Inscription
Connexion

4 févr. 2020, 14:58
Prendre le taureau par les cornes  PV L.C 
Vendredi 20 janvier

Rejoins moi dans la salle des trophées après le cours d’Histoire de la Magie, à 12h40. Viens seule, et n’en parle à personne.
Alice
Alice avait déposé ce mot ce matin dans l’armoire de Lili Cooper, profitant de l’état vaseux de ses camarades de chambre. Elle n’avait pas dit un mot à Lili, ne lui avait échangé aucun regard. Elle avait fait comme si de rien n’était, jusqu’à ce que miss Montmort signe la fin du cours. Jusqu’à l’heure du rendez vous.

Depuis des mois, la fillette aux cheveux blancs se posaient des questions sur Lili, beaucoup de questions. Ç’en était épuisant mentalement, cela perturbait son sommeil déjà ô combien compliqué. Alice aurait pu ne pas porter plus d’attention à sa camarade aux cheveux bruns, continuer à gérer tous les problèmes qu’elle avait déjà. Mais le cas de Lili n’était pas à ignorer, ça non.

Alice observait le reflet doré que lui rendait une grosse coupe aux larges anses, appartenant à un illustre sportif désormais oublié. Ses traits tirés, son regard dur, elle avait ces airs de chat de rue endurci par les batailles contre le froid, la faim et les autres. Il n’y avait pas de lueur enfantine dans ses yeux, ou alors était-elle bien caché derrière les événements qui avaient fait d’elle une rebelle, une résistante, une balafrée.
Du bout des doigts, Alice caressa la compresse qui prenait toute sa joue. Un léger frisson lui fit froncer les lèvres, comme si celle s’était brûlé contre le tissu tressé. C’était toujours la même chose.

Il serait bientôt l’heure. Depuis quelques semaines, Alice pensait à ce rendez-vous jour et nuit. Elle le repoussait, craignait la discussion qu’aurait les deux fillettes. Ce ne serait pas facile pour Alice, et il y avait fort à parier que Lili en pâtirait bien plus qu’elle. Choisir entre une amitié et son honneur, ce n’était pas évident.

Lili, toute membre du Merlin qu’elle était, était également la meilleure amie de la pire ennemie d’Alice : Carry Harrison. Il était inconcevable pour Alice qu’une telle amitié existe entre une membre d’un Merlin et ce démon. Lili mettait en danger l’organisation que la jeune Sangblanc avait créé, par quelques cas de consciences avec cette immonde fille. L’ignorait-elle ? En avait-elle conscience ? Était-elle manipulée comme Brett l’avait été ? Quelque soit la raison de son attachement pour Carry, il fallait y mettre un terme. Et ce serait à Lili de le faire, si tant est qu’elle fasse le bon choix.
Alice espérait que ce serait le cas, car les espoirs qu’elle plaçait en Lili étaient important pour elle comme pour le Merlin.

Cinquième année RP - 741B47
Étudiante à Beauxbâtons depuis Janvier 2046
Fondatrice du MERLIN

4 févr. 2020, 23:47
Prendre le taureau par les cornes  PV L.C 
Dernier cours de la semaine, histoire de la magie. Tu es à ton bureau et tu fais de ton mieux pour prendre le plus de notes possible, bien que ce ne soit pas si évident pour toi. Pourtant, l'on peut difficilement ne pas remarquer une certaine absence de ta part, ton cerveau travaille sans relâche. Le mot que tu as reçu ce matin a soulevé mille et une questions, n'obtenant que très peu de réponses, ce qui est loin de te suffire. 

Pourquoi Alice voulait-elle te voir, et pourquoi cela devait être confidentiel ? Tu te dis que cela pourrait avoir un rapport avec le MERLIN mais le fait qu'elle demande à te voir seule à seule ne te rassure absolument pas.

Ça y est, elle l'a découvert et elle ne me pense plus digne de confiance.


Voilà ce que tu n'as cessé de te dire depuis le début du cours : Alice te soupçonne de double-jeu à cause de ton statut et elle n'aurait pas tort de se méfier, tu aurais fait pareil, tu en es certaine. Alice se doit de faire très attention et cela commence par s'assurer que les personnes qu'elle recrute sont dignes de confiance.

Tu n'as pas pu t'empêcher de jeter quelques coup d'oeil vers elle de temps en temps mais elle semblait t'ignorer, d'où la mine triste qui apparaissait assez souvent sur ton visage. A la fin du cours, tu mets bien plus de temps pour rassembler tes affaires que dans ton habitude, tu as de toute façon 10 minutes devant toi.

Comme une âme en peine attendant son verdict final et sans aucun doute fatal, tu montes les escaliers, le coeur lourd. Peu importe la raison, tu te doutes que ce n'est pas pour un trafic de chocogrenouilles. Arrivée devant la porte, tu te ressaisis et tu prends une longue inspiration, avant de l'ouvrir doucement et de la refermer une fois que tu es à l'intérieur.

Alice était déjà là, ce qui semblait évident. Tu es un peu en avance mais ce n'est pas bien grave, autant abréger tes souffrances, tu n'es plus vraiment à ça près.

- Salut Alice, tu voulais me voir ? risques-tu lors d'un petit regain de confiance en toi.

371 mots ✔

Quatrième année RP - Préfète InRP | #4682B4
« Poufsouffle refoulée ayant été répartie à Serpentard, se proclamant Gryffondor et se faufilant parmi les Serdaigle » E.D.

5 févr. 2020, 21:45
Prendre le taureau par les cornes  PV L.C 
Lorsque la porte s’ouvrit dans son dos, une excuse mûrement réfléchie fleurie à ses lèvres. Alice l’avait préparé,au cas où un professeur entrerait dans la pièce avant Lili, pour la questionner quant à sa présence dans la salle des trophées à l’heure où tous les élèves de Poudlard se remplissait le ventre dans la grande salle.
Dans le reflet de cette même coupe dorée qui avait épousé ses traits précédemment, Alice voyait les cheveux bruns de Lili. Au moins ne se laissait-elle pas désirée.

La fillette aux boucles blanches se retourna pour faire face à Lili. Savait-elle ce qui avait poussé Alice à lui donner rendez-vous ici, loin des oreilles indiscrètes ? Très certainement, Lili n’était pas idiote. Naïve, pour s’être ainsi laissée abusée par la langue fourchue de Carry, mais pas idiote.
Inutile de faire patienter sa camarade plus que de raison. Il était temps de prendre ses responsabilités de fondatrice du Merlin.

« Je vais aller droit au but » commença t-elle, ses yeux d’argent dans ceux gris de Lili. « Je sais que tu fréquentes Carry Harrison depuis quelques temps maintenant. »

Le visage d’Alice, comme si c’était possible, s’était durci un peu plus, jusqu’à ce qu’elle détourne le regard pour fixer un écusson argenté flanqué à son écrin de soie rouge. Elle inspira, avant de reposer ses yeux sur Lili.

« Votre amitié, ou quoi que ce soit, met le Merlin en danger. Je ne peux pas tolérer qu’une membre du Merlin soit amie avec Carry qui incarne à la perfection ce pourquoi j’ai fondé notre mouvement. J’espère que tu me comprends. »

Et comprenait-elle qu’Alice lui murmurait silencieusement qu’il était temps de faire un choix ? Il n’était pas compliqué, ce choix, mais il fallait le faire. Et Alice devait l’entendre de la bouche de Lili en qui elle voulait avoir toute confiance pour continuer à travailler avec elle. Ce n’était pas compliqué à comprendre.

Cinquième année RP - 741B47
Étudiante à Beauxbâtons depuis Janvier 2046
Fondatrice du MERLIN

5 févr. 2020, 23:26
Prendre le taureau par les cornes  PV L.C 
Alice ne te fait pas attendre si longtemps, cela t'étonne. Tu as toujours su y aller en douceur avec les autres pour éviter de les déstabiliser mais il est vrai que l'on ne te fait pas toujours ce cadeau.  Apparemment, il n'est pas question de ton statut, ce qui te fait pousser un soupir de soulagement, bien que ce ne soit peut-être pas le moment, mais cela te fait tout de même du bien. Non, ce serait à propos de Carry. Bon, d'accord, il faut dire que ce n'est pas si étonnant mais tu n'aurais pas pensé qu'Alice te parlerait d'elle ou, pire encore, c'est bel et bien un dilemme qu'elle te propose ou plutôt, t'avance, sans même le dire explicitement, ce que tu trouves bien étrange. N'a-t-elle pas le courage de le dire clairement à haute voix ? A vrai dire, tu ne peux pas lui en vouloir, tu sais qu'elle a beaucoup de poids sur les épaules et cela n'est pas si facile quand on a 12 ans, c'est bien normal.

Seulement, tu ne vois pas en quoi tu serais un danger de ce côté-là : Carry ne sait rien de tout ça et tu ne la considères plus comme ta meilleure amie.

Arquant un sourcil, tu lui réponds :

- Alors c'est d'elle que nous allons parler, dis-tu calmement. Pour aller droit au but également, je ne vois pas pourquoi cela mettrait "en danger le MERLIN", au contraire en réalité. Tu sais aussi bien que moi que Carry est instable et je suis bien la seule qui peut éviter qu'elle ne replonge, si tu vois ce que je veux dire, dis-tu en fixant sa blessure à la joue. 

Tu marques une pause. Tu gères la situation, bien que ce soit un brin trop arrogant à ton goût. Tu sais ce que tu risques mais cela ne va pas t'empêcher d'être honnête envers toi-même, au contraire.

- Carry ne sait rien du MERLIN, je ne lui ai jamais rien dit car je te faisais confiance. Tu as à tes côtés beaucoup de monde qui sont pour la résistance et, même si on ne le dirait pas, dis-tu en levant légèrement les bras sur les côtés avant de les voir se plaquer contre corps dans un léger bruit, je souhaite plus que tout de me rendre utile dans cette résistance. Tu ne peux pas comprendre la rage que j'ai en moi en voyant le gouvernement qui a été mis en place et tout ce qu'il a enduré. Alors oui, je ne suis pas la seule mais j'ai également d'autres raisons qui ne me regardent que moi et qui font que le MERLIN était un espoir pour moi de ne pas rester bêtement à attendre que les adultes fassent quelque n'importe quoi pour changer les choses.

Tu te rends compte que tu parles du MERLIN comme si tu n'y étais déjà plus. Tu te ressaisis.

- J'ai fait les choses bien, j'ai respecté tout ce que tu nous a demandé. Pourtant, tu me poses un ultimatum ? C'est bien ça que tu me fais, non ? Il n'y a plus d'amitié avec Carry, je m'inquiète simplement pour elle. Tu penses que c'est facile de tout perdre en un jour ? Non, ça ne  l'est pas. Et pourtant, tu viendrais presque à m'interdire de la voir pour que je ne perde pas ma place. Je suppose que j'ai plus à perdre que toi selon ma décision mais si tu m'as donné rendez-vous aujourd'hui, c'est que cela doit te toucher également et peut-être pas directement à cause de ton mouvement, Alice. dis-tu en la fixant. J'espère que tu ne me vois pas simplement comme une variable qui pourrait ternir la réputation du MERLIN car ça ne sera jamais le cas. Si on met de côté la possibilité que ton statut soit découvert et su par l'école toute entière. Je n'ai peut-être pas encore fait mes preuves mais je dois avouer que me faire virer pour une question  d'empathie serait dur pour moi. Penses-tu que j'ai fait le mauvais choix ?

Tu n'es pas en colère, tu es bien calme et un peu nerveuse car tu n'aimes pas ce genre de discussions. Tant pis, il en faut de temps en temps, tu n'es plus à ça près.

- Pourtant, je t'assure que le MERLIN y perdrait beaucoup si je laissais Carry seule à nouveau, car, oui, depuis novembre, je ne lui ai plus parlé car je ne cautionnais pas ce qu'elle a fait, ni ce qu'elle t'a fait. Nous avons coupé les ponts et je ne pense pas que la sentence de Miss Loewy soit disproportionnée, au contraire. Seulement, depuis, tu sais qu'il n'y a plus d'agressions de sa part et de sa bande mais ce n'est qu'une question de temps si je ne suis pas là pour contrebalancer le bourrage de crâne que lui fait sa cousine. Oh, je ne vais pas te mentir, je ne l'ai pas fait en premier lieu pour le MERLIN, clairement pas. Je veux simplement que plus personne ne soit blessé. Je sais que Carry ne changera jamais d'avis sur ses pensées, bien qu'elle en ait eu la volonté en début d'année.

Tu as beaucoup trop parlé, c'est venu comme ça, tant pis. Tu te souviens de la Carry qui voulait tout faire pour changer mais qui s'est rapidement fait rattraper par la réalité. Non, il y a encore de l'espoir. Sans toi, Carry n'est qu'une bombe à retardement et sa punition ne suffira pas à l'empêcher de reprendre ses habitudes violentes envers les non sang-pur.

- J'ai eu une chance que Carry n'a pas eu : Grandir dans une famille tolérante. N'a-t-elle pas le droit à une seconde chance ?

954 mots ✔

Quatrième année RP - Préfète InRP | #4682B4
« Poufsouffle refoulée ayant été répartie à Serpentard, se proclamant Gryffondor et se faufilant parmi les Serdaigle » E.D.

6 févr. 2020, 00:17
Prendre le taureau par les cornes  PV L.C 
Ce qu’Alice redoutait arrivait enfin : la confrontation. Ses bras s’étaient croisés sur sa poitrine, ses poumons gonflés comme pour affronter calmement ce qui allait se dire. Elle savait que ce qu’elle allait entendre risquait de la mettre hors d’elle, le ton que prenait Lili le lui indiquait clairement. Sa camarades aux boucles brunes allaient défendre coûte que coûte sa position au sein du Merlin, cela ne faisait plus aucun doute.

Elle avait écouté, sans jamais coupé, accueillant religieusement la plaidoirie de Lili. Un rictus moqueur avait brièvement, et instinctivement, soulevé les lèvres d’Alice lorsqu’elle avait remis en cause son objectivité. C’était bien indélicat, et cela toucha l’enfant en plein coeur. Le Merlin, c’était tout ce qui gardait Alice en vie. Elle ne vivait que pour lui, parvenait à se relever chaque matin pour lui, et uniquement pour lui. Alice était objective, bien sûr qu’elle l’était. Elle voulait seulement protéger son oeuvre, son tout.

Du reste, Alice retint les bonnes choses que Lili jugeait bon de lui mettre sous le nez. Lili en garde fou, voilà qui était plutôt particulier. Elle semblait voir en Carry une folie, quelque chose comme cela. Elle se considérait comme la seule rempart face à ce flot de rage que pouvait déverser Harrison. Alice n’y croyait pas. Elle n’y croyait pas car, malgré la présence de Lili dans la salle du bal, Carry avait dénoncé trois Nés-Moldus, avait jeté un sort sur l’un d’entre eux, et avait mutilé Alice. La fillette se sentait furieuse de voir Lili se vanter d’être une sorte de muselière pour ce monstre. Etait-elle aveugle ? Par Circée, avait-elle vraiment décidé de voir en Carry une pauvre brebis égarée ? Alice sentait ses paumes douloureuses sous ses ongles crispés.

Une seconde chance pour ce monstre ? Alice balança sa tête en arrière en inspirant profondément, se reculant d’un pas. Un rire sans joie franchit la barrière de ses lèvres. Oh, ce qu’elle mourrait d’envie de donner son avis à ce sujet. Lui dire ô combien elle avait entendu dire que Carry avait changé, quelques semaines avant le bal d’Halloween. On lui avait rapporté ses sourires, ses ronds de jambes avec les autres. Alice n’y avait jamais cru à cela, mais pour certains c’était la preuve que même le diable peut se vêtir d’une cape de douceur. Sa deuxième chance, elle l’avait envoyé paître, cette idiote. Si troisième chance il y avait, elle connaîtrait le même sort que la suivante.

« Qu’est-ce que je dois retenir de tout ce que tu as dit ? » demanda Alice en reportant son attention sur Lili, la voix amère. « Que tu es la seule personne capable de contenir Carry ? C’est du vent. La seule personne dans ce château qui à ce pouvoir, c’est miss Loewy. »

Alice secoua un peu la tête, chassant cette fureur qui menaçait de revenir.

« C’est ça, la seule chose que tu as à proposer au Merlin ? Tu es plus que cela, du moins j’ose le croire. Tu es intelligente, tu es une fonceuse, tu es gentille. Tu pourrais devenir quelqu’un dans le Merlin. »

La fillette le pensait, et cela depuis quelques semaines maintenant. Les paroles de Lili lui confirmait, et la poussait également à reconsidérer ses idées.

« Mais si tu te vois seulement comme un garde-fou, c’est ainsi. C’est dommage, mais c’est ainsi. Moi, je ne cours pas après les causes perdues. Il y a plus important. Des élèves qui méritent qu’on les protège, par exemple. Ou encore des élèves perdus qui, bientôt, vont voir des ennemis dans tous les Nés-Moldus et les Sang-Mêlés. Toutes ces personnes qui ont besoin que quelqu’un les aide à y voir plus clair dans cette guerre qui se déroule, dehors. »

Alice replaça ses mains dans son dos, avant d'ajouter :

« Nous, on t’offre du concret. Carry, ce sera toujours des mensonges. »

Cinquième année RP - 741B47
Étudiante à Beauxbâtons depuis Janvier 2046
Fondatrice du MERLIN

8 févr. 2020, 20:57
Prendre le taureau par les cornes  PV L.C 
Est-ce que tu le sens bien ? Non, pas du tout. Tout ce que tu as dit, Alice le contre assez facilement et tu ne peux pas dire que tu ne t'y attendais pas. Elle vend bien ta place au sein du MERLIN, c'est certain mais pour toi, ce n'est que de la poudre aux yeux.

- Rien, ne retiens rien, je ne devais que parler pour moi-même, je suppose.

Ce qu'Alice ne comprend pas, c'est que tu n'es absolument pas du genre à soutenir ou même passer du temps avec des personnes qui ont le comportement de Carry. Seulement, si elle est devenue ta meilleure amie, ce n'est pas pour rien : Tu as vu qu'elle a quelque chose en elle qui pourrait faire en sorte qu'elle arrive à ce dont elle a envie mais il lui faut un tremplin pour ça, et tu ne vois que toi pour ce rôle, même si cela peut sembler très prétentieux de ta part.

- Non, je crois qu'il faut plutôt penser que je n'ai rien à proposer au MERLIN vu que je ne suis pas fichue de raisonner celle qui était ma meilleure amie lorsque tout cela est arrivé. Elle a eu sa punition et elle l'a toujours d'ailleurs. Je sais que cela peut être compliqué de passer à autre chose mais faire une fixette sur une seule personne, je trouve ça bien dommage. Alors pour devenir quelqu'un au sein du MERLIN, je crois que je passerai mon tour car je n'en suis juste pas capable, je pense que ça se voit comme si c'était écrit sur mon front.

Pourquoi dis-tu tout cela à haute voix ? Tu n'en sais rien. Tu as peut-être besoin de libérer ton esprit de tout ça. Tu n'en peux plus d'être la gentille de service qui peut être traitée comme on le souhaite. Pire qu'un pantin, cette Lili.

- Cause perdue ou pas, c'est à moi de voir. Ce que je vois par contre, c'est que tu me poses un ultimatum : Si je décide de rester au MERLIN, qu'est-ce qui me garantit que tu n'en poseras pas d'autres ? Désolée, mais c'est à moi de choisir qui je fréquente, pas à toi. Si ma liberté de ce côté-là es entravée, je n'aurais aucun souci à partir de moi-même, bien que ce ne sera pas de gaité de coeur.

Du concret, ah oui ? Elle semble bien sûre d'elle.

- Je ne sais pas où tu vois le concret dans le MERLIN pour le moment, Alice. Qu'avons-nous fait exactement pour aider à la résistance ? Plus le temps passe, plus je me dis qu'à notre âge, il est compliqué d'agir, même si j'aurais préféré pouvoir me persuader du contraire. Alors oui, les résistants au sein des élèves sont rassemblés mais je ne vois rien de plus, bien que ta cause soit honorable.

Une larme coule sur ta joue. Tu te souviens de la Carry qui te disait vouloir devenir meilleure. Non, elle était sincère, ce n'était pas des mensonges.

- Carry te donne sûrement l'impression d'être une sang-pur qui est parfaitement raccord avec son statut mais moi, je sais ce que j'ai vu et je suis bien placée pour savoir que, même avec son statut, Carry peut changer.

Tu bouges doucement ta tête de droite à gauche, tu redoutes déjà ce que tu vas dire et toutes les conséquences que cela va endurer :

- C'est pourquoi je préfère ne pas faire durer notre petit entretien, je quitte le MERLIN. J'ai la possibilité d'aider Carry et, même si ceci est voué à l'échec, je préfère encore tenter car sinon, je ne me pardonnerai jamais de lui avoir à nouveau tourné le dos quand elle avait besoin de moi. 

Tu déglutis très difficilement, voilà, c'est fait.

- Ne t'en fais pas pour Alexei, je ne lui demanderai rien à propos de ton mouvement, je n'ai pas envie qu'il perde sa place à son tour par ma faute.

Une nouvelle larme perle sur ta joue et suit lentement son parcours. Tu n'oses plus bouger, tu ne l'essuies même pas.

683 mots ✔

Quatrième année RP - Préfète InRP | #4682B4
« Poufsouffle refoulée ayant été répartie à Serpentard, se proclamant Gryffondor et se faufilant parmi les Serdaigle » E.D.

9 févr. 2020, 00:09
Prendre le taureau par les cornes  PV L.C 
Le ton qu’employait à présent Lili ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout. Les bras d’Alice se croisèrent à nouveau, et ses traits se firent plus durs. Elle déformait ses propos, utilisait les réponses d’Alice pour donner du crédit aux siennes totalement dépourvues de logique. Elle continuait à défendre Carry avec la rage d’une dragonne protégeant ses oeufs.

Plus aucun rire jaune ne franchirait ses lèvres, cette fois c’était certain. Il n’y avait plus matière à rattraper une idiotie par un sarcasme. Lili dépassait les bornes et montrait un bien vilain visage à Alice. Elle qui ne désirait que l’aider se faisait frapper avec la propre main qu’elle avait tendu. Alice, choisir les fréquentations de Lili ? Elle n’en avait cure de ses fréquentations ! Carry n’était pas une fréquentation ! Elle était un poison qui meurtrissait chaque personne assez sot pour s’en approcher. Lili n’en avait que trop bu, de ce poison. Alice ne parviendrait pas à la guérir.

Et Lili frappa un grand coup en remettant en cause le Merlin. Ses sourcils s’étaient froncés au dessus de ses yeux d’argent. Croyait-elle vraiment que la résistance était chose aisée ? Que du jour au lendemain, le MERLIN serait parvenu à changer la façon de penser de chaque élève suivant aveuglément le Conseil des Sorciers ? Les choses avaient changés depuis la déclaration de guerre des Moldus, Alice devait trouver un nouveau but pour le Merlin jusqu’à ce que cette menace soit écarté. Les mots de Lili lui firent un mal fou. A remettre ainsi en cause tout ce qu’Alice avait créé, elle la brisait.

Carry peut changer, disait-elle. Lili perdait la tête, il n’y avait plus rien à tirer des mots de sa camarade, si ce n’était l’annonce de son départ. Si elle ne l’avait pas fait, c’est Alice qui s’en serait chargé. Mais Lili avait fait son choix, comme elle le lui avait demandé.

Alice inspira en refermant les yeux, contenant alors cette colère qui tournait dans son cœur comme un lion en cage.

« Très bien » dit-elle enfin. « Au moins, les choses sont claires. »

Claires, et limpides. Lili avait préféré Carry au MERLIN. Lili croyait plus en Carry qu’au Merlin. Lili avait plus facilement confiance en Carry qu’en une organisation de jeunes personnes voulant protéger les autres. Finalement, était-ce vraiment une grande perte ?

« Je ne te cacherai pas ma déception. Je crois même avoir rarement été aussi déçue. Car j’ai fait confiance en quelqu’un qui, de toutes évidences, n’a pas confiance en moi. Peu importe. Je ne te ferai pas le coup de la culpabilité. Comme je l’ai dit avant, je ne cours pas après les causes perdues. »

Sans ajouter quoi que ce soit à ce sujet qui était suffisamment désagréable pour elle, Alice contourna Lili pour rejoindre la porte. Mais avant de se saisir de la poignée pour regagner le couloir, la fillette aux cheveux blancs jugea bon de préciser quelques points.

« Ne parle du MERLIN à personne. Si l’information venait à fuiter, je saurai vers qui me tourner. Si tu penses être incapable de garder le secret, dis le moi tout de suite, je te trouverai une potion d’amnésie. »

Il n’y avait pas vraiment d’émotion dans sa voix, Alice avait tiré un trait sur le joli visage de fondatrice du Merlin à l’écoute. C’était inutile à présent, elle avait perdu Lili, et Carry l’avait gagné. Lili avait préféré les mensonges.

Cinquième année RP - 741B47
Étudiante à Beauxbâtons depuis Janvier 2046
Fondatrice du MERLIN

9 févr. 2020, 16:59
Prendre le taureau par les cornes  PV L.C 
Tu n'as pour habitude de décevoir les autres mais tant pis, tu suis ce que tu as envie de faire, tant pis pour les avis, tu ne t'en es jamais réellement souciée de toute manière, ce n'est pas Alice qui va te faire changer d'avis là-dessus.

- J'aurais aimé rester, crois-moi mais si tu me demandes de faire un choix, tu dois t'attendre à une réponse comme à l'autre. J'ai suivi ce qui me paraissait le plus juste à mon sens, je suis désolée de voir que cela te déçoit, mais c'est ainsi, comme tu le dis.

Tout comme un enfant qui doit s'attendre à un oui comme à un nom de la part de ses parents, Alice devait s'attendre à ce que tu choisisses ce qui est pour elle la cause perdue plutôt que l'avenir.

En soi, tu sais que tu auras toujours des informations de la part de tes parents, tu ne perds rien, si ce n'est la chance de te rendre utile. Cependant, tu ne peux t'empêcher de te dire que te concentrer sur toi-même pour le moment n'est pas une mauvaise idée.

La remarque d'Alice est bien tranchante, tu ne t'attendais pas à moins de sa part. Essuyant ta joue mouillée, tu réponds au tac au tac :

- Je suis peut-être devenue une cause perdue mais je sais tenir ma langue, sinon, je saurai demander à maman une potion qui aura cet effet, ne t'en fais pas pour moi. Sur ce, je pense que nous devrions aller manger, à bientôt Alice.

Tu te tournes et tu te diriges vers la grande salle. Peut-être qu'Alice ne te voit plus comme avant mais tu sais que vous vous recroiserez, surtout que vous êtes dans la même chambre. En chemin, tu te demandes si elle t'en veux ou si elle est réellement si peu touchée par ta décision. Tu ne saurais pas dire, tu ne la connais pas tant que ça, tu sais juste que c'est une fille forte et ton avis n'a pas changé avec cette entrevue, cela a même conforté ton avis sur elle.

FIN RP LILI
 
Merci pour ce RP. ^^

351 mots ✔

Quatrième année RP - Préfète InRP | #4682B4
« Poufsouffle refoulée ayant été répartie à Serpentard, se proclamant Gryffondor et se faufilant parmi les Serdaigle » E.D.