Inscription
Connexion

27 juin 2018, 11:32
La bave du Crapaud n'atteint pas la swag colombe
Solal hocha la tête furieusement à la question de son camarade : bien sûr qu'il avait vu son tatouage, il était inoubliable. C'était la première fois qu'il voyait un tatouage, il n'en avait qu'entendu parler, mais il n'était pas prêt d'oublier la sensation qu'il avait ressenti à la vue du tatouage. Il était impressionnant et ne faisait qu'ajouter au charisme du Doyen. Le Serdaigle était déçu que son ami ne l'ait pas vu ; il loupait quelque chose et il était certain que Sturrlock disparaîtrait de ses pensées après ça. Cette pensée fit froncer les sourcils du brun imperceptiblement. Sans savoir pourquoi, il n'avait pas très envie qu'Elian devienne un fan du Doyen non plus. Ses doigts vinrent tordre nerveusement un bout de son parchemin alors qu'il observa le Poufsouffle : ce dernier avait visiblement décidé de lâcher l'affaire —ce qui n'étonna pas tellement Solal, il était certain qu'il était bien plus têtu que le Poufsouffle— et tourna le dos. La gestuelle parut plus étonnante aux yeux du Serdaigle qui se sentit tout à coup mal à l'aise. Est-ce qu'il avait vexé son ami ? La panique le gagna à cette possibilité et le dos qui lui faisait face le perturbait un peu trop à son goût. Il attrapa alors sa plume à écrire et en glissa l'extrémité dans la nuque du blondinet pour le chatouiller. 

La réaction du Poufsouffle aux Plantes ne se fit pas attendre, tant mieux puisque c'était la seule solution que Solal avait trouvé pour attirer son attention. Néanmoins, ses paroles lui firent de la peine et il sentit son coeur se serrer dans sa poitrine. Inconsciemment, depuis qu'il avait rencontré Elian il cultivait une envie de le défendre, de le protéger de tous les maux et le voir d'humeur maussade n'était pas une vision qu'il affectionnait. Il plissa le nez tout en réfléchissant à une solution, mais il n'était pas très doué pour la psychologie familiale, surtout quand il ne connaissait pas le père Kernac'h. Au détour de quelques conversations avec Elian, il avait compris que c'était un père protecteur et c'était à peu près tout. Il essaya de se mettre à la place de son camarade pour trouver une solution et se brandit tout à coup, le visage illuminé : il venait de trouver quelque chose et il était certain que cette solution serait d'une grande aide pour son camarade. La solution avait, de plus, l'avantage de faire plaisir à Solal et de faire d'une pierre deux coups.

« Il a l'air agaçant ton père, j'trouve, il haussa les épaules. Tu sais, moi quand un truc m'énerve je pense que c'est mieux de m'en éloigner. Comme quand j'aime pas quelque chose, c'est mieux de m'en éloigner que d'y faire attention. Mais t'éloigner de ton père c'est un peu difficile, par contre si tu veux tu peux venir chez moi cet été ? Il demanda presque timidement, sans trop regarder son camarade. On pourra aller camper ? Ou jouer avec mes frères ? Puis il y a la forêt et on peut même aller se baigner dans un plan d'eau. Et en plus ton père sera pas là donc tu pourras te reposer, on est même pas obligés de tout le temps être ensemble si tu veux être tout seul parfois. Il marqua un temps d'hésitation, avant de relever les yeux vers le Poufsouffle. T'en dis quoi ? » C'était la première fois qu'il invitait quelqu'un chez lui et il ne savait pas comment ça se passerait, mais il était certain que ça leur ferait du bien à tous les deux —Solal voulait aussi pouvoir prendre des distances avec son propre père. Il attrapa ses parchemins et sa plume pour les ranger de nouveau dans son sac, il lui était difficile de rester immobile tant il était nerveux suite à cette invitation.

Tapis en Chef, 2ème année RP.

3 juil. 2018, 03:55
La bave du Crapaud n'atteint pas la swag colombe
Craignant de s'être un peu trop confié, Elian attendait avec un sentiment de malaise la réaction de Solal qui semblait en pleine réflexion. Cela n'avait jamais été dans ses habitudes d'impliquer autant quelqu'un dans sa vie, ni d'exprimer ce qu'il pouvait ressentir au fond de lui d'ailleurs. Finalement, une fois que l'on avait su exprimer avec exactitude ses sentiments, un poids semblait s'envoler directement comme un message accroché à une patte d'hibou, ne laissant qu'un vide un peu pressé de connaitre la suite. Qu'est-ce que pouvait bien faire le Serdaigle contre la pression qu'Elian ressentait sur ses épaules ? En tout cas, il avait su entendre et écouter son stress, et c'était déjà beaucoup pour le Poufsouffle qui avait pour coutume de tout garder pour lui.

Elian ne réagit même pas au reproche que Solal fit sur son père, c'était comme s'il était d'accord avec lui. Quelque temps plus tôt, il aurait au moins désapprouvé silencieusement ce jugement, mais il en était tout simplement incapable maintenant. La liste des choses dont il avait été privé par rapport aux autres enfants devenaient beaucoup trop grande pour ne plus y faire attention et la solution de Solal, celle de s'éloigner de son père pendant un instant, lui paraissait irréelle, inaccessible, mais si tentante. Alors lorsque son ami lui proposa une solution encore plus concrète, celle de passer du temps chez lui en compagnie avec sa famille, son sang ne fit qu'un tour. Solal n'avait pas besoin de continuer d'argumenter pour le convaincre, le cœur d'Elian avait déjà dit oui. Il le laissa quand même poursuivre ses efforts avec un petit sourire en coin et des yeux pétillants.


Le Poufsouffle saisit l'opportunité d'avoir récupéré le regard de Solal pour lui répondre avec une émotion non-dissimulée : « Tu sais, tu m'avais eu à "tu peux venir chez moi cet été"... Son visage s'était illuminé, comme s'il voyait enfin une raison de retrouver le sourire parmi toutes les injonctions qu'on lui imposait. « Je ne sais pas quoi dire, t'es vraiment génial. Qu'est-ce que j'ai hâte d'être en vacances maintenant ! » Il essuya d'un revers de manche la larme qui menaçait de tomber au coin de son œil. Même si la proposition de Solal ne l'étonnait pas vraiment, puisqu'ils avaient partagé tellement de choses depuis leur rencontre, c'était quand même quelque chose d'exprimer ouvertement sa confiance envers l'autre en l'invitant partager son quotidien. Un seul et même nuage semblait toutefois assombrir le tableau.

« Bien sûr il faudra que j'arrive à convaincre mon père de me laisser à ta famille, même s'il sait déjà un peu qui tu es grâce à mes lettres... Ses joues reprirent une teinte plus colorée. « Tu vois il m'arrive de parler d'autres choses qu'Eadric... se contredit-il. Elian attrapa sa plume, déchira un petit bout de parchemin, et tout en y griffonnant son adresse, s'adressa à Solal avec détermination : « On n'a qu'à s'écrire pour s'organiser cet été ! » Le Poufsouffle lui tendit le bout de parchemin, on ne peut plus satisfait de la tournure que prenait les événements, même s'il essayait de taire la petite voix qui lui disait que convaincre son père n'était pas gagné d'avance... Ce n'était pas le moment d'y penser cela dit, il voulait profiter du temps qu'ils leur restaient avant la fin de la journée. « Tu m'accompagnes voir Squib ? Je ferais mes devoirs plus tard... » Elian avait déjà rangé ses affaires, car son père ne pouvait pas être derrière lui lorsqu'il était avec Solal, il était exclu de leur amitié.

C'est toujours un plaisir de partager une plume avec toi ! A très bientôt T-)

En RP : Quatrième année

« And you've just had some kind of mushroom
And your mind is moving low.
Go ask Alice, I think she'll know. »
look alive, sunshine
。 *
 ・*。・

6 juil. 2018, 12:49
La bave du Crapaud n'atteint pas la swag colombe
Le visage du Serdaigle s'était illuminé dans le même temps que celui du Poufsouffle, dans ce qui semblait être un partage amical naturel. Il était content de pouvoir dire que la première invitation de sa vie s'était vue recevoir positivement. Bien entendu, tout n'était pas si simple : les enfants étaient limités par la volonté de leurs parents et M. Kernac'h ne semblait pas être des plus agréables, ni des plus permissifs. Il serait peut-être difficile pour Elian de venir chez Solal, mais le brun n'avait pas envie de penser à tout ça. Dans son imaginaire, ils se voyaient déjà jouer au chat perché dans la forêt, tenter de faire des cabanes dans la forêt avec des branches plus grandes qu'eux, profiter du beau temps, et peut-être même en apprendre davantage sur les plantes grâce à l'expertise du Poufsouffle. Il balaya avec force les doutes qui précédaient leurs potentielles vacances ; il voulait oublier le visage du père d'Elian —qu'il n'avait d'ailleurs jamais vu mais qu'il imaginait avec des traits beaucoup trop strictes et des lunettes au dessus desquelles il passait un regard calculateur. 
Et puis les propos de son ami l'avaient on ne peut plus touché. Il avait l'habitude d'être apprécié par ses camarades et pouvait compter à Poudlard de nombreux alliés, mais c'était tout autre chose chez Elian et tout autre chose de savoir qu'il avait même parlé de lui dans ses hiboux. Il sentit le haut de son corps se réchauffer dans une émotion qu'il ne connaissait pas, c'était agréable et il eut l'impression d'être aussi léger qu'un nuage. Il attrapa le parchemin d'Elian qu'il s'empressa de plier négligemment et de ranger dans sa poche en espérant ne pas le perdre. En glissant ses doigts dans sa poche presque nerveusement, il se fit la réflexion que ni ses parents ni ses frères n'étaient au courant de son plan et qu'ils avaient peut-être prévu d'autres choses, mais il était certain qu'ils comprendraient que la situation était on ne peut plus urgente : il s'agissait là de rendre heureux Elian, et cet objectif n'avait aucun autre égal aux yeux de Solal. À part peut-être quelque chose qui concernait les oiseaux mais c'était bien autre chose.

Ses affaires rangées et son sac sur l'épaule, il se releva en époussetant sa robe de sorcier. Il n'avait pas rendu visite à Squib depuis un moment, bien qu'il n'oserait pas l'avouer à son ami de peur de le vexer. Les journées à Poudlard étaient courtes et à chaque fois qu'il passait voir Squib, il se souvenait que Nuage n'était plus. Paix à son âme. Il se demandait si la séparation des deux plantes était prémonitoires et symboliques, peut-être qu'Elian allait s'éloigner de lui, un jour, et que Solal finirait seul —il ne lui vint pas à l'idée qu'il avait beaucoup d'autres amis et qu'il ne serait pas réellement seul. 
Il tendit sa main quelques secondes vers Elian pour l'aider à se redresser avant de la retirer aussitôt, comme s'il s'était fait la remarque qu'il n'avait pas à être si gentil avec le Poufsouffle. Lui-même ne comprenait pas cette douceur qui l'infiltrait dès qu'Elian était dans les parages, comme s'il manipulait quelque chose qui était sur le point de se casser.
« Oh Squib ! Il faudrait lui trouver un autre ami, j'espère qu'il se sent pas seul. Ah et, le parapluie.. » À coup de grands gestes et de mimiques exagérées, Solal entreprit de discuter du projet Au Sec, Squib.

Plaisir partagé, merci à toi encore une fois.  :grin: 

Tapis en Chef, 2ème année RP.