Inscription
Connexion

20 févr. 2022, 15:24
 sept.2046  La rentrée des premières années
Post hors chronologie

Evalyn marchait, ou plutôt fendait la foule d'élève qui la gênait pour rejoindre les si petites barques qui leurs servait d'embarcation pour traverser cette étendu d'eau. Elle enfourcha le rebord de l'une d'elle et monta, plusieurs élèves la rejoignirent et l'embarcation s'éloigna enfin de la rive. Seul le bruissement de l’eau contre les barques brisait le silence ambiant.
Ils naviguèrent sur cette étendu d’eau froide plusieurs minutes avant d'apercevoir le château qui leurs servira de refuge et de foyer pour les sept prochaine année. La jeune sorcière fit de gros efforts pour ne pas écarquiller les yeux à la vue de ce paysage magnifique, le trajet en train était déjà beau mais ça, ça battait tout…

Alors c’est ça…Poudlard…

Les premières années, une fois les pieds sur la terre ferme rejoignirent une femme qui les attendait depuis ce qui semblait être un petit moment déjà, elle les amena a l'abris du vent glacial d'Ecosse et se présenta.

"Je suis Elina Montmort, la sous-directrice de Poudlard. Je vous souhaite à tous la bienvenue dans cette école. Sans attendre, nous allons procéder à la répartition. Veuillez me suivre."

La jeune adulte s'enfonça dans les couloirs infinis de Poudlard, elle les guida à un certain rythme avant de s'arrêter devant une immense double porte

Tout ce que l’on peut dire, c'est que c'est intimidant...

La sous directrice se tourna ensuite vers eux et expliqua :

"Derrière cette porte se trouve la Grande-Salle où tous les résidents de cette école se réunissent pour les repas et divers évènements. Ce soir, vous y trouverez le Choixpeau qui vous indiquera dans qu'elle maison vous passerez les sept prochaines années. Les élèves de cette école sont répartis en quatre maisons : Poufsouffle, Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. Le Choixpeau se chargera de vous les présenter d'ici quelques instants. La maison dans laquelle vous serez répartis vous aidera à progresser en vous appuyant sur vos forces et vous apprendra à surmonter vos faiblesses. Faites-lui honneur."

Serpentard… Tu verras cher fondateur je rejoindrai ta maison, je l'espère…

"Durant toute l'année vous pourrez remporter des points pour votre maison grâce à votre travail et votre comportement. Vous pourrez aussi lui en faire perdre, si vous enfreignez le règlement. A la fin de l'année la coupe des quatre maisons est remise à la maison ayant le score le plus élevé. Il va sans dire que c'est un honneur pour une maison et les élèves qui la composent de recevoir cette distinction."

La jeune fille fit un sourire en coin, prête a tout pour gagner cette coupe, et rendre fier sa famille. L'adulte claqua des mains et s'exclama :

"Bien. Passons sans plus attendre à la répartition. En rang par deux."

Evalyn se plaça au centre du rang, accompagner d'un de ses compagnons de barque, la sous-directrice ouvra la porte et les laissèrent pénétrer dans cette salle au plafond étoilée. La brune s'élança d'un pas conquérant, le menton levé sa cape ondulant le long de son corps, elle regarda hautainement les élèves déjà assis le long des quatre tables. Les nouveaux élèves s'avancèrent jusqu'à l'estrade où siégeait les professeurs mais également le choixpeau, posée sur un tabouret à l'avant. L'entité s'anima et commença à chantée

"Le sais-tu ou ne le sais-tu pas
Poudlard a fait face à de grands dangers
Mais c'est toujours une grande joie pour moi
Que de revoir ces visages familiers

Tous ici présents, sans exceptions
M'ont porté comme la couronne d'un roi
Et je ne doute en aucune façon
Qu'ils sont aujourd'hui ravis de mon choix

Car c'est moi qui, tous les ans
Vous répartis entre les maisons
Certes, rien qu'un chapeau chantant
Mais doté d'une grande raison

Si tu possèdes un courage en or
Que la lâcheté chez toi n'est pas admise
Tu iras sans doute à Gryffondor
Dont le principe de l'honneur est de mise

Serdaigle recherche l'intelligence
Parmi ses rangs figurent les érudits
Si tu es sage tu auras la chance
De compter parmi ses amis

Bonté, loyauté et amitié
Font partie de son inventaire
Car Poufsouffle est la patience incarnée
Et la joie de vivre embaume son air

Ambitieux, noble ou rusé
Ne recale pas ces caractéristiques
À Serpentard tu seras placé
Pour apprendre qu'elles peuvent t'être bénéfiques

Quatre maisons et moultes qualités
Comprends bien qu'elles sont complémentaires
L'une sans l'autre ne saurait résister
Aux embuches de la vie austère


Dès les dernier mots prononcé l'ancienne Poufsouffle sorti un parchemin de sa manche et expliqua

"Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur ce tabouret. Je poserai alors le Choixpeau sur votre tête et celui-ci déterminera la maison qui sera la vôtre pour le reste de votre scolarité. Une fois réparti, vous rejoindrez vos nouveaux camarades à la table de votre maison."

Elle commença, plus elle prononçait de nom plus Evalyn doutait, elle stressait de plus en plus, sa posture se raidissait et elle ne pouvait empêcher un pli soucieux de ce formée. Les élèves passaient un à un sous le choixpeau qui criait par la suite "Gryffondor", "Serpentard", "Serdaigle" ou "Poufsouffle"

Quand se fut son tour, ses jambes tremblèrent légèrement avant qu'elle ne se reprenne son air hautain et son masque de froideur. Elle s'avança avec grâce jusqu'au tabouret pour s'y assoir par la suite. Une fois que le choixpeau fut posée sur son crane elle entendit distinctement ces paroles :

"Je voie, tu n'es pas facile. Mais…, Oh ! Je voie, cette maison t'apportera beaucoup… Gryffondor !"

Son monde s'écroule, ce n'est pas sept ans de bonheur qui l'attendait à Poudlard mais sept ans de malheur loin de Serpentard…La maison de son héros… Elle n'avait pourtant pas cassé de miroir, aussi loin qu'elle se souvienne cela ne lui était jamais arrivée. Elle ne comprenait pas, elle ne voulait pas comprendre.

Dans un élan de semi-conscience elle se leva et marcha en direction de la table des rouges et or, loin du vert et de l'argent dont elle avait tant rêvé…

Elle s’assis, elle était loin des visages heureux de ses nouveaux camarades de maison. Seule la fierté lui permettait de retenir ses larmes. Elle peinait même a gardé ce masque de froideur qui l’accompagnait depuis des années déjà. Elle avait échoué, elle avait déçu son père, elle c’était déçu elle-même.
Dernière modification par Evalyn Tosan le 10 mai 2022, 19:02, modifié 1 fois.

Il n'y a ni bien, ni mal, seulement le pouvoir et ceux qui sont trop faible pour s'en emparer
#740606 — 2ème année Rp

21 févr. 2022, 07:46
 sept.2046  La rentrée des premières années
11 heures. C'est l'heure à laquelle le train d'un rouge sang particulièrement éclatant était parti pour Poudlard, l'école de sorcellerie. Esther Harmon, bien incertaine de la suite des événements, était vêtue de pantalons bleu azur et d'un simple petit sweatshirt blanc, qui tombait délicatement sur ses hanches encore à peine formées. Une fois installée dans l'un des wagons à une place bien confortable, au fur et à mesure que le train avait pris de la vitesse, elle avait pu s'imaginer la grandeur du château dont sa chère maman lui avait tant conté les histoires pittoresques. En regardant défiler les paysages bourrés d'une épaisse verdure semblable à celle que l'on trouvait dans son village, la jeune fille n'avait pu s'empêcher de s'imaginer, elle, fille de fermier, se pavanant dans les allées de marbre à la fois froides mais chaleureuses aussi, et peut-être promise à un grand destin. Quel genre de destin ? Nous ne saurions l'affirmer. Nous ne pouvons qu'imaginer. Qu'aimerait-elle devenir ? Plus complexe encore, qui aimerait-elle devenir ? C'est une question bien complexe pour une enfant de onze ans à peine.

L'arrêt du train avait provoqué une grande secousse dans chaque wagon, les uns après les autres. Il faisait maintenant nuit. Le grand château était plongé dans un noir profond, mais les millions, peut-être les milliards d'étoiles qui brillaient dans le ciel suffisaient à ce que les première année puissent se distinguer, un peu aidés par les lanternes de feu que tenaient bravement leurs accueillants. On pouvait également distinguer une lune parfaitement ronde, qui brillait de mille feu avec ses couleurs argentées.

La Grande Salle. Qu'est ce qu'elle était belle. Complètement émerveillée par son plafond à ciel ouvert, se doutant que cela relevait du sortilège, Esther avançait pas à pas dans cette grande allée de pierre froide, après quelques explications de la sous-directrice, Elina Montmort. L'enfant en profita pour observer discrètement le visage des autres personnes présentes, qui seraient peut-être ses futurs camarades. Certains paraissaient pétrifiés, d'autres, au contraire, très à l'aise. Nombre d'entre eux avaient l'air de beaucoup s'intéresser au sort que leur réserverait le Choixpeau magique, quelle en serait l'issue, et surtout, les conséquences. La fillette avait toujours trouvé cette espèce d'oppression mise sur les enfants concernant la maison dans laquelle ils seraient répartis complètement absurde. Tout est question de point de vu, bien entendu. Ce n'était pas à elle de s'en mêler, et surtout pas ce soir. Pour elle, l'important était de se sentir bien dans la maison dans laquelle elle serait répartie, mais, ça, elle évitait d'y penser. Elle préférait, et de loin, profiter de la splendeurs des lieux plutôt que de réfléchir à toutes ces contorsions de l'esprit. Elle sentait, frotter contre sa poitrine, le petit pendentif offert par sa maman, qui formait une petite sphère imparfaitement ronde, entouré d'anneaux particulièrement brillants qui représentaient la planète Saturne, qui se balançait au fur et à mesure qu'elle marchait. Elle aperçut soudain devant elle le Choixpeau magique, abîmé par les années et d'un marron plutôt sale. L'idée de mettre ça sur sa tête la répugna un peu sur le moment. Après tout, il fallait bien passer par là. Au moment où elle s'apprêtait à observer de ses petits yeux verts perçants l'ensemble du corps professoral, un espèce de plis mal proportionné se découpa dans le vieux chapeau pour former une large bouche aux courbes discontinues. Sous le visage surpris de chaque élève, il commença à chanter:

Reducio
Le sais-tu ou ne le sais-tu pas
Poudlard a fait face à de grands dangers
Mais c'est toujours une grande joie pour moi
Que de revoir ces visages familiers

Tous ici présents, sans exceptions
M'ont porté comme la couronne d'un roi
Et je ne doute en aucune façon
Qu'ils sont aujourd'hui ravis de mon choix

Car c'est moi qui, tous les ans
Vous répartis entre les maisons
Certes, rien qu'un chapeau chantant
Mais doté d'une grande raison

Si tu possède un courage en or
Que la lâcheté chez toi n'est pas admise
Tu iras sans doute à Gryffondor
Dont le principe de l'honneur est de mise

Serdaigle recherche l'intelligence
Parmi ses rangs figurent les érudits
Si tu es sage tu auras la chance
De compter parmi ses amis

Bonté, loyauté et amitié
Font partie de son inventaire
Car Poufsouffle est la patience incarnée
Et la joie de vivre embaume son air

Ambitieux, noble ou rusé
Ne recale pas ces caractéristiques
À Serpentard tu seras placé
Pour apprendre qu'elles peuvent t'être bénéfiques
Quatres maisons et moultes qualités
Comprends bien qu'elles sont complémentaires
L'une sans l'autre ne saurait résister
Aux embuches de la vie austère


« Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur ce tabouret. Je poserai alors le Choixpeau sur votre tête et celui-ci déterminera la maison qui sera la votre pour le reste de votre scolarité. Une fois réparti, vous rejoindrez vos nouveaux camarades à la table de votre maison. »

H de Harmon, ça vient après G. Elle ne serait pas la première de la liste à passer sous le Choixpeau. Le temps qu'il fallu pour son tour vienne, elle avait pu observer les élèves qui passaient devant elle. De sa grande voix grinçante, le chapeau magique s'écriait le plus souvent tantôt Poufsouffle, tantôt Gryffondor. Si l'on prend en compte le cas général, les première année paraissaient relativement satisfaits de ce choix, hormis quelques exceptions, qui eux, faisaient mine base lorsqu'ils entendaient la décision tranchante qui déterminerait leur avenir dans l'école. Soudain, le vieux chapeau s'écria le nom d'Esther Harmon. Cette dernière n'eut pas une réaction immédiate, de nature un peu tête en l'air. Quelques secondes après cette annonce, la jeune fille s'avança d'un pas plutôt assuré vers le tabouret central, sous les petits yeux malicieux des autres élèves qui tentaient de deviner à l'avance dans quelle maison elle serait répartie.


- Hmm je vois une jeune fille un peu tête en l'air mais qui sait tout de même rester terre-à-terre quand il le faut. Il y a également une ambition très prononcée et une capacité de réflexion peu commune, c'est un choix très difficile...

La petite fille, sous les dires du Choixpeau, ne savait à quoi s'attendre. Elle penchait peut-être pour Serdaigle. La balance vacillait sous le poids de ses différents caractères et ne demandait qu'à s'écrouler d'un des deux côtés.

- Eh bien pour toi ce sera...SERPENTARD !

Esther Harmon releva ses petites jambes frêles de son tabouret en bois et ôta le Choixpeau magique, à la fois surprise mais très satisfaite de ce choix. Sa mère n'avait pas appartenu à cette maison, mais ce serait ainsi l'occasion de la découvrir avec davantage d'attention. La fillette, à présent affiliée à la noble maison du Serpent, se précipita en direction de la table où une centaine d'élèves, peut-être plus, formait une espèce de vague vert et argent, tous coiffés du superbe chapeau pointu noir traditionnel. En les voyant, elle se dit que, sa nouvelle famille, c'était eux. Une fois installée confortablement sur le banc, son regard se posa immédiatement sur les différents mets proposés par les elfes de maison. Du poulet rôti, de la dinde, des petites pommes de terre...Tout semblait parfaitement à sa convenance. Elle porta la main une dernière fois à son collier aux anneaux brillants, avant de se ruer sur la nourriture qui semblait s'impatienter.

2 mars 2022, 22:43
 sept.2046  La rentrée des premières années
Il était temps, pour la fille Briggs, de faire sa rentrée dans la célèbre école de sorcellerie écossaise. Elle était angoissée, bien que folle de joie de découvrir ce monde fascinant. Elle en avait temps rêvé, de cet univers magique et en faire partie, était totalement irréelle pour cette jeune rêveuse au teint de craie.
Ces parents le lui avaient souvent reprocher : "Tu es bien trop rêveuse, ma chérie, sort un peu de tes fantaisies !". Ils avaient été vachement surpris, lorsque leur fille adorée avait réussi à écraser une énorme part de gâteau au chocolat sur le désagréable visage de Gordon Donnay, et ce, sans même toucher la douceur sucrée ! Quand la blonde polaire avait reçu sa lettre d'admission, la rumeur magique se confirmait, il y avait une sorcière dans la famille.

Aujourd'hui, son rêve devenait réalité, pas de retour en arrière, tout allait se jouer maintenant. Cléophée avançait, comme toujours, d'un pas calme et léger. Son visage affichait un sourire sympathique mais, ses yeux trahissait son inquiétude. Elle jetait des coups d'œil aux enfants qui l'accompagnaient, la plupart savaient ce qu'il allait se passer, ils avaient des parents sorciers qui leur avaient parlés de Poudlard toute leur enfance. Elle, elle était seule, elle ne savait rien, absolument rien.

Le château était incroyablement grand, elle aurait de quoi visité pendant au moins deux ans ! La blonde levait les yeux vers le ciel, puis regardait à droite, à gauche, elle était fascinée par ce lieu magique. Les questions bondissaient dans sa tête, elle voulait tout savoir !
Ne regardant pas le chemin, elle ne remarquait même pas que les autres élèves s'étaient arrêtés. Quand elle s'en rendu compte, elle avait déjà percuté trois camarades ! L'ainée Briggs s'excusait, avant d'écouter le discours de la femme qui se tenait devant d'imposantes portes de chêne.

La fameuse femme, n'était autre que la sous-directrice du château. La fillette ne pouvait la quitter des yeux, elle l'a trouvé fascinante, elle dégageait tant d'assurance et de beauté ! Il ne faisait nul doute que dans la tête de la jeune fille, elle était comme un modèle ! Elle avait même pensé que ce devait être une sorcière très puissante pour avoir un poste aussi prestigieux !
La sous-directrice venait de leur expliquer comment la cérémonie de répartition allait se dérouler. Cléophée fut un peu rassurée, elle n'était plus dans un flou inconnu !

La jeune fille suivait les autres dans la grande salle, elle levait les yeux au ciel et apercevait des milliers de bougies suspendues, incroyable ! Elle n'en croyait pas ses yeux, c'était comme un merveilleux ciel étoilé ! La fille ne quittait pas ces milliers de bougies avant d'être appelée par le Choixpeau.
Quand celui-ci l'appelait, elle s'avançait d'un pas hésitant vers le vieux tabouret, une boule se formait dans son estomac vide. Elle n'avait rien su manger de la journée avec l'excitation ! Elle se disait qu'elle n'avait pas le choix, c'était le destin. La jeune fille s'installait sur le siège de bois, le Choixpeau venait coiffer sa chevelure dorée.

Le silence régnait, même si on pouvait entendre quelques bavardages autour des tables de la salle. Le temps passait, lentement, elle avait l'impression d'être là depuis des heures. Le vieux chapeau parlait, ce qui faisait rire la jeune moldue.


- "Serpentard !" Venait de crier le vieux chapeau.

Cléo se dirigeait alors, vers la table des verts et argents, qui applaudissaient l'arrivée de leur nouvelle recrue. Elle était heureuse, ce moment était passé, maintenant elle allait pouvoir vivre son aventure à fond ! Il lui restait beaucoup de chose à découvrir, mais présentement elle avait une maison, des gens, des sorciers qui s'avèreraient prêt à l'aider et à l'épauler dans sa quête de connaissance magique.
La pression venait de quitter son petit corps frêle d'un seul coup, son sourire naturel venait d'apparaitre sur son visage angélique. Elle paraissait resplendissante, comme une des étoiles de ces ciels étoilés qu'elle aimait tant observer. Affamée, elle ne pensait même pas à faire la conversation, elle se jetait sur les tourtes de viandes et des légumes, espérant rapidement voir apparaitre les desserts !

Cléophée Briggs - 1er année
T'as de beaux œufs, tu sais ? Joyeuses Pâques les amis !

30 mars 2022, 17:51
 sept.2046  La rentrée des premières années
telle une girouette, mon esprit papillonne
Le cœur lourd, le cœur en panique, je marche. Un pied devant l’autre. Je regarde au sol en respirant, lourdement.
L’heure a sonné, l’heure du verdict.
J’étais si enjoué, il y a quelques minutes encore… Mais mon cerveau, semblable à une girouette, se tord dans tous les sens. À chaque fois c’est pareil : je suis plein d’euphorie, puis quand vient le moment tant attendu, je renonce, la peur m’envahit, les Autres m’effraient et je ne pense qu’à une chose : « non, je veux rentrer finalement ». Bien au chaud dans les bras de Papa et Maman.

C’est ainsi en ce moment même. Je redoute plein de choses, une montagne de questions noie mon cerveau déjà bien encombré. Et si le Choixpeau ne me trouve pas de Maison adaptée ? Et s’il dit que, finalement, je ne suis pas apte à être Sorcier ? Et s’il ne détecte aucune Magie en moi ? Et s’il se moque de moi devant les Autres ? Et si je me retrouve dans une Maison avec des camarades méchants avec moi ? Serais-je seul à jamais ? Et si je n’arrive pas ma première année, qu’est-ce que je vais devenir ?

Le cœur battant à tout rompre, haletant d’angoisse, je marche. Un pied devant l’autre.
Je suis déjà bien pâle, à quoi dois-je ressembler à ce moment ?

Mais, alors que mes oreilles bourdonnent sous l’étau de mes émotions, j’aperçois une femme tenant une baguette à la main : elle nous attendait. À l’écart des Autres, détestant être dans la foule, je fais mine d’être au meilleur de ma forme et tend l’oreille dès que la présentation commence.
À l’arrivée devant l’immense porte menant au monde Magique, je sombre à nouveau dans l’épouvante. Les mots de la sous-directrice ne m’atteignent plus du tout.
*Dans cinq secondes je m’en vais*
Cinq
Quatre
Trois
Deux

Les portes s’ouvrent.
Mon regard s’agrandit et ma bouche s’ouvre de stupeur.
Sans comprendre ce qu’il m’arrive, mes jambes avancent toutes seules, suivants celles de devant. Tout est magnifique. Ma peur s’est transformée en émerveillement. La totalité de mes sens est à l’affût. Je ne fais même pas attention à tous les regards qui nous épient, amusés ou moqueurs. Tout ce qui m’importe, c’est la grandiloquence des lieux, la Magie qui imprègne l’immense salle.
Tout est trop beau

Ne regardant plus où mes pas m’amènent, je rentre dans le dos de l’un de mes camarades. Ce contact tant détesté me ramène à la réalité et je m’écarte à nouveau le plus possible de la foule, restant en retrait.
D’un coup le Silence envahit la salle et une voix rauque et poussiéreuse s’éveille dans les échos. J’écoute, intéressé, et souris devant tant de merveilles. Ce monde est décidément incroyable. La Magie à la maison n’était pas aussi prononcée, Maman ne voulant pas en user trop devant moi. Elle disait que j’apprendrais de mon côté, que je ne devais pas tenter quoique ce soit sans exercice.

Puis le calme revient. La sous-directrice commence à appeler les premiers noms. Etant en fin de liste, j’ai tout le temps de regarder autour de moi, toujours aussi émerveillé. Je tourne sur moi-même, posant mes yeux sur la table de droite, celle de gauche, le plafond. J’entends un petit rire près de moi, qui me stoppe dans mon élan.

Revenant au présent, le Choixpeau en est à la lettre S. Je n’ai pas vraiment envie d’écouter et reste loin des applaudissements. Si j’écoute, mon esprit sombrera à nouveau dans l’angoisse. Non, tout ce qui est autour est bien plus intéressant. À la table qui nous fait face sont assis les professeurs, la plupart souriants. Au fond de moi, je me dis que j’ai très hâte d’assister à tous leurs cours. Hâte de faire tous les devoirs. Hâte d’utiliser ma baguette.

Nore Winter ?

Des rires fusent. Il ne reste que moi et deux autres élèves. Les Autres étaient attentifs, je ne l’étais pas. Je n’ai pas entendu mon nom les deux premières fois. Belle première impression.

C’est à mon tour.

Le cœur lourd, le cœur en panique, je marche. Un pied devant l’autre. Je regarde au sol en respirant, lourdement.
L’heure a sonné, l’heure du verdict.
Je grimpe sur le tabouret trop dur et la sous-directrice me pose le Choixpeau, trop lourd. Ma tête s’affaisse. *Aïe* La même voix rauque s’empare de mes pensées dans un sentiment légèrement désagréable.

Bonjour jeune homme. Dis-moi, que ressens-tu ? *il y a un tambour dans mon corps* Oh, tu as peur ? *je veux rentrer* Pourquoi donc ? Les merveilles de cette salle ne te retiennent-elles pas ? *si…* Tu n’es pas le seul à être effrayé. Allons, où vais-je te placer… Beaucoup de sagesse, de l’intelligence, oh oui beaucoup d’intelligence ! *je suis le plus intelligent de ma classe, à chaque fois, ça sera pareil ici c’est sûr* Aaaaah oui, à une bonne dose de fierté ajoutons un bol d’ambition. Mon garçon, la Maison Serpentard sera la tienne. Serpentard !

Sans sourire, je descends de l’estrade sous les applaudissements de la table verte et argent. Ma chair est revenue fermer le trou béant qu’elle avait laissé.
Je ne suis pas seul. Je vais être un grand Sorcier. Le plus grand.

Alors enfin je souris, soulagé.

Tellement soulagé

❆ Ne pas mentionner l'année ni l'âge dans les RP — Couleur : #E9EAF4 ❆

2 avr. 2022, 16:22
 sept.2046  La rentrée des premières années
Jeanne était sortie du train, sa lourde valise à la main, Elle arriva devant cette étrange femme avec cette cape d’hiver, ses vêtements sombres avec du jaune à quelques endroits. Cette silhouette avait pour elle était difficile à distinguer au début.
Il faisait froid dehors ce jour là et Jeanne en avait les joues roses. Elle n’aimait pas sa tenue sombre, elle la trouvait laide. Elle préférait ses vêtements, mais hélas pour elle, elle ne les sortirait pas aussi souvent que souhaité. La jeune étudiante s’approcha de la dame qui ne tardait pas à prendre la parole pour dire ceci :
- Je suis Elina Montmort, la sous-directrice de Poudlard. Je vous souhaite à tous la bienvenue dans cette école. Sans attendre, nous allons procéder à la répartition. Veuillez me suivre.

Jeanne fut plus contente quand elle entendit ‘‘Sans attendre’’ non pas qu’elle attendait avec impatience la cérémonie de la répartition, mais elle commençait à avoir très froid. Ils commencèrent à monter des escaliers infinis et arrivèrent devant deux immenses portes de bois. Une fois ici là sous directrice s’arrêta

- Derrière cette porte se trouve la Grande-Salle où tous les résidents de cette école se réunissent pour les repas et divers évènements. Ce soir, vous y trouverez le Choixpeau qui vous indiquera dans quelle maison vous passerez les sept prochaines années. Les élèves de cette école sont répartis en quatre maisons : Poufsouffle, Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. Le Choixpeau se chargera de vous les présenter d'ici quelques instants. La maison dans laquelle vous serez répartis vous aidera à progresser en vous appuyant sur vos forces et vous apprendra à surmonter vos faiblesses. Faites-lui honneur.

Jeanne avait beau avoir lu des robes de livre sur le choixpeau, elle avait peur qu’il ne se trompe à son sujet, qu’il l’a mette dans une maison où elle ne se sentirait pas à sa place.

- Durant toute l'année vous pourrez remporter des points pour votre maison grâce à votre travail et votre comportement. Vous pourrez aussi lui en faire perdre, si vous enfreignez le règlement. A la fin de l'année la coupe des quatre maisons est remise à la maison ayant le score le plus élevé. Il va sans dire que c'est un honneur pour une maison et les élèves qui la composent de recevoir cette distinction.
Jeanne regarda autour d’elle, certains prenaient un air hautain à l’idée de gagner des points, avoir une distinction etc…
Jeanne se retourna vers la femme qui continuait son discours.
- Bien. Passons sans plus attendre à la répartition. En rang par deux.

Une fois en rang avec une amie que Jeanne avait rencontré dans le train, elle entrait dans cette immense salle. Ses multiples bougies flottantes dans l’air, ce faux plafond étoilé et ses quatres longues tables. Jeanne ne s’inquiétait aucunement de la maison dans laquelle elle irait. Elle avait certes des préférences, mais elle était plutôt sereine. Sa mère était une Poufsoufle et son père avait été un Serdaigle. Deux maisons qui lui convenaient. Toutes fois Jeanne ne voulait pas aller chez les Serpentard. Elle n’avait aucune envie d’être dans cette sinistre maison. Elle toisa la table des Serpentard et continua d’avancer.

Tout d’un coup le chant du Choixpeau se fit entendre :
Le sais-tu ou ne le sais-tu pas
Poudlard a fait face à de grands dangers
Mais c'est toujours une grande joie pour moi
Que de revoir ces visages familiers

Tous ici présents, sans exceptions
M'ont porté comme la couronne d'un roi
Et je ne doute en aucune façon
Qu'ils sont aujourd'hui ravis de mon choix

Car c'est moi qui, tous les ans
Vous répartis entre les maisons
Certes, rien qu'un chapeau chantant
Mais doté d'une grande raison

Si tu possède un courage en or
Que la lâcheté chez toi n'est pas admise
Tu iras sans doute à Gryffondor
Dont le principe de l'honneur est de mise

Serdaigle recherche l'intelligence
Parmi ses rangs figurent les érudits
Si tu es sage tu auras la chance
De compter parmi ses amis

Bonté, loyauté et amitié
Font partie de son inventaire
Car Poufsouffle est la patience incarnée
Et la joie de vivre embaume son air

Ambitieux, noble ou rusé
Ne recale pas ces caractéristiques
À Serpentard tu seras placé
Pour apprendre qu'elles peuvent t'être bénéfiques

Quatres maisons et moultes qualités
Comprends bien qu'elles sont complémentaires
L'une sans l'autre ne saurait résister
Aux embuches de la vie austère

Jeanne n’avait pas aimé le chant. Elle se tourna alors vers la sous directrice dont elle avait oublié le nom.

- Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur ce tabouret. Je poserai alors le Choixpeau sur votre tête et celui-ci déterminera la maison qui sera la votre pour le reste de votre scolarité. Une fois réparti, vous rejoindrez vos nouveaux camarades à la table de votre maison.

Une fois Jeanne appelée elle se dirigea vers le tabouret . Tous les regards de tous les élèves étaient rivés sur elle. Elle ne devait pas faire un seul pas de travers. Elle devait être par-faite c’est tout du moins ce que lui avait appris ses parents. Ils ne voulaient pas connaître la honte.
[color=#00056d6]-Bonjour Jeanne[/color]BonjourQue ressens-tu ?Je dirais de l’impatience… Pas de la peur ?NonEh bien ça ne fait aucun doute ! Tu seras à GRYFFONDOR !
Jeanne était aux anges. Gryffondor ! La maison de toute sa famille du côté de sa mère, du côté de son père c’était Serdaigle. Elle se leva et se dirigea vers la longue table des Gryffondor d’où se levaient des acclamations. Elle s’assit à la table sourit aux gens qui l’applaudissaient et serra même quelques mains ! Elle se retourna vers le choixpeau, la première impression avait été mauvaise, mais là, elle savait qu’il avait bien fait son travail. Elle lui adressa même un sourire comme s’ils étaient de bons vieux amis. Mais le choixpeau ne la regardé pas, il était concentré sur la nouvelle première année qui était venue à lui, Jeanne regarde les serdaigle, et se dit qu’elle était mieux chez griffondor.

3 avr. 2022, 22:02
 sept.2046  La rentrée des premières années
Le trajet s'était bien déroulé mais avait été long, un peu trop même. Heureusement pour la jeune fille, les deux fillettes qu'elles avaient rencontré plus tôt, sur le quai de la gare, l'avait divertie et occupé tout le long du trajet à bord du train les emmenant au merveilleux château. Les trois enfants avaient fait plus ample connaissance, s'étaient empiffrés de sucreries tout en rigolant. Jane avait pratiquement utilisé tout son argent pour s'acheter bonbons sorciers et chocolats enchantés. La fillette avait même obtenu une carte de sa chocogrenouille et avait décidé qu'elle en ferait même une collection au fur et à mesure de ses trajets dans le train entre Londres et Poudlard. Sur ce coup là, elle n'était pas très originale. Beaucoup avant elle avaient du avoir la même idée. Certains en étaient peut-être même à leur deuxième collection. Mais ce n'était pas grave, cela l'amusait et c'était le principal. Elle n'avait pas fait que manger dans ce train, elle n'était pas aussi gourmande. Elle avait lu —un peu —, dormi — beaucoup —, rit — encore plus. Mais elle était à présent arrivée à destination.

A peine descendu du train, la jeune fille avait été conduite jusqu'à des bateaux qui l'avaient amené au grand château dont son grand frère lui avait parlé. Là-bas, le troupeau de Première année avait été accueilli par une grande dame abritée derrière une cape qui lui couvrait la moitié du visage. Malgré cela, la jeune enfant pouvait remarquer que les cheveux et le teint de cette dame paraissaient bien pâle par rapport à sa robe de sorcière noire et à son chapeau. Elle était semblable à un fantôme. Heureusement que l'éclairage de l'endroit redonnait un peu de vie à son visage.

Une fois arrivée devant les grandes portes, Jane préféra rester plutôt à l'écart. Elle n'était pas tout à fait à la fin du cortège mais plutôt à l'écart sur le côté. Elle était impressionnée par l'immensité des lieux, la magie qui en émanait. Elle fut un peu distraite, n'écoutant que d'une petite oreille les propos de celle qui les avait accueillis. Le petit groupe d'élève arriva encore une fois devant de grandes portes à double battant. La professeur leur donna alors quelques explications sur le déroulement de la soirée.

« Derrière cette porte se trouve la Grande-Salle où tous les résidents de cette école se réunissent pour les repas et divers évènements. Ce soir, vous y trouverez le Choixpeau qui vous indiquera dans qu'elle maison vous passerez les sept prochaines années. Les élèves de cette école sont répartis en quatre maisons : Poufsouffle, Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. Le Choixpeau se chargera de vous les présenter d'ici quelques instants. La maison dans laquelle vous serez répartis vous aidera à progresser en vous appuyant sur vos forces et vous apprendra à surmonter vos faiblesses. Faites-lui honneur. Durant toute l'année vous pourrez remporter des points pour votre maison grâce à votre travail et votre comportement. Vous pourrez aussi lui en faire perdre, si vous enfreignez le règlement. A la fin de l'année la coupe des quatre maisons est remise à la maison ayant le score le plus élevé. Il va sans dire que c'est un honneur pour une maison et les élèves qui la composent de recevoir cette distinction. Bien. Passons sans plus attendre à la répartition. En rang par deux. »

Comme son frère lui avait expliqué, il y avait quatre maisons: Poufsouffle, Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. Jane n'avait aucune réel préférence mais elle espérait être à Gryffondor comme son grand frère. Les portes s'ouvrèrent enfin et la fillette fut assaillie par des rires et des conversations en tout genre, des couleurs, quatre exactement "une pour chaque maison" comme le lui avait dit son frère. L'enfant aperçut enfin un chapeau dressé sur un tabouret juste devant une table qui semblait être celle des professeurs. Soudainement, le chapeau se mit à bouger et même à chanter:

Le sais-tu ou ne le sais-tu pas
Poudlard a fait face à de grands dangers
Mais c'est toujours une grande joie pour moi
Que de revoir ces visages familiers

Tous ici présents, sans exceptions
M'ont porté comme la couronne d'un roi
Et je ne doute en aucune façon
Qu'ils sont aujourd'hui ravis de mon choix

Car c'est moi qui, tous les ans
Vous répartis entre les maisons
Certes, rien qu'un chapeau chantant
Mais doté d'une grande raison

Si tu possède un courage en or
Que la lâcheté chez toi n'est pas admise
Tu iras sans doute à Gryffondor
Dont le principe de l'honneur est de mise

Serdaigle recherche l'intelligence
Parmi ses rangs figurent les érudits
Si tu es sage tu auras la chance
De compter parmi ses amis

Bonté, loyauté et amitié
Font partie de son inventaire
Car Poufsouffle est la patience incarnée
Et la joie de vivre embaume son air

Ambitieux, noble ou rusé
Ne recale pas ces caractéristiques
À Serpentard tu seras placé
Pour apprendre qu'elles peuvent t'être bénéfiques

Quatres maisons et moultes qualités
Comprends bien qu'elles sont complémentaires
L'une sans l'autre ne saurait résister
Aux embuches de la vie austère


« Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur ce tabouret. Je poserai alors le Choixpeau sur votre tête et celui-ci déterminera la maison qui sera la votre pour le reste de votre scolarité. Une fois réparti, vous rejoindrez vos nouveaux camarades à la table de votre maison. »

La sous-directrice prit alors un parchemin qu'elle déroula et en tenant de l'autre main le Choixpeau elle appela un à un les différents élèves. L'attente fut longue avant que Jane fut appelée. En effet, T se trouvait vers la fin de la liste et en patientant tranquillement dans son coin, Jane observa attentivement l'immense plafond magique au-dessus de sa tête. Enfin, son tour arriva. La jeune enfant avança donc jusqu'à la chaise et Miss Montmort posa alors le Choixpeau sur sa tête.

- Je te connais toi ! La deuxième enfant des Taylor ! Ton frère était un Gryffondor et je vois que tu lui ressemble beaucoup... Courageuse, déterminée, ouverte d'esprit, Gryffondor t'accueillerait à bras ouverts! Mais je vois que tu es aussi studieuse comme les Serdaigle mais tu es aussi turbulente et malicieuse, digne de Serpentard. Néanmoins, je crois que je vais t'envoyer à GRYFFONDOR !!!

Un large sourire, des yeux pétillants de joie et Jane se leva, contente d'être dans la même maison que son grand frère. Elle se dirigea alors vers la Table des Gryffons, impatiente de créer de nouvelles relations. L'année scolaire commençait et Jane était plus qu'heureuse. Elle avait hâte de découvrir ce château magique et suivre les traces de son grand frère qu'elle adorait tant.
Dernière modification par Jane Taylor le 3 mai 2022, 20:41, modifié 1 fois.

• BBcode: #af2c2c • Tout est possible du moment qu'on a assez de cran. •

5 avr. 2022, 19:38
 sept.2046  La rentrée des premières années
Le jeune garçon, vêtu de l’ancienne robe noire de son frère, jeta un regard curieux au lac qui s’étendait devant lui en se demandant quelles fascinantes créatures pouvaient vivre dans ces eaux sombres. En effet, pour sa première rentrée à Poudlard, Felix n’était pas du tout stressé par rapport aux autres élèves qui tremblaient de peur pour la plupart. Il monta dans un des barques qui flottait tranquillement sur l’eau. 3 autres garçons montèrent avec lui et les petites embarcations, après que tout le monde soit monté, partirent en direction du château. Ils ne pouvaient pour l’instant pas le voir mais lorsque, quelques minutes, il apparut au détour d’une falaise, un chœur de « Ooooh ! » retentit. Felix n’en faisait pas parti mais regardait le château avec admiration.
Il fut un des premiers à sortir des barques lorsqu’elles accostèrent doucement au rivage. Il entra dans le château, accompagné de ses camarades et la porte se referma derrière eux. Il se frotta les mains, profitant de la chaleur de hall pour se réchauffer. Face à eux, la sous-directrice de Poudlard semblait les attendre avec impatience. Il écouta attentivement lorsqu’elle se présenta.

« Je suis Elina Montmort, la sous-directrice de Poudlard. Je vous souhaite à tous la bienvenue dans cette école. Sans attendre, nous allons procéder à la répartition. Veuillez me suivre. »

Il entendit les autres élèves chuchoter dans son dos mais il n’y prêta pas attention et suivit Elina.

« Derrière cette porte se trouve la Grande-Salle où tous les résidents de cette école se réunissent pour les repas et divers évènements. Ce soir, vous y trouverez le Choixpeau qui vous indiquera dans qu'elle maison vous passerez les sept prochaines années. Les élèves de cette école sont répartis en quatre maisons : Poufsouffle, Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. Le Choixpeau se chargera de vous les présenter d'ici quelques instants. La maison dans laquelle vous serez répartis vous aidera à progresser en vous appuyant sur vos forces et vous apprendra à surmonter vos faiblesses. Faites-lui honneur. »

Joshua est à Poufsouffle, j’espère que j’y serais aussi...

« Durant toute l'année vous pourrez remporter des points pour votre maison grâce à votre travail et votre comportement. Vous pourrez aussi lui en faire perdre, si vous enfreignez le règlement. A la fin de l'année la coupe des quatre maisons est remise à la maison ayant le score le plus élevé. Il va sans dire que c'est un honneur pour une maison et les élèves qui la composent de recevoir cette distinction. Bien. Passons sans plus attendre à la répartition. En rang par deux. »

La porte de la grande salle s’ouvrit et le bruit des conversations parvinrent aux oreilles de Felix. Comme en transe devant le spectacle qu’offrait la grande salle, il suivit la femme qui les avaient accueillis. Sur un tabouret se trouvait un vieux chapeau abîmé.
Alors c’est ça, le choixpeau magique !
Interrompant ses pensées, le vieux chapeau se mit à chanter :

Le sais-tu ou ne le sais-tu pas
Poudlard a fait face à de grands dangers
Mais c'est toujours une grande joie pour moi
Que de revoir ces visages familiers

Tous ici présents, sans exceptions
M'ont porté comme la couronne d'un roi
Et je ne doute en aucune façon
Qu'ils sont aujourd'hui ravis de mon choix

Car c'est moi qui, tous les ans
Vous répartis entre les maisons
Certes, rien qu'un chapeau chantant
Mais doté d'une grande raison

Si tu possède un courage en or
Que la lâcheté chez toi n'est pas admise
Tu iras sans doute à Gryffondor
Dont le principe de l'honneur est de mise

Serdaigle recherche l'intelligence
Parmi ses rangs figurent les érudits
Si tu es sage tu auras la chance
De compter parmi ses amis

Bonté, loyauté et amitié
Font partie de son inventaire
Car Poufsouffle est la patience incarnée
Et la joie de vivre embaume son air

Ambitieux, noble ou rusé
Ne recale pas ces caractéristiques
À Serpentard tu seras placé
Pour apprendre qu'elles peuvent t'être bénéfiques

Quatres maisons et moultes qualités
Comprends bien qu'elles sont complémentaires
L'une sans l'autre ne saurait résister
Aux embuches de la vie austère


Captivé, il ne vit pas que le choixpeau avait fini de chanter et quand Elina annonça le premier nom, il revint brusquement à la réalité. Il commença à stresser et chercha son frère du regard. Ce dernier regardait les élèves défiler sur le tabouret et applaudissait avec les autres Poufsouffle lorsque quelqu’un les rejoignait.
Enfin, Felix fut appelé. Il s’avança, les genoux tremblants vers le tabouret et s’assit en mettant le chapeau sur sa tête. Les 4 grandes tables disparurent de sa vue et il ferma les yeux, attendant le verdict.

Poufsouffle !

Soulagé, il enleva rapidement le chapeau qu’il reposa à sa place et alla s’assoir à la table qui correspondait à sa nouvelle maison. Qu’est-ce qu’il était heureux !

21 avr. 2022, 19:20
 sept.2046  La rentrée des premières années
Les bavardages bourdonnaient dans la Grande-Salle tout autour de lui. Elijah était un peu impressionné par ce si grand édifice dans lequel il avait mit les pieds. Il laissait son regard alterner les différentes attablées d'un air neutre, éprouvant un intérêt particulier pour celles de Serdaigle et de Serpentard. Déglutissant légèrement, il serra un pan de sa robe noire, fronçant légèrement les sourcils. Ce moment allait être le premier moment réellement décisif de sa scolarité, il fallait faire attention, il le savait.

Puis, soudain, les bavardages cessèrent et Elijah regarda tout autour de lui, surpris. Il était tellement plongé dans ses pensées qu'il n'avait même pas remarqué que la Directrice Adjointe avait fini de parler.

On présenta alors à l'assemblée de nouveaux sorciers un grand chapeau rapiécé. Elijah pensa alors reconnaitre le Choixpeau et son hypothèse s'avéra juste, puisque dans un crissement, la bouche du Chapeau légendaire se tordit et il se mit à chanter, dans le silence :

Le sais-tu ou ne le sais-tu pas
Poudlard a fait face à de grands dangers
Mais c'est toujours une grande joie pour moi
Que de revoir ces visages familiers

Tous ici présents, sans exceptions
M'ont porté comme la couronne d'un roi
Et je ne doute en aucune façon
Qu'ils sont aujourd'hui ravis de mon choix

Car c'est moi qui, tous les ans
Vous répartis entre les maisons
Certes, rien qu'un chapeau chantant
Mais doté d'une grande raison

Si tu possède un courage en or
Que la lâcheté chez toi n'est pas admise
Tu iras sans doute à Gryffondor
Dont le principe de l'honneur est de mise

Serdaigle recherche l'intelligence
Parmi ses rangs figurent les érudits
Si tu es sage tu auras la chance
De compter parmi ses amis

Bonté, loyauté et amitié
Font partie de son inventaire
Car Poufsouffle est la patience incarnée
Et la joie de vivre embaume son air

Ambitieux, noble ou rusé
Ne recale pas ces caractéristiques
À Serpentard tu seras placé
Pour apprendre qu'elles peuvent t'être bénéfiques

Quatres maisons et moultes qualités
Comprends bien qu'elles sont complémentaires
L'une sans l'autre ne saurait résister
Aux embuches de la vie austère


Puis, des applaudissements retentirent dans la Grande Salle. Elijah commençait sérieusement à avoir la pression, lui qui était d'un naturel si calme, comment une simple cérémonie de répartition pouvait autant l'effrayer ! Après tout, l'issu de celle ci était connue d'avance ! Il n'allait pas aller à Gryffondor quand même, pas vrai ? P-pas vrai ?...

Les élèves s'enchainaient devant lui, certains restaient sur le tabouret pendant plusieurs minutes, d'autres n'avaient besoin que d'effleurer le Chapeau pour se retrouver dans leur nouvelle maison ! Taylor... Courage, encore quelques minutes et il allait savoir dans quelle maison il finirait ! Tosan... Et qu'adviendrait il si il ne pouvait aller dans aucune maison ? S'il finissait à Poufsouffle ? Enfin, mieux vallait Poufsouffle que Gryffondor se disait il, au moins il resterait en vie pendant sa scolarité... Et puis vinrent les W.

- Elijah Waverly ! scanda la directrice adjointe.

Il ne restait plus grand monde. Elijah savait que les élèves commençaient surement à s'impatienter maintenant, qu'il devait se dépecher. Ne suffirait il pas qu'il coche une case ? Ce serait plus simple quand même, et ça mobiliserait moins de monde, se dit il alors qu'il s'avançait jusque sur le tabouret. Là, on lui déposa le Choixpeau sur la tête et à ce moment, Elijah n'entendait qu'une petite voix sifflotante :

"Mmmh... Intéressant... Mon petit, je lis en toi un désir de grandeur, de soif d'apprendre... Ce sont de grandes qualités qu'on retrouve chez Serdaigle et Serpentard ! Et puis de toute manière, tu ne sembles pas être assez brave ou encore loyal pour finir en bon Gryffondor ou en Poufsouffle. Cela va donc se jouer entre aigle et serpent... Mais laquelle des deux ? Bah, je n'ai pas beaucoup à hésiter, un tel regard, la ruse que tu apportes avec toi, ce n'est que celle d'un...


SERPENTARD !


Le choixpeau quitta sa tête et Elijah ne put retenir un sourire de bonheur. Il était chez les verts et il se dirigea vers la table des élèves rusés, une expression fière et déterminée. Maintenant, les choses sérieuses allaient pouvoir commencer...

6 mai 2022, 17:39
 sept.2046  La rentrée des premières années
Je n’ai jamais compilé mes souvenirs. Et si vous me demandez d’en sortir un d’une pensine, je serai bien en peine de le faire. Ma nature n’est pas celle-là, je vais de l’avant. La rancune n’est pas une chose que je cultive. Il est vrai cependant qu’il m’arrive d’avoir des remontées d’huile, par flash. Et certaines choses de la vie ne s’oublient pas.
Je détestais l’idée de me retrouver observée par elle. Et je suis sûre qu’elle aussi redoutait mon arrivée à Serpentard. Le choixpeau sur la tête, je fus troublée. Cette… chose avait la capacité de vous pénétrer au coeur. A l’époque, je n’avais pas encore appris les rudiments d’occlumancie qui m’auraient permis, peut-être, de lui résister. Mais l’intrusion n’avait pas de caractère violent. Surprise je le fus, d’entendre un objet me parler sans bruit. Sa gentillesse me mit à l’aise immédiatement. Et nous bavardâmes pour ainsi dire.

...parce que tu crois que je ne vois pas ton angoisse ? Mais si tu as les capacités d’aller dans chacune de ces maisons, il en est une qui te conviendrait parfaitement !?!

Dans la famille, nous étions tous différents. Mes grands-parents avaient été l’un à Poufsouffle l’autre à Gryffondor. Et ma mère était une Serdaigle. Quant à ma sœur, elle grandissait à Serpentard et je ne tarderais pas à prendre conscience de ce qu’elle était vraiment face au travail. J’avais donc des chances d’être répartie de manière… aléatoire… ou au contraire pleinement en accord avec ce que j’étais. Je ne pouvais le savoir, sauf à répéter ce que les gens disaient déjà. « Le portrait craché d’Emily ! ». Donc il devrait en toute logique m’envoyer là, à Serdaigle… Moi je ne trouvais pas que cela soit évident. Pour autant que j’en fus consciente, je me pensais Gryffondor. Mais il me questionna un peu sur mes goûts, je me souviens qu’il percevait en moi créativité et grandes capacités de raisonnement. Il hésita avant de me dire que j’avais de la puissance en moi. Que redoutait-il ? La magie de Père ?
Ce jour de Septembre 2041, le choixpeau m’envoya à Serdaigle et ce fut une très bonne nouvelle. Mais je n’imaginais pas l’importance de ce choix. Il allait considérablement me rapprocher de ma mère. J’avais été jusque-là une ombre. Mon père ne voyait que ma sœur aînée et ces satanés échecs. Moi je n’aimais pas y jouer, je n’étais pas assez patiente. « Ton jeu est trop imprévisible et souvent transparent ». Je ne comprenais rien à ces affirmations. Ils pouvaient bien vivre leur vie de leur côté. Désormais, j’aurais un point commun essentiel avec ma mère. Ainsi ai-je grandi à ses côtés, en condisciple.

- Tu es une Serdaigle, c’est manifeste. Et si tu fais ce qu’il faut tu créeras quelque chose de vraiment nouveau un jour.

- Si vous le dites,
avais-je répondu.

- SERDAIGLE !

Quand je descendis de la chaise, je croisai son regard. Derrière l’indifférence de façade, je voyais bien qu’elle aussi était soulagée. Nous ne pouvions tout simplement pas partager les mêmes choses au point de représenter la même maison. Elle pouvait toujours prétendre au titre d’enfant douée aux échecs, moi je savais qu’elle était mauvaise en raisonnement, en logique. Je la dominais déjà et cela n’allait pas tarder à se voir. Et puis… de toute manière, j’existais sans avoir besoin de respirer à travers elle. Des camarades que je ne connaissais pas me félicitèrent. Ils étaient tous très gentils et tellement proches. C’était le début. Quand je rentre aujourd’hui dans cette salle, je suis nostalgique. Je ne vais pas vous en dire plus. C’est trop dur pour moi en l’état. J’ai aimé ce moment comme une libération qui vous donne à respirer un nouvel air. J’avais ce choixpeau sur moi et je sentais qu’il me permettrait de tout devenir si je le voulais absolument. J’avais seulement à faire ce qu’il fallait, exister par moi-même.




Comme des fragments qui se décollent de nous,
quelque part entre Septembre 2041 et 2047


Reducio
Posté ici, il m'a semblé que c'était le lieu le plus approprié même si la datation est floue, on comprend pourquoi...

4 juin 2022, 19:44
 sept.2046  La rentrée des premières années
Une nouvelle maison...

Image

C'est une sensation étrange qui parcourt ma colonne vertébrale. Un mélange d'angoisse et d'émerveillement. De chaleur et de froid qui parcourt ma peau. J'ai froid malgré la montée des marches, depuis les barques. J'ai froid malgré mon souffle court. J'ai froid alors que la nuit est douce. Mais un vent s'élève très légèrement depuis le lac en contrebas. Je me retourne pour le contempler, magnifique, majestueux, irréel. Les lanternes qui éclairent les barques ressemblent d'ici à de minuscules étoiles. Mais le château lui, avec ses grosses pierres et ses immenses tours, ressemble plus à un monstre prêt à m'engloutir.
Et c'est ce qu'il fait. La foule de jeunes sorciers avance d'un même mouvement, m'entraînant à l'intérieur du château. Je passe les hautes portes d'entrée pour découvrir une salle aux dimensions aussi impressionnantes que son plafond vouté. Le monstre n'a plus rien d'effrayant une fois en son cœur. Il a un coté austère mais chaud. Les bougies lui donnant une teinte jaune.

Ma contemplation est stoppée par une voix. Je me hisse sur la pointe des pieds pour apercevoir la femme à qui appartient cette voix. Elle est jeune, ses cheveux blonds presque blancs brillent à la lueur des bougies. Elle a un joli visage. Je la détaille longuement, dans sa robe noire. Elina Montmort. Sous-directrice. Mes yeux restent accrochés à elle. Elle se déplace vers deux immenses portes de bois, faisant virevolter le tissu noir de sa tenue. Puis d'un coup, se retourne. Sa voix résonne de nouveau. A mesure que les mots sortent de sa bouche, la peur m'envahit. Choixpeau. Répartition. Serdaigle.

L'attroupement que nous formions se range peu à peu en une longue file de deux élèves. Je me retrouve à coté d'un garçon un peu plus grand que moi. Il semble terrifié. Je peux presque entendre son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine. A moins que ce ne soit le mien. Je le regarde en lui adressant un sourire qui se veut rassurant. Peut-être que j'essaie de me rassurer moi-même...
Les portes s'ouvrent et mes pieds caressent les pavés, m'approchant lentement de l'objet redouté.
Je sens le regard des Autres sur nous. Sur moi. Un frisson se trace depuis ma nuque jusque dans le bas de mon dos. Je n'entend plus rien. Je ne vois plus rien.
Et puis... Je le vois Lui. Ce morceau de tissu qui nous observe. Lui qui va décider du reste de ma vie. Lui qui va décider si papa sera fier de moi ou pas. Lui qui… chante ? Je n'en crois pas mes oreilles. J'écoute ses mélodies et je me surprend à sourire à ses mots.

Mais mon sourire s'efface rapidement. Miss Montmort sort un parchemin et le "défilé des maisons" commence. Je n'écoute pas, l'angoisse est trop grande. Je ferme les yeux et pense à la maison. A Miguel. Pépito et maman. Je me concentre sur ma respiration. Mes doigts serrent le tissu de ma robe de sorcière, à tel point qu'il doit être tout froissé. Je le lisse quand mon nom résonne dans la grande salle. Il me faut quelques secondes pour réagir. Mon cœur rate un battement et mes pieds semblent ancrés dans le sol. Je me force à avancer. Mon équilibre est hésitant jusqu'au tabouret. Miss Montmort m'indique de m'asseoir et place le chapeau pointu sur ma tête. Je lève les yeux, comme si je pouvais apercevoir cette étrange chose qui remue sur mon crâne.
Je suis tétanisée. Un mot. Un seul occupe mes pensées. Je le répète mentalement comme une supplique.
*Serdaigle*
Les mots qui envahissent mes oreilles sont graves, mais prononcés avec douceur, lentement. Comme si le chapeau se parlait à lui-même.
- Serdaigle ? Non...
Je vois en toi beaucoup de force et de courage, même si tes doutes sont nombreux.
Je vois… une envie de réussir mais aussi une fidélité sans faille.
Beaucoup de franchise et d'impatience aussi.
Il y a... une grande bonté et un esprit vif qui ne demande qu'à s'élever.
...
Ouiiii. Ta place est dans la maison Rouge et Or.
Gryffondor !


Miss Montmort retire le Choixpeau de ma tête et un grand vide m'emplit. Alors même que les applaudissements inondent la pièce.
Je me lève et descend de l'estrade pour rejoindre la longue table de ma nouvelle maison.
Je suis accueillie par des "bienvenue" chaleureux et des sourires, que je rend, généreusement.
Finalement, je serai peut-être bien là. Et puis, je ne suis pas une Serdaigle. Je ne suis pas papa. Je suis Moi. Une Griffondor !

Image

#6d5b6e
Ce n'est que lorsqu'on a peur, qu'on peut se montrer courageux