeff devait l’attendre. Il se précipita pour ne pas le faire trop attendre. Si bien qu’il ne prît pas tout de suite le temps de lire la réponse de l’inconnue ; les révisions en payèrent le prix, Erwan était incapable de se concentrer ! Il mourrait d’envie de lire le parchemin mais il voulait le faire seul, à l’abris des regards. Il rentra assez tôt au dortoir prétextant qu’il était fatigué.


Une fois dans le dortoir, Erwan s’exila dans son petit coin et déplia le parchemin.

Image

Après l’avoir lu une cinquantaine de fois, Erwan était toujours euphorique. Il aurait pu écrire une lettre entière ! L’heure tournait, alors que la plupart de ses camarades quittait le dortoir pour aller manger, Erwan préférait rester là et profiter du calme des lieux pour rédiger sa réponse. Cette fois, la rédaction fut bien plus simple. Il n’avait pas de supposition à faire ou quelque chose comme ça. Il fallait qu’il parle de lui sans non plus trop en dire. Car, après tout, le message ne laissait pas entendre que l'inconnue connaissait son identité. Ils pourraient peut-être jouer ce jeu encore un moment... Le jeune Poufsouffle attrapa une plume et un parchemin, cette fois-ci pas de ratures, pas d'hésitations.


Image


Il eut du mal à trouver le sommeil ce soir là. Mais il ne voulait surtout pas sortir du dortoir ! Il aurait aimé ne croiser aucune Poufsouffle jusqu’à ce qu’il ait déposer son parchemin sous la pierre habituelle. Il se passa donc de repas et prit un livre.
Le lendemain, il était tellement obnubilé par son message qu’il en oublia même que c’était son anniversaire ! Une fois les cours de la matinée terminés, il se rendît à la bibliothèque en faisant bien attention de ne pas se faire remarquer cette fois-ci. Il déposa le parchemin en toute discrétion et prît la direction de la grande salle, un grand sourire aux lèvres.

Gardien des Hel’s
Membre intéressé de l’ACDC

23 févr. 2019, 23:47
 privé  Le parchemin anonyme
Le 22/04/2043

   Tout était désormais un prétexte pour se rendre à la bibliothèque pour la jeune Irlandaise. La moindre recherche, le moindre temps libre qu’elle trouvait pour réviser et ses pieds l’emmenèrent vers la bibliothèque. Cela en était presque devenu une routine. Une routine qui, sans qu’elle en prenne vraiment conscience, commençait à entacher ses révisions. Non pas qu’elle prenait du retard, non, elle était étrangement bien organisée pour une jeune fille de treize ans. Mais plus le temps passait, plus elle ne voyait pas de réponse à son parchemin, et plus l’espoir et l’excitation qui l’animaient perdirent de leur éclat. Et cela se ressentait dans la qualité de ses révisions qui était moins efficace ; Eileen était plus distraite et ne faisait plus vraiment attention à ce qu’elle apprenait. Mais ça ne pouvait pas durer, les examens de fin d’année arrivaient à grands pas et elle ne pouvait pas se permettre de se laisser aller pour ce qui était sûrement un faux espoir qu’elle se faisait.

   Mais en ce frais mercredi midi du mois d’avril, c’est une toute autre raison qui l’amena à se rendre dans la bibliothèque. Alors qu’elle venait de quitter son cours de potion et avant qu’elle ne se dirige vers la grande salle pour aller prendre son déjeuner, Eileen fit un détour par l’antre de la bibliothécaire, qu’elle salua par un faible « Bonjour » et un petit hochement de tête, pour emprunter un livre que leur professeur leur avait conseiller pour le devoir qu’elle venait de leur distribuer. Une fois l’ouvrage en main et alors qu’elle prenait le chemin de la sortie pour aller vite manger avant de reprendre les cours de l’après-midi, elle fit, inconsciemment un détour qui la menait vers la pierre qui dépassait du mur et qui abritait des yeux inconscients les morceaux de parchemin qu’elle échangeait avec ce parfait inconnu, qui était sûrement à Poufsouffle aussi, si la réponse à la question qu’Eileen lui avait posée était positive.

   C’est seulement lorsqu’elle fut à quelques pas de la pierre qu’Eileen se rendit compte du détour qu’elle avait inconsciemment pris. Ne sachant pas si elle voulait voir ses dernières petites fibres d’espoir être anéanties, la brune hésita un moment, feuilletant les pages du livre de potion pour essayer de ne pas éviter les soupçons. Prenant alors son courage à deux mains, elle s’adossa contre le mur, si laissa glisser et passa sa main sous la pierre pour récupérer le morceau de parchemin qui semblait… Plus lourd ? Que celui qu’elle avait déposé. Jetant un rapide coup d’œil à l’écriture, elle remarqua rapidement cette dernière n’était, en effet, pas la sienne. Elle se précipita de ranger le morceau de parchemin dans le livre et le livre dans son sac, tentant de contenir tant bien que mal un sourire qui menaçait d’étendre ses lèvres.   

   Et c’est avec le morceau de parchemin bien niché dans le livre de potion qu’Eileen rejoignit deux de ses amies, Maddie et Minie, pour aller manger avant de reprendre les cours l’après-midi. Mais malgré l’apparence anodine du repas, les deux camarades de l’Irlandaise avaient remarqué un petit changement dans le comportement d’Eileen. Elle qui depuis quelques jours stressait de plus en plus à cause des examens qui se rapprochaient à grande vitesse, était bien trop excitée et joyeuse. Les deux blondes ne réagirent pas, mais ça ne les avait pas empêchées de s’échanger des regards emplis de curiosité quant au changement de comportement de la brune.
   L’après-midi qui suivit passa comme un coup de vent pour Eileen, elle n’attendait qu’une chose : pouvoir retourner dans son dortoir, se caler dans son lit contre le mur et enfin pouvoir lire le parchemin que lui avait laisser son interlocuteur mystère.

   Il était relativement tard lorsque la première année rejoignit son lit, plus de neuf heures du soir passé. La première chose qu’elle fit lorsqu’elle fut confortablement installée, dans une position qui lui permettrait d’écrire, fut de sortir le parchemin. Excitée, mais légèrement anxieuse de découvrir ce que l’inconnu lui avait écrit, c’est avec des doigts tremblant qu’elle déplia la feuille.

Image

   Après sa première lecture de la lettre que l’inconnu lui avait faite, Eileen était surprise. Oui, surprise qu’il se soit rappeler de ce qu’elle lui avait écrit dans son premier parchemin. Et l’Irlandaise sourit, car malgré la fatigue qui l’envahissait peu à peu, elle était… Elle n’aurait pas su décrire les émotions qui la traversaient à ce moment-là. Mais son sourire était suffisant pour entrapercevoir ce qu’elle pouvait ressentir.
   Contente d’avoir tout préparer à côté d’elle, Eileen n’avait plus qu’à se saisir d’un parchemin et de sa plume. La réponse de l’inconnu bien visible à côté d’elle, pour n’omettre aucun détail, elle se mit à écrire.

Image
   C’est en relisant sa réponse pour s’assurer que la fatigue ne lui avait pas fait faire de faute qu’Eileen se rendit compte qu’elle avait indirectement parlé de son père. Elle se maudit intérieurement, mais bien trop fatiguée pour rédiger une autre réponse, l’Irlandaise plia le bout de parchemin après s’être assurée que l’encre avait séché, coinça à nouveau le papier dans son livre et s’endormit.

   Deux jours plus tard, lorsqu’elle avait tiré toutes les informations qui lui seraient utiles du livre qu’elle avait emprunté pour l’aider à son devoir, la brune repris le chemin de la bibliothèque. Après avoir remis l’ouvrage à sa place, elle déposa le parchemin, en espérant, que les fois précédentes, que personnes ne l’avait vu s’accroupir au niveau de la pierre.


4e année RP, Capitaine des Hel’s.
« Free will does exist, it's just fucking hard.» « Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. »
A Aliénor : T'es extra bête

4 mars 2019, 13:16
 privé  Le parchemin anonyme
24/04/2043


Cette fois Erwan ne se fît pas avoir ! Il trouva chaque jour une excuse pour se rendre à la bibliothèque. Cette relation comptait désormais pour lui autant, si ce n’est plus, que toute celles qu’il avait pu créer au château depuis sa rentrée. Ces petits mots avaient quelque chose d’excitant, de vibrant... La seule ombre au tableau était qu’il s’était confié sur son année dans son dernier message. Ça le rongeait ! Et si l’inconnue était plus vieille ? Qu’elle ne souhaitait plus lui parler ? Les deux enfants ne se connaissaient pas et pourtant Erwan avait peur de la perdre... Il s’en voulait et n’avait cessé, ces deux derniers jours, de se maudire pour avoir livré cette information qui aurait pu écourter ce petit bonheur. En même temps, mieux valait que cette information soit connue de l’inconnue avant qu’ils ne s’en disent plus et ne regrettent de ne pas avoir été plus explicite. Au moins j’ai été moi-même... avait-il fini par penser pour se rassurer. Ça paraissait peu à ses yeux mais ça avait son importance.

C’est au troisième jour qu’Erwan trouva la réponse à son dernier message. Il était passé tous les jours en s’imaginant que l’inconnue allait répondre immédiatement. À vrai dire, inconsciemment, il espérait lui tomber dessus alors qu’elle récupérait son mot. Pas au point de rester en filature dans la bibliothèque pour être sûr de l’apercevoir mais il fallait bien qu’il vienne récupérer le parchemin à un moment ou un autre ! Si il lui tombait dessus par hasard ça n’aurait pas été de sa faute. Il s’était mis à observer les filles avec un nouvel œil... Chaque fois qu’une Poufsouffle se trouvait à la bibliothèque, il la regardait comme si elle allait passer aux confessions... Cette histoire le rendait un peu fou en quelques sortes. Ce jour là il croisa un groupe de deuxième année de Poufsouffle qui sortait de la bibliothèque au moment où il y entrait. Il scruta les signes d’un éventuel regard ou d’un sourire sans raisons mais sans succès. Perdu dans ses pensées, il percuta la timide mais si jolie Eileen qui était elle aussi en première année à Poufsouffle et qui s’apprêtait à quitter la bibliothèque. Il s’excusa et lui souhaita une bonne journée. C’est après quelques pas en direction de la cachette qu’Erwan se retourna, sous le coup d’une intuition soudaine, pour apercevoir Eileen. Trop tard. Elle avait déjà disparu dans l’embrasure de la porte. Tant pis, il reprit son chemin et se retrouva près de la pierre proéminente au niveau du sol. Il fît semblant de faire tomber son sac et se baissa à hauteur pour voir si un autre parchemin avait été déposé.

Le première année dévalait les escaliers pour rejoindre le parc du château. Il voulait lire son mot tout de suite et comptait profiter de la solitude d’une balade au soleil dans le parc. Une fois dehors il lu le parchemin que lui avait laissé l’inconnue. Puis une fois encore, puis encore une nouvelle fois... Tout était parfait ! Elle était en première année comme lui, elle aussi avait hâte de trouver son message, elle aussi semblait vouloir en savoir plus sur Erwan. Le Poufsouffle se dirigea vers le château, car l’heure du repas arrivait, le sourire au lèvres et le cœur en joie. Il gagna directement la grande salle et s’installa près de Kevin et Jeff qui parlaient de Quidditch. Erwan avait été piqué par ce sport et ne ratait pas une occasion d’en apprendre un peu plus ou de reparler des actions qu’il avait vu durant les matchs, or ce soir là son esprit n’y était pas. Même l’effervescence du repas et ses discussions autour du prochain match qui déterminerait la maison qui remportera la coupe n’arrivèrent à chasser l’inconnue de sa tête. Son repas vite avalé, il se dirigea d’un pas assuré vers sa salle commune. Des phrases qu’il coucherait sur le papier lui apparaissait déjà...

Image


Erwan plia le parchemin en quatre et l’enfouit sous son oreiller. Il y avait peu de chances pour qu’on fouille ses affaires pendant la nuit mais il préférait assurer ses arrières et par la même occasion son secret ou plutôt leur secret...
Il paraît que les rêves trouvent leurs sources dans un habile mélange d’inconscient et de conscient, que des événements de la journée peuvent influencer les images et les perceptions des rêves. Cette nuit là, Erwan rêva de l’inconnue. Il était dans une immense pièce bondée de jeunes élèves, une seule pourtant resplendissait comme une étoile au milieu de la nuit noire. Il cherchait à la rejoindre pour apercevoir son visage mais chaque fois qu’il s’approchait assez l’inconnue partait tête baissée dans sa direction et il l’a bousculait. Quand il se retournait pour la voir elle était déjà loin et Erwan recommençait le même manège jusqu’à ce qu’il se réveille au petit jour sans aucun souvenirs de ce rêve. Se fût le premier à se réveiller ce samedi, il s’habilla prépara un petit sac où il déposa son parchemin et prit la direction de la bibliothèque. Il fallu qu’il patiente dix minutes avant qu’elle ouvre ses portes. Il emprunta un livre sur le chemin du retour et alla prendre son petit déjeuner le cœur léger. Si il se dépêchait, il serait le premier au stade pour assister à l’entraînement des Frelons !

Gardien des Hel’s
Membre intéressé de l’ACDC

15 mars 2019, 23:51
 privé  Le parchemin anonyme
Le 28/04/2043


   Le stress, la fatigue, deux émotions qu’Eileen commençait à connaître par cœur. L’euphorie de la réponse de l’inconnu était retombée et elle s’était rapidement replongée dans ses révisions, même si ses voyages quotidiens à la bibliothèque n’avaient pas cessé, elle en profitait juste pour y rester et encore et toujours, réviser. Vérifiant tout de même à chaque fois si elle avait eu une réponse.

   Elle ne savait pas pourquoi, mais l’Irlandaise tenait vraiment à la relation, si on pouvait appeler ça comme cela, qu’elle avait créé avec la personne se cachant derrière l’inconnu. Elle si était tellement attachée que chaque jour sans réponse la chagrinait un peu plus. Mais elle comprenait qu’il n’avait sûrement pas eu le temps de passer à la bibliothèque ou de lui répondre. Après tout, elle n’était pas la seule plongée dans les révisions en cette fin de mois d’avril. La preuve, quelques jours auparavant, alors qu’elle venait de terminer de réviser sur le temps libre qu’elle avait avant son prochain cours, elle croisa plusieurs élèves rentrer dans la bibliothèque, dont l’un l’avait percuté, manquant de justesse de faire tomber le livre qu’elle tenait dans ses bras. Elle se retourna pour voir qui s’était et se retrouva nez à nez avec Erwan un Poufsouffle qui était en première année comme elle. Mais étant pressée par le temps, elle resserra son emprise sur son livre, murmura un petit « C’est pas grave, bonne journée à toi aussi. » accompagné d’un sourire timide et se dépêcha de sortir de la bibliothèque pour se diriger vers sa salle de classe.

   Mais aujourd’hui, était un autre jour. Et aujourd’hui, comme pouvaient en attester les cernes sous ces yeux, sa fatigue avait prit un tout nouveau sens. Même garder les yeux ouverts lui demandait un effort considérable, elle se demanda alors comment elle allait faire pour survivre à cette journée sans s’endormir pendant ses cours de la journée.

   Malgré sa fatigue, elle se força à être assidu aux explications de ses professeurs, notant toute information, tout détail susceptible d’être important. Et c’est lentement qu’elle vit sa journée défilée jusqu’à la sonnerie signifiant la fin de sa journée scolaire, du moins des leçons dispensées par les professeurs, car sa journée à elle continua. À nouveau rendue dans la bibliothèque, elle lâcha bruyamment ses affaires sur une table, lui valant une remarque de la bibliothécaire, mais elle était bien trop fatiguée pour lui répondre ou même regarder en sa direction. Elle la revoilà partie pour une heure de révision, à organiser et recopier ses notes avant qu’elle ne décide que c’était assez pour aujourd’hui. 

  Soufflant un bon coup, elle se leva de sa chaise, rangea lentement ses affaires et se dirigea vers la sortie, mais n’oublia pas de faire son détour par leur cachette, à elle et l’inconnu. Un parchemin y était présent. Il lui avait répondu.

   Le fait d’avoir trouvé sa réponse la revigora un peu et un sourire étira ses lèvres qui était auparavant figées. Elle rangea le parchemin dans son sac et quitta la bibliothèque en direction de la Grande Salle où elle retrouva ses amis pour un repas qui se passa dans le calme et la bonne humeur, Herminie réussit même à faire décrocher un rire à Eileen. Et c’est tous ensemble qu’ils rentrèrent en salle commune, certains allant directement dans leurs dortoirs, d’autres restant un peu dans la salle commune. Eileen, elle, décida de s’installer confortablement dans un canapé, puis regarda si personne n’était autour d’elle, déplia le parchemin qu’elle avait finalement mis dans la poche de sa robe de travail.

   Un grand sourire vint illuminer son visage à sa première lecture. À sa deuxième, une légère teinte rosée vint décorer ses joues. S’assurant que personne n’était dans son voisinage immédiat et ne pouvait voir ou devenir ce qu’elle faisait, elle sortit un parchemin et sa plume de son sac et entreprit de lui répondre.

Image


   Contente de sa réponse, elle attendit quelques secondes que l’encre sèche, puis plia le parchemin avant de se diriger le plus silencieusement dans son dortoir, où après s’être changée en pyjama, elle s’installa dans son lit, le parchemin sous son oreiller, la main dessus. Le lendemain matin, Eileen se réveilla dans la même position que dans laquelle elle s’était endormie. Une première depuis bien longtemps, elle avait pour habitude de beaucoup bougée pendant qu’elle dormait. Comme si la présence du parchemin, et indirectement de l’inconnu l’avait apaisé pour qu’elle dorme tranquillement.

   Après ses deux cours matinaux qui étaient les seuls que l’Irlandaise avait pour la journée, elle décida d’aller déposer son message sous la pierre avant de se rendre dans la Grande Salle pour manger paisiblement avant, pour une fois, d’abandonner ses révisions au profit du soleil et des températures douces de ce début d’après-midi.

4e année RP, Capitaine des Hel’s.
« Free will does exist, it's just fucking hard.» « Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. »
A Aliénor : T'es extra bête

21 mars 2019, 11:07
 privé  Le parchemin anonyme
30/04/2043


Depuis quelques temps, à chaque fois qu’Erwan arpentait les couloirs du château, son regard partait à la recherche d’une nouvelle cachette. La bibliothèque était devenue trop risquée. Les réponses étaient de plus en plus rapides et les deux Poufsouffle risquaient de plus en plus d’éveiller les soupçons. Si quelqu’un d’autre que l’inconnue venait à intercepter un de leurs mots, Erwan en serait malade. Il fallait un endroit moins fréquenté avec peu de passage. La salle commune présentait effectivement des avantages mais bien trop d’inconvénients aux yeux d’Erwan. Il se reporta donc sur l’autre idée qu’avait proposé l’inconnue. Alors qu’il sortait de la grande salle après un déjeuner studieux où il avait révisé, il décida d’aller faire un tour dans la salle des trophées au troisième étage. Il avait dû y passer deux ou trois fois maximum depuis son arrivée à Poudlard, la pièce n’avait rien d’extraordinaire à ses yeux mais il voulait la voir avec un œil neuf. Cette fois il cherchait une cachette. Rien ne lui sauta aux yeux... Il avait scruté toutes les étagères, les coins et recoins mais rien ne semblait permettre de dissimuler un parchemin sans que quelqu’un qui souhaiterait nettoyer, par exemple, ne le trouve. Alors qu’il allait abandonner, il se rapprocha de la fenêtre pour voir la vue de cet endroit du château. Il posa les coudes sur une planche qui servait de base à la fenêtre, le soleil brillait fort et diffusait une agréable chaleur à travers le carreau. Alors qu’Erwan se recula de la fenêtre, déçu de partir bredouille, en se poussant du mur, quelque chose bougea sous son coude gauche. Une planche un peu usée se déboîtait et laissait apparaître la pierre du mur sous la fenêtre. L’idée ne percuta pas immédiatement chez Erwan, il s’excusa d’abord bien que personne ne soit là pour l’entendre, puis essaya de remettre la planche telle qu’elle était avant qu’il ne la bouge. Une fois replacée, rien ne laissait croire qu’il avait touché à quelque chose. C’est à ce moment là qu’il comprit qu’il venait de trouver la nouvelle cachette. Il fallait qu’il le dise à l’inconnue ! Mais il n’avait pas encore reçu de réponse...

Il hésita un bref instant et se décida à retourner à la bibliothèque au cas où une réponse l’attendait. Comme si tous les éléments étaient réunis en cette journée pour qu’elle soit parfaite, un morceau de parchemin dépassait sous la pierre du fond de la salle. Il effectua son manège habituel, s’assura que personne ne regardait et se baissa discrètement pour l’attraper. Son cœur battait la chamade. Tout cela prenait une ampleur que le jeune Poufsouffle n’avait pas prévu mais ça ne le dérangeait pas. Au contraire. Il se sentait plus vivant que jamais et regagna son dortoir le pas léger et le sourire jusqu’aux oreilles. Comme les fois précédentes, il lu le message des dizaines de fois. L’attente pour lire ses mots était si pesante qu’il ressentait le besoin d’en apprécier chaque phrase, chaque mot. Erwan opta pour une table de la salle commune, déserte à cette heure de l’après-midi, pour rédiger sa réponse.

Image


Erwan plia son parchemin et le glissa dans une poche intérieure de sa robe. Il vit Calum et Jeffrey qui s’apprêtaient à partir pour manger, il héla les deux garçons et parti avec eux pour manger. Si Erwan avait dû parier sur le sujet de discussion qu’animait les deux Poufsouffle avant de les rejoindre il aurait probablement eut raison. Le Quidditch, encore et toujours ! Il adorait les entendre débattre du sport sur balai... Un jour, peut-être, Erwan oserait s’y essayer. Il fallu attendre le lendemain pour qu’il puisse déposer sa réponse dans la bibliothèque, peut-être pour la dernière fois. Il faudrait tout de même repasser par là pour s’assurer que l’inconnue avait bien trouvé la cachette. Et il s’en assurerait ! Rien ne lui ferait plus mal aujourd’hui que de perdre cette correspondance, il serait perdu sans la lumière de l’étoile à qui il avait fait une place dans son cœur.

Gardien des Hel’s
Membre intéressé de l’ACDC

3 avr. 2019, 09:40
 privé  Le parchemin anonyme
Le 02/05/2043


   Nouveau jour, même routine. Eileen ne faisait presque plus de différence entre les jours qu’elle voyait défiler. La seule chose qui l’aidait à se repérer dans le temps était son emploi du temps scolaire, cela en devenait presque triste.

   Mais pas en ce samedi, non. Car malgré le fait qu’elle due terminer son devoir de Défense Contre les Forces du Mal, elle avait désormais son week-end de libre, ayant réussi à s’avancer dans ses devoirs, ce qui n’était pas une mince tâche à accomplir au vu du nombre de devoir qu’elle avait reçu dans la semaine de la part de ses professeurs.
   En ce samedi, elle voulait souffler, ne penser à rien qui lui rappelait les cours. Et lire un livre, posée, dans un fauteuil de la salle commune pour attendre le déjeuner lui semblait être une bonne idée.

   Aux alentours de midi, Eileen retourna déposer son livre sur son lit, ramassa son sac qu’elle porta avec elle jusqu’à la Grande Salle où elle rejoignit Herminie et Maddie avec qui elle partagea un agréable moment autour d’un bon repas. Les trois jeunes filles parlèrent de tout et rien, des derniers potins qui circulait dans la salle commune et à Poudlard. Mais vers la fin du repas, l’esprit de la brune divagua, se projetant dans un futur proche où elle se rendrait à la bibliothèque. Une réponse de l’inconnu l’attendrait-elle ? Ou trouverait-elle l’espace sous la pierre vide ? Elle espérait de tout cœur le premier. C’était fou à quel point cette conversation avec un parfait inconnu l’avait complètement retournée. Peut-être était-ce l’anonymat qui la mettait tant en confiance, peut-être pas. Elle ne le savait pas, mais une chose était sûre, même si elle n’avait jamais rencontré la personne derrière les morceaux de parchemin, elle se sentait plus à l’aise avec lui qu’avec quiconque. La preuve, elle lui avait laissé entrevoir une facette de sa vie dont elle n’avait jamais parlé à Poudlard ; la relation difficile qu’elle entretenait avec son père, si elle ne comptait pas la fois où elle avait failli en parler à Maddie alors qu’elles préparaient des cadeaux pour leurs parents respectifs pour Noël, enfin, juste sa maman pour Eileen.

   C’est le bruit de couverts qui sortit l’Irlandaise de sa rêverie, et qui la fit se concentrer à nouveau sur ses amies. La fin du repas se déroula tranquillement, jusqu’à ce que les trois eurent enfin le ventre plein. Elles décidèrent alors de se séparer et de chacune retourner à leurs occupations. Pour Eileen, c’était son petit voyage à la bibliothèque, voyage dont elle profita pour rendre un livre. Mais elle n'en oublia pas son but principal, le parchemin. C'est déterminée, mais attentive à ne pas paraître trop suspecte qu’elle se dirigea vers leur cachette. Lorsqu’elle n’en était plus qu’à quelques pas, la couleur caractéristique du parchemin attira ses yeux désormais pétillant de bonheur. Mais la brune ne laissa rien paraître d’autre pour éviter d’attirer l’attention sur elle. Eileen se dépêcha calmement de récupérer le précieux parchemin qu’elle rangea dans son sac, avant de se diriger vers la sortie de la bibliothèque pour se rendre dans un endroit plus calme qu’elle n’avait encore jamais visité mais qu’elle allait sûrement devoir apprendre à connaître ; la salle des trophées.

   Une fois arrivée à destination, elle s’assit contre le mur faisant face à la fenêtre qui donnait sur l’extérieur du château. Eileen déplia délicatement le parchemin de peur de le déchirer, puis plongea dans sa lecture. 
   Plus les lignes défilaient sous ses yeux, plus le sourire qui adornait les lèvres de l’Irlandaise grandissait. Lorsqu’elle eut fini, Eileen le replia et posa sa tête contre le mur pendant quelques instants avant de rouvrir le parchemin. L'inconnu lui avait donné leur nouvelle cachette : sous la planche gauche sous la fenêtre de la salle. Elle se dirigea alors vers cette dernière, puis appuya doucement sur la planche, un petit grincement et un petit espace de quelques centimètres, voilà ce qu’elle obtenue. Profitant du petit espace, elle y glissa ses doigts et tenta de retirer la planche qui se déboîta de son emplacement assez facilement. Toujours un sourire aux lèvres, elle replaça la planche, retourna s’asseoir à côté de son sac et se mit à écrire sa réponse à l’inconnu.

Image

   Lorsqu’elle eut fini, elle se risqua à retourner à la bibliothèque pour la deuxième fois aujourd’hui, mais que risquait-elle vraiment ? C’était la dernière fois qu’elle y allait pour échanger avec l’inconnu. Certes, ce n’était pas la fin de leurs échanges, mais Eileen ne put s’empêcher de ressentir une pointe de nostalgie. Après tout, c’était ici qu’elle avait « rencontré » l’inconnu.

   Le parchemin déposé, elle retourna son dortoir qui était étonnement désert. Et même s’il n’y avait personne, elle n’était jamais trop prudente, elle regarda autour d’elle avant de placer le parchemin, avec tous les autres qu’elle avait reçu, entre les pages d'un livre sur le Quidditch que ses frères lui avaient envoyé.


4e année RP, Capitaine des Hel’s.
« Free will does exist, it's just fucking hard.» « Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. »
A Aliénor : T'es extra bête