Inscription
Connexion
25 juil. 2020, 07:27
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Tout ce qu'elle voulait, c'était ne plus être là, par n'importe qu'elle moyen, ça elle s'en foutait, elle voulait juste être loin de cette salle. Elle ne voyait pas ce qu'il se passait *là-bas*, tant mieux. Elle n'avait pas envie de savoir, pas le moins du monde. Elle voulait juste avoir quelqu'un à ses côtés, quelqu'un qu'elle connaissait bien, quelqu'un qu'elle aimait. *Elo...* Où était-elle, Elowen ? Et Elyna ? Et Lumah ? Adulith, Max, Lili, Rose... Où étaient-ils, tous ? Hein, pourquoi n'étaient-ils pas avec elle ? Pourquoi ? Et si ils étaient là-bas, et qu'ils avaient tout vu, eux... ? Elle n'osa pas y penser, à ce qu'il se passait là-bas. Elle savait que ce n'était pas une mauvaise blague, elle l'avait compris, et c'était ça le pire. Ce n'était pas une blague. C'était réel, terriblement réel, et pour une fois elle ne se voilait pas la face. Elle l'acceptait, trop bien, que tout ça soit réel.
Elle était dans le noir, les yeux clos, comptant les battements précipités de son coeur dans l'espoir d'oublier tout ce qu'il se passait. Mais elle entendait tout, elle étouffait. Tout ce brouhaha, cette agitation qui n'en finissait pas. Elle suffoquait au milieu de cette foule. A deux doigts de pleurer, encore.

- Hey… Ça va aller… Ne t’inquiète pas nous ne sommes pas seules.

Elle releva la tête, et se tourna vers la voix. Non elle n'était pas seule, elles n'étaient pas seules, tous les élèves de Poudlard étaient présents, donc elles n'étaient pas seules, Eileen était seulement perdue. Elle ne voyait aucun visage de personnes qu'elle aimait, tout était confus, terriblement flou. Elle hocha la tête, sans s'arrêter. *Ca va aller, je te le promets1*. Elle avait les larmes aux yeux, continuer de hocher doucement la tête, pour se convaincre que tout allait bien, car elles n'étaient pas seules, qu'il ne fallait pas s'inquiéter. Jamais.

- Tu sais où ils sont partis les profs ?...

Sa voix tremblait, de peur et d’appréhension. Elle ne pouvait pas le savoir, Laurence, Eileen le savait. Mais tout ce qu'elle voulait maintenant, c''était se rassurer, par n'importe quel moyen, à défaut de pouvoir partir. Elle voulait se dire que les professeurs étaient encore là, à Poudlard, veillant sur eux, même si une petite voix dans sa tête lui disait le contraire. Ils étaient seuls, avec pour seul adulte l'infirmier, pour veiller sur ce qu'il se passait là-bas, à l'entrée de la Grande Salle, et sur tous les élèves présents à l'intérieur.

@Laurence Solomon et quiconque qui voudrait se joindre à nous ^^

IRL TRÈS CHARGÉ / Gneuh. #234932 Trop de quote tue le quote. Capitaine des Aigles de Bronze
#poudlardredécoréenbisounours / membre de la RASA
Maison Victorieuse au Triomphe Majestueux, Jamais Serdaigle Unie Ne Perdra
25 juil. 2020, 13:00
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
L. 1
H. 1
@Hannah Scott

Quelque chose me sert le bras. Me stoppant dans mon élan. J'entends une voix. Une illusion ? Si seulement. Pourtant, c'est bien la réalité. Mais j'ai pas envie de l'admettre. Parce que sa reviendrais à donner raison à Grand-Mère, et même si je l'adore, elle peut pas avoir raison sur ça. Parce que je sais que Poudlard est parfait. Parfait pour moi. Je sais que j'y suis en sécurité. Ou plutôt, je veux y être en sécurité. Parce que si je suis blessée, ou que cette chose arrive aux oreilles de Mère, je peux dire adieux a mes amis, aussi peu soit-ils, et surtout à Poudlard. Peut-être qu'elle me mettra dans une pension Moldue, qui sait. Ou dans une école de danse, en France. Ça, sa me ferrais plaisir. Danser en France, c'est le rêve de toutes les danseuses. Et je sais que j'y serais en sécurité. Pourtant, je ne peux me résoudre à quitter Poudlard. Même si je n'arrêterais jamais de découvrir des choses plus horribles les unes que les autres, je me sens si bien ici.

- Nan.

Je marque une pause. Mes yeux se plissent, alarmés.

- Nan, c'est la réalité.

Une dure réalité. Mais une réalité quand même. Et sa me tue de l'admettre. Mais c'est pourtant une évidence. Poudlard est pas un lieu sécurisé. Et moi je risque ma vie ici. Pourtant, je risque bien ma vie à n'avaler qu'un verre d'eau et une tranche de pain a chaque repas. Je prends des risques à ne m'habiller que trois tailles au dessus de celle que j'ai, pour pas qu'on vois a quel point j'ai maigris. Je prends des risques à me laisser mourir.

- Malheureusement.

J'avais refusée qu'elle comprenne ma phrase, et c'est pour cette raison que j'avais parlée français. Pour pas qu'elle me comprenne. Dans le pire des cas, elle parlait français, elle aussi. Peut-être que je voulais qu'elle comprenne. Peut-être pas. J'en savais rien. Mais dans cette situation, parler une langue que peut-être personne ne comprenait m'étais utile. Sauveur. Parce que je me sentais unique. Et être unique, n'était-ce pas le rêve de tout le monde ? C'était le mien en tout cas. Mais je savais pourtant que j'étais déjà unique. Unique à a façon. Unique, à raconter que Père était mort, alors qu'il s'était juste barré. Unique, à chercher le défaut des gens. Unique, à comprendre ce que ressentait tout le monde, simplement parce que j'avais déjà tout ressentie. Trop. Tristesse, joie, haine, amour.

Couleur RP : #274e13
3ème année [46-47] - filière sciences
Lexa Queen, ou le trèfle à 4 feuilles vivant de Maiy Lewis
25 juil. 2020, 13:38
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
1.
2.


Je suffoque, comme d’habitude. Comme si mes poumons étaient hors-service. Mais ce soir-là, il y a quelque chose de différent dans l’air. Des murmures, des voix étouffées et des… des cris ? Mes yeux s'ouvrent en grand. Les cris, ils me tordent le ventre. Ils me donnent l'impression d'être impuissante, de courir au ralenti et de respirer sous l’eau. Je sens mes mains se mettre à trembler, et pourtant je n'ai même pas le réflexe de serrer les poings. Je ne parle pas, mais j’entends toujours trop fort les couverts qui s’entrechoquent, les rires et bavardages. Et cette fois, leurs cris. Leurs cris m’oppressent la poitrine, oui. Ils m'avalent.

Du mal
A respirer.


Paumée, je regarde en direction de la table des verts. C’est eux qui font le plus de raffut. Mais ce n’est pas une blague. Je le sais, je le sens même si je ne voudrais pas. C’est sérieux. J’arrête de penser à ce qui me fait peur. Car maintenant, c’est une chose différente qui me coupe la respiration.

Vous voulez pas
Arrêter ?


J’aimerais aller voir ce qu’il se passe là-bas, je voudrais les aider, alors pourquoi je ne le fais pas ? Je me force à regarder autour de moi, à lire la peur dans tous les regards, à me mordre les lèvres jusqu’au sang. Je regarde aussi ceux qui ont le courage de se lever, ceux qui sont braves et forts. J’arrive plus à l’être. J’me sens

Toute
Petite.


Et pour la première fois, j’veux pas savoir. J’veux juste qu’ils arrêtent de crier. Et que tout ça ne soit qu’un mauvais rêve. J’essaie de me boucher les oreilles, mais ils résonnent encore plus fort dans ma tête. Pas le moment, Ella, pas le moment.
Je me tourne alors vers une fille assise à côté de moi. Je voudrais lui demander ce qu’il se passe. Est-ce qu’ils vont venir me chercher ? Je cherche désespérément du regard ceux qui étaient mes amis. Je veux pas qu’ils viennent les chercher non plus. Mais la fille, je la connais, non ? Je percute soudainement. C’est la fille aux ciseaux. Mes ciseaux. J’essaie de capter son regard. Le mien est déboussolé, craintif et hésitant.

Comme un soleil
Qui s'endormirait
A l'est.


Dis-moi,


Est-ce qu’on va Tous
Mourir ?


Ou est-ce que


Y’en a qui sont
Déjà morts ?


@Welmina MacMaulan, j'espère que le début te convient ^^

Avatar réalisé par ~ en commun avec ~ l'incroyable Eugène Harlow. "Laissez passer les queen !"
25 juil. 2020, 13:57
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Laurence voyait bien que la petite rousse n’allait pas bien, et lorsqu’elle leva la tête, elle l’a reconnu, Eileen, en première année aussi. Elle n’avait pas l’air bien et Laurence aurait aimé être capable de la rassurée, mais elle ne savait absolument pas quoi faire et ne comprenait pas.

- Tu sais où ils sont partis les profs ?…

Non. Laurence n’en avait absolument aucune idée, mais espérait de tout son cœur qu’ils n’étaient pas loin. Certes, Mr Mason était là, mais l’Aiglonne doutait fort qu’il soit capable à lui seul de protéger tout le monde. Laurence regarda autour d’elle instinctivement, à la recherche de professeurs ou au moins d’adultes. Elle vit alors le petit rassemblement de personnes qui s’était créer autour de l’infirmier, certaines personnes c’étaient même lever pour le rejoindre, se demandant ce qui pouvait bien se passer plus loin.

Laurence elle, était cloué sur le banc et n’osait pas bouger, respectant l’ordre que la directrice avait pu donner un peu plus tôt. Sa peur grandissait au fur et à mesure mais elle s’était promis qu’elle serait forte et ce n’était pas le moment de lâcher, sa main tremblait et elle serra le point pour le cacher. Elle observa a nouveau Eileen, ne sachant quoi lui répondre.

- Je n’en sais rien Eileen… Mais Mr Mason et là et si jamais ils ont du quitter l’école, c’est probablement pour une bonne raison et… Ils n’ont pas du nous laisser sans protection. Si jamais il se passe quelque chose, on s'aidera, ne t'inquiète pas, tout va bien se passer

Laurence parlait tout en réfléchissant à la suite, essayant de rester positive et de trouver des solutions. Il ne servait à rien de céder à la panique. Ils n’étaient pas seul et les septièmes années étaient en fin d’études et devaient connaître tout un tas de sorts, il pourrait aussi les protéger. L’aiglonne espérait avoir un peu rassurée Eileen, elle faisait de son mieux même si ce n’était pas facile, à deux elle pourrait surement se défendre un peu, même si contre des sorciers expérimentés elles n'auraient aucune chance. De toute manière c’est tout ce qu’elle pouvait faire pour l’instant.

@Eileen Jones :cute:

Laurence Solomon, Deuxième Année RP
Couleur :#800040
Maison Victorieuse au Triomphe Majestueux, Jamais Serdaigle Unie Ne Perdra
25 juil. 2020, 15:18
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Sa voisine s’était agenouillé à ses côtés. Le ton de sa voix était étrange. Un mélange de compassion, d’éspoir et de peur. Mais elle était calme, contrairement à Magdaleen. Elle pleurait toujours.
Mais cette fois ci, elle compris les paroles que l’on lui disait. Et étrangement, elle essaya de réprimer ces larmes.


-On fera tout pour la sauver, ne t'inquiète pas...


Mais la chinoise saignait trois. Elle avait trop de flèches. Elle était devenue l’Horreur. Magdaleen ne l’a croyait pas.



- Et puis, si les professeurs sont partis, c'est que nous sommes en sécurité, non ?

Elle s’écoutait, parfois ? Les professeurs les avait abandonnés, les avait laissé seul avec l’Horreur ! Poudlard n’était pas en sécuritée !
- Surtout si tu t'en fuie cela n'aide personne, d'autres élèves vont aussi s'affoler, et ce sera la pagaille. Et ça je pense que personne ici ne veut ça. Surtout qu'il n'y a qu'un adulte et qu'il s'occupe de la blessée.
Je te demande qu'une seule chose, qui est certainement très compliqué pour toi maintenant, mais s'il te plaît garde ton sang froid.



Je suis désolée je parles comme un adulte, je comprends pourquoi tu veux partir, mais on ne doit pas. J'aurais aimé partir que tout cela soit le fruit de mon imagination comme d'habitude, mais là c'est réel et on ne peut fuir la réalité. Où que tu ailles elle te rattrapera, alors s'il te plaît reste avec nous, on est tous là ensemble à veiller les uns sur les autres.

On peut pas fuir la réalité. Mais on peux s’enfuir. On peux partir.
Oublier. Oublier.Oublier. Oublier. Oublier.
La fille l'aida à se relever.
- Allez viens, on va regagner nos places.

Elle ne pouvais pas faire cela. C'était comme revenir à la case départ. Et elle ne pouvais pas attendre. La fille avait raison : il fallait qu'ils se serrent les coudes.
Mais Magdaleen ne voulais plus rester dans la salle. Il fallait qu'elle sorte. Si elle revenait s'assoir, ce serait horrible.

C'est alors qu'elle fit une chose. Sans y penser. Sans vraiment le vouloir.
Elle dit à la fille :

-On peut faire quelque chose. Les professeurs nous ont abandonné. On est tout seul. On peux aider. Je veux partir. Je suis désolée. Il faut que j'agisse. Tu m'accompagne ?

Qu'est ce que je viens de dire ?
Mais elle commenca à s'avancer vers l'infirmier, attendant la réponse de sa sauveuse
Dernière modification par Magdaleen Roseberg le 25 juil. 2020, 21:19, modifié 1 fois.

Compte non actif
25 juil. 2020, 16:24
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Lorsque Clémence avait relevé la tête de son assiette en entendant la porte de la grande salle, elle s'attendait à tout sauf à voir un tigre blanc, tenant entre ses crocs une jeune femme qui semblait d'origine asiatique. Son corps était couvert de santé, avec des flèches plantées un peu partout, la femme semblait entre la vie et la mort.
La jeune fille du se retenir pour ne pas rendre son dîner et avait prit une teinte très pâle.

Autour d'elle, les enseignants s'activaient, avant de disparaître dans un portail magique, tant dit que des eleves étaient partis à la recherche de plantes médicales. Ensuite, elle vit l'infirmier débarquer et s'approcher du corps tout en demandant des explications. Certains élèves lui expliquèrent la situation tant dis que d'autres se proposaient pour porter main forte.

Clémence aurait voulut quitter cette salle, ou du moins ne plus avoir la vision de cette femme devant elle, mais la jeune fille, désormais blanche comme un linge, tremblait de tout son corps, tétanisée par la peur.
Qu'avait fait cette femme pour mériter ce sort ? L'avait elle seulement mérité ? Non personne ne méritait ça, c'est à ce moment-là que la fillette prit conscience du point auquel Parkinson et son régimes pouvaient être cruels.

Horrifiée par la scène qui se produisait devant elle, la Serpentard chercha quelqu'un du regard, une personne sur qui elle pouvait compter pour tenter de la réconforter.


Quiquonque souhaite se joindre à moi pour ce RP est le bienvenu !

La perfection existe, elle s'appelle Clémence Lowen
M.Lewis et C.Lowen - Les jumelles diaboliques.
HaLowen - 2e année rp
25 juil. 2020, 16:39
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
J'étais à table, bien sagement, je mangeais des oeufs brouillés quand soudain ma vision changea.
J'étais tout d'un coup passé de la joie à la peur sans transition, en une fraction de seconde.
De ma place je pouvais voir la scène c'était horrible. Un tigre, un énorme tigre avec une femme dans un état lamentable. Je ne la voyais pas de près mais je pouvais malgré tout deviner l'étendu de ses blessures.
Mon coeur se serrait.

Puis, la peur me fit reculer légèrement de ce tableau horrible qui se dressait devant moi.
Tous les professeurs arrivèrent plus ou moins vite. On pouvait ressentir l'agitation de tous.
Clémence n'était pas loin de moi. Elle avait l'air de chercher du réconfort. Nos regards se croisèrent. Je pouvais lire dans ses yeux la panique. Pouvait elle lire dans les miens la peur ? L'angoisse ? La panique ?

Les autres tables ne voyaient pas la scène mais nous ne pouvions pas bouger de notre place. Et, même si nous avions pu j'étais là, horrifiée et paniquée, j'étais incapable de bouger. Etait ce le sort réserver aux gens comme moi ? Aux gens n'étant pas issus du monde magique ? Je voulais tout d'un coup fuir cette salle, fuir cette école. Ne jamais revenir ! Je voulais partir très loin et me faire oublier.

- Clémence, qu'est ce qui est arrivée à cette femme ?

Je savais pertinemment qu'elle n'aurait pas la réponse mais je cherchais tout de même à savoir. Je voulais un peu de réconfort fasse à cette scène horrible qui devenait peu à peu insoutenable.



@Clémence Lowen

Année 2046/2047 - préfète inRP3ème année RP Amoureuse officielle de Wilson Kingson. Couple de nés moldus depuis 2046 // Créatrice des meilleures RP libre depuis la nuit des temps, sisi.
25 juil. 2020, 16:43
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Tu étais toujours en train d’épier le fond de la salle, quand tu entendis deux personnes qui voulaient savoir, si tu y voyais quelque chose. La première était une fille plus jeune que toi, que tu ne connaissais pas et la deuxième était Octavia, une fille de ta promotion. Toutes deux attendaient sûrement un avis positif de ta part, mais tu n’y voyais rien. Il y avait des bras levé, qui cachaient la scène. Tu te tournas donc pour dire:

-Non désolée, il y a trop de mouvement, mais vu leur tête, je pense pas que ce soit un coup des Serpenta...

A peine finit ta phrase, qu’un bruit t’attiras. L’agitation se faisait plus ample, et tu pu apercevoir que les professeurs étaient tous regroupés au même endroit. Tu vis tout d’abord un portail magique s’ouvrir. Et tu vis les professeurs, uns à uns, passer à travers, laissant seules les élèves, avec Miss Almeida et quelques autres adultes. Ils devaient donc se passer quelque chose de grave, pour que la scène se passe.

-Oh, les professeurs partent, mais je n’arrive pas du tout à savoir pourquoi, c’est quelque chose au sol...

Tu descends du banc, persuader que tu ne verrais plus rien. Tu lanças un regard vers les deux autres gryffones, tu leurs demandas :

-Pour savoir, suffit d’aller voir!

@Helen McKemmish et @Octavia Still voila un post cours, mais au moins je ne vous ferais pas attendre...

Venez pas me convaincre, je sais que j’ai raison

5ème année RP- Filière sport et soin InRP
25 juil. 2020, 17:56
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Clémence croisa le regard de Kelly, qui n'avait pas l'air très bien non plus. La question de la camarade ne la rassura pas, elle pensait que celle ci pourrait lui donner une réponse. Elle réussit cependant à lui répondre en bégayant :

- Je... Je n'en sais rien. Mais... Je suis con... convaincue que c'est un coup de Parkinson.

La fillette, de moins en moins seraine, de plus en plus mal à l'aise, sentit sous souffle s'emballer.
Elle essaya de se reprendre en ce concentrant sur sa respiration qu'elle s'efforçait de rendre régulière.

Soudainement, une hypothèse terrifiante lui vint en tête, cette idée lui glaça le sang et la fit frisonner.
Aussi blanche qu'un linge et toute tremblante, elle se retourna vers Kelly et dit difficilement, la gorge sèche :

Ke... Kelly, et si ceux qui lui avaient infligé ceci venait, ici, à Poudlard. Et si ils nous tuaient un à un, ou nous fesaient pareil qu'a cette jeune femme ? Il n'y a plus d'adulte hormis Mr.Mason qui ne pourra pas tous nous protéger, et si c'était leur but ?

La jeune Serpentard risqua un nouveau regard vers le corps de la femme asiatique. Elle ne savait pas pourquoi, mais cet événement l'a touché, voir un corps dans un état pareil l'a choqué.
Des milliers de questions se bousculaient dans sa tête, des questions qui ne la recinfirtaient absolument pas.
Pourquoi faire ainsi ? Et si les élèves de Poudlard étaient les prochains sur la liste ? Où les professeurs étaient ils partis et que faisaient-ils ?

Elle se tourna de nouveau vers sa camarade et déclara :

- Kelly je me sens pas bien.


@Kelly Fullbuster

La perfection existe, elle s'appelle Clémence Lowen
M.Lewis et C.Lowen - Les jumelles diaboliques.
HaLowen - 2e année rp
25 juil. 2020, 19:21
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Élina dégustait tranquillement son petit-déjeuner à la table des Serdaigle. C’était déjà la fin de l’année et la jeune fille se sentait un peu nostalgique. Bientôt, ce serait la semaine d’examen et le stress intense l’accompagnant, puis les résultats et enfin, le moment tant attendu de bien des élèves, le retour chez soi. L’irlandaise mangeait seul et en silence, totalement plongée dans ses pensées. Miss Holloway distribuait les plannings d’examens et très vite, Élina se retrouva à examiner le bout de parchemin de ses yeux noisette afin de retenir les dates importantes de cette fin d’année.

Sortant la brunette de sa contemplation, une agitation de la table des Serpentard se fit entendre dans la grande salle. La jeune fille tenta tant bien que mal de se relever afin d’y voir clair, mais sa petite taille ne l’arrangeait guère et Élina abandonna. Haussant les épaules en se disant que ce n’était sans doute rien, sa directrice de maison ordonna aux Serdaigle de rester en place, ce qu’Élina fit sans discuter tout en essayant de calmer l’angoisse qu’elle sentait monter en elle. La jeune fille regarde autour elle et aperçois du sang, la situation est plus grave que ce qu’elle avait d’abord pensé et la directrice de Poudlard ordonne aux élèves de rester à leur place sans discuter. L’irlandaise observe ses camardes de maisons de plus en plus paniquées tout en essayant de se calmer, lorsqu’elle voit l’infirmier affluer dans la grande salle. Il commence à poser des questions et certains élèves répondent, tandis qu'Élina, toujours aussi perdu, reste muette. Elle promène son regard sur la salle pour tenter de deviner ce qui s’y passe, en vain, la situation reste autant mystérieuse pour la brune. « Mais que ce passe t’il ? » réfléchis-t-elle à voix haute. Son regard noisette se pose sur une jeune fille qui semble être en première année comme elle, elle n’a surement pas les réponses qu’Élina voudrait, mais ça ne coute rien de lui demander. « Salut, est-ce que tu sais ce qui arrive, je n’y comprends rien, l’école n’est tout de même pas attaquée ? »

@Lahya Eaton à toi! Si quelque chose ne te vas pas, fais-moi en part !

Je suis en présence fantôme qui écrit des RP de temps à autre
• Membre de l'organisation la plus secrète des secrètes, la RASA ! •