Inscription
Connexion
11 juil. 2018, 22:42
La grande tragédie  PV 
9 septembre 2042

Pas envie d’aller en cours. Dès la deuxième semaine, c’était mauvais signe. Pourtant, même si elle savait que sa scolarité magique entière risquait d’en pâtir, Norma n’avait vraiment pas envie d’aller en cours.

La journée avait pourtant bien commencé : elle s’était réveillée avant tout le monde (elle appréciait le calme du dortoir au petit matin, ça lui donnait l’impression d’être de retour dans sa chambre à Dorchester, qu’elle avait le luxe de ne partager avec personne), puis elle avait aperçu Violette dans la Grande Salle, sa cousine avec qui elle s’entendait si bien.
C’est là que ça avait dérapé. Violette avait un an de plus que Norma et, si elles étaient très proches auparavant, depuis sont entrée à Poudlard, la serpentard avait creusé un gouffre entre elle et sa cousine. En commençant à son tour sa scolarité de petite sorcière, Norma était persuadée que ce gouffre allait disparaître. Maintenant, elle était aussi grande que Violette et elles avaient la chance de pouvoir se voir tous les jours, comme elles en rêvaient plus jeunes. Alors il n’y avait pas de raison, n’est-ce pas ?
Sauf que, quand la serdaigle était venue s’asseoir à la table des serpentards, Violette l’avait royalement ignorée. Pire, elle avait même suivi ses amies, qui s’étaient levées à peine une minute après l’arrivée de Norma, la laissant comme une énorme tache bleue à la table des verts. Tout ça, sans le moindre regard. Alors Norma avait compris. Quand elle s’était approchée de Violette et ses amies dans le parc ce week-end, et que cette dernière était repartie en sens inverse, ce n’était pas parce qu’elle ne l’avait pas vue. Quand elle lui avait fait un signe de la main dans le couloir, qui était resté sans réponse, ça n’avait rien à voir avec le cours de métamorphose qui allait commencer. Non, Violette avait purement et simplement décidé que sa cousine n’existait pas. Pour Norma, c’était un énorme coup de massue.

Après cette ultime humiliation, or de question d’aller en cours. À la place, elle était allé trouver l’infirmière de Poudlard, Ms Lloyd, et avait prétendu se sentir souffrante. Sauf que cette dernière ne comptait pas la laisser sécher les cours sans vérifier ses dires. Assise sur un lit de l’infirmerie, Norma se faisait donc ausculter à coup de baguette magique. Ms Lloys lui faisait la totale : température, tension… Puis elle conclut d’un ton doux, mais ferme, que rien ne justifiait qu’elle occupe un de ses lits.
« Pourtant, tenta d’argumenter Norma d’un faible filet de voix, je vous assure que je me sens très mal… »
Sa piètre interprétation ne lui permit pas de convaincre son interlocutrice mais, au moins, cette dernière accepta de la laisser se reposer dix minutes avant de l’envoyer en cours. Puis elle sortit de la grande salle de l’infirmerie, laissant Norma seule. Ou presque seule.
Comment allait-elle convaincre l’infirmière de la garder pour la journée ?

Quatrième année RP
La parfaite Poudlardienne (Animation des PeC de novembre 2017)
12 juil. 2018, 01:43
La grande tragédie  PV 
Pénible. S'il y avait bien un mot qui pouvait décrire les douze dernières heures qu'avait passé Erwan, c'était bien celui-là. Élancé entre les douleurs et les nausées, il n'avait pas fermé l’œil de la nuit. La veille, lors de son deuxième cours de potions, il s'était renversé sur la main une partie de la préparation sur laquelle il travaillait depuis une heure. Par peur de passer pour le gros lourd de moldu, et parce que la douleur ne s'était pas encore manifestée, il décida de ne rien dire à son professeur. De retour dans la salle commune des Poufsouffle après un bref repas, il prit la direction de son lit, persuadé qu'une bonne nuit de sommeil viendrait à bout des picotements à la main gauche qu'il ressentait depuis une heure. Cependant, au bout d'une nouvelle heure, les picotements étaient devenus des vagues de douleurs si intenses qu'il manqua de vomir sur ses draps à plusieurs reprises. Au petit matin, il était résigné à mettre sa fierté de côté et demander de l'aide. Il trouva un élève de quatrième année déjà debout, se préparant pour la journée à venir. D'abord choqué de voir que la main d'Erwan avait doublé de volume et tournait désormais au gris-vert, il prit le temps de le rassurer. Selon lui, la plupart des premières années finissait par aller voir Miss Lloyd un jour ou l'autre. Qu'elle faisait des miracles et qu'il ne fallait surtout pas attendre pour aller la voir.


Sur le chemin qui l'amenait à l'infirmerie, il prit le temps de s'infliger une de ses auto-remontrances dont il avait le secret. Imbécile ! Encore persuadé que tu peux tout faire tout seul, pensa t-il. Ou encore Tu n'as que ce que tu mérites !. Agacé contre lui-même, il sombra dans une de ses phases moroses qu'il le plongeait en son fort intérieur et le tenait à l'écart du monde qui l'entourait. L'adaptation au monde des sorciers se révélait plus dure qu'il ne l'avait imaginé. Sans s'en rendre compte, il arriva devant l'infirmerie. Cette sombre marche jusqu'à la délivrance avait au moins eût le mérite d'atténuer un peu la douleur physique par de la honte. Il fût accueillit par une Miss Lloyd en demi-teinte ; tiraillée entre la compassion qu'elle éprouvait pour le garçon et l'agacement qu'il ai attendu si longtemps pour venir. Elle somma le jeune sorcier de prendre un lit le temps qu'elle prépare l'antidote ; selon elle, il faudrait qu'Erwan passe la journée ici. Acceptant cette punition comme une leçon, la tête baissée par la honte, il s'avança vers le lit le plus proche.


Miss Lloyd réapparut dix minutes plus tard avec une petite fiole à avaler et un pansement recouvert d'une substance visqueuse et odorante. Elle lui appliqua sur la main et le mit en garde, si jamais il lui venait l'idée de le retirer avant qu'elle l'y autorise, en plus des problèmes qu'il aurait avec Madame Bowers, il devrait passer la nuit ici. Erwan accepta les conditions sans broncher, il était résolu à passer une mauvaise journée. Elle tira un rideau autour de lui, le laissant seul avec sa mauvaise humeur.
Quelques minutes plus tard, Erwan entendit Miss Lloyd conduire une élève vers le lit voisin. Après cinq bonnes minutes de diverses manipulations, l'infirmière dit d'un ton doux :

-Mademoiselle Sutherland, je ne trouve rien qui justifie que vous soyez ici. A part votre mine triste et contrariée, vous avez l'air en parfaite santé.
-Pourtant je vous assure que je me sens très mal.

Même Erwan décelait dans la voix de sa voisine une pointe de doute, Miss Lloyd reprit sur un ton équivoque :

-Prenez le temps de vous reprendre, je vous laisse tranquille dix minutes, mais après ça il faudra regagner vos cours Mademoiselle Sutherland. Puis elle repartit dans son bureau, laissant Erwan seul avec sa voisine.

Caché derrière le rideau, encore en proie avec lui-même malgré la conversation qu'il venait d'entendre qui avait réussit à le sortir un peu de sa méditation, Erwan se demanda quelle était la meilleure façon de s'annoncer. Puis, sans réfléchir, il ouvrit le rideau d'un coup plus sec qu'il ne l'avait voulu. Ce n'était décidément pas sa journée !

-Désolé... J'étais là depuis le début. J'ai entendu ta conversation avec Miss Lloyd. Plus j'attendais pour te dire que j'étais là plus ça devenait bizarre. Alors comme ça, tu te sens très mal ?

Gardien des Hel’s
Membre intéressé de l’ACDC
12 juil. 2018, 22:35
La grande tragédie  PV 
Norma avait à peine eu le temps de réfléchir à un plan que le rideau à côté d'elle s'ouvrit soudainement, la faisant sursauter. Face à elle venait d'apparaître un garçon aux cheveux noirs. Il s'excusa et exposa la situation qui, selon ses dires, le gênait un peu. Puis il embraya sur l'état de santé de la serdaigle.

« Oh la la, oui... répondit-elle en se prenant soudainement la tête dans la main. Très très mal. Mais l'infirmière ne veut pas que je reste...

Elle jeta un regard vers la porte que venait de franchir Ruby Lloyd. Plus personne en vue. De retour sur le garçon, elle se dit qu'il n'y avait pas vraiment de risque qu'il soit un espion infiltré. En même temps, les murs pouvaient avoir des oreilles, surtout dans un lieu comme Poudlard... La prudence restait de mise.

La main du garçon était recouverte d'un pansement peu appétissant. Elle oublia un instant sa comédie - à moins que ce ne soit simplement pour changer de sujet ? - et lui demanda :
- Tu t'es fait quoi à la main ? »

Elle avait les sourcils froncés. Chez la fillette, cette expression indiquait qu'elle jugeait légèrement la personne en face d'elle. Comment, en même pas deux semaines de cours, pouvait-on déjà avoir besoin de ce type de soins ?

Quatrième année RP
La parfaite Poudlardienne (Animation des PeC de novembre 2017)
14 juil. 2018, 11:03
La grande tragédie  PV 
La surprise qu'affichait la jeune fille que découvrit Erwan derrière le rideau était sans équivoque. Il aurait pu se passer de l'entrée en grande pompe et se montrer plus fin. Après tout, la jeune serdaigle, d'après la robe qu'elle portait, se plaignait d'aller mal... La moindre des choses aurait été de se montrer plus amical, plus compatissant. S'il ne trouva pas de signes visibles de la raison pour laquelle la jeune fille pensait être à sa place ici, il n'en dit rien. L'odeur qui provenait de sa main était la pour lui rappeler que son jugement ne constituait pas une vérité. De plus, elle lui confirma aller très très mal.

Apparement, l'odeur du pansement d'Erwan ne faisait pas que lui rappeler l'étendue de sa bêtise car la jeune étudiante posa son regard dessus. Erwan se sentit gêné, à force de se réprimander, il en avait oublié le regard des autres et ce que l'on pourrait dire de lui après cet accident. Lorsqu'elle lui demanda ce qui lui était arrivé, le jeune sorcier se renfrogna. Comment présenter les choses sans avoir l'air trop bête ?

-Une erreur de fierté. Je sais pas quand j'ai été le plus nul, quand je me suis renversé ma potion sur la main ou quand j'ai rien dit à personne. Enfin bref, ça à l'air pire que ça ne l'est vraiment. Miss Lloyd m'a dit que quand je sortirais ce soir j'aurais plus rien. Presque personne ne saura...

Erwan doutait de sa capacité à avoir rassuré la jeune fille car le regard qu'elle lui avait lancé ressemblait plus à du jugement qu'à de la compassion. Ses sourcils avait formés comme un "v" au dessus de ses yeux chocolats. Ne sachant ce qu'elle pensait de lui et de sa maladresse, il juga la situation assez inconfortable pour changer de sujet. Et si la jeune fille était aussi peu enclin que lui à discuter de ses maux il fallait trouver autre chose.

-Au fait je me suis pas présenté, je m'appelle Erwan. Je suis à Poufsouffle. Toi aussi tu es en première année non ?

Bonne idée se dit Erwan. Après tout, se présenter était la moindre des choses. Peut-être que cela allait apaiser cette situation où les deux jeunes sorciers s'était vus imposer d'être les temoins de moment que, ni l'un ni l'autre, n'aurait voulu partager.

Gardien des Hel’s
Membre intéressé de l’ACDC
15 juil. 2018, 10:55
La grande tragédie  PV 
Une simple erreur de potion renversée pouvait provoquer ce genre de dégâts ? Norma se promit instantanément de redoubler de vigilance pendant ses cours. La magie, c'était dangereux, tout de même... Mais le garçon avait l'air plus confus qu'autre chose. Il semblait considérer son accident comme quelque chose à cacher, honteux... Certes, la serdaigle n'aurait pas aimé que ça lui arrive, surtout au début de l'année ; mais elle s’inquiétait d'abord de son état.

« Je ne dirai rien, le rassura-t-elle avec un sourire.
Avec la fillette, son secret était bien gardé? Elle n'avait pas vraiment d'amis à qui en parler, de toute façon.

- Je suis Norma, à Serdaigle. Oui, je suis arrivée il y a une semaine, comme toi. 
Elle se mordit les lèvres. Un coup d’œil à droite et à gauche pour vérifier que Ms Lloyd ne pouvait pas l'entendre, et elle ajouta :
- Mais c'est moins bien que ce que j'imaginais... Si je pouvais, je rentrerai tout de suite chez moi, et adieu Poudlard. »
Adieu Poudlard, adieu Violette, et adieu les potions qui te font enfler la main comme un ballon de baudruche. Au moins, chez elle, il y avait sa grand-mère, son petit frère, et de quoi organiser des matchs de Quidditch tous les jours. Enfin, elle pouvait toujours rêver. Jamais Ms Lloyd ne la laisserait repartir chez elle - déjà qu'elle ne voulait pas la garder à l'infirmerie !

Quatrième année RP
La parfaite Poudlardienne (Animation des PeC de novembre 2017)
16 juil. 2018, 22:12
La grande tragédie  PV 
Adieu Poudlard ? Partir d'ici ? Le jeune garçon ne pensait pas qu'il existait des personnes qui ne voulaient pas être ici... Après tout c'était logique. Poudlard est une école se dit Erwan, et chaque école a des grosses têtes, des cancres et des gens qui ne s'y sentent pas bien. Que ça soit chez les sorciers comme chez les moldus. Il comprit pourquoi la jeune fille était ici, pourquoi Miss Lloyd n'avait rien trouvé. Sa blessure à la main était peut-être, finalement, superficielle par rapport à ce que ressentait la jeune Norma.

-Ah... Ça va si mal que ça... dit-il d'un ton bienveillant. Je ne pensais pas que... Enfin je veux dire, tu n'attendais pas d'être... C'est possible ça ? Partir de Poudlard ? Tu voudrais vivre avec les moldus ?

Erwan ne savait quoi faire de la détresse qu'il devinait chez la jeune fille qui avait son âge et partageait la même école. Ils avaient des points commun mais étaient dans deux états d'esprits complètement différent concernant cette école. Certes, Erwan doutait de sa légitimité dans ce monde mais il brûlait de faire ses preuves, de conquérir ce monde en commençant par cette école. C'était un des nombreux paradoxes qui le caractérisait d'ailleurs.
Sa question était plus destinée à savoir dans quel état d'esprit se trouvait Norma, peu lui importait qu'elle veuille vivre chez les sorciers ou chez les moldus. Il voulait savoir si il avait la moindre chance de pouvoir la réconforter tout de suite. Il n'avait jamais aimé être le témoin de la souffrance des autres et se donnait corps et âmes pour aider tous ceux et celles qui le voulait bien. Se préoccuper de ce que ressentait sa camarade de Poudlard avait en plus fait disparaître la douleur sur sa main. À moins que ce ne soit l'onguent apposé par Miss Lloyd qui embaumait toujours la pièce d'une odeur douteuse.

Gardien des Hel’s
Membre intéressé de l’ACDC
17 juil. 2018, 22:43
La grande tragédie  PV 
Vivre avec des moldus ? Non ! Norma n'y avait même pas pensé. À vrai dire, à part les parents d'une de ses tantes qu'elle avait brièvement rencontrés, elle n'avait jamais connu de moldus. Ce qu'elle voulait, elle, c'était retourner dans sa maison à Dorchester et reprendre sa vie comme avant, avec ses frères et sa grande famille qui venait pendant les vacances. Comme avant que Poudlard ne vienne tout gâcher. Et il était venu tout gâcher bien avant que Norma n'y arrive : dès que Violette était devenue une écolière, elle avait commencé à snober sa cousine. Il n'en avait pas fallu plus à la fillette pour en conclure que Poudlard = poison.

« Possible, je ne sais pas... Il doit bien y avoir des adultes qui ne veulent pas que leurs enfants partent, non ? Je veux dire, on ne peut pas obliger les gens à inscrire leur enfant dans une école. Je suppose qu'il y a des moyens pour faire l'école à la maison...

Tout à coup, Norma fut prise d'un grand soupir. Elle leva les épaules puis les abaissa d'un coup en soufflant, l'air désespérée.

- Mais ça n'arrivera pas pour moi, mes parents ne sont pas comme ça. À moins que quelque chose de vraiment énorme ne m'arrive...

Elle leva ses yeux, sourcils froncés, vers son interlocuteur :
- Mais qu'est-ce qui pourrait être assez énorme pour que je rentre chez moi ? »

Quatrième année RP
La parfaite Poudlardienne (Animation des PeC de novembre 2017)
22 juil. 2018, 14:09
La grande tragédie  PV 
- Honnêtement, je ne sais pas...

Erwan était abasourdi. Norma pensait réellement à quitter Poudlard... Lui qui s'était battu pendant des mois pour que ces deux parents consentent à le laisser partir. Enfin surtout sa mère, Elisabeth, qui voyait ça comme un "handicap" pour son futur. Son père, lui, avait du voir dans son entrée à Poudlard la chance qu'il n'avait jamais eu de faire parti de ce monde. Dans tous les cas, ses parents à lui seraient ravis de le voir rentrer à la maison. Et pourtant il était là, la main gonflée et odorante, épuisé de n'avoir pu fermer l'œil depuis l'avant-veille, s'impatientant de pouvoir retourné en cours. Pourquoi Norma ne voyait-elle pas Poudlard comme une chance ? Le jeune Poufsouffle voulait en apprendre plus :

- Qu'est-ce que Poudlard a bien pu te faire en huit jours pour que tu sentes si mal ici ? C'est peut-être parce que moi j'ai grandis avec les moldus mais je trouve ça super ici... Apprendre toutes ces choses, les gens que l'on rencontre... Peux-être devrais-tu laisser à Poudlard un peu plus de temps pour faire ses preuves non ? Enfin je sais pas, on se connaît pas vraiment mais si tu veux parler de ce qui va pas je sais écouter.

Il fit un clin d'œil amical à sa voisine espérant ne pas avoir été trop brusque à nouveau. La mettre mal à l'aise était la dernière chose qu'il voulait. Ce n'était pas la première fois qu'Erwan proposait sa personne pour écouter ou rendre service et il savait par expérience que tout le monde n'appréciait pas forcément.

Gardien des Hel’s
Membre intéressé de l’ACDC
24 juil. 2018, 14:31
La grande tragédie  PV 
Norma haussa les épaules. Ce n’était pas tellement Poudlard le problème, c’était… Elle ne savait même pas. Les élèves ? Pourtant, la plupart ne méritaient pas d’être qualifiés de « problèmes ». Violette, alors ? Oui, c’était Violette le problème : mais il existait bien avant son arrivée à Poudlard. Si elle rentrait chez elle, quand Violette la rejoindrait, ça ne serait pas mieux que maintenant…

« Comment ça pourrait s’arranger ? demanda-t-elle innocemment au garçon.

Elle réfléchissait en même temps aux côtés positifs de l’école des sorciers. Elle apprenait des choses très intéressantes, ça ne faisait aucun doute. Tous ses professeurs étaient passionnants – bien plus que sa tante qui lui faisait cours avant ses onze ans. Le château était incroyable : elle ne savait toujours pas s’y repérer, mais elle avait entendu qu’il y avait plein de choses à y découvrir. Elle croisait tout de même des fantômes dans les couloirs ! Sans oublier les tableaux qui parlent… Elle avait beau avoir grandi dans un environnement sorcier depuis toute petite, Norma avait ouvert des yeux ronds quand elle les avait vu pour la première fois.
Oui, peut-être que Poudlard avait d’autres choses à lui offrir que le dédain de sa cousine. 

- Les cours sont bien, c’est vrai. Si je me concentre dessus, ça ira mieux, tu crois ? »

Quatrième année RP
La parfaite Poudlardienne (Animation des PeC de novembre 2017)
28 juil. 2018, 00:06
La grande tragédie  PV 
Comment ça pourrait s’arranger ? Arranger quoi ? Même si Erwan avait su ce qui dérangeait autant la jeune fille, il n'était pas sûr d'être celui qui pourrait tout arranger. Une chose était sûre, s'il y avait bien un endroit où l'on pouvait repartir à zéro, c'était Poudlard.

La douleur au bout de son bras avait disparu. Il ne savait pas si c'était le pansement ou le fait que Norma semblait reprendre un peu contenance qui faisait le plus effet. Sûrement un mélange des deux se dit-il.

-C'est sûr oui ! Et pas besoin d'un gros effort de concentration ! Tu as vu ce qu'on apprend ici ? Voler sur des balais ! Changer une allumette en aiguille ! Faire danser un ananas ! Je pourrais continuer comme ça toute la journée. Enfin... C'est peut-être normal pour toi qui a grandi chez les sorciers ?

Tu penses toujours comme un moldu se reprochât Erwan intérieurement. Mais le constat était le même. Les cours constituaient clairement, en tout cas pour Erwan, une raison de vouloir rester ici ! Sans parler du dortoir, des repas, du parc, du lac et son calamar, des hiboux où même des balais volants... Moldu, moldu, moldu ! c'était plus fort que lui. Erwan n'avait pas grandit dans ce monde. Ce château était une chance pour lui. Même cette infirmerie qu'il avait fuit depuis la veille. Il sourît à la jeune fille aux cheveux noirs en face de lui, sans le vouloir elle l'avait sortit de sa déprime passagère. Après tout elle aussi était une bonne raison de rester ici.

Gardien des Hel’s
Membre intéressé de l’ACDC