Inscription
Connexion

8 mai 2020, 12:29
Embras(s)er l'Horizon
Avec @Solenn Cooper
11 avril 2045, 19h
En haut de la Tour


Image


Les dernières lueurs du soleil jettaient leur couleur rougeâtre sur les arbres. Les feuilles renvoyaient au ciel ces éclats pour montrer, sûrement qu'elles ne deviendraient pas incandescentes si facilement.
Au loin, la ligne de l'horizon délimitait la terre et Lydia la fixait, ses mains posées sur la pierre.

Les yeux pleurant (ce n'était pas une bonne idée de retenir autant ses battements de cils), elle s'écarta du mur et reprit sa place dans l'air ambiant.
Toute droite, la nuque formant un arc-de-cercle, ses mains blanches posées le long de ses cuisses, elle regarda le Ciel.
Ce paysage invitait la fillette à se plonger dans ses pensées, à se perdre dans ses réflexions.

Elle scruta son passé, analysa le bien et le mal. Contempla son présent, celui qui se reflétait dans les yeux de son un-peu-plus-qu'amie. Attendait son futur avec curiosité, presque méfiance.
Pour la première fois elle s'introspectait elle-même, convaincue de sa nature complexe alors qu'au fond c'est une apprentie sorcière presque banale.
*J'suis différente quand même.* Peu de fillettes effectivement, rêvaient autant d'apprendre à voler, peu de fillettes portaient Petite Ombre comme second nom.
*Heureusement qu'y en a peu !*

Si tous les autres enfants tournoyaient dans la nuit avec la compagnie d'étoiles, le monde n'aurait plus grand sens. La société est déjà assez insensée, mieux vaut ne rien aggraver.

Imaginer quelqu'un d'autre prendre sa place, si importante, auprès de son amie des ténèbres lui provoquait des frissons.

Pour ne plus y penser, elle concentra son esprit vers l'incendie de couleurs qui se déroulait en bas de la tour. Lydia se convainquit que personne ne pourrait la remplacer aux côtés de ses proches. Elle est une enfant *Unique* se répète-t-elle pour se donner de la force et de la contenance.

La brunette suivit des yeux le chemin du soleil. Il courrait, se frayait un passage à travers l'impasse des arbres dressés.
Ses yeux bleus dépassaient seulement les créneaux ; ils n'arrivaient plus à voir l'astre de jour qui descendait de plus en plus bas.

- Hmpff, lâcha-t-elle sous le coup de l'effort.

Tant bien que mal, ses coudes se tendirent et la première année réussit à s'élever de quelques centimètres, à la force de ses bras blancs.
D'ici, elle apercevait mieux le crépuscule qui jetait ses nuances flamboyantes partout. La forêt était devenu un brasier, agréable à regarder et qui ne sentait ni le souffre ni la cendre mais le pin et l'hêtre.

La petite Holmes respira, bercée par ces mélodies de couleurs.

#5d9686
Préfète inRP & Purée-en-chef HRP - Bad, on your left !
faire une perle d'une larme

8 mai 2020, 22:42
Embras(s)er l'Horizon
Ses pas résonnaient presque trop fort dans les escaliers menant en haut de la Tour d'astronomie. Enveloppée d'une légère cape, elle montait les marches une à une, sans s'arrêter. Le sentiment de bonheur qu'elle avait pu ressentir en échangeant hier du chocolat avec Yesenia avait été de courte durée. Plus tard, allongée sur le dos sur son lit vert dans sa chambre verte, elle avait réalisée qu'elle allait passer ces vacances seule. Comme tous les élèves de cette stupide école. L'ambiance était bien morose en ces premiers jours de vacances. La rousse avait passé toute cette journée à vagabonder dans les couloirs, s'intéressant aux innombrables tableaux qu'on pouvait trouver dans le château. Mais très vite, elle s'était rendue compte qu'elle ne pourrait tenir deux semaines à se perdre dans les couloirs à la fuite de l'ennui. Le programme qu'elle s'était créé n'avait donc duré que quelques jours. Elle avait passé aussi quelques instants avec Violet, mais les minutes de cette journée étaient bien trop vides pour ne pas se mettre à réfléchir.

Et c'était là la dernière des choses qu'elle voulait faire. D'habitude, les jours étaient remplis de cours à suivre, de devoirs à faire et d'autres à rendre, de fatigue. Mais maintenant qu'elle avait pu récupérer sa pleine énergie, et qu'elle n'avait rien à faire, elle se retrouvait confrontée à ses pensées. Elles étaient tenaces. Elles avaient attendu toutes ces semaines, essayant de resurgir dès que Solenn trouvait un moment de calme. Et maintenant, elles prenaient toute la place.

Poussant un discret soupir, la Serpentard arriva enfin tout en haut des escaliers. La lumière écarlate entra dans son champ de vision, ses yeux se plissèrent. Elle les ferma complètement pour quelques secondes, appréciant la lueur rougeâtre s'imprimant derrière ses paupières. Prudemment, elle les rouvrit pour voir le Soleil, ce grand monsieur brillant, allant se coucher. Ne souhaitant pas rater ce spectacle qu'elle n'avait vécu que de rare fois, elle courut jusqu'à une des embrasures. Alors, les yeux grands ouverts pour absorber le plus possible de cette lumière divine, elle s'appuya sur la pierre et se mit sur les talons. Le détachement des cimes des arbres dans le Soleil ressemblait à s'y méprendre à l'une de ces cartes postales que l'on pouvait trouver un peu partout.

Pourquoi ne l'avait-elle pas fait plus de fois ? Pourquoi restait-elle enfermée tout le temps dans sa chambre, pourquoi n'essayait-elle pas de vivre comme les autres adolescents du monde entier ? Cette pensée planta avec un sourire diabolique un poignard dans son cœur. Ce n'était pas la première fois qu'elle pensait à cela. Au fait qu'elle ne profitait pas plus de ces petits bonheurs. Et cela lui faisait peur. Comme si sa vie s'arrêterait à la fin de son adolescence. Comme si elle devait tout vivre avant de devenir adulte. Connaître l'amour, vivre pleins d'aventures avec ses amis, faire des bêtises, s'amuser jusqu'à en vomir. Mais en ce moment, elle ne pouvait simplement pas le faire. L'envie n'était pas ce qui lui manquait. C'était juste au-dessus de ses capacités.

Isaac, parcourant les montagnes, avec un pagne dans son sac
sixième année rp • filière tronc commun • #9A4002

12 mai 2020, 18:29
Embras(s)er l'Horizon
Il lutte le Soleil.
Il combat la Nuit qui arrive.
*Faut pas, la nuit elle est gentille*
Elle est gentille; elle a permis la rencontre de deux Ames, la réunion de deux Ombres.
Elle est terrible; elle avale le soleil et le ciel bleu pour montrer sa puissance.
Elle est belle; toute de noir et de ténèbres vêtue. Les Etoiles sont des perles à son cou et la Lune, le pendentif nacré du milieu. Car oui, pour des êtres un peu perdus, la nuit est une entité réelle qui console les peines, sèche les Larmes et étouffe la tristesse de ses doigts d'ébène délicats. Combien a-t-elle réparé de cœurs? Beaucoup sûrement puisqu'elle devient parfois une seconde mère.

Mais, revenons à la scène en haut de la tour d'astronomie.
Lydia est si petite par rapport à ce paysage qu'il pourrait sûrement l'écraser en un bruissement de Vent. Cette sensation de ployer face à la beauté, l'immensité et la souveraineté de la nature est finalement agréable.
Elle a la certitude que tous les hommes restent minuscules devant le déclin-du-soleil quelle que soit leur identité. Cet incendie de couleurs peut les englober facilement, anéantir ces êtres vivants si pitoyables.

Jamais elle ne s'était sentie si happée par les images traversant le filtre de ses iris bleues. Jamais elle n'avait vu le crépuscule de cette manière, accoudée à la rambarde.
Son corps cependant ne suit pas et relâche son emprise sur la muraille.
Elle pourrait aller en avant. La fillette pourrait tomber.*Tomber? Non, voler!*
Aller en avant, s'immoler dans ce festival de reflets roses. Seulement elle a trop peur de se faire mal, trop peur d'abîmer ce corps à qui elle doit tant de choses.

"Elle plie les coudes, se pose à terre."


Comme si Lydia atterrissait sur un sol fait de nuages. Sans douleur, sans difficulté. La petite Holmes reste à regarder cette voûte stellaire s'étendant au dessus d'elle.
Elle se sent apaisée, en sécurité. C'est la même sensation que celle éprouvée avec son amie dans la salle-ou-l'on-vole-avec-ses-pieds. Pas de Pensées agressives qui donnent sans cesse leurs avis mal-avisés sur ses faits et gestes.
Pas d'Autres qui viennent casser, briser sans réparer. Eux, ceux qui la persécutent avec leurs questions indiscrètes, avec chaque mot rajoutant un poids sur son cœur.

Elle ne voit pas la fille pas loin, heureusement. La première année a si peu envie d'être dérangée! On doit la laisser tranquille, avec son ciel. Enfant unique n'est-ce pas?
*De toute façon, le crépuscule n'aime que moi*
Cette condescendance, cette prétention sont des moyens de se rassurer.
Moyens de montrer que tout honneur et dignité ne quitteront jamais ce petit corps.
Moyens de pouvoir encore profiter, un peu, des minutes passées en haut de cette tour.
Perchée tout là Haut.

#5d9686
Préfète inRP & Purée-en-chef HRP - Bad, on your left !
faire une perle d'une larme

29 mai 2020, 17:14
Embras(s)er l'Horizon
Ce Soleil rouge sang. Souffrait-il en ce moment alors que Solenn profitait de sa lumière ? Devait-il subir cette douleur chaque soir, alors qu'il mourait pour laisser sa place à la Lune, qui pouvait enfin briller et être au centre de l'attention ? Était-ce là sa Destinée, mourir, renaître et mourir de nouveau ?

Quand la Lune se lève, songe-t-elle au Soleil couché ?

Et elle, aurait-elle accepté de mourir pour laisser sa p'tite Lune briller ? *oui* Bien sûr. Elle aurait tout fait pour profiter de la douce lumière de Cassiopée. Elle serait morte pour elle, sans poser aucune questions, sans se soucier des autres. Elle aurait tout fait pour elle. Elle aurait tué. Tué ceux qui avaient fait du mal à l'amour de sa vie. Elle l'aurait fait sans hésiter.
Parce qu'elle était un si beau Soleil en sa présence.

Un léger bruit. D'instinct, Solenn tourna la tête vers sa source. Une fille. Les coudes posés sur la pierre, elle observe aussi le spectacle du Soleil. Elle n'a visiblement pas remarqué la rousse, et cette dernière décide de ne pas faire de bruit. Elle n'a pas tellement envie de se faire remarquer maintenant. Elle préfère profiter de la lumière seule. Mais si les pensées pouvaient se taire, elle y arriverait bien plus facilement. Qu'il serait agréable d'avoir le pouvoir de mettre son cerveau en pause quelques minutes, pour ne plus avoir ce flux incessant de souvenirs. Encore mieux, guérir. Arriverait-elle un jour à penser à Cassiopée sans sentir son cœur s'atrophier ? Les souvenirs de son père lui faisaient toujours mal, mais elle avait réussi à faire son deuil. Mais ce n'était pas pareil. Sa p'tite Lune n'était pas morte, elle était partie.

De nombreux chemins mènent en haut de la montagne


Elle voulait guérir. Ce genre de phrase, elle se les répétait depuis plusieurs mois. Depuis la disparition de Cassiopée. Mais pourtant, peu de choses avaient changé. Elle était obligée de se tuer au travail pour ne pas penser à elle. Et cela était bien trop fatiguant.

phrase en gras pour une mission de la Cabane de Cristal

Isaac, parcourant les montagnes, avec un pagne dans son sac
sixième année rp • filière tronc commun • #9A4002

10 juin 2020, 10:45
Embras(s)er l'Horizon
Le combat entre le Soleil et la Lune est plus acharné que jamais. La dernière va sûrement finir par l'emporter mais en attendant, l'Astre du jour agonise dans une multitude de nuances roses et orangées.

Lydia s'est un peu éloignée de la muraille. Ce moment lui rappelle les couchers de soleil que la famille Holmes observait tous les soirs en Asie. Elle se remémore aussi une phrase, une maxime que son père disait à maintes reprises.
*Quand le soleil se couche, la lune se lève*

Et quand la lune s’endort, l’Aurore vient…

De son père la fillette a hérité ses yeux bleus, un attachement tout particulier à la nature et aux animaux et peut-être quelques pincées de sagesse. Sa raison d’être à Serdaigle et non à Gryffondor sûrement.
Les yeux dans le vague, enfin ils sont toujours perdus dans le Ciel, elle se tourne, offrant son profil au mur de pierre. Et, instinctivement, elle esquisse quelques pas. De danse.

"Elle fait un pas en avant, deux en arrière".

Puis monte ses mains face à sa poitrine. Ces mouvements sont comme ceux qu’elle avait fait avec *Elle*.

« Viens on danse »

Les Ombres avaient dansé. Ces minutes, ces fragments de Temps, avaient été plus beaux, plus puissants que tout ce qu’elle avait pu ressentir au cours de sa petite vie. Elle était tellement reconnaissante à son Amie d’avoir accepté, d’être allée dans le Parc une nuit ou tout semblait malheureux.
Emportée par ses souvenirs, la brunette tourne sur elle-même et se retrouve face aux escaliers. Et là se trouve une Fille.
*Une Autre !*
Comme dans les toilettes des filles avec *Lili*, elle se sent piégée. Impossible décidément d'être seule dans ce Château. Ne voulant pas paraître ridicule, la fillette prend les devants et commence à parler. Cette Fille a peut-être été elle-aussi subjuguée par le crépuscule, émerveillée par le paysage...

-Je...

*Bafouille pas*

Au lieu de se forcer à expliquer les raisons de sa présence, Lydia choisit de parler d'un sujet qui les relie à l'instant même.

-J'avais jamais vu le crépuscule comme ça. C'est beau.

#5d9686
Préfète inRP & Purée-en-chef HRP - Bad, on your left !
faire une perle d'une larme

18 août 2020, 21:16
Embras(s)er l'Horizon
L'autre fille était belle, comme ça. Le regard au loin, appréciant le coucher du Soleil. Solenn ne pouvait le voir dans la pénombre qui commençait doucement à les envelopper, mais elle s'imaginait un petit sourire aux coins de ses lèvres, reflétant tous les doux sentiments en elle. Et c'est lorsqu'elle la vit esquisser ces quelques pas de danse que Solenn s'imagina une fille différente des autres, trop poétique pour la société actuelle, trop rêveuse pour les autres. Pas comme elle. Solenn n'était pas vraiment rêveuse, enfin, plus maintenant. Et de toute façon, elle n'avait jamais eu ce côté poétique et élégant qu'elle jalousait à quelques filles qu'elle avait rencontré.

Ces filles-là, avec leur mystère naturel et leurs yeux envoûtants, ces filles-là, Solenn les détestait autant qu'elle les aimait.

La fille se retourna dans un joli tour, Solenn croisa et put apercevoir le moment où elle la vit, passant de la sérénité à la surprise. Et elle, de son côté, devait-elle faire semblant de n'avoir rien remarqué ? Alors qu'elle l'avait presque dans son champ de vision si elle faisait juste l'effort de tourner sa tête vers la gauche ? Ridicule.
Elle l'écouta parler, faisant comme si de rien n'était. Solenn lâcha un sourire, amusée par la fille. Elle reporta son regard vers le ciel, qui commençait malheureusement à perdre quelques unes de ses couleurs.

-Moi aussi, c'est la première fois. Je savais pas que c'était aussi...

Elle chercha le mot approprié. Beau ? Non, pas assez fort. Solenn détestait lorsqu'elle essayait d'exprimer le fond de sa pensée et que rien ne paraissait convenir. Pourquoi ne pouvait-elle avec les mots faciles ? Cela lui aurait enlevé tant d'anxiété, tant de questionnements *est-ce que les gens me trouvent bêtes ?*

-Spectaculaire.

Déjà mieux. Elle se rappela alors de la danse, et voulut en parler. Elle ne complimentait pas les gens, cela ne lui venait pas naturellement. Alors pourquoi ne pas le faire aujourd'hui ?

-C'était beau, ce que tu faisais.

Désolé pour le retard...

Isaac, parcourant les montagnes, avec un pagne dans son sac
sixième année rp • filière tronc commun • #9A4002

1 sept. 2020, 18:10
Embras(s)er l'Horizon
Elle eut la surprise de se trouver face à une grande, une fille plus âgée qu'elle. Lydia s'attendait plutôt à voir une première ou deuxième année mais il n'en était rien. Elle se sentit soudain assez ridicule d'avoir tenté cette petite danse. L'enfant avait cru que seul le Soleil allait pouvoir la juger et bien il n'en était rien et elle se trouvait à présent dans une situation plutôt délicate. *Au pire... C'est pas grave.*

Ce n'était plus grave si les Autres la surprenaient, elle se sentait bien comme elle était ; une fillette émerveillée par tout ce que pouvait offrir la Nature aux hommes, une fillette en admiration devant le Ciel et ses Mélodies de couleurs, belles et changeantes. Elle était différente de ces Autres qui ne pensaient qu'à eux, ou plutôt ils ne pensaient pas, c'était un terme plus exacte. Elle avait cependant appris à accepter ses différences psychiques et les moments tristes de son histoires. Enfin ce dernier point restait en chantier mais bientôt les Failles ne la feraient plus souffrir, elles permettront seulement à laisser passer la lumière.

C'était aussi rassurant de savoir que la Fille, comme elle-même trouvait le crépuscule spectaculaire. Sûrement avait-elle envie, comme Lydia, de monter dans la Tour d'Astronomie, pour être encore un peu plus près des nuages et peut-être réussir à les toucher du bout des doigts. Elles étaient pareilles en fin de compte. *Pareilles dans nos différences.*

La rouquine lui adressa un compliment sur sa danse. *Hein ?! Mais c'était moche c'que j'faisais !* Et pourtant, la fille-du-crépuscule avait apprécié, ou du moins elle avait trouvé que ses mouvements étaient beaux.

-Ah euh... Merci alors.

Gênée, l'enfant pencha la tête pour regarder ses pieds. Elle voyait moins bien que tout à l'heure, la Nuit était véritablement en train de tomber. Lydia eut soudain envie de connaître un peu plus son interlocutrice. Lorsqu'elle pressentait que ceux avec qui elle était en train de parler étaient plus digne qu'un banal Autre, elle lui demandait généralement son nom.

-Qui es-tu ?

*J'peux apprendre à te connaître fille-du-crépuscule ?*

#5d9686
Préfète inRP & Purée-en-chef HRP - Bad, on your left !
faire une perle d'une larme

18 déc. 2020, 10:35
Embras(s)er l'Horizon
Solenn avait toujours été fascinée par l'assurance que certaines personnes pouvaient émettre. Elle aimait les voir marcher, avec cette aura autour d'eux qui les rendaient plus forts, qui les protégeaient un peu plus du regard des autres. Bien sûr, elle en était légèrement jalouse. Elle croyait qu'elle n'était pas assez jolie, pas assez fine pour avoir confiance en elle. Mais en réalité, plus elle grandissait plus elle réalisait que ce n'était pas réellement le physique qui jouait sur eux. C'était leur façon de se tenir droit, de poser un regard confiant sur les autres, de rire fort dans la Grande Salle sans se soucier des gens autour. C'étaient ceux qui s'en foutaient de rater un sortilège pendant les cours. "Tant pis" qu'ils disaient.

C'étaient les filles qui dansaient en oubliant les possibles regards.

Oh, qu'est-ce que Solenn aurait aimé être l'une d'entre elles !

Elle regarda la fille baisser la tête et parvint à sourire. La brune était encore une enfant, elle avait le temps d'apprendre à ne pas voir les autres. Soudain, une question fusa et Solenn resta quelques secondes en suspens, surprise. *Qui suis-je ?* ce genre de question impossible à y répondre si on la prenait au pied de la lettre. La fille prenait-elle cette question au pied de la lettre ? Elle chercha quelque chose à dire tout en remettant ses cheveux en place comme elle le faisait dès qu'elle réfléchissait.

-Hum... Solenn.

*déjà ça...* Cette pensée la fit ricaner, tandis qu'elle se demandait ce qu'elle pourrait dire en plus. Elle n'aurait su dire pourquoi ni comment mais elle sentait que la brune était spéciale. Assez spéciale pour demander beaucoup de choses sous cette petite question. Prise au jeu, elle demanda :

-Tu veux savoir quoi ?

Solenn n'était pas une poète, ni une écrivaine. Mais elle avait lu assez de romans pour savoir que certaines personnes attendaient des réponses toutes plus originales que les autres.

Désolé pour le retard...

Isaac, parcourant les montagnes, avec un pagne dans son sac
sixième année rp • filière tronc commun • #9A4002

9 janv. 2021, 19:48
Embras(s)er l'Horizon
Les dernières lueurs orangées caressaient la peau de Lydia. Elles créaient des ombres sur son visage, l'embellissaient et la faisaient rayonner. Pour une fois, la fillette avait la certitude d'être belle. Elle le voyait dans les yeux de la jeune fille plus âgée, elle entendait le Zénith lui souffler à l'oreille aujourd'hui tu es jolie. Elle aimait cette sensation, celle d'être une reine, une danseuse que tout le monde admirait. Cette parenthèse située dans un entre deux, pendant le crépuscule, l'aidait à se sentir bien. À être bien. Toutes les expressions finissant par ‘bien’ correspondaient à ce qu'elle ressentait en ce moment même.

La fille-du-crépuscule (elle avait dû emprunter la couleur de ses cheveux aux teintes du ciel) lui répondit qu'elle s'appelait Solenn. Elle semblait hésitante et ne savait pas quoi raconter. Ce fut sûrement pour cette raison qu'elle lui demanda ce qu'elle voulait savoir.

*


Oh mais, Solenn, j'aimerais savoir le plus de choses possible. Tout ce que tu pourras me raconter m'intéressera, je trouverais ainsi le moyen d'étirer le temps entre mes mains, de ralentir la chute des grains de sable dans le sablier, je trouverais ainsi le moyen de prolonger cette parenthèse enchantée. Magique, comme on dit.

Raconte moi qui tu es, qui tu hais, aimes ou déteste. Pourquoi es-tu venue là ce soir ? Toi aussi, tu voulais aller voir la guerre entre nuit et jour ? Ce moment entre-deux où l'air se teinte d'orange et de rosé.

Voilà tout ce que je souhaiterais savoir, dis, tu veux bien répondre à mes questions ?

- Comme tu veux. Il y a toujours beaucoup de choses à savoir chez une personne.

Pas de soucis vraiment ! C'est toujours un plaisir de te lire et d'écrire dans ce rp.

#5d9686
Préfète inRP & Purée-en-chef HRP - Bad, on your left !
faire une perle d'une larme

7 avr. 2021, 17:31
Embras(s)er l'Horizon
La réponse de l'autre la laissa muette. Elle haussa d'abord les épaules, se demandant ce qu'elle pouvait bien raconter. Qu'avait-elle d'intéressant à dire ? Qui ne fasse pas mourir d'ennui sa camarade ? Une anecdote, une de ses perles que les autres peuvent sortir aux dîners pour illuminer la soirée, pour rivaliser avec le spectacle que leur offrait le ciel ? *impossible* En ce moment même, leurs yeux se trouvaient bénis de couleurs qu'on ne pouvait décrire avec des mots. C'étaient des émotions, qui glissaient entre les nuages et se déposaient délicatement dans l'infinité.

Alors, elle resta silencieuse encore un peu, comme si attendre allait permettre d'éviter ce qui devait arriver. Son regard se portait loin derrière l'autre, et c'était presque comme si elle pouvait oublier tout : le château, les autres élèves, les responsabilités, les mauvaises notes et cette solitude. Oh, mais quelle solitude ! Malgré Violet, malgré Ian avec qui elle parlait depuis presque un mois, elle ne pouvait s'empêcher de trouver le temps long. Mais là, ce soir, cela devenait un bruit de fond, rien qu'un léger bruit de fond qu'on pouvait oublier si on se concentrait assez.

Avec un petit sourire désolé, elle prit enfin la parole :

-C'est pas si facile de répondre à cette question... Je sais pas vraiment ce qui fait que je suis moi...

Elle lâcha un petit rire, toujours en pleine réflexion.

-Et puis... en y pensant, je vois pas vraiment ce qui pourrait t'intéresser.

Elle haussa les épaules, comme pour s'excuser d'être toujours une enfant sans vraiment confiance en elle. Peut-être un jour arriverait-elle à se débarrasser de cette vieille enclume qui la tirait vers le fond, la laissait se noyer depuis toutes ces années. Elle avait déjà réussi à toucher la surface, avec de l'aide ou même quelquefois seule. Mais c'étaient seulement un ou deux doigts qui pouvaient ressentir l'air marin, avant de replonger dans les abysses.

-Et toi, qui es-tu ?

Désolée pour le retard et ce post :lookdown:

Isaac, parcourant les montagnes, avec un pagne dans son sac
sixième année rp • filière tronc commun • #9A4002