Inscription
Connexion

2 août 2017, 23:01
Finale - Écosse 140-100 France
Isis était satisfaite. Son équipe se débrouillait très bien, et s'était retrouvée propulsée en finale. Plus qu'une victoire... Et la Coupe d'Europe reviendrait à la France. Son équipe deviendrait championne. Mais encore fallait-il gagner... Contre l'équipe d'Écosse, ce n'était pas une mince affaire. Les Écossais avaient obtenu sept victoires et n'avaient pas une seule défaite, contrairement aux Français qui en étaient à quatre victoire et trois défaites. Mais malgré cette différence, les deux équipes étaient arrivées en finale, et ce n'était pas pour rien. Isis était sûre que les Français avaient leurs chances, même contre la célèbre famille Dunn.
Après être arrivée sur le terrain, sous les applaudissements des spectateurs – il y en avait plus pour les Écossais, évidemment –, Isis ferma les yeux en attendant le coup d'envoi. Plus que quelques secondes, et chacun décollerait.
Quelques instants plus tard, Isis volait aux côtés de ses camarades. Les joueurs commencèrent à s'éparpiller, la poursuiveuse adverse s'empara du souafle pour l'envoyer à sa coéquipière et sœur, la finisseuse. Du côté des blancs, cela s'activait aussi. Suzanne frappa dans le cognard avec force. Marc se dirigea vers la balle de cuir qui se dirigeait vers Molly – ou Holly, Isis ne retenait jamais – Dunn. Isis laissa un petit sourire se dessiner sur son visage.

***

Le souafle arriva droit dans les bras d'Isis. Marc venait de l'intercepter et de l'envoyer à sa capitaine. Cette dernière accéléra légèrement, espérant se rapprocher des anneaux. De toutes ses forces, Isis envoya la balle à son coéquipier. Marc avait intérêt à la recevoir. Et à marquer un but derrière. Il était un excellent poursuiveur, aussi Isis était-elle presque sûre que s'il récupérait le souafle maintenant, un but pourrait être marqué en faveur de la France. Simplement, il fallait pour cela que la passe d'Isis réussisse.


Action : passer à Marc Favre
Série : [4-5-6]

3 août 2017, 16:16
Finale - Écosse 140-100 France
Ses mains gantées empoignant avec assurance le manche de son balai de compétition, Ryan Dunn balaya du regard l'immense stade de Quidditch où se déroulait la finale de la Coupe d'Europe. En le voyant voler près des anneaux, le regard aiguisé près à observer les moindres agissements de ses adversaires comme de ses coéquipières, on aurait dit qu'il avait déjà gagné, ou du moins qu'il était parfaitement maître des événements. Peut-être était-ce ce en partie qui faisait la popularité de l'aîné de la fratrie Dunn, cette assurance nécessaire pour l'arrêt des souafles qui se retrouvait également une fois les pieds sur terre.

Cependant, quand l'on voyait la performance qu'avait assurée l'équipe écossaise, on pouvait comprendre l'assurance qu'en tirait Ryan. Sept victoires et pas une seule défaite, un compte-rendu impressionnant qui avait décuplé la réputation de l'équipe écossaise. Tous les magazines de Quidditch louaient "l'incroyable union de ces joueurs de même famille", "le lien indéfectible de cette équipe familiale", et toutes autres formules similaires. Oui, peut-être que cette union familiale était un grand facteur de réussite. Mais rien n'était encore gagné, il restait ce match, contre la France, qui était l'autre équipe que l'on avait pressentie pour la victoire. On sentait clairement la tension entre les supporters de la France et de l'Écosse, et certains disaient même que cette tension était toute aussi présente du côté de la loge officielle où se rangeaient divers figures importantes du monde magique.

Dès le lancement du match, Holly avait réussi à saisir le souafle sous le nez de Marc Favre. Malheureusement, elle ne parvint pas à le passer à Molly, qui vit le souafle être intercepté par le poursuiveur français, qui le passa à Isis Morvan, la finisseuse. Suzanne Blin essaya de cogner Molly, sans succès, puisque Patricia renvoya le cognard à l'envoyeur. Ryan esquissa un sourire : typique de sa cadette. Il décida de profiter de l'affaiblissement de l'équipe adverse pour en rajouter, et, sans vraiment réfléchir à ses mots, il cria au poursuiveur adverse :
"Dis-moi, Favre, j'imagine parfaitement les journaux écrire "Défaite écrasante de la France !". J'espère que tu es prêt à encaisser ça ?".


Déstabiliser Marc Favre (thème : réputation).

3 août 2017, 20:38
Finale - Écosse 140-100 France
Comme elle se l’était imaginé, et comme elle l’avait espéré, même si elle n’allait pas le crier sur tous les toits, Patricia avait réussi sa déviation. Elle n’aurait pas supporté le fait de ne pas réussir sa première action du match. Cela aurait sonné comme une insulte à sa personne, elle ne se serait pas sentie digne de jouer cette finale, qui plus est elle aurait vu cela comme une honte pour sa famille. Elle ne voulait pas les décevoir. Aujourd’hui ils devaient tous être au top de la forme, à leur meilleur niveau, montrer leur meilleur jeu. Montrer les valeurs des Dunn. Lorsque le cognard alla violemment percuter la batteuse adverse, la jeune femme dévoila un sourire féroce, avant de brandir sa batte sous les applaudissements du public. Elle se nourrissait de ces applaudissements, cela la rendait plus forte. Elle aimait faire le spectacle, ‘’faire son show‘’ comme certains avaient tendance à dire. Cela n’était pas nouveau. Le même phénomène se passait également dans son équipe des Pies de Montrose, où elle jouait avec son frère.

En parlant de son frère, ce dernier venait justement d’entrer dans le spectacle qu’était ce match. Elle reconnut la voix de Ryan, mais surtout le style de ses répliques. Répliques qui déstabilisaient souvent leurs adversaires ; il fallait espérer que les français seraient aussi facilement déstabilisables que les joueurs des autres équipes de ce championnat. Il faut dire que leur équipe n’avait pas vraiment eu de mal à vaincre leurs précédents adversaires. Résultat, ils étaient peut-être un peu trop confiant pour ce match, dont l’enjeu était le plus important pourtant. Enfin bref. L’écossaise devait se concentrer sur son jeu, et sur la stratégie qu’ils avaient décidé de mettre en place.

Elle aperçut la balle folle foncer en direction de Molly. La batteuse française étant dans les vapes pendant encore quelques secondes, Patricia devait se dépêcher de barrer la route à ce cognard, pour tenter de l’envoyer sur l’un de ses adversaires si elle ne voulait pas voir sa sœur cadette en faire les frais. Ni une ni deux, elle se retrouva sur le cognard, dans lequel elle décocha un puissant coup de batte.


Action : Cogner Favre
Série : [ 1;2;3 ]

3 août 2017, 22:19
Finale - Écosse 140-100 France
De l’arthrose ? Comment ça, de l’arthrose ? Holly n’avait qu’une envie à cet instant, une seule et unique envie : prendre la tête du gardien adverse et la coincer dans l’un des anneaux. La coincer de façon à ce qu’il y reste à vie, et plus longtemps encore. Elle et sa sœur étaient les benjamines de la fratrie Dunn, alors le fait qu’il évoque une maladie qui pouvait intervenir assez tard dans la vie d’une personne n’aurait pas dû la blesser ; mais elle était plutôt susceptible sur sa propre personne. Après tout, s’attaquer à une jumelle n’était-il pas s’attaquer à l’autre dans le même temps ? Et elle ne laisserait personne s’en prendre à Molly sans conséquences.

Autre chose qu’elle n’appréciait pas dans l’action de son adversaire : le fait qu’il la considère déjà comme une petite mamie aigrie bonne pour la retraite. Les Ecossais faisaient non seulement figure d’exception dans la compétition grâce à leur composition exclusivement Dunn-made, mais aussi grâce – ou à cause – de l’âge de leurs joueurs ; plus âgés qu’une bonne partie des joueurs de la compétition, eux-mêmes avaient entre eux une différence d’années assez large.

Avec toutes ces pensées, Holly oublia son but premier : avoir le souafle en main, et s’assurer de le garder. Elle le vit justement en chute libre : à elle d’en tirer parti. Elle se rassit correctement sur son balai, adressa un dernier regard noir au gardien français, et tomba en chute libre en direction de la balle.


Action : Faire une passe
Cible en cas de réussite : Molly Dunn
Série : [1-2-3]

3 août 2017, 22:26
Finale - Écosse 140-100 France
Un rire sadique sortit de la bouche de la batteuse écossaise lorsque le cognard alla terminer son chemin sur le poursuiveur adverse. Son rire était inédit, du moins, à ce niveau là. En effet, en général, lorsqu’elle cognait quelqu’un, elle était contente, certes, mais elle n’allait pas non plus rire sadiquement et trouver du plaisir dans cette action à chaque fois. Non. Ce qui la faisait rire, c’était la combinaison de son action avec celle de son frère. Les deux Dunn avaient parfaitement réalisé leurs tentatives respectives, tous deux visant le même joueur, accablant ce dernier toujours plus que ce qui aurait pu se faire. Ryan et elle étaient vraiment sur la même longueur d’onde. Patricia sourit. Peut-être n’avaient-ils pas le même lien qui unissait leurs deux sœurs cadettes, mais c’était tout comme. Ils étaient liés, ça, personne ne pouvait les contredire. En y pensant, elle sourit. Elle pouvait repartir dans le match encore plus acharnée qu’avant cette action. Comme quoi, peu de chose peuvent motiver.

Faisant demi-tour sur son balai, la jeune femme crispa un peu plus ses doigts sur sa batte. Auparavant, lorsqu’elle était plus jeune, et qu’elle n’était pas encore dans l’équipe représentant son pays, non, quand elle était encore à Poudlard, là où elle avait fait ses études, elle tremblait tellement d’excitation que bon nombre de fois sa batte avait failli se retrouver plusieurs mètres plus bas, sur le sol, lui échappant des mains. Heureusement, cela ne s’était jamais vraiment produit. Mais aujourd’hui elle savait gérer cela, elle n’avait plus besoin. Mais de temps en temps, comme aujourd’hui, il lui arrivait d’agripper sa batte plus fort qu’en temps normal, cette peur ressurgissant. Mais elle n’allait pas faire tomber sa batte. Non, aujourd’hui elle ne ferait tomber que ses adversaires.


Action : Cogner Favre
Série : [ 4;5;6 ]

3 août 2017, 22:30
Finale - Écosse 140-100 France
Un écrasement, une forte pression. Puis une brulure. Voilà ce que Suzanne avait ressenti. C'était si soudain, elle avait à peine eu le temps de dire Quidditch qu'elle s'était pris le cognard en pleine poitrine. Il lui avait semblé faire un cognement parfait, mais c'était sans compter son adversaire, une rouquine aux allures carnassières. C'était le match de finale, aucun dote possible sur ce détail. Les deux équipes auraient du pain sur la planche, comme ils s'y étaient tous attendu.

Suzanne Blin comptait bien revenir en force et se battre pour son équipe. Elle lança un regard à sa capitaine, Isis Morvan, comme pour lui signifier qu'elle était à nouveau opérationnelle. Elle serra fort ses doigts autour de la batte de bois dont elle se servait, et parti en trombe à la poursuite du cognard. Cette fois, elle ne se laisserait pas faire aussi facilement. Et elle ne laisserait pas non plus l'adversaire la prendre de vitesse, ça non. Elle vola aussi vite qu'elle pu en direction de la balle folle, qui faisait son bonhomme de chemin vers Marc, le poursuiveur français. Elle n'arriverait pas à temps pour empêcher cela, c'était certain. Mais elle pourrait l'utiliser de suite. Suzanne pensa à sa sœur. Elle inspira profondément, puis expira. Elle y arriverait. Pour Anna. Elle leva son bras, puis l'abattit sur le cuir dur du cognard.


Action : Dévier
Cible en cas de réussite : Molly Dunn
Série : [3,4]

4 août 2017, 14:18
Finale - Écosse 140-100 France
Henry ne se préoccupait plus vraiment de son adversaire Holly Dunn. Quelques secondes plus tôt, il l’avait déstabilisée, mais il ne pouvait pas se permettre de porter son attention sur elle pour savoir si cela avait fonctionné. De toute façon, si c’était le cas, le jeune homme le verrait immédiatement. Décidant de se focaliser sur ce qui se passait sur le terrain, il remarqua que Suzanne c’était emparé du cognard et que son adversaire adverse s’était interposée entre les deux pour le dévier. Côté souafle, Holly tenait toujours la balle entre ses mains, non encore décidée à le lâcher. Enfin jusqu’à ce que ce qui semblait être sa jumelle arriva non loin d’elle. Aussitôt, elle tenta la passe. Les évènements s’enchaînèrent assez rapidement, Isis était parvenue à voler le souafle et la batteuse adverse était parvenue à dévier sur Suzanne. Ensuite, tout se passa de travers. Une fois la passe relancée vers Marc, le souafle tomba en chute libre et Holly, qui avait finalement été déstabilisée quelques instants, était parvenue à la rattraper, sans que Henry ne comprenne vraiment ce qui était en train de se dérouler. Il fallait qu’il améliore ses capacités à analyser les situations rapidement, surtout dans le match qui était l’un des plus importants de sa carrière. Prenant place devant ses anneaux et cherchant des yeux la batteuse adverse, dans le but de tenter de la déstabiliser. Il valait mieux s’en prendre à elle, cette dernière semblait être un peu trop coriace. Si cela fonctionnait, les Français auraient droit à un peu de répit.

« Eh Patricia ! Va falloir donner plus que ça, ce n’est pas avec cette force de limace que tu vas impressionner qui que ce soit sur le terrain, bien au contraire ! Tu frôles le ridicule. »

Action : déstabiliser.
Cible en cas de réussite : Patricia Dunn
Thème : réputation