Inscription
Connexion
25 juin 2020, 14:26
 29/04/2045  D'amour ou d'amitié  PV 
@Christopher Martin
@Alice Sangblanc


Sur le terrain de Quidditch, le vif d'or vient d'être capturé par Christopher


Alors que la batte d'Irene s'abaissait dans les airs, un mouvement dans le coin de son oeil, une atmosphère particulière sur le terrain se fit ressentir. Elle tourna la tête pour voir ce qu'il se passait, les oreilles comme dans du coton, quittant des yeux son objectif. Son bras, décalé par la manoeuvre, manqua le cognard. Mais peu importait, Christopher avait le poing fermé, l'air joyeux et un peu surpris. Le temps ralentit un instant jusqu'à se suspendre totalement pour la jeune rousse. Elle attendait, le coeur battant à tout rompre, le verdict. Était-ce un viffet ? Était-ce le vif d'or ? D'un coup tout s'accéléra, les cheveux au vent, Christopher perdit de l'altitude et la clameur de la foule agressa les oreilles d'Irene. Mais peu importait, Norma venait de briser cette fébrile attente en soufflant dans le mégaphone, quelques mots, rien que quelques mots, ceux qu'Irene espérait tant d'entendre. Christopher venait de capturer le vif d'or.

La capitaine des Ailes d'Airain accusa le coup, emprisonnée dans un état de sidération durant quelques secondes. Mais, très vite, l'explosion d'émotions qui envahit son corps surpassa en tout point l'embrasement du stade. Un feu d'artifice s'était allumé dans le ventre d'Irene, un volcan même, dont la lave brûlante remontait du creux de ses entrailles, remontait dans sa poitrine, remontait dans son coeur. Coeur qui, gonflé, plein de cette énergie ardente, battait à tout rompre, comme cherchant à sortir, comme cherchant à se montrer au monde, à contaminer l'univers ambiant, pompant la lave, la faisant encore grimper dans son visage, colorant ses joues, illuminant ses yeux, faisant barrage à la moindre pensée rationnelle dans son cerveau, bloquant tout les circuits de réflexion de la jeune fille.

Irene ne perdit pas un instant, guidée plus par la gravité flottante que par ses sens, elle fila vers le sol qu'elle percuta plus qu'elle n'atterrit dessus, à quelques pas du jeune blond. A peine ses pied posés au sol, elle lâcha son balai et chancela précipitamment vers lui, rayonnante, portée par cette lave qui l'animait de l'intérieur et qui ne semblait vouloir qu'une chose : s'échapper. Ses oreilles tintaient, elle n'entendait plus rien, ne voyait plus rien. Seul Christopher comptait, seul Christopher rayonnait, magnifique, semblable à un ange divin, l'hypnotisant, l'attirant comme le plus puissant des aimants, la guidant mieux que le plus puissant des phares, que la meilleure des boussole.

Irene n'avait rien prévu. Christopher était à portée de main, mais elle ne s'arrêta pas, elle continua, s'approchant de lui plus que jamais. Irene ne réfléchissait pas, elle se laissait aller. Les yeux verts, plongés dans les étoiles bleues, s'en approchèrent jusqu'à se perdre dedans... La jeune fille entoura le jeune homme de ses bras et unit leurs lèvres dans une douce étreinte. Irene embrassa Christopher.

Image

Tallyrenpher, à l'attaque !/ ⇈⇈ Ceci n'est pas un pavé... ⇈⇈ / Des Souris et des Dragons
Irene s'écrit sans accent, merci ! ^^
4ème année RP - M.E.R.L.IN. : Mat / Spid'Irene, la Princesse des Mots-Croisés
1 juil. 2020, 00:30
 29/04/2045  D'amour ou d'amitié  PV 
Eider était au coude à coude avec lui mais l'envergure de ses bras avait dû jouer car quand il refermait ses doigts il senti le métal froid au creux de sa main. Il l'avait attrapé, une nouvelle fois il avait mis fin au match et scellé la victoire de son équipe. Un instant ou le temps s'arrêta dans sa tête passa. Il avait ralenti sa course et redescendait doucement vers le sol en regardant sa main où battaient encore les ailes du vif d'or. Il n'entendait rien à cet instant, il était étonné de la vitesse avec laquelle il était parvenu à s'emparer de la petite balle dorée. Il n'en croyait pas lui-même et pourtant c'était bien réel, quand ses pieds touchèrent le sol c'était comme un retour à la réalité. Le bruit assourdissant des tribunes lui vinrent enfin aux oreilles.

Son cœur battait si fort, la joie de cette nouvelle victoire lui réchauffa le corps c'était incroyable. C'était presque aussi intense que lors du dernier match de la saison dernière mais aujourd'hui lui et ses coéquipiers avaient signé le match quasi parfait et en plus il avait donné la victoire à sa meilleure amie. Il chercha alors la rouquine dans les airs, il leva la tête mais très vite il l’aperçut au sol juste à côté de lui, elle lui fonçait dessus visiblement aussi heureuse que lui.

Puis tout se passa en un éclair, Irene l’étreignait en passant ses bras autour de lui et avant même qu'il ne réagisse en la serrant à son tour dans ses bras il sentit les lèvres de sa meilleure amie sur les siennes. Plus encore que la capture du vif d'or cet instant le plongea dans un nouvel isolement. Ses muscles s'étaient raidis sur le coup mais là ils se relâchaient alors qu'il renvoyait le baiser à Irene. Ses mains s'étaient posés sur la taille de la rouquine, ses doigts se détendaient jusqu'à en libérer le vif d'or qui était toujours dans sa main droite. Il savourait le moment, cette sensation était exquise.

Mais alors que tout était merveilleux, qu'ils n'étaient que tous les deux, alors même qu'il avait les yeux fermés, le visage d'Alice apparut devant lui. Il voyait une Alice triste, aux yeux humidifiés par les larmes. Elle n'était pas vraiment en face de lui bien sûr mais il se rendait compte de ce qu'il était en train de faire et du mal que ça pourrait provoquer à sa petite amie. Il eut alors instantanément un mouvement de recul et rouvrit les yeux.

"- Je..."

Il détourna son regard vers l'endroit où Alice était assise mais ne la vit pas d'où il était. Il reporta son regard sur les émeraudes d'Irene et sentit ses joues prendre de la chaleur, il devait sûrement rougir.

"- Irene, je... Alice ! Je peux pas..."

Son esprit était d'un coup chamboulé, ces dernières semaines avaient été compliquées entre Alice et lui, elle avait pris de la distance, était moins présente mais elle était tout de même venue le voir pour ce match. C'était un signe que leur histoire existait toujours. Et il tenait à elle, il l'aimait, il l'aimait tellement. Et là il venait de mettre en péril leur idylle en embrassant Irene aux yeux de tous. Elle avait sûrement tout vu. Ou peut-être avait-elle quitté le stade rapidement comme à son habitude. Un espoir égoïste s’incrustait dans l’esprit du blond même si il était très probable que beaucoup les avaient vu et que certains rapporteraient l'infos à Alice. Il avait mal au cœur, la culpabilité montait peu à peu en lui. Mais en face de lui se tenait Irene, sa meilleure amie, qu'est-ce que tout ça signifiait? Elle ressentait quelque chose pour lui et c'était juste l'euphorie de l'instant qui lui avait fait faire quelque chose d'aussi surprenant? Et lui, il lui avait rendu son baise, il le sentait. Il avait apprécié le moment et avait chercher à le faire durer. Qu'est ce qu'il ressentait pour elle? Etait-elle seulement sa meilleure amie ou plus à ses yeux? Elle avait été très présente pour lui cette année, en l'absence d'Alice c'était avec elle qu'il passait du temps. Il était perdu tout d'un coup, il voulait s'isoler, nan il voulait trouver Alice. Ou alors voulait-il s'isoler avec Irene? Il ne savait même plus. Mais sa capitaine était en face de lui et il ne pouvait pas partir comme ça sans rien dire et en faisant comme si rien ne s'était passé.

"- Qu'est-ce que ca veut dire?"

Ma signature signe la fin de votre quête
Vive les Tallirenpher / 141265 / Christortank
-4ème année et ex-Préfet RP / Boute-en-train de l’année 2018 et 2019
1 juil. 2020, 09:36
 29/04/2045  D'amour ou d'amitié  PV 
Christopher avait réussi, il avait gagné, non, avait fait gagner son équipe. Quel joueur spectaculaire il faisait ! Peut-être deviendra t-il attrapeur professionnel , comme son père avant lui ? Alice n'en doutait pas : son amoureux était formidable. Il était gentil, généreux, souriant, amusant, protecteur, intelligent... et vif comme l'éclair une fois son balai entre les jambes. Alice était fière de lui, elle avait beaucoup de chance de l'avoir et s’en rendait compte chaque jour. Il était patient, acceptait les états d’âme d’Alice. Oh, elle savait qu’elle n’était pas facile tous les jours, surtout en ce moment. On lui avait arraché son père depuis un an maintenant, et à présent son oncle, et monsieur Penwyn.
Mais Christopher était là pour elle, pour la soutenir.

Un grand sourire aux lèvres, Alice applaudissait Christopher et son équipe alors qu'autour d'elle on brayait en se secouant comme des damnés. Rien de plus ridicule qu'un supporter. D'un vif geste de la main, Alice dégagea un pan de banderole bleu et argent qui s'agitait un peu trop prés de son visage si bien qu'il lui cachait la vue du terrain.

C'est alors qu'elle les vit, là, l'un dans les bras de l'autre. Les mains de Christopher sur les hanches de sa meilleure amie. Une lame glacée vint déchirer la chaire tendre de son dos. Non, ce n'était certainement pas Christopher, cela ne se pouvait. Le blond se libéra alors de l'étreinte de la rousse, et cette fois Alice ne pouvait plus se voiler la face.

« - Elle sait y faire , Gates ! entendit-elle
- Ça c'est un baiser ! »

Le Soleil embrasait sa peau, son ombrelle s'était évaporée, le sortilège incapable de perdurer alors que la fillette se noyait dans une mer de trahison et de honte. Qu' importe la morsure du Soleil, rien ne la rendrait plus douloureuse que ces regards qui se posaient sur elle. Ils ne pouvaient pas lui faire ça, pas eux , pas Christopher. Irene... Alice savait qu'elle avait toujours été trop proche de son amoureux. La maudite ! La damnée ! La traitresse.

Alice ne pouvait détourner les yeux quand bien même elle aurait aimé se les arracher par ne pas voir une telle humiliation. Mais elle ne pouvait s'y résoudre. Ses grands yeux d'argent larmoyaient, mais pas de tristesse, ça non.
De rage.

Troisième année RP - 741B47
Fondatrice et recruteuse du MERLIN - Fiche SpA
25 juil. 2020, 16:33
 29/04/2045  D'amour ou d'amitié  PV 
Irene sentit Christopher se raidir un minuscule instant. Instant d'incertitude très vite effacé par la réponse que son ami lui fit. Le ventre d'Irene s'anima d'une envolée de papillons, son coeur n'ayant jamais battu aussi fort. Le corps de Christopher contre le sien, ses mains sur sa taille, les deux adolescents unis par leurs lèvres, c'était tout ce qui importait à Irene, qui avait complètement occulté tout le reste. Seul Christopher importait à présent, seul Christopher existait.

Et pourtant, le garçon finit par mettre un terme à ce baiser, brisant l'étoffe fragile de la félicité qui les avait étreint. Alors que le cristal se brisait, comme un être perce la surface d'une eau calme, Irene rouvrit lentement les yeux et plongea son regard dans les yeux de Christopher qui s'était reculé précipitamment. C'est seulement là, alors que le jeune blond se mettait à bafouiller, que la jeune fille prit la mesure de ce qu'elle avait fait. Une bouffée de chaleur lui monta aux joues, s'accordant à celle de son compagnon et la félicité fut remplacée par une tornade de sentiments contradictoires. Qu'est-ce qu'il lui avait pris ? A l'évocation d'Alice, incapable de soutenir ce regard bleu plus longtemps, elle baissa les yeux. Elle voulait cacher la jalousie qui faisait frémir son épiderme, la honte qu'elle avait d'avoir eu ce comportement et de ressentir ce qu'elle ressentait. Elle répondit d'une petite voix :
-Je sais pas...

Elle réfléchissait à toute allure, pour comprendre et apporter plus de lumière, trouver quoi dire, trouver quoi faire. Christopher lui plaisait, elle ne pouvait plus le nier, elle était obligée de l'admettre, de se l'admettre. Mais il y avait Alice (Irene serra les mâchoires), il y avait l'équipe et surtout il y avait Devon. Devon dont le soutien de sa présence à cet instant lui aurait été bien utile. Mais pouvait elle se permettre de se détacher complètement de lui pour avoir une relation si proche avec un autre ? Oh bien sûr, en l'absence du jumeau d'Irene, Christopher avait réussi à combler le vide bien des fois, à remplir au moins aussi bien le rôle protecteur et attentionné que son frère ne pouvait plus assurer, le rôle de complice et de confident même, menant vers une relation entre eux deux qui était si particulière, si forte et néanmoins bien différente de celle qu'elle avait développé avec Devon. Ce n'était pas pour rien qu'elle le considérait comme son meilleur ami...

Alors, pourquoi avoir ressentit tout ça, pourquoi avoir sauté dans les bras du jeune blond, pourquoi l'avoir embrassé devant l'école toute entière (Irene chancela un peu en s'en rendant compte), alors qu'il était déjà en couple et qu'elle le savait pertinemment. Ce n'était pas vraiment la vision qu'elle avait de l'amitié, de mettre dans l'embarra celui qu'elle appréciait autant, pour qui elle avait tant envie d'être présente. Sans compter qu'Alice était probablement venue encourager Christopher, elle avait forcément vu tout ce qu'il s'était passé. Irene avait beau ne pas apprécier tant Alice que cela, le respect qu'elle avait pour elle et, oui, son empathie envers la fille aux cheveux blancs la fit se sentir d'autant plus mal. Irene sentit les prémices des pleurs monter à ses yeux, elle fit de son mieux pour les retenir, ses yeux devenant néanmoins plus brillant. Mais qu'avait-elle fait ? Le regard baissé, elle se sentait trahie, trahie par elle-même, honteuse au point de prier que Mr Lynch passe par là et la fasse disparaître ou la métamorphose en souris.

Et pourtant, malgré tous ces sentiments négatifs, elle ne pouvait ignorer le bonheur qu'elle avait ressentit, ignorer cette bulle de paix et de tranquillité qui les avait protégé un instant. Irene ne pouvait ignorer le fait qu'elle n'avait qu'une envie à cet instant de troubles, retrouver les bras de Christopher pour se faire consoler, pour retrouver cette magie, pour simplement l'avoir peut-être juste "pour elle"? Irene n'arrivait pas à trancher, la raison ou le coeur ? Le mal était déjà fait, pouvait

Son ami attendait une réponse qu'Irene n'arrivait pas à formuler, à choisir. Le silence de plus en plus profond, de plus en plus pesant, de plus en plus gênant s'installait. Si Irene ne le brisait pas maintenant, elle savait qu'elle risquait de brûler à tout jamais ce qu'elle avait déjà construit avec Christopher, elle sentait qu'elle n'aurait plus jamais aucune chance de se retrouver à nouveau un jour nichée au creux de ses bras. Alors, alors elle fit un effort, la bouche sèche, toujours incapable de soutenir ce si joli regard bleu :
- Je..

Elle avala avec difficulté le peu de salive qui lui restait, le coeur battant, indécise jusqu'au moment où les mots s'échapperaient de ses lèvres, de son coeur et de sa tête :
- Je crois que... que je...

Les mots avaient du mal à sortir, elle ignorait toujours ce quelle allait dire :
- t'aime bien...

Voilà, la bombe était lancée. Irene ferma les yeux, comme s'attendant à ce qu'une explosion, des cris, n'importe quoi arrive. En réalité, elle coupait juste avec l'extérieur, pour se remettre les idées en place, pour emprisonner les larmes sous ses paupières. Elle parvint à garder le contrôle, mais d'une toute petite voix, elle s'excusa enfin, du bout des lèvres :
- Je suis désolée...

Comme si ces trois petits mots allaient réussir à effacer ce qu'elle venait de faire...

Tallyrenpher, à l'attaque !/ ⇈⇈ Ceci n'est pas un pavé... ⇈⇈ / Des Souris et des Dragons
Irene s'écrit sans accent, merci ! ^^
4ème année RP - M.E.R.L.IN. : Mat / Spid'Irene, la Princesse des Mots-Croisés
24 sept. 2020, 00:06
 29/04/2045  D'amour ou d'amitié  PV 
Christopher se touchait le bout des lèvres du doigt comme si la réponse à sa question s'y trouvait. Irene était visiblement sous le choc de la réaction du garçon, mais il était difficile pour lui d'en avoir une autre. Tant de questions sur ses sentiments tambourinaient dans sa tête et la rouquine n'en avait pas à lui donner. La voyant baisser les yeux, être gênée ainsi, le blond se sentit mal, il amorça un geste vers elle qu'il entrava aussitôt en repensant à Alice. Il en avait déjà assez fait et faire un geste affectueux vers Irene devant tout le stade n'était pas forcément une bonne idée. Mais il était son ami, il devait être présent pour elle comme elle l'avait été ces dernières semaines.

Heureusement, elle reprit la parole et mit fin à ses hésitations, mais ses paroles étaient pires qu'un silence. Elles étaient agréables, il les appréciait au fond de lui, mais il aurait aimé les entendre dans d'autres circonstances. Ses yeux ne la lâchaient pas, il cherchait ses mots, il aurait aimé lui dire que lui aussi, il l'aimait bien, c'était vrai, il l'aimait beaucoup même. C'était sa meilleure amie, il avait pris soin d'elle quand elle en avait besoin, ils s'étaient rapprochés, étaient très complices, il y avait forcément des sentiments entre eux, mais il ne pouvait statuer sur leur importance. Était-ce des sentiments d'amour ou d'amitié ? Est-ce qu'il l'aimait plus qu'Alice ? C'était pas comparable.

A nouveau la voix de sa capitaine l'extirpa de ses pensées chamboulées, elle s'excusait, alors qu'elle n'avait aucune raison de le faire.

"- T'as pas à t'excuser ! C'est moi je... Je peux pas faire ça... A toi... A Alice... Je... Irene, je dois réfléchir, on en reparlera tranquillement... Il posa sa main sur l'épaule d'Irene et lui fit un sourire amical. T'en fais pas... Va fêter la victoire avec les autres."

Doucement, il s'éloigna d'Irene et prit la direction des vestiaires, il avait besoin de retrouver Alice, il devait savoir ce qu'elle avait vu et surtout s'expliquer. Sans regarder derrière lui pour voir ce que faisait Irene, il entra dans le vestiaire et passa la porte pour sortir du stade. A peine avait-il passé la porte qu'une main lui atterrit violemment sur la joue. Sa première interrogation avait déjà une réponse. Il n'avait même pas besoin de relever la tête, il savait qui lui adressait la gifle.

"- Laisse moi t'expliquer, j'ai rien fait."

Ma signature signe la fin de votre quête
Vive les Tallirenpher / 141265 / Christortank
-4ème année et ex-Préfet RP / Boute-en-train de l’année 2018 et 2019
14 nov. 2020, 07:42
 29/04/2045  D'amour ou d'amitié  PV 
Désolée pour ce retard mes amours.

Un feu brûlait en Alice. Une tempête de flamme se déchaînait dans son cœur. Elle étranglait de ses longs doigts brûlants les sentiments d’Alice, ceux qu’elle avait eu, ceux qu’elle n’aurait plus jamais. Le feu grimpait en elle à mesure que ses pas là conduisait vers celui qu’elle aurait du fuir il y a de cela un an désormais. Un an. Un an de mensonge, de trahison, de honte ! De malchance. Il était un chat noir. C’était lui le chat noir, depuis le début. Depuis qu’il était entré dans sa vie, tout s’était envolé en fumé. Absolument tout. Comment avait-elle pu être aussi naïve, à tomber amoureuse de cet imbécile ! Tante Elise avait raison, les garçons ne servaient à rien, ils n’étaient que distraction et perte de temps.

Alice était la tempête désormais. On s’écartait sur son passage, et aux diables leur murmure et leur moquerie. Qu’ils aillent tous au Diable, et avec Christopher en chef de fil ! Et avec lui, cette maudite rousse. Irene. Alice le savait depuis le début qu’il fallait s’en méfier. Elle avait toujours été trop proche de Christopher. Toujours. D’un revers de sa manche, Alice essuya les larmes que crachaient ses yeux. Il était hors de question qu’elle pleure à cause de Christopher.

Les vestiaires. Voilà là où elle devait se rendre. Il y serait. Il n’y aurait que lui, peut-être ses coéquipiers. Ce serait tant mieux. Elle l’humilierait devant eux comme il l’avait humilié devant toute l’école. C’était peu de chose à côté de cela. Comment avait-il osé lui faire cela, à elle ? Il ne l’avait jamais aimé. Il avait menti, toujours menti. Ils étaient comme cela, les garçons. Tante Elise le répétait suffisamment. Ils ne servaient à rien

Les deux mains tremblantes d’Alice se plaquèrent sur la porte. Elle devait y entrer, hurler sa colère à Christopher, lui cracher tout ce qu’elle avait sur le cœur. Le secouer, le frapper, l’humilier, le briser. Mais il n’était peut-être pas là, ni Gates. Elle n’avait pas jeté un seul regard sur le stade, il était vrai. Peut-être avaient-ils décidé de ne pas se rendre aux vestiaires et de continuer à s’embrasser devant toute l’école. Elle se recula, et vint hurler sa colère dans ses mains jointes. Elle n’avait jamais été aussi enragée.

Il lui fallait pourtant se calmer, un peu, pour réfléchir. Non, elle n’y parvenait pas. Elle n’y parviendrait plus jamais. La rage la consumerait à jamais, elle et tout le reste. Qu’ils brûlent en enfer, tous les deux ! Christopher, Gates, main dans la main, le visage dans les flammes !

La porte s’ouvrît, et on quitta les vestiaires. Les cheveux blonds, elle les reconnu de suite. Comme un serpent affamé, sa main se propulsa dans le visage de Christopher. Cela ne lui procura aucune satisfaction, n’apaisa pas le feu qui dévastait tout en elle. Un contraire.

Les mots qu’il prononça, Alice les hait a peine sorti de sa sale petite bouche.

« Rien fait ?! » rugit-elle, ses yeux plantés sur Christopher comme deux poignards acérés. « Embrasser Irene devant toute l’école, ce n’est RIEN ? Devant toute l’école ! Tu es affreux ! IMMONDE ! »

A la colère se mêla de grosses larmes qu’elle chassa d’un geste enragé. Il ne les méritait pas.

Troisième année RP - 741B47
Fondatrice et recruteuse du MERLIN - Fiche SpA
15 nov. 2020, 22:15
 29/04/2045  D'amour ou d'amitié  PV 
Il savait très bien la tempête que ses mots allait provoquer, le simple fait qu'il dise quelque chose a vrai dire pouvait justifier l'escalade de colère chez Alice. Ses mots étaient fort, le touchaient en plein cœur, mais elle pouvait l'insulter de tous les mots, le frapper aussi fort qu'elle voulait, elle ne lui ferait pas plus mal qu'il ne souffrait déjà en voyant ses larmes car il savait qu'il en était la cause. Il baissa la tête, comme un chien qu'on engueule, coupable il l'était, même si il n'avait pas toute la responsabilité de ce qu'il s'était passé, il ne pouvait pas nier que le temps d'un instant il avait apprécié le moment.

Il releva finalement les yeux après qu'elle ait passé sa manche sur les siens et osa parler non sans crainte d'avoir une nouvelle salve d'insultes.

"- Je suis désolé... J'ai pas voulu ça Alice, je te le promet... Te faire souffrir... C'est pire que tout."

C'était sincère, mais il savait qu'elle n'en aurait que faire, et comment lui en vouloir. C'était trop tôt pour les excuses. Il connaissait le tempérament de sa petite amie... De son ex petite amie ? Qu'est ce qu'il adviendrait d'eux deux ? Est-ce-que lui même était prêt à assumer cette histoire ? Ca s'était passé devant toute l'école ou presque, pour sûr que beaucoup en parlaient, tout ceux qui les connaissaient Alice et lui en tout cas et même ceux qui ne leur avaient jamais parlé.

Il pleurait lui aussi, voir Alice souffrir, se dire à l'instant que c'était fini entre eux était trop dur, même si rien n'avait était dit, ça ne faisait qu'un pli dans sa tête. Il n'osait avoir le moindre espoir. Il resta à la merci d'Alice sans rien faire, lui faire face, assumer, c'était encore la chose la plus respectueuse qu'il lui était possible de faire dans cette situation.

Ma signature signe la fin de votre quête
Vive les Tallirenpher / 141265 / Christortank
-4ème année et ex-Préfet RP / Boute-en-train de l’année 2018 et 2019
16 nov. 2020, 21:46
 29/04/2045  D'amour ou d'amitié  PV 
Tout son corps lui faisait mal à en mourir. Son cœur, son pauvre cœur, se serrait dans sa poitrine. Il s’écrasait. Christopher était cruel, si cruel. Il osait dire qu’il était désolé, qu’il ne voulait pas ce qu’il s’est passé. La fillette s’écarte de lui d’un pas rageur, ses mains couvrant sa mâchoire tremblante.

« Arrête ! » somma Alice d’une voix tranchante mais tremblante. « Tu n’as pas le droit de dire ça ! T’as pas le droit ! T’as voulu ce qui s’est passé ! T’as voulu me faire souffrir ! Comment tu as pu me faire ça, à moi ... »

Un sanglot éclata dans ses mains jointes. Elle voulait le ravaler, ne pas montrer à Christopher qu’elle était aussi détruite qu’enragée, mais c’était chose vaine. Elle pleurait désormais. De grosses larmes coulaient sur ses doigts, et encore une fois elle les les chassa avec colère.

« Qu’est-ce que je t’ai fait pour mériter ça ? » pleurait-elle, écrasant ses larmes de ses paupières. « Qu’est-ce que je t’ai fait... » Alice n’avait rien fait. Rien du tout ! C’était lui, c’était eux. Ils avaient décidé de faire cela, sous les yeux de toute l’école, pour la blesser. Ils auraient pu choisir le confort de la salle commune, ou encore les vestiaires ! Ils avaient préparé leur coup à l’avance. Ils savaient quel mal ce baiser ferait à Alice. Ils le savaient, et pourtant Christopher promettait qu’il n’avait pas voulu cela. Il mentait. Ils mentaient toujours, tous. Tante Élise l’avait bien dit.

Troisième année RP - 741B47
Fondatrice et recruteuse du MERLIN - Fiche SpA
15 déc. 2020, 10:14
 29/04/2045  D'amour ou d'amitié  PV 
C'était de plus en plus dur, ses mots étaient dur car si éloignés de la vérité. Jamais, jamais de la vie, il n'avait voulu lui faire du mal. Il l'aimait, était heureux avec elle, voulait prendre soin d'elle et était aujourd'hui la cause d'une de ses plus grandes souffrances. Ses mots s’éteignaient dans ses larmes et l'aiglon lui plairait en silence, incapable dans un premier temps de dire quoi que ce soit. Il renifla, et sans essuyer ses larmes consentis à prendre la parole malgré le nœud douloureux dans sa gorge.

"- Rien du tout, Alice, jamais... Je suis inca... Jamais j'ai voulu... Il respira un grand coup, cherchant la force de délier ses mots qu'il n'avait même pas en tête. Que pouvait-il dire de toute façon, rien ne réparerait l'affront, il sentait le pardon d'Alice s'éloignait si loin de lui, si tant est qu'il est pu être proche à un moment donné. Ce serait se bercer d'illusions que de penser ça. Alice t'es merveilleuse, je m'en veux de te faire du mal, j'ai rien contrôlé. Elle m'est tombé dessus, je t'assure ! Ce n'est que mon amie... Tu crois vraiment que j'aurais pu te faire ça ? Devant tout le monde ?"

C'était là le seul argument qui pouvait plaider sa cause, c'était tout sauf son tempérament de se donner en spectacle comme ça devant toute l'école, d'être celui qui trompe sa copine aux yeux de tous. Il était discret, timide et réservé, si on devait parler de lui il préférait que ce soit pour ses performances au Quidditch plutôt que pour ses capacités à briser le cœur des filles.

Mon 5000è message, forcément il est pour toi <3

Ma signature signe la fin de votre quête
Vive les Tallirenpher / 141265 / Christortank
-4ème année et ex-Préfet RP / Boute-en-train de l’année 2018 et 2019
15 déc. 2020, 17:10
 29/04/2045  D'amour ou d'amitié  PV 
Christopher peinait à formuler ses mensonges, il bafouillait. Alice n’était pas dupe, et lui avait le nez dans ces vilaines actions. Il n’assumait pas. Pourquoi n’assumait-il pas alors qu’elle les avait vu ! Que toute l’école les avait vu ! Alice étouffa un gémissement douloureux dans ses mains.
Écouter Christopher se trouver des excuses, c’était pire que tout. Jamais il n’avait voulu ça, et pourtant il l’avait fait ! Alice ne voulait plus de ces mensonges. Qu’il aille au diable !
Le cœur d’Alice s’arma à nouveau de colère. Il tentait de se dédouaner, faisait passer Gates pour la seule coupable. Pour échanger un baiser, il fallait être deux. La prenait-il vraiment pour une idiote ?

« Je ne sais plus de quoi tu es capable » dit-elle, la voix cassée par ses sanglots. « Je pensais le savoir... mais finalement, je ne te connais pas. »

Il lui avait fallu une force titanesque pour ne pas pleurer, pour formuler des quelques mots.
Alice garda le silence un long moment durant lequel elle alterna entre profonde inspiration et expiration tremblante. Elle fermait les yeux, serrait les poings contre sa poitrine, peinait à calmer son cœur affolé. Toute cette colère qu’il y avait en elle... Alice en avait la nausée. Elle aurait pu hurler si il lui restait encore un peu de force. Mais elle s’en était allé.

Alice ravala la tristesse qui menaçait de l’étrangler et s’avança jusqu’à Christopher. Son beau et gentil Christopher, celui qui était là depuis le début, qui avait tout encaissé. Le même qui venait de la trahir et de l’humilier. Alice mourrait d’envie de le frapper à nouveau, pour ne jamais s’arrêter de le faire. Le frapper jusqu’à ce qu’il ressente ce qu’elle ressentait. Retiens toi, se répétait elle pendant de longues secondes. Il ne mérite pas tes sentiments, ni ta colère.


Alice porta sa main à sa gorge à laquelle pendait un bijou, un seul. Un vif d’or, un cadeau que lui avait fait Christopher pour son anniversaire. D’un geste vif, empli de toute sa colère, tout son mépris, elle l’arracha, brisa la chaîne, et qu’importe la brûlure qui lui irradia la nuque. Alice laissa tomber le tout aux pieds de Christopher, ses yeux rougis se plongeant dans les siens.

« C’est terminé... »

Alice ne parvient pas à dire tout ce qui lui restait sur le cœur. Elle ne voulait plus pleurer, pas devant lui. Plus jamais devant lui. Trop de fois elle s’était montrée faible devant ce... qu’était-il, en réalité ? Qu’avait-il toujours été ? Un menteur ? Un perfide ? Sous sa pseudo gentillesse, Christopher avait caché beaucoup de choses... quelle idiote.

Troisième année RP - 741B47
Fondatrice et recruteuse du MERLIN - Fiche SpA