Inscription
Connexion
12 févr. 2019, 15:39
Christmas  PV Elian K 
En cuisine, Sigmund aidait son ami à préparer les desserts tout en gardant un œil attentif sur son adorable filleul. Celui-ci n'avait pas semblé totalement convaincu par la tentative de son parrain pour le rassurer, et lorsqu'il lui avait demandé si Beth serait partie à son retour de Poudlard, il n'avait pu bredouiller qu'un « Je ne sais pas, mon garçon, mais je vais essayer de trouver une solution au plus vite. » pas très convaincant. Néanmoins le garçon avait retrouvé le sourire, et lorgnait déjà ses cadeaux, probablement en se demandant ce qui se cachait dans les paquets. Il sourit, attendri. Le petit blondinet avait beau grandir, il comprenait tout de même pourquoi Evelyn le considérait encore comme un jeune enfant. Il semblait si naïf, si innocent. Mais à Poudlard -pour l'avoir observé ces derniers mois lorsqu'il en avait l'occasion, Elian renvoyait l'image d'un garçon très légèrement plus mature. Du moins, c'était son point de vue, et probablement aussi la raison pour laquelle Sigmund n'avait pas exactement le même avis que son meilleur ami sur le sujet. 

Les deux hommes apportèrent les gâteaux à table. En quelques coups de baguette, Sigmund déposa de nouvelles assiettes et des couverts propres. La carafe d'eau s'éleva dans les airs et remplit tous les verres. Il étouffa un rire en entendant l'anecdote d'Evelyn sur les terreurs nocturnes d'Elian. Bien sûr, ce n'était pas sujet à plaisanterie. Son ami avait connu bien des nuits écourtées à rassurer son fils à l'approche de Noël. Mais après quelques années, il était plus facile d'admettre que cette situation avait bien un petit quelque chose de comique, et que cela méritait bien d'en sourire et de se le remémorer. « Si je m'en souviens ! Mais si on ne lui avait pas dit, je suis sûr qu'il y aurait cru jusqu'à au moins dix ans. » plaisanta-t-il. Il sourit avec tendresse au garçon et lui servit une très généreuse part de bavarois, tout en lui adressant en regard qui semblait signifier "Profite, petit, ce n'est pas tous les soirs que ton père te laisse manger autant de sucre." Le garçon ne se fit pas prier pour dévorer sa part, tout comme Sigmund qui prit volontiers des deux desserts. 

Elian demanda ensuite s'il pouvait ouvrir les cadeaux. Le sorcier moustachu consulta sa montre, tandis qu'Evelyn répondait à son fils. Ce n'était pas encore tout à fait l'heure, mais le petit sorcier semblait brûler d'impatience. A plusieurs reprises, Sigmund surprit les regards appuyés du garçon posés sur lui, plein d'espoir. Il n'était pas difficile de se laisser attendrir par cette petite bouille blonde, même si Evelyn insistait pour attendre minuit. Après tout, il était presque l'heure. Il n'était question que d'une poignée de minutes. Le sorcier soupira, puis après un regard désolé à son ami, il se tourna vers Elian. « Si tu as fini ton dessert, vas-y. ». Il lui ébouriffa les cheveux avec tendresse, puis se releva laborieusement, avant de faire quelques pas et de se laisser tomber dans le canapé. « Tu m'apportes les miens ? » demanda-t-il, le ventre trop plein et les jambes trop lourdes pour aller les chercher lui-même. 
6 mars 2019, 21:21
Christmas  PV Elian K 
Evelyn Kernac'h leva les yeux au ciel en entendant la réponse de son ami : parfois, Sigmund était encore plus faible que lui pour tout ce qui concernait Elian. Il réprima une expression contrariée sur son visage et acquiesçât impatiemment à l'égard de son fils pour lui indiquer qu'il ne ferait pas obstacle au déballage de cadeaux plus longtemps, ce qui entraîna une réaction immédiate chez l'enfant : il dérapa sur le plancher pour atteindre le sapin en moins de temps nécessaire à un farfadet pour récupérer son or. Accroupi devant le gros chaudron dans lequel semblait être planté l'arbre de Noël, Elian analysa de ses yeux fatigués les différents cadeaux emballés. Il y en avait un qui ressortait un peu plus parmi les autres dans le petit tas, et une sorte d'injonction lui conseillait de l'ouvrir en dernier. Il en prit un au hasard, assez petit et regarda son parrain pour savoir s'il pouvait commencer par lui, avant de le secouer près de son oreille sans attendre de réponse. Un bruit de clochette retentit alors et la bouche d'Elian forma un "o" bien distinct. C'était probablement son bruit préféré pendant cette période de l'année. Evelyn avait fait tombé des coussins au sol et invité Sigmund à prendre place à ses côtés. En ouvrant une petite boîte sur laquelle était noté "Clochette pour Crapauds domestiques", Elian en sortit un collier réglable miniaturisé sur lequel pendait une cloche de couleur argenté. Le petit sorcier s'agrippa à son parrain derrière son dos et le remercia. Solal, son crapaud, n'aurait plus à se soucier d'éviter de se faire asseoir dessus.

Fêter Noël avec un enfant permettait aux adultes de participer eux aussi à ce petit rituel sans se sentir complètement régresser.
« Ce n'est pas grand chose, mais j'espère que ça te plaira » dit-il par politesse, en décalant trois paquets très rectangulaires près de son ami. Evelyn était le genre de sorcier à ne faire que des cadeaux utiles, c'était d'ailleurs la raison pour laquelle son fils préférait recevoir ceux de son parrain avant tous les autres. Ce dernier ne les avait d'ailleurs pas attendu pour ouvrir le second paquet qui lui était destiné, un peu plus gros. C'était une jolie boîte cartonnée qui venait d'une boutique de vêtements pour sorciers, en soulevant le couvercle, Elian y découvrit une robe pour sorcier très élégante, bien plus que tous les habits que le garçon avait eus en sa possession jusqu'à maintenant. Evelyn Kernac'h leva les yeux au ciel en laissant tout de même échapper un sourire. « Tu penses vraiment qu'il a l'âge de s'habiller pour des soirées ? » Elian, lui, était ravi, essayant directement sa tenue aux jolis détails jaunes. « Elle me va ! » fit-il en soulignant l'évidence. Les prochains cadeaux étaient des tricots de Sigmund : un joli pull jaune avec le motif d'une tête de blaireau sur la poitrine et une grosse écharpe bleue. Malgré toutes les écharpes qu'Elian avait en stock, la dernière venue lui inspirait beaucoup de réconfort, et sa couleur lui rappelait celle du meilleur élève Serdaigle - les deux réactions étaient peut-être liées.

Evelyn s'étonnait que Sigmund ait eu du temps à consacrer à la confection des deux ouvrages, il ignorait où il avait pu le trouver. « Tu n'es peut-être pas assez occupé à Poudlard. » murmura-t-il à son égard, avec des yeux malins. « Bon, puisque tu as apparemment décidé de ne pas nous attendre Elian, tu peux finir d'ouvrir tes cadeaux je suppose, et on ouvrira les nôtres après. » Le garçon ne l'écoutait presque pas, déjà emmitouflé dans son écharpe, il avait aussi enfilé son pull avant de remettre sa robe de sorcier sur ses épaules. « Ils ne vont pas s'envoler, tes cadeaux », railla Evelyn en secouant la tête, et obtenant pour seule réponse des yeux vides qui clignotaient dans l'incompréhension.
Le dernier paquet qui venait de Sigmund était le plus spécial à ses yeux. C'était un pistolet à eau, un jouet que les moldus sortaient pendant l'été, mais qu'Elian voulait depuis longtemps pour pouvoir arroser ses plantes de bureau tous les jours de l'année. Il en avait d'abord parlé à son père, qui n'en voyait vraiment pas l'utilité - et qui n'appréciait pas non plus l'intérêt de son fils pour les plantes allergènes qui grandissaient dans sa chambre. Il s'était alors finalement confié à son parrain, ou plutôt, il avait lancé une seul fois une phrase anecdotique, cachée dans son flot de paroles, et que Sigmund avait pu quand même saisir. C'était cet élément qui faisait de ce pistolet à eau le meilleur des cadeaux. Les yeux embués, il resta sans voix pour une fois, et attrapa seulement la main de son parrain pour le remercier.
« Alors c'est à toi de déballer tes cadeaux Sig', et je crois qu'Elian t'en a fait un aussi. » Ce dernier se précipita, dans un sursaut, hors du salon, pour y chercher le cadeau qu'il avait confectionné avec tant de soin. C'était un cadre qui contenait une photographie animée de son père, son parrain, et lui-même, prise pendant l'une de leur promenade le long du port de Cardiff, juste avant sa première rentrée scolaire à l'école de Poudlard.

Ce n'était pas pour rien qu'Evelyn avait trouvé une idée pour écarter son fils un moment. L'un des présents qu'il avait fait à son ami aurait pu l'embarrasser. Il se dépêcha d'ailleurs de lui tendre d'un air suspect.
« Je ne voulais pas que le petit voit ça. » Des cadeaux utiles, que des cadeaux utiles...

Reducio
Les cadeaux offerts à Elian sont made in monsieur Charleston 8). Merci pour sa générosité, et sa patience.

En RP : Quatrième année

« And you've just had some kind of mushroom
And your mind is moving low.
Go ask Alice, I think she'll know. »
look alive, sunshine
。 *
 ・*。・
9 mars 2019, 15:00
Christmas  PV Elian K 
Si Sigmund avait l’espace d’un instant douté de ses cadeaux et de la satisfaction qu’en tirerait son filleul, cela avait été très rapidement balayé par l’air radieux qu’arborait le garçon en déballant ses premiers cadeaux. Comme l’enfant qu’il était encore, Elian faisait preuve d’un enthousiasme débordant pour ses paquets, même pour les plus modestes. Ainsi, le sorcier ne put s’empêcher de rire en apercevant des étoiles dans les yeux du petit alors qu’il déballait une simple clochette pour crapauds domestiques. Ce garçon était vraiment adorable, et c’était dans ces moments-là que comme Evelyn, Sigmund espérait secrètement qu’il ne grandirait pas trop rapidement

Le professeur avait pris place à côté de son ami, sur un coussin. Il se sentait particulièrement lourd après avoir autant mangé : le repas avait certes été léger, mais les desserts pesaient lourds dans son estomac. Il accueillit les cadeaux de son ami avec un sourire reconnaissant, et lui tendit à son tour deux paquets ; l’un était assez volumineux, l’autre, petit et rectangle. « Merci, Ev’. J’ai essayé de te trouver des cadeaux utiles, cette année. J’espère que cela te conviendra. » dit-il en riant. Il savait que son ami n’aimait pas tout ce qui était superflu : il préférait l’utile. Sigmund, au contraire, avait tendance à se laisser amadouer par à peu près n’importe quel article en vitrine, peu cher et bien présenté. Il conserva ses paquets sur ses genoux, préférant observer le petit déballer ses propres cadeaux pour le moment. En parlant de ce petit chérubin : il en était déjà à sa robe de soirée, qu’il essaya sans plus tarder. Il avait choisi un modèle légèrement plus grand, pour qu’Elian puisse le porter pendant au moins quelques petites années. Après, elle pourrait toujours être rapiécée pour être un peu agrandie, s’ils n’avaient pas les moyens de lui en offrir une neuve. « Bah, ça peut toujours servir ! » répondit-il à son ami avec un haussement d’épaules. Il n’avait pas plus réfléchi que cela à l’achat de cette tenue, davantage admiratif de la qualité des différents modèles proposés qu’intéressé par leur utilité future. « Navré mon garçon, la tête de blaireau est un peu mal faite. J’espère que cela te plaît tout de même ! » s’excusa-t-il quand le garçon essaya les deux tricots. A en juger par son air ravi, il semblait plus que satisfait de ses cadeaux.

Le présent qui provoqua le plus d’émoi au garçon fut manifestement le pistolet à eau, ce qui surprit Sigmund. Il semblait si heureux qu’il en avait perdu ses mots. Cet enfant était capable de s’émerveiller pour si peu ! Cela fit naître un grand sourire sur les lèvres de son parrain, qui était aux anges pour avoir réussi à faire autant plaisir à son filleul.

Ce fut au tour de Sigmund d’ouvrir ses cadeaux, et comme un enfant, il fut tout aussi émerveillé par ses présents. Elian partit chercher son cadeau dans sa chambre. Pendant ce temps, le sorcier accueillit le présent de son ami avec un regard intrigué. Sans plus attendre, il ôta le papier cadeau et découvrit un petit livre, compact et illustré, qui contenait diverses recettes et manières de cuisiner à la moldue, pour épater les sorcières. Il se sentit inévitablement rougir et il se hâta de ranger l’ouvrage dans son sac banane avant le retour de l'enfant. « Merci, Evelyn. Ce cadeau est parfait, comme toujours. J’essaierai ces recettes… très prochainement. » dit-il tout en restant assez vague. Cela lui valut un regard intéressé de son ami : il n’échapperait pas aux questions quand le petit serait couché. Sigmund remercia chaleureusement son filleul pour le cadre, admirant longuement la photographie. « C’est que tu as grandi, en un an et demi ! » constata-t-il en comparant la petite silhouette du garçon de l’image avec celle du jeune sorcier qui se tenait face à lui. « Merci, Elian. Je le mettrai dans mon bureau ! » Enfin, il s’intéressa au dernier de ses cadeaux, et fut très ravi de découvrir un kit de rasage pour sorcier élégant. Il remercia encore une fois son ami, un peu gêné par tant de générosité alors qu’il avait, tout comme lui, des problèmes de gallions.

Après l’ouverture des cadeaux, le petit Elian qui était très fatigué après tant veillé ne tarda pas à rejoindre son lit, après avoir embrassé son père et son parrain. Les deux hommes se retrouvèrent seuls, et en profitèrent pour discuter longuement ; il y avait tant de sujets à aborder maintenant que les petites oreilles indiscrètes roupillaient. Ils prirent leurs aises dans le canapé, autour de quelques verres de whisky-pur-feu. La discussion tomba immanquablement sur Solar, et sur les sentiments naissants que Sigmund semblait ressentir à son égard. Il perdait toujours ses mots lorsqu’il parlait d’elle, et gêné, il s’efforça d’orienter la conversation plutôt vers les relations amoureuses d’Evelyn. Il fut attristé d’apprendre que c’était toujours un néant total de son côté et lui promit, s’il en avait l’occasion, de lui présenter quelques-unes de ses collègues. Enfin, les deux sorciers se confièrent leurs craintes respectives quant à la sécurité à Poudlard, et que plus que jamais, Sigmund devait surveiller de près le petit Elian et veiller sur lui. Vers deux heures du matin, trop enivré pour transplaner, le sorcier moustachu finit par s’assoupir dans le canapé, et c’est ainsi que s’acheva la soirée du réveillon de noël.

RP terminé ! Merci <3