Inscription
Connexion

20 nov. 2021, 22:45
 PV   RP+   Lia F.  Après la Pluie vient l'Orage
Mardi 6 mars 2046,
Après les cours - Repas du soir
@Lia Foster
Précédemment


Voilà maintenant trois jours que j'avais retrouvé Lia, par hasard, au bord du lac. Trois jours que Mister Falkner m'avait grondée parce que j'avais dépassé le couvre-feu. Trois jours qu'avant de partir, j'avais ramassé le carnet que Lia avait abandonné en s' enfuyant. Trois jours que je redoutais déjà la prochaine confrontation avec la rouquine, quand elle découvrirait que j'avais son carnet en ma possession. Trois jours d'angoisse pour... pour quoi, en fait ? Je ne le savais même pas. Pourquoi est-ce ce que cette fille éveillait tant ma curiosité ?

J'avais ouvert le carnet, bien entendu. Je n'avais jamais imaginé faire autrement.
Il était vide. Mis à part un nom, écrit sur la deuxième page - Caniopia. Je trouvais ça triste, un carnet vide. Mais ça devait bien représenter les difficultés de Lia : indescriptibles. J'étais comme ça, parfois, moi aussi. Prostrée dans mes pensées, incapable de bouger, incapable d'arrêter mes pensées qui passaient tellement vite dans ma tête que je ne pouvais moi-même pas les discerner.

Les pensées, je les imagine comme des grands chevaux, parfois laids, parfois beaux. Parfois calmes, d'autre sauvages. Des fois, ça trottait tellement vite dans ma tête que j'avais l'impression d'être folle. Est-ce que ça allait s'arrêter un jour ? Pourquoi est-ce que ça m'arrivait aussi soudainement ? Est-ce que les autres ressentaient ça, aussi ?

Je me sentais seule. Seule, laide, incomprise. Et affreusement égoïste. De me croire si unique, d'être tellement auto-centrée. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?
J'en avais marre des pensées, des questions incessantes qui me tournaient autour. Qui me poussaient dans mes retranchements. M'enfermaient dans ma bulle opaque. De jour en jour, chaque fois un peu plus. Je luttais pour ne pas me noyer, je battais des bras dans le vide. J'avais un boulet sur le coeur. Et dans ma tête, j'hurlais. À longueur de journées, des cris incessants, insupportables. Pourquoi est-ce que je m'infligeais ça ? Tout ce que je reprochais au monde était ma faute, uniquement ma faute. Ma faute, ma faute, ma faute. Ma faute. Mais comment me sorir de là ? Cette boucle vicieuse, infernale ? Les silhouettes humaines à mes côtés devenaient de plus en plus floues, froides, grises. Inexistantes. Et ma peau se glaçait à mesure que mes yeux se remplissaient de larmes brûlantes de colère inutile et injustifiée.

Et c'est à cela qu'écrire me servait. Norcir des pages entières de poèmes, ou de mots sans queue ni tête. C'est à cela qu'écrire me servait. Jeter de l'encre sur ma vie sans but. Traduire mes pensées et sentiments du mieux que je le le pouvais. Même si c'était impossible, je le faisais. Ça commençait par un mot, et mon coeur faisait le reste. Mais je n'étais jamais vidée, jamais complètement, ou presque.
Et alors, quand je forçais ma main à arrêter sa course folle, mes doigts à lâcher la plume et mes phalanges à s' ouvrir, il ne restait que deux chose : l'insatisfaction, profonde, et les marques d'ongle sur mes paumes, cuisantes.

C'était à ça qu'écrire me servait. C'était pour ça que ce carnet était triste.
Une goutte d'un liquide étrangement salé glissa le long de ma joue, jusqu'au cahier grand ouvert sur mes genoux. Lia ne serait pas contente.
Mais le liquide devint fleuve. Sans que je ne fasse rien pour les en empêcher, d'autres gouttes se multipliaient, pressées de prendre l'air. Ça se bousculait aux portes de mes canaux lacrymogènes, tellement fort que je me demandais comment je n'avais pas encore explosé.

Que se passerait-il, si j'explosait ? Qui me pleurerait ? Sûrement pas toutes les personnes que j'avais rencontrées. J'avais un don pour ne pas me faire aimer. Derrière les sourires, j'avais l'impression de voir la peur. Ils me craindraient donc, les autres ? Mais pourquoi ?

C'était sans cesse la même question qui revenait. Mais pourquoi...? Pourquoi se soucier du fonctionnement de l'âme des autres ?

Sur le carnet, l'eau s'était répandue telle une encre salée, invisible pour l'oeil qui ne sait voir.
Dernière modification par Ludmilla Diamond le 22 févr. 2022, 15:44, modifié 3 fois.

Liens utiles :
Membre de la RASA • Quatrième année RP (2047-2048) • Marraine de petits nuages • Couleur RP : #647295

6 janv. 2022, 16:10
 PV   RP+   Lia F.  Après la Pluie vient l'Orage
Image


6 mars 2046,
Dans la Grand salle, le soir,
Carnet, carnet, CARNET !


Elle était... Vide. Elle ne voulait rien faire. Rien du tout. L'incident l'avait si ébranlé qu'elle était encore pire qu'avant. Si on lui adressait la parole, tout ce qu'elle faisait, c'était passez sans écouter, comme un zombie. Elle avait peur. Peur que ça se déclenche une nouvelle fois. Les idées noires, c'étaient multiplier, et ses insomnies fut remplacer par de nombreux cauchemars, plus pires que ceux qu'elle avait de base. Depuis trois jours, c'était la catastrophe. La gamine avait pris à peine le temps de voir qu'elle n'avait plus son journal. Peut-être qu'elle s'en foutait ?

Le soir du 6 mars 2046, elle monta dans son dortoir avec un but précis.
* J'suis prête à écrire... Une ou deux ou bien dix pages avec de l'encre... J'pense, c'est nécessaire. *
Elle mit la radio magique, prit quelques minutes pour trouver une chanson qui lui plaisait, et elle le chercha. Trois, cinq, quinze minutes passèrent, mais rien. Il n'était pas dans sa partie à elle.
* Quoi !? Mais putain, il est où c'foutue journal... *
Elle se mit un peu en colère, et démonta toute sa partie. Elle ne trouva rien. Lia se mit au centre de la pièce, et réfléchi.
* Bon, j'ai dû le faire tomber le jour de... De l'incident. Donc soit, le garde-chasse l'a prit, soit c'est... *
Elle savait. Ça ne pouvait être qu'elle. Mais comment savoir où elle était ? La gamine, ne prit pas beaucoup de temps pour trouver, tout le monde aller dans la Grande salle pour manger.
* Donc cette Ludmilla aussi...*
Elle se mit à courir en direction de la Grande salle en oubliant d'éteindre la radio.
* Encore heureux que j'ai rien écrit ! C'est bien LA personne qui va se mettre à tout lire...*
Lia ouvrit la porte de la Grande salle essoufflée, et sans faire attention aux regards intrigués des autres, elle chercha Ludmilla à la table des Poufsouffle. Elle la trouva bien vite, la tête baissée à faire... Elle ne savait pas quoi.
* Bon, allons-y.*
Elle se dirigea vers elle, demanda gentiment à la personne à côté d'elle de se décaler (fin gentiment, c'est une Lia en colère donc...) et s'installa à côté de l'Autre. Elle remarqua bien vite que celle-ci avait son journal dans les mains et qu'il était littéralement trempé.

" Tu... Pleures ?? "

C'était un petit cri de surprise, car elle ne s'y attendait pas du tout.
* Pourquoi elle pleure ? Ça l'a autant choquer ce qui c'est passé y'a trois jours ? On a bien eu une retenue, mais j'ai pas été prévenue ? Et puis, pourquoi elle est avec mon journal, elle voulait écrire dedans !?? *
Ayant beaucoup trop de questions dans sa tête, elle prit son journal des mains de Ludmilla, le rangea dans son sac, puis lui donna un mouchoir moldus.

" À force, tu vas inonder la pièce... T'sais, j'ai rien écrit, donc ça m'étonnerait qu'ce soit ma vie qui fasse chialer tes yeux qui de base sont rempliessss de bonheur. "

* Pas qu'je crois qu'elle peut pas pleurer dans sa vie. Mais là, devant tout le monde, ça peut qu'être grave. *
Elle remplit l'assiette de Ludmilla, se prit une pomme et n'en pouvant plus, elle se remit à parler.

" Ludmi..., * Heu ? Bon, on va rien dire pour le surnom que j'viens d'lui donner, hein ! *Y c'est passait un truc avec les profs, tes... Amis, tes parents ? "

* Ou tu veux juste de l'attention ? *
Elle se retint de dire de justesse cette phrase, sachant très bien, que ce n'est pas une bonne idée.
* Pas du genre à consoler H24 les autres, ça s'trouve, elle va aller beaucoup mieux en deux secondes, et c'était un truc de rien du tout ! *

Image


Bon... Désolé du retard...
Hummmm, je serais pas décrire Les sentiments de Lia tellement y se bouscule dans sa tête. :expressionless: Disons, que quand elle voit quelqu'un de toujours joyeux, bah pour elle, y peut pas être triste ! @Ludmilla Diamond
Dernière modification par Lia Foster le 13 juin 2022, 18:44, modifié 1 fois.

VIVE LES PRODUITS EN CROIX
- 2ème année RP - Membre de la RASA -
Gamine énervante pour vous servir au 0800 800 800 800
Code Couleur -|- #ffffff C'est si simple XD

13 juin 2022, 17:00
 PV   RP+   Lia F.  Après la Pluie vient l'Orage
Je continue à sangloter. Ma respiration est hachée, et mon torse s'agite de soubresauts réguliers. J'imagine sans mal apparaître petit à petit les pois rouges sur mon front, comme à chaque fois que je pleure.
Les autres se moqueront, peut-être. Tant pis.
J'entends du bruit à côté de moi. Je n'avais même pas remarqué qu'il y avait quelqu'un, mais cette personne se fait violemment virer. Un éclair roux s'installe à sa place, et me crie littéralement dans les oreilles.
Attends... quoi ?
Je relève brutalement la tête, le nez plein de morve et les yeux brillants.
C'est elle. Pourquoi elle est là ? J'veux pas la voir.
Fronçant les sourcils et plissant les yeux, je lui tourne le dos farouchement.
Va t'en, va t'en, va t'en, va t'en.
Elle m'arrache le carnet des mains et le fourre dans je-ne-sais quoi, un sac sans doute. C'est seulement à cet instant que mon cerveau se décide à traiter l'information de son cri précédent.
Pourquoi elle me demande si je pleure, elle ? Elle en à rien à faire des autres de toute façon.
Elle me tend un mouchoir, et je me retourne pour m'en saisir. Je m'essuie les yeux rageusement.
Pourquoi est-ce que je me mets encore colère, d'abord ? Elle a rien fait.
Je renifle.
Pourquoi je me suis mise à pleurer ? Il m'a rien fait, ce carnet vide.
Je renifle à nouveau.
Pauvre mouchoir... Il est bon pour la poubelle.

Lia continue d'agresser mon esprit embrumé de paroles que je mets un temps fou à comprendre.
Moi, remplie de bonheur ? C'est vraiment l'impression que je donne ?
Je ne vais pas m'en plaindre. Ou si ? Peut-être ais-je envie que les autres voient mon malheur, qu'ils me plaignent. Peut-être qu'en fait je vais très bien, que je m'invente des trucs.
La rouquine remplit mon assiette, et attrape une pomme pour elle.
J'ai paaaaaas faiiiiim.
Mes pensées trainent au ralenti. J'ai l'impression qu'on me lacère le crâne.
Elle me pose encore une question.
Diantre, elle s'intéresserait à moi ?
Mes pensées ne s'alignent pas correctement assez longtemps pour que je formule une réponse cohérente dans ma tête.
Alors les mots sortent tout seuls, confus, avec ma voix rauque et ma respiration hachée.

Je... non, rien, je sais pas. Les gens m'ont rien fait, c'est pas eux, c'est moi. Enfin je crois.

J'essaie de mettre des mots sur ce que je ressens. C'est pas facile.

J'ai... J'ai l'impression de me sentir inutile, je sers vraiment à rien.

Qu'est-ce que je dis, là ? C'est même pas ça que je ressens !
Les larmes pointent de nouveau à mes yeux, et j'éclate en sanglot.

Non, c'est même pas ça, en plus, je... je sais pluuuuuuuuus ! je reprends sans doute de façon incompréhensible pour une oreille extérieure.
Mes longs cheveux noirs me fouettent le visage quand je secoue la tête pour appuyer mon propos.
On dirait des corbeaux qu'ont mangé une fraise pas mûre, mes cheveux, je marmonne.

Je finis par reprendre mes esprits, et je relève la tête pour plonger mes yeux dans ceux vert clair de Lia.

Laisse tomber, d'accord ? C'est bon. Il se passe rien d'important.

@Lia Foster, chose promise, chose due ! :cute:

Liens utiles :
Membre de la RASA • Quatrième année RP (2047-2048) • Marraine de petits nuages • Couleur RP : #647295

21 juin 2022, 20:06
 PV   RP+   Lia F.  Après la Pluie vient l'Orage
Image


Image

Au s'cours, mes oreilles saignent.
[12/01/2047]
@Ludmilla Diamond

Image


Après un temps, Ludmilla se mit enfin à parler. Lia leva un sourcil en entendant ses explications plus que bancales.
*Elle ? Se sentir inutile ? Elle a d'la fièvre ?
Tu crois que t'es la seule à se dire "inutile" ?
Nan, c'est juste elle, qu'elle se le dise elle-même, c'est... Étrange.
Ho pitié, va falloir que tu saches que certaines personnes ont plus de facilité à cacher leurs vrais sentiments que TOI.
Bah si, j'y arrive, juste que j'aime pas les gens, donc j'fais différemment que cette fille d'vant moi.
J'suis pas sûr que ça a réussi ta technique.
La sienne, non plus ! Dit le moi si t'adores Ludmilla !
Ça n'a rien à voir. Quoique, au moins elle, elle est pas méchante et aussi bête que toi...
J'te demande PARDON !?*

Lia croqua dans sa pomme un peu trop fort qu'elle s'en fit mal aux dents.

"Argh !"

Son cri fut couvert par une plainte. Celle-ci venait de Ludmilla. La rouquine commença à la regarder avec mépris.
*Vas-y, fait, toi remarquer !*
Avant même qu'elle puisse dire quoi que ce soit, l'Autre se calma, recommença à parler pour au final lui dire que ce n'était rien d'important, tout en regardant droit dans les yeux Lia. Celle-ci se mit encore plus en colère, et s'en qu'elle puisse s'arrêter elle-même, balança sa pomme sur Ludmilla.

"Tu chiales comme un bébé, puis peu après tu m'dis que c'est rien d'important !? Prends moi pour une conne tant qu't y est !"

*J'peux plus manger ma pomme à cause d'elle ! Mon Dieu, mais qu'est-ce qu'elle est chiante !
Franchement, pour consoler, j'te mets -1000 sur 10. Parfait pour la mettre elle aussi en colère. Qui plus est, vous avez sûrement attiré le regard des Autres.
Commence pas ! J'pense que j'suis déjà assez énervé, alors tu vas te la fermer gentiment !*

Elle soupira. La situation n'était franchement pas géniale. La voix avait raison, elles attiraient de plus en plus l'attention.
Lia décida de prendre la cravate de Ludmilla pour l'obliger à la regarder dans les yeux, avant de se remettre à parler.

"Tu vois, tes caprices à deux balles, j'en ai rien à foutre. Sens-toi inutile si tu veux, mais si c'est pour dire deux secondes plus tard que c'est pas important, ça servait à rien de l'dire. Franchement, t'avais trois jours pour juste me rendre mon journal, au lieu d'le dégueulasser avec tes larmes de merde, et pleurer sur ton sort."

Après avoir fini son monologue, la rouquine s'éloigna de Ludmilla et essaya de se calmer avant de faire n'importe quoi.

"Idiote, va voir la psychomage si tu sais pas gérer tes problèmes."

*L'audace ! Tu es l'audace incarnée c'est pas possible !
De ? Elle devrait en voir une.
Nan, mais... Tu t'fous d'moi, c'est ça ? Tu sais PAS gérer tes propres problèmes et tu dis ça à quelqu'un !? Mais quelle blague.
... Putain... OK, j'ai fait n'importe quoi, et !? Elle avait qu'à pas m'énerver. Elle a un don pour ça, c'est pas possible !*

Lia, regarda l'Autre. Comment pourrait-elle réagir ?
*La question se pose pas... Mal, toute personne sensée réagirait comme ça ! Ou sinon, en pleurant encore plus.
Au s'cours, non.*

Elle se reprit une pomme puis regarda son journal. Elle retrouva les pages mouillées par les larmes, et les déchira.

"Non, va pas voir la psychomage pour gérer tes problèmes. Mal placer pour dire ça, j'étais trop en colère."

La rouquine mit les pages déchirer dans sa poche, avant de croquer dans la pomme. Elle observa un peu le monde autour d'elle. Ils discutaient entre amis, mangeaient ou bien partaient de la Grande Salle.
*Bon, on a au final pas fait trop de bruit.*

"Tu sais quoi ? Met toi extrêmement en colère contre moi pour mon comportement déplorable et ma débilité si tu veux. Mais pas ici, on attirerait les autres."

Image

Comment ça, Lia sait pas consoler ? Elle le fait à sa façon, c'est tout ! Regarde, j'en suis sûr, ça va impacter Lud' :disguise: Peut être pas en bien, mais quand même !

VIVE LES PRODUITS EN CROIX
- 2ème année RP - Membre de la RASA -
Gamine énervante pour vous servir au 0800 800 800 800
Code Couleur -|- #ffffff C'est si simple XD

6 août 2022, 01:06
 PV   RP+   Lia F.  Après la Pluie vient l'Orage
Je force ma respiration à se calmer. J'ai vu une technique, une fois, quand j'étais petite. Inspirer pendant 4 secondes. Bloquer sa respiration 3 secondes. Expirer 8 secondes. Bloquer sa respiration 3 secondes. Et recommencer.
Je trouve ça étrange la manière dont ça peut bien représenter une situation : 4 secondes pour créer un problème, deux fois plus pour le réparer. Des temps de latence entre les deux. Et puis ça recommence.
Pff... Voilà que je me remet à penser philosophie.
Bon, au moins, ça prouve que j'ai retrouvé ma capacité à penser. Ça craint, de pas pouvoir aligner une phrase cohérente.

Aïe ! 'Tain, qu'est-ce que ?... marmonnai-je quand un projectile m'atteignit à l'épaule.
La pomme de Lia. À moitié mâchouillée. Charmant.

Et voilà qu'elle commence à me hurler dessus ! Elle changera jamais, tiens.
Soi-disant que j'dois tout lui dire alors qu'elle se gêne pas aves ses petits secrets. Elle est culottée, celle-là.
Lia soupire.
ELLE soupire ? Non mais je rêve, elle a qu'à partir si elle est pas contente !
Et puis comme si ce n'était pas suffisant, la voilà qui agrippe ma cravate et plante ses yeux dans les miens. Elle me gonfle.
Et là... Elle dit pile ce qui fallait pas. Je bous, littéralement. Je suis quasiment sûre qu'un oeil extérieur pourrait voir mon teint se parer d'une inquiétante couleur pourpre. Ma main se lève d'elle-même, mais Lia s'est levée pour partir avant de me balancer ce qui pourrait être un conseil avisé mais sonne dans sa bouche comme une énième insulte.
Mais après ça, au lieu de partir comme n'importe quelle personne normalement constituée l'aurait fait, Lia reste plantée là à me dévisager. Elle attend sans doute que je me lève et la frappe comme j'avais l'intention de le faire quelques instants plus tôt. Mais là, ce n'est carrément plus la colère qui m'anime. C'est la rage. Rage qui s'agrandît encore quand elle se permet de me donner l'autorisation de me mettre en colère. La pauvre, elle a peur que les autres nous voient, en plus.

Désolée pour toi, je commence d'une voix très calme, un sourire étrange plaqué aux lèvres. Mon teint rouge blanchit presque aussitôt. Je ne bougerai pas de ce banc.
Mon rictus s'intensifie.
D'après ce que j'ai compris, tu aurais sans doute besoin d'un bon retour sur Terre. T'es pas la reine du monde, ma vieille.
Ma voix reste parfaitement calme, presque empreinte d'une amicalité feinte.
Ce n'est pas parce que tu n'aimes personne que tu es mieux que tout le monde. Tu t'es vue ? Coincée dans ton dégoût des autres. Peut-être qu'en fait, c'est toi que tu détestes.
Je prends le temps de m'arrêter.
Je n'ai pas besoin de psychomage, je me débrouille très bien toute seule. Ta petite personne ferait par contre bien de se dépêcher d'y aller, plutôt que de déverser tes paroles insipides sur moi et ceux qui t'entourent.
Je préfère largement dégueulasser un journal de merde avec des larmes parfaitement justifiées que d'être toi. Non pas parce que tu es "trop brisée, oh pauvre bichette en quête de drames", mais parce que tu es ridicule. Qui es-tu pour exiger de moi que je te rende ce carnet que tu m'as forcée à ramasser en le laissant par terre, juste après que je t'aie sauvé la mise auprès de Mister Falkner ? Alors franchement, Lia, réfléchit un peu sur ta vie et pleure beaucoup sur ton sort avant de me donner des leçons de morale.
Ah, et si tu veux te mettre en colère, allons plutôt dehors. Ici, tu attirerais les autres.

Je finis ma tirade avec un sourire digne des plus grands serial killer.
La balle est dans ton camp, Lia.

@Lia Foster, ça va mal finir, cette histoire............

Liens utiles :
Membre de la RASA • Quatrième année RP (2047-2048) • Marraine de petits nuages • Couleur RP : #647295