Inscription
Connexion

28 mai 2022, 01:17
 +  Genouillères à terre
Le samedi 16 février 2047
Avec @Élina Clarke


Alors qu’elle trainait dans le parc, comme souvent avec l’arrivée des beaux jours, la jeune fille remarqua ce qui semblait être une paire de genouillères au sol, et s’approcha pour la ramasser en cherchant rapidement du regard à qui elle pouvait appartenir. Elle vit une élève plus jeune, balai en main qui semblait partie pour s’entraîner, et elle devina qu’il s’agissait d’une partie de son équipement qu’elle avait laissé tomber par mégarde. Orphéa se baissa pour le rattraper et se mit a marcher derrière l’élève pour le lui rendre. En voyant qu’elle n’arrivait pas à la rattraper, elle se mit à courir légèrement en l’appelant étendu la suivant en direction du terrain d’entraînement. Elle n’avait évité le stade et le terrain d’entraînement autant que possible depuis deux ans, car malgré sa guérison, cela lui rappelait de mauvais souvenirs. Et le fait de penser qu’elle ne pourrait plus monter un balai à cause de ses vertiges lui serrait le cœur à chaque, même si Monsieur Mason lui avait bien précisé qu’il s’agissait d’une simple hypothèse. La petite brune ne pourrait en être certaine qu’en essayant de voler à nouveau, mais elle ne l’envisageait pas pour le moment. Pourtant, elle ne pouvait pas la laisser partir sans ses protections. Premièrement, parce que c’était méchant. Elle allait certainement chercher ses genouillères sans savoir où elle les avait laissé tomber. Et deuxièmement car c’était dangereux. Si elle décidait de voler sans les utiliser, elle pouvait se faire mal. Et d’après son expérience, il valait mieux être prudent.

« He, attends, lança-t-elle incapable de reconnaître la personne qui lui tournait le dos. Je crois que tu as fait tomber tes genouillères »

En apercevant le visage de la brune, elle ne la reconnut pas plus, mais sa tête lui disait vaguement quelque chose. Peut-être une joueuse de Quidditch. Difficile à dire étant donné qu’elle n’assistait plus aux matchs. Orphéa était pourtant physionomiste. Il s’agissait certainement d’une élève plus jeune, avec qui elle n’avait jamais eu l’occasion d’échanger. Mais cela avait peu d’importance. De toute façon, elle venait simplement lui rendre ce qui lui appartenait, elle n’était pas lui faire la causette, et la jeune fille n’en avait certainement pas le temps. Elle se contenta donc de lui tendre ses équipement, sans davantage de cérémonie.

« Bon entraînement, rajouta-t-elle simplement, prête à repartir à ses occupations. Fait attention de ne pas tomber »

Puis elle s’arrêta. Pourquoi avait-elle dit ça ? Non vraiment, des fois elle avait du mal à comprendre ce qui lui passait par la tête ou ce qui sortait de sa bouche. La Serpentard ne connaissait pas cette fille et elle se comportait comme sa mère. Il fallait vraiment qu’elle s’éloigne du stade, du terrain d’entraînement, des joueurs de Quiddicth, ou même de tout ce qui s’y apparentait. Son traumatisme était bien trop ancré pour qu’elle agisse normalement.

Cinquième année RP, filière Sciences
L’influenceuse qui lance des modes cheloues
Elue Star des cachots et Romantique 2047

3 juin 2022, 02:41
 +  Genouillères à terre
Je me suis réveillée avec un surplus d'énergie. D'où celui-ci provenait, aucune idée, mais avec ce que j'avais prévu la veille pour aujourd'hui, j'allais en avoir bien de besoin. Ma liste bien en vu dans mon carnet, j'avais suivi à la lettre l'horaire que je m'étais créé afin de rentabiliser ma journée. J'avais tellement d'activité que seul un horaire stricte réussissait à tout faire rentrer. À 7h, j'étais prête à descendre dans la grande salle, mon manuel des géants à la main. J'avais profité de mon croissant pour lire et assimiler quelques nouvelles pages avant de passer à la bibliothèque pour échanger les derniers ouvrages que j'avais terminé. Loria ne m'avait pas lâché d'une semelle et étonnamment, était resté bien sage alors que je terminais du mieux que je pouvais mes devoirs pour le début de la semaine. L'étude se passerait en fin de journée et un petit coup d’œil à ma montre suffit pour me signifier qu'il était temps de descendre vers les salles de botaniques pour s'occuper des quelques plantes que j'y avais laissé depuis le début de l'hiver. Il faisait trop froid dans mon dortoir avec les filles qui laissaient parfois les fenêtre entrouverte pour garder certains spécimens. Les laisser dans les serres était plus sage. Et il fallait faire vite, sinon je n'aurais pas le temps de manger avant d'aller m'entrainer.

J'avais descendu les escaliers le plus rapidement possible, arrosé mes plantes avant d'attraper un sandwich rapidement dans la grande salle. Même si m'attarder dans la salle bondé n'était plus un aussi gros problème qu'en début d'année, j'avais gardé l'habitude de ne pas rester trop longtemps dans la pièce, préférant le semblant de quiétude qu'offrait les couloirs à la cacophonie des tables remplies. Une minute plus tard et j'étais de nouveau dans ma salle commune à troquer mes habits pour mes vêtements sportifs. Brossdur en main et mon équipement en équilibre précoce sur mes bras, j'avais entrepris le dangereux labyrinthe qu'était Poudlard pour me rendre au terrain d'entrainement. Par miracle, j'étais pratiquement arrivée à mon but lorsqu'une voix retentit dans mon dos. *Et merde, j'ai pas d'instant discussion prévu sur mon planning* Mordillant ma lèvre inférieure, je me retourne pour faire face à la personne qui... tient un morceau de mon équipement ? Un froncement de sourcil plus tard, je finis par comprendre que j'ai dû laisser tomber ma genouillère sans m'en rendre compte, quelle tête en l'air je suis !

Rapidement, je n'arrivais pas à replacer l'adolescente. Elle devait certainement être dans une autre promotion, plus vieille si je devais parier. Un sourire timide sur les lèvres, j'attrape du mieux que je peux le morceau de mon équipement tout en lançant un rapide :

-Merci ! Prête à tourner les talons comme si rien ne s'était passé, sa dernière phrase me fait hésiter. Pourquoi je tomberais ? Bien sur, il m'était arrivée de tomber de mon balai dans les dernières années, particulièrement en première et deuxième comme j'apprenais pour la première et que les entrainements pour l'équipe était assez intense en deuxième, mais jamais de bien haut et encore moins à me faire mal. Et puis cette année, je volais par pur plaisir, je n'ai à peine vacillé de mon manche durant les derniers mois. Mon interlocutrice semble aussi étonnée que moi et c'est sans être capable de retenir les mots de franchir mes lèvres que je demande : Pourquoi je tomberais ?

-6 heure avec la France | #356f68
• Membre de l'organisation la plus secrète des secrètes, la RASA ! •

27 juin 2022, 00:26
 +  Genouillères à terre
Voilà, elle en était sûre, maintenant cette fille la trouvait bizarre. En même temps, de quoi elle se mêlait. Ce n’était pas son problème. En fait, si c’était son problème. Orphéa connaissait les conséquences d’une mauvaise chute. Quoi que dans son cas, c’était peut-être plutôt le cognard qui était à l’origine de son plus gros souci. Son problème d’équilibre.

« Heuuu, non laisse, c’est rien, commença la jeune fille avant de se raviser rapidement. C’est juste que ça peut arriver. C’est dangereux le Quidditch, croit moi »

C’était même plus que dangereux. Certes, cela faisait longtemps qu’il n’y en avait pas eu, mais il ne fallait pas oublier qu’il y avait déjà eu des morts. Cette information aurait dû l’inquiéter, déjà à l’époque, avant même d’envisager de rentrer dans l’équipe. Mais visiblement, cela n’avait pas été suffisant pour la décourager. Certainement, son ambition avait-elle pris le dessus. L’ambition de devenir la meilleure batteuse de sa génération. L’ambition de faire gagner le championnat à sa maison. Le besoin de reconnaissance et de gloire peut-être. Bref. Tout un tas de raisons légitimes. Mais les Serdaigle n’étaient pas connus pour leurs ambitions, et celle qui se trouvait en face d’elle aurait peut-être la sagesse qu’Orphéa n’avait pas eut.

« Tu crois que tu maîtrises, mais non, tu te prends un cognard dans la gueule, expliqua la petite brune sans trop savoir comment son interlocutrice allait le prendre. Tu te réveilles une semaine plus tard à l’infirmerie, on te dit que tu ne peux plus voler, et tu te retrouves à perdre l’équilibre dans les escaliers. Mais je dis pas ça pour te faire peur hun. C’est juste un exemple très rare. Je dis juste que ça peut arriver »

Au moins, elle était prévenue. Il s’agissait là d’un énorme résumé de sa situation, mais si elle était vraiment passionnée par le Quidditch, il était probable qu’elle connaisse déjà son histoire. Après tout, une telle chute restait gravée dans les mémoires, et se racontait probablement dans les vestiaires. L’histoire de la Serpentard qui n’a joué qu’un seul match. L’histoire de la fille qui a failli marcher avec une canne. L’histoire de la carrière de joueuse la plus courte de l’histoire de Poudlard. Certains devaient bien rigoler en pensant à tout cela. Particulièrement les Gryffondor. Orphéa avait beau fréquenter plusieurs rouge et or, elle gardait encore une certaines rancunes contre les joueurs de l’équipe. Particulièrement ceux qui avaient joué le fameux match. Certes, une seule personne tenait la batte qui avait tapé le cognard, mais pour la petite brune, cela ne faisait pas de différence. Enfin, pas beaucoup. Elle jeta un regard blasé à la Serdaigle. Elle était ridicule. Cette histoire était ridicule. Elle aurait mieux fait de se taire et de laisser cette fille vivre sa vie comme elle l’entendait.

Cinquième année RP, filière Sciences
L’influenceuse qui lance des modes cheloues
Elue Star des cachots et Romantique 2047

10 juil. 2022, 18:50
 +  Genouillères à terre
Incertaine du comportement à adopter, je reste immobile, attendant davantage d'explication de la plus vieille. Après tout, on ne lançait pas ce genre d'avertissement sans raison non ? Peut-être était-elle déjà tombé en jouant au Quidditch, mais plus j'y repensais et plus j'étais certaine de ne l'avoir jamais vu jouer, en tout cas pas quand je faisais partis de l'équipe de serdaigle. Je ne comprenais pas trop dans quelle genre de situation j'avais réussi à me mettre encore une fois et lorsqu'elle banalisa ce qu'elle venait de dire, un bref soulagement détendit mes épaules. Jusqu'à ce qu'elle revienne encore sur le sujet. Dans un réflexe, je hoche la tête lorsque la quatrième année affirme que le Quidditch, c'est dangereux. Je suis au courant. On me l'avait répété des dizaines et des dizaines de fois. Mais je n'y pouvais rien, ce sport était ma passion, ou au moins la sensation de voler haut dans le ciel. Et puis, j'allais seulement m'entrainer un peu, rien de bien grave ne pouvait m'arriver.

Je regarde l'adolescente sans rien dire et attend qu'elle finisse son discours. Pas que je n'en avais rien à faire, mais j'étais une personne prudente. Je n'allais pas mettre ma santé en danger pour un petit entrainement quotidien en faisant quelques figures. Et puis, je n'allais pas sortir un cognard pour le plaisir, je gardais encore un mauvais souvenir de celui que j'avais reçu lors de mon dernier match, sans parler des nombreux coups lorsqu'on pratiquait avec le reste de l'équipe. À nouveau, je hoche la tête pour lui signifier que j'avais écouté sa tirade avant de réfléchir quelques secondes sur ce qu'elle venait de dire.

Je n'étais pas stupide, de toute les blessures qu'elle aurait pu sortir en jouant au Quidditch, elle avait choisis un exemple assez rare. Pourquoi ? C'était une bonne question et je pensais avoir la réponse.

-Ça t'es arrivée ce que tu viens de dire ? J'étais curieuse de savoir si j'avais vu juste. Je ne pouvais imaginer être dans sa situation. Si j'étais incapable de jouer au Quidditch à cause de mon problème de stress, j'étais au moins capable de voler et pratiquer seule. Mais ne plus pouvoir point, pour une raison de santé, je ne sais pas ce que je ferais sans cette sensation de vertige dans ma vie. Bien sur il y aurait toujours d'autres sports sorciers à pratiquer, mais le vol, c'était quelque chose de spécial, d'unique et je ne pouvais pas perdre ça. Je lance un regard à mon interlocutrice, attendant que celle-ci réponde à ma question. J'étais presque certaine que j'avais vu juste, mais sans une confirmation de sa part, je ne pourrais pas affirmer avec certitude que j'avais raison. Et puis, j'étais curieuse, je devais bien l'admettre. Était-elle réellement incapable de voler, ou avait-elle seulement peur d'essayer et de devoir confronter l'échec ? Après tout, s'il y avait bien une chose que la magie pouvait régler plus facilement que les techniques moldus, c'était les problèmes de santé, pourquoi son problème d'équilibre n'en ferait pas parti ?

-6 heure avec la France | #356f68
• Membre de l'organisation la plus secrète des secrètes, la RASA ! •

8 août 2022, 19:05
 +  Genouillères à terre
Orphéa voyait bien dans le regard de son interlocutrice que celle-ci s’interrogeait. Elle la trouvait certainement bizarre, à se mêler de ce qui ne la regardait pas. Puis la situation s’inverse, quand la Serdaigle lui posa une question qui l’a mis plus mal à l’aise qu’elle n’aurait pu l’imaginer. La jeune fille savait que la moitié de Poudlard était au courant de son accident, mais le fait d’entendre une personne lui poser la question d’un air si innocent la gêna vraiment.

« Hmmm, oui, on peut dire ça, répondit la quatrième année, mal à l’aise. J’ai un problème d’oreille interne depuis ma chute, alors j’ai des vertiges de temps en temps. Ce n'est pas que je ne peux pas voler, mais ce serait trop dangereux. Imagine si je perdais l’équilibre en plein vol avec personne autour pour l’aider. Si j’avais su, j’aurais certainement rejoint l’équipe des Cheerleader plutôt, c’est moins dangereux »

C’était faux. Pour rien au monde Orphéa n’aurait troqué son balai contre des pompons à agiter en l’air vêtue d’un justaucorps moulant. C’était une sportive, pas une bête de foire à paillette. Bien qu’elle trouvait l’attention particulièrement touchante, elle ne rêvait pas pour autant de rentrer sur le terrain de cette manière. De toute façon, ce n’était pas le Quidditch qui lui manquait le plus, mais simplement le fait de voler. La Serpentard aurait bien aimé poursuivre l’option vol, ou encore faire de petites sorties en balai dans le parc simplement pour s’amuser et profiter de la vue. Mais malheureusement, ce n’était plus possible. La petite brune n’en était pas sûre à cent pour cent. Elle n’avait pas eu de vertiges depuis plusieurs mois, et plus le temps passaient plus la fréquence était faible, mais elle savait que tôt ou tard, elle en aurait de nouveau. Et ce jour-là, elle ne voulait pas être dans les airs. Et encore, elle avait de la chance. Elle avait échappé de peu à la canne.

« Tu sais si j’étais toi, j’arrêterais maintenant, avant d’être blessée, dit Orphéa à la jeune fille. En plus, il y a plein d’autres choses à faire avec un balai, et qui sont moins dangereuses. Ça ne se fait pas beaucoup ici, mais en France, ils pratiquent le ballet aérien. Sinon, il y a le club de courses de Monsieur Mason et de Miss Priddy, j’imagine que ça doit être sympa aussi »

Oui, vraiment, ce club avait l’air très sympathique. Et elle se mordait les doigts de ne pas pouvoir y participer. Orphéa appréciait particulièrement de voir ses amis courir et les supporter. Ce n’était probablement pas aussi grisant que d’être acclamée par un stade entier, mais c’était certainement très amusant tout de même.

Cinquième année RP, filière Sciences
L’influenceuse qui lance des modes cheloues
Elue Star des cachots et Romantique 2047