Inscription
Connexion

11 mai 2019, 21:44
 Salle des professeurs  Retour au quotidien  PV 
Ces évènements font suite à ce RP
samedi 21 novembre 2043 ~ 22h00


Lorsque l'elfe Tokey disparu, Elina se retrouva seule devant l'immense portail de Poudlard. Les sangliers de bronze qui montaient la garde de part et d'autre des grilles déployèrent leurs ailes en un salut silencieux tandis que le portail s'ouvrait dans un grincement qui aurait pu être désagréable dans n'importe quelles autres circonstances. La jeune professeur resserra autour d'elle le manteau que sa mère lui avait passé sur les épaules un peu plus tôt. Elle ne portait toujours que la fine robe de chambre de soie noire dans laquelle elle s'était réveillée après son interrogatoire par les sept Lignées du Nord. Le bonheur de se trouver à l'air libre avait éloigné un temps la sensation mordante du froid sur sa peau, mais celui-ci la transissait désormais. Elle fit quelques pas pour passer le portail qui se referma derrière elle dans un nouveau grincement. Le silence était retombé sur le parc et seul le son de la respiration d'Elina venait le rompre. Personne ne venait plus dans le parc une fois la nuit tombée.

La jeune femme était épuisée... Tout son corps la faisait souffrir. Même réfléchir lui était douloureux. L'envie de retrouver son lit était plus que tentante, mais elle avait encore des choses à faire avant d'en arriver là. Elle devait faire parvenir un message à Ilya Koniecko de toute urgence. Il fallait que la chef des Conjurateurs soit informée que les membres de l'Ordre étaient démasqués. Il fallait également que Kristen soit prévenue que les sept Lignées du Nord la savaient en possession de la baguette de Sureau. Sa première visite serait donc pour la directrice. Viendrait ensuite miss Llyod qui saurait peut-être quoi faire contre ces migraines persistantes.
Elina prit résolument la direction du château, prenant le chemin le plus rapide. Elle voulait en finir aussi vite que possible pour pouvoir ensuite enfin goûter au repos. Elle sentait les brins d'herbe humide contre la plante de ses pieds nus. Les premières gouttes tombaient du ciel couvert en perles d'eau venant s'écraser pesamment contre le sol. La jeune femme pressa le pas autant qu'elle le pouvait pour gagner rapidement l'abri du château.


~ Quelques minutes plus tard ~


Gravir les marches jusqu'à l'étage du bureau de la directrice fut une véritable épreuve. Affaiblie par son long enfermement et au bord de la crise d'hypoglycémie, Elina dû faire plusieurs haltes pour reprendre son souffle. S'asseyant parfois sur une marche pour attendre que la migraine se calme un peu. La tempête qui régnait sous son crâne était telle qu'en s'agitant trop elle craignait que les nausées ne la reprennent. Par chance, l'heure du couvre-feu était passée et elle ne rencontrerait personne dans les couloirs. Son retour dans un tel état n'aurait pas manqué de causer du tumulte et en cet instant elle n'aspirait qu'au calme et au silence. Les rumeurs attendraient.

Enfin, elle parvint à la porte du bureau de miss Loewy. Ne se souciant pas de l'heure et de l'état épouvantable dans lequel elle se trouvait, elle infligea deux coups secs contre le bois de la porte. La jeune professeure attendit une réponse sous le regard attentif de l'œil de surveillance qui flottait au-dessus du linteau de la porte. Elle espérait que Kriten Loewy était bien dans son bureau. Par chance, elle n'eut pas à attendre bien longtemps et la porte lui céda le passage.


jeudi 26 novembre matin ~ 8h


Cela faisait un peu moins d'une semaine qu'Elina avait échappé aux griffes des sept Lignées du Nord. Elle avait repris quelques couleurs, mais elle ne pouvait nier qu'elle avait perdu du poids durant sa captivité. Ses gêoliers n'étaient pas franchement les hôtes les plus accueillants qu'elle ait connu. Heureusement, elle pouvait compter sur les repas copieux de Poudlard pour y remédier. Pour Elina, qui avait conservé le gabarit d'un attrapeur, perdre du poids pouvait vite devenir un problème. La forcer à manger un peu était d'ailleurs l'un des premiers soins que miss Lloyd lui avait procurés la nuit de son retour. 

La plupart de ses courbatures avaient disparu à présent et seules les plus persistantes se rappelaient parfois à son bon souvenir. Les migraines en revanche avaient refusé de la quitter. Elina avait d'abord cru qu'elle devait simplement se montrer patiente, mais malgré quelques trêves, les migraines revenaient toujours. Pire, la jeune femme s'était rendu compte qu'elle ne parvenait plus à utiliser la magie lorsque les migraines avaient lieu. Elle avait été contrainte de ressortir du fond de sa malle la baguette qu'elle avait subtilisé au gardien du Dominion, mais son incapacité à lancer le moindre sort n'était pas liée au fait que cette baguette ne soit pas la sienne. Elle avait gagné l'allégeance de cette baguette lors de la dernière épreuve du Tournoi des Trois Sorcier et avait pû s'en servir sans le moindre souci par la suite. Sa première baguette étant demeurée elle ne savait où dans le Dominion, après le Tournoi elle avait racheté une baguette. Une baguette qu'elle saurait lui être pleinement adaptée. Une baguette qui avait été brisée par Dante Ferrovecchio lors de sa capture. Quoiqu'il en soit, la baguette n'était pas en cause ici. Quel que soit le sort qu'elle tentait de lancer, elle n'obtenait qu'une gerbe d'étincelles inoffensives et tout justes décoratives. En un sens, elle aurait préféré que le problème vienne de la baguette. Cela aurait pu être réglé facilement.
Suite à une nouvelle visite à l'infirmerie, le verdict était tombé. Miss Llyod lui avait diagnostiqué des migraines magiques. Les sorts de Doloris répétés et le puissant sortilège de confusion qui lui avaient été infligés avaient laissé quelques traces. L'infirmière avait été incapable de lui dire combien de temps cela prendrait pour que les migraines cessent, ni même si elles cesseraient totalement un jour. Outre le fait de l'avoir privée de sa baguette, les sept Lignées du Nord l'avaient amputé d'une part de sa magie. Ne pouvant en faire usage en certaines circonstances, elle se sentait plus vulnérable que jamais. Il fallait qu'elle pallie à cette vulnérabilité quitte à recourir à des moyens plus « moldus ». 

Ces derniers jours, Elina n'avait pas eu le courage de descendre prendre ses repas dans la Grande-Salle. Quand bien même ses migraines étaient à présent quasiment sous contrôle grâce aux bons soins de miss Llyod et aux potions qu'elle lui avait prescrites. Elina était à même de réagir rapidement pour atténuer la douleur. Cependant, cela n'empêchait pas de nouvelles crises de se déclarer. Aussi avait-elle préféré éviter le brouhaha de la Grande-Salle. Elle avait également soigneusement évité ses collègues. Elle se sentait trop las pour faire face aux questions sur son absence qui ne manqueraient pas de surgir. Depuis son retour, elle avait finalement peu quitté ses appartements, n'en sortant que pour se rendre à l'infirmerie. Elle prenait alors soin de se déplacer durant les heures de cours afin de rencontrer le moins possible de personnes sur son chemin.
Cependant, Elina ne supportait plus l'inactivité. Elle tournait en rond dans ses appartements ou dans l'infirmerie comme un lion en cage, ressassant en boucle les sombres jours de sa captivité, la mort d'Awa, la blessure du ministre... et son impuissance. Elle avait finalement pris la décision de recommencer à donner cours avant de devenir folle. Il lui fallait de quoi la distraire de ses idées noires où elles finiraient par avoir le dessus. Arrivée devant la salle des professeurs, Elina prit une profonde inspiration avant d'en pousser la porte.

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤

13 mai 2019, 23:39
 Salle des professeurs  Retour au quotidien  PV 
Deux mois. Deux mois que Rhys était professeur à Poudlard. Si un jour, quelqu'un lui avait dit cela, il aurait vérifié que la personne n'avait pas reçu un coup de balai sur la tête. 

Avant son arrivée, il avait postulé au Ministère pour travailler au Comité de surveillance des courses de balais. Son père connaissait quelqu'un qui connaissait quelqu’un qui connaissait quelqu'un, enfin bref, on connait la chanson. Il était tellement content, surpris mais content, que Damian s'empressa de questionner tout le monde autour de lui sur une éventuelle place au sein du service. 
Rhys, lui, ne supportait plus l'ambiance pesante, les regards glissés, les paroles désobligeantes que pouvaient faire de parfaits inconnus sur lui. Ce qui lui faisait le plus mal c'est que ça ne se limitait plus seulement à eux. Ses proches en faisait de même , dont son père. Et puis il fut embauché à Poudlard. Professeur de vol depuis deux mois. 

Rhys se remémorait tous ces souvenirs en se servant machinalement un café que les Elfes de maison avaient apporté en salle des professeurs. Il avait pourtant déjà pris son petit-déjeuner dans la Grande Salle. Il aimait beaucoup l’atmosphère enveloppante qu'il y avait le matin. Le calme régnait, les élèves et les collègues n'étaient pas très bavards (matin oblige). Ils n'étaient pas tous réveillés et malgré les étourderies et maladresses que cela pouvait engendrer, c'était une ambiance singulière qui lui plaisait. 

Le professeur fit tourner un peu son café dans sa tasse, sans se rendre compte que celui-ci débordait un peu et tâchait le sol de la salle. 
Il s'assit sur un des canapés afin d'être dans une position plus confortable pour prendre sa dose de caféine supplémentaire. 
Alors qu'il s'enfonçait dans les coussins moelleux, la porte s'ouvrit pour laisser apparaître une frêle silhouette. 

La professeure d'Histoire de la Magie se trouvait dans l'embrasure. "Je ne sais pas quelle maladie elle a eu ces derniers jours mais par Merlin, elle n'a plus que la peau sur les os", pensa Rhys.  Sa collègue avait été absente pendant plusieurs jours, terrassée par une terrible maladie, lui avait-on appris. 
Il détourna son regard pour ne pas mettre mal à l'aise la jeune femme. Il ne savait que trop bien qu'être observé de la sorte pouvait être gênant.

Bien que sa collège fut beaucoup plus jeune que lui, ils avaient des conversations sur divers sujets et notamment le Quidditch, sport qui passionnait la blonde. 
Il avait voulu commenter avec elle les résultats du dernier match mais il n'avait pas voulu la déranger dans ce qui semblait être sa convalescence. 

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.

"Si le mal brille dans toute sa splendeur, c'est devant le pire que le bien prend toute sa valeur." Oxmo Puccino

16 mai 2019, 00:41
 Salle des professeurs  Retour au quotidien  PV 
En tant que membre du corps professoral de Poudlard, Oliver Briggs, pourtant de nature solitaire, se devait de côtoyer une dizaine d’adultes, tous autant membres du corps professoral. Et quand on vivait à l’année dans un château avec ces personnes, on essayait de converser, discuter avec les collègues, en apprendre un peu sur leur vie, même s’ils parlaient la plupart du temps de tout et de rien. Le professeur Briggs faisait surtout le minimum syndical, il restait bien évidemment courtois et agréable en toutes circonstances : il retournait toujours les questions lorsqu’on lui demandait si ça allait et il faisait mine de s’intéresser un minimum aux personnes à qui il parlait.
Ainsi, il avait quand même fini par s’attacher – au moins un peu – à chaque professeur de l’équipe. Enfin, cela restait tout à fait relatif. C’est pourquoi l’absence équivoque de sa collègue professeure d’Histoire de la magie ne l’avait pas laissé totalement indifférent. C’était du jour au lendemain qu’elle avait disparu, et ce sans donner aucune nouvelle. L’affaire avait paru étrange. Quelque part dans sa tête, Oliver – et peut-être les autres professeurs – avait ressenti quelque chose d’inexplicable, d’anormal. Toute personne un tant soit peu éduquée prévenait, lorsqu’elle s’absentait pour une durée indéterminée. C’est au moins ce que le professeur d’Astronomie aurait fait, même sans préciser la raison. Et Elina Montmort n’était pas une fille mal éduquée. Voilà ce qui avait cloché, voilà ce qui avait interpellé Oliver.

Ce jeudi matin-là, le jeune professeur s’était levé tôt, car il souhaitait profiter de sa matinée pour répondre à un hibou important qu’il avait reçu la veille de Londres, concernant une affaire pénible. Il ne voulait pas y passer la journée, mais il savait qu’il prendrait du temps pour écrire. Ce n’était pas le style de hibou auquel on répondait à la va-vite, comme ça.
D’ailleurs, ce jeudi matin-là, il ne s’attendait pas à voir surgir la très jeune professeure d’Histoire de la magie dans la salle des professeurs. Il y avait quelques collègues de présents, et Oliver était assis sur un vieux fauteuil rouge, buvant un jus de citrouille et mangeant des œufs au plat, lorsqu’on la vit se tenir dans l’embrasure de la porte : c’était la première fois qu’il la revoyait depuis plusieurs semaines, et ce n’était pas bien glorieux.

« Elina ? »

Déposant sa fourchette et son couteau dans son assiette, il se leva hâtivement et s’avança vers celle qu’il avait interpellée. La jeune femme paraissait changée du tout au tout, et cela se lisait sans mal sur son visage. Oliver fronça les sourcils.

« Tu crois qu'on invente les gens qu'on aime ? »
« Elle pirate ton cœur pour entrer dans ta tête ! »

2 juin 2019, 15:01
 Salle des professeurs  Retour au quotidien  PV 
A son entrée dans la salle des professeurs, l'odeur du café vint chatouiller ses narines. La pièce en était toujours richement pourvue et il faut dire que les elfes de maison s'y entendaient pour préparer un bon café. Au point que même Elina, qui n'aimait guère cette boisson, avait fini par s'y mettre. Il n'y avait que deux personnes dans la salle des professeurs en cet instant. Rhys Saunder, le professeur de vol et Oliver Briggs, professeur d'Astronomie et directeur de Gryffondor.
Elina savait que la salle des professeurs serait peu fréquentée à cette heure et elle comptait bien là dessus. La jeune professeur voulait éviter de se retrouver confrontée à tous ses collègues en même temps. Elle détestait avoir à mentir, mais ce n'était pas à elle de révéler la menace des sept Lignées à ses collègues. Si Kristen Loewy n'avait pas l'intention d'informer ses professeurs de cela, Elina n'avait pas à s'opposer à sa décision quand bien même elle aurait aimé tout leur dire. Elle ne pouvait qu'espérer que la directrice savait ce qu'elle faisait. Quand bien même ces derniers mois avaient fortement ébranlé sa capacité à accorder sa confiance à qui que ce soit, elle avait confiance dans le fait que Kristen avait aussi des intérêts à ce que Poudlard reste un endroit sûr.

A son entrée, Rhys assis dans le canapé lui accorda un bref regard avant de se détourner, dans ce qu'elle savait être une volonté de ne pas la gêner. Avait-elle vraiment si mauvaise mine ? La jeune femme avait bien conscience qu'elle ne pourrait prétendre qu'il ne s'était rien passé, mais elle n'en détestait pas moins le fait de montrer ses faiblesses. De toute évidence, elle avait bien fait d'éviter toute compagnie ces derniers jours car son état s'était tout de même nettement amélioré par rapport à la nuit de son retour. C'était probablement cela qui avait empêché miss Loewy de se montrer plus insistante lors de leur discussion malgré les zones d'ombre qu'abritait son récit.
Confortablement installé dans un fauteuil rouge passablement élimé, Oliver en était visiblement au petit déjeuner. Quand il la vit, il l'interpela avant de déposer délaisser ses œufs au plat pour venir à sa rencontre. Contrairement à Rhys, il ne cherchait pas à cacher le fait qu'il avait remarqué son changement et fronçait les sourcils. Elle répondit d'une simple salutation :

« Bonjour Oliver. »

Des mots d'une navrante banalité, mais le fait est qu'elle ne savait pas quoi dire d'autre en cet instant. Se détournant légèrement en direction du professeur de vol, elle lui adressa un signe de tête en guise de salutations.

« Rhys... »

Elina se situait quelque part entre les élèves et les autres professeurs, ce qui compliquait parfois ses relations avec les autres résidents de Poudlard. Elle était forcée d'imposer une distance avec des élèves qu'elle avait côtoyé parfois de très près que ce soit dans sa maison, au Quidditch ou ailleurs pour conserver son autorité de professeur. Heureusement, jusqu'à présent elle n'avait pas eu trop de soucis de ce côté là. Peut-être le fait qu'elle ait été préfète-en-Chef les aidait-il a accepter son autorité ? Quant aux professeurs, elle était de loin la plus jeune et il était perturbant aussi pour elle de devenir la collègue de certains de ses anciens professeurs. Tant et si bien qu'elle ne savait pas toujours sur quel pied danser et qu'elle n'était pas vraiment intime avec ses collègues. Il y avait bien Irène dont elle avait fait la connaissance avant d'être recrutée, mais avec la plupart des autres professeurs, ses discussions se bornaient au travail ou a des banalités, dérivant rarement sur des sujets plus personnels. Rhys était probablement celui avec lequel elle avait les discussions les plus passionnées à propos de Quidditch.
Elle avait conscience qu'elle aurait dû ajouter autre chose... Entamer la discussion d'une quelconque manière au lieu de rester plantée là, mais rien ne lui venait. Elle qui trouvait habituellement toujours une manière de rebondir, se trouvait ironiquement désemparée face à cette simple situation.

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤

18 juin 2019, 19:32
 Salle des professeurs  Retour au quotidien  PV 
Oliver, assis dans un fauteuil non loin de Rhys, prenait son petit-déjeuner. Bien qu’ils étaient de la même promotion à Poudlard à l’époque, ils ne se parlaient que rarement. À vrai dire, ils n’avaient jamais été proches et même rivaux au Quidditch. Bien sûr de l’eau avait coulé sous les ponts depuis, leurs relations étaient cordiales. Rhys avait eu la surprise de le retrouver ici , en tant que professeur comme lui. Néanmoins, avec ses horaires de cours tardifs, ils n’avaient que rarement l’occasion de se croiser. 

Aussi il était très inhabituel et étrange de le retrouver ce matin en salle des professeurs. Rhys faillit lui faire part de son étonnement mais ne dit rien.  Après tout, son collègue avait sûrement une bonne raison et cela ne regardait pas forcément le sorcier.

Rhys suivit des yeux la scène se déroulant devant lui. Ooh ! Matinal et énergique en plus.

Rhys répondit par le même signe de tête à Elina pour la saluer.

-  Un peu de café ? dit-il en se redressant.

Il resta assis mais ne voulait pas paraître impoli. Il n’était certes, pas l’homme le plus sympathique mais il n’était pas irrespectueux. D’ailleurs inconsciemment, il s’était décalé lorsqu’il s’était redressé pour lui faire de la place sur le canapé. Si elle le souhaitait. Ou bien même Oliver. Peu lui importait. Il voulait juste détendre l’atmosphère et éviter le malaise grandissant.

Sa proposition était banale mais il espérait que le liquide chaud ferait du bien à la jeune femme. Il se demandait si elle avait pris un petit-déjeuner mais ne l’ayant pas vu dans la Grande Salle, il en doutait. 
À moins qu’elle l’ait pris seule. Toujours est-il qu’il n’osait pas la questionner sur ce point. 

- Tu vas un peu mieux à ce que je vois. Fichue maladie hein.

Rhys était persuadé que l’absence de sa collègue était réellement due à des causes médicales. Pouvait-il en être autrement ? Il savait qu’elle avait été totalement absente puis s’était rendue à ses cours. Il n’avait pas eu l’opportunité de la croiser depuis.

Il hésitait à poursuivre son intervention. Elle n’avait peut-être pas envie de parler. Mais en même temps converser sur des sujets anodins pouvaient être divertissant.

- Tu as vu les derniers résultats du championnat de la Ligue ?

Voilà. Rhys s’était enfin lancé. Cela lui coûtait mais après tout c’était un thème fédérateur. Il s’agissait d’ailleurs un des seuls thèmes dont il aimait parler, là où chacun avait sa propre opinion et où l’interlocuteur ne rentrait pas en jeu. Il avait l’impression lors de ces conversations sportives que les personnes oubliaient son physique et qu’elles n’écoutaient seulement que ce qu’il avait à dire.

Il prenait de plus en plus d’assurance de parler en public mais ce n’était pas encore un grand orateur. Alors ces questions simples lui convenaient. Elles étaient concises et précises. Il ne se serait pas permis de toute manière, d’autres questions.

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.

"Si le mal brille dans toute sa splendeur, c'est devant le pire que le bien prend toute sa valeur." Oxmo Puccino

13 juil. 2019, 18:03
 Salle des professeurs  Retour au quotidien  PV 
L’allure d’Elina n’avait rien à envier, selon Oliver. D’habitude, elle avait l’air plus « pimpante », plus charmante dans l’apparence. Lorsqu’elle le salua, le professeur d’Astronomie ne défronça pas les sourcils, mais un léger sourire qui voulait dire « Qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? » se dessina sur ses lèvres. Etrangement, plusieurs questions se bousculaient dans sa tête. Dans ses habitudes, Oliver était courtois. C’est-à-dire que sa mère, une femme simple mais très attachée à l’éducation de ses enfants, avait fermement veillé dès son plus jeune âge à être poli en toutes circonstances. C’était primordial chez les Briggs. Cependant, les événements du moment étaient tout, sauf anodins. Pas plus tard que le vendredi précédent, tout le Royaume-Uni avait appris avec surprise que la baguette de Sureau était aux mains de Kristen Loewy, leur supérieure hiérarchique, tout de même ! Cette relique qu’on croyait perdue ressurgissant du passé avait laissé Oliver interdit. Il ne portait plus vraiment le même œil sur la directrice de Poudlard. Et cela, juste après la disparition inexpliquée d’Elina. Cela faisait beaucoup trop de coïncidences pour que cela ne soit pas lié, le directeur de Gryffondor en était intimement persuadé. Ainsi, ce n’était peut-être pas si étrange qu’autant de questions se bousculent dans sa tête. Et c’est pourquoi, peut-être aussi à cause – ou grâce à – d’un désir de protection, il ne pouvait s’empêcher de lui demander ce qui lui était arrivé.
Alors qu’il s’apprêtait à parler, Rhys Saunders lui proposa une tasse de café. Puis il parla de « fichue maladie ». Oliver le trouva sur le coup franchement hypocrite. Cela était sorti de la bouche du professeur de vol comme s’il avait voulu tirer les vers du nez à Elina, mais de façon de totalement grossière. *Ça alors hein, sacrée maladie Elina, bah dis donc !* se moqua intérieurement le professeur d’Astronomie. Cependant il ne dit rien, se contentant de l’écouter parler de Quidditch par la suite. Sincèrement, Oliver doutait qu’elle ait actuellement envie de parler de Quidditch. Lorsque son collègue eut fini, il déclara :

« Tout va bien, Elina ? Je t’avoue qu’en ce moment, les événements sont bien trop étranges pour que ce soit des coïncidences, tu ne crois pas ? »

« Tu crois qu'on invente les gens qu'on aime ? »
« Elle pirate ton cœur pour entrer dans ta tête ! »

4 août 2019, 20:52
 Salle des professeurs  Retour au quotidien  PV 
Par chance, ses collègues ne la laissèrent pas attendre longtemps en silence, ce qui aurait pu devenir rapidement gênant. Lorque Rhys pris la parole, ce fut pour proposer à Elina un peu de café qu'elle s'empressa d'accepter. Elle avait bien besoin de cette boisson à l'amertume vivifiante en ce moment. La jeune professeur appréciait le fait que son collègue se montre peu invasif et alla s'asseoir à la place qu'il avait discrètement libérée sur le canapé. Répondant à la fois aux interrogations informulées de Rhys qu'à celles plus délibérées d'Oliver, elle déclara :

« En effet, fichue maladie. J'ai encore quelques migraines, mais Ruby est confiante. Elle ne prévoit pas de rechutes. »

Ayant acquis une tasse remplie de café, elle bu une longue gorgée qu'elle pris le temps de savourer. Après un instant elle ajouta à l'intention du professeur de vol avec un léger sourire :

« Je n'ai pas encore eu le temps de me mettre à jour sur le championnat. Tu pourras peut-être me faire un résumé en attendant que j'ai rattrapé mon retard ? »

La seconde question du professeur d'Astronomie la laissa davantage circonspecte. A quels évènements Oliver faisait-il allusion ? La disparition d'Elina avait été justifiée tant bien que mal par un congé maladie, mais les mots du professeur d'Astronomie sous-entendait que d'autres évènements avaient eu lieu et qu'ils pouvaient avoir un lien avec sa disparition. Elina n'avait eu aucune nouvelles du monde extérieur durant sa captivité et depuis qu'elle était rentrée à Poudlard, sa priorité avait été son rétablissement et l'attente de nouvelles qu'elle avait espéré avoir de l'Ordre. Elle n'avait pas pris connaissance des journaux qui étaient parus depuis sa capture jusqu'à ce jour et elle avait trop soigneusement évité de croiser qui que ce soit pour en entendre les nouvelles par leur intermédiaire. Les seules personnes avec lesquelles elle avait eu une discussion depuis son retour étaient Kristen Loewy et Ruby Lloyd. Cette convalescence l'avait rapprochée de l'infirmière, mais celle-ci était trop professionnelle pour prendre le risque de perturber une patiente avec des nouvelles inquiétantes.
Les paroles d'Oliver sous-entendait également qu'il ne croyait pas à la version officielle donnée par Elina. Il n'y avait qu'une réponse possible dans ce cas précis. Fronçant légèrement les sourcils, elle répondit :

« Difficile à dire. A quels évènements fait-tu allusion ? Je ne suis pas très au fait des dernières nouvelles. »

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤

22 août 2019, 19:33
 Salle des professeurs  Retour au quotidien  PV 
Rhys servit une tasse de café à Elina après que celle-ci accepta et qu'elle s’asseye auprès de lui.  Il lui avait lancé un regard à la dérobée pour constater, avec soulagement, qu'il arrivait tout de même à retrouver les traits de sa jeune collègue sur ce visage émacié. Jamais, oh grand jamais, il ne se serait permis de lui faire part de sa réflexion. D'habitude, il ne faisait pas attention à ce genre de détails mais là, cela était trop flagrant pour passer inaperçu. Néanmoins, il ne s'attarda pas trop longtemps et le coup d’œil fut très furtif. 

La professeure le rassura sur son état de santé.
- Si tu te sens mieux, c'est le principal. Je suis sûr que tu es entre de bonnes mains, dans celles de Ruby. 

Il côtoyait de temps en temps l'infirmière quand ses douleurs revenaient et que ses propres breuvages ne suffisaient plus. Il allait lui rendre visite que peu souvent, car il ne souhaitait pas que tout le monde sache pour ses faiblesses. 

Lorsque la jeune femme se retourna vers lui pour lui répondre dans un sourire, il essaya de le lui rendre, comme il le pouvait. Il ne souriait que peu, mais tout de même un peu plus ces derniers temps.

- Sans grande surprise, le Club de Flaquemare est toujours premier, je me demande s'il y aura une équipe qui arrivera à les détrôner avant la fin du championnat. A mon avis, non, mais bon, la fin est loin. Les prochains matchs sont pour bientôt, tu n'as donc pas loupé grand chose! La Quatrième journée sera ce weekend, si le temps le permet. Les matchs prévus ne sont pas ceux avec des grosses têtes d'affiche , mais on pourrai être étonnés de certains résultats!

Rhys n'était jamais autant bavard que lorsqu'il était lancé sur le sujet.

- Enfin on en reparlera lorsque tu auras l'occasion de les voir par toi-même. L'article dans Quidd'Mag sur les Pies de Montrose est très intéressant...

A peine eut-il eu le temps de finir sa phrase qu'Oliver, toujours debout, intervint. Rhys le regarda en haussant les sourcils. Mais quel toupet! Il n'avait finalement pas tant changé que cela. Toujours autant culotté. Son audace devait lui jouer des tours. 

Rhys écouta la réponse d'Elina. Sans lui répondre, il reprit sa propre tasse de café, s'avachit dans les coussins moelleux, désigna Oliver avec sa tasse puis la porta à ses lèvres.

- Ne me dis pas que tu crois à toutes ces rumeurs, Oliver? Il ne faut pas toujours croire ce que dit la Gazette, tu le sais bien pourtant, non?

Rhys esquissa un sourire moqueur. Lui-même ne prêtait guère attention à ce genre de ragots. Et quand bien même cela soit vrai, il trouvait cela indécent de ramener le sujet sur le tapis à ce moment précis. Briggs s'attendait à quoi? Qu'Elina lui confirme avoir vu sa supérieure faire ceci ou cela? Allons bon. La blonde n'était pas si crédule, d'après le professeur de Vol. Il ne voyait pas où son collègue voulait en venir mais surtout l’intérêt de la question et n'appréciait que peu, le ton employé. 

D'après la réponse de la jeune femme, elle ne savait même pas de quoi il en retournait. Rhys resta bien assis, enfoncé dans les coussins, jetant un regard noir à son collègue masculin, attendant sa réponse. 

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.

"Si le mal brille dans toute sa splendeur, c'est devant le pire que le bien prend toute sa valeur." Oxmo Puccino

27 oct. 2019, 16:12
 Salle des professeurs  Retour au quotidien  PV 
Rhys parlait Quidditch, mais Oliver préférait ne pas s’égarer, bien qu’il aimât tout autant le Quidditch qu’eux, pour avoir été capitaine de l’équipe des Gryffondor dès sa Troisième année. Elina, quant à elle, n’avait pas été au fait. Elle n’avait visiblement pas l’air de connaître les récentes nouvelles lorsqu’elle lui demanda à quels événements il faisait allusion. Le professeur d’Astronomie chercha des yeux l’édition de la Gazette dans la salle des professeurs. Il la vit sur une table à l’autre bout de là où il était, et se dirigea pour aller la prendre. Il revint vers ses deux collègues et, toujours en restant debout, se mit à lire l’édito qui faisait la une.

« La baguette de Sureau aux mains de Kristen Loewy, histoire d’une conquête. »

Il sauta un bout du paragraphe pour arriver à ce qui l’intéressait.

« La plus célèbre des trois Reliques de la Mort, la fameuse Baguette de Sureau, a resurgi du passé pour réapparaître entre les mains de nulle autre que Kristen Loewy, la toute aussi célèbre directrice de Poudlard. Celle qui, aux yeux d'un certain nombre, apparaissait déjà comme la plus grande sorcière de notre temps, est devenue, par un étonnant tour du destin, la nouvelle propriétaire de la plus puissante baguette magique jamais fabriquée. »

Il tendit l’édition de la Gazette à Elina, et répondit par la même occasion à la réplique de Rhys qui se voulait un peu sarcastique. En fait, son intervention laissait Oliver perplexe. Il avait l’impression qu’il le prenait pour un gamin naïf.

« Désolé Rhys, mais ça me semble avéré, tout de même, répliqua-t-il avec un léger sourire. »

Il ne voulait pas faire des embrouilles avec ses collègues alors que d’autres choses bien plus importantes se tramaient. Oliver pressentait que, dans les mois à venir, l’équipe des professeurs de Poudlard devrait être unie plus que tout. La réapparition de la baguette de Sureau ne laisse personne indifférent. Ce n’était pas la baguette la plus convoitée du monde pour rien.

« Tu crois qu'on invente les gens qu'on aime ? »
« Elle pirate ton cœur pour entrer dans ta tête ! »

30 oct. 2019, 11:34
 Salle des professeurs  Retour au quotidien  PV 
Sa tasse de café toujours fumante entre les mains, Elina se délectait de la chaleur qui se transmettait à ses doigts. Elle était encore sujette a quelques crises d'hypoglycémie, n'ayant jamais disposé de beaucoup de réserves. Sa température corporelle diminuait assez vite ces derniers temps et cela l'avait rendue plus frileuse. Une réaction normale dû a sa perte de poids incontrôlée semblait-il. Ses collègues avaient la courtoisie de ne pas lui faire remarquer cet amaigrissement conséquent.. Elle avait toujours eu un ossature assez fine et une musculature toute en longueur. Rien qui lui permette de cacher cet état de fait.
Rhys lui adressa l'un de ses rares sourires avant de lui résumer ce qu'elle avait raté de la saison de Quidditch. Un sourire qu'elle lui rendit avec toute la bonne volonté à sa disposition en cet instant.

« Il faut toujours se méfier de ce qui ne font pas trop parler d'eux. On garde rarement l'oeil sur ces équipes et subitement elles battent les favoris ! Je vais essayer de me procurer cet article. »

Rhys avait réagit aux paroles d'Oliver en mettant en doute la réalité des évènements mentionnés par ce dernier. Avec curiosité, Elina attendit que le professeur d'Astronomie s'explique. Oliver chercha un instant quelque chose des yeux avant de se diriger vers l'une des tables de la pièce et d'en revenir avec une édition de la Gazette dont il leur lu quelques lignes choisies de la Une. Celle-ci concernait la baguette de Sureau. Un des sujets sur lequel les Sept Lignées l'avaient interrogée et qui lui avait valu quelques moments désagréables. Il était en effet étrange que la réponse à leur question soit justement publiée dans la Gazette alors même qu'elle était toujours captive. Elina ne laissa cependant rien paraître de son trouble, n'affichant qu'une expression suspicieuse de circonstance tandis qu'Oliver lui tendait l'édition de la Gazette.
Plonger le nez dans l'article lui permis de se donner contenance, mais, si ses yeux parcouraient rapidement les lignes de l'article, elle n'en retenait que peu de choses. Son esprit évoluait bien loin de là. Elle avait désormais une preuve de plus que cet interrogatoire n'avait guère d'intérêt pour les Lignées si ce n'est celui de la désorienter. Si l'information était parvenue jusqu'à la Gazette, les Lignées en avaient forcément déjà connaissance à ce moments-là. Et avaient-ils vraiment besoin de sa confirmation ?

N'accordant pas grande importance aux petites piques que ses collègues s'envoyaient sous couvert de formules de politesse et repensant aux paroles d'Opale McKinney, elle répondit aux affirmations d'Oliver :

« Je me le demande... Est-ce que l'un de nous l'a déjà vu avec cette baguette ? Ou faire quelque chose dont elle ne serait pas capable en temps normal ? J'ai déjà eu la baguette de Sureau entre les mains lors de la dernière tâche du Tournoi des Trois Sorciers. Je pense que je l'aurais reconnue si je l'avais revue entre les murs de Poudlard. »

Le doute n'était plus vraiment permis quant au devenir de cette baguette, mais était-ce une bonne chose de confirmer les faits ? Elle n'aimait pas affirmer ce qu'elle n'avait pas confirmé de ses propres yeux. Elle était désormais convaincue que certaines choses ne devaient pas être révélées. Elle n'aurait pas été en danger si elle n'en avait pas su autant par les Conjurateurs et si elle n'avait pas rejoint leurs rangs. La jeune femme ne le regrettait pas, mais elle ne voulait pas mettre ses collègues en danger en leur en apprenant plus qu'ils ne devraient savoir. Kristen avait plus d'expérience qu'elle dans ce genre de situation. Si elle jugeait bon de garder le silence pour l'instant, Elina s'en tiendrait à la version officielle.

21 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤