Inscription
Connexion

20 oct. 2019, 19:51
Azkaban


Ce sujet voit le jour pour permettre aux élèves dont les parents proches ont été envoyés à Azkaban de réaliser un post RP décrivant leur condition. Exceptionnellement, ils pourront RP du point de vue de ce PNJ puisque les prisonniers ne reçoivent pas de visite. Attention, ce sujet a pour vocation de recueillir uniquement des One-Shot ! Les prisonniers n'ayant pas non plus de contacts entre eux, il ne s'agit pas d'un RPG commun.

ELEMENTS RP A PRENDRE EN COMPTE :
    - les détraqueurs sont les gardiens d'Azkaban depuis la prise de pouvoir d'Ursula Parkinson. Avant, ce sont des Aurors qui gardent la prison et ce, depuis la dernière guerre sorcière.
    - les cellules sont individuelles,
    - aucune visite n'est autorisée et les prisonniers n'ont aucun contact avec l'extérieur,
    - la baguette magique des prisonniers leur est confisquée,
    - les cellules sont froides, obscures et humides.

Les règles des RPG s'appliquent bien évidemment ici.
Pour rappel : sont considérés comme de la famille proche les parents, grands-parents, frères et sœurs du PJ.
Veuillez également prendre connaissance de ce sujet qui recense les règles liées à l'usage des PNJ. Rappelez-vous qu'un PNJ doit obligatoirement être validé pour pourvoir lui consacrer un RP. Cependant, exceptionnellement dans ce sujet vous pourrez utiliser seuls des PNJ qui ne font pas parti des 3 PNJ utilisables sans votre PJ (Personnage Joueur).

22 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤

23 avr. 2020, 18:46
Azkaban
Image

Reducio
Image
James Chassin, enfermé le 09 juin 2044



Cela faisait combien de temps que je suis ici? Je n'en sais rien. Pourquoi je suis ici? Par ce que j'ai choisis qui j'aimais, parce que j'ai pris cette libertés la. La vie est très dur. Je ne mange presque pas et dort très peu. Je ne parle à personne. Je me fais régulièrement des monologues, surement par peur de perdre le langage, je ne veux pas le perdre.

Les détraqueurs me font souvent flipper, ils sont omniprésents et ne te lâchent pas. Il tne te lâcherons seulement une fois que tu seras devenus fous, qu'une fois qu'on est vider, qu'une fois que plus aucun souvenir heureux puissent se balader dans nos cerveaux. Mais moi je résiste. Je résisterais temps qu'il le faut, je résisterais tant que je ne serais pas libre. Je résiste pour une seul raison.

Ma famille. Mes deux enfants, Mael et Elfie, quand je les ai quitté ils étaient en deuxième année. Et la, le sont-ils toujours ou la rentrée à eu lieu entre temps? Je n'en sais rien, ça me fait mal.
La mère de Mael me manque, elle qui est moldue, j'ai peur qu'elle meurt. Mais surtout, ma femme, qui est seule au manoir. Quand je suis parti, elle était enceinte. Le bébé est surement né maintenant. J'espère qu'il va bien, que sont accouchement c'est bien passé. Je me demande comment il s'appelle. Je suis sur que Jenna à bien choisit.

Mais ça me fait mal d'être dans l'ignorance, de ne pas pouvoir être près d'eux. Mais tant que je penserais à eux, il ne pourrais rien m'arriver. Tant que je penserais à eux, les détraqueurs ne pourront pas me prendre. Ils ne me prendront donc pas. Mes enfants son ma force, ma femme ma lumière. Et tant qu'ils sont avec moi, tant que leur lumière est encore dans mon coeur, je suis plus fort que les détraqueurs. Il ne me prendront pas avant que je puisse connaître mon petit bébé, pas avant de li avoir dit bonjour.

C'est pour ça que chaque soir, je me repasse les meilleurs moments passé avec chacun. Ma rencontre avec Jenna, la naissance de Mael et Elfie, leurs premiers pas, la première fois qu'ils ont parler, leur entrée à l'école... Je pense également à leur premier signe de magie qui fut une joie pour chacun d'eux. Il y a eu ensuite leur répartition. Je n'oublierais jamais tous ça. Je les garderais et comme ça, je pourrais aller leur faire un bisous.

Cela peut faire peut-être un an que je suis la mais chaque soir, je cris, je cris pour les revoirs, je cris en espérant qu'ils m'entendent. Je cris pour qu'ils se souviennent de leur père. Je cris pour les revoir devant moi et pouvoir les reprendre des mes bras, pouvoir les serrer contre moi.
Je ferais n'importe quoi pour connaître mon fils ou ma fille que je n'ai jamais vu.

Je pleure en leur mémoire. Je pleure pour que mon coeur se souviennent d'eux, je pleure, pour rester fort, je ne me soucis plus de mon apparence, que de ma famille...


J'ai écris à la première personne pour plus de facilité!

Venez pas me convaincre, je sais que j’ai raison

5ème année RP- Filière sport et soin InRP