Inscription
Connexion
16 nov. 2020, 20:47
 07/10/2045  Tribunes: Poufsouffle - Serpentard
Image

Vint le moment qu'Elfie redoutait le plus, bien qu'elle n'ait jamais osé faire part de ses réticences. L'équipe se divisait en deux groupes : l'un se préparait à faire la Foudre et l'autre le Scorpion. Toujours aussi contradictoire, Elfie avait choisi d'intégrer la seconde partie de l'équipe pour faire valoir sa place, en tant que nouvelle recrue. Une idée agréablement stupide.

Lors de la création de la chorégraphie et des répétitions, sa coéquipière Jenna avait eu, aux yeux de l'équipe, une formidable idée. La figure, très complexe pour une débutante de son genre, consistait à s'élancer en roulade avant dynamique puis d'atterrir parfaitement stable. Les jambes doivent être passées par-dessus la tête, un pied posé au sol, l'autre jambe en l'air formant un angle droit approximatif. Les avant-bras soutiennent ainsi tout le corps, posés face contre terre. Son amie Maiy se lança et Elfie, de peur de rater le coche, fit de même. Son corps vola à l'horizontal, parallèlement à la herbe boueuse. Elle plia l'avant de son corps et glissa dans un « splotch ! » sonore. La roulade était à moitié réussie. La rouquine jeta un œil aux tribunes pour savoir si le public avait vu sa gaffe, et ne vit qu'Athalée, apeurée, mais en sécurité dans les gradins. L'instant fut court, et de concert avec Maiy, elle courba son dos et passa ses jambes par dessus sa tête. Sa capuche glissa et Elfie ne vit plus rien. Affolée, elle tenta de garder le rythme, posa une botte au sol et arqua son deuxième membre. Son état actuel était si dégradant qu'elle ne préférait même pas râler, et tint la pose jusqu'au moment où il fut écoulé assez de temps pour se relever. L'entraînement avait payé mais la pluie commençait sérieusement à lui taper sur le système.

De plus en plus pressée d'en finir, sans pour autant se départir de son application, l'adolescente enchaîna avec la Fierté Serpentarde, une énième pyramide où encore une fois, elle s'était complètement trompée sur ses capacités au milieu de la chorégraphie. La pluie, l'orage et l'effort soutenu l'avaient complètement rincée. Ses hématomes aux poignets la lançaient plus que jamais et ses côtes, car deux avaient été fêlées récemment, répandaient une brûlure insoutenable dans son abdomen. Elfie souffla et marcha vers la base que Charlie et Jenna, génie bourreau, venait de former. Avec le maximum de fluidité que son corps épuisé pouvait encore fournir, elle grimpa et tendit une jambe vers l'arrière. Le cheerleading lui faisait faire des trucs incroyables et des trucs dont elle n'aurait jamais pensé être capable. Résister à la pluie qui coule entre les yeux, par exemple, sans broncher et en affichant un ravissant sourire enthousiaste. Maiy et Elfie descendirent et l'équipe se dispersa. La chorégraphie était terminée. Le soulagement envahit la rouquine, au bord du malaise vagal.

Pour conclure en beauté, elle rejoint son groupe auprès des Hel's Angel, cheerleaders de l'équipe de Quidditch de Poufsouffle, en concurrence avec Serpentard ce jour. Son Impervius était devenu inutile et elle présentait dans un piteux état. Elle entama la chanson qu'en accord avec les Hel's Angel, les Crocheers avait préparé.

« - Discret et rusés, les Crochets se libèrent,
Le stade est leur territoire,
Et les Hel's ne pourront que broyer du noir,
Quand Serpentard leur feront mordre la poussière !


Sa voix dérailla un peu.

La victoire est à eux,
Rapides et talentueux,
Rien ne les arrête,
Ce sont de vrais bêtes !


Les Poufsouffle chantèrent à leur tour.

CROCHETS !
C pour Cross et ses cognements,
R pour rapide comme Brazi,
O pour obstinée à gagner, comme Charlotte,
C pour Clémence, reine des relances,
H pour Hannah, la meilleure capitaine,
E pour Edmund, entêté à sonner ces Hel's
T pour triompher de ces blaireaux
S pour Serpentard, maison de Salazar,
Ils seront victorieux, les rois ce sont eux !
»

Sur cette note musicale, Hannah, capitaine et attrapeuse de l'équipe de Serpentard s'empare du Vif d'or. Les tribunes côté vert sont en liesse. Le match est terminé. Elfie ne tient plus; elle est morte de fatigue. Talya, sa coéquipière, demande si elle peut aller à l'infirmerie. Son genou tremble et a l'air en sale état. Lili serre la main de Maddie, capitaine du cheerleading de Poufsouffle, puis d'un geste, enjoint son groupe à amener Talya au chevet de monsieur Mason. L'adrénaline redescend et le match est définitivement fini.

Quatrième année rp à la rentrée 2047-2048
Membre des Crocheers de Serpentard
16 nov. 2020, 20:52
 07/10/2045  Tribunes: Poufsouffle - Serpentard
Image
Après s'être assurées qu’Athalée était bien dans les tribunes, loin du stade, et de l'éclair, les Crocheers se remirent en place, bien que Maiy se sentit légerement déstabilisée de n'avoir que cinq partenaires sur le terrain, et non six. Elle secoua la tête, et se reconcentra. La suite de la chorégraphie ne posait pas de soucis pour réaliser les figures à six seulement, et Maiy fut soulagée de le constater.

Leur prochaine figure était en réalité très simple : il y avait deux groupes. Maiy faisait partie de groupe A, avec Elfie et Charlie, et le groupe B, était composé de Jenna, Lili et Talya. Maiy lança un regard à ses coéquipières, et elles commencèrent leur figure. La figure se nommait le scorpion : Maiy commença par faire une roulade un peu particulière, puisqu'elle commençait en sautant, pausant ses mains en premier en sol, et puis se relevant en roulade. Et puis, pour finir, elle se courba pour venir poser ses mains au sol, avant bras sur le terrain pour avoir plus de stabilité, et lança son corps en arrière. Elle posa son pied gauche au sol, et le pied droit en l'air formant en angle droit. C'était une figure assez complexe, mais elle était tellement belle, que Maiy avait travaillé dur pour la réussir.

Elle se releva doucement, en effet, son dos avait un légèrement souffert de la figure, et elles enchaînèrent sur la figure suivant. C'était une pyramide composé de deux groupes également, bien qu'ils fassent tout deux la même chose. Maiy monta sur les mains de Lili et de Talya, et gaina, pour tenir en équilibre sur leurs mains tendues, la jambe droite tendue en l'air, perpendiculaire à sa jambe gauche et les bras tendus de chaque côtés. La figure ne dura pas longtemps, et elle posa rapidement pied à terre. Cela lui fit bizarre, de retrouver la terre ferme, après avoir passé quelques temps dans les airs.

Leur chorégraphie était à présent terminée, mais c'était loin d'être le cas de leur prestation. Il leur restait encore à déclamer leur chanson. La deuxième année sourit à sa capitaine qui leur donna le feu vert : il était temps de chanter. Tapant sur leurs cuisses et leur torse pour donner le rythme, les plus grandes jettant un Sonorus aux plus jeunes pour amplifier leurs voix, le spectacle pouvait à présent continuer.

Discret et rusés, les Crochets se libèrent
Le stade est leur territoire
Et les Hel's ne pourront que broyer du noir
Quand Serpentard leur fera mordre la poussière

La victoire est à eux
Rapides et talentueux
Rien ne les arrête
Ce sont de vrais bêtes


Tandis que c'était au Hel's Angels, Maiy aperçut un éclair de lumière dorée sur le stade. Le Vif d'Or ! La Crocheers redoubla d'effort pour le deuxième partie de la chanson : il fallait à tout prix que Hannah le capture !

CROCHETS !
C pour Cross et ses cognements,
R pour rapide comme Brazi,
O pour obstinée à gagner, comme Charlotte,
C pour Clémence, reine des relances,
H pour Hannah, la meilleure capitaine,
E pour Edmund, entêté à sonner ces Hel's
T pour triompher de ces blaireaux
S pour Serpentard, maison de Salazar,
Ils seront victorieux, les rois ce sont eux !


Les filles eurent à peine le temps de conclure leur chanson, que la capitaine des Crochets d'Argents referma sa paume sur la petit balle dorée. La stade éclata en triomphe, et Maiy ne put se retenir elle aussi, et cria :

«Oui ! Bravo Hannah ! On a gagné ! On a gagné !»

Elle était complètement euphorique, et sautait dans les bras des autres Crocheers, au comble de la joie. Elle se calma cependant en entendant sa coéquipière Talya leur demander de l'accompagner à l'infirmerie. Aie ; Maiy se sentit mal de ne pas avoir remarqué plus tôt que son amie était blessée. En voyant le mine souffrante et la façon dont elle se tenait, elle en déduit qu'elle avait quelque chose à la jambe. Elle laissa tomber ses pompons au sol.

«Viens Talya, appuie-toi sur mon épaule, je vois bien que t'as du mal à marcher toute seule.»

Elle prit sa camarade de promotion par l'aisselle, en faisant attention à ce qu'elle ne glisse pas sur l'herbe mouillée et attendit que Lili revienne de son échange de poignée de main avec Maddie, capitaine de cheers de Poufsouffle. Elle en profita pour leur lancer un sourire ; elle n'avait pas trop attention à eux au cours du match, trop concentrée sur leur propre chorégraphie. Lorsque Lili revint vers elles, elles se mirent enfin en quête de l'infirmerie. Maiy jetta un coup d'oeil en arrière vers le stade, regardant les Crochets porter leur capitaine en triomphe.

Vivement la fête de ce soir...

5è année RP 48-49 - Maiy, matelot du lac noir
Quelle plus belle addiction que Lexa Queen ? - Maiy Lewis, 2047
16 nov. 2020, 20:56
 07/10/2045  Tribunes: Poufsouffle - Serpentard
Image


C'était la dernière ligne droite, les derniers pas de la chorégraphie. Pour cette partie, le petit groupe avait du se séparer en deux.

Charlie faisait partie de groupe scorpion, nom attribuer à la figure qu'elle s'apprêtait à réaliser. La rouquine se mettait en place, prête à exécuter sa roulade.

Dire qu'elle n'était pas angoissée à l'idée de réaliser cette figure, aurait été un mensonge. La première partie était plutôt simple, la seconde demandait beaucoup plus de travailler et de souplesse.

Heureusement, de la souplesse elle en avait. Et puis, elle s'était entraînée dur pour réussir cette exercice, elle n'avait pas de raison de se planter.

La Serpentard se lançait, suivant le rythme de ses camarades. Sa roulade avait été parfaite, bien que d'après elle elle partait un peu trop à gauche.

Il était temps de faire le scorpion. La jeune fille posait ses bras sur le sol humide et faisait basculer son petit corps vers l'arrière. Un pied posé à plat sur le sol, l'autre en angle droit au dessus d'elle.

Charlie était fière, elle avait réussit sa figure avec beaucoup de fluidité. Si elle pouvait faire ça, elle serait capable d'encore plus au prochain match !

C'était le moment de réaliser la dernière pyramide, la rouquine était l'une des base d'Elfie.

Charlie et Jenna, l'autre base, laissèrent Elfie monter sur leurs mains et la maintenant dans les airs.

La figure, fort heureusement n'avait pas durée longtemps. Charlie commençait à ressentir les effet de la fatigue dans chaque partie de son corps.

La chorégraphie était finie, tout les pas avait été fait. Charlie était fière, pour sa première représentation, elles avaient fait quelque chose d'incroyable !

Cependant, elle n'était pas totalement terminée, il restait encore la chanson ! Il était temps de chanter un peu !

Charlie tapait sur ses cuisses, puis dans ses mains afin d'accompagner les paroles d'un rythme.

Discret et rusés, les Crochets se libèrent
Le stade est leur territoire
Et les Hel's ne pourront que broyer du noir
Quand Serpentard leur feront mordre la poussière

La victoire est à eux
Rapides et talentueux
Rien ne les arrête
Ce sont de vrais bêtes



La fillette chantait le plus fort possible, avec une voix qu'elle espérait passable. En effet, elle avait jamais été un grande chanteuse !

Soudain, la petite balle argentée fit son entrée sur le terrain. La rousse doublait la volume, il fallait absolument que Hannah l'attrape !


C pour Cross et ses cognements,
R pour rapide comme Brazi,
O pour obstinée à gagner, comme Charlotte,
C pour Clémence, reine des relances,
H pour Hannah, la meilleure capitaine,
E pour Edmund
T pour triompher de ces blaireaux
S pour Serpentard, maison de Salazar,


Le voeu de Charlie se réalisait, la capitaine des Crochets venait d'attraper le précieux Vif d'or !

La Serpentard criait de joie ! Elle était tellement heureuse. Sa première représentation avait été un succès et elle se terminait sur la victoire de son équipe ! 

- Bravo Hannah ! Bravo les Crochets ! Vous êtes les meilleurs !  On a gagné ! 


La jeune fille regardait autour d'elle, fêtait la victoire avec ses amies cheerleaders, sautait dans leurs bras, faisait des dances de joies.

Elle aperçu alors Talya, elle ne semblait pas aller bien. Charlie pouvait conclure que le membre blessé était sa jambeau vu de sa posture.

Maiy la soutenait, évitant ainsi qu'elle ne force trop sur sa blessure. Charlie regardait Lili serrer la main de la capitaine des cheers de Poufsouffle.

Une fois leur capitaine de retour, les fillettes partirent en direction de l'infirmerie. Il fallait soigner leur amie, on abandonné jamais l'une des notres.

Cheerleader de l'équipe des Crocheers
2e année Rp / Membre de la PMT, demi-déesse Poudlarienne
Je suis une amie proche du calmar
16 nov. 2020, 22:46
 07/10/2045  Tribunes: Poufsouffle - Serpentard
La Rouge ne sait pas pour l'urne. *Par Merlin*, elle ne sait pas. Comment est-ce possible ? Comment peut-on ne pas savoir qu'un danger pèse de tout son poids au-dessus de notre crâne ? Comment peut-on rester ainsi, naïf et innocent, fermant les yeux devant cette urne terrifiante qui vient hanter nombres de mes nuits ? Comment la Rouge peut-elle ne pas savoir ? Comment la Rouge peut-elle ne pas chercher à savoir ? Comment, par Merlin ? Les yeux ronds et la bouche bée, je fixe la Rouge, la surprise hurlant sa présence à travers mon regard. Je reste ainsi, face à l'Autre, étonnée et presque choquée par cette naïveté si belle et terrifiante face à moi. Ces autres paroles sont rapidement chassées de mon esprit par ce nuage de poussières et de surprise qui recouvre mes pensées. *L'Autre ne sait pas.*

« Tu... » Les sons restent bloqués dans ma gorge, comme retenus par une main invisible. Je crains un instant de ne pas réussir à les prononcer. Je crains un instant de ne pas réussir à en parler. « T'es sérieuse ? Tu ne sais pas pour l'urne ? T'étais pas là ? T'as pas entendu la Voix ? T'as pas attendu qu'Ils retenaient les Gamins de Zhuangyán et qu'on devait aller nous battre pour les récupérer ? T'sais pas tout cela ? T'as pas vu Leo être soulevée dans les airs ? »

Mes yeux restent ronds tandis que ma poitrine se soulève et se rabaisse rapidement ; je suis essoufflée, encore assiégée par mes souvenirs et par mes pensées. Ces jolies pensées qui me répètent qu'en plus des Moldus assoiffés de sang, d'Anaë que j'évite, du Conseil, des Sept Lignées terrifiantes et des BUSE, je devrais maintenant supporter le fait que d'autres élèves aillent au Dominion pour ce nouveau défi lancée par *Eva Sepulveda*. Défi auquel je me dois de participer. Je dois mettre mon nom dans cette urne pour espérer prendre la place d'un Autre inconscient et idiot pour lui épargner Merlin seul sait quoi ! Rah, j'ai parfois l'impression d'être impuissante, comme un jouet en bois qui s'écroule sur le plancher quand l'enfant le lâche. L'impuissance et l'inquiétude règnent dans mon cœur.

Je détourne mon regard de l'Autre un instant, ramenée au présent par un hurlement bien trop proche de moi. Mes sourcils se froncent sans que je ne puisse m'en rendre compte. Les Jaunes semblent être en mauvaise posture. Un nouveau Viffet a été attrapé par les Verts et le Vif d'Or semble apparemment être de sortie. Je le cherche des yeux mais repère bien vite les deux attrapeurs animés par ce soudain espoir de caresser de la paume la bille d'or et ses ailes. Ils sont rapides. Les suivre des yeux devient difficile. Tout le monde retient son souffle, impatients à découvrir qui attrapera l'oiseau-d'or. Oh, j'en ai oublié l'urne. À croire que ce n'est finalement qu'à la fin de ce match que ce pour quoi j'étais venue se réalise enfin. Ma bouche reste ouverte, mais non pas de surprise, tout simplement d'attente et d'espoirs. Je ne suis plus qu'Un avec les Autres. C'est terrifiant mais foutrement beau. Et le rêve éclate en mille morceaux, joli miroir fragile et éphémère, quand la Verte attrape le Vif d'Or.

Et le Temps reprend sa course, s'acharnant de nouveau sur mes épaules bien trop frêles.

Les tribunes ne sont plus pour moi qu'une marée humaine, emportant tout sur leur passage, ravageant les esprits, noyant les pensées déjà bien trop fortes et puissantes, étouffants les doux sentiments et dévastant le bonheur si fragile. Les Autres hurlent et crient. Les Autres rient et chantent. Les Autres soupirent et s'énervent. Les Autres parlent et créent, avec tous leurs mots, un océan de sons, épuisant et terrifiant. Ils sont terriblement affreux et ce moment, où la place s'est soudainement transformée en une mer déchainée, me ravage brusquement alors même que je venais de reprendre mon souffle. Et je suis de nouveau noyée, coquille vide nettoyée par les flots, débris d'une Âme brutalisée, souvenirs dissouts dans la mer infinie.

Je fuis, sans un regard pour la Jolie Rouge déjà oubliée, courant entre les Autres et leurs sons étouffants, trébuchant sur mon chemin, cherchant une sortie à ce cauchemar horrible, les mains repoussant chaque être, les pieds dévalant tous les escaliers se présentant pendant ma course, le regard fixé sur ce point au loin comme s'il était la seule issue à cette terrible bataille qui se déroule dans ma tête. Je me mets à courir, le cœur palpitant, l'esprit envahi par les sons trop intenses. Je fuis vers cette porte de sortie avant que les Autres ne s'y ruent. Je fuis rapidement, mais déjà bien trop tard, il m'a eu, terrible Bruit qui me course. Il m'a eu.

Chère Plume d'@Anna Brown,
Je m'excuse pour ce Pas tardif qui ne te laisse que peu de temps pour me répondre ... Et pour ma petite Alyona qui s'en va si promptement.
Je suis également navrée pour la patience dont je t'ai forcé à faire preuve.
Mélanger nos Mots a cependant été un plaisir !
J'espère que nos deux Petites se recroiseront un jour, qui sait ?

#466962Étudiante à l'Institut de Médicomagie et des Sciences Magiques — spécialité botanique
“Toute ma vie, je m'accrocherai aux contours des mots.” ― Les Vagues, V. Woolf
17 nov. 2020, 21:09
 07/10/2045  Tribunes: Poufsouffle - Serpentard


Oulah !

Ce n'était pas du tout la trajectoire que j'avais prévue, ça : le cognard se dirige à pleine vitesse vers... Luca. L'exacte personne que je souhaitais aider de base.

Je suis presque soulagé en voyant Delphillia intercepter ma trajectoire des plus mauvaises. Certes, notre capitaine en a pris un coup mais ce ne sera pas de ma faute, au moins. Ce sera de la faute de Delphillia. Enfin... Peut-être que si je n'avais pas visé du bras gauche, mon coup aurait eu une meilleure trajectoire, le cognard se serait dirigé vers Shelby et la batteuse adverse n'aurait pas eu le temps de l'intercepter. Mais non, c'est la faute de Delphillia.

Mon bonheur est tel lorsque je vois une Alaska motivée à prendre la relève du coin de l'œil. Oui, oui, prends la relève, par pitié : je fais honte aux Crochets sur le terrain, là !

Le bref high five que je fais au passage de ma main droite pour passer le relai à la batteuse titulaire achève littéralement les muscles de mon avant-bras droit. Mais quel suicidaire je fais, aussi, à tirer plus qu'il ne le faut sur des muscles endoloris !

Je m'effondre sur le banc des remplaçants en lâchant lourdement ma batte. Qu'importe son état : la seule chose que je désire est masser l'endroit touché par cette maudite crampe. Plus jamais, plus jamais je n'essayerai cette foutue technique calquée de dernière minute sur la batteuse qui en impose le plus à Poudlard. Jamais.

Et rah, cette maudite pluie qui barre mes lunettes ! Je vois que dalle depuis tout à l'heure, c'est n'importe quoi !

Impervius.

Il faut que je me rende à l'évidence : je n'étais tout bonnement pas prêt. En plus d'improviser une technique en plein match, je suis entré sur le terrain sans sortilège d'imperméabilité alors qu'une pluie diluvienne était présente. Franchement, bravo l'intelligence, Edmund. Je suis épaté de moi-même, tant je respire la logique et la sagesse. J'ai juste été... Nul. Et elle a tout vu.

J'enfonce ma tête entre mes genoux de plus bel. Mes mains tentent désespérément d'arracher mes cheveux trop courts. Mon pouls s'accélère drastiquement. Elle a tout vu. Comment la regarder dans les yeux, maintenant ? Comment la regarder tout court ? Si c'est pour voir un regard plein de déception, très peu pour moi. Raah, mais quel idiot j'ai fait. Quel stup-...

Je relève ma tête dans un sursaut : Peers a recommencé à hurler dans son micro. Elle annonce... Quoi ?!

Mes yeux hagards se tournent vers notre capitaine qui tient victorieusement le Vif d'Or. On a gagné ? Vraiment ?

Dois-je sauter de joie ? Dois-je fondre en larmes ? Je ne sais pas. Je me contente de rester là, désormais debout, sans savoir quoi faire.

La suite passe comme un songe : je suis là sans vraiment être là. Je tends machinalement ma main pour cet high five mais je ne le ressens pas vraiment. Il n'est pas vrai. L'entièreté de mes pensées sont concentrées à répondre à une question : comment lui échapper ?

Je serai tout bonnement incapable d'affronter son regard. Incapable de la regarder tout court ! Je ne veux simplement pas voir la déception, que ce soit dans un regard ou dans une expression. Je ne sais pas si je pourrai supporter l'idée que ce sentiment vienne de moi. Surtout s'il vient d'elle. Je ne veux pas. En aucun cas. En aucun cas. En aucun cas.

Comme si me le répéter allait changer la vision qui trône dans mon esprit. Peuh, ce que je peux être naïf !

Je secoue vivement la tête pour faire disparaître l'image de Lili mélangée au regard de mon père. Je ne veux pas voir cette image. En aucun cas.

Ma tenue de sport est dans mon sac. Je viens tout juste de sortir du stade. Je suis seul. Et la pluie reste sourde à la victoire de ma capitaine. Elle continue de tomber sans relâche, déterminée à écraser mes mèches sombres.

Personne n'ira se promener sous cette pluie. Autant profiter du parc désert.

6ème année RP
Peut-être bien qu'il se passe quelque chose avec Katherine.
« Roi du Drama & du Suspens » — JT
17 nov. 2020, 21:35
 07/10/2045  Tribunes: Poufsouffle - Serpentard
Ennis laissa son avion en papier s'envoler et le suivit des yeux jusqu'à ne plus le distinguer. Quand elle reposa les yeux sur le terrain ce fût pour aussitôt être rendue presque sourde par sa voisine. Aucun risque que l'irlandaise n'ait pas entendu l'arrivée du Saint Graal de tous les attrapeurs. Celui qui offrait septantes points et une douche à tous les joueurs - le vif d'or.

Les deux attrapeurs foncèrent dessus à une vitesse ahurissante mais malheureusement pour Alystair c'est son homologue de Serpentard qui réussit à refermer son poing sur la petite balle. Ça avait été tellement vite. Si les deux joueurs n'avaient pas été au coude à coude elle n'aurait même pas vu le vif. Ennis en était soufflée.

- "
Au plaisir," répondit la quatrième année par politesse à Lydia qui la salua avant de s'en aller. Une fois seule, la Gruffondor se frotta l'oreille la plus touchée par les cris et se ré-appliqua un Impervius avant de chercher du regard un quelconque retour de message ou encore la silhouette de Jeffrey.

EOB: 1, 3, 5, 7, 9, 11, 13, 15, 17, 19, 21
LL: 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14, 16, 18, 20

@Lydia Loly, merci pour ce RP. @Jeffrey Hunter pour la mention.

7ème année RP - Préfète-en-Chef inRP de 09/47 au 05/01/48 - Préfète RP de 09/44 à 06/47 et de 01/48 à 03/49- Avatar par A. Davis
17 nov. 2020, 22:14
 07/10/2045  Tribunes: Poufsouffle - Serpentard
Britanny ne faisait même plus attention à ce qu'il se passait sur le terrain. De toute façon, avec cette pluie on y voit plus grand chose au match... Elle sentait ses vêtements mouillé coller son corps, et le vent rendait le tout insupportable. Elle voulait juste cette fichue boisson chaude. Ses dents claquaient et elle avait rangé son parapluie pour se frotter énergiquement les bras. Elle avait du mal à formuler un "pardon" intelligible alors qu'elle passait devant tout le monde. Elle suivait donc sa camarade de près, imaginant le moment où elle pourrait se doucher et retourner sous la couette. Tout à coup, Lahya stoppa sa marche et Britanny se fit légèrement bousculer par des supporters brandissant des écharpes vertes.

Elle releva légèrement sa tête quelle avait enfoncer dans ses épaules, pour voir ce qu'il se passait. Ils ont marqué ? Lorsqu'elle vit tous les joueurs à l'arrêt, elle compris que le match avait pris fin, avec une victoire de Serpentard. La Serdaigle arriva à la même conclusion. La fillette regardait la joie des Crochet d'Argent, se surprenant à vouloir vivre ça aussi, aux côté des Griffes Ardentes. Elle n'avait encore jamais gagné un match avec son équipe, mais espérait que ce serait pour cette saison. Et pourquoi pas dès leur premier match même ? Voir cette engouement la motivait en tout cas.

Lahya reprit la parole, et Britanny regarda aussi autour d'elle. Zut, tellement proche... Elle balaya les excuses de sa camarade d'un geste de la tête et d'un sourire. Ce n'était pas de sa faute. Elle lui proposa de rentrer ensemble après l'avoir remercié. La rousse allait accepter lorsqu'elle se souvint d'un détail : Charlie. Il allait faire toute un histoire parce qu'elle l'avait "abandonné". Layha n'avait pas besoin d'assister à ça.


- C'est gentil, mais je dois retrouver mon frère ! Je... je suis contente de t'avoir rencontré, et de rien pour les explications, c'était pas grand chose ! A la prochaine !

Elle lui sourit sous son écharpe et lui adressa un signe de main avant de se retourner. Le mois prochain, si elle assisterai au match, Lahya découvrira que Britanny est poursuiveuse. Elle avait une petite pression, songeant qu'elle allait bosser d'arrache pied pour ne pas se ridiculiser comme l'année précédente.

FIN DU RP
@Lahya Eaton j'espère que ça te convient, et pas de soucis pour le temps de réponse :) Merci d'avoir partagé ce moment avec Britanny, et au plaisir !

5ème année RP en 2048-2049 - #800000
Nos sentiments comptent
17 nov. 2020, 23:30
 07/10/2045  Tribunes: Poufsouffle - Serpentard
É.C : 1, 2, 3, 4, 5, 6
M.M : 1, 2, 3, 4, 5, 6

Sa voisine ne fait qu'hocher la tête et bien qu'un peu insulté d'être ainsi ignoré, elle comprend l'attention particulière porté à la fin du match et fini par faire de même. Le stress est immense, même si elle n'est que dans les gradins. Elle souhaite de tout cœur que les serpentard gagnent le match, ils le méritent amplement après leur magnifique jeu du jour.

Sans perdre une seconde de plus, la capitaine des crochets s'empare sous les yeux de l'attrapeur adverse, la fameuse balle d'or. Le stade s'enflamme, surtout du côté des verts et Élina se lève d'un bond pour partager leur victoire. Comme sa camarade, elle applaudit l'équipe gagnante jusqu'à ce qu'elle soit interrompu par un petit à bientôt sortant des lèvres de la serdaigle. Elle la regarde, un peu surprise de son départ précipité, mais ne s'en formalise pas plus que cela, préférant garder un souvenir joyeux de cette journée. Préférant éviter la foule bruyante et célébrant, elle se rassoit quelques instants, attendant que la plupart des élèves quittent le stade et prend finalement la direction du château. Elle est bien heureuse par cette victoire des verts, ainsi, ils avaient, en quelque sorte, détrôné les jaunes de leur victoire précédente, mais les ailes devront les tenir l'œil, les verts seront déterminé à continuer sur cette lancé leur de leur match contre eux, ce qui les rendrait d'autant plus redoutable. Mais la fillette croit en son équipe et c'est avec ses pensées pleine d'espoir qu'elle rejoignit la salle commune, cherchant du regard une tête connu.

@Mary McCarty, j'ai bien aimé partagé ce moment avec toi, désolé de l'attitude assez renfermé d'Élina, mais sache que j'ai apprécié cette rencontre. Au plaisir d'écrire de nouveaux avec toi !

-6 heure avec la France | #356f68 | Cinquième année RP | Les Elin’s
• Membre de l'organisation la plus secrète des secrètes, la RASA ! •