Inscription
Connexion

20 août 2019, 20:03
Elle balayait de la poussière d'étoile  pv 
08 septembre
2. Elle balayait de la poussière d'étoile


C'était la rentrée depuis quelques jours déjà. Un emploi du temps légèrement différent mais les mêmes camarades et pas tant de nouveaux professeurs. Un renouveau similaire au précédent mais dans lequel Judith se plaisait bien.

Oh ils avaient eu droit aux discours sur les examens de fin d'années. Mais étrangement les menaces des professeurs avaient bien moins d'impact cette année… peut-être parce que les temps étaient trop graves pour s'intéresser à des événements aussi futiles que des tests pour étudiants.

Le cerveau embrouillé de mille pensées complexes Judith tentait malgré tout de se concentrer sur ses études et de ne pas perdre le nord. Elle avait fini tous ces devoirs du week-end, alors elle profitait du peu de temps qui lui restait pour répondre à son frère.

Kean vivait à Londres. Elle avait reçu une lettre de lui trois jours plus tôt et n'avait toujours pas trouvé de quoi lui répondre. Les hiboux étaient réceptionnés de toute manière, ils ne pouvaient rien se dire d’intéressant sans avoir peur que cela se retourne contre eux.

Son sac à la main Judith traversa le parc jusqu'au terrain de quidditch. Elle voulait s'asseoir dans les gradins, ainsi elle serait suffisamment en hauteur pour sentir le vent tiède de la fin d'été. La journée avait été ensoleillée et le coucher de soleil projetait de jolies nuances pêche sur la canopée de la forêt interdite.

Le ciel était encore bleu, juste un peu assombris si on levait bien la tête, mais apparaissaient déjà la lune et une étoile. La jeune fille s’arrêta un instant et regarda un instant l'étoile du berger. Elle savait qu'il devait être déjà un peu tard, mais elle se fichait de faire durer la soirée. Elle n'avait pas besoin de beaucoup de sommeil pour être en forme et il n'était que huit ou neuf heures du soir.

A l'entrée du terrain elle marqua encore une pause pour regarder les quelques joueurs qui s'y trouvaient. Certains ne manquaient pas une seule occasion de s’entraîner. "Peut-être pourrais-je emprunter un balai et profiter de la soirée moi aussi une fois ma lettre écrite" pensa-t'elle.

Soudain elle crut percevoir, à la sortie des vestiaires et en tenue de quidditch, sa professeure d'Histoire de la magie. Une rencontre aussi fortuite qu'étonnante. Elle eut soudain le souvenir qu'à l'époque où elle étudiait à l'école, Elina n'était pas dans les pires joueurs. Elle devait certainement continuer à voler dans son temps libre. Des souvenirs de matchs lui revinrent et elle se souvint qu'elle avait eu beaucoup de plaisir à voir la jeune femme progresser sur un balai. Elle eut alors envie de la regarder à nouveau, et tant pis pour la lettre, elle l'écrirait à la lumière d'un lumos quand le couvre feu serait passé.

#375D81

29 août 2019, 21:26
Elle balayait de la poussière d'étoile  pv 
La journée s'était avérée éreintante. La rentrée signifiait l'arrivée de nouveaux élèves de première année tout excités à l'idée de découvrir la célèbre école de sorcellerie et bien décidés à en découvrir tous les secrets. C'était aussi le retour des élèves un peu plus âgés et nettement plus sournois qui en connaissait déjà chaque couloir et qui n'hésitaient pas à se servir de ce savoir dans un but parfois répréhensible. Après deux mois de calme, elle avait l'impression d'avoir été brutalement projetée dans l'une des grandes rues moldues de Londres à l'heure de pointe. Il faut dire que les rares élèves qui étaient restés à l'école durant l'été s'étaient montrés particulièrement disciplinés.

Passant une main sur son visage comme pour tenter d'en retirer toute trace de fatigue, Elina lâcha un soupir. C'était déjà la seconde rentrée qu'Elina vivait en tant que professeure. Le temps était passé à une vitesse folle et la situation s'était dégradée avec la même célérité. Un regard en direction de l'une des fenêtres lui appris que le soleil n'allait pas tarder à se coucher. Il ne lui fallut qu'un bref instant de réflexion avant de se lever de son bureau et de se diriger vert une armoire dont elle extirpa son balais et son ancienne tenue de quidditch. Celle-ci était aux couleurs des Frelons de Poufouffle et arborait toujours dans le dos le numéro qui avait été le sien lorsqu'elle était attrapeuse. Acheter une nouvelle tenue de quidditch n'avait pas été dans ses priorités et elle n'avait plus eu l'occasion de quitter Poudlard depuis longtemps. Du moins pas officiellement et certainement pas pour faire du shopping.

Sans perdre de temps, elle tourna les talons, quittant son bureau, qu'elle verrouilla d'un coup de baguette, sans un regard en arrière. Si sa mémoire ne lui faisait pas défaut, il n'y avait pas d'entrainement prévu ce soir-là et vu l'heure, les derniers élèves qui y traînaient ne tarderaient pas à regagner la Grande-Salle pour dîner. En foulées rapides, la jeune femme quitta le château pour le parc et pris la direction du terrain d'entrainement. Elle croisa quelques élèves qui partaient en sens inverse, probablement tiraillés par la faim. Lorsqu'elle atteignit les locaux abritant les vestiaires, elle s'y engouffra entrant dans le premier box libre venu, avant de le refermer derrière elle. Quelques instants plus tard, elle en ressortait, ayant revêtu la tenue de quidditch. Elle était toujours à sa taille. Après tout, elle avait quasiment fini sa croissance désormais. D'un geste rodé par l'habitude, elle attacha ses longs cheveux blonds en une queue de cheval toute simple, puis attrapa son balais avant de se rendre sur le terrain.

Il restait encore quelques élèves dans les gradins, mais pas plus d'une poignée. Avec la luminosité qui baissait, elle doutait que ceux-ci la reconnaisse. Elle pouvait toujours passer assez facilement pour une élève. Avec une certaine impatience causée par l'anticipation, la jeune femme enfourcha son balais et frappa le sol du talon d'un geste précis pour s'élever dans les airs.

Dès que le vent vint caresser son visage, elle se senti bien mieux. Toute fatigue envolée, elle prenait rapidement de l'altitude. Elle n'aimait rien tant que voler dès qu'elle en avait l'occasion. Elle qui ne pouvait plus quitter l'école sans risque, voler lui donnait l'impression de regagner un peu de cette liberté qui n'était plus la sienne. C'était aussi le seul moment où ses pensées cessaient de tourbillonner frénétiquement sous son crane pour ne plus laisser s'exprimer que ses sensations. Elle aimait voler tard le soir alors que les premières étoiles apparaissaient dans le ciel. L'obscurité engloutissait alors tout ce qu'elle avait laissé derrière elle et il n'y avait plus que ces astres scintillants, comme un appel. Ayant atteint une altitude suffisante, elle ferma les yeux avant de doucement entamer une chute en arrière, laissant l'attraction la ramener vers le sol. Durant quelques délicieuses secondes, elle abandonnait tout contrôle. Une chose qu'elle ne pouvait se permettre à aucun autre moment. Avec la maîtrise que donne l'habitude, elle rouvrit les yeux et redressa son vol avant de heurter le sol puis reparti à l'assaut du ciel étoilé.

Navrée pour l'attente. :wise:

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤

29 août 2019, 21:57
Elle balayait de la poussière d'étoile  pv 
Voir cette fille qui s'envolait dans un mouvement aussi fluide que celui d'un rapace nocturne donna envie à Judith de la rejoindre. Elle réfléchit un instant et pesa le pour et le contre. Il était un peu tard, elle n'avait pas encore mangé, elle avait cours le lendemain... Mais l'envie était trop forte, les belles soirées ne dureraient pas et elle aurait peu d'autres occasions. Quant à la nourriture elle pourrait attendre de rentrer dans sa salle commune pour en trouver, il y avait toujours un bol de fruit sec qui traînait quelque part et elle avait sous son lit de quoi se sustenter comme elle le souhaitait.

Elle regarda quelques secondes son ancienne camarade et actuelle professeure d'histoire de la magie qui prenait de la hauteur. Avec la nuit qui tombait et la distance on avait peine à la reconnaitre, ce qui expliquait que les quelques squatteurs des gradins ne s’aperçoivent même pas de sa présence. Une fois son observation terminée elle prit une pause la plus courte possible pour pénétrer dans les vestiaires et emprunter un balai. Elle sortit en trottinant, regrettant chaque seconde du spectacle qu'elle manquait.

Après un dernier coup d’œil autour d'elle pour vérifier qu'on ne risquait pas de le voir si elle se loupait, elle enfourcha le balai et frappa le sol du pied. Elle serra les cuisses le long du manche, pris de la hauteur et alla s'arrêter à presque cinq mètres. Là elle jaugea la distance qui la séparait du sol et la fidélité de son balai. C'était un brossdure, un balai qui saurait rester en place. Alors, confiante, elle décolla sa jambe droite et la fit passer par-dessus le balai pour rejoindre la gauche. Assise en amazone comme sur un siège volant qui tremblait un peu, elle pouvait regarder sa professeure d'un point de vue plus intéressant.

Elle leva les yeux vers les étoiles qui apparaissaient les unes après les autres, et sur le château qu'on voyait par-dessus les gradins. Les fenêtres s'éclairaient unes à unes de lueurs plus ou moins tremblotantes et donnaient l'air au château d'être une nuée de bougie au-dessus des reliefs.

Judith reporta son attention sur le terrain et sur l'ombre noire qui évoluait toujours. Les souvenirs lui revenaient par dizaines. Tous ces matchs où elle venait soutenir les frelons et où jamais Elina ne les décevaient... Elle aurait voulu la voir attraper à nouveau un viffet, rien que pour ressentir ce petit frisson d'euphorie qu'elle avait à chaque fois que son équipe marquait des points.

Un contact dur contre ses côtes lui rappela que ses poches n'étaient pas vides. Aussitôt elle sortit de l’une d'entre elle une chocogrenouille. Son regard voyagea entre l'objet de ses désirs et le ciel. Elle se décida finalement à agir. Elle sortit sa baguette et fit apparaître une petite flammèche bleue sur la boite pentagonale Sachant que la flamme ne brûlerait rien mais s'éteindrait vite, elle agit de suite. Dès que l'ombre s'approcha d'elle, elle la héla "Elina ! Réflexe !" et lança la chocogrenouille. La lumière bleue la suivit pendant quelques mètres avant de disparaître. Impossible de là où elle était de savoir si elle avait eu trop d'espoir en pensant la joueuse capable de l'attraper...

#375D81

4 sept. 2019, 18:03
Elle balayait de la poussière d'étoile  pv 
Il n'y avait aucun endroit sur terre où Elina se sentait mieux que sur son balais. Il y en avait eu, mais plus que des murs, cela dépendait des personnes à ses côtés. Or, elle était désormais confinée à Poudlard tandis que sa mère croupissait à Azkaban du fait d'Ursula Parkinson. Mais ce n'était finalement pas la citadelle qu'elle craignait le plus. Elle connaissait l'histoire des nouveaux compagnons de route que lui avait présenté Ilya. Les Sept Lignées du Nord avaient détruit la famille de chacun et elle craignait désormais pour la sienne. Son père était toujours en France, au sein de la famille Montmort. Des sorciers que Parkinson elle-même n'aurait pas désavoués. Elle espérait que cela le garderait en sécurité bien que ce soit là une protection toute relative. Sa tante lui avait donné plus de mal. Il avait été difficile de la convaincre de se montrer prudente alors qu'elle appartenait à l'une des dernière anciennes Lignées de Sang-purs. Elle n'avait rien à craindre du nouveau régime et Elina ne pouvait pas lui dire ce qu'elle craignait réellement. Heureusement, Ingrid accordait à sa nièce une confiance suffisante pour au moins faire quelques efforts. D'autant plus que le sort de sa sœur était une confirmation des inquiétudes d'Elina. L'esprit de la jeune  professeure n'était pas pour autant en paix. Aucun d'eux n'était véritablement en sécurité. Mais elle ne pouvait guère faire mieux. Elle ne parvenait à faire taire ces préoccupations que lorsqu'elle était en vol. En vol, tout n'était qu'instinct. La maîtrise de son balais, le vent sur sa peau... c'était là les seules choses qui avaient de l'importance.

Elle continuait à fendre l'air et à tournoyer tandis que le ciel s'assombrissait de plus en plus. Elina se rendit bientôt compte qu'elle n'était pas seule dans les airs. Il restait encore en elle quelques réflexes de joueuse bien ancrés. Toujours savoir où se trouvaient ses coéquipiers et ses adversaires était essentiel lors d'un match. Ses yeux qui s'étaient progressivement habitués à l'obscurité lui permettaient de distinguer une silhouette. Bien que la nuit ne soit pas particulièrement claire et que les couleurs se soient estompées, elle pouvait reconnaître une jeune fille assise en amazonne sur son balais. Une assise peu courante. Alors qu'elle passait de nouveau à proximité de la silhouette qui restait stationnaire, elle fut subitement hélée.
Tournant la tête du côté de l'appel, elle eu juste le temps d'appercevoir un petit objet orné d'une flamèche bleu filant dans sa direction. Quand bien même la petite flamme bleu disparue rapidement, la trajectoire de l'objet était plutôt prévisible. Il filait droit sur elle sans jamais dévier. Un peu comme le ferait un souafle, mais bien loin des changements brusques de direction des viffets ou du vif d'or. Suspendant sa course, elle n'eût pas de mal à rattraper l'objet. A la lumière blafarde de la lune qui faisait son apparition, elle reconnu une boite de chocogrenouille neuve. Drôle de projectile que voilà !
Intriguée par cette entrée en matière pour le moins originale, elle guida son balais pour se positioner à la hauteur de la lanceuse. Lorsqu'elles furent presque genoux contre genoux, les traits de la jeune fille lui apparurent plus clairement. Elle reconnu sans trop de difficulter une de ses anciennes camarades de maison un peu plus jeune qu'elle.

« Bonsoir Ju.. hum, miss Dumaray. Belle soirée pour s'entrainer au lancer de chocogrenouilles n'est-ce pas ? »

Dans ce cadre inhabituel, le prénom lui était venu plus naturellement. Cependant, elle ne connaissait pas suffisamment Judith pour se permettre cette familiarité. Elles s'étaient croisées à plusieurs occasions comme c'était le cas avec bon nombre d'élèves de Poufsouffle, mais elles n'avaient jamais vraiment discuté.

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤

5 sept. 2019, 07:35
Elle balayait de la poussière d'étoile  pv 
Bien sûr la joueuse avait attrapé l'objet sans souci. Elle n'avait même pas besoin de se concentrer pour continuer à avoir des réflexes. Judith était impressionnée même par cette performance qu'on qualifierait de simple. Bien sûr la joueuse était plus intéressante à regarder en match mais même en entrainement elle restait très performante.

Elle vint la rejoindre plus en hauteur. A cette distance elle pouvait parler comme assises côte à côte sur un banc. On sentait que Judith était légèrement moins à l'aise en volant que sa collègue.
Sa professeure faillit l’appeler par son prénom avant de bifurquer pour le nom. Judith rougit en réalisant qu'elle-même l'avait hélé par son prénom, alors qu'en tant que son élève elle n'en avait pas le droit. Et ce n'était pas comme si elles avaient passé beaucoup de temps ensemble au collège aussi il était étonnant que ce soit ce qui lui était venu en premier. "Oui, il fait encore tiède après la nuit tombée…"

La septième année entama un sourire timide, pas très sure du comportement qu'elle pouvait adopter devant quelqu'un qui avait été sa camarade et qui désormais était sa professeure. Pour beaucoup d'élèves d'années supérieures la venue d'Elina en tant que professeure avait été plutôt perturbante. Considérer un camarade comme une personne à qui on devait un respect réservé aux aînés en déstabilisait plus d'un.

Aussi, Judith pensa aux cours que donnait miss Montmort. Histoire de la magie... Si elle se maintenait avec des notes correctes un peu partout, c'était bien la seule matière où elle ne parvenait à rien. Elle avait abandonné l'idée de donner des heures de son temps libre à apprendre des dates qu'elle ne retenait même pas. Et elle pria pour que sa professeure ne se comporte pas comme avec un mauvais élève, c'est à dire en lui faisant des reproches. Elle détestait les sermons.

Consciente que la conversation allait rapidement se terminer si elle ne la fournissait pas, Judith continua : " Dommage qu'on ai ce couvre-feu à 20h30... je me demande si les adultes aussi ont obligation de le respecter."

#375D81

6 sept. 2019, 21:14
Elle balayait de la poussière d'étoile  pv 
Sa compagne de vol combla ce qu'il restait de distance entre elles pour qu'elles puissent discuter plus confortablement. Elle n'avait pas l'aisance d'un joueur de quidditch sur son balais, mais elle en avait une maîtrise tout à fait honorable. La jeune fille engagea la conversation en parlant du temps. Une entrée en matière vieille comme le monde, mais à laquelle Elina n'avait rien à ajouter.
Elle distinguait tout juste les traits de Judith à la faible lumière lunaire. Assez pour en distinguer les mouvements, mais pas pour saisir les infimes variations de ses expressions.

Elina avait parfois du mal à conserver la distance nécessaire entre professeur et élève. A plus forte raison lorsqu'il s'agissait d'élèves qu'elle avait cotoyés durant sa propre scolarité. C'était plus facile avec les premières et secondes années. Non seulement l'écart d'âge était plus grand, mais ils ne l'avaient jamais connus élève. Ils n'avaient donc pas de mal à la voir comme une professeure malgré son jeune âge. Cela dit, elle n'avait pas à se plaindre. Ses élèves les plus âgés s'étaient montrés très corrects et n'avaient pas cherché à en tirer avantage quand bien même elle s'y était préparée. Bien sûr il y avait eu des petits accros, mais rien qu'elle n'ait su gérer.

Lorsque Judith aborda la question du couvre-feu, Elina eut un sourire :

« Heureusement que non ! Sinon comment ferions-nous pour attraper les contrevenants à la règle ? »

Redevenant un peu plus sérieuse, elle ajouta :

« Je sais que 20h30, c'est tôt, mais c'est une précaution nécessaire. »

Après tout, les manteau noirs n'avaient pas encore renoncé à infiltrer l'école. Les élèves ne risquaient rien tant qu'ils restaient dans l'enceinte de l'école, mais il était plus que jamais nécessaire de s'assurer qu'aucun ne fasse le mur.

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤

14 sept. 2019, 08:35
Elle balayait de la poussière d'étoile  pv 
Judith sourit, contente que sa question ai eut la réponse attendue. "Oh chouette, je suis heureuse d'apprendre qu'il ne me concerne pas alors !"
Elle eut un petit rire, celui d'une personne qui a réussi son coup. Il était vrai que même si ce couvre feu lui avait été utile une ou deux fois elle avait du mal à le respecter et sortait bien souvent le soir pour aller travailler ses sortilèges dans un lieu calme et confiné du château. Impossible pour elle de dormir avant 23h alors autant mettre à profit ce petit défaut.

Quant à la sécurité... Malheureusement la professeure avait raison. Le couvre-feu était nécessaire par les temps qui couraient. Cependant, la peur n'empêchait pas Judith de violer le règlement. Elle savait que de toute manière croiser une personne louche après la tombée de la nuit ne serait pas une mauvaise chose. Si il fallait se méfier de certaines personnes, autant les trouver et les dénoncer avant qu'elles même n'aillent directement dans les dortoirs s'attaquer aux élèves.

Judith se retint d'ajouter qu'elle n'aurait plus la même culpabilité à sortir après 20h30. Il ne fallait pas oublier que derrière cette conversation bénigne se cachait malgré tout un rapport de force puisque l'une était professeure et l'autre élève. Et révéler à un professeur qu'elle sortait la nuit n'était peut-être pas une idée de génie. "Je comprends et tu... vous n'avez pas peur vous de vous promener seule même pour attraper ceux qui dérogeraient à la règle ? Après-tout vous pourriez tomber sur un élève inconscient aussi bien que sur...d'autres choses."

#375D81

18 sept. 2019, 16:51
Elle balayait de la poussière d'étoile  pv 
Elina eut un rictus amusé à la réponse de sa cadette. Elle devait être de la fin d'année et avoir récemment fêté son dix-septième anniversaire. Légalement elle était donc considérée comme une adulte. Néanmoins elle lui répondit très sérieusement :

« Poudlard ne considère comme adulte que ceux qui en sont diplômés. Vous devriez le savoir. »

Les petits malins étaient bien souvent ceux qui tombaient les premiers lorsqu'un danger imprévu se présentait. Parce qu'ils prenaient les choses trop à la légère. Parce qu'ils étaient trop certains de se trouver en sécurité ou parce qu'ils sous-estimaient leur adversaire. L'imprudence était une caractéristique de ces petits malins. Poudlard était bien protégé. C'était un oasis qui avait l'inconvénient de leur donner l'impression que le danger n'existait pas. Mais l'ignorance était parfois la meilleure protection qui soit. C'était la connaissance qui faisait des gens une menace potentielle. Tant qu'elle continuerait à ignorer certaines choses, Judith ne deviendrait pas une cible. Mais cela ne l'empêcherait pas de pouvoir se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.

« C'est le rôle des professeurs que d'assurer la sécurité des élèves. Poudlard est actuellement l'endroit le plus sûr qu'on puisse trouver. Ce n'est pas ce que je pourrais croiser dans ses couloirs qui m'inquiète. »

Poudlard avait subit plusieurs attaques ne serait-ce que depuis qu'Elina y était élèves, mais les professeurs avaient néanmoins toujours réussit à protéger les jeunes sorciers. Pour cela, elle faisait confiance à Kristen Loewy. Ursula Parkinson n'était que la partie émergée de l'iceberg. C'était l'autre partie qui intéressait Elina.

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤