Inscription
Connexion

20 janv. 2020, 18:45
Petite pépite ou piège douloureux ?  Privé 
~ RPG privé avec @Lucy Light et @Lili Cooper




~ 6 janvier 2045 ~


Cela faisait à peine une semaine qu'elle avait fait sa rentrée pour le second semestre et c'est comme si elle n'avait jamais quitté l'école. Enora n'avait eu nul besoin de se remettre dans ses petites habitudes, elles lui étaient revenues d'elles même. Sa tristesse de septembre l'avait quittée et elle comptait bien continuer avec les bonnes résolutions qu'elle avait prises au nouvel an pour la garder bien éloignée. Plus de risque qu'elle perde son temps à bouder sans s'en rendre compte. 
L'aiglonne profitait de cette heure de pause de déjeuner pour profiter du délicieux repas proposé par les elfes. Ce jour là était un jour de fête. On célébrait une coutûme chrétienne qui était rentrée dans les traditions de Poudlard malgré le ton plutôt laïque que l'école se donnait. Le menu restait un mystère excepté pour le dessert tant attendu et la surprise que sa part lui réserverait peut être. Il s'agirait d'une galette des rois ! Et qui disait galette des rois disait aussi frangipane. Après le chocolat, son péché mignon auquel elle s'adonnait volontier était les amandes. Le summum était donc le chocolat aux amandes ! Enora ne se faisait pourtant pas d'illusion. Elle doutait que l'école se soit éloignée du traditionnel dessert et les cuisines proposeraient sans doute la même recette que l'année dernière. Et pour cause ! Elle tapait dans le mille à tous les coups. 
En rentrant dans la grande salle, Enora fut d'abord agréablement surprise par le brouhaha amplifié par l'accoustique presque idéale de la pièce. Il semblait que les bavardages allaient bon train. Pourtant, ils s'aténueraient grandement une fois que les bouches seront pleines. Il semblait que tous les sorciers et sorcières avaient choisi de déjeuner à la même heure ce jour là. La jolie brune dut parcourir presque la moitié de la salle avant de trouver une petite place sur l'un des deux bancs dédiés aux Serdaigle ! 
Après avoir passé une jambe et sécurisé son assiette, Enora prit le temps de dire bonjour à l'une de ses amies assises à la table voisine. Quel heureux hasard que le premier endroit libre qu'elle ait dégoté se soit avéré être juste derrière Lili ! Les deux sorcières n'avaient fait que se croiser cette année en plus. S'étirant après avoir laissé passé deux camarades, elle lui tapota sur l'épaule.

- Salut Lili ! Bonne année ! s'exclama-t-elle avec un sourire. 

Elle n'eut pas le temps d'en dire bien plus qu'un buffet salé apparaissait déjà sur les tables. Elle s'excusa d'un sourire de l'avoir dérangée juste avant de manger et lui proposa de discuter plus tard si elles le pouvaient. Il fallait dire que parler à des camarades assis à la même table que soi n'était déjà pas si facile à faire tout en mangeant mais devoir se retourner sans cesse pour s'adresser à quelqu'un d'une autre maison était un véritable challenge qu'Enora ne se voyait pas relever. Ce n'était pas très bon pour la digestion !
Une fois les assiettes finies, les milieux de table se libérèrent. Comme pour nourir le suspens lié à l'arrivée du dessert tant attendu, les gateaux mettaient quelques instants à arriver et l'aiglonne trépignait sur place, faisant trembloter le banc. 

~ 2 ème année RP ~

24 janv. 2020, 22:54
Petite pépite ou piège douloureux ?  Privé 
Cette reprise n'a pas été la plus évidente et pour cause : Les vacances semblaient être une dimension parallèle tellement tu n'avais rien fait, on ne peut pas dire que cela n'a pas impacté tes habitudes après les cours : Tu avais simplement envie de te balader ou de te réfugier dans la salle de répétition pour jouer un peu, tranquillement et, surtout, seule. Te remettre à travailler de manière très rigoureuse n'était pas évident, même pour toi. Tu as cette maudite impression qui fait que tu sembles avoir vécu des évènements sans vraiment les vivre, ta conscience les a mis comme en sourdine, ce qui a le don de te mettre facilement sur nerfs. Tu sembles ne plus avoir le contrôle sur toi de temps en temps, du moins plus autant qu'avant, ce qui peut être très frustrant et si libérateur à la fois : Tu penses un peu plus à toi, à ton bien-être, plutôt qu'à être au top à chaque fois.

Aujourd'hui, vendredi, était un jour spécial : C'était la galette des rois. Ce repas un peu spécial était comme une échappatoire pour toi, un peu comme une mini-fête pour débuter l'année. Tu sais que cela est une tradition moldue et tu la connais bien, mais tu te demandes ce que peuvent bien en penser certains élèves : Les réactions étaient assez différentes l'année précédente, tu t'en souviens. 

Assise sur ton banc, tu parles un peu avec les autres élèves de ta maison, cela parle majoritairement de leurs vacances, ce qui fait que tu écoutes plus que tu ne parles, vu que tu n'es pas rentrée cette année. Les conversations fusent, toutes les unes plus intéressantes que les autres, ce qui te change les idées.

Tu tournes rapidement la tête et tu croises un regard familier : Il s'agit d'Enora Horton. Elle était assise juste derrière toi, à la table des Serdaigle. Tu la salues également d'un "Coucou Enora, bonne année !", que tu as le temps de lui glisser avant que vous tourniez toutes les deux la tête vers vos tables respectives pour voir les différents plats principaux qui sont disposés devant vous. Tu manges assez rapidement, tout en écoutant toujours tes amis te parler. La fin du repas se fait voir par la disparition des plats de résistance qui laissent à nouveau une table vide en quelques secondes. Là encore, des discussions se poursuivent, jusqu'à ce que vous voyiez différentes brioches prendre place en rangée sur les tables. Par dessus chacune, tu peux voir une couronne en papier, ce que tu trouves plutôt mignon. Certains semblent impatients et prennent déjà une part, de ton côté, tu attends un peu avant d'en prendre une.

Quatrième année RP - Préfète InRP | #4682B4
« Poufsouffle refoulée ayant été répartie à Serpentard, se proclamant Gryffondor et se faufilant parmi les Serdaigle » E.D.

27 janv. 2020, 17:18
Petite pépite ou piège douloureux ?  Privé 
J'avais très mal à la tête. Mes oreilles sifflaient. Mes yeux me piquaient. Mon cœur était brisé en mille morceaux. Il s'était passé tant de choses pendant les vacances. Je devais avoir l'air d'un zombie, avec mes cheveux emmêlés, mes cernes et mes yeux rougis. Mais c'était un peu ce que j'étais devenue depuis la disparition de mon père : j'avais les yeux dans le vide, je ne parlais plus, je ne dormais pas beaucoup... J'étais un mort-vivant. Je n'arrêtais pas de penser à mon père. Je me demandais ce qu'il faisait, à cet instant.
Je marchais dans le couloir, vers la Grande Salle. Le brouhaha excité des élèves me parvenait à peine. J'étais perdue dans mes pensées. C'était le jour de la Galette des Rois, un jour de fête. Mais c'étais un jour aussi triste que les autres pour moi. Et je n'aimais pas la galette. De toute façon, rien ne me donnait envie.
La bonne humeur régnait dans la Grande Salle. En silence, j'essayais de repérer une place à la table de Serdaigle. Les élèves gigotaient et bavardaient, serrés comme des sardines. J'en trouvai une, à côté d'une fille qui était sûrement en première année, avec de longs cheveux bruns. Je m'approchai en silence, comme d'habitude. À peine m'étais-je assise qu'une ribanbelle de nourriture apparût sur la table. Je sentis ma voisine se tourner vers la table de Serpentard et murmurer quelque chose puis se retourner vers la nourriture. Je ne fis pas plus attention à elle.
Je pris le premier plat que je vis : une omelette. Comme je n'avais pas très faim, cela me convenait. Je mordis dedans. Aucun goût. Ce n'était pas que l'omelette avait mauvais goût, c'est juste que ma langue déprimait. Je ne sentais presque plus rien. La fille aux cheveux bruns, elle, avait l'air d'avoir bien mangé.
Les plats disparurent pour laisser places à une multitude de galettes et de brioches. Je m'apprêtais à partir. Cela ne servais à rien de rester, je n'aimais pas les galettes et me casser une dent en mangeant la fève ne me faisait pas envie. Et les rires des élèves ne me rappellait que trop ma profonde douleur. Je me levai. Mon regard croisa alors celui de la jeune fille assise en face de moi, qui me dévisageait curieusement. Sans doute n'avait-elle jamais vu d'élève n'aimant pas les galettes, ou bien étais-ce ma pâleur inhabituelle et mon air pitoyable qui l'avait alarmé. Je baissai la tête comme je le faisais tout le temps, masquant mon visage par mes épaisses mèches aux reflets roux et m'assis. Je ne sais pas pourquoi. Je fixai mes genoux, embarrassée. Aucun inconnu ne m'avait regardé ainsi depuis… depuis mon subite changement d'état.
Je pris une part, pour ne pas attirer l'attention, bien que je n'aimait pas ça. J'espérait que la fille avait détourné son attention de moi. Je croquais dans la galette à contrecœur.

Mon compte va être supprimé. Vous me retrouverez bientôt sous le nom de Susan Firefly. ;)

1 févr. 2020, 15:04
Petite pépite ou piège douloureux ?  Privé 
Le moment tant attendu était enfin arrivé. Les galettes étaient apparues sur les tables. D'autres élèves, visiblement encore plus impatients que la jeune Enora, se jetèrent sur les multiples parts. L'aiglonne décida qu'elle ferait mieux d'attendre que le tourbillon de main se dissipe. Elle aurait alors moins de choix mais peut être apercevra-t-elle la fève par hasard. 
Chez elle, il était plus facile de l'avoir. Ses parents ne voulaient pas particulièrement de la figurine et préféraient la lui laisser pour lui faire plaisir. Pourtant, ce n'était que le fait de l'avoir qui la rendait heureuse et les petits cadeaux étaient souvent égarés dès le lendemain ! La jolie brune n'était pas une collectionneuse dans l'âme. D'ailleurs, elle ne gardait pas non plus les cartes personnages accompagnant les chocogrenouilles dont elle rafolait. 
Cela lui rappela d'ailleurs la fois où elle en avait offert une à Lili. Son amie l'avait aidée à retrouver un bijou de famille très cher à son corps. Le fourbe s'était caché entre deux pierres d'un escalier en colimaçon. Pour la remercier, elle lui avait fait profiter de quelques unes de ses chocogrenouilles et lui avait donné celles qu'elle avait découverte au cours de sa dégustation du jour. 
Le souvenir la fit sourire tandis qu'elle prenait une première bouchée de sa part de galette. Elle savoura la frangipane qu'elle mâchait sans encombres. Pas de fèves ici donc. Tout en continuant à mastiquer, elle reposa le gateau dans son assiette et souleva délicatement la couche de pâte feuilletée. Enora n'avait pas eu de chance. Heureusement, elle avait tout le temps de tenter une autre part une fois qu'elle aurait fini celle ci. 
Autour d'elle, des têtes couronnées se dressaient déjà fièrement. Certains brandissaient encore la fève précieuse qui les avaient sacrés rois et reines le temps d'un dessert. Les autres avaient simplement posés l'artéfacts dans le coin de leur assiette. Pourtant, tous les aiglons ne semblait pas joyeux de célébrer cette petite tradition. A côté d'elle, une brunette qui semblait un peu plus jeune qu'elle avait presque l'air de forcer le gateau dans sa bouche. Du coin de l'oeil, elle observait l'une de leurs camarades Serdaigle qui ne lui prêtait pourtant pas attention. Avait-elle perdu un pari pour se retrouver obliger de manger un dessert qu'elle n'appréciait pas ? Enora ne savait pas comment réagir. Elle ne connaissait pas la jeune sorcière et ne voulait pas s'immiscer dans une situation où elle n'avait rien à faire. 
Finalement, elle pensa qu'un petit "ça va ?" ne ferait de mal à personne. Si elle pouvait au moins lui offrir la distraction nécessaire à l'oubli de ce qu'elle avait dans la bouche, elle aurait un peu aider. En prenant sa deuxième part, encore frangipane, elle se lança :

- ça va ?

Un peu d'inquiètude pointait dans sa voix mais il fallait la connaître pour le remarquer. En attendant une réponse, elle entama sa galette ... pour croquer en plein sur une fève !

~ 2 ème année RP ~

8 févr. 2020, 16:57
Petite pépite ou piège douloureux ?  Privé 
Tu attends encore un peu avant de prendre une part de galette. Par chance, celle qui reste et qui est à côté de toi est une galette que tu aimes beaucoup, à la frangipane. La part dans tes mains, tu commences à la déguster doucement, bien contente de pouvoir en manger. Tu vois les élèves autour de toi un peu déçus qui se rabattent sur une seconde part, n'ayant visiblement pas eu ladite fève. Toi, peu importe le résultat, tu sais que tu ne mangeras qu'une part : Tu n'as pas très faim et ne pas avoir la fève ne te dérange pas tant que ça. 

Tu continues de manger ta part, quand tu entends Enora parler. Tu te retournes machinalement, te demandant si c'est à toi qu'elle parle. Pourtant, ce n'est pas le cas, elle s'adresse à une élève de sa maison, tu te remets donc droite.

Tu te rappelles de la fois où tu l'as aidée quand elle avait perdu son bracelet, tu t'en souviens comme si c'était hier. Mine de rien, cela vous avait permis de passer un moment ensemble et de vous rapprocher un peu plus, étant donné que vous vous connaissez depuis votre rentrée en première année, quasiment. 

Tu as presque fini ta part et tu te dis que la fève ne sera pas pour toi cette année quand tu croques dans quelque chose de bien trop dur pour que ce soit la galette. Tu regardes et tu vois un petit objet que tu prends délicatement :

Image

Trouvant la figurine plutôt adorable et en plus à l'effigie de ta maison, tu sais que tu vas la garder. Tu la poses à côté de ton assiette et tes camarades ne mettent que très peu de temps à remarquer que tu l'avais eue, t'enfilant assez rapidement une couronne sur la tête. Le simple fait de savoir que tu as une couronne sur la tête te gêne un peu. Tu insistes pour l'enlever ou même pour la donner à quelqu'un d'autre mais ils refusent, bien évidement. C'est donc avec un léger sourire que tu la gardes sur la tête.

En face de toi, tu remarques qu'un Gryffondor te fixe : En très peu de temps, tu comprends qu'il s'agit de ton frère qui mime des applaudissements. En quelques secondes, tu deviens encore plus gênée, te disant que tout le monde doit être en train de te regarder, bien que ce ne soit en réalité qu'une impression. Cela suffit à te faire sembler très petite autour de tout ce petit monde.

Tu poses un dernier regard sur la table des Serdaigle, te demandant si, par hasard, Enora aurait également eu la fève.

Quatrième année RP - Préfète InRP | #4682B4
« Poufsouffle refoulée ayant été répartie à Serpentard, se proclamant Gryffondor et se faufilant parmi les Serdaigle » E.D.

9 févr. 2020, 19:42
Petite pépite ou piège douloureux ?  Privé 
Ça va ?
Les quelques mots que la fille à côté de moi avait prononcé me firent légèrement sursauter. Mais je ne réagis pas. J'étais tétanisée... elle me parlait ?! Rester immobile, ne pas bouger... Ma peur me bloqua la gorge.
Elle ne s'adresse certainement pas à moi, qui voudrait s'adresser à moi ? songeai-je. À part Améline, bien sûr...
Le fait de penser à la jeune sorcière me remonta le moral. Elle avait été si gentille avec moi... C'était mon amie. Ma première véritable amie.
Je reposai ma part de galette que j'avais à peine goûté, écœurée. Pourquoi en prendre alors que je n'aimais pas ! J'étais aussi un peu triste à l'idée de gâcher. J'en repris un petit bout, à contre-cœur.
Un gémissement de douleur provenant de la même fille qui avait parlé me fit une fois de plus sursauter. Je tournai la tête : c'était une fille brune aux cheveux longs. Elle tenait sa main plaquée contre sa bouche, une grimace de souffrance sur le visage.
Ça... ça va ? dis-je d'une voix inquiète. 》
Visiblement non. Je regardai autour de moi : les élèves, occupés à discuter et à rechercher la stupide fève, n'avait rien remarqué. Ils se préoccupaient plus des couronnes en carton dorées posées à côté des galettes - enfin ce qui en restait - que de leurs camarades... quelle superbe fête !
Je savais que cette tradition était idiote ! Ça ne sert à rien !
Je me rendit compte un peu tard que j'avait pensé à voix haute. Je me ratatinai sur moi-même, embarassée. Mes joues se teintèrent de rose. Je n'aimais pas du tout me faire remarquer.
Et puis depuis Noël, je n'étais plus vraiment moi-même. Avant j'adorais cette fête, même si je n'aimais pas la galette. Ma grand-mère cachait une fève dans un gâteau au chocolat, en plus des deux galettes proposées. Et comme j'étais la seule à en manger, je finissais par tomber dessus. Mais c'était avant...
La fille gémissait toujours, alors je me retournai et tapai sur l'épaule de la première personne qui j'aperçus : une élève de Serpentard, avec de longs cheveux blonds. Elle avait déjà fini son dessert, à en juger par les miettes qui traînaient dans son assiette et par la petite fève, représentant le blason de Serpentard qui attendait sur le côté. Une couronne en papier était posée sur sa tête.
Euh... je... désolée de te déranger mais... ma camarade a besoin d'aide. Elle semble avoir croqué dans... dans la fève... Je ne sais pas comment faire.
Et là je me dis que j'aurais mieux fait de partir avant le dessert. Mais non. J'étais idiote.
Cependant, ce n'était pas le moment de se plaindre, à côté de moi, quelqu'un souffrait. Sacrée tradition !
Dernière modification par Lucy Light le 23 févr. 2020, 13:57, modifié 2 fois.

Mon compte va être supprimé. Vous me retrouverez bientôt sous le nom de Susan Firefly. ;)

11 févr. 2020, 09:05
Petite pépite ou piège douloureux ?  Privé 
Bien qu'aux anges d'avoir trouvé la fève, Enora lâcha un gémissement et grimaça de douleur. Le petit objet était arrivé en plein sur ses dents ! Son réflexe avait alors été de le bouger dans sa bouche mais ce fut une grave erreur. Il alla juste heurter une autre dent ce qui lui fit encore plus mal que précédemment. Elle sursauta quand la peine arriva et porta ses mains à sa bouche. 

La fille qui l'avait ignorée quand elle lui avait demandé si tout allait bien se souciait désormais d'elle, lui rendant la pareille. Autant dire qu'elle ne pouvait pas répondre avec tout ce qui se passait dans sa bouche. Très doucement, elle entrouvrit ses lèvres et entreprit de faire sortir la fève sans plus de dégat. Ses mains cachaient toujours la vue, elle ne voulait pas faire profiter du spectacle douloureux à tout le monde. Heureusement, les autres étaient trop préoccupés par leur propre quête et seule sa voisine l'observait du coin de l'oeil, lui offrant une remarque dont elle n'avait vraiment pas besoin :

- Je savais que cette tradition était idiote ! Ça ne sert à rien !

L'aiglonne leva les yeux au ciel avant de la foudroyer du regard. Etait ce vraiment le moment de se plaindre d'une fête lorsqu'une de ses camarades avait un soucis comme ça ? 

Avec un dernier petit effort, elle parvint enfin à retirer la fève ... en forme de dent ? Etonnée, Enora retourna l'objet dans tous les sens. C'était tout de même un étrange choix que les elfes de maison avaient fait. Dans le doute, elle lança des regards alentours. Tous le monde semblait pourtant avoir reçu des effigies de leur maison ou de Poudlard. Elle posa le petit cube blanc sur la table et tâta ses machoires. Au bout d'un instant, elle trouva un trou. La deuxième dent que la fève avait heurtée ! Les yeux écarquillés, la petite brune se mit donc à la recherche de la fève qui devait toujours être dans sa bouche. Enfin trouvée, elle la posa avec dédain sur le coin de son assiette. Elle but un peu d'eau pour voir ce que ça allait faire à son nouveau trou. Le froid lui fit encore plus mal et elle arrêta. 

Ses yeux se posèrent à nouveau sur la dent. Allait elle devoir porter une couronne dès l'âge de 13 ans ? C'était vraiment le comble que ce soit arrivé le jour de l'épiphanie. Qu'allait être la réaction de ses parents ? Les larmes lui montèrent aux yeux à la seule idée de devoir leur dire. Puis, elle se rappela qu'il lui restait une dent de lait à perdre. C'était sans doute ça ! Elle avait commencé à bouger il y avait quelques jours dans ce coin. Elle ne pourrait pas être certaine sans aller à l'infirmerie néanmoins... 

La galette oubliée depuis longtemps, elle se contentait à présent de regarder la pauvre dent en essayant de se persuader que c'était celle qu'elle était censée perdre et pas une autre.

~ 2 ème année RP ~

29 févr. 2020, 13:38
Petite pépite ou piège douloureux ?  Privé 
Tu discutes avec tes amis, leur expliquant que vous avez pour habitude de fêter l'épiphanie avec ta famille mais que cela fait deux ans que vous ne pouvez plus le faire, étant donné que tu n'es plus à la maison à ce moment-là. Ceci dit, tu te souviens très bien des moments où tu as pu passer cette journée avec toute la famille mais tu étais très jeune, étant donné que Blair est entrée à Poudlard lorsque tu avais 4 ans, ce qui fait que l'effectif de votre famille pour cette fête a diminué peu à peu. C'est plus ou moins tout ce que tu leur dis, vu que tu fais en sorte que la conversation dévie rapidement sur quelqu'un d'autre. Décidément, parler de toi devant beaucoup de personnes, ce n'est pas encore ton  truc mais tu sais que tu as fait un gros effort en expliquant tout ça. Tu écoutes les diverses conversations qui ont repris autour de toi en te faisant à nouveau toute petite, n'ayant pas envie que l'on te demande plus de choses sur toi. 

De nouvelles têtes sont couronnées, il y en a une vingtaine dans la salle, à présent. Cela te rappelle que tu en as une sur la tête, ce qui te fait rougir instantanément.  Tu regardes avec attention ton assiette, la trouvant particulièrement intéressante, bien qu'elle ne soit qu'en réalité blanche et vide de décorations.

Cela semble mouvementé à la table des Bleus, sans vraiment savoir pourquoi. Enora semble bien concentrée sur quelque chose, mais ce n'était pas sur sa galette, posée un peu à côté d'elle. Tu croises un regard d'une autre élève qui te parle, te disant que l'élève qu'elle te montre ne va pas bien. Il s'agit de ton amie, avec qui tu parlais juste avant. Sans vraiment trop réfléchir, tu te retournes, tout en posant la couronne où tu étais précédemment assise. Tu te lèves et tu vas à côté d'elle, avant de lui demander :

- Enora, ça va ? Tout va bien ?

Elle semblait être sur le point de pleurer, ce qui ne te rassure pas plus que ça. Tu aimerais qu'elle te dise quelque chose, ou un simple signe de la tête, tant que tu peux interpréter comment elle se sent, tout te va. Tu espères simplement que ce n'est pas trop grave ou qu'elle n'apprécie pas la fête, même si tu ne penses pas que ce soit cette piste.

Tu jettes un regard à la jeune fille qui t'avait prévenue, te demandant si elle avait une idée de ce qui pouvait bien se passer pour Enora, elle te semblait aller bien avant le début du repas, ce qui te rend perplexe.

Désolée pour cet affreux retard...

Quatrième année RP - Préfète InRP | #4682B4
« Poufsouffle refoulée ayant été répartie à Serpentard, se proclamant Gryffondor et se faufilant parmi les Serdaigle » E.D.

2 mai 2020, 19:04
Petite pépite ou piège douloureux ?  Privé 
Retourne toi et aide moi ! songeai-je, le regard vissé sur le dos de la fille à qui je venais de parler. 》
Tout le monde était donc aveugle ? Quelqu'un avait besoin d'aide. Mais pas de mon aide. Personne n'avait besoin de moi. Je ne servais à rien. Trop craintive, trop hésitante, trop triste... Trop.
L'élève finit par se retourner, à mon grand soulagement. Elle ne me prêta aucune attention, ce qui me rassura, je n'avait pas envie de devoir parler. Je n'aimais pas parler. Non, j'avais peur de parler.
Elle se précipita tout de suite vers la blessée, soudainement inquiète. Elle lui tournait autour, tentant de comprendre ce qui s'était passé, en répétant le nom de la fille gémissante, qui semblait être son amie. Laura ? Nora ? Enora ? C'était ça, oui, Enora.
La Serpentard lui demanda si cela allait bien. Est-ce que ça avait l'air d'aller ? Non. Question inutile. Mais au moins elle réagissait. Moi, je restait plantée au beau milieu des élèves, qui commençaient enfin à se rendre compte qu'un truc clochait. Immobile, silencieuse, je passais inaperçue, j'étais invisible. J'avais l'habitude, et je préférais ça. Mais au fond de moi, une voix résonnait et disait : 《 Aide-la. Tu as vu ce qui s'est passé. Tu peux l'aider. Tu dois l'aider. 》.
Non. Oui. Non. Oui. Pourquoi j'hésitais ? Parce que ces deux filles m'intimidaient ? Tout m'intimidait. Parce que l'essain d'élèves et l'agitation autour m'oppressaient ? Tout m'oppressait. J'avais l'impression d'avoir un diabolo dans l'estomac. Inutile. J'étais inutile. C'est ce que je me répétais. À quoi ça servait ? À rien. À rien, mais c'est ainsi. Je suis si peureuse que j'en deviens égoïste. Je tripotais mon écharpe, que j'avais posé sur mes genoux, frustrée.
La jeune fille aux cheveux bruns mi-longs s'arrêta, consciente que ce qu'elle faisait ne changerait rien. Elle me regarda, l'air interrogateur. J'allais être obligée de parler. Parler ou fuir. Non, plus jamais fuir.
J'ouvris légèrement la bouche, tout juste pour faire sortir ces quelques mots :
Elle... a croqué la fève.
Puis je baissai la tête. Cependant, juste avant de cacher mon visage derrière un rideau de mèches châtains, j'eus le temps d'appercevoir quelque chose posé sur la table, à côté de l'assiette d'Enora. C'était blanc et plutôt petit, de la taille d'une fève. Sauf que ce n'était pas une fève. Une dent. C'était une dent. Bien brossée, avec un peu de sang. J'en étais persuadée.
Sans vraiment relever la tête, je m'approchai et désignai la dent d'une main hésitante.
La pauvre... pensai-je. Une dent cassée, si jeune... 》.
Il fallait l'emmener à l'infirmerie. Une dent, ça fait mal. Mal comme une fracture Mais je laissai bien volontier la Serpentard prendre cette décision. Je voulais retourner au plus vite dans mon coin poussiéreux, à la Bibliothèque, là où aucun bruit, pas le moindre décibel, ne viendrait troubler le silence monotone. C'est là que je me sens le mieux. Dans la poussière. Je le mérite. Je ne veux aucune faveur.

Ne faites pas attention aux mots en gras. ;)

Mon compte va être supprimé. Vous me retrouverez bientôt sous le nom de Susan Firefly. ;)