Inscription
Connexion

9 févr. 2021, 15:04
Y passer des lustres  Ivy Mercer & Lydia Holmes 
Lundi 18 Décembre 2045

Image
RP privé avec Ivy Mercer & Lydia Holmes

Morna déambulait. Elle aimait se perdre dans le dédale de couloirs et d’escaliers du château. Cela la plongeait dans une rêverie qui l’apaisait et l’aidait à oublier ses petites contrariétés. Dehors, la nuit était déjà tombée alors qu’il était à peine cinq heure de l’après-midi. La galerie du troisième étage était barrée de traits fantomatiques qui transperçaient les fenêtres à ogive. C’était un de ces moments exquis que la jeune écossaise aimait par-dessus tout. Elle avançait, tête baissée, enjambant chaque ligne d’ombre, marquant une pause sous chaque halo. Tout à son jeu, elle se dirigeait vers l’austère double porte qui barrait l’extrémité du couloir.

Derrière, c’était la Salle des trophées, la dernière pièce à échapper aux investigations de la première année. Depuis son arrivée, il y a cinq mois, Morna avait passé beaucoup de temps à explorer le château en long et en large, étage après étage, coin après coin. Elle était donc passée naturellement plusieurs fois devant la Salle des trophées mais n'y avait jamais trouvé assez d’intérêt pour y entrer. Arrivée devant les lourds pans de bois, elle leva les yeux.

La Salle des trophées, ça doit être plein de vieilleries.

Morna hésitait. Cela faisait un moment qu’elle cheminait et elle n'avait pas encore fini son devoir pour le cours de sortilège de Mrs Perkins. Perdre son temps à fouiner dans des coins poussiéreux n'était peut-être pas le plus urgent. Mais en même temps, maintenant qu'elle était là, autant franchir le pas. Le long couloir était vide, en dehors des vieilles armures, personne ne la verrait entrer.

Allez, on verra bien. Mais j'y passe pas des lustres...

Elle posa la main sur la poignée. Son métal était froid et menaçant mais il ne résista pas. Un bruit métallique derrière la porte indiqua à la jeune fille que celle-ci n'était pas fermée. Rapidement, elle poussa le battant, se glissa à l'intérieur et referma la porte en appuyant son dos contre.

Et voilà... c'est fait. A nous deux, Salle des trophées !

Contrairement à la galerie, la salle était plongée dans la pénombre. Elle ne distinguait que quelques formes par endroit, sûrement des vitrines ou quelques piédestaux. Une odeur étrange, mélange de cire et de ferraille lui sauta aux narines. Quelqu’un avait dû passer plus tôt pour astiquer quelques coupes et boiseries. Avant de s’avancer, elle sortit sa baguette et lança le sortilège d’allumage qu’elle venait d’apprendre :

“Lumos !”

Elle pouvait maintenant s’aventurer dans la pièce sans risquer de renverser une précieuse relique mais elle préféra d’abord s’assurer qu’elle était bien seule :

“Y a quelqu’un ?”
Dernière modification par Morna Gilchrist le 12 mai 2021, 11:52, modifié 4 fois.

Couleur : #004040

10 févr. 2021, 14:20
Y passer des lustres  Ivy Mercer & Lydia Holmes 
18 décembre 2045
Salle des trophées


Ivy marchait dans les couloirs : elle cherchait un endroit calme pour faire ses devoirs. La jeune aiglonne avait essayé de travailler dans son dortoir, mais il y avait trop de bruit pour qu’elle arrive à se concentrer. La jeune fille ne savait trop où aller, elle avançait dans les couloirs sombres, une bougie à la main. Tout était calme, ici, et heureusement ! Ivy tenait à éviter le bruit et l’agitation. Elle chercha un endroit où elle pourrait se cacher. Au bout du couloir, une porte massive barrait le passage. Ivy se dirigea vers celle-ci. Arrivée devant, elle hésita. Elle regarda derrière elle : personne. Elle sourit et appuya sur la poignée.

La porte s’ouvrit. Ivy éclaira la pièce avec sa petite bougie : elle venait de trouver la salle des trophées. De nombreux prix trônaient sur des étagères, tous plus poussiéreux les uns que les autres. La jeune fille en regarda certains avant de s’asseoir sous une fenêtre où filtrait un peu la lumière de dehors. Ivy s’assit et posa sa bougie devant elle. Elle sortit sa plume, ses travaux et commença à travailler.

Le temps passait, et Ivy écrivait toujours lorsqu’elle entendit la porte s’ouvrir. La jeune aiglonne éteignit la chandelle et ne respira quasiment plus. Elle vit au loin une baguette s’allumer. Si seulement j’arrivais à faire ça, je n’aurais pas à m’encombrer d’une bougie avec moi ! pensa la jeune fille.

- Y’a quelqu’un ? demanda une voix féminine.

Ivy sursauta. Quelle heure était-il ? Le couvre-feu avait-il déjà commencé ? Si oui, elle n’avait pas le droit de se promener dans l’établissement. Elle baissa la tête et vit avec horreur la tache d’encre sur son devoir. Elle releva timidement la tête :

- Quelle heure est-il, s’il-vous plaît, je n’ai pas vu le temps passer…

La jeune fille se sentit rougir. Tout le corps d’Ivy se mit à trembler. Sa respiration se fit saccadée : allait-elle se faire punir ?

#457898 · Marrainage

17 févr. 2021, 09:24
Y passer des lustres  Ivy Mercer & Lydia Holmes 
Quelle heure est-il, s’il-vous plaît, je n’ai pas vu le temps passer…

La petite voix tremblotante avait surgi du fond de la salle, crevant l'obscurité avant d'atteindre timidement les oreilles de Morna. C'était presqu'inattendue, à cette heure ci, dans cet endroit là... Mais le plus saugrenue finalement, c'était la question en elle même. La jeune fille à sa surprise tentait de réfléchir

Euh... quoi ? Quelle heure est il ?

Elle ne savait pas répondre. Elle avait perdu le fil. Et là, cette voix soudaine, cette voix sans nom, sans visage, l'avait tirée de sa rêverie pour la ramener brutalement sur la réalité bien ferme. Elle osa une réponse :

"Euh, je n'sais pas. Peut être cinq heures ou six. Où êtes vous ? Je ne vous vois pas."

C'était étrange de parler comme ça dans cette grande salle, de s'adresser à une personne tapie dans l'obscurité. Et puis, elle ne se sentait pas très rassurée. Elle ne connaissait ni les lieux, ni la personne qui se tenait en face d'elle. Même si la voix lui avait semblé hésitante et enfantine, il se pouvait très bien que cela ne soit qu'une impression. Que la surprise de la réponse mêlée à l'étrangeté de la situation de la salle lui ait joué un tour. La jeune écossaise se rendait maintenant compte qu'elle n'était peut être pas à sa place, qu'elle n'avait rien à faire ici et qu'en plus, elle avait dérangé une personne, cette même personne qui était surement encore en train d'astiquer les trophées. D'ailleurs, c'était peut être même pas une personne ? Elle frémit. C'était peut être une créature, après tout, il y avait bien des fantômes dans le château et elle avait aperçu quelques fois des elfes de maisons.

"Vous êtes un elfe de maison ? Désolé, je ne voulais pas vous déranger.

@Ivy Mercer désolé, je suis en pleine période d'un match de Quidditch, et comme je suis sur le terrain, je suis assez focus, du coup pas très réactive. En tout cas, j'aime bien ce début. :)
Dernière modification par Morna Gilchrist le 14 avr. 2021, 09:56, modifié 1 fois.

Couleur : #004040

17 févr. 2021, 10:23
Y passer des lustres  Ivy Mercer & Lydia Holmes 
La personne qui venait d’entrer me dit qu’elle pensait qu’il était entre 5 et 6 heures. Ouf. Je me calmai d’un coup : mes tremblements s’arrêtèrent et je repris une respiration normale. Je ne m’attendais pas à la suite : la jeune fille qui m’avait parlé me prit pour un elfe de maison ! Je voulus sourire, mais c’était peine perdue. Je m’appuyai contre le mur et me levai avec difficulté. La lumière de la baguette m’éblouis et me donna mal à la tête, je plissai les yeux. J’ouvris la bouche et dis :

- Je m’appelle Ivy Mercer, je ne suis pas un elfe de maison, mais une élève de première année. Et toi, qui es-tu ?

Je m’avançai en tendant ma main avant de me rendre compte que cette dernière était tâchée d’encre. Je la frottai un peu contre ma robe puis la tendis de nouveau.

Je distinguai un peu mieux son visage : elle avait les cheveux bruns, de petits yeux bleus et tenait sa baguette de la main gauche. Ce détail me fit sourire : Stephen aussi était gaucher ! Stephen… Il faudrait que je lui réécrive, je pensais que le hibou s’était perdu. De toute ma famille, il n’y avait que maman qui ait répondu à mes hiboux. J’étais un peu triste, mais contente de faire de nouvelles rencontres à Poudlard. Peut-être celle-ci marquerait une nouvelle amitié ?

Pas de problèmes, @Morna Gilchrist. J'ai juste changé de point de point de vue de l'histoire. J'aime aussi beaucoup ce début !

#457898 · Marrainage

25 févr. 2021, 15:57
Y passer des lustres  Ivy Mercer & Lydia Holmes 
- Je m’appelle Ivy Mercer, je ne suis pas un elfe de maison, mais une élève de première année. Et toi, qui es-tu ?

Bien que juvénile, la voix était aussi grave, cela s'entendait maintenant plus distinctement. Sa propriétaire se déplaçait dans l'ombre. Morna percevait le petit frottement caractéristique des pas qui résonnait dans l'immense salle. Elle pointa sa baguette dans leur direction, s'attendant à voir surgir la personne qui lui parlait.

Alors, de l'obscurité qui plongeait la salle dans un noir de suie, Morna vit s'extirper la silhouette d'une fille qui devait avoir à peu près son âge et qui avançait la main tendue. Grande, emmitouflée dans un pull en laine épaisse, avec des cheveux bruns légèrement ébouriffés, il y avait dans sa silhouette une sorte de désinvolture un peu gauche. Un style "l'air de rien" qui lui donnait, dans ce lieu, une appréciable aura de bienveillance.

Pfff... Quelle sotte ! Rien à voir avec un elfe de maison.

Euh... Enchantée, moi c'est Morna. Qu'est ce que tu faisais toute seule dans le noir ?

La question était directe mais elle avait l'avantage de mettre Morna moins sur ses gardes. Pour le coup, c'était à la fille de s'expliquer sur sa présence ici. De son côté, elle se sentait soulagée. Qu'aurait elle fait si cela avait été un préfet ou un professeur qui se tenait devant elle ?

Bientôt la fille se trouva plus qu'à quelques pas. Pour ne pas sembler trop hostile, Morna baissa sa baguette et saisit la main qui lui était offerte. Puis avec une petite moue, elle ajouta :

"Désolée, pour le coup de l'elfe."

@Ivy Mercer

Couleur : #004040

21 mars 2021, 11:08
Y passer des lustres  Ivy Mercer & Lydia Holmes 
La jeune fille qui m'avait prise pour un elfe de maison se présenta. Je trouvai son prénom magnifique ; jamais je n'en avait vu de semblable. Maman disait souvent que le prénom dune personne reflétait la personnalité de celle-ci. Morna me faisait penser au sérieux et au travail. Peut-être que je n'étais pas la seule à travailler dans la Salle des Trophées. A moins que la jeune fille postée devant moi ne soit venue pour voler quelques coupes, ou faire je ne sais quelle bêtise.

- Euh... Enchantée, moi c'est Morna. Qu'est ce que tu faisais toute seule dans le noir ?

Elle me serra la main puis s'excusa de m'avoir prise pour un elfe de maison.

- T'en fais pas, dis-je.

Je détournai mon regard de ses yeux bleus. Je bafouillais un petit :

- Je faisais mes devoirs... Il y a trop de bruit dans la salle commune et ça m'empêche de me concentrer... Et toi ? Que fais-tu ici ?

J'essayai de me pencher pour ramasser mes affaires, mais en exécutant mon mouvement, je trébuchai et m'étalai sur le sol. Aïe aïe aïe, ce n’était vraiment pas le moment de tomber ainsi ! Dans ma chute, j’entraînai avec moi plusieurs coupes qui trônaient sur une étagère. Je sentis une vive douleur au niveau de mon pied. Je me relevai sur mes mains tant bien que mal et me frotta la tête.

Désolée du temps de réponse, @Morna Gilchrist

#457898 · Marrainage

29 mars 2021, 12:45
Y passer des lustres  Ivy Mercer & Lydia Holmes 
Tout était allé très vite. La fille un peu gauche venait de s'étaler de tout son long devant les pieds de Morna entrainant dans sa chute une ribambelle de coupes qui heurtèrent le sol de pierres déclenchant une myriade de tintements métalliques criards. Le résultat se montra assourdissant. Les vibrations s'échappaient dans toute la pièce pour s'amplifier en un concert de carillons assourdissant et chaotique. C'était comme si les deux filles se trouvaient à l'intérieur même d'une dizaine de cloches jouant toutes une note différente dans un discordant concerto. Cela dura une éternité avant que tout se taise à nouveau.
Pendant tout ce temps Morna n'avait pas bougé d'un cil, hésitant entre se boucher les oreilles, s'accroupir pour aider la malheureuse ou attendre qu'on vienne les débusquer ici...

Finalement, au bout de quelques minutes, comme personne ne semblait arriver alerté par le raffut, Morna extériorisa :

"T'es folles ! J'ai failli mourir de trouille à cause de toi. Faut qu'on range tout ça maintenant avant que quelqu'un n'arrive. J'espère que t'as rien abimé."

Morna, l'oreille aux aguets se positionna à quatre pate pour attraper les trophées éparpillées. Elle se redressa, un saladier de bronze entre les mains, et continua à tempêter :

"J'sais pas si tu as une bonne idée de venir faire tes devoirs ici. T'es bizarre comme fille."

Morna n'y allait pas de main morte. La pauvre Ivy n'avait pas fait exprès, elle le savait bien mais elle n'avait aucune envie de se faire punir pour un truc dont elle n'était pas responsable. Après tout, elle avait le droit d'être ici. Elle n'avait encore rien fait de grave.

"Aide moi, vite ! Je n'ai pas envie d'avoir un préfet sur le dos. J'suis venu là juste pour voir à quoi ça ressemblait et..."

A cet instant, la porte de la salle émit un léger craquement et le sang de Morna se figea sur le champ.

@Ivy Mercer

Couleur : #004040

29 mars 2021, 14:00
Y passer des lustres  Ivy Mercer & Lydia Holmes 
J’écartai du pied les coupes qui m’empêchaient de me lever.

- T'es folle ! J'ai failli mourir de trouille à cause de toi. Faut qu'on range tout ça maintenant avant que quelqu'un n'arrive. J'espère que t'as rien abîmé, dit Morna.

Folle ? Moi ? C’était la première fois de ma vie que quelqu’un me traitait de folle. Sur le coup, cette remarque me fit très mal au cœur.
Mes yeux se remplirent de larmes. Je les essuyai d’un revers de manche et m’accroupis afin de ramasser quelques coupes. La brune paraissait énervée :

- J'sais pas si tu as une bonne idée de venir faire tes devoirs ici. T'es bizarre comme fille.

Après folle, elle me traitait de bizarre ! Cette fois, je ne sus retenir mes larmes. Un sanglot me passa au-travers de la gorge, mes larmes coulèrent sur mes joues et mes mains se remirent à trembler. Je reniflai un grand coup et me penchai à nouveau pour ramasser une coupe d’argent. La jeune fille enchaîna :

- Aide moi, vite ! Je n'ai pas envie d'avoir un préfet sur le dos. J'suis venue là juste pour voir à quoi ça ressemblait et…

Elle fut interrompue par un craquement venant de la porte. Je sursautai et me plaquai une main sur la bouche pour étouffer un hurlement. Je mis les dernières coupes restantes sur une étagère et me relevai. Je tournai mon regard vers la fille sui se trouvait près de moi. Elle non-plus, ne semblait pas très rassurée. Je pris une inspiration et dis d’une voix tremblante :

- Tu penses que… qu’on va nous punir pour avoir renversé les coupes ?

Je n’avais aucune envie de me faire punir, voire renvoyer de Poudlard ! Que dirait maman ? En pensant à elle, j’essayai de m’imaginai ce que dirait maman si elle me voyait. Je me dis qu’elle me conseillerait d’arrêter de pleurer et d’aller voir ce qui avait provoqué le grincement de la porte. Je respirai encore un bon coup avant de dire à la brune :

- Je vais voir si y’a quelqu’un.

Je me levai et me dirigeai vers la porte.

@Morna Gilchrist

#457898 · Marrainage

13 avr. 2021, 12:38
Y passer des lustres  Ivy Mercer & Lydia Holmes 
Lydia réfléchissait aux vacances de Noël qui arriveraient bientôt. Avait-elle envie de retourner à Bath, de se retrouver à nouveau confrontée dans toutes sortes de problèmes ? Elle ne savait pas, son cerveau était brouillé et elle peinait à distinguer ses sentiments ; ce qu’elle voulait ; ce qu’elle ne voulait pas. La jeune fille angoissait aussi un peu, il fallait bien se l’avouer. Et si elle apprenait une mauvaise nouvelle ? Et si la situation avec Tobias était de nouveau catastrophique ? Et si…

Ces deux mots prédominaient dans son esprit depuis quelques jours. Elle avait du mal à se concentrer et faire ses devoirs lui prenaient beaucoup plus de temps que d’habitude. Il ne manquerait plus qu’un professeur le remarque ! Elle marchait dans les couloirs pour se vider la tête – enfin pour tenter de se vider la tête, c’était plus exact.

Lydia entendit soudain des voix, venant de la salle des trophées. Que se passait-il ? Il commençait à faire nuit, tout le monde aurait dû être au chaud dans sa salle commune à part les fous qui décidaient de faire une bataille de boules de neige par ce temps peu sympathique.

« Tout va bien ? » demanda-t-elle en passant sa tête par l’embrasure de la porte.

Deux Serdaigle étaient là et elle les regarda de ses yeux clairs en attendant une réponse.

Me voilà T-) Pour rappel Lydia n'est pas préfète in rp, elle est en deuxième année et c'est une élève comme les autres ^^

#5d9686
Ancienne préfète inRP & PeCHRP, 4ème année RP - Bad, on your left !
ce sera le silence et aucun mot pour le dire

13 avr. 2021, 14:22
Y passer des lustres  Ivy Mercer & Lydia Holmes 
Je m’arrêtai net, la main toujours tendue vers la poignée. Une fille faisant plus-ou-moins la même taille que moi, au visage pâle entouré de cheveux noirs venait d’arriver.

- Tout va bien ?, demanda-t-elle.

Je gardai les yeux fixée sur elle, figée par la peur. Remarquant que je gardais toujours mon bras tendu devant moi, je le baissai. Je réfléchis rapidement : fallait-il répondre ou ne pas répondre ? Les yeux toujours fixés sur la nouvelle arrivante, je décidai de répondre à sa question. Je dis d’une voix à peine audible :

- Je… Ouais… J’crois qu’tout va bien… ‘Fin, moi, j’vais bien…

Je n’étais pas sûre qu’elle ait entendu ma réponse, mais je n’osai pas répéter mes paroles. Ne sachant plus que faire, je jetai un rapide regard derrière moi. *Faites qu’elle ne soit pas une préfète. Faites que par un miracle, je puisse m’enfuir rapidement le plus loin d’ici*, pensai-je. Je fixai à nouveau la fille qui venait d’arriver. Je ne pensais pas qu’elle puisse être bien plus âgée que moi, elle devait avoir dans les treize ans. Je fermai les yeux, priant intérieurement pour que tout se finisse bien. Mes dents commençaient à mordiller ma langue et mes mains s’étaient retrouvées et elles se tortillaient les doigts. Le sang me montait à la tête, mes joues prirent feu et j’eus tout-à-coup très chaud, malgré le froid qui régnait dehors par ce temps-là. Je fixai mes pieds qui devenaient tout-à-coup aussi intéressants que des spécimens rares de plantes exotiques.

#457898 · Marrainage