Inscription
Connexion

21 janv. 2021, 09:30
Aurore  PV   + 
Enveloppée dans la couverture violette d'Unna, je me sentais à la fois bien vivante et à l'abri, pleinement consciente du monde. Simple observatrice de sa beauté. *Un effet chocolat chaud* Les lèvres bleuies par la température ambiante, je laissai mon regard errer quelque part entre les sapins qui tapissaient la montagne, définissant la limite entre ciel et terre. Horizon. Le plus surprenant dans les environs, c'était le silence épais et si consistant que je pouvais presque le sentir contre ma peau. J'étais loin, très loin du murmure constant des voitures en arrière-plan et de celui de la mer, plus apaisant, lorsque je m'enfonçais le plus profondément possible dans le sable. J'aurais voulu m'y dissoudre comme le font les vagues pour être avalée toute entière par l'océan.

La montagne avait quelque chose d'apaisant. Elle paraissait si majestueuse, si... libre. Je me retournai vers Unna en posant la tête sur mes genoux tandis que les mots sortaient de son cœur. Dans sa voix, des sentiments si calmement douloureux : pas de colère, rien que de la mélancolie et de l'incompréhension. On aurait dit qu'elle se cramponnait de toutes ses forces à des souvenirs révolus. Des souvenirs heureux devenus déchirants. Sa bulle d'insouciance éclatait lentement, ne laissant derrière elle que le regret. Ce Steve lui avait fait du mal, que ce soit volontairement ou non. Je répondis prudemment:

- Tu sais, j'pense que la seule solution serait de lui demander. Pourquoi. Si tu le croises plus, envoie-lui un hibou. Peut-être qu'il a ses propres problèmes. P't'être que c'est juste un idiot. Mais dans tous les cas, ne reste pas là-bas, dans l'passé. Agis. L'incertitude ça fera que t'bouffer de l'intérieur.

C'étaient les mêmes questions qui se répéteraient à l'infini dans un esprit si on ne faisait rien pour s'en débarrasser: est-de ma faute? Qu'ai-je fait de mal? Qu'aurais-je pu faire différemment? Soudain, je fermai les yeux très fort : Unna avait tapé dans le mille.

- Je...

Je laissai ma phrase en suspens. Cette fois, le problème n'était pas mon interlocutrice. C'était moi. Et j'étais incapable d'aller plus loin. J'avais toujours gardé les sentiments négatifs à la surface. Pas tout à fait enfouis, mais pas non plus à l'extérieur. Qui étais-je pour donner des conseils que je n'étais même pas capable d'appliquer? Me plaindre n'était pas une option. Mais le reste était lourd. Je regardai Unna droit dans les yeux: il y a des choses qui ne pouvaient être dites, mais d'autres que j'étais en mesure de partager. *Pour que le tout pèse moins lourd*

Bienveillance muette
Ancrée dans
Le sol.


- En fait, la santé de mon frère est vraiment fragile. Et me savoir loin de lui comme ça... c'est comme si je manquais à mon devoir, tu vois?

Ton devoir de mère?
Je soupirai, soulagée d'avoir mis des mots sur cette douleur, aussi petite fut-elle. J'avais l'impression que nous étions deux sœurs en train d'échanger des secrets tard le soir, quand tout le monde était endormi. Quoique, je ne savais pas ce que c'était d'avoir une sœur. Aux paroles d'Unna je levai les yeux, apercevant au même instant qu'elle les arabesques roses et orangées se dessiner dans le ciel. Des taches paisibles qui éclaboussaient le bleu du ciel. Magnifiques. Subjuguée, je me fis la réflexion qu'il existait de très belles choses dans le monde. Il suffisait de savoir les apprécier.

Je ne m'excuserai jamais assez du retard, Plume...

Avatar réalisé par ~ en commun avec ~ l'incroyable Eugène Harlow. "Laissez passer les queen !"

21 nov. 2021, 22:08
Aurore  PV   + 
Unna se sentait bien ainsi, blottie sous la couverture tout contre Ella. Elle avait enfin l'impression de pouvoir déposer un peu de sa peine. La jeune gryffonne était la première personne avec qui elle partageait sa tristesse. Elle avait l'impression que cela tissait un lien invisible entre elles. La petite blonde avait le pressentiment que ce ne serait pas la dernière fois qu'elles se rencontreraient.

La lumière prenait de plus en plus de place, remplaçant les ténèbres de la nuit. La jeune fille se dit qu'il en serait sans doute de même pour elle, même si elle avait du mal à y croire pour l'instant. Ne dit-on pas que le soleil vient après la pluie ? Qu'avec le temps tout guérit. Ces lieux communs ne l'apaisaient pourtant pas le moins du monde.
- Oui, tu as sans doute raison, je devrais lui envoyer une lettre. Mais franchement, je ne saurai pas où envoyer mon hibou. Je n'ai pas croisé Steve à Poudlard depuis le mois de décembre. Et puis, s'il ne m'a pas prévenue, c'est sans doute qu"il n'a pas envie d'avoir de mes nouvelles.
À cette pensée, son cœur se contracta encore un peu plus dans sa poitrine.

Unna avait retourné sa question à Ella et cela la laissa un moment sans voix. Elle amorça le début d'une réponse mais rien d'autre ne sortit de sa bouche. C'est si difficile de parler de ce qui nous fait souffrir. Mais elle finit par se confier, si simplement. Unna en fut très touchée et ne put empêcher une larme de rouler le long de sa joue. Elle ne savait pas si c'était sa propre tristesse qui s'exprimait, celle d'Ella ou bien les deux mélangées. Elle ne savait pas quoi dire. Quand quelqu'un vous manque, les conseils sont bien inutiles. Elle posa sa main sur celle de son amie. Oui, c'était ainsi qu'elle la considérait à présent, même si elles n'avaient échangé que quelques mots. Ce moment, empreint de beauté et de poésie, resterait gravé dans sa mémoire.
- Oui, je crois que je vois. Même si tu sais que ce n'est pas de ta faute et que tu ne peux rien y faire, tu voudrais lui montrer que tu es là pour lui. Je ne le connais pas, et je ne te connaissais pas hier encore, mais... je pense qu'il le sait, et que l'amour que tu lui portes, il peut le ressentir à des kilomètres.

Unna s'absorba encore une fois dans la contemplation de l'horizon et de ses couleurs fantasmagoriques.
- C'était un sacré lever de soleil !
Puis elle murmura :
- Merci pour ce moment.

Elle frissonna. Le besoin de bouger se fit alors ressentir. Ce moment parfait, comme figé, ne pouvait durer éternellement. Le temps s'était arrêté un instant mais il fallait bien qu'il reprenne son cours, lui qui avait l'habitude de tout emporter sur son passage. Si Ella ne l'a pas repoussée, sa main est toujours posée sur la sienne. Elle l'attrape et se lève tout en prenant soin de garder la couverture enveloppée autour d'elles.
- Tu es glaciale. Allez viens, on va prendre un bon chocolat chaud pour se réchauffer.

@Ella Davis, je n'ose même pas m'excuser de ce... retard ? Merci pour cette très jolie danse en ta compagnie <3

Il suffit de se souvenir d'allumer la lumière.
Troisième année RP - Fiche - Marraine - Réputation - Chocogrenouilles Couleur : #8000BF