Inscription
Connexion

31 oct. 2019, 22:51
 Bal des Sorcières  La scène
C'est ici que se dérouleront les événements de la soirée (voir programme sur le panneau d'affichage). Les plus petits événements seront tous regroupés dans ce sujet.
Commençons sans plus tarder avec la performance du chœur des crapauds et leur chanson (faute de motivation - ou parce que les chanteurs se sont fait voler leurs cordes vocales par une certaine vilaine sorcière du nom d'Ursula -, le nombre de chansons a été réduit à 1) : Remains of the Day.

Précisions :
- Si vous n'avez pas envoyé de hibou et voulez tout de même faire partie du chœur, lancez-vous, postez un RP ici ! Ceux qui se sont inscrits (ont envoyé un hibou) sont également attendus dans ce sujet.
- Pour réagir aux performances, utilisez le sujet "La salle de bal".

Nécromancienne - Mère du dragon - Détentrice de la Baguette de Sureau et du Retourneur de Temps
~ if i wasn’t a narcissist i wouldn’t like me either ~

@Mentionnez-moi pour activer le Tabou

1 nov. 2019, 17:45
 Bal des Sorcières  La scène
Maël, avec son crapaud récupéré dans le lac, arriva bien en avance sur la scène. Son crapeau-qu'il avait appelé Boue en souvenir d'un accident mémorable dans le quel, dans le but d'attraper le crapeau, il s'était un peu trop penché vers l'eau et était tombé dans la vase-, maintenant dressé, regardait ce qu'il se passait sur l'épaule de Mael. Ce dernier arrive bien en avance et, lorsqu'il arriva, il n'y avait personne. Il s'assit en les attendant. Lorsque tout le monde fut arrivé, il prit un coussin sur lequel il installa Boue. Alors, il sz plaça sur la scène et, en accord avec le chef d'orchestre, commença à chanter.

-Hey!
Give me a listen, you corpses of cheer.
Least less of you who still got an ear,
I'll tell 'ya a story, make your skeleton cry,
of our own judiciously lovely corpse bride.
Die, die we all pass away, but don't wear a frown 'cuz it's really okay.
You might try n' hide, and you might try n' pray, but we all end up the remains of the day.

Die die die yeah yeah, die die die.

Dernière modification par Mael Chassin le 21 nov. 2019, 13:33, modifié 2 fois.


Gérant du club échec, rédacteur au Merlin et représentant des rédacteurs du Merlin au conseil du Merlin

7 nov. 2019, 03:32
 Bal des Sorcières  La scène
C'est l'heure du défilé ! Pour monter sur scène et montrer vos déguisements, rien de plus simple : postez ici un petit RPG décrivant votre tenue et la façon dont vous défilez. Ceux qui osent monter sur scène pour défiler gagneront des sucreries d'Halloween ! Ceux qui illustrent leurs RP par un dessin ou un montage photo seront doublement récompensés.

Pendant le défilé, les musiques sont les suivantes :
MCR - Welcome to the black parade
OutKast - Dracula's Wedding
Lana Del Rey - Season of the witch

Nécromancienne - Mère du dragon - Détentrice de la Baguette de Sureau et du Retourneur de Temps
~ if i wasn’t a narcissist i wouldn’t like me either ~

@Mentionnez-moi pour activer le Tabou

7 nov. 2019, 08:45
 Bal des Sorcières  La scène
Le contenu de ce post n'a pas pu exister, considérer les mots qui suivent comme la trace d'une distorsion temporelle qui n'impacte que l'intéressée, heureusement.

Reducio
HRP : Ces mots sont indissociables de ce qui est écrit dans le topic "La salle de bal". Ce post est le 4ème de ce rp. Le défilé tombe à pic d'une certaine manière. Improvisation totale et c'est bien cela qui est amusant.

Image

Seigneurs de mes ténèbres, je n’aurais jamais eu en tête ces instants. Et il était trop tard pour reculer. Quand l’appel au défilé avait résonné, et  que les premières notes d'une musique funèbre se laissaient entendre, je m’étais avancée, écartant délicatement les élèves qui me séparaient de « la scène ». Puis j’avais entamé cette marche nuptiale. Lente, faite de tout ce que j’étais en apparence, une tenue sombre, la plupart du temps noire, de ces plumes au bandeau de fourrure marquant le bas de mon manteau. Je l’avoue, la chaleur dans laquelle je rôtissais venait en grande partie d’elle, cette parure sibérienne, avec des rappels de fourrure aux manches, et bien évidemment le cou. Il marquait le début de mon vrai corps, celui que j’aurais bien aimé montrer, ce visage plein de tendresse pour l’une des rares personnes déclarant son affection. Il l’avait fait peu de temps auparavant encore. Je me devais de lui rendre la pareille. Défiler pour lui, comme si je volais sur le terrain de quidditch, à faible allure, l’objet de la victoire au bout d’une main. Mon triomphe….

Ces plumes dans mes cheveux, je les avais lissées, encore et encore, et ce petit truc sorcier pour tenir la crinière s’appliquait à merveille à elles. En outre, elles me grandissaient de plusieurs manières. Je n’étais pas folle. Mes chevilles, marquées par des chaussures complémentaires dans cette intention de trompe l’œil, faisaient de moi une créature à la taille acceptable. Voyaient-ils, de là où ils étaient, mes mains tremblantes ? Mère m’avait appris ce contrôle, coller les coudes contre mon buste si vraiment la chose devenait trop intense. Mais je n’en avais pas besoin. Mes gants, noirs eux aussi, laissant apparaitre deux bagues à la main gauche, l’une en forme de cygne et l’autre en renarde complétaient le tableau mais ces détails ne devaient pas être visibles de loin. J’avais emporté ma ménagerie avec moi, des êtres du froid, la Sibérie m’accompagnait. Dans un petit geste, alors que j’en étais à peine au tiers de mon périple, je sortis ma baguette et lançai un patronus pour que mon fidèle roi des forêts soit avec moi, et donne au noir la force du contraste. Mon lion à moi… mon ours. De cette mise en scène totalement improvisée, j’espérais renforcer l’effet d’obscurité de ma tenue. Une fille de l’ombre, qui cherchait vainement à sortir de son âge, bien avant l’heure. Sauvée par des acquis d’enfance, un maintien travaillé par d’autres, qu’elle n’avait pas oublié.

Mon masque tranchait à peine, et il constituait la faiblesse dans cet ensemble. Pas assez original, jusqu’à ce petit cœur que j’avais tracé à son sommet, de manière à créer la méprise entre la fin de celui-ci et le début du petit chapeau. Mais il avait la vertu de m’humaniser, je crois, en banalisant quelque peu l’ensemble. Et les fleurs, trois roses claires, parce que le sort que je leur avais fait subir les avaient ternies. Moins blanches qu’à l’origine, elles n’en contenaient pas moins un parfum que j’aimais, neige fraîche et jasmin. Dans la théorie de mon délire je le libérais quand il danserait avec moi. Et puis… je devais admettre que cela n'arriverait pas. Aussi portai-je ma main à elles pour déclencher sa première libération. Loin d’eux, trop loin pour que quiconque n’en perçoive l’existence, je savais la vacuité de cet effet. Sur eux mais sur moi, je le sentis comme un parfum de l’enfance, cette enfance que je venais de  quitter. Je traversais une dernière fois la cour d’école, aidée par tous les artifices à ma disposition pour faire bonne figure. Cette fois, le chemin à parcourir était moindre que celui déjà fait. Je me rapprochais. Souriante, attention invisible mais qu’importait, je tournai sur moi-même après avoir stoppé net la marche vers l’hiver russe. Ce manteau, en velours, n’était pas une vraie tenue d’hiver. Et quand l’étoffe prit un subtil envol, on pourrait se rendre compte, si le regard était aiguisé, que le tissu retombait avec lenteur, naturel, ne souffrant pas du poids de la fourrure, qui avait pour fonction de tenir net l’ensemble. La pesanteur. Mais sans lourdeur. Je fis plusieurs tours, pour générer des vaguelettes, comme le Baïkal en connait. Alors je finis par perdre pied, ne plus savoir comment sortir de ce tourbillon. La sagesse me dicta de stopper. Ce que je fis, dans une forme d’hésitation mal contrôlée, qui donna peut-être à ma démonstration l’once d’humanité nécessaire. Mes poumons, soumis au stress de la conscience, se manifestèrent, marquant le devant d’un soulèvement régulier. J’avais certains traits de la femme. Et la folie de l'adolescente.

Mon patronus fit mine de traverser la foule des élèves, qui s’écarta pour me laisser la rejoindre. Mais alors qu’il disparaissait, me replongeant dans une pénombre familière, je me tournai vers eux une dernière fois, mes professeurs. Un baiser posé sur ma main prit la direction de celui pour qui j'étais venue. J'adressai  ensuite à cet aréopage une révérence polie, celle des petits rats du Bolchoï.
Oui, j'avais traversé la salle, déguisée. Mais peu nombreux étaient les sorciers pouvant le voir tant mes intentions étaient hermétiques. Un cygne noir, fier d'avoir osé.

Image



Dans la neige
de février, mes
pas invisibles.
EDIT : Circéia vient d'être inscrite dans la chronologie. Cela impacte  ce rp, puisqu'elle n'est plus à Poudlard en octobre/novembre 2044. Quelques détails majeurs ont été modifiés pour que l'ensemble puisse intégrer sa véritable histoire désormais. la suite arrive bientôt... (20-11-19)
Dernière modification par Circéia Alekhina le 9 déc. 2019, 18:40, modifié 4 fois.

Diplômée de l’ISDM => naturellement charismatique.
Vivre sans faire de mal à personne qu'à moi-même...

8 nov. 2019, 00:22
 Bal des Sorcières  La scène
Jeffrey attendait avec un brin de nervosité que son passage arrive, ce qui ne saurait tarder maintenant. Que lui avait-il pris de vouloir monter sur scène devant toute l'école ? Mais maintenant qu'il avait fait ce choix il devait l'assumer jusqu'au bout et jouer le jeu à fond. Le Poufsouffle vérifia nerveusement son déguisement. Son déguisement de Negan était plutôt convaincant à ses yeux mais le garçon craignait que ce personnage soit méconnu des enfants de naissance sorcière. Il avait alors opté pour un côté zombie afin de coller davantage à la soirée d'Halloween et de susciter un sentiment de révulsion. Sa seule chance de ne pas faire un bide était donc de se mettre à fond dans le rôle du personnage humain lors du trajet aller sur scène et de faire le retour en mode zombie. L'élève qui passait avant lui en avait presque terminé avec sa prestation et Jeffrey se félicitait d'avoir eu l'idée de customiser un peu plus son déguisement. Sa batte barbelée contenait des faux morceaux de chair plus vrais que nature et de la peinture rouge séchée mais l'anglais avait eu l'idée de la tremper avec un gobelet de cocktail rougeâtre et d'une gelée de la même couleur. Restait à oser mettre en pratique l'idée qu'il avait en tête...

Et c'était dès maintenant qu'il fallait agir. Devançant la musique qu'il avait choisit de quelques secondes, l'adolescent monta lentement les escaliers de la scène, plongé dans la pénombre. La batte sur l'épaule Jeffrey profita du silence de mort qui régnait pour signaler son arrivée par quelques sifflements nonchalants qui se voulaient inquiétants. Le cœur battant à tout rompre, Jeffrey se retrouva sur scène, son profil gauche visible.

Image

Le garçon avançait lentement, la démarche nonchalante et un sourire en coin narquois. La batte toujours sur l'épaule il était à fond dans le rôle de son méchant préféré de Comics qu'il aimait tant. Il s'imaginait dans le rôle de l'acteur qui l'avait si bien personnifié à la télévision. Acteur qui portait d'ailleurs le même prénom que lui. Au tiers de la scène parcourue le garçon tendit sa batte vers vers le public, la faisant défiler d'un visage à l'autre comme pour demander si quelqu'un voulait y goûter. C'était Halloween après tout, s'il y avait un jour où on pouvait adopter un tel comportement c'était bien uniquement lors de cette soirée. Après avoir fait un "Am stram gram", Jeffrey mima un coup de batte façon homerun, envoyant valser des morceaux de gêlée et de fausse chair dans l'assemblée. Toujours dans son personnage, Jeffrey mima un rire dédaigneux et fit un moulinet au niveau de la hanche, histoire d'asperger légèrement aussi le premier rang avec un peu de cocktail rouge.

Arrivé au bout de la scène, Jeffrey fit demi-tour et changea totalement de posture. Le garçon tint à présent sa batte vers le bas, le long de sa jambe. Elle raclait le sol en même temps que son pied droit, qu'il avait mis à angle droit par rapport à son avancée, laissant une trainée rouge derrière lui. A présent son profil droit était visible. Le temps de maquillage, bien conseillé par son pote de dortoir Chems, avait permis de faire apparaître un visage totalement déformé.

Image

A chaque temps plus faible de la musique Jeffrey laissait entendre sa respiration rauque, accompagnée de raclement de gorge gutturaux était parfois entrecoupée d'une prise de souffle à faire pâlir un asthmatique après un test à l'effort. Le garçon trainait sa carcasse d'une démarche hasardeuse puis pour le grand final il se tourna vers le public pour pousser un cri typique de zombie. Son visage tendu pendant le cri fit se décrocher un faux de morceau de chair de sa joue droite qui tomba sur scène. Puis arrivé au bout de son parcours et alors que la musique baissait à nouveau en intensité, Jeffrey regagna la pénombre et sentit à nouveau le manque d'assurance reprendre le dessus. Il espérait avoir fait rire ses amis et avoir dégouté certains camarades.

6è année RP 2047/2048 ~ Membre des clubs de Course sur Balais, de Bavboules et du Prodigium ~ « Jeff » : #134f5c

9 nov. 2019, 17:17
 Bal des Sorcières  La scène
Geneva s'était inscrite, après le concours de danse, à un défilé. Elle ne savait pas ce que ça allait donner, mais étant là pour s'amuser, le reste lui importait peu. Elle n'avait cependant aucune idée de qui pouvait bien participer, et ne savait pas si Celia serait du côté des participants ou des spectateurs. 

Durant toute la soirée, la jeune fille se détendait, et ne pensait (ne le voulant pas, surtout) pas à ce défilé ni au concours de danse. Elle voulait repousser le stress le plus loin possible, pour profiter de la soirée. En effet, les deux Serdaigle apprenaient à faire connaissance, et, au fil des minutes, s'entendaient de mieux en mieux. Et cette entente se ressentait dans la soirée : les deux jeunes filles s'étaient rendues au concours de danse ensemble, et étaient arrivées sur la troisième marche du podium. 

Mais, le problème d'un défilé, c'est qu'il faut quitter sa camarade de bal et marcher seule, devant des dizaines, voire des centaines de personnes, et ces mêmes personnes vous jugent sur votre tenue, votre maintient, et tout ce qui s'apparente au physique. 

Une annonce fût faite, et tous les inscrits au défilé devaient se rendre près de la scène pour montrer leur tenue. Attendant son tour pour passer, le stress commença à prendre à la gorge Geneva. Elle se demandait pourquoi elle s'était inscrite. Pour rire ? Elle ne riait absolument pas, là. 

Quand son nom fût annoncé, Geneva épousseta sa robe d'une main, par réflexe, puis s'avança sur scène. Elle avait les deux mains sur les hanches, la tête haute, sans sourire, mais des yeux pétillants. Ses pas s'enchainaient sur le sol, l'un après l'autre, sans erreur, régulier. Une fois arrivée au bout de la scène, elle s'arrêta quelques secondes, puis fit demi-tour, en gardant la même démarche et longueur de pas. 
Sa tenue représentait une poupée élégante, qu'on aurait pu voir dans l'un de ces films d'horreur Moldus. Ses cheveux avaient été mis en anglaises, retombant en boucles épaisses sur ses épaules, mais en plus structuré que d'habitude. Ses yeux étaient surmontés de mascara, ses joues avaient été rougies de manière exagérée, et ses lèvres étaient d'un rouge foncé. 
Elle portait une robe que sa grand-mère lui avait offerte, l'année passée. Elle était toute de dentelle et d'épaisseur de tissus, blanche, bleu et rose pâle, et s'arrêtait au niveau des genoux. Elle portait des petites chaussures cirées rouges. 

Une fois le défilé terminé, Geneva se détendit. Son visage se décrispa, son stress redescendit énormément et elle redescendit ses bras, les laissant pendre le long de son corps. Elle s'assit, et attendit que la fin du défilé arrive. 

Deuxième année RP
“Je n'avouerai jamais que certaines de mes propres émotions m'effraient”, Lomepal

9 nov. 2019, 20:01
 Bal des Sorcières  La scène
Rebecca n'avait pas pu participer au concours de danse. Retard d'inscription. Ce n'était pas étonnant de sa part. Elle était en retard pour tout. On se demandait même si elle n'avait pas oublier sa tête en Angleterre tiens. Pour le défilé, il fallait se produire seul. Toute seule. Pour qu'on ne voit que toi. Beckie se s'était jamais montré toute seule devant tout le monde...

Becca portait une robe kaki avec des petits boutons argentés. Celle ci était accompagné d'une cravate et d'un jupon bordeaux avec des coutures épaisses bleus marines. Rebecca avait choisi ces deux couleurs car elles allaient bien avec sa grosse tignasse de rousse. Sa tenue était accompagnée de collants fins noirs et de Boots "Dc Martens" noires.

Deux épais macarons se dressaient au dessus de chacune des oreilles de Rebecca. En plus, sa coiffure était accompagné d'un sublime chapeau noir. Il y avait dessus de grosses plumes bordeaux et noir à l'arrière. Une bordure de symboles argentés ornaient les côtés du chapeau. Un gros nœud bordeaux plus des froufrous étaient sur le dessus.

Pour clôturer le costume de Becca, un porte épée noir en cuir orné de petites fleurs en argents. Il y avait même la (fausse) épée dorée et argentée accrochait avec des petites boutonnières noires.

Le défilé était en train de défiler. Les candidates et candidats présents commençait à avancer petit à petit. Quand ce fut le tour de Beckie, elle regretta vivement de s'être inscrite, elle aurait voulu disparaitre mais là, ce n'était pas possible, tout le monde derrière attendait. Il fallait qu'elle se lance ou elle retarderait tout le monde. Rebecca avança sur la scène. Regardant de travers, elle marcha en face d'elle. Elle suivait le podium en se déhanchant.

La pirate était en action. Elle ne regardait personne, elle se concentrait juste. Plus elle avançait, plus elle déstressait. Elle faisait des petits arrêts à quelques endroits du podium pour faire un tour sur soi même. Arrivée au bout de la scène, Rebecca dégaina son épée, elle la pointa vers le public en la faisant tourner pour vraiment pointer son épée devant tout les spectateurs. Sa mise en scène achevée, elle retourna vers le bout de la scène.

Elle avait terminé, elle était confiante mais elle n'était pas effrayante. Dans la famille de Rebecca, Halloween n'avait jamais été effrayant donc Becca n'avait pas utilisé de faux sang, de bavures de maquillage ... Elle avait été à l'aise pendant la moitié de sa prestation alors elle restait sereine.

Post tout en bas avec les photos
Dernière modification par Rebecca Smith le 10 nov. 2019, 06:31, modifié 2 fois.

Opéra.

9 nov. 2019, 21:19
 Bal des Sorcières  La scène
Le défilé est applaudi et la foule se remet à danser pour une petite heure... La dernière heure avant le moment tant attendu : le couronnement de la Reine des Sorcières. C'est durant cette heure que les élèves présents au bal vont pouvoir voter pour leur Reine, en envoyant leur vote (le nom de leur candidate préférée) par hibou à Kristen Loewy (HRP) pour ne pas se faire influencer par la masse ! Mais les votes honnêtes ne font pas tout. Si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, mesdemoiselles, il va falloir songer à ruser, à faire preuve de créativité...

Mesdemoiselles, vous êtes invitées à poster dans ce sujet un petit résumé de votre soirée (110 mots max), et des techniques que vous avez mises en œuvre pour conquérir le cœur de vos sujets. Attention cependant, il ne suffit pas de les décrire ici : encore faut-il que cela se soit réellement passé dans le sujet RP général de la salle de bal. Soyez averties : vos ruses, si toutefois vous en avez usé, auront des conséquences (positives ou non) sur l'opinion de vos camarades - et potentiellement sur vos concurrentes, si jamais vous avez décidé de les piéger d'une façon ou d'une autre...

Cela étant dit, il est l'heure de faire campagne ! Que la meilleure gagne !
Vous avez jusqu'au 15 novembre (inclus) pour poster ici. Les élèves présents au bal ont jusqu'au 16 novembre (inclus) pour voter pour leur candidate préférée, par hibou.

Nécromancienne - Mère du dragon - Détentrice de la Baguette de Sureau et du Retourneur de Temps
~ if i wasn’t a narcissist i wouldn’t like me either ~

@Mentionnez-moi pour activer le Tabou

9 nov. 2019, 23:43
 Bal des Sorcières  La scène
Ce soir, Alice est resté fidèle à elle même : elle n'a usé d'aucun artifice pour plaire. L'enfant aime l'honnêteté aussi bien dans les paroles que dans les gestes. La petite Dame Blanche s'est montré élégante comme l'exige son éducation. Toujours droite, toujours digne. Bien sûr, elle n'a pas hésité à dénigrer silencieusement ses camarades qu'elle aurait jugé trop... ridicules, que ce soit par leur costume ou leur comportement.

Au bras de son cavalier éphémère - le véritable peinant à se montrer - Alice a sourit, Alice a rit. Alice a été rayonnante de simplicité. Pourquoi user de ruse quand le naturel est notre plus belle arme ?

Cinquième année RP - 741B47
Étudiante à Beauxbâtons depuis Janvier 2046
Fondatrice du MERLIN

10 nov. 2019, 00:04
 Bal des Sorcières  La scène
Pendant le bal, tu n'as pas changé tes habitudes : Tu n'as pas souhaité faire une grande campagne pour devenir la reine du bal. Tu as salué tes amis et tu as passé la soirée aux côtés de ta meilleur ami et de son copain, ainsi qu'au bras de ton meilleur ami. Tu n'as absolument pas eu envie de dénigrer les autres candidates ni de prouver à quel point tu mériterais de gagner, simplement parce que tu ne vois pas pourquoi tu mériterais de gagner plus que les autres, elles étaient toutes magnifiques ce soir.

Cinquième année RP | #4682B4
« Poufsouffle refoulée ayant été répartie à Serpentard, se proclamant Gryffondor et se faufilant parmi les Serdaigle » E.D.