Inscription
Connexion

12 juil. 2019, 00:25
Bibendum s'envole  PV Eileen Shelby 
Samedi 14 mai 2044
Début d'après midi


Ça faisait maintenant quelque jour que Mel avait laissé son mot dans la salle d’étude de la salle commune. Un mot tout simple :
Salut !

Je suis nul à Saute Buisson, au secours ! Si quelqu’un veut bien m’apprendre à voler je serai sur le terrain d’entrainement le 14 mai 2044 à 14h00

Merci !
C’était vrai. Il avait été affreusement mauvais, durant ce cours, il avait pris une véritable volée parce qu’il avait tout simplement trop peur de tomber. Dire qu’au début de sa scolarité il voulait rejoindre l’équipe de Quidditch, quelle désillusion ! Il était infoutu de voler correctement. Les choses changeraient peut-être un jour. Mais là, clairement, il ne pouvait pas, il n’avait pas le niveau ! C’était dans cette optique de renouveler avec ses premières ambitions qu’il avait laissé ce petit mot.

L’affaire était entendue, le jeune sorcier était persuadé qu’une bonne âme viendrait l’aider. Il s’était donc rendu sur le terrain d’entrainement dans une tenue des plus singulièrement rembourrée. Des coussins qu’il avait réussis à enfoncer sous son pullover, car si l’hiver était passé il y avait encore un vent frais, au niveau du torse et des bras. Il avait aussi mis des protections homologuées :  des genouillères, des coudières, des jambières, des protège poignet, des gants un casque en cuir et des lunettes de ski. Il ressemblait littéralement à un bibendum sorti d’une pub Michelin en vacances à la montagne. Il faisait les cents pas, ridiculement seul au milieu du terrain en attendant sa bonne âme. Tout allait bien, il n’était pas encore tout à fait 14h00, quelqu’un finirait bien par arriver. A son coté, un balai de l’école, pas la top qualité mais le matériel permettait au moins d’apprendre à voler. C’était après tout l’objectif. Voler mieux, voler vite, voler sûr.

Les minutes passaient et se ressemblaient et quatorze heures sonnait. En désespoir de cause, le jeune sorcier s’approcha de son balai, il allait l’invectiver quand il sentit une présence dans son dos. Il se retourna difficilement, pas facile quand on porte autant de protection, leva la main et dit tout naturellement :

« Salut ! »

C’était une jeune fille, il espérait que c’était bien pour lui, sinon c’était quand même la sacrée honte du siècle !

@Eileen Shelby

Membre de la LSE

19 juil. 2019, 00:59
Bibendum s'envole  PV Eileen Shelby 
   Eileen avait pour habitude, tous les matins, avant d’aller prendre son petit-déjeuner dans la Grande Salle, de se rendre au panneau d’affichage de la salle commune pour voir si de nouvelles choses y était affichée et qui lui serait bonnes de savoir. C’est de cette manière qu’elle avait trouvé, il y a deux jours de cela, un petit mot accroché hasardeusement sur le panneau et qui serait sûrement passer inaperçu si elle n'avait pas regardé avec attention. Ce même mot qui faisait qu’elle se dirigeait vers le terrain d’entraînement en ce beau samedi 14 mai, son brossdur 6 que ses deux frères lui avaient si précieusement offert pour son douzième anniversaire, dans l’emprise ferme de sa main droite.

   Lorsqu’elle avait vu le petit morceau de parchemin qui demandait l’aide de quelqu’un pour apprendre à jouer à Saute Buisson, Eileen avait sauté sur l’occasion. Bien que l’Irlandaise ne se considérait pas comme une professionnelle du vol, elle se disait que si elle avait été retenue pour faire partie de l’équipe des Frelons c’est qu’elle ne devait pas trop mal se débrouiller, enfin, c’est ce qu’elle se disait, alors autant en faire profiter quelqu’un qui était sûrement moins à l’aise sur un balai qu’elle. De plus, la brune ne manquait jamais une opportunité pour voler - l’amour pour le vol de John avait vraiment déteint sur elle - et si en plus c’était pour apprendre à quelqu’un à jouer à Saute Buisson cela ne pouvait qu’être une bonne après-midi, enfin elle l’espérait, elle avait désespérément de positivité dans sa vie, l’avènement du nouveau gouvernement et tout ce que cela entraînait avait saper son moral.

   Mais les pensées de la jeune fille furent coupées courte lorsqu’elle arriva à proximité du terrain d’entraînement à quatorze heures pile. Mince, elle allait être en retard. En relevant la tête de sa montre, elle s’arrêta nette dans sa marche. Fronçant les sourcils, elle aperçut au loin, une étrange… chose, silhouette, personne ? au milieu du terrain. C’était sûrement une personne, se confirma Eileen en la voyant faire ce qui semblait être les cent pas. N’en pensant pas grand-chose au départ, il fallut quelques secondes à Eileen pour comprendre que c’était sûrement le ou la Poufsouffle qui avait lancé un appel à l’aide. Se maudissant intérieurement, l’Irlandaise reprit sa marche et accéléra le pas pour éviter de faire encore plus attendre la personne qu’elle n’avait déjà sûrement attendu.

   En arrivant à quelques pas de l’individu elle ne put s’empêcher de détailler, à la limite de l’espionnage car la personne lui tournait encore le dos, les tonnes de protection qu’elle ou il semblait porter. Elle les détailla des pieds à la tête de l’individu ; des jambières, des genouillères, des coudières en passant par les gants et le casque qui venait recouvrir la tête du, ou de la Poufsouffle. On pouvait dire qu’il ou elle s’était rigoureusement face à l’éventualité d’une possible chute, et tant mieux, on chute de balai ne faisait jamais du bien. Mais alors qu’elle allait annoncer sa présence, elle remarqua quelque chose de curieux, elle crut voir dépasser quelque chose de sous le pull de la personne et qui semblait également la rembourrer. Était-ce… des coussins ? Eileen n’en était pas sûre, mais cela la fit grimacer légèrement, car bien que cela puisse diminuer les dégâts d’une chute, et encore, cela pourrait surtout en provoquer, provoquant des gênes lors des mouvements sur le balai. Mais bon, si ça pouvait mettre en confiance la personne, alors pourquoi pas.

   Pour la deuxième fois, elle était sur le point de s’annoncer lorsque ce qu’elle découvrit comme étant un garçon, se tourna soudainement vers elle, lunette de ski sur le nez, un salut enjoué produit par ses cordes vocales.

« Salut ! » Répéta-t-elle après un moment de flottement pour se remettre de sa petite surprise à voir le garçon se retourner vers elle. « Enchantée, je m’appelle Eileen, je suis en deuxième année. Je suppose que c’est toi qui as accroché le mot en salle commune pour le Saute Buisson ? » Demanda Eileen en souriant. 
Dernière modification par Eileen Shelby le 11 mai 2020, 20:47, modifié 2 fois.

4e année RP, Capitaine des Hel’s.
« Free will does exist, it's just fucking hard.» « Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. »
A Aliénor : T'es extra bête

4 août 2019, 22:27
Bibendum s'envole  PV Eileen Shelby 
Ce fut son tour d’avoir un moment de flottement, parmi toutes les personnes qui avaient répondu à son mot, c’était une joueuse de Quidditch qui était venu. Mel lui sourit à pleine dent avant de répondre :

« Mel Ray, j’suis en première année, enchanté ! C’est moi, oui. Je suis vraiment vraiment mauvais à ce jeu. Enfin. Je suis vraiment mauvais avec le vol en général. »


C’était pour le jeune sorcier quelque chose d’assez frustrant. Il était relativement bon de toutes les autres matières, mais le vol n’était clairement pas son truc.

« Je pense que j’ai peur de tomber. »

Comme si ce n’était pas évident. Il portait même des coussins pour se protéger. Mais par où commencer ? Il avait reçu une éducation de moldu, pour lui, ce qui volait c’était les oiseaux, à la rigueur, les avions, pas les humains et encore moins sur des balais. Il s’était même dit que le vol en tapis, moins discret, était plus sure.

« Comment tu fais toi ? Je veux dire, tu fais partie de l’équipe de Quidditch, ca doit être sacrément difficile, voir même faire peur parfois il faut faire attention à tout ! »

Le jeune sorcier enviait véritablement Eileen, certes il voulait devenir le plus grand auror du monde et devait avant tout être doué en métamorphose, potions, défenses contre les forces du mal et sortilèges (choses qu’il était, bien que pour les potions, ce fut une affirmation plus discutable), mais il avait envie de savoir voler. Voler c’est se sentir libre, c’est lâché, temporairement toute les contraintes et charges quotidienne. Il était dépité de ne pas y arriver alors que pour certains cela semblait si… Instinctif.

Membre de la LSE

18 août 2019, 23:19
Bibendum s'envole  PV Eileen Shelby 
   Eileen sourit au première année, Mel, lorsque ce dernier se présenta, sourire qui s’effaça aussitôt lorsqu’il lui dit qu’il avait peur de tomber. Elle pouvait comprendre comment il se sentait car elle aussi était passée par cette étape-là lors de son premier cours de vol. Il ne fallait pas croire qu’elle était née douée pour le vol sur balai, non, loin de là. Elle se mit alors immédiatement à réfléchir à des solutions pour Mel mais elle n’eut pas le temps d’aller bien loin dans sa réflexion, les questions de son camarade Poufsouffle l’interrompant dans ses pensées.

   Comment elle faisait ? Grâce au travail acharné et aux heures passées sur un balai, en dehors des cours de vol. Malgré le fait que son frère l’ait baigné dans les récits de ses matchs lorsqu’il faisait parti de l’équipe de Quidditch de Gryffondor, elle n’a jamais l’occasion d’enfourcher un balai avant son arrivée à Poudlard, ayant grandit dans une ville moldue. Et c’est ce travail acharné, avec une petite dose de chance elle en était certaine, qui lui a permis d’intégrer l’équipe des Frelons.

« Je vais te faire un petit aveu Mel, malgré le fait que j’ai deux frères sorciers, dont l’un qui a fait partie de l’équipe de Quidditch de sa maison, je n’avais jamais volé sur un balai de ma vie avant d’arriver à Poudlard. Alors je sais ce que tu ressens, tu n’es pas seul, ne t’inquiètes pas. Je pense que c’est vraiment une question de confiance en tes capacités, en toi. Je ne te connais peut-être pas tant que ça, mais je suis sûre que tu en es capable, tu ne le sais juste pas pour l’instant. »

 Eileen marqua une petite pause pour éviter de l’assommer avec son monologue même si elle se doutait que c’était sûrement déjà le cas. Puis elle aborda le sujet Quidditch.

« Ça peut faire peur oui, mais seulement si on laisse la peur prendre le dessus. Si on reste bloqué sur le fait qu’on peut se prendre un cognard à tout moment, on arrive à rien et c’est à ce moment-là qu’on est le plus exposé et qu’on devient une véritable cible pour le cognard. Et puis, tu sais, un bleu en plus ou en moins, c’est pas bien grave ; l’infirmière sera là pour nous rafistoler si besoin. »

  Cette fois-ci, l’Irlandaise s’interrompit pour de bon, elle parlait vraiment trop. Ça ne lui ressemblait pas pourtant, mais elle avait à cœur d’aider Mel. Le vol était un plaisir infime, une échappatoire, et si elle pouvait aider quelqu’un à découvrir le bonheur de cette pratique, alors elle se démènerait pour. Enfin, se concentrant à nouveau sur pourquoi elle était venue à la base, aider Mel à jouer au Sautebuisson, elle devait d’abord l’aider à se défaire de sa peur de tomber.

« Bon sinon, cette histoire de Sautebuisson, est-ce que tu veux d’abord qu’on vole un peu, que tu défasses de cette peur de tomber ? Ne t’inquiète pas, je serais à côté de toi tout du long, » tenta l’Irlandaise de rassurer son camarade, en réajustant sa prise sur son balai.

4e année RP, Capitaine des Hel’s.
« Free will does exist, it's just fucking hard.» « Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. »
A Aliénor : T'es extra bête

3 sept. 2019, 08:01
Bibendum s'envole  PV Eileen Shelby 
Wah quel discours ! Mel voyait bien qu’Eileen essayait de le motiver sans l’assommer ! Elle semblait penser que le jeune sorcier était une sorte de super héros avec un talent caché, comme on en voit dans certains Comics (son préféré étant, bien sûre, Iron Man, avec son armure mécanique, mais nous y reviendrons peut être plus tard). Il était là, à l’écouter, des yeux ronds comme des billes buvant les paroles de la joueuse de Quidditch comme s’il s’agissait des paroles du messie en personne. Sauf que le discours était long. Terriblement long. Un discours de motivation aussi long était, effectivement, un peu trop lourd pour le petit garçon que le sorcier était encore et il eut le plus grand mal à dissimuler un bâillement. Il espérait secrètement qu’Eileen ne l’ai pas vu, elle semblait avoir à cœur de l’aider. Elle était sans doute passée par la peur de voler, elle aussi, et semblait penser que Mel arriverait a de grande choses s’il s’en donnait la peine. C’était vrai, la plupart du temps, et il le savait, c’était son orgueil qui le lui dictait mais ça n’en était pas moins vrai. Il connaissait ses capacités dans la plupart des domaines et il était convaincu que dans le vol il n’en avait aucune.

« Merci pour tes paroles d’encouragement Eileen ! » Commença-t-il sincèrement. « Je ne sais pas si j’ai les capacités que tu prétends que j’ai, je ne pense pas les avoir, mais je suis ici pour essayer et m’entrainer. A défaut de savoir piloter, je voudrais au moins pouvoir voler sans être un danger ambulant ! Je suis plus à l’aise avec ma baguette…. Je veux bien qu’on vole, oui ! Si tu restes à côté de moi ça devrait bien se passer… Ou alors je t’entrainerai dans ma chute et on finira tous les deux a l’infirmerie mais avec une drôle d’histoire à raconter ! » Drôle ? D’ordinaire ça ne serai pas le cas, mais le fait de pouvoir guérir d’une fracture avec une potion rendait la situation nettement moins grave !

« Debout ! » Fit il a son balai qui se jeta dans sa main, à défaut d’être bon pilote, Le sorcier savait jeter un sort. Il enfourcha son balai, vêtu de toutes ses protections. Bibendum était prêt à s’envoler, il n’attendait que son coach.

Membre de la LSE

22 oct. 2019, 22:29
Bibendum s'envole  PV Eileen Shelby 
   Eileen sourit, légèrement embarrassée, elle savait qu’elle avait trop parlé ; car même si Mel n’avait rien laissé trahir dans son comportement -où du moins la brune ne l’avait pas remarqué- elle se doutait bien que son long monologue avait assommé le garçon. Mais aussitôt cette pensée entra dans son esprit qu’elle en ressortit. Le Poufsouffle venait-il d’appeler lui-même un « danger ambulant » ? La deuxième année fronça les sourcils, alors certes elle ne l’avait jamais vu voler sur un balai, ne savait pas de quoi il était vraiment capable, mais de là à se coller le titre de danger ambulant sur le dos… Eileen s’en sentit alors encore plus déterminée de l’aider.

   Lorsque Mel accepta sa proposition, l’Irlandaise hocha la tête avec détermination -une détermination qui pouvait se lire dans ses yeux bleus- avant de grimacer tout en laissant s’échapper un léger rire nerveux de ses lèvres. L’idée de se retrouver à l’infirmerie, et surtout celle de devoir rester coincer dans un lit sans ne pouvoir rien faire ne l’emballait pas vraiment.

« Alors c’est parti ! Par contre, on va quand même éviter de se retrouver à l’infirmerie. »

   Même si elle savait que son séjour à l’infirmerie, s’il devait y en avoir un, serait de courte durée grâce aux remèdes magiques de l’infirmière. Son raisonnement était obscurci par sa peur de se faire écarter de l’équipe avant même d’avoir pu jouer son premier match avec les Frelons, de prouver de quoi elle était capable ; la jeune fille ne supportait pas cette idée, même si elle savait qu’elle ne serait que remplaçante -elle ne se voyait pas prendre la place d’Erwan de toute façon, il était bien trop doué pour être mis sur le banc-. Surtout que le match qui opposerait les Frelons aux Crochets d’argents était dans une semaine.

   Se reconcentrant sur son camarade à côté d’elle, elle observa le balai que ce dernier avait choisi lui obéir lorsque Mel prononça un debout franc et distinct ; c’était un bon début.
   Ne voulant pas faire patienter le Poufsouffle, Eileen enfourcha directement son Brossdur 6, zappant l’étape que venait de faire le garçon. Elle poussa légèrement sur l’herbe du terrain d’entraînement s’élevant à une dizaine de centimètres du sol -c’était une bonne hauteur pour commencer- et comme à chaque envol, une bouffée de bien-être s’éleva en elle ; elle était comme sur un nuage. Une seule autre chose, ou plutôt personne, pouvait lui procurer cette sensation, et elle ne pense pas pouvoir s’en lasser un jour, du moins, elle ne l’espérait pas.

   Eileen fit alors un petit tour afin de sentir le vent passer dans ses cheveux, sentir ce sentiment de liberté pendant une poignée de secondes avant de finir se placer à côté de son jeune camarade de maison.

« On va commencer doucement, rien de bien compliqué ne t’inquiète pas, on va juste voler tranquillement tout droit pendant quelques mètres, on verra après selon comment tu te sens ce qu’on ferra, » Eileen marqua une petite pause, cherchant si elle avait encore quelque chose à lui indiquer avant de commencer. « Ah oui, un dernier petit conseil, pas de gestes brusques ; et si jamais tu sens que quelque chose ne va pas, tu me le dis. »

   Tout en gardant un œil sur Mel, Eileen pencha son légèrement le manche de son balai vers l’avant, sentant immédiatement ce dernier pourfendre l’air. C’en était parti pour cette leçon de vol improvisée.

Je m'excuse pour le retard

4e année RP, Capitaine des Hel’s.
« Free will does exist, it's just fucking hard.» « Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. »
A Aliénor : T'es extra bête