Inscription
Connexion

26 déc. 2018, 18:51
Le compartiment ouvert
Elisa fit un sourire crispé à son oncle qui observa d'un air froid les alentours.
- Ah, la la ! s'énerva-t-il. Que de Moldus ! J'espère que ce ne sera pas comme ça en fin d'année, sinon...
Elisa leva les yeux au ciel. Son oncle ne sortait presque jamais de chez lui et il détestait les Moldus depuis son enfance. Et à cause de ça, il était devenu un vieux loup aigri et ronchon. Soudain les yeux de Elisa s'illuminèrent en voyant les arrêts 9 et 10. Elle marcha rapidement et traversa magiquement le mur en souriant. Son oncle l'a suivi avec mauvaise humeur. Il grogna quand un rouquin le bouscula et celui-ci commença à balbutier des excuses, mais en vain, l'oncle de Elisa et elle-même avaient déjà disparus.
- Aucunes politesses, ces sales gosses ! Vivement que ta scolarité finisse, trésor !
- Il faudrait d'abord qu'elle commence, non ?
se moqua gentiment Elisa en regardant autour d'elle, excitée. Dépêche-toi, Charles, je vais manquer le train !
Charles grogna encore plus et posa un baiser sur la tempe de sa nièce avant de lui faire un vague signe de la main et de disparaitre. Elle leva les yeux et soupira avant de regarder son ticket. Elle monta dans la train et commença à chercher un compartiment de libre. Elle en trouva finalement un vide (ce qui est très rare) et posa ses affaires. Elle fouilla dans sa poche et en sortit une vieille Chocogrenouille que sa tante lui avait donné. Elle ouvrit le paquet et la grenouille en chocolat en sortit avant de sauter par la fenêtre.
- Hé ! s'écria-t-elle. Reviens !
Elle soupira et tâta de nouveau ses poches à la recherche de Gallions. Elle en trouva un et sortit avant de voir que le chariot de Madame Réglisse s'éloignait de son compartiment alors qu'elle n'était même pas entré pour proposer quelque chose. Elle trottina afin de retrouver le vieille dame et prit une souris en sucre. A son retour, la porte de son compartiment était ouverte et ses nouveau collants étaient déchirés. "Heureusement qu'il m'en reste deux paires", pensa la jeune fille, soucieuse de ce qui était arrivé à ses affaires. Elle fouilla sa valise mais rien d'autre n'avait été abimé. Elle essaya d'ouvrir la fenêtre mais celle-ci resta insensible à la force de la jeune fille. Elisa finit par s'allonger sur la banquette pour faire la sieste mais un rat sortit d'en dessus et Elisa poussa un cri de surprise. Elle regarda ses mains et grommela avant de s'endormir.
- Pff... C'est pas possible, j'ai vraiment la poisse...

"Man muss noch chaos in sich haben
um einen tanzenden stern gebaren zu können."
"Il faut avoir le chaos en nous-même pour donner naissance à une étoile qui danse."

3 janv. 2019, 09:58
Le compartiment ouvert
Ça y est, Ladonna Percy se trouvait sur la voie 9¾, ses achats dans son charriot et sa baguette magique a la main qu'elle ne pouvait dorénavant plus quitter.
Elle se tenait debout, en empoignant fermement ses achats et en attendant patiemment le train qui arriverait a onze heures exactement, d'après l'expérience de ses parents.
Elle regarda sa montre : dix heure cinquante neuf.
"Bien, le train ne devrait plus tarder" pensa t'elle.
Au même moment où cette pensée traversa l'esprit de la jeune fille, une magnifique locomotive rouge venait de faire son entrée sur la voie.
Ladonna n'avait jamais vu quelque chose de semblable a cela. Le train était d'un rouge vif et avait l'air ancien, ce qui lui donnait encore plus de charme.
En plus, il était... Pile a l'heure !
Sans réfléchir davantage, elle dit au revoir a ses parents en les serrant des ses bras, et entra dans le train accompagnée de ses fournitures scolaires, en quête d'une bonne place.
Quelques minutes plus tard, elle trouva un wagon parfait pour elle. Et puis, la vue qui s'offrait a elle était tout simplement magnifique !
Alors c'est ainsi qu'elle décida de s'y installer, avec son livre "Le pays des contes" a la main. Une fois assise sur le siège, elle se permit de rêver tout en regardant le paysage.
Mais une question tourmentait l'esprit de la jeune fille. Elle se demandait "Et si tout ça n'était qu'un rêve ?"
Quoiqu'il en soit, pour elle, c'était le plus beau des rêves.

After all this time ? Always.
Griffes et crocs, Griffes et Coeur, Gryff'Vainqueurs !

10 mars 2019, 12:26
Le compartiment ouvert
Excitation et appréhension, voici ce qui habitait le jeune garçon de onze ans. Du ces yeux bleus, il voyait Londres s'éloigner au fur et à mesure. Laissant le quai devenir minuscule ainsi que ses parents qui l'avaient accompagné en ce jour si particuliers. Un événement pour la famille, le fils unique qui allait débuter sa formation magique dans l'enceinte de la mythique Académie.

Silencieux, Nathanaël observait les autres élèves de différents âges. Il espérait pouvoir rencontrer de nouvelles personnes avant d'être assigné dans une maison. Quoique peut-être ne s'entendrait-il bien qu'avec les gens au même blason que le sien ?

Peu habitué à être loin de ses parents, le garçon se demandait comment il se débrouillerait à l'école de Poudlard. Lui qui avait soif d'apprendre les sortilèges et la métamorphose, et s'il était mauvais dans ces matières ? Quelle déception cela serait. Une angoisse commença à prendre place, remplaçant petit à petit l'excitation. Jusqu'à présent, aucun doute ne s'était immiscé mais voilà que c'était le cas à présent. Attendant ce moment depuis qu'il avait entendu les fabuleuses histoires de sa mère, Nathanaël ne rêvait plus que d'apprendre à utiliser sa baguette pour transformer et enchanter. Et lorsque sa baguette l'avait choisie, il avait supplié sa mère de lui apprendre quelques tours rapides. Mais cette dernière avait été strictes sur le sujet : il fallait un professeur compétent. Et par conséquent, attendre la rentrée. Lettre reçue, l'apprenti sorcier la gardait précieusement. La relisant plusieurs fois par semaine. D'ailleurs, il l'avait prise avec lui. Dans sa valise, quelque part.

Le rythme du train se stabilisant, Nathanaël sentit ses paupières devenir lourdes. Mais il luttait pour voir les paysages qui défileraient devant lui. Et pour éventuellement rencontrer de nouvelles personnes. Mais l'appel du sommeil était trop fort. Se positionnant plus ou moins confortablement, du moins comme le permettait le compartiment où il s'était installé pour le trajet. Il se laissa aller, écoutant son corps qui réclamait un temps de repos.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, la journée était déjà bien avancée, quelques rayons de soleil éclaircissaient le ciel qui se préparait à revêtir le manteau sombre de la Nuit qui n'allait pas tarder à arriver. Cela annonçait que Poudlard ne devait plus être loin. Sa mère lui avait dit que l'arrivée se faisait en début de soirée. Les inquiétudes refirent surface mais cette fois-ci, le jeune garçon en laissa pas faire. Souhaitant profiter de cette scolarité pour apprendre, hors de question pour lui de douter de lui. Il se convainquit qu'il était prêt même s'il ne reconnaîtrait probablement jamais qu'au fond de lui, quelques doutes persistaient.

""Curieux et érudits / Fantasques et toujours d'attaque""

18 avr. 2019, 11:18
Le compartiment ouvert
Théa balaya le wagon du regard, et repéra tout de suite le jeune garçon qui semblait déjà s'endormir sur la banquette. La place à ses côtés était libre, et les autres élèves semblaient plongés dans leur lecture ou dans des conversations qui ne la concerneraient sans doute pas, aussi prit-elle rapidement la décision d'aller s'assoire à côté de lui.
Elle prit soin de ne pas le réveiller. En s'installant discrètement, elle espérait ainsi pouvoir passer le voyage jusqu'à Poudlard sans encombre, avec ses seules pensées comme occupation.

Son père avait serré sa main dans la sienne avant de partir :
"Peu importe la maison qui te sera attribuée, ce sont tes choix qui déterminent la personne que tu deviendras, d'accord ? Et ouvre-toi aux autres, promis ?"
Elle avait hoché la tête en souriant légèrement. Si son père s'était toujours inquiété de l'intégration de sa fille dans la société moldue, cette inquiétude avait triplé concernant son intégration dans la célèbre école de sorciers.
"Le principal, ce sont les liens que tu te feras, les amis que tu vas rencontrer. On ne peut pas toujours être seule."
De nouveau, elle avait hoché la tête. La grosse main de son père vint lui ébouriffer les cheveux tandis que le départ était déjà sifflé. Elle grimpa rapidement et fit un dernier aurevoir à ses parents, avant de s'engouffrer complètement dans le train.

Son regard pensif se déposa, sans y songer, sur le visage de l'élève endormi à côté d'elle. Il avait l'air d'un premier année, lui aussi. Peut-être seraient-ils dans la même maison ?
Elle ne tarda pas à somnoler à son tour, les bras croisés sur ses genoux et la tête vaguement penchée, avec un très léger sourire aux lèvres.
L'aventure allait bientôt commencer !

Théana : there's alchemy between us

"Ecureuil" au sein de M.E.R.L.I.N
A Serdaigle ? Une question ? Envoie moi un hibou !

29 mai 2019, 03:45
Le compartiment ouvert
Matthew était enfin sur le Poudlard Express. Après plus de deux mois d'attente et plusieurs nuit blanches, il y était! Après des «Papa, papa, papa, j'y vais, j'y vais, je vais à Poudlard!» , des «Mais papa, je peux pas dormir, j'ai trop hâte!» et des «Alfi... Est-ce qu'il y a beaucoup de monde à Poudlard? Est-ce qu'il y a vraiment un calamar géant? Et...est-ce qu'on peut vraiment jouer avec?», il était sur le point de commencer son aventure. La seule chose dont Matthew avait peur était la foule d'élève qu'il aurait à faire face. Cependant, si il commençait une nouvelle aventure, il devait surmonter sa peur. Le jeune garçon attendit que le couloir du train soit quasi-vide. Erreur fatale. Les compartiments étaient presque tous remplis et les quelques-un où une place s'ouvrait étaient trop agités pour le petit Matthew.  Aucun n'offrait un certain calme et la capacité de, peut-être, se retrouver entre première année solitaire. 

Il en était à son troisième passage lorsqu'il abandonna complètement l'idée d'avoir son wagon rêvé. Ses paupières étaient lourde et un bâillement énorme lui échappa. Les quelques jour d'insomnie faisait leur effet au pire moment. Il n'avait pas de compartiment, il était tout seul et il n'avait qu'une seule envie, faire une sieste. 

«N'importe quel fera je crois bien... Peut-être pas lui... Je ne sais pas trop», se dit-il. Il était si confus.

 Ce n'est que quelques portes plus tard qu'il en trouva finalement un plus calme. Matthew entrebâilla la porte. Un garçon lisait tranquillement un énorme bouquin. Le livre ressemblait à un de la collection de son papa. Ceux qu'il ne pouvait pas toucher. Le garçon était surement plus vieux si lui pouvait le lire. Une jeune fille habitait aussi le compartiment. Elle était assoupie, membre déployés sur l'entièreté de la banquette gauche. Matthew toqua discrètement sur le cadre de bois et salua le garçon. Celui-ci avait rapidement levé les yeux de son livre. D'un bref coup de tête, il invita Matthew à l'intérieur. Matthew le remercia d'une toute petite voix avant de s'installer à ses côtés. Le garçon était rapidement retourné à sa lecture, se collant imperceptiblement vers la fenêtre.  Matthew s’appuya contre le cadre de bois après avoir fait glisser la porte à sa place. Il s'endormi finalement au son du bruissement des pages et d'un léger ronflement. 

8 sept. 2019, 04:19
Le compartiment ouvert
Après des derniers adieux avec sa famille et donner un dernier câlin à sa sœur , Leslie monta dans le train. Un train des années 1800 , peinturé d'un rouge et noire époustouflants l'amenait elle et des centaines d'autres élèves dans son futur école.

Il était assez tôt. Il était environ 10h25. Très peu d'étudiant étaient arrivés sur le quai, à cette heure. La famille Gooding a dû se dire au revoir de bonne heure, car le reste de la famille devait reprendre la route parce que leur père devait retourner au travail le lendemain. Les compartiments étaient vides pour l'instant. Leslie s'installa dans un compartiment dans le premier wagon , après la locomotive. Leslie décida de sortir un roman de sa valise et passer le temps avec.

Vers 10h45, il commençait avoir plus d'animation dans le train. Les étudiants s'empressaient d'installer leur valises dans les compartiments vides et retourner sur le quai pour saluer les parents. Leslie regarda par la fenêtre. Quelque soit la famille, les aurevoirs étaient toujours aussi touchants. Leslie voyait des mères donner une forte accolade à leur progéniture, avec quelques larmes à l'œil. Des pères avaient une main sur l'épaule de leur enfants. La fierté se lisait dans leurs yeux. Certains parents donnaient quelques conseils. Cependant, Leslie était plus intéressée par les retrouvailles animés entre certains élèves.

Il était maintenant 11h00. C'était le départ. Personne n'avait envahit le compartiment. Leslie crut faire le voyage en paix. Ce ne fut pas le cas. Deux gars , plus vieux qu'elle, prit d'assaut la banquette en face d'elle. Ils l'ignorèrent totalement, comme si elle était invisible. Leslie écoutait des brides de leur conversation. Elle entendait les mots comme Quidditch, Préfet, Gryffondor et Pousouffle. Leslie ne comprenait pas la signification de ces mots étranges.

Durant le voyage, elle ne prit pas attention à ces voisins qui quelques fois jetaient des coups d'œil sur sa personne. Au début, Leslie était concentrée sur son roman, mais plus le temps s'écoulait, les pensées de Leslie s'égaraient dans son esprit. Son regard fixé sur la nature extérieur , sans vraiment l'apercevoir. Tout lui venait en tête. Les souvenirs de son enfances , dans son ancienne école , avec ses deux meilleures amies, mais aussi ses craintes sur sa future situation de sorcière. Leslie s'aventurait dans l'inconnue, aussi aveugle qu'un nouveau-né. Son principale souhait était qu'elle puisse se faire une petite place dans ce monde étranger. Seul l'avenir lui dira.

une vie de merveille s'ouvre devant soi. Il ne faut qu'y mettre un pied pour apercevoir tous les trésors de ce monde. https://gph.is/12XFOkp

8 sept. 2019, 20:06
Le compartiment ouvert
Jeudi 1er septembre 2044


Il était midi, le Poudlard Express ne tarderait plus à quitter la gare de King’s Cross. Thérésa se dégagea de l’étreinte de sa mère et hissa avec difficulté sa valise dans le train. Elle la traina jusqu’au premier compartiment où il restait de la place et s’y engouffra précipitamment. Après avoir callé sa valise dans le porte-bagage, elle se laissa tomber sur la banquette et jeta un regard par la fenêtre pour voir le quai. Juste devant elle, sa famille lui faisait de grands signes.

Ils étaient venus tous les trois pour lui dire au revoir avant sa première rentrée à Poudlard. Son père et sa mère avaient tous les deux accepté d’arriver plus tard à leur travail pour l’accompagner, ils n’auraient loupé ça pour rien au monde. Perceval aussi été venu. Son grand frère qui parcourait le monde magique depuis la fin de ses ASPIC’s avaient fait un détour par Londres pour la prendre dans ses bras. Et elle lui en été reconnaissante.

Thérésa secoua la tête. Il était hors de question qu’elle laisse une larme s’échapper. Elle s’occupa plutôt à faire de grands signes de la main à sa famille tandis que le train démarrait, s’éloignant de plus en plus de la gare. Finalement celle-ci disparut complétement du champ de vision de Thérésa, et avec elle, ses parents et son frère.

La fillette daigna alors regarder autour d’elle. Les autres occupants du compartiment étaient trois jeunes garçons plus âgés qu’elle. Elle estimait que les adolescents devaient être en troisième ou quatrième année. Visiblement amis, ils riaient bruyamment sans lui prêter aucune attention. Thérésa s’en contenta, elle n’avait pas l’intention d’engager la conversation. Elle sortit un livre de son sac. Se consolant à l’idée qu’elle aurait sept années à Poudlard pour s’y faire des amis, elle se plongea dans la lecture de « L’Histoire de Poudlard » de Garius Tomkink.

Le voyage se passa plus rapidement qu’elle ne l’avait pensé. Bien sûr, elle n’arriva pas à la fin de l’ouvrage, mais elle avait bien avancé dans sa lecture. Après avoir mangé sa dernière friandise et enfilé son uniforme flambant neuf, elle trépignait d’impatience à l’idée d’arriver à Poudlard. Bientôt, le train arriverait à la gare de Pré-au-Lard, et sa nouvelle vie allait commencer.

20 sept. 2020, 02:22
Le compartiment ouvert
1er Septembre 2045 - Poudlard Express


Le soleil se levait à peine et la gare King's Cross était déjà pleine de monde. Livaï ralentit lorsqu'elle se rendit compte que sa grand-mère était loin derrière elle. Lèvres pincées, nuque raide et regard courroucé, la vieille femme avançait lentement au milieu des moldus qui se pressaient pour prendre leur train à temps. Livaï savait qu'elle ne devait pas montrer son impatience au risque de se faire réprimander. Sa grand-mère voyait déjà d'un mauvais œil de devoir se mélanger aux non-sorciers, ne serais-ce qu'un bref instant, et en ce matin de septembre, la gare remplit était un véritable affront fait à la vieille femme. Plus que quelques minutes et Livaï serait libéré. Son cœur accéléra lorsqu'elle vit le mur encadré par les voies 9 et 10. Silencieuse, sa grand-mère lui fit signe de franchir la barrière magique, et la jeune fille s’élança, le buste courbé sur son chariot, comme pour se donner plus d'élan.

Le noir, puis soudain l'éblouissement. Derrière ses grandes lunettes, Livaï cligna des yeux. Le Poudlard Express était devant elle, arborant sa magnifique couleur rouge vif et faisant sifflet sa locomotive. Elle s'arracha à la contemplation de ce qui l'emmènerait loin de ses soucis et de la maison familiale, pour se retourner vers sa grand-mère.

''Bon voyage'' fit cette dernière d'une voix neutre.
''Merci, répondit Livaï, je t'enverrais un hiboux pour te dire dans quelle maison j'ai été répartie'' continua-t-elle timidement.

La vieille femme ne répondit pas, la discussion était close, les au revoir achevés. Livaï entreprit de monter son énorme valise dans le train, sans un regard en arrière. Elle savait que la vieille femme avait déjà transplané, ne voyant pas le besoin d'agiter la main au départ du train. La jeune sorcière poussa un soupir de soulagement et se mit en quête d'un compartiment vide, ce qui n'était pas difficile à cette heure matinale. Les Blavatsky ne sont jamais en retard.

Elle poussa d'un coup de pied sa malle dans le compartiment, sachant pertinemment qu'avec sa taille menue, elle n'avait aucune chance de la hisser au dessus de la banquette. Dans un soupir elle se laissa tomber dans le sofa moelleux, ses jambes reposant sur sa valise. Un sourire apparu furtivement sur les lèvres de la jeune fille; elle avait attendu ce moment toutes les vacances et maintenant elle y était. Elle jeta un regard à l'extérieur et vit le quai, quelques minutes auparavant vide, grouiller de sorciers et sorcières. Les étudiants chahutaient, riaient et slalomaient entre les adultes, heureux de se retrouver. Les parents affichaient une mine inquiète ou fatiguée par l'heure matinale.
Perdue dans ses songes, la jeune fille sursauta à l'ultime sifflement du train qui annonçait le départ pour Poudlard. Les parents étaient maintenant occupés à donner les dernières recommandations, pendant que d'autres faisaient de grand gestes, une petites larmes roulant sur leur joue. Livaï se désintéressa bien vite du brouhaha extérieur et extirpa de son sac un volumineux bouquin qui traitait de la faune aquatique, ainsi qu'un paquet de Patacitrouille, et se plongea dans sa lecture.

Pendant le voyage Livaï n'arriva pas à se concentrer sur sa lecture, ce qui était rare chez elle. Son esprit vagabondait déjà dans les couloirs de Poudlard. Elle ne cessait de se demander à quoi allait ressembler ces sept années, si elle se ferait des amis, si la bibliothèque était aussi bien fournis qu'on le disait et surtout, dans quelle maison allait-elle se retrouver ? Elle enfila son uniforme bien avant l'arrivée au château et regarda la nuit tomber à travers la vitre du train. Enfin, au loin, elle vit scintiller de nombreuses lumière chaude et elle reconnu alors ce qui allait être son nouveau foyer pour les prochains mois : Poudlard.