Inscription
Connexion

28 mai 2020, 19:38
La belle aux bois tombant  Privé 
Mai 2045
@Helen McKemmish


Shado souffla doucement sur sa feuille afin d'enlever les résidus de pastel. La brune était adossée à un arbre, une planche de bois sur les genoux pour soutenir son dessin. Son sac, qui contenait ses pastels, sa boîte d'aquarelle ainsi que plusieurs feuilles, crayons et pinceaux de toutes tailles et couleurs, se trouvait tout proche d'elle.
Reprenant un pastel d'un rouge flamboyant, l'écossaise ajouta quelques touches de couleur sur l'arbre qu'elle était en train de représenter. Peu satisfaite, elle changea de couleur pour une teinte plus foncé. Commençant à s'agacer car rien de ce qu'elle faisait ne lui allait, la jeune sorcière décida de faire une pause.
Elle posa donc son attirail avec son sac avant de se lever dans le but de se dégourdir les jambes. S'étirant les membres, Shado porta son regard en direction du parc de Poudlard. Ici et là, des groupes d'amis discutaient ou faisaient leurs devoirs, profitant des rayons du soleil qui apparaissaient en cette période de l'année.
Tournant la tête vers l'arbre qui l'accueillait et la maintenait à l'ombre, la Poufsouffle repensa avec nostalgie aux moments tranquilles qu'elle avait passé avec son frère. En été, on les trouvaient dans et au pieds des arbres, l'une dessinant, l'autre jouant du violon ou lisant. La brune eu un sourire chaleureux en repensant aux nombreuses fois où elle avait invité Jayden à venir avec elle sur une branche. Le jeune homme avait toujours refusé, étant terrifié des hauteurs. Il se contentait donc de rester à terre, regardant avec inquiétude sa petite sœur prendre de la hauteur.
Alors que Shado se perdait dans ses souvenirs, un bruit la fit revenir à la réalité.

Can I paint it on your cheeks ? Red, with my fists.
Yelled my reflection back. The world is turning black.

30 juil. 2020, 15:23
La belle aux bois tombant  Privé 
Mai rayonnait. Soleil dardait ses rayons. Comme une vague de Joie, de bonne humeur qui se déversait sur l'Île.

J'étais assise à califourchon sur une branche d'un des Arbres du parc, le dos appuyé contre l'épais tronc. Ce contact était rugueux mais agréable.
Apaisant.

De cette manière, j'étais cachée du Regard des Autres. Leur Yeux qui transpercent. Qui me transpercent. J'avais mon Bouclier.

T'es quand même malade.

Pourquoi ?

Tu sais très bien pourquoi. Ne pas supporter à ce point là qu'on te regarde… T'es anormale, en fait.


Anormale.
Oui, je l'étais sans doute.
Mais je n'avais pas envie de m'en préoccuper. J'avais mon livre entre les mains, Soleil était là. Et les Arbres me protégeaient. Leurs branches étaient des bras protecteurs qui m'entouraient.

J'aimais ces Arbres majestueux et respectables. Ils m'avaient toujours plu. Ils semblaient émaner la Sagesse. Et c'était peut-être vrai.
En émergeant de sa sieste, Newton avait vu une pomme tomber d'un arbre. Ce serait de cette manière qu'il a pu expliquer comment on tenait les pieds sur Terre alors qu'elle tourne sur elle-même. Ça, je l'avais lu à la bibliothèque moldue de Glasgow.
À la maison, on m'avait parlé d'un penseur, avec un nom allemand imprononçable. Il paraît qu'il aimait venir réfléchir sous un arbre, toujours le même.

Si ça se trouve, les Arbres sont plus magiques que ma baguette. Que tout dans cette école.

Et les Rayons passaient au travers le feuillage. Je pouvais voir avec précision toutes les nervures des feuilles. Les petits points de Lumière s'imprimaient dans ma rétine. Alors je fermais les yeux, pour voir les tâches rouges se développer dans mes paupières.

Comme les enfants…

Oui, comme les enfants. J'ai pas l'droit ?


Et puis, arrête de m'embêter. Tu peux pas me laisser lire tranquillement ?


Mais je n'ai jamais su ce que la Voix logée dans mon crâne me répondit. Parce qu'en fermant les yeux, j'avais perdu mon équilibre.
Je tombais.
Et je chutais au sol avec un bruit sourd.
Pour la cachette, c'est raté.


@Shado Arya, j'espère que cela te convient ^^

N'énucléez pas vos enfants.
deuxième année - anciennement Helen Brown

7 août 2020, 14:59
La belle aux bois tombant  Privé 
Le visage fixé dans une drôle d'expression, mi surprise mi rire, Shado observa la jeune fille. Visiblement, la Gryffondor était cachée dans l'arbre, assez haut pour que la brune ne la voit pas en arrivant.
Et la rousse était tombée. Erreur d'inattention sans doute, comme Shado en avait fait des dizaines. Il suffisait d'une branche trop peu solide ou un peu glissante pour se retrouver à terre. Heureusement, le château possédait une infirmerie.
Consciente d'avoir fixé la griffone un peu trop longtemps, l'écossaise se dirigea vers elle, lui tendant la main pour l'aider à se lever.

- Salut. Je suis Shado. T'as besoin que je t'aide à aller à l'infirmerie ?

Se détournant ensuite de la rousse, la Poufsouffle ramassa le livre qui était tombée avec sa propriétaire. Le lui tendant avec un sourire, elle continua de parler, n'aillant pas grand chose d'autres à faire.

- Tiens. Je monte aux arbres aussi. C'est dingue à quel point on se sent protégé là haut non ?

Les arbres avaient toujours été son refuge. Là-haut elle était à l'abri des moqueries, des regards, des questions envahissantes. Là-haut elle était libre. De penser et de faire ce qu'elle voulait. De bouger, de lire, de regarder les étoiles, d'écouter, de sentir. De ne rien faire si elle le voulait.
L'écossaise aimait les hauteurs. Pour leur côté dangereux et magnifique. Pour la sensation de chute, pour la montée d'adrénaline qui intensifie tout.

Can I paint it on your cheeks ? Red, with my fists.
Yelled my reflection back. The world is turning black.

20 août 2020, 14:40
La belle aux bois tombant  Privé 
DEUX OMBRES S'ENTREMÊLENT

Sonnée.
Ma jambe brûle de Douleur. Comme un Venin qui monte dans mes Veines. Je vois des tâches de Lumière *On dirait les Lucioles* Mais ça n'a rien à voir.

Apparemment, l'Arbre ne voulait plus de moi. Et j'en suis amèrement déçue. *J'pensais que T'étais réel !*

Shado. C'est comme ça qu'Elle s'appelle. La Brune devant moi.
Elle a tout vu. Elle a vu mon Échec.
Et Elle me tend mon livre. Et sa Main.
On ne m'a jamais tendu un livre. Ni de Main.
On ne m'a jamais tendu du Bonheur.
Car les Mots sont de petites Tâches de Bonheur.
L'Encre noire de la Quiétude.
Liquide que je tente vainement de verser dans mon Corps.

Shado. Shadow ? Sombre et reposant.
Est-ce qu'Elle a sa Lumière ? Une Ombre sans Lumière. Rien de plus irréelle.
Est-Elle irréelle ? Les Gens réels, je ne les aime pas, moi.
Peut-être que sa Source de Lumière, c'est la planche à dessin qu'Elle tient.

Les prénoms sont presque donnés au hasard, mais après, ils collent à la Peau.
Et puis, j'crois pas au Hasard.

Je tente de me relever, mais ma jambe cède sous mon poids. Pas étonnant. Depuis un An, Tout se brise autour de moi.

L'infirmerie ? Je ne compte pas demander de l'aide, ni en accepter.
Infirmerie, quel nom barbare. J'veux pas y aller. Je suis pas infirme, moi !

Elle parle des Arbres, qu'Ils protègent. Sensation futile. Ils ne m'ont pas abritée de Toi.

Je l'entends sans l'écouter. Intrigante.

Tu délires.


Mais il fallait bien répondre quelque chose. Que les Mots sans sens sortent, serpentent et s'insinuent dans l'Atmosphère. Recueil de Paroles stériles.

Et puis, j'ai envie de Savoir. T'sais, quand Curiosité te pousse, à l'Intérieur de ton Crâne.

- Les Arbres, Ils font de l'Ombre grâce au Soleil. Et Toi, qu'est-ce que c'est, ta Lumière ?

Excuse-moi de t'avoir fait attendre, Plume.

N'énucléez pas vos enfants.
deuxième année - anciennement Helen Brown

26 août 2020, 20:57
La belle aux bois tombant  Privé 
Shado n'eut pas de réponse à ses interrogations. Ou plutôt, elle n'entendit pas de réponse. Le manque de parole de la rousse indiquait clairement ce qu'elle voulait.
Elle remarquait également que sa camarade ne s'était pas présentée. Peut-être avait-elle oublié, peut-être qu'elle ne voulait simplement pas dévoiler son prénom. Peut importait.

Ce qui avait toute l'attention de la brune, c'était la blessure qui empêchait visiblement l'autre fille de se lever. Même si cette dernière ne souhaitait pas aller à l'infirmerie, Shado savait que c'était nécessaire. Elle avait déjà vu un camarade de classe se casser le pouce. Il ne l'avait pas remarqué et n'avait été chez le docteur que plusieurs semaines après. D'après l'enfant, il avait dû se faire opérer et ça avait été terriblement douloureux. Shado doutait de cette dernière partie car Louis lui avait dit qu'on endormait les gens avant de les opérer.
Réfléchissant à un moyen de persuader la rousse de se rendre à l'infirmerie, elle faillie manquer la phrase que celle-ci prononça.

Ma Lumière...
Le mot « ombre » fit comprendre à Shado qu'elle se référait à son prénom. Elle avait souvent eu des remarques sur ce prénom atypique mais celle-là devait être la plus philosophique.
Les yeux dérivant de le vague, l'écossaise prit le temps de réfléchir à cette question.

La lumière, c'était habituellement un terme connoté positivement. Il était cependant différent dans l'esprit de la brune. Le soleil, la lumière... C'était ce qui faisait l'Ombre. Ce qui la restreignait. Ce qui faisait de l'ombre à l'Ombre. Ce qui éblouissait quand l'Ombre restait dans son coin.
L'identité du soleil s'imposa d'elle-même. Elle avait d'abord pensé à ses dessins, puisqu'ils la créaient dans un sens. Ils faisaient d'elle ce qu'elle était. Mais ils ne l'emprisonnaient pas, ils lui donnaient toute sa liberté.

- Jayden.

Shado n'ajouta rien, peu disposée à expliquer son raisonnement, ou même qui était Jayden.

Can I paint it on your cheeks ? Red, with my fists.
Yelled my reflection back. The world is turning black.

7 sept. 2020, 19:23
La belle aux bois tombant  Privé 
T'SAIS, LES OMBRES BRILLENT.

Mon Regard effleurant l'herbe ne m'empêche pas d'entendre, ou même d'écouter l'unique Mot émergeant de la Brune. Un prénom.
Cette fois-ci, je n'y vois pas de signification. Ou plutôt, je ne peux qu'essayer d'en deviner le Sens.
Tout de suite, mon Esprit divague. Qui est Jayden ? Un ami ? Un membre de sa famille ? Une personne qu'Elle connaît, ou au contraire ne connaît pas ? Un nom fictif, un compagnon imaginaire ?

On s'en tape, non ?


C'est vrai. Peu importe.
Et puis, par mimétisme, par nombrilisme, par je ne sais quel concept idiot en isme, je me retourne ma propre question : Et moi, qui c'est, mon Soleil ?
Aucune idée. Peut-être suis-je le Soleil de quelqu'un ?
Si ça se trouve, mon Soleil est si brillant que je suis une Ombre inexistante, trop lumineuse pour être vue ? Parce que mon Soleil est au Zénith ?

J'veux y aller, au Zénith. Si on y est si bien. Si j'y croise mon Astre, ma bonne Étoile, comme on dit.

Un Eldorado. Illusoire. Tu sais très bien qu'on ne le trouve pas. Jamais. Qu'Il n'existe pas.



┃┃


Et pourtant, Elle continuera à le chercher, cette Enfant. Même quand Elle ne sera plus Enfant. Même quand Elle n'en aura plus Envie. Même quand Elle n'y croira plus.
Parce que c'est ce à quoi aspire toute Âme humaine.




Perdue dans ce Tourbillon d'Esquisses, j'en oublie de mirer quoi que soit, de dire ou d'entendre toute Chose. Dévorée par un Besoin de Vérité, un Conseil me brûle les lèvres, peut-être à cause *ou grâce* à un surplus de Soleil ou bien à une Absence d'Ombre, que sais-je ?

- Te laisse pas envahir par ton Soleil. Les Ombres, c'est cool aussi.

N'énucléez pas vos enfants.
deuxième année - anciennement Helen Brown

14 sept. 2020, 22:51
La belle aux bois tombant  Privé 
L’autre fille était étrange. En bien, en mal, peu importait.
Elle poussait Shado à réfléchir. Ces questions qui la poussaient dans ses retranchements voulaient une place dans son cerveau.

L’implication de Jayden dans sa vie lui revint comme un boomerang. L’influence qu’il avait sur elle était effrayante. Jay était son roc. Son frère. Son Soleil.
En bien ou en mal, il était là et il fallait faire avec.

L’autre semblait bien philosophique. Pourtant elle venait visiblement de se faire mal. Réfléchissant toujours à un moyen de la pousser jusqu’à l’infirmerie, la brune hocha la tête aux paroles de sa camarade.

Elle était plutôt d’accord. Les ombres étaient toujours plus cool que le soleil. Le Soleil se devait d’être presque parfait. L’Ombre était libre. Libre de souffrir, libre de pleurer, libre d’échouer, libre de réussir.

Pourtant, malgré ces libertés, les Ombres se limitaient parfois elles-mêmes, en tentant de s’élever au niveau du Soleil.
Mais c’était vain. Une personne qui ne voyait que le Soleil ne remarquerait pas l’Ombre. Et le Soleil ne donnait pas sa place.

Il fallait simplement trouver d’autres ombres. Ou des nuages. Quelqu’un qui voit l’Ombre comme elle est.

Réfléchissant, Shado ne put empêcher les mots qui franchirent ses lèvres.

- Je préfère les Ombres. Pas toi ?

Après quelques secondes, la brune rajouta une phrase, tentant pour la dernière fois d’aider la fille blessée.

- T’es sure que tu veux pas te faire soigner ? Ça va être pire si t’attend. Enfin tu fais ce que tu veux.

L’écossaise haussa les épaules. Elle avait essayé, si l’autre n’acceptait pas d’aide, elle n’allait pas la forcer.

Can I paint it on your cheeks ? Red, with my fists.
Yelled my reflection back. The world is turning black.

24 sept. 2020, 22:11
La belle aux bois tombant  Privé 
CLAIR-OBSCUR


Elle préfère les Ombres. Oui, Elle l'a dit. Mais je vois bien qu'Elle a réfléchi. Qu'Elle n'a pas dit ça *au pif*, et pour moi, cela rimait comme un pacte. Un Contrat avec l'Obscur.

C'est drôle, quand on y pense. Ombre, c'est un Mot associé à beaucoup d'autres, et généralement à connotation négative. Mais pourtant, quand quelqu'un éclaire une Lanterne, il y a forcément une Ombre, non ?

Oui, c'est ça. La Lumière et l'Ombre vont de pair. L'Ombre a besoin de la Lumière, et au fond de moi, je ne peux m'empêcher de penser que cette relation est réciproque.

Tiens, le Soleil a bougé, entre temps. Un infime mouvement vers l'Horizon. Et l'Ombre de Shado, *Fille-Ombre* s'est allongée. A glissé vers moi. Donc, Elle me fait de l'Ombre, à présent *mais pas dans le mauvais sens du terme !* Forme mouvante, quasi vivante. Bien sûr, Elles se meuvent car l'Astre se déplace, mais il n'empêche que je pense que les Ombres ne sont pas totalement dépendantes de Lui.

Car oui, c'est cool, les Ombres. Je le crois. Parce qu'en fait, Elles sont indépendantes de leur Lumière, juste un petit peu, et c'est déjà pas mal. Tout le monde, *même moi*, se trompe à leur sujet. Et puis, la Lumière, c'est sans doute bien aussi.

- Oui, tu as sans doute raison. En fait, il me semble qu'on a tous besoin d'Ombre et de Lumière. En tout cas, c'est sans doute mon cas.

Je lève les Yeux vers l'aveuglante Blancheur qui transperce l'Infinité bleue. Ah oui. Ma jambe. Je relève le bas de ma robe puis de mon pantalon et examine les dégâts. Une tâche oscillant entre le jaune et le noir était apparue, et c'est marrant, car on associe souvent le jaune au Soleil et le noir à l'Ombre. Quoiqu'il en soit, sans doute rien de grave, mais je ferais sans doute mieux d'appliquer un peu d'une potion médicinale, comme l'arnica *à la Maison*.

- Je pense que je vais aller à l'infirmerie. Mais ne te sens pas obligée de m'accompagner.

N'énucléez pas vos enfants.
deuxième année - anciennement Helen Brown

26 sept. 2020, 15:17
La belle aux bois tombant  Privé 
Pour certains, les mots Ombre et Soleil n’avait certainement que peu d’implication. Mais pour Shado et l’autre fille, cela avait une importance.

Chacun des mots avaient une importance. Ils étaient beaux, les mots. Leurs sous-entendus étaient différents pour chacun et personne ne parlait le même langage.

Les deux enfants partageaient sans doute une discussion qui avait un sens différent pour chacune d’elles. Et tant mieux, la brune réfléchissait même si l’autre ne comprenait pas. Tant pis.

Soleil et Ombre. Shado et Jayden. Jaune et noir. Poufsouffle.

Personne n’était blanc. Personne n’était noir. La vie était moins simple. Alex était gris. Shado était marron. Jayden ressemblait à un bleu roi.

Les couleurs étaient importantes. Comme elles faisaient le dessin, elles dessinaient la vie.

Shado s’identifiait a l’Ombre. Chacun avait son avis. Shado, shadow, ombre. Pourtant elle était solaire, parfois.

Qui a dit qu’une ombre ne pouvait pas ressembler au Soleil de temps en temps ?

Ombre, Soleil... Tous étaient humain. Et les humains étaient complexes. Trop complexes pour être définis par un mot, même s’il était puissant.

Shado se sentait Ombre. D’autres étaient Soleil. Certains n’étaient pas, ne savaient pas. Est-ce que ça importe ?

Alors, à la remarque de l’autre, l’écossaise haussa les épaules. Elle répondit, un sourire heureux sur les lèvres.

- Le monde est gris.

Simple phrase, qui voulait tout dire ou ne rien dire. Elle était tout ce que l’adolescente voulait ajouter. Et elle la rendait heureuse.

Parce que le monde était gris. Les gens étaient gris. Rien n’était noir, rien n’était blanc. C’était normal de ne pas être Soleil. C’était normal de ne pas être Ombre. On pouvait se chercher, ne pas s’identifier, faire des erreurs. Le monde était gris.

Même si les gens attendaient du blanc. Ou jugeaient l’Ombre des autres. Shado savait que le monde était gris.

Le sourire s’élargit quand l’autre accepta de se faire soigner. La brune secoua presque la tête à ces paroles. Elle savait qu’elle n’aurait pas insisté si elle en avait seulement senti le devoir.

L’autre lui plaisait, alors elle l’accompagnait. Le chemin serait sans doute intéressant. L’écossaise prononça deux simples mots.

- Je viens.

Ce n’était pas beaucoup, mais cela exprimait son intention. Shado ne ressentait pas le besoin de parler plus. A quoi bon ?

Can I paint it on your cheeks ? Red, with my fists.
Yelled my reflection back. The world is turning black.

11 oct. 2020, 22:17
La belle aux bois tombant  Privé 
MYRIADE ÉCLECTIQUE


Je regarde Shado réfléchir.
J'aime bien, moi, les gens qui réfléchissent avant de parler. Qui choisissent leurs Mots, qui décident de ce qu'ils vont aborder ou pas, de ce qu'ils ont envie de révéler d'eux-même. Que le Silence ne gêne pas, car on l'invite. Il n'est pas indésirable. Généralement, ces personnes-là sont plus intéressantes. Moins ennuyantes que toutes les autres. J'en ai la profonde impression.

Et puis elle parle. Elle parle de notre Monde gris *grisâtre ?*, mot à consonance négative, et pourtant… Peut-être qu'il est blanc, après tout. Oui, je me rappelle, à l'école *avant ici*, on avait peint un petit disque des couleurs de l'arc-en-ciel, qu'on fixait sur un cure-dent et que l'on faisait tourner sur lui-même *comme la Terre, tiens*. Une espèce de toupie. Et le disque devenait blanc. Parce que c'est le mélange de toutes les couleurs, qu'elle avait dit, la maîtresse. D'ailleurs, elle avait aussi dit que le blanc et le noir n'étaient pas réellement des couleurs. Ça expliquerait *presque* tout. Et pourtant, en jetant un coup d'œil aux pastels de Shado, je vois bien que le noir et le blanc sont juste là. Et que par conséquent, ce sont également des couleurs qui composent le Monde.

Elle dit que le Monde est gris. Et moi, je vois mille nuance de couleurs lorsqu'elle parle. Parce que ses phrases sont toujours pertinentes. Parce que ce qu'elle dit me donne toujours la sensation d'avancer dans ma tête. Alors, je ne peux m'empêcher de lui sourire également. Et ça me fait plaisir. Bizarre, non ?

Ouais, c'est drôle. J'ai envie de lancer des confettis, si *seulement* j'en avais, juste pour les regarder tomber lentement au sol, en suivant un schéma que rien ni personne ne peut comprendre. J'ai envie de rester là, même après qu'ils soient tous au sol, les regarder.

Je me redresse. Je me mets debout. Je tourne mon regard vers le Lointain. Et j'attends. J'attends que Shado commence à marcher. Et à ce moment-là, je la suivrai.
Parce que je crois qu'elle le veut bien.

FIN DU RP.
Merci, Plume.

N'énucléez pas vos enfants.
deuxième année - anciennement Helen Brown