Inscription
Connexion

15 mars 2019, 19:27
Va mon beau chat, sur son cœur amoureux  PV 
Image
On s'est connu voici fort peu de temps
Tes yeux semblaient si implorants
De nos deux tristesses, un bonheur est né
Car j'ai compris que j'allais t'aimer...
- Rox et Rouky


28th February, 2044
Au petit matin
Sur les marches d'un escalier en colimaçon

Si l'on s'accordait pour mettre de côté la fierté d'Elian Kernac'h, on pourrait tout avouer en révélant qu'il s'était trompé d'heure de réveil, et qu'il en venait à présent à errer dans le château sans idées de ce qu'il pourrait faire autre que de retourner dans son terrier pour dormir, ce qu'il aurait été incapable de réaliser à présent qu'il avait pris une douche - bien que celle-ci s'était avérée un peu sommaire. Il devait être aux alentours de sept heures du matin lorsque le château commença à laisser échapper sa ferveur matinale habituelle. Les pas irréfléchis d'Elian avaient fini leur périple dans une ascension fulgurante : il ne se trouvait plus très loin des étudiants de Serdaigle, ou du moins c'était ce qu'il pensait en se rappelant des indications données par Solal Rosenberg, son comparse qui était un élève de cette maison.

Après avoir observé un peu trop longuement une dalle pourtant tout à fait identique aux autres pierres qui constituaient cette paroi rocheuse, Elian se décida à se poser quelque part, et s'installa sur les premières marches d'un étroit escalier en colimaçon qui montait tout au sommet de la tour, en attendant... Le premier cours de la journée ?
« Oh non... » Les Poufsouffle n'avaient pas cours ce matin-là. Il s'apprêtait à enfouir son visage dans ces mains pour avoir ainsi négligé cette information importante, mais il s'en souvint d'une autre, peut-être même encore plus cruciale, en voyant une tâche d'encre noire presque complètement effacée dans sa paume. « Nom d'un buvard, Herminie ! » s'écria-t-il en aplatissant sa main sur son front. Sa camarade de maison lui avait donné rendez-vous très tôt à la bibliothèque pour lui consacrer du temps en l'aidant à réviser les matières dans lesquelles il présentait des difficultés croissantes - même s'il s'était évertué à lui faire comprendre qu'il régressait dans toutes les matières, elle semblait tout de même très déterminée à colmater les dégâts.

C'était affligeant de constater que, malgré toutes les précautions qu'il pouvait prendre, son cerveau trouvait toujours le moyen de l'abandonner d'une façon ou d'une autre. Il était encore temps de la rejoindre, Elian n'avait qu'une demie heure de retard et c'était bien moins que d'habitude. La vision d'un chat gris aux yeux percutants, planté devant lui, le fit se rasseoir lentement sur sa marche. Il tendit la main, et Lianz s'approcha comme s'il réalisait un numéro répété des centaines de fois. Redressé, les deux pattes avant posées sur le genou d'Elian, il accepta la caresse du garçon qu'il venait très souvent voir dans son dortoir à l'heure de dormir.
« Dis-moi, est-ce que ta maman ne serait pas loin d'ici, par hasard ? » lui murmura Elian en le grattant entre les oreilles. Après tout, Herminie Peers mettait un point d'honneur à ramener son camarade de Poufsouffle constamment sur le droit chemin aux interclasses, à lui rappeler les devoirs à rendre et à le retrouver lorsqu'il se perdait dans le château... Il n'était donc pas étonnant d'émettre l'hypothèse qu'en ne le voyant pas arriver au point de rendez-vous, la jeune sorcière soit partie à sa recherche.

Pas bien réveillé, sa cape chaude laissée dans son dortoir, Elian ne souhaitait pas vraiment travailler. En revanche, passer du temps avec son aide aux devoirs lui paraissait déjà être une idée plus ravissante. Herminie était une sorcière avec qui il n'osait jamais parler trop profondément de peur de ce qu'il pourrait ressentir pour elle. Ce n'était pas de sa faute à elle, Elian passait le plus clair de son temps à éviter d'entretenir ses relations avec les filles, ce qui avait de quoi interloquer lorsque l'on savait qu'il en appréciait beaucoup d'entre elles rien que dans sa promotion à Poudlard : Ivy Wild, Lucy Wood, Cassiopée Malory... L'amour n'était-il pas que de l'amitié exacerbée à l'extrême ? Dans toutes les histoires qu'il avait lues, il suffisait qu'une fille et qu'un garçon se rencontrent pour qu'un amour grandissant et destructeur fasse son apparition mais, trop occupé à esquiver des amitiés féminines, Elian avait négligé le fait qu'il était tombé dans ce même piège avec un garçon... Et maintenant que les choses s'éclaircissaient un peu de ce côté-là des sentiments, l'angoisse d'Elian à l'idée de connaître un peu mieux ses sorcières préférées s'était peu à peu dissipée. Il avait toujours sentie Herminie à ses côtés, aussi lointaine se trouvait-elle, et elle n'était plus si lointaine en cet instant.

En RP : Quatrième année

« And you've just had some kind of mushroom
And your mind is moving low.
Go ask Alice, I think she'll know. »
look alive, sunshine
。 *
 ・*。・

16 mars 2019, 18:09
Va mon beau chat, sur son cœur amoureux  PV 
Couloirs du premier étage, quelques minutes avant 7h, le dimanche 28 février 2044


C'est l'heure des chats depuis de longues heures, maintenant. Mais la lumière va arriver très bientôt, et avec elle tous les enfants du château. Il ne fait pas bon être un chat dans des couloirs bondés de Poudlard, quand bien même les Hommes-de-fer et les Dames-de-pierre gardent les refuges et les coins-de-murs-à-souris. 

Le beau Chartreux de 8 mois ne fait pas de bruit quand il longe les pierres vers la maison-qui-sent-le-soleil et vers le lit encore chaud de petite maîtresse. Petite maîtresse qui est levée bien tôt, car là voilà qui traverse le passage des ronds-de-bois. Elle sent la laine et le dentifrice. Pourquoi ne pas partager un moment avec elle, puisque leurs heures se croisent ?


Image


Herminie passe silencieusement le passage des tonneaux et frissonne devant le froid des couloirs alors que la nuit baigne encore le château. Elle a rendez-vous à la bibliothèque avec Elian, car elle s'était aperçue récemment que son air de hibou ahuri s’aggravait en cours. Ce n'était pas sa faute : les adultes ne savaient vraiment pas parler aux enfants. Il fallait faire tellement d'efforts pour eux ! 

Les efforts, ça la connaissait. Bien obligée quand produire un sortilège était comme marcher en funambule sur sa baguette. La théorie par contre ça allait très bien, et elle adorait expliquer aux autres avec ses mots d'enfant, pensait-elle alors qu'elle resserrait son écharpe et attachait sa cape. Soudain, elle sourit. Deux grands yeux oranges tranchent avec le gris ambiant. « Bonjour Lianz ! La nuit a été belle ? » chuchote Herminie. Elle ne s'essaye pas à le prendre dans ses bras, mais lui tend ses doigts qu'il renifle aussitôt. Le ronronnement l'accompagne un moment, puis disparaît au abord de la Bibliothèque. Pas d'Elian. La Bibliothèque n'ouvre qu'à 8h30, mais il y a une infinité de salles vides à cet étage pour les accueillir. En attendant, elle grignote un morceau du cake qu'elle a emporté hier soir, en contemplant une carte de chocogrenouille qui traînait dans son sac. N'était-ce pas un costume bavarois que portait Donaghan Tremlett ? Et comment diable pouvait-il voir au delà de cette moumoute ? Lui demander ne crée que des arpèges discordants sur la basse animée avant que le portrait ne prenne la poudre d'escampette, mais ça a le mérite de la faire rire. 

Elle range la carte dans son sac. Lianz est revenu, caressant de sa queue les murs de pierre tandis qu'il louvoie vers elle. « Je vais le chercher », dit elle à Lianz qui approuve - miaule- avant de disparaître. « Bon, trouver Elian ». C'est tout un art, trouver Elian. La petite blonde a quelques techniques qui marchent souvent. Repérer les signes chez ses camarades. Impossible, il n'y a personne. Monter. Monter, elle peut. Mais dans quelle partie ? Prendre le risque de prendre la Tour Nord, vers les Gryffondor ? La Tour Sud, vers Serdaigle ? Ou les petites Tour Est et Ouest ? Serdaigle, parie-t-elle. Vers Solal et tous ces gens rencontrés au Lac. Suivre le cœur, c'est une bonne idée, non ? 

Mais Lianz réapparaît soudain, bloquant sa route de ses yeux tranchants. Il miaule, puis prend un autre chemin, qu'elle suit d'abord en haussant les épaules. Enfin, elle reconnaît le passage par la passerelle du second étage. « La tour d'Astronomie, mon tout beau ? » Ça valait le coup d'essayer, et c'était si loin qu'elle risquait de toute façon de tomber sur son ami. *Suis-je Alice, à suivre un animal comme ça ?* sourit-elle distraitement.

Au niveau des toilettes des filles, elle prend un moment pour souffler, puis repart à la suite du matou gris, à l'assaut du grand escalier en colimaçon.

"Elian !" s’exclame t-elle sans une once d'agacement, mais avec un plaisir visible, à le trouver là assis sur une marche. Lianz frétille des oreilles sous les doigts cajoleurs, et Herminie a l'impression d'avoir trouvé un trésor, ce matin, une opportunité quelque part au cours des marches de ce château-maison. Elian, qui n'est pas quelqu'un avec qui elle passe ses journées mais plutôt comme une présence constante, une personne a qui elle pense quand elle croise quelque chose de drôle ou de merveilleux. Et maintenant, elle s’aperçoit qu'elle passe de plus en plus de temps avec lui. 

La fillette tend la main vers lui avec un sourire taquin. "Je me suis enfuie d'une folle qui voulait réviser avant même que le Soleil se lève... On se cache ?". Elian avait ce pouvoir fascinant de casser la réalité et de lui faire faire autre chose. Elle s'aperçoit que c'est même la première fois qu'elle vient voir le Soleil depuis cette tour. 

Là-haut, le ciel est rouge, veiné d'or. Le Soleil va se lever au dessus du Lac. Herminie s'installe sur une caisse de vieux télescopes abandonnés, et donne un coin de sa cape à son ami oublieux, en silence.

"Dis... Est-ce que tu as un rêve toi ?" dit-elle d'une petite voix, le visage tourné vers le spectacle de couleurs.

“Le bonheur c'est de le chercher.”
Jules Renard

Herminie Peers, Quatrième année RP Médiatrice, ma volière est ouverte à tous
Best Friend 9000, LA référence couleur Poufsouffle #BF9000

26 mars 2019, 19:08
Va mon beau chat, sur son cœur amoureux  PV 
La tête blonde d'Elian se releva à l'entente de son propre nom. Herminie avait su le retrouver comme à chaque fois et ne semblait pas lui porter rancœur. C'était en partie ce qu'il aimait bien entre eux, il pouvait être un idiot en toute quiétude, sans avoir peur de la blesser par inadvertance. Elian attrapa la main que sa camarade lui tendait et s'installa à ses côtés, un sourire aux lèvres depuis qu'elle s'était attribuée le sobriquet de folle. Il s'enveloppa dans le bout de cape d'Herminie en se serrant un peu contre elle pour que son épaule soit couverte. « J'aurais bien voulu te dire que je me cachais réellement, je crois que ça aurait été moins honteux que de t'avouer la vérité. Il marqua une pause, puis finit par se justifier avec un léger sourire. « Je m'apprêtais à aller en cours comme si nous étions lundi. » Ce qui expliquait la raison pour laquelle il portait à moitié son uniforme, si sa camarade avait eu un doute à ce sujet.

Assis sur cette caisse en bois, leurs yeux se tournèrent en direction du joli spectacle que le lever de soleil leur offrait. En le voyant, Elian se rassura : au moins elle ne regretterait pas totalement son ascension jusqu'à lui. Ce qui travaillait également son esprit mal luné, c'était qu'ils s'étaient mis d'accord silencieusement pour passer cet instant ensemble, et son regard brumeux se posa sur elle lorsqu'il fut certain qu'elle ne le regardait pas. Elle pouvait être cette personne dont on a besoin à un moment dans sa vie, assez éloignée pour avoir une vision plus reculée des choses, et assez proche pour recueillir une confidence. Elian fronça les sourcils.

La façon dont elle lui avait demandé s'il avait un rêve lui faisait penser qu'elle ne désirait pas connaître comment ses nuits entourées de Licornes et de coquelicots s'animaient. Elle lui demandait s'il voulait obtenir quelque chose qui avait de la valeur pour lui, et il n'en voyait qu'une.
« J'aimerai bien être un peu plus... Non c'est ridicule. Il lui jeta un regard amusé sur le côté, balayant d'un signe de tête ce qu'il avait commencé. Mais Herminie était engageante pour lui, et elle sentait bon, alors il s'engagea sur le chemin difficile. « Mon rêve c'est que mon père me laisse plus de liberté. Tu sais, je crois qu'il ne veut pas me laisser grandir, et puis il fait ça parce qu'il m'aime alors je peux rien lui dire. Tu imagines, il n'a personne d'autre. » Sa voix perdit un peu de son assurance à la fin de sa phrase mais il tenait à connaître le rêve de sa protectrice alors Elian reprit rapidement de la contenance. « Et toi c'est quoi ? » Les rayons du soleil matinal rougeoyaient sur leurs cheveux dorés.

Quel pouvait bien être le rêve d'Herminie ? Elle qui semblait tout le temps si enthousiaste, on ne pouvait pas passer à côté du fait qu'elle se montrait récemment très pensive, et que son esprit voguait bien plus ailleurs qu'avant. Si Elian pouvait se baser sur ses propres manières d'agir, il affirmerait que quelque chose n'allait pas chez elle. Ses sourcils se froncèrent de nouveau, mais plutôt par inquiétude cette fois-ci, et sa main attrapa la sienne. S'il fallait qu'elle se soulage de quelques soucis, il voulait lui faire entendre qu'il était là pour elle, lui aussi.

En RP : Quatrième année

« And you've just had some kind of mushroom
And your mind is moving low.
Go ask Alice, I think she'll know. »
look alive, sunshine
。 *
 ・*。・

2 avr. 2019, 23:55
Va mon beau chat, sur son cœur amoureux  PV 
Herminie n'hésite pas à partager sa chaleur avec son ami, si peu vêtu - est ce c'est son uniforme ? - et à roucouler pour que Lianz vienne leur servir de bouillotte. L'animal obtempère de bonne grâce, c'est qu'il fait sommeil et froid. Il s'octroie leurs genoux et colle son museau tout froid dans l'espace chaud entre les deux enfants. Elian se ferait presque conteur, et les yeux de la petite blonde pétillent d'avance... Oh, elle n'est pas déçue ! "En fait, tu es juste vraiment très très en avance !" lui assure t-elle. 

Elle contemple le ciel un moment, poursuivant ses pensées sur ce premier lever de soleil sur la tour d'Astronomie, sur l'envie de garder un échantillon de couleur pour l'avoir toujours en poche... Oh. Elle cligne des yeux, surprise par ses propres pensées. Elle se rappelle qu'elle en a un, depuis, Nouvel An, un morceau de couleur en poche... Elle sent encore la main froide de maman se refermer sur la sienne et sur la jolie pierre rouge qui se réchauffait, et sa voix dans son oreille *Ça va aller, pense juste à l'avenir que tu veux*, avait-elle dit. Mais que veux t-elle, aujourd'hui ? Que chuchoter à la Cornaline ? Comment en parler à quelqu'un ? C'est avec une ride d'angoisse entre les deux yeux qu'elle pose sa question, une de celle si banale qu'on trouve dans toutes les bouches, mais dont elle ne parvient plus à trouver la réponse. 

Elle tourne ses grands yeux vers lui quand il commence à parler. C'est au mot "ridicule" qu'elle se dit que peut-être cette question n'est pas si banale que ça, qu'elle cache plus de souci qu'elle ne le laisse croire... *Un peu plus quoi, Elian ?* Elle ne saisit pas, comment une personne aussi... Aussi "cool" pouvait penser n'être pas assez quelque chose ? Elle se penche un peu, maintenant, dans l'expectative. 

Les mots qui sortent maintenant de la bouche du garçon font s’écarquiller ses yeux. Elle n'a jamais connu Elian autrement qu'à Poudlard, où il est si libre que s'en est éblouissant, libre de venir à sept heures du matin un dimanche en uniforme, libre de ne pas écouter en cours, de croire aux animagi de douze ans... Et de rêver. 

La question fatidique arrive bien trop vite, elle ne veut pas encore répondre, l'instant est trop important... Et puis elle a peur, aussi, et enfouit ses doigts dans la fourrure de son chat qui ronfle. De plus, Elian a besoin d'elle ! Mue par ce besoin impérieux, elle secoue la tête pour dire non tout en faisant tourner les rouages de son cerveau à pleine vitesse. Elle serre à son tour sa main, il a sans doute besoin de réconfort, avec cet air inquiet qu'il porte soudain. "Je... Tu, tu es libre à Poudlard, il n'est pas là, non ?", dit-elle maladroitement. "Et, et tu es libre, là" elle pointe sa tête "et là." puis son cœur tout près d'elle, derrière cet uniforme. C'est un mantra que lui répète souvent Tante Diane, et c'est ce quelle pense de toute la force de sa petite personne à propos de son ami. Mais quoi d'autre, Herminie ? Elian a dit que son père n'avait personne d'autre, et les éclats d'or des cheveux d'Elian lui font penser à ceux de son frère. "Et sinon, il te faut un petit frère ou une petite sœur, enfin, un bébé" bafouille t-elle. "Moi avec Eben je suis toujours la grande sœur par exemple, j'ai bien plus de responsabilités que lui, comme m'occuper des livres des rayons du haut, essuyer la vaisselle et faire le ménage au dessus de la mezzanine". A mesure qu'elle parle, elle fronce les sourcils "Heu oui ce ne sont pas des choses drôles mais c'est une preuve, non ? Les trucs de grands c'est pas toujours drôle". A mesure qu'elle parle, elle sait que c'est inutile, on ne trouve pas un bébé comme ça ! 

Herminie Peers, Quatrième année RP Médiatrice, ma volière est ouverte à tous
Best Friend 9000, LA référence couleur Poufsouffle #BF9000

11 avr. 2019, 00:11
Va mon beau chat, sur son cœur amoureux  PV 
La main toujours en prise avec la sienne, Elian regarda autour de lui discrètement, comme pour s'assurer qu'Herminie disait vrai en affirmant que son père n'était pas là. Il acquiesçât vivement derrière ce constat. Puis, avec une expression absente sur le visage, il suivit des yeux ce qu'elle lui désignait du doigt, ce qui était impossible puisqu'il pointait vers sa propre tête, alors il loucha un instant en posant sa main libre distraitement sur sa tempe, comme pour s'assurer que c'était bien ici qu'il était libre. Il recommença en touchant l'endroit où se trouvait son cœur lorsqu'Herminie lui annonça qu'il était aussi libre ici. « Ooh, fit-il les yeux rivés au sol, comme s'il devait se recueillir un instant pour assimiler cette information. Etait-il réellement libre dans sa tête ? Même à Poudlard, ses pensées n'appartenaient qu'à son père, ou du moins prenait-il une place importante. Être libre dans son cœur, en revanche, était bien plus symbolique : c'était très juste, certaines choses étaient encore inaccessibles à son père. Son sourire se crispa un peu comme s'il acceptait finalement le fait qu'il ne soit pas totalement emprisonné, boudant un peu de ne pas avoir su y penser avant.

La seconde chose qu'Herminie put lui apporter, c'était une solution qui avait le mérite de le faire réfléchir encore plus intensément qu'avant. Elian la voyait comme une sorcière très volontaire, qui savait prendre des initiatives et qui n'avait pas peur du travail, il s'était toujours demandé d'où ces qualités pouvaient lui venir. Le fait qu'elle ait un petit frère et qu'elle s'occupe de nombreuses taches chez elle pouvait déjà lui procurer un élément de réponse. Mais la haine qu'il ressentait pour le dernier bébé de sa famille - le petit-fils de son parrain - lui fit se dire en premier lieu que ce n'était pas une bonne idée pour lui d'avoir un petit frère qui partagerait l'attention dont il profitait jusqu'à présent de la part de son père. Mais son père était loin d'être son parrain (il était bien trop envahissant en comparaison), et Elian ne souhaitait plus avoir toute cette attention de sa part. De plus, Solal aussi avait des petits frères et sa famille était parfaite aux yeux d'Elian. Alors l'idée fit son chemin.

Elian se tenait le menton, comme un éminent détective prêt à lancer un plan de capture parfait.
« Etant donné la façon dont tu en parles, ça n'a pas l'air très drôle ouais... Faire le ménage, c'est vraiment pas mon truc, mais je suppose que c'est un mal pour un bien... » Un obstacle vint soudain noircir le tableau. « Attend... S'il me faut un petit frère ou une petite sœur... Il faut que mon père se trouve une mère. Enfin non, pas une mère à lui, une mère pour son futur enfant. Bon tu comprends ce que je veux dire ? » Ses joues étaient devenues très rouges et il évitait de regarder sa camarade dans les yeux. « Je ne connais pas de sorcières seules. Il me faut une sorcière seule. » lança-t-il avec détermination. Sortie de son contexte, cette phrase aurait probablement suffi à l'enfermer à Azkaban pour le restant de ces jours. Sa folle réflexion continua. « Ma mère ne veut plus entendre parler de lui, ils sont divorcés depuis longtemps maintenant... Donne-moi une sorcière de ton entourage Minie ! » Elian se rendit compte qu'il la tenait par les épaules et qu'il devait sûrement faire peur avec sa soudaine lubie, il se ravisa immédiatement en voulant paraître plus calme, mais il ne l'était pas. Intérieurement, il souhaitait que cette solution en soit vraiment une, incapable de voir l'absurdité de l'idée. Est-ce que deux sorciers aussi jeunes qu'eux pouvaient réellement trouver le grand amour pour un célibataire endurci tel que son père.

En RP : Quatrième année

« And you've just had some kind of mushroom
And your mind is moving low.
Go ask Alice, I think she'll know. »
look alive, sunshine
。 *
 ・*。・

22 avr. 2019, 17:53
Va mon beau chat, sur son cœur amoureux  PV 
Elle voit les pensées se dérouler sur le visage de son ami à mesure qu'elle parle, son vertige quand elle pointe son cœur. Elle a une bouffée de fierté à cet instant, la même que quand elle lui traduit les paroles des adultes, mais en plus fort. Son petit air boudeur lui fait d'ailleurs esquisser un sourire : c'est celui qu'il fait parfois juste avant qu'elle ne lui dise avec un air désolé : *Les grands...*. Les adultes font faire et penser de drôles de choses aux enfants. 

"C'est aussi prendre la navette toute seule, aller chez ma grand-mère toute seule tu sais ! Et cet été, j'ai même été toute seule à Londres ! J'ai pris la cheminée et...". Sa voix meurt et ses yeux deviennent un peu vitreux. *et j'avais Gryffs donc j'avais quelqu'un qui m'attendais* sont les mots qui ne passent pas ses lèvres. Après tout ce temps, les souvenirs restent, les moments où ils étaient accordés et qu'il était si gentil avec elle. Elle enfonce soudain sa main dans sa poche et serre sa Cornaline dans sa main avec force. Elle souffle en pensée sur ces souvenirs et les force à partir.

Toute à ses grises pensées, elle n'entendait plus son ami qui marmonne d'un air embarrassé. Remarquant son agitation, elle tente de revenir au présent comme on remonterait à la surface après avoir plongé. Une maman, il veut une maman ? Son papa et sa maman ne sont alors vraiment plus ensemble... Elle a une moue désolée à cela. Le divorce, c'est quelque chose qui prenait les familles sans prévenir, à Guernesey. Millie, Charles... Un jour, ils revenaient à l'école en disant : "Mes parents vont divorcer", l'air amorphes et défaits. C'était une des plus grandes peur d'Herminie et même d'Eben quand ils étaient à la Primary School, qui les poussaient parfois à espionner leurs parents. Jamais les rapports chuchotés de l'Agent Eben et de l'Agent Minie n'avaient décelé cette grande dévoreuse de familles au sein de leur propre foyer.

Herminie ne s'offusque pas des cheminements de pensée étranges d'Elian. C'est comme Poudlard, il lui suffit juste de le retrouver à certains points, comme cette tour où ils se sont retrouvés dans la réalité. Elle a fini par comprendre où il veut en venir : si son papa et sa maman ne sont plus ensemble, ils peuvent "retrouver quelqu'un" - ça aussi ce sont des mots de ses camarades - et avoir un "demi-frère" ou une "demi-sœur". Elle n'aime pas trop ces mots, on dirait qu'ils sont coupés en deux. 

Elle sursaute quand il la prend par les épaules, la cape et le chat tombent dans un bruissement et un feulement. Elle, elle devait lui trouver cette sorcière seule ? "Mais..." commence t-elle. Et puis elle se censure, elle ne va pas faire comme les adultes quand même ! Alors elle réfléchit. Et revient penaude, elle n'a pas ce qu'il lui demande. "Je n'ai pas de sorcière seule, j'ai juste maman, la femme du couple d'apothicaires" elle continue, désolée "et Tante Diane est seule, mais elle est pas sorcière, elle est Cracmolle. Tu es sur que tu n'as pas autre chose ? Heu, une professeure par exemple ?"

Elle est prompte à lui proposer une autre piste que celle de Tante Diane, pour des raisons pas très claires. Est-ce le souvenir brouillé de larmes d'un visiteur très familier à la porte de sa marraine le soir du Nouvel An ? Ça serait excusable. Mais si ce n'était pas cela ? Si c'était la volonté de garder auprès d'elle son modèle, au détriment du bonheur d'Elian ? La perspective d'être aussi égoïste lui tord les boyaux. Elle, elle a une maman et un papa ensembles, et un frère, et pas Elian. Alors, serait-ce si terrible de voir partir Tante Diane ? Elle le sait, si Elian ne fait ne serait-ce que demander à ce qu'elle mette en relation les deux adultes, elle le fera sans hésiter. Même si ça veut dire encore perdre quelqu'un à cause de l'amour. 

Herminie Peers, Quatrième année RP Médiatrice, ma volière est ouverte à tous
Best Friend 9000, LA référence couleur Poufsouffle #BF9000

9 mai 2021, 00:02
Va mon beau chat, sur son cœur amoureux  PV 
Le soleil progressait lentement dans l'espace chaleureux que les deux collégiens s'étaient créés. A son image, l'estime qu'Elian portait sur sa camarade grandissait encore au fur et à mesure que les minutes passaient. Il s'était rendu compte qu'il avait tiré Herminie de son regard lointain avec ses secousses. Qu'est-ce qui avait bien pu préoccuper son esprit de la sorte ? Le sorcier n'avait pas osé lui demander. Il pensait que, souvent, il valait mieux laisser les choses se dire naturellement. Peut-être bien qu'ils avaient été trop matinaux, leur esprit se trouvaient encore au creux de leurs lits. Revenue sur terre, sa camarade commença à formuler une réponse et les yeux d'Elian pétillèrent d'attention.

Pas de sorcières seules... Le garçon ne pouvait décemment pas demander à la mère d'Herminie Peers de devenir sa propre mère, d'autant plus qu'elle était déjà mariée. La tante d'Herminie, en revanche, était une candidate solide. Le fait qu'elle était Cracmolle ne dérangerait pas son père, le garçon en était certain puisque ce dernier avait aimé une Moldue. « Tante Diane, hein ? » fit-il en se tenant le menton pour réfléchir. Habitait-elle sur une île comme les Peers ? L'espoir d'obtenir un petit frère ou une petite sœur s'amenuisait dans l'esprit d'Elian, songeant à une donnée qu'il avait oublié : les problèmes de gallions. Un enfant coûtait cher, bien plus qu'un crapaud domestique, et cela aurait été injuste de demander à Tante Diane de payer tous les frais engendrés par cette grossesse. Il ne put s'empêcher de repenser à la suggestion d'une professeure de Poudlard en guise de belle-mère, listant mentalement chacune des sorcières qui leur faisaient cours. Le garçon arriva rapidement à la conclusion qu'il n'était pas à la hauteur, d'autant plus que la pression pour se montrer irréprochable en cours augmenterait exponentiellement. Il vivait déjà cela avec son parrain dans les parages, bien que ce dernier était capable de lui pardonner des bêtises réalisées sous ses yeux. « Et tes parents, ils ne chercheraient pas un fils, par hasard ? » sourit-il légèrement. C'était une autre façon de répondre à son problème, bien qu'il savait que c'était impossible. Se faire adopter par les Rosenberg ou les Peers impliquerait la tristesse infinie de son propre père, et ce n'était pas ce qu'il souhaitait, bien au contraire. Pourtant, cette vision avait de quoi l'enchanter... Vivre chez les Peers, c'était vivre au-dessus d'une librairie. Même s'il n'était pas un grand lecteur, le petit sorcier considérait que chaque livre était une porte de sortie vers un autre monde. Il n'y avait donc pas plus grand lieu de liberté qu'une bibliothèque ou une librairie dans son esprit. Elian essaya d'attirer l'attention de Lianz en tendant sa main, songeant au fait qu'il adorait la présence du chat gris autant que celle de sa maîtresse. Il n'avait pas ce genre de connexion avec tous les animaux qui peuplaient son dortoir ou la salle commune de Poufsouffle. Quelque part, le garçon savait déjà que les liens du sang n'étaient pas si importants que ce que son père lui assénait. Solal et lui, son parrain Sigmund et lui, Herminie et lui... Leurs planètes avaient orbité autour de la sienne de façon assez inattendue. Herminie lui ressemblait, aussi bien physiquement pour la blondeur de leurs cheveux, mais aussi au niveau de leurs caractères. Ils s'étaient trouvés de nombreux intérêts communs, ils rigolaient facilement ensemble et puis... Herminie était un tout petit peu plus jeune que lui, de deux mois environ. Alors il n'avait pas vraiment besoin de petit frère ou de petite sœur, Elian le savait au fond de lui.

Herminie Peers faisait partie des rares personnes qui semblaient le comprendre sans éprouver de difficultés, ou bien qui s'en fichaient de ne pas le comprendre et arrivait à passer des moments avec lui par pure appréciation réciproque. C'était l'un de ces moments, Elian pouvait le sentir. Calme, réconfortant, ponctué par de surprenants rayons du soleil en plein mois pluvieux.
« Si l'on pouvait arrêter le temps... » murmura le jeune sorcier, les yeux fermés. Même si ses retours à Cardiff étaient marqués par le manque de ses amis et un quotidien oppressant, Elian pouvait toujours se laisser porter par ses souvenirs du château. Libre dans la tête et dans le cœur, comme lui faisait comprendre Herminie.

Je ne te ferai pas l'affront de te demander si tu veux répondre @Herminie Peers, sache que j'ai mis deux ans simplement parce que je veux pas qu'il se finisse, ce RP. Ils sont trop cute là. :unimpressed:

En RP : Quatrième année

« And you've just had some kind of mushroom
And your mind is moving low.
Go ask Alice, I think she'll know. »
look alive, sunshine
。 *
 ・*。・