Inscription
Connexion
5 mars 2020, 21:27
Un Bal ? Où ça ?  Solo 
31 Octobre 2044, Bal d'Halloween.


Un bal… Pfff n’importe quoi… Déjà qu’il détestait Halloween quand il était chez les moldus alors si en plus les sorciers s’y mettaient aussi avec leurs célébrations stupides...

Xénos tournait dans son dortoir en ronchonnant mentalement. Il avait beau prendre toutes ses excuses habituelles il savait bien ce qui lui déplaisait le plus dans cette histoire de bal d’halloween… ça faisait des jours et des jours que tout le monde parlait sans arrêt de ça partout : en cours, à la table des Serpents, dans la salle commune… Et tout le monde était enthousiaste, ils savaient tous avec qui ils allaient y aller et ce qu’ils y feraient. Xénos lui, n’était jamais aller à un bal ou à ce qui ressemblait de près ou de loin à une fête. Pour les goûter d’anniversaire il n’était pas invité en général… Et il était si maladroit. Il n’avait personne avec qui y aller non plus... Pourtant il hésitait vraiment à y aller, il ne savait pas pourquoi, c’était stupide mais… Il avait vraiment envie d’y aller. Il était 20h et quelques, ça avait déjà commencé depuis longtemps...

Le Serpentard prit son courage à deux mains et s’habilla avec la chemise noire la plus élégante qu’il avait, il brossa ses cheveux que son agitation avait emmêlé et se regarda nerveusement dans le miroir. Bon ça allait. Son cœur tambourinait dans sa poitrine, il avait peur d’y aller. Il avait sympathisé avec quelques personnes depuis qu’il était là mais il n’avait pas de vrais amis avec qui il restait tout le temps. Lui il était plutôt du genre rat de bibliothèque… Il y avait autre chose qui l’angoissait : il devait se comporter en Sang-pur. Et il n’avait aucune foutue idée de comment se comporter un Sang-pur.

L’idée de sa mère lui semblait de plus en plus absurde. Il connaissait beaucoup de Sang-Mêlés et ils n’avaient aucun soucis avec les autres. Ce n’était pas comme s’il était né-moldu en plus… Il souffla une nouvelle fois d’agacement. Bon il suffirait sans doute qu’il reste digne et qu’il ne se ridiculise pas.
Oui mais pourquoi voulait il y aller aussi ? Après tout c’était une perte de temps… Non ça pouvait être utile contra la partie de lui qui voulait aller au bal : il fallait se sociabiliser.

Xénos se concentra sur cette idée et quitta le domaine des Serpents, il parcouru les cachots d’un pas vif et déterminé et émergea bientôt dans le hall. Il regarda autours de lui, déconcerté : c’était désert. D’habitude il y avait toujours quelques personnes qui traînaient ici.

Au fur et à mesure qu’il se rapprochait de la salle de bal, le pas du Serpentard ralentissait et sa détermination fondait comme neige au soleil. Il se traîna tout de même jusqu’à la porte de la salle de bal et se tritura les mains nerveusement en entendant le tumulte des conversations joyeuses et la musique qui s’échappaient de la porte entrouverte…

Bon plus qu’un pas.

… Oui mais il y avait beaucoup de monde là-dedans quand même… Et il était tout seul… Et si il passait sa soirée tout seul planté au milieu de la salle comme un idiot ? Et si il se ridiculisait ? Xénos resta quelques instants à la porte, écoutant les bruits du bal comme un spectateur extérieur. Il pouvait voir à travers la porte entrouverte, les visages joyeux et les jolies robes des filles, il voyait l’assurance de certains garçons, les couples qui dansaient…

Xénos soupira et tourna les talons tristement, la honte l’enveloppant d’une amertume agaçante, il s’éloigna vers le silence et la fraîcheur des cachots.

Chacun voit ce que tu parais, peu perçoivent ce que tu es.
7 mars 2020, 08:44
Un Bal ? Où ça ?  Solo 
Après s'être dégonflé, Xénos s’était réfugié dans un fauteuil de la salle commune près du feu. Il était plongé dans la lecture de son livre depuis des heures quand il entendit des pas venir de l’entrée de la salle commune, il se releva souplement et s’enfuit dans son dortoir pour éviter de parler à qui que ce soit. Arrivé dans son dortoir, il se demanda un instant s’il allait continuer à lire, il tira sa montre en argent et grimaça en voyant l’heure. Non il allait dormir plutôt… Il se mit en pyjama et se coucha rapidement, savourant le calme de son dortoir et la chaleur de son lit.

Il s’endormit rapidement, il ne s’était pas aperçu d’à quel point il était fatigué...

Le Serpentard remua et grimaça en se réveillant. Il y avait des gens qui bavardaient dans la salle commune. Il se demanda vaguement quelle heure il était pour que tout le monde décide de faire une party pyjama en pleine salle commune… Il s’enfouit sous son oreiller en grognant de contrariété. Il ne savait pas si c’était le bal qui les avaient énervé et qui leurs donnaient des envies de réunion nocturne mais c’était pénible ! On était dans une école Merlin pas dans une colonie de vacances !

Roh pas possible ça…

Il avait beau râler tout seul, ils continuaient de parler dans la salle commune et Xénos n’avait pas le courage de se lever pour aller leur dire de la fermer et d’aller dormir au lieu d’empêcher les autres de le faire. Après quelques dizaines de minutes à attendre que le sommeil revienne, réfugié sous son oreiller, le Serpentard se demanda ce qui se passait, il n’avait jamais était dérangé par des réunions nocturnes jusque là... Il hésita à nouveau à aller les voir pour leur demander le sujet de leur conférence improvisée. Mais il avait vraiment la flemme… Tant pis, il demanderai demain, ça ne devait pas être important sûrement une histoire de dispute ou de cœur brisé...

Chacun voit ce que tu parais, peu perçoivent ce que tu es.
11 mars 2020, 09:36
Un Bal ? Où ça ?  Solo 
Le lendemain, Xénos se leva parmi les premiers comme à son habitude et il partit prendre son petit-déjeuner tranquillement. Sous l’effet des brumes du sommeil il avait déjà oublié la conférence nocturne dans la salle commune. Il s’assit à la table des Serpents et se servi à manger d’un air ensommeillé. Il ne releva pas la tête de son petit-déjeuner avant d’avoir fini. Quand il eu terminé il engloutit un verre de jus de citrouille et leva enfin le nez de son assiette pour examiner distraitement ses camarades.

C’est seulement à cet instant qu’il remarqua qu’il y avait une ambiance très étrange dans la Grande Salle. D’habitude il y avait toujours un bourdonnement de conversation jovial et étant donné le bal d’hier, le Serpentard s’était attendu à voir des visages ravis… Mais non. Ils avaient des expressions défaites et le silence était assourdissant. Xénos, qui n’avait rien remarqué jusque là, fronça les sourcils et regarda vers la table des professeurs. Il n’y avait personne. Il se sentit soudain très décalé et se demanda s’il n’avait pas raté un épisode… Mais que pouvait il s’être passé entre hier soir et ce matin ? Il était sûr et certain que la journée s’était bien passé hier…

Xénos s’amusa mentalement à imaginer qu’il était tomber dans une faille spatio-temporelle dans la nuit qui l’avait fait changer de dimension… L’idée ne l’amusa pas longtemps cela dit, ils avaient des têtes moroses et des teints pâles, le Serpentard avait l’impression qu’il manquait beaucoup de monde et il n’aimait pas cette atmosphère pesante. Il se tourna vers son voisin de table qui mâchait un toast sans conviction et lui demanda pourquoi tout le monde avait une tête de déterré ce matin. Le ton léger qu’il prit sembla déplaire à son interlocuteur, l’autre lui demanda agressivement où il était pendant le bal d'Halloween. Xénos serra les dents et lui répondit froidement qu’il était dans son dortoir. L’autre le regarda avec un air étonné.

- T’es pas au courant pour l’attaque d’hier alors ? Demanda t-il d’un air stupéfait.

Ah. En effet il avait loupé un épisode...

Chacun voit ce que tu parais, peu perçoivent ce que tu es.
16 mars 2020, 15:03
Un Bal ? Où ça ?  Solo 
Bon le voisin de table lui avait gentiment expliqué le gros de l’attaque et à force de laisser ses oreilles traîner toute la journée et de demander des explications à ses connaissances sur l’événement du bal, Xénos avait réussi à avoir toutes les informations. Il n’était plus aussi fâché contre lui-même de ne pas avoir eu le courage d’y aller maintenant… Le Serpentard balaya la Grande salle des yeux, le dîner se terminait dans un silence inhabituel. Les élèves qui avaient assisté à l’attaque avaient l’air traumatisés…

Maintenant la question c’était comment réagir à ça ?

Il savait l’attitude qu’il devait adopter en tant que bon Sang-pur, il devait prendre un air indifférent et faire comme s’il ne voyait absolument pas le problème des agressions qui avait eu lieu sur des Sangs-de-bourbes. Ça c’était la partie simple. Il croqua dans sa pomme en réfléchissant. Vu ce qu’on lui avait raconté par contre il y allait avoir des tensions à Serpentard… C’était qui cette Carry qui avait agressé une autre Serpentard ?

Xénos était consterné qu’un Serpentard s’en prenne à un autre. Il avait cru que les membres d’une même maison étaient solidaires entre eux. Mais apparemment le statut de sang semblait plus important encore que la maison à laquelle on appartenait… Ce constat l’attristait. La plupart des gens avec qui il s’entendait bien étaient des Serpentards et il aimait beaucoup sa maison. Mais étant donné le rôle qu’il devait jouer en permanence il commençait à développer une sorte d’instinct… Il y avait des Sang-de-bourbes à Serpentard et des Sang-purs bien sûr… Mais le statut de sang mis à part, c’était difficile de savoir qui était pour qui. Certains « Sang-purs » étaient contre le conseil des sorciers et il y avait des Sang-mêlés qui étaient pour le conseil des sorciers... Ça allait créer des divisions.

Xénos croqua une nouvelle fois dans sa pomme et se remémora les noms des blessés…

L’appétit lui manqua brutalement et il reposa la pomme entamée dans son assiette vide. Un élan de tristesse le prit, malgré ses recherches et ses observations, malgré tous les livres qu’il avait lu, il ne comprenait pas ce que changeait réellement le statut de sang dans la personnalité ou la magie des gens. L’idée de sa mère lui paraissait souvent absurde car il n’était plus sûr qu’être étiqueté Sang-pur soit une meilleure idée qu’être Sang-mêlé... Cela dit jusque là il avait plutôt essayé de suggérer dans ses gestes et ses attitudes qu’il était issu d’une grande lignée en évitant quand il le pouvait de mentir frontalement sur ce sujet.

Il avait encore de la marge de manœuvre. C’était ça le principal : garder des portes de sorties par lesquelles s’enfuir, il l’avait appris grâce aux moldus...

Fin du RP

Chacun voit ce que tu parais, peu perçoivent ce que tu es.