Inscription
Connexion
12 avr. 2021, 22:22
 ÉP 47.5 - Tribune  La Prison Noire
L’Œil du Dominion

∞ Elowen Livingstone Aventure
∞ Irene Gates Aventure RP
∞ Jacob Tramontane Aventure RP
∞ Lilly Zarbi Aventure RP

Lou avait été convié. Enfin, convié n’était peut-être pas le mot le plus approprié, il avait plutôt été dépêché par la Gazette pour se rendre en urgence à Poudlard pour suivre l’un des événements de l’année (bien que cette année 2046 n’ait commencé qu’il y a peu de temps). Bien évidemment Lou n’avait pas bronché, certes revoir Poudlard allait être douloureux mais cette chose, le Tournoi, ou le Puit des Morts comme sa plume avait décidé de le renommer, allait être exceptionnel à vivre. Ses bagages avaient été fait à la va-vite juste après avoir vu la tête de son patron surgir d’une cheminée : “Poudlard, les colliers sont devenus blancs, il nous faut quelqu’un sur place.” Lou avait immédiatement comprit de quoi il s’agissait et il s’était tout simplement précipité vers son armoire pour prendre ses affaires. Il ne savait pas s’il avait été le seul choisit et ne s’en souciait guère, son article allait forcément faire la Une dans les jours qui suivraient.

Une fois arrivé à Pré-au-Lard (il avait simplement prit une chambre aux Trois Balais pour une durée indéterminée) et s’était rendu à pied jusqu’aux abords de Poudlard et le vieux garde-chasse lui avait fait faire la traversée du lac noir. Il ne se souvenait plus ce qu’il s’était passé avec précision mais la Grande Salle où il se trouvait accueillait quasiment tous les élèves de l’école, Miss Loewy, Miss Montmort, les professeurs et bien évidemment, au centre de l’attention, Miss Gates, Mr Tramontane, Miss Livingstone et pour clore le quatuor Miss Zarby. Son supérieur ne s’était pas trompé, leur collier de ronce était devenu d’un blanc si pur. Un bel oxymore ne put s’empêcher de penser Lou, la douleur et la pureté. Des fois le monde ne se définissait que par ça...

Et au moment où Miss Loewy donna la clef laissée par le corbeau aux prétendants de Poudlard, ils disparurent dans un pop facilement reconnaissable laissant Lou dans une stupeur presque totale.


Note : Ce sujet fera office de tribune pour l’aventure du Dominion et est donc libre à tout personnage présent durant l’aventure. Pour écrire vos posts merci de vous référer aux résolutions des Journalistes de la Gazette et de bien respecter la limite des 220 mots minimums.
Dernière modification par Lou Priam le 5 mai 2021, 12:30, modifié 3 fois.

La phrase à droite est vraie.
La phrase à gauche est fausse.
13 avr. 2021, 20:41
 ÉP 47.5 - Tribune  La Prison Noire
Je passe mon temps à éviter Livingstone. Peut-être qu’elle m’a oubliée – sûrement – mais moi j’y pense encore. J’ai été prise de frayeur quand j’ai compris qu’elle avait été sélectionnée. Elle… Mais à quel moment un collier de ronces peut avoir sa place autour de son cou ? Je suis obligée de l’avouer mais ainsi, impliquée comme elle l’est dans cette mascarade de tournoi, elle me terrifie. Déjà que notre relation est partie sur une furieuse envie de ne plus jamais la revoir, et un infernal cycle de cauchemars, là c’est encore pire.

Je me suis assise à côté de Kyana. Ses yeux, larmes d’étoiles, pleurs d’Orion et filaments de lune, me donnent du courage. Je ne sais pas si j’ai peur pour les champions, il est certain que j’ai peur de Livingstone mais je ne crois pas avoir peur pour Livingstone. Au contraire, une petite voix me susurre à l’oreille que j’aurais peut-être eu ma place parmi eux, que je m’en serais peut-être sortie. Voilà c’est ça, j’ai besoin de courage pour réfréner cette envie suicidaire, cette jalousie morbide, qui aurait pu me pousser à vraiment vouloir avoir un collier de ronces autour de mon cou.

Mes yeux océan se noient dans la scène qui a lieu devant moi. Leurs colliers sont devenus blancs. Caméléons au service de la magie, c’est plutôt impressionnant.
Gates et Livingstone sont les deux Serdaigle, Zarbi appartient à la maison jaune et Tramontane est un Rouge et Or. La directrice leur tend ensuite une clé et je me demande tout de suite ce qu’elle peut bien ouvrir. Une boîte de Pandore libérant tous les maux possibles ? Enfin, s’ils ne sont pas déjà présents sur Terre.
Je n’ai pas plus le temps d’y réfléchir. Les tributs… disparaissent. Sont emportés par la clé.

Je sers la main de Kyana, je veux rester imperturbable et je tente de canaliser toute mon angoisse dans la pression qui existe, entre elle et moi.

Alors que le tumulte de la Grande Salle se réveille, ma grenouille qui était postée sur mon épaule choisit le bon moment pour sauter tout près de l’estrade, extrêmement près de l’endroit où se tenaient les malheureux.

« Merlin, Diphda ! » lancé-je en essayant de la faire revenir vers moi.

Accord de @Kyana Lewis quant à la position de son personnage.
N'importe qui peut prêter attention à Diphda/la ramener à Lydia !

#5d9686
Préfète inRP & Purée-en-chef HRP - Bad, on your left !
faire une perle d'une larme
13 avr. 2021, 21:08
 ÉP 47.5 - Tribune  La Prison Noire
Rp +


Ça y est. Les candidats vont partir pour le Dominion. Mais est-ce vraiment des candidats ? Ne sont-ils pas encore de simple élèves ? Incompétents ? Pas tous. Le dénommé Jacob a l'air bien solide. Et courageux. Par contre, il y a trop de nés-moldus dans la sélection. Où sont les sang-purs dans tout ça ! ? En vérité, pour une fois, tu te préoccupes plus de ton ventre qui te fait souffrir à mourir, en te donnant envie de vomir à cause de l'événement, plutôt que de cracher sur Lilly et Irene. Pour une fois. Est-ce encore pire que cet été ? Nouvel élan de vomi. Tu appuies sur ton ventre, en espérant que cela va le retenir. Encore un peu seulement, s' il te plait. S' il te plait. Tu es seule. Pourtant la pièce est remplie de monde. Mais c'est pour toi le vide intersidéral. L'espace ... Miss Loewy garde son calme. C'est la seule raison pour laquelle tu puisses l'admirer. Aujourd'hui, tu plains presque la bleue Elowen. Tu revois sans cesse son choc lorsque son nom est sorti de l'urne. Tu imagines la vision d'horreur pour elle. Tu partages sa souffrance même. Mais tu te demandes pourquoi elle a mis son nom dans l'urne. Pourquoi ! Pourquoi a-t-elle fait ça si elle sait qu'elle n'y survivra pas ! Est-elle comme toi ? Une simple folle, qui s' en veux, qui en veux, qui ferme les yeux devant ses problèmes ? Peut-être.

Miss Loewy leur tend alors une clef. La clef du corbeau. Ce monstre sombre, qui veut voir souffrir les autres. Tu es persuadée qu'il est pire que toi. Pire que Carry. Pire que tout. Dès que les quatres l'effleurent, ils disparaissent brutalement. Sans bruit. Sans fumée, comme dans les spectacles de magie. Tu te surprend à espérer que c'est qu'une blague, une simple blague, un spectacle de la part de ta directrice. Alors tu fermes les yeux. Une larme coule. Tu les rouvres, mais ils ne sont plus là. Pour combien de temps encore ? Comment la directrice peut-elle les laisser partir ! C'est un monstre ! Sans réfléchir, tu montes sur la table la plus proche. Tu sors ta baguette, et tu lances :

Periculum !

T'es yeux s' embuent. Tu ne sais même pas pourquoi tu veux faire apparaître des petites lumières.

Bonne chance Jacob ...

Murmures-tu avec une voix qui faiblit. Bonne chance ... Bonne chance ...
Elowen...

Je suis sure que tu peux survivre Elowen ... Elowen ... Elowen ...


Tu ne te rends même plus compte que tu es toujours debout sur la table ...

Reducio
Oula, Erza est dans un état ... Ouvert à toute personne, de préférence 2e année Rp minimum, et si possible avec qui je n'ai jamais Rp. ^^
Pour la mention @Elowen Livingstone
Dernière modification par Erza McGowan le 15 avr. 2021, 00:42, modifié 1 fois.

Patriote 2021 • Je déteste J'aime Melody • Petit poulet grillé d'Arya • Fille d'Ava et d'Avery <3
"Entre la Haine et l'Amour il n'y a qu'un Pas"
Sublime avatar dessiné par la magnifique Elena <3
13 avr. 2021, 21:23
 ÉP 47.5 - Tribune  La Prison Noire
Reducio
Utilisation du PNJ validée de Sophie Craig-Li

Code couleur : #43436b

Elena n'avait pas dénié à manger quoi que ce soit, trop préoccupée par l'agitation et la crainte de tous. Les quatre élèves étaient définis comme une sorte de symbole à présent. Leur collier de ronce étaient devenu blanc, un blanc si pur qu'il en brillait presque. La rouge frissonna, cela devait être affreusement désagréable, cette sensation épineuse sur la peau, comme un piège auquel il ne pouvait se libérer. Aucun d'eux ne pouvait rebroussé chemin maintenant, ils étaient destinés à un triste destin qui, pour tous, était inconnu.

Bien que la fillette ait toujours beaucoup d'empathie pour chaque élève du quatuor, son regard va en premier sur Jacob, son camarade de maison. Elle se sent égoïste de ne penser plus à son sort et non celui des autres. Mais Jacob est courageux et téméraire, elle n'en doute pas. La situation est frustrante, la fillette est dans l'ignorance et à cet étrange pressentiment, elle cherche une once de positif et d'optimisme mais son esprit est empli de questions, des interrogations qui ne se dissiperont pas, jusqu'à ce qu'elles trouvent leur réponse. Néanmoins, elle reste admirative de leur hardiesse, ils ont accepté cette destinée et bien qu'il soit fortement possible qu'une immense tristesse les envahisse, leur visage reste de marbre, du moins Elena en a l'impression.

La scène qui s'en suit est rapide et soudaine, une fois leur peau en contact avec la mystérieuse clef, ils disparaissent brusquement sous l'étonnement d'Elena, elle ne peut s'empêcher d'entrouvrir sa bouche presque stupéfiée devant cette disparition abrupte. Dans un élan d'espoir, elle se soulève légèrement de son banc en bois, levant la tête espérant apercevoir quelque chose, un signe, un nouveau mystère mais il n'y a rien, rien du tout. Jusqu'au moment où Elena sent une main se poser sur son épaule frêle et presque tremblante.

« Tout va bien ? » Demande une voix familière.

La fillette se retourne, regardant ce visage connu avant de poser la première question lui traversant l'esprit, une question très présomptueuse mais elle préfère s'en assurer.

« Tu l'aurais pas fait toi, hein Soph ? » Demande-t-elle en regardant sa cousine droit dans les yeux.

Cette dernière répond par un simple hochement de tête allant de la droite vers la gauche et un regard presque désespéré. Elena soupire, surement soulagée. Alors que la Serdaigle s'apprête à s'installer près de la rouge, ces dernières entendent un bruit un peu plus loin, une voix qui interpelle les deux jeunes filles. Elena penche la tête vers l'estrade, curieuse de connaitre la raison de ce petit chahut et Sophie en devine le mobile.

« Ah ! Quelqu'un a perdu sa grenouille ! Attends-moi ici Elena, je vais ramener cette pauvre bête à sa maitresse » S'exclame la septième année tout en se levant.

Une fois arrivée près de l'estrade, Sophie se penche vers l'avant et s'agenouille, un sourire amusé en coin avant de prendre la petite bête et de la ramener à sa propriétaire. Elle ne cache pas son dégout envers la petite bête mais tente de ne pas le montrer.

« Il me semble que c'est à toi ! » Demande t-elle tout en tendant la grenouille quelque peu réticente à cause de l'aspect de cette dernière.

@Lydia Holmes si je peux me joindre à toi 🐸
Vous êtes libres d'interagir avec Elena ou Sophie !
Dernière modification par Elena Corbeau le 14 avr. 2021, 11:46, modifié 1 fois.

Troisième année | 14 ans
13 avr. 2021, 21:37
 ÉP 47.5 - Tribune  La Prison Noire
GRANDE SALLE
20 MARS 2046
───────────────

Cela faisait quasiment trois mois que les directrices de Poudlard avaient pris la décision d’accepter le défi imposé aux différentes écoles du monde magique. Quatre élèves de Poudlard allaient être envoyés dans la fosse aux loups et personne n’était en mesure de savoir ce qu’il adviendrait d’eux, ni même Elina qui était déjà, par le passé, allée dans cet endroit. En les regardant sur l’estrade où mangeait habituellement Rafael et ses collègues, le professeur de Vol ne voyait que quatre enfants victimes de leur destin, quatre enfants qui ne savaient pas dans quoi ils s’engageaient.

Bien qu’il se doutait qu’il ne connaissait pas tous les aboutissants de cette histoire, il n’arrivait pas à comprendre que l’on puisse en arriver là. Il détailla chacun des élèves debout devant lui. Il y avait Elowen, une jeune fille rousse qui semblait trop jeune pour participer à ce concours. À ses côtés se trouvait Jacob, le seul garçon qui représentait Poudlard. Rafael ne les connaissait que trop peu, il les avait croisés plusieurs fois dans le château mais n’avait jamais échangé avec eux. Ce qui n’était pas le cas des deux autres participantes.

Irene, une élève qui était venue le voir à plusieurs reprises et avec qui il avait fait un travail sur sa phobie. Il s’était attachée à cette jeune fille et ne pouvait s’empêcher de penser à ce qui allait se passer pour elle dans le Dominion, il espérait qu’elle ne succomberait pas à ses phobies, il était peu probable qu’il y ait foule dans cet endroit mais il y avait tellement d’autres éléments qui pouvaient le lui rappeler, du moins c’est ce qu’il imaginait, il n’en savait rien. Et enfin, il y avait Lilly, il n’arrivait pas à l’imaginer dans ce lieu non plus. Non pas qu’il ne croyait pas en elle, au contraire, il savait qu’elle ne manquait pas de ressources. Mais comme sa camarade, il s’était attachée à elle, elle était venue le voir plusieurs fois pour des problèmes de santé, pour des questions sur le Vol. Pendant l’une des ses consultations à l’infirmerie, Lilly s’était confiée à Rafael et il avait fait en sorte qu’elle aille mieux. Depuis, un lien s’était créé entre eux et cela rendant le cœur de l’enseignant de voir la jeune Poufsouffle à cette place. En la regardant, il avait l’impression de voir sa jeune soeur Talia quelques années plus tôt. Il y avait une petite ressemblance physique, elles étaient toutes deux allées dans la maison d’Helga. Il ne lui en fallait pas plus.

Il voulait la protéger, il voulait tous les protéger mais il ne pouvait pas, et même si il avait pu, sa directrice l’en aurait empêché. Il n’arrivait pas à se faire à l’idée mais elle devait savoir des choses que lui ne savait pas, il ne pouvait en être autrement. Il savait qu’elle les avait aidés, qu’elle les avait préparés à ce qui les attendait et il espérait de tout cœur que cela suffise et que ces enfants puissent revenir à Poudlard sains et saufs. Cette dernière s’approcha finalement du quatuor pour leur donner la clef qu’avait livrée le corbeau quelques semaines plus tôt. Rafael comprit que les enfants allaient disparaître sous peu, il s’attarda une nouvelle fois sur leurs visages et souffla pour lui même:

« — Bon courage à vous quatre! »

Quelques secondes plus tard, un plop retentit dans la salle et les quatre adolescents disparurent de la Grande Salle.

Vous êtes libres d’interagir avec Rafael, mentionnez le si c’est le cas. :)
@Elowen Livingstone, @Jacob Tramontane, @Irene Gates & @Lilly Zarbi pour la mention.

#005D76
Infirmier en 2045 — Professeur de Vol depuis 2046 — Directeur de Gryffondor depuis Mars 2047
13 avr. 2021, 22:35
 ÉP 47.5 - Tribune  La Prison Noire
C'était le grand jour.
Aujourd'hui, les personnes choisies par l'urne allaient se rendre dans le Dominion.

J'avais encore du mal à croire que ce jour était déjà arrivé.
Mais leurs colliers étaient maintenant blancs.
Et cela signifiait ce que cela signifiait.
Que les quatre adolescents allaient maintenant s'en aller, peut-être au péril de leur vie.

J'avais peur pour eux. Très peur.
Pourtant je n'en connaissais aucun.
Je savais Jacob très proche de Meg, je connaissais Lilly de vue.
Quant à Elowen, je ne la connaissais pas, et Irene, je la savais juste comme la capitaine de l'équipe de Quidditch de Serdaigle.
Autrement dit, je ne connaissais personne.
Mais cela ne m'empêchait pas d'être inquiète pour eux.
Après tout, c'était des élèves de l'école, et ils allaient surement affronter de grands dangers.

Si j'avais eu l'âge requis, je ne pense pas que j'aurais osé déposer mon nom.
En fait, je ne sais pas du tout si je l'aurais fait, donc d'un côté je suis contente de ne pas avoir l'âge minimum.
Cela m'évite de devoir me le demander, surtout avec l'indécision dont je peux être prise parfois.

J'avais certes assisté au moment durant lequel les élèves avaient mis leur nom dans la coupe, mais je n'avais pas assisté au tirage.
C'était les vacances à ce moment-là.
En fait, à ce moment-là, j'étais en train de digérer la nouvelle comme quoi mes grands-parents ne m'acceptaient pas.
On pouvait dire que c'était pas grand chose en comparaison.
De ce qu'on m'avait raconté, ça avait pas été joli à voir.
D'ailleurs, ces colliers m'effrayaient un peu.
Je ne savais pas comment ils faisaient pour rester calmes.

J'espérais qu'ils s'en sortent.
Ils devaient s'en sortir.

Personne n'avait vraiment su quand le moment d'aller dans ce Dominion devait se produire.
On devait juste en attendre le signe.
Et il était maintenant arrivé.

Nous étions tous dans la Grande Salle, avec Miss Loewy, Miss Montmort, les autres professeurs ainsi que les quatre désignés devant nous.

Puis la directrice tendit une clé à ces derniers, qui en la touchant disparurent dans un petit pop.
Ce fut aussi rapide que ça.

Ces élèves étaient maintenant livrés à eux-mêmes dans un endroit qui devait être terrifiant.
Tout ce que je leur souhaitais, c'était qu'ils en sortent en un seul morceau.

- Pourvu qu'ils s'en sortent...

Vous pouvez interagir avec Alicia si vous le souhaitez ^^ . Etant donné que j'ai déjà décris toute la scène dans ce post, ce sera par contre un Rp court, mais cela permettra à ma Protégée de livrer ses pensées à quelqu'un ^^ .

"seuls on va plus vite, ensemble on va plus loin" #PouffyFamily
Code Rp : #800080/Chcocgrenouilles ! / Rp libre ! / Anniv' sous le Printemps
Deuxième année Rp / Agent A.K.2 / Membre des Hel's Angels / Lyra pour le MERLIN
14 avr. 2021, 06:23
 ÉP 47.5 - Tribune  La Prison Noire
Argentella entra dans la Grande Salle. Une ambiance étrange semblait rendre l’atmosphère liquide. C’était peu être un effet de son imagination, mais au vu des circonstances, elle en doutait. Elle savait que c’était un jour spécial. Elle l’avait senti toute la journée, comme un nuage épais qui s’insinuait dans chaque salle, chaque couloir.
Aujourd’hui, les quatre élèves dotés des colliers de ronces, désormais intensément blancs, allaient entrer dans le Dominion.
Argentella s’assit à une table, elle ne savait pas vraiment laquelle, et elle s’en fichait. Une sorte de nœud lui tordait le ventre. Et pourtant, elle ne connaissait pas vraiment ces gens. Elle avait parlé avec Lilly récemment, mais les trois autres était de parfaits inconnus à ses yeux. Elle leva les yeux vers eux. La directrice leur tendait une clé. La clé. Celle du corbeau, cet oiseau de malheur.
Tandis que les quatre s’apprêtaient à s’en saisir, un mauvais pressentiment envahi la jeune fille. Elle était désormais toute attentive à ce qui se passait. Elle savait que ces quatre jeunes gens, qui n’étaient pas si vieux que ça, pas assez pour mourir, allaient risquer leur vie. À côté, ses problèmes familiaux lui semblaient dérisoires.
Les quatre saisir la clé. Et ils disparurent.
De grosses larmes coulèrent lentement sur les joues de la jeune fille telles des perles de verre. Elle resta une longue minute à fixer l’endroit où ils avaient disparus, comme s’ils allaient réapparaître et leur dire que tout était fini, qu’il n’y avait pas la moindre raison de s’inquiéter. Mais ils ne réapparurent pas. Et Argentella fondit en larmes. De gros sanglots qui la secouaient toute entière. Elle pleurait la fatigue accumulée au fil des insomnies, l’angoisse conjuguée des événements sombres et des difficultés affectives, la peur et l’appréhension que son trop plein d’empathie lui faisait ressentir depuis les colliers blancs.
Elle pleurait pour ces innocents qui n’allait peut-être jamais revenir.
Elle pleurait.

Vous pouvez évidemment rejoindre Argentella, qu’importe votre but.

Dialogue #778899 | second year
Z’aime pas les œufs, mais z’aime le chocolat !
14 avr. 2021, 09:12
 ÉP 47.5 - Tribune  La Prison Noire

Mon cœur bat contre mes côtes comme un animal sauvage. Je ne veux pas aller regarder, mais je ne supporte pas de ne pas le faire
Enfin, je me mets à regarder, car attendre dans le noir serait pire. Je garde les yeux devant moi, je ne fais pas de contact visuel. J'ai peur de regarder dans les yeux des 4 élus, que verrai-je?
Mort. Mort. Mort.
Ils pourraient mourir. Je peux voir pourquoi tu pleures, ma chère Argentella.

Moi aussi, je ressens du chagrin. Peur. Je pense à moi-même:
Que rien ne se passe.
Laissez-les sortir vivants.
La mort n'est pas quelque chose dont nous avons besoin, je la veux.
Je marche vers vous, je me tiens là, je ne sais pas trop quoi faire alors que je regarde les élèves qui ont été choisis pour risquer leur vie marcher disparaître, peut-être au danger. Et du coup je te comprends. Je me fiche de ce que les autres pensent. Je m'assois à côté de toi et je te serre dans mes bras Je laisse les larmes couler de mes yeux comme les vôtres.

* S'il vous plaît * Vous m'entendez chuchoter.
*S'il te plaît*
Je ne veux pas de mort.

Mais je chuchote trop tard, * Bonne chance *
Et j'ajoute: * Courage * Je me sens triste pour les gens que je ne connais même pas.

@Argentella Whighters :cute:

j'aime être seul mon âme est en paix dans le silence jeu de rôle deuxième année

Code : Tout sélectionner

 [color=#4d8f51] 
14 avr. 2021, 10:09
 ÉP 47.5 - Tribune  La Prison Noire
Image
Merci Lumah pour le schéma !
Ca y est, le fameux jour était enfin arrivé, tout le monde était réuni dans la grande salle. Élèves, professeurs et même des journalistes de la gazette du sorcier, étaient tous là à attendre le verdict, ce qui allait se passer. Laurence était inquiète, il n'y avait absolument aucun doutes, mais elle avait aussi confiance en ceux qui étaient prêts à partir, ils s'étaient entrainé et allaient s'en sortir. Elle gardait sa baguette non loin de sa main, elle n'était absolument pas rassurée et avait l'impression que n'importe quoi pouvait lui tomber dessus à n'importe quel moment. Heureusement, sa meilleure amie était à côté d'elle et cela rassurait quelque peu l'aiglonne. Eileen n'était pas loin aussi, avec Elyna qu'elle avait déjà rencontrée dans le Poudlard Express et deux autre filles qu'elle ne connaissait pas. Elle était loin d'être seule.

Effrayé, elle posa ses mains sur la table en fixant les quatre "champion" de Poudlard sur le point de partir. *Inspire, expire, tout va bien se passer, regarde, tout les professeurs sont là et toi tu ne risque rien*. Elle se savait en sécurité avec tout les adultes dans la pièce mais elle ne pouvait s'empêcher d'avoir peur pur ce qu'il allait arriver aux autres. Lorsqu'il disparurent, il n'y avait désormais plus rien d'autre à faire qu'attendre. Attendre en espérant qu'ils reviennent. Elle jeta un coup d'œil à Élina.

- J'espère qu'ils vont revenir et en pleine forme. murmura t-elle.

Alors... @Élina Clarke, @Eileen Jones, @Elyna Oak et @Lumah Greenleaf voilà pour moi ! :cute:
Dernière modification par Laurence Solomon le 14 avr. 2021, 11:17, modifié 1 fois.

Laurence Solomon, Deuxième Année RP
Couleur :#800040
Maison Victorieuse au Triomphe Majestueux, Jamais Serdaigle Unie Ne Perdra
14 avr. 2021, 10:11
 ÉP 47.5 - Tribune  La Prison Noire
Une douce étreinte enveloppe soudain Argentella, une étreinte où perce ce mélange de peur, de tristesse et de désespoir qui l’envahit elle aussi.
Une voix chuchote doucement, une voix teintée de larmes.

« S’il vous plaît... s’il te plaît... »

C’était Judy. Judy aussi pleurait. Tout le monde devrait pleurer, contre ces horribles personnes qui font tout cela, contre toutes celles qui devraient agir et qui ne font rien, et pour eux quatre, pour les soutenir, pour montrer que leur départ, que le fait qu’ils risquent leur vie ne nous laisse pas indifférent. Les larmes sont aimantes, les larmes sont libératrices. En pleurant, on peut exprimer bien plus que le chagrin et la douleur. La colère. Le soutien. L’amour.

« Bonne chance... courage... »

Oui. Bonne chance, et par pitié, survivez. Lilly, Elowen, Jacob, Irene. Revenez. Revenez tous les quatre, sains et saufs.
Elle serra Judy plus fort, comme si elle pouvait leur transmettre la force de cette étreinte, les aider dans leur tâche dont seul eux avaient connaissance. Elle voulait les revoir en vie. La vie était trop précieuse pour être gâchée dans d’obscures machinations dénuées de sens. La vie, la leur. Ils devaient revenir, c’était obligé. Oui, obligé.
Elle s’éloigna un peu de son amie et lui demanda, les larmes brouillant sa vue et humidifiant ses joues :

- Ils vont s’en sortir, pas vrai ?

@Judy Stars

Dialogue #778899 | second year
Z’aime pas les œufs, mais z’aime le chocolat !