Inscription
Connexion
27 juil. 2020, 10:00
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Les réactions fut très différentes dans la salle. Pendant que Wilson s’en fichait de ce qu’il se passait, certains allaient aider spontanément l’infirmier, et d’autres, plus jeune étaient apeuré. *Roh la laaa c’est pas vous qui êtes attaqué… j’aurais aimé vous y voir devant les loups du tournoi des sorciers * pensa Wilson en voyant une fille de première année de Serdaigle se mettre dans tous ses états. Même si les événements l’avaient un peu renforcé, Wilson se dit après coup, que sans avoir connu tous le reste, il ne ferait peut-être pas le fier, face à cette fille criblé de flèches.

Malgré qu’il était au milieu de la table des Serpentard, Wilson entendit à peu près ce que l’infirmier disait, même si c’était parfois difficile à comprendre avec les cris des bébés de la salle. Il entendit par contre qu’il lui fallait des volontaires pour aller chercher deux trois trucs à l’infirmerie, et qu’en plus, un élève de cinquième année minimum devait se joindre impérativement au lot d’élèves. Wilson sauta sur l’occasion, il ne voulait surtout pas faire de babysitting. Marre des pleurnichards. Le faite de pouvoir bouger était une super occasion pour faire autre chose que faire la tête dans son coin. Il se leva d’un bond et se dirigea vers monsieur Mason.

« J’veux bien aller à votre bureau pour vous, monsieur. » dit Wilson dès qu’il fut arrivé à sa hauteur, évitant soigneusement de regarder Dai Hong Dao.

Il chercha du regard les deux ou trois camarades qui devaient l’accompagner et dès qu’il les eut trouvé, il sortit de la Grande Salle. Dans des moments comme ça, la vitesse est requise et chaque minute compte, alors, Wilson ne traîna pas. Ne se retourna même pas pour discuter avec ses camarades, il marcha très vite vers l’infirmerie. Il en était presque à courir et ne s’arrêta que lorsqu’il fut arrivé dans le lieu de soins du château. Un peu essoufflé d’avoir monter les marches si vite, il dit :

« Bon maintenant faut trouver où Mason a rangé son tilleul, sa camomille et le millepertuis ! Allez go ! »

Étant dans une situation d’urgence, Wilson s’autorisa à fouiller les armoires de l’infirmerie à la recherche des précieux ingrédients.

7ème année RP - seagreen
27 juil. 2020, 11:25
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
1. 2. 3. 4. 5.

Il suffit d'aller voir.
Vraiment ?
Pourtant, On nous a dit de ne pas bouger.
Mais On ne nous voit plus. Ne nous entend plus.

Tu sais ce qui se passera, si tu ne respectes pas ce qu'on te dit ?


Tu s'ras virée. La honte ! Tu pourras même plus te regarder dans un miroir.

J'sais.


Je sais.
Mais, Voix, il faut que tu saches, Curiosité me charme. Elle me chuchote de doux mots à l'oreille, la mélodie de sa voix m'enivre. Elle comble mes sens, elle souffle un tendre vent de Nouveau dans mon esprit. Ulysse s'était accroché au mât de son bateau et ses hommes s'étaient bouchés les oreilles pour résister au terrible chant des Sirènes, mais moi, j'peux pas.
C'est trop tard. J'y arriverai pas.

Masques peints d'Horreur. Trop de bruit. Trop de Trop.

Mr Mason, un autre On, il a dit qu'on pouvait venir l'aider. Et puis tout le monde bouge, tu vois ?


T'es toujours là ?


Je f'rai attention. Tu le sais, que je n'aime pas m'attirer d'ennuis.

Pourquoi me demandes-tu mon avis alors que tu as déjà pris ta décision ?

Parce que je doute. Tu le vois. J'sais que tu le vois.

Fais ce qu'il te plaît, naïve Enfant. Sache que tu ne mesures sans doute pas ce que tu vas découvrir.


Il y avait une Inconnue, à la table des Gryffondor, qui était déjà en route. Elle avait le visage lumineux, il ressortait au milieu de ce Trop.
Si ça se trouve, c'est un phare, je dois la suivre ! Elle s'appelle comment ?
Peu importe.

Tiens, t'es là toi ?



Est-ce que Elfie, elle a aussi une Voix ? Une petite voix Voix intérieure qui l'inquiète, qui siffle dans sa tête, qui lui dit qu'elle a tort ? Et l'Inconnue, peut-être que sa Voix à Elle lui dit qu'il faut céder à Curiosité ?

- Attendez ! Je… J'viens aussi. Mais on ferait mieux de faire vite, pas sûr que Mr Mason apprécie qu'on vienne mettre le nez dans cette affaire…

@Elfie Chassin, @Octavia Still ^^
J'espère que ce changement de point de vue ne vous déroute pas...
Dernière modification par Helen McKemmish le 31 juil. 2020, 15:56, modifié 1 fois.

N'énucléez pas vos enfants.
deuxième année - anciennement Helen Brown
27 juil. 2020, 11:29
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
1234

Peu à peu, je la sens qui se calme. Ou qui devient moi apeurée, moins prise par ses émotions. A l'instar d'un bon nombre d'élèves de la salle. Je cale ma respiration sur la sienne. *On est jamais trop calme*.

J’acquiesce face à son envie d'aider. Tremblotante, toujours. Je ne la lâche pas, cette petite main. Pas maintenant que je l'ai pris, au milieu de toute cette agitation. Quand elle en aura envie, quand elle se sentira mieux, cette Autre pourra la retirer. Mais pour le moment, restons liées.

J'ouvre la bouche pour parler. Pour qu'on essaye de trouver où se rendre utiles, toutes les deux. Quand un bruit sourd me fait vivement tourner la tête, sur le qui-vive. Peur, encore. Et là, je la vois. C'te fille du soir de novembre. *Alio*. Paniquée. Il n'y a pas d'autres mots. Elle aussi, elle tremble. Elle murmure des paroles que je ne peux discerner. Trop de bruits dans la pièce. Trop peu de force en sa voix. Elle est juste mal. Retournée. Choquée. Ou que sais-je. Encore une fois, au bord du vide. Mais ce n'est pas le même que ce soir là. J'aime pas, la voir comme ça. Même si je ne la connais pas tant que ça. J'aime pas. Alors, je serre un peu plus la main de l'Autre dans la mienne. Pas envie de tomber.

Et cette Autre créée une sorte de chaîne. Elle qui semblait tant perdue vient maintenant en aide à Alio. Pour lui montrer aussi qu'elle n'est pas toute seule. Elle nous lie, de par nos mains. Elle se rassure. Elle la rassure. Elle nous rassure. Nous sommes plus fortes que seules avec nos pensées noires. Je me rapproche de la fille de la nuit. M'accroupis, pour être à sa hauteur. J'enlève doucement ses doigts du bois. Les détends. Et lui prend la main, à elle aussi. Elle ne va pas aimer, si elle s'en rend compte, peut-être. *M'en fou* Je la serre. Pas trop fort, mais assez pour la ramener dans cette réalité désagréable. Ce qui est horrible de ma part. Mais je ne veux pas qu'elle parte dans des contrées étranges. Il faut qu'elle reste les pieds sur terre, tout comme nous.
Je cherche dans ses yeux. Comme l'autre fois, je n'ai pas envie de lui parler à voix haute, dès le début. Alors, dans le fond de ses pupilles, j'espère y inscrire des paroles rassurantes. Qu'elle comprendra.

La voix de l'infirmier me ramène à la réalité. Au cauchemar plutôt, non ? La pauvre femme baigne encore dans son sang. Elle subsiste. Les consignes fusent. Plantes. Mortiers. S'occuper des élèves paniqués – ma part du travail sur ce point est déjà remplie, non ? – Lorsque Monsieur Mason essaye d'enlever une flèche, celle-ci s'enfonce un peu plus dans le corps de la blessée. La tâche va être plus compliquée que prévue. De l'aide. C'est ce dont il semble avoir besoin.

Alors, je me lève. Et, en étant certaine que nous restons toutes liées, d'une manière ou d'une autre, je m'approche de la blessée, des quelques élèves et mortiers, et de l'infirmier, un peu en retrait pour ne pas le gêner dans ses actions.

« On a des mains délicates. On peut vous êtres utiles, peut-être. »

Oui, je ne les connais pas et je m'avance sur leur délicatesse. Oui, cela impliquerait que je les lâche. Mais de les savoir occupées et à côté de moi, je suis plus rassurée. Je ne sais pas pourquoi je m’évertue d'essayer de les protéger des horreurs du monde, alors que ce n'est pas possible. Alors que je ne les connais pas, ou peu. Et pourquoi après, je les ramène au plus proche du sombre de la situation ? Alors que c'est tout le contraire de ce que voulais, pour elle. Pour elles. Mais qu'est-ce que je peux leur proposer d'autre ? Les rassurer avec mes Mots maladroits ? Leur dire encore et encore que ça va aller alors que personne dans cette salle n'en n'est sûr ? Les emmener s'asseoir dans un coin, loin de la blessée, pour qu'elles ressassent dans leur esprit le peu qu'elles ont déjà vu ?
Sur le moment, les savoir avec moi, proche de la blessée, de façon à se sentir utiles, me semble la meilleure option qui s'offre à moi. Et puis, si cela ne leur va pas, elles pourront partir autre part. Mais je préférai qu'elles restent, quand même. Rassurée, un peu.

Plumes d'@Alison Morrow et d'@Hannah Hardhoke
Dernière modification par Maggy Thompson le 31 juil. 2020, 11:22, modifié 2 fois.

Pourquoi passes-tu autant de temps dans ma tête ? Parce qu'il y fait toujours beau.
27 juil. 2020, 14:34
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Un élève de 5ième année part et tu le suit. Sans réfléchir. Parce qu'il faut agir. Il marche vite, mais pour toi, cela équivaut à courir. Mais c'est mieux comme cela. Moins tu réfléchira, mieux tu te portera. En sortant de la salle, tu commence à Respirer librement, loin de l'Horreur qui n'arrive pas à quitter ton esprit. Mais tu ne t'arrète pas. Ton objectif, maintenant, c'est que la chinoise vive. Les professeurs sont partis ? Il reste l'infirmier. Qui doit être en train d'enlever les flèches de l'Horreur, d'ailleurs. A cette seule idée, ton coeur se soulève et tu grimace. Mais tu ne peux pas t'arréter, si tu ne veux pas te faire distancer par ce 5 eme année au longue jambes. Vievement que tu grandisse !
Il s'arrète devant le bureau de l'infirmier. Tu n'y est encore jamais entrée. Il commence à fouiller les placart, en leur adressant une phrase que, si tu connaissais les escape Games moldus, trouverait un rapprochement étrange. Il est en train de fouiller les placarts comme si sa vie en dépendait. Alors toi aussi, car une vie en dépend peut être. Ton objectif ? La camomille. Tu va prouver que meme les premières années ont un rôle à jouer. Tu va trouver cette camomille.

Au 5 ème placart, Bingo !
Tu viens de trouver la plante que tu cherchais. Heureusement que tu t'es souvenue de son apparence.
Alors, très fière, tu annonce :
- Camomille, trouvée ! J'en prend beaucoup ?

En attendant leurs réponse, tu te remet à chercher comme une forcenée. Tu aura fait de ton mieux pour que l'Horreur vive.

@Wilson Kingson , j'espère que cela te convient.

Je suis peu présente ces temps ci
27 juil. 2020, 14:52
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Jill arriva devant le corps avec la Serdaigle, celle-ci levait la tête pour ne pas regarder le corps. L'infirmier demanda à des élèves d'aller chercher des choses à l'infirmerie, certains se portèrent volontaire, lorsqu'une élèves sortie de la salle pour aller chercher de quoi soigner l'asiatique la Serdaigle en profita pour la suivre. Jill resta et demanda si elle pouvait aider.
Allez ! Courage Jill... Demande... Reste pas là à rien faire... Tu veux aider ?
Oui !
Ben dit le !
Euh... Mais comment... Je ne suis peut-être pas utile...
Mais si ! Dit que ta mère est médecin...
Mais elle est moldue...
Oui, mais tu peux comme même aider, tu as aider ta mère à enlever des bouts de verre de la petite Lizzy, tu te souviens ?
Oui...
Parle de ça.
D'accord...


- Euh... Je voudrais aider... Ma mère est médecin, certe moldue, mais je connais quelques trucs...

Maintenant donne un exemple ! On s'en fout que ta mère est médecin, l'important c'est que tu l'a déjà aidé et que tu as pratiqué.

Jill avait un peu peur de la réponse. Elle ajouta timidement :
- Je peux aider à extraire les flèches... Je... J'ai déjà aidé ma mère à extraire des des bouts de verre de la fille d'une amie à ma mère... Est-ce que je peut aider ?

C'est pas terrible... Mais ça peut passer... On verra bien...

.Jill Anders*
27 juil. 2020, 15:26
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
1
Alors que la jeune fille prononce les derniers mots de sa phrase, elle le regrette amèrement. Elle venait d’énoncer ses peurs à haute voix et en avait sûrement créer d’autre dans la tête de la jeune fille à qui elle avait parlé. Lahya, c’était sa son nom, Élina en était sur. En échos à ses pensés, l’irlandaise remarque la panique qui semble s’installer sur son visage et la brunette s’en veux instantanément. Tentant de réparer son erreur, elle essaye tant bien que mal de rassurer la jeune fille, tâche difficile lorsqu’on en aurait soi-même besoin.«T’en fais pas, je suis certaine que les professeurs nous protégeront quoi qu’il arrive. L’infirmier est là et il semble savoir ce qu’il fait, rien ne nous arrivera. »
Élina savait que c’était sûrement faux, mais pour l’instant, seul comptait le fait d’apaiser Lahya et elle-même au passage. L’infirmier se releva et s’adressa aux élèves dans la grande salle, mais trop prise par ses propres pensées, elle n’entendit pas un mot de ce qu’il racontait et décida de ne pas bouger, c’était sans doute la chose la plus logique à faire pour l’instant. Toujours dans l’ignorance de ce qu’il se passait, l’irlandaise ne savait plus quoi faire, elle aurait bien voulu aider l’infirmier, mais sans aucun information, elle préféra rester au côté de sa voisine.

@Lahya Eaton à toi!

I am made of memories
• Membre de l'organisation la plus secrète des secrètes, la RASA ! •
Avatar modifié par l’élégante Eryne O’Kieran !
27 juil. 2020, 18:42
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
- Mmmh...

Elle avait envie de la croire, Laurence. Elle avait terriblement envie de la croire, de se persuader que tout allait bien se passer, mais l'idée que les professeurs avaient quittés le château, tous, lui donnait la nausée. Comment avaient-ils pu les laisser tous seuls, à la merci de beaucoup trop choses qui pourraient arriver en leur absence ? Comment avaient-ils pu les laisser seuls sur cette île avec aucune sortie possible ? Il n'y avait plus la plume noire pour s'enfuir, elle avait disparu dès qu'Eileen était arrivée à Poudlard. Elle était bloquée ici, dans ce château. Ils étaient tous bloqués ici. Et Monsieur Mason n'allait pas pouvoir gérer toute l'école à lui tout seul, il y avait beaucoup trop d'élèves, elle le savait, et c'était peut-être cela qui l'angoissait.
Elle resserra un peu plus ses bras autours de ses jambes, comme pour se protéger. Elle se protégeait elle-même, maintenant qu'il n'y avait aucune des personnes qui le faisaient habituellement. Peut-être étaient-ils dans la salle, sûrement même, mais Eileen ne les voyait pas, et cela ne la rassurait pas du tout.

Elle fixait la table des Serpentard, tentant d'apercevoir quelqu'un qu'elle connaissait. Mais elle ne voyait personne, même pas leur ombre. Elle ne voyait que des visages inconnus, ou alors elle les avait déjà croisé de vue, mais aucune trace de Lexa, ni de Lili, ni de personne d'autre qu'elle connaissait vraiment. Pourquoi ne les voyait-elle pas bon sang ?

Eileen se leva brusquement. Il fallait qu'elle fasse quelque chose, n'importe quoi, mais elle ne supportait pas de rester assise à attendre que quoi que ce soit se passe. Elle n'arrivait pas à se faire à l'idée qu'elle allait rester assise, jusqu'à ce que les professeurs reviennent - s'il revenaient un jour. Il fallait qu'elle bouge, qu'elle aide, qu'elle fasse autre chose que se morfondre sur elle-même, en tentant de ne pas se mettre à pleurer. Elle fit le tour de la salle du regard, elle ne voyait pas grand chose de l'entrée. Il y avait tout un attroupement d'élèves devant la porte, elle ne voyait rien, mais tant pis. Elle observait les élèves qu'elle n'arrivait pas à reconnaitre. Peut-être que ses amies étaient là bas ? Qu'elle allait trouver Elowen près de l'infirmier, et toutes ces personnes attroupées autour ? Son regard se posa sur Laurence, qui devait se demander pourquoi elle s'était levée d'un coup.
Eileen baissa la tête, fixant à présent la place à laquelle elle était quelques secondes avant.

- Faut que je fasse quelque chose, j'supporte pas de rester assise.

Elle ferma les yeux quelques secondes, inspira et expira longuement, tentant de calmer les battements de son cœur qui étaient trop fort. Son cœur battait trop vite, beaucoup trop vite. Elle rouvrit les yeux un peu trop vite, la lumière qui illuminait la pièce l'éblouit. Elle attendait une réponse de Laurence, savoir si elle allait venir avec elle ou pas.
Eileen ne voulait pas aller là-bas, avec tous ces gens autours de l'infirmier. Tout ce qu'elle voulait, c'était aider, de n'importe quel moyen, mais aider, rassurer ceux qui pleuraient, parce qu'elle, elle ne voulait pas le faire.

@Laurence Solomon

IRL TRÈS CHARGÉ / Gneuh. #234932 Trop de quote tue le quote. Capitaine des Aigles de Bronze
#poudlardredécoréenbisounours / membre de la RASA
Maison Victorieuse au Triomphe Majestueux, Jamais Serdaigle Unie Ne Perdra
28 juil. 2020, 10:00
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Laurence entendit que l’infirmier parlait. Elle n’entendit pas tout ce qu’il disait à travers le brouhaha et les pleurs de la grande salle, mais comprit le principal : le fond de la salle allait devenir un endroit ou toutes les personnes qui se sentait mal se retrouverait et les personnes les moins touchées les aideraient.

La réponse d’Eileen lui fit comprendre qu’elle n’était pas entièrement convaincue et quand Laurence vit que la rousse reprenait sa position de départ, elle craint alors d’avoir empirer les choses. Elle allait lui dire quelque chose quand Eileen se leva d’un coup. Surprise par sa réaction, elle l’a regarda, complètement perdue, que devait-elle faire ?

- Faut que je fasse quelque chose, j'supporte pas de rester assise.


Laurence comprit qu’elle voulait aller voir ce qui se passait, l’aiglonne aussi en mourrait d’envie, mais en même temps, elle était effrayé. Et si jamais elle ne faisait rien d’autre que de gêner l’infirmier dans sa tâche ? En plus, Laurence ne savait toujours pas se qu’il s’y était passé, il devait y avoir un blessé, mais à quoi s’attendre ? C’était impossible à savoir.
Elle en avait déjà vu des choses, des blessés, après tout, ses parents était tout 2 dans le domaine médical et elle connaissait quelques trucs, faire un pansement, Laurence ‘avait appris, mais est ce que serait utile ? Ce ne sont que des méthode moldus…
Elle regarda sa camarade, qui ne semblait pas en très grande forme et se demandait ou elle voulait aller. Vers l’infirmier ? Ou aider les autres, ceux qui ne se sentaient pas bien.

- Dis moi ou tu veux aller, je te suis.

Laurence serra le point. Il fallait qu’elle soit forte, qu’elle soit capable d’aider, elle peux le faire. Elle hésita quelques instant mais en observant sa camarade, elle fut convaincue qu’elle avait besoin d’aide.

- Avant qu’on y aille, si tu as besoin de quelqu’un pour t’épauler ou si tu te sens pas, on peux faire demi-tour et rester les deux. Je vais t’aider… Ensemble on va faire quelque chose.

La brune était convaincue par ses paroles, même si la peur était toujours autant présente. Elle allait aider, elle était prête à faire ce pas. Eileen avait raison, hors de question de rester plus longtemps sur le banc sans rien faire.

@Eileen Jones et ceux qui veulent se joindre à nous :cute:

Laurence Solomon, Deuxième Année RP
Couleur :#800040
Maison Victorieuse au Triomphe Majestueux, Jamais Serdaigle Unie Ne Perdra
28 juil. 2020, 13:54
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
E. 1 - 2
L. 1


Tes membres sont figés. Leur a-t-on versé du plâtre entre les os pour être ainsi immobiles ?
Et pourquoi seule Toi est dans cette incapacité d'agir alors que tous ces Autres se lèvent ?
Tes Songes te susurrent ta faiblesse. Si tu ne fais rien, tu es faible. Incapable. Et Ils crèveront par ta faute. Parce que tu seras restée assise à observer cette traînée de sang. Des innocents perdront la Vie. Certains des élèves, peut-être aussi. Et les professeurs ? Que vont-ils faire face à cette Horreur humaine ?

La petite aiglonne à côté de toi se lève avant de murmurer une phrase se voulant être rassurante, comme une récitation.

"Elle s'fourre le doigt dans l'œil"

De toute ton Âme tu aurais aimé soutenir ses paroles, te persuader que tu as tort et elle raison. Que tout va bien se passer, que les professeurs vont gérer d'une main de maître la situation. La renverser. Et vous protéger. Mais quelque chose en Toi t'empêche d'y croire. Peut-être ces dizaines de Questions qui martèlent tes tempes. Ce sang qui embrume ta vue. Cette incertitude lisible sur le visage des Autres et le souci sur celui des adultes.
Ce Monde te semble là bien trop fragile. Est-ce qu'en soufflant dessus, il s'envolerait comme les aigrettes des pissenlits ?

Comment tu peux dire ça ? Tu... Tu ne vois rien ou quoi ? Ce sol coloré du sang de... de...

Les Mots se perdent dans le Vacarme. Quelle est l'origine de ce spectacle ? Une attaque ? Ou bien une confrontation ? Tout se bouscule dans ta tête, tu ne sais plus où tu en es.
Néanmoins, une autre voix légèrement moins perceptible parvient à tes oreilles.

"Monsieur Mason ?"

S'il est là, c'est que ça ne va vraiment pas. Il le dit, d'ailleurs, malgré qu'implicitement. Il demande de l'aide. Beaucoup. D'aide. Il conseille aussi de se mettre en fond de salle, avec les plus touchés.

"La P'tite. 'Faut que je fasse quelque chose. J'sais pas si Elle est bien"

Au moins là, tu pourras te rendre utile. Si Elle le veut bien...

Tu veux que je t'emmène au bout de la salle pour que... tes yeux ne voient plus toutes ces monstruosités qu'ils n'apprécient sûrement pas... ?


Plume de @Lydia Holmes, je le suis tout autant que toi <3

grandiose // #426b80 // quatrième année
se rappeler qu'on est vivant, qu'on est pas grand-chose
et qu'on s'apprend les uns des autres
28 juil. 2020, 13:59
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Welmina : 1. 2. 3
Ella : 1. 2
Horreur. Suivre. Savoir.

J'aimerais savoir et j'en ai peur. Pourtant l'envie de bouger. De faire quelque chose. Peut-être juste de voir. M'obsède. Impuissante, et surtout ignorante, je ne suis rien. Ça me fait mal d'être rien. Même pour Ella, je ne peut rien faire. Elle n'a pas vraiment besoin d'être rassurée. Pas par moi, en tout cas. Ce manque de moyen envers la Fille silencieuse me revienne comme dans les Toilettes Abandonnées. Je ne sais pas ce dont elle a besoin.
Lorsque la voix de l'infirmier retentit dans la Salle, je relève machinalement les yeux vers lui. Si proche, de ce qu'il y a à voir. Si proche, de ce qui fait peur. Il demande à ce qui le peuvent de prendre en charge les plus mal à l'aise au fond de la Salle. Je ne bouge pas. Je n'ai personne à aider. Je n'ai pas besoin de me faire aider. Je cherche les professeurs des yeux. Mais je n'en vois aucun. Sont-ils partis ?
Pourtant, j'aimerais aller aider ou juste tenter de réconforter quelqu'un mais je n'ai ni la force, ni les moyens de le faire. Et j'ai peur d'être une personne en plus. Inutile.
Ella, griffonne sur un carnet. Comme dans les Toilettes, elle ne parle pas. Vaguement, je me demande si elle est muette, mais le temps n'est pas à cette pensée. Mais les mots écrits sont bien plus apaisants que dit. Ses émotions peuvent être lues dans ses yeux. Non, dans sa voix. En quelque sorte, ça me calme.
Savoir ce qu'il se passe. C'est bien tout ce que je demande. Je secoue la tête, peut-être pour respecter son silence, de nouveau, un peu malgré moi. J'aimerais lui répondre en écrivant sur son carnet, de manière à ne plus parler. Mais j'ai peur qu'elle trouve ça irrespectueux. Je peux parler, autant que je le fasse.
Lorsque je secoue la tête, elle trace de nouveau des mots. Me proposant d'aller voir. J'aurais put prendre du temps pour réfléchir. Parce que je sais que je ne devrais pas. Je risque de gêner. Je risque d'avoir peur. Je risque d'être. Inutile.

« D'accord. Pas longtemps. »

Je tremble mais j'ai besoin de savoir. Me levant, je me fais la promesse de ne pas rester longtemps. Juste pour voir. Pour assouvir cette envie dévorante de savoir.

C'est elle qui te pousses à y aller, aussi, Fille ?

Mon cour bat à toute vitesse pendant que mon cerveau imagine des scénarios différentes. Tous plus horribles les uns que les autres. Mais un seul occupe mes pensées et me rassure. Rien. Il n'y aurait rien.

@Ella Davis :cute:

Troisième année RP.
happy to be a l i v e