Inscription
Connexion

27 sept. 2021, 20:55
 sept.2046  La rentrée des premières années
1er septembre 2046
RP réservé aux première année


Pour la seconde année consécutive, Elina Montmort était en charge d'accueillir les première année pour leur répartition. Cette fois, pas question d'attendre les élèves devant les portes comme l'an passé. Sa cape d'hiver remontée jusqu'en dessous du nez ne l'avait pas empêchée de craindre de geler sur place avant que les nouveaux élèves n'arrivent. Les courants d'air qui entouraient la château ne faisaient pas de cadeaux et les jeunes sorciers seraient certainement, eux aussi, heureux de pouvoir se soustraire aux prémices de l'automne écossais dès que possible. Pour le jour de la rentrée, elle portait une tenue des plus classique, assez similaire à celle de l'année précédente. Robe de sorcière et chapeau pointu à large bord, le tout de couleur sombre avec les habituelles touches de jaune destinées à rappeler son appartenance à la maison d'Helga. Ses longs cheveux blonds et sa peau pâle ressortaient tout particulièrement lorsqu'ils étaient associés à des vêtements sombres, lui donnant un air spectral à la lueur des bougies. Elle escomptait toutefois que le hall était suffisamment éclairé pour rendre à son visage un semblant de couleur.

Par les portes ouvertes, elle porta son regard en direction du hangar à bateaux où les jeunes sorciers ne devraient plus tarder à accoster. Ce fut avec un certain soulagement qu'elle vit finalement un attroupement se diriger vers l'entrée du château. Elle avait une profonde horreur de l'inactivité et rester plantée là comme l'une des multiples armures que comptait ce château ne lui plaisait que très moyennement. Un sourire vint toutefois naître sur son visage lorsque les premiers élèves montèrent les marches et passèrent les portes. Il y avait quelque chose de plaisant à voir du sang neuf arriver à Poudlard. Peut-être n'était-ce que son imagination, mais elle pouvait presque sentir un frisson de contentement parcourir le château à l'arrivée des nouvelles recrues.
Lorsque le dernier apprenti sorcier eu passé les portes, elle les fit se fermer d'un coup de baguette, coupant court à toute tentative d'un courant d'air glacial de s'engouffrer dans le hall. Comme chaque année, elle reconnaissait dans cet attroupement qui lui faisait face : l'inquiet, le prétentieux, le curieux, l'ébahit et l'impatient. Enfants de sorciers ou non, ils découvraient tous Poudlard pour la première fois. Elle éleva la voix pour être entendue de tous :


« Je suis Elina Montmort, la sous-directrice de Poudlard. Je vous souhaite à tous la bienvenue dans cette école. Sans attendre, nous allons procéder à la répartition. Veuillez me suivre. »

Sur ces mots, elle tourna les talons et se dirigea vers la Grande-Salle. Elle pris toutefois soin de réduire légèrement ses foulées. L'an passé elle en avait surpris quelques-uns à trottiner, voir courir, pour parvenir à la suivre. Elle ne leur laissait toutefois pas le loisir de discuter. Economiser son souffle paru rapidement une idée pertinente aux jeunes sorciers, coupant court aux "réparti-quoi?", "Qu'est-ce qu'ils répartissent?". Elle ne s'arrêta qu'en arrivant face aux immenses portes à doubles battant. Un demi-tour sur elle-même plus tard, elle faisait de nouveau face à la petite troupe.

« Derrière cette porte se trouve la Grande-Salle où tous les résidents de cette école se réunissent pour les repas et divers évènements. Ce soir, vous y trouverez le Choixpeau qui vous indiquera dans qu'elle maison vous passerez les sept prochaines années. Les élèves de cette école sont répartis en quatre maisons : Poufsouffle, Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. Le Choixpeau se chargera de vous les présenter d'ici quelques instants. La maison dans laquelle vous serez répartis vous aidera à progresser en vous appuyant sur vos forces et vous apprendra à surmonter vos faiblesses. Faites-lui honneur. »

Son regard se promenant sur les petites têtes blondes, rousses et brunes, elle marqua une pause avant de poursuivre :

« Durant toute l'année vous pourrez remporter des points pour votre maison grâce à votre travail et votre comportement. Vous pourrez aussi lui en faire perdre, si vous enfreignez le règlement. A la fin de l'année la coupe des quatre maisons est remise à la maison ayant le score le plus élevé. Il va sans dire que c'est un honneur pour une maison et les élèves qui la composent de recevoir cette distinction. »

Faisant claquer ses mains pour récupérer l'attention des plus dissipés, elle conclu avec autorité :

« Bien. Passons sans plus attendre à la répartition. En rang par deux. »

Lorsque la double file lui sembla convenable, elle fit s'ouvrir les portes de la Grande-Salle. Ouvrant la marche, elle incita les élèves à sauter à pieds joints dans l'effervescence de la pièce. Les malheureux ne savaient plus où donner de la tête, dévisageant leurs aînés, levant le nez vers le plafond au risque de causer un carambolage... Il étaient assaillis par une multitude de sons, de couleurs et d'odeurs à leur faire tourner la tête. La petite procession avait rapidement captée l'attention de l'assemblée et les plus timides commençaient à rougir jusqu'à la racine des cheveux. La sous-directrice traversa la salle jusqu'à l'estrade où se tenait la table des professeurs. Le Choixpeau se tenait là, posé sur son éternel tabouret. Elina Montmort fit signe aux élèves d'attendre en bas de l'estrade et vint de placer aux côtés du Choixpeau, le laissant s'éveiller doucement au son des bavardages des nouveaux venus. Quand bien même on ne pouvait distinguer que deux fentes sur le chapeau rapiécé, tous avaient la certitude que le vieux couvre-chef scrutait le petite troupe. Mais son réveil annonçait aussi sa chanson. Une troisième fente apparu en guise de bouche et la voix du Choixpeau se mit à résonner dans la Grande-Salle :

Le sais-tu ou ne le sais-tu pas
Poudlard a fait face à de grands dangers
Mais c'est toujours une grande joie pour moi
Que de revoir ces visages familiers

Tous ici présents, sans exceptions
M'ont porté comme la couronne d'un roi
Et je ne doute en aucune façon
Qu'ils sont aujourd'hui ravis de mon choix

Car c'est moi qui, tous les ans
Vous répartis entre les maisons
Certes, rien qu'un chapeau chantant
Mais doté d'une grande raison

Si tu possède un courage en or
Que la lâcheté chez toi n'est pas admise
Tu iras sans doute à Gryffondor
Dont le principe de l'honneur est de mise

Serdaigle recherche l'intelligence
Parmi ses rangs figurent les érudits
Si tu es sage tu auras la chance
De compter parmi ses amis

Bonté, loyauté et amitié
Font partie de son inventaire
Car Poufsouffle est la patience incarnée
Et la joie de vivre embaume son air

Ambitieux, noble ou rusé
Ne recale pas ces caractéristiques
À Serpentard tu seras placé
Pour apprendre qu'elles peuvent t'être bénéfiques

Quatres maisons et moultes qualités
Comprends bien qu'elles sont complémentaires
L'une sans l'autre ne saurait résister
Aux embuches de la vie austère


Ecrit par Linda Layton


La chanson fini, la sous-directrice tira un parchemin de sa manche et avant de le dérouler, expliqua aux nouveaux élèves :

« Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur ce tabouret. Je poserai alors le Choixpeau sur votre tête et celui-ci déterminera la maison qui sera la votre pour le reste de votre scolarité. Une fois réparti, vous rejoindrez vos nouveaux camarades à la table de votre maison. »

Tenant désormais le Choixpeau d'une main par la pointe et le parchemin qu'elle laissa se dérouler de l'autre, la sous-directrice appela d'une voix forte le premier nom de la liste...

22 ans inRP
Benjamine de la Pédagogie, Championne du Tournoi des Trois Sorciers, Rôtisseuse de Sang-Pur (BBQEAF), coeur du KEN et Briseuse de Rêves. La fille du FEU!
¤ Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce ¤

1 oct. 2021, 17:38
 sept.2046  La rentrée des premières années
1er Septembre 2046

"Mon arrivée à Poudlard..."

Tout est un peu flou pour moi. Du moment où ma mère m'a laissée prendre la route de ma nouvelle école, je n'ai pas vu le voyage. Présente mais absente. Le regard dans le vide tout ce temps. Lutter contre les angoisses de la découverte d'une nouvelle maison, des nouvelles personnes.
Je crois que l'on m'a parlé pendant le trajet, mais je n'ai rien entendu.
Sur les bateaux, les autres élèves parlaient, excités par cette nouvelle vie. Je ne sentais que le vent sur mon visage. Ce vent Ecossais que je ne connais que trop bien. Le bruit de l'eau, au fur et à mesure qu'avançaient les bateaux.
On a posé pieds à terre.
J'ai levé les yeux et il était là. Le château de Poudlard, celui dont j'ai tant entendu parler. Magnifique.
Une femme nous attendait, droite, entre les grandes portes du château.
Je me suis fondu dans la masse d'élève, comme j'ai pu, ne voulant pas me faire remarquer.
« Je suis Elina Montmort, la sous-directrice de Poudlard. Je vous souhaite à tous la bienvenue dans cette école. Sans attendre, nous allons procéder à la répartition. Veuillez me suivre. »
J'espère ne jamais me retrouver dans une mauvaise situation face à elle...
La répartition entre chacune des maisons va avoir lieue.
« Derrière cette porte se trouve la Grande-Salle où tous les résidents de cette école se réunissent pour les repas et divers évènements. Ce soir, vous y trouverez le Choixpeau qui vous indiquera dans qu'elle maison vous passerez les sept prochaines années. Les élèves de cette école sont répartis en quatre maisons : Poufsouffle, Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. Le Choixpeau se chargera de vous les présenter d'ici quelques instants. La maison dans laquelle vous serez répartis vous aidera à progresser en vous appuyant sur vos forces et vous apprendra à surmonter vos faiblesses. Faites-lui honneur. »
Je fais confiance au Choixpeau pour choisir la maison qui me correspondra le mieux. Pas d'inquiétudes à avoir là dessus.
« Durant toute l'année vous pourrez remporter des points pour votre maison grâce à votre travail et votre comportement. Vous pourrez aussi lui en faire perdre, si vous enfreignez le règlement. A la fin de l'année la coupe des quatre maisons est remise à la maison ayant le score le plus élevé. Il va sans dire que c'est un honneur pour une maison et les élèves qui la composent de recevoir cette distinction. »
Peu importe la maison à laquelle j'appartiendrai, je ferai mon maximum pour lui faire honneur. Je compte bien me plonger dans mes livres et mes cours, ils m'aideront contre toutes ces angoisses qui me hantent.
« Bien. Passons sans plus attendre à la répartition. En rang par deux. »
Une fois en rang, je ne pu m'empêcher de lever les yeux autour de moi. Cette salle, la Grande Salle m'hypnotisa. Tant de choses, d'objet à regarder dans tous les sens. Mon regard n'a pu s'empêcher de vaguer tout autour de moi.
Un chant me sortis de mes observations, celui du Choixpeau:
Le sais-tu ou ne le sais-tu pas
Poudlard a fait face à de grands dangers
Mais c'est toujours une grande joie pour moi
Que de revoir ces visages familiers

Tous ici présents, sans exceptions
M'ont porté comme la couronne d'un roi
Et je ne doute en aucune façon
Qu'ils sont aujourd'hui ravis de mon choix

Car c'est moi qui, tous les ans
Vous répartis entre les maisons
Certes, rien qu'un chapeau chantant
Mais doté d'une grande raison

Si tu possède un courage en or
Que la lâcheté chez toi n'est pas admise
Tu iras sans doute à Gryffondor
Dont le principe de l'honneur est de mise

Serdaigle recherche l'intelligence
Parmi ses rangs figurent les érudits
Si tu es sage tu auras la chance
De compter parmi ses amis

Bonté, loyauté et amitié
Font partie de son inventaire
Car Poufsouffle est la patience incarnée
Et la joie de vivre embaume son air

Ambitieux, noble ou rusé
Ne recale pas ces caractéristiques
À Serpentard tu seras placé
Pour apprendre qu'elles peuvent t'être bénéfiques

Quatres maisons et moultes qualités
Comprends bien qu'elles sont complémentaires
L'une sans l'autre ne saurait résister
Aux embuches de la vie austère


Ecrit par Lynda Layton
A la fin du chant, la sous-directrice sorti un parchemin
« Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur ce tabouret. Je poserai alors le Choixpeau sur votre tête et celui-ci déterminera la maison qui sera la votre pour le reste de votre scolarité. Une fois réparti, vous rejoindrez vos nouveaux camarades à la table de votre maison. »
"@Eladrienn Darkzen
Lorsque mon nom fut prononcé, une montée d'angoisse m'envahie. Tant de regards sur moi.
Prend une grande inspiration et avance
Je ne me souviens plus très bien de ce moment où il était sur ma tête, mais le nom SERDAIGLE me reconnecta à la réalité.
Cette maison me correspond, je vais pourvoir me plonger dans mes livres sans me faire juger. Peut-être vais-je enfin respirer.
Va rejoindre les membres de sa famille, s'assoie, commence à manger en silence...

3 oct. 2021, 14:51
 sept.2046  La rentrée des premières années
Les barques glissant lentement sur le manteau d'eau noire contrastaient nettement avec l'excitation intérieure qu'Alyssa ressentait. Voici que tous les nouveaux élèves, dont elle, arrivaient enfin à la dernière étape de leur périple pour rejoindre Poudlard. Incapable de rester en place, au grand désarroi de l'embarcation qui crissait plus que de raison, la petite fille ne cessait de se tourner et de se retourner, de regarder tantôt le ciel, tantôt le lac. Y avait-il vraiment un Calmar Géant se cachant dans cette eau sombre ?

Soudainement, les nuages à l'horizons se dégagèrent et le château apparut pour le plus grand plaisir des dizaines de paires d'yeux. Un "Ooooh" d'admiration résonna dans la clarté de la lune. A la vision de ce château encore plus vaste que tout ce qu'elle avait imaginé, Alyssa sentit son cœur battre à tout rompre. Elle peinait encore à croire qu'elle allait vraiment passer les sept prochaines années de sa vie dans un endroit si merveilleux.

Le petit cortège finit par accoster. Les jambes flageolantes, Alyssa enjamba maladroitement le bord de la petite barque qu'elle avait partagé avec sa cousine, Winter, et d'autres élèves qui lui étaient pour le moment inconnus. De frais courants d'air vinrent s'infiltrer dans sa robe toute neuve et, par la même occasion, en profitèrent pour ébouriffer davantage ses cheveux blonds. Cette sensation vivifiante lui arracha un frisson.

Les élèves se mirent alors à marcher sur la roche légèrement glissante en cette fraiche soirée, éclairés par des lanternes aux flammes flageolantes. A chaque pas la rapprochant du château, la fébrilité d'Alyssa grandissait, si bien qu'arrivée devant les grandes portes de bois la petite fille était pas loin de défaillir. Elle pénétra alors dans le château, suivant les élèves devant elle.

La fillette garda la tête levée vers le plafond du hall pas même visible, caché par ce qui lui semblait être des dizaines d'escaliers dans une configuration chaotique. Les murs étaient tapissés de tableaux, accrochés plus ou moins de travers, et ces mêmes toiles entretenaient en ce moment même de discrètes conversations. Elle attrapa la manche de sa cousine pour lui montrer une armure bordant le premier escalier, elle jurait l'avoir vu bouger !

Soudainement, les portes derrière le petit groupe se refermèrent, dans un écho profond. Sur le dit escalier se trouvait une grande dame au chapeau pointu, parée de sombre et de touches de jaune. Avec ses longs cheveux blonds et sa pâleur ressortant sur ses vêtements foncés, elle était impressionnante. La sorcière dit alors :

- Je suis Elina Montmort, la sous-directrice de Poudlard. Je vous souhaite à tous la bienvenue dans cette école. Sans attendre, nous allons procéder à la répartition. Veuillez me suivre.

La répartition. Alyssa avait beau être née dans une famille de sorciers, il semblerait que tous les étudiants passés par Poudlard prenaient un malin plaisir à rester vague sur la répartition dans les maisons. Doucement, mais sûrement, son excitation était en train de laisser place à une bouffée d'angoisse, chose à laquelle la petite fille n'était guère habituée. Comme en réponse à ses propres inquiétudes, des chuchotements s'étaient élevés au sein du petit groupe.

Elina Montmort se mit alors à marcher d'un pas preste, ne laissant aux enfants guère le temps de tergiverser davantage. Elle s'arrêta en arrivant au niveau d'immenses portes en double battants, presque aussi impressionnantes que l'entrée du château. Après un demi-tour sur elle-même, la grande sorcière prit à nouveau la parole :

- Derrière cette porte se trouve la Grande-Salle où tous les résidents de cette école se réunissent pour les repas et divers évènements. Ce soir, vous y trouverez le Choixpeau qui vous indiquera dans qu'elle maison vous passerez les sept prochaines années. Les élèves de cette école sont répartis en quatre maisons : Poufsouffle, Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. Le Choixpeau se chargera de vous les présenter d'ici quelques instants. La maison dans laquelle vous serez répartis vous aidera à progresser en vous appuyant sur vos forces et vous apprendra à surmonter vos faiblesses. Faites-lui honneur.

Après une courte pause, elle continua :

- Durant toute l'année vous pourrez remporter des points pour votre maison grâce à votre travail et votre comportement. Vous pourrez aussi lui en faire perdre, si vous enfreignez le règlement. A la fin de l'année la coupe des quatre maisons est remise à la maison ayant le score le plus élevé. Il va sans dire que c'est un honneur pour une maison et les élèves qui la composent de recevoir cette distinction.

Claquant des mains, Elina Montmort dit alors :

- Bien. Passons sans plus attendre à la répartition. En rang par deux.

Alyssa se fit légèrement pousser pour entrer dans les rangs, alors qu'elle était en pleine connivence avec elle même. Il fallait donc mettre un chapeau, enfin... Un choixpeau pour être exacte. Et c'était celui-ci qui déciderait de leur maison. Soudain, elle eut la furieuse envie d'envoyer un hibou incendiaire à son oncle pour être parvenu à lui faire croire qu'il fallait combattre un Troll.

La jeune fille se rangea enfin aux côtés de Winter. Les deux filles échangèrent un regard mi-anxieux, mi-fiévreux. Winter semblait être elle aussi totalement dans son monde, comme souvent lorsqu'elle était inquiète ou qu'elle attendait un moment important. Comme aujourd'hui par exemple.

Le rang qu'avait formé les premières années dut convenir à la sous directrice car celle-ci ouvrit alors les grandes portes, incitant les élèves à la suivre. Lorsqu'Alyssa pénétra dans la Grande Salle, ou plutôt l'immense salle, ses oreilles se mirent aussitôt à tinter. Des extraits de conversations s'élevaient de toutes parts, dont l'origine étaient tous les élèves assis autour de quatre longues tables, celles de leurs maison. Mais Alyssa ne tarda pas à surtout s'intéresser au plafond magique, lorsque Winter le lui désigna. Comment avait-elle pu ne pas le remarquer immédiatement ! Ce plafond n'était pas en pierre, il renvoyait l'image d'un ciel de nuit vaporeux, semblant s'étendre sur des kilomètres d'altitude. De toutes parts, des lanternes pendaient dans le vide, tandis que des fantômes tournoyaient tout autour. Il y avait tant de choses à voir que la petite fille ne remarqua même pas que le cortège s'était immobiliser, et elle se cogna à un garçon devant elle.

Elle bafouilla un discret "- Désolée..." puis se contorsionna pour voir au dessus d'un petit escalier Elina Montmort, placée aux côtés d'une sorte de chapeau informe, mais qui trônait sur un sobre tabouret en bois. Ce chapeau était plutôt ridée, se dit Alyssa avec une pointe de malice, mais deux interstices particuliers se situant vers la base du chapeau lui donna la drôle d'impression d'être observée, si bien que sa blague resta en suspend dans sa tête.

Soudain, le bas du chapeau se déchira doucement, formant comme une bouche et... Le Choixpeau se mit à chanter :

Le sais-tu ou ne le sais-tu pas
Poudlard a fait face à de grands dangers
Mais c'est toujours une grande joie pour moi
Que de revoir ces visages familiers

Tous ici présents, sans exceptions
M'ont porté comme la couronne d'un roi
Et je ne doute en aucune façon
Qu'ils sont aujourd'hui ravis de mon choix

Car c'est moi qui, tous les ans
Vous répartis entre les maisons
Certes, rien qu'un chapeau chantant
Mais doté d'une grande raison

Si tu possède un courage en or
Que la lâcheté chez toi n'est pas admise
Tu iras sans doute à Gryffondor
Dont le principe de l'honneur est de mise

Serdaigle recherche l'intelligence
Parmi ses rangs figurent les érudits
Si tu es sage tu auras la chance
De compter parmi ses amis

Bonté, loyauté et amitié
Font partie de son inventaire
Car Poufsouffle est la patience incarnée
Et la joie de vivre embaume son air

Ambitieux, noble ou rusé
Ne recale pas ces caractéristiques
À Serpentard tu seras placé
Pour apprendre qu'elles peuvent t'être bénéfiques

Quatres maisons et moultes qualités
Comprends bien qu'elles sont complémentaires
L'une sans l'autre ne saurait résister
Aux embuches de la vie austère


Ecrit par Lynda Layton


Le Choixpeau, car tel était son nom, esquissa à la fin de sa chanson une révérence experte, sous un tonnerre d'applaudissement résonant dans toute la salle. Alyssa peina à applaudir, ressentant à nouveau l'angoisse de la répartition dorénavant imminente. Elina Montmort sortit alors de sa poche un grand parchemin et annonça au petit groupe de nouveaux :

- Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur ce tabouret. Je poserai alors le Choixpeau sur votre tête et celui-ci déterminera la maison qui sera la votre pour le reste de votre scolarité. Une fois réparti, vous rejoindrez vos nouveaux camarades à la table de votre maison.

Sur ces mots, elle laissa se dérouler jusqu'au sol le parchemin, en tenant de l'autre main le Choixpeau et appela le premier élève. Durant ce temps, le cerveau d'Alyssa était en ébullition, elle se demandait si elle irait bien à Gryffondor comme ses parents avant elle, ou si elle aurait une surprise...

- WRIGHT, Alyssa !

Déjà ? Son tour était arrivée trop vite. D'un pas un peu trop raide pour être naturel, la blondinette s'avança lentement vers le tabouret, sentant le poids du regard de toute une salle sur ses épaules. Sa tête était maintenant si vide qu'elle se demanda si le Choixpeau allait pouvoir en dire quelque chose.

Lorsqu'elle s'assit sur le tabouret, la sous-directrice lui mit le Choixpeau sur la tête... Qui glissa jusqu'à tomber sur ses yeux. Alyssa se retrouva alors plongée dans l'obscurité, isolée de la Grande Salle.

Une petite voix parvint alors à ses oreilles :

- Tiens tiens... Je vois déjà beaucoup de courage. Une grande loyauté également. Et... Oh oh ! Je vois aussi un certain déni envers les règles et une envie de faire ces preuves... Voyons voyons, où vais-je bien pouvoir te placer...

Droite comme un i sur son tabouret, Alyssa songeait "Pourquoi est-ce aussi difficile... ? Peut-être que le troll aurait été mieux finalement...". Elle sentit alors un léger bruissement sur sa tête, presque comme si le Choixpeau était amusé.

La petite voix dit alors :

- Oh non non, je pense avoir trouvé. Pas de troll pour cette fois, jeune fille. Une fille aussi téméraire que toi aura parfaitement sa place à... GRYFFONDOR !!!

Alyssa entendit le dernier mot résonner dans toute la Grande Salle. Elle rendit alors le Choixpeau à Elisa Montmort et se dirigea vers la table des Gryffondors sous les applaudissements des élèves vêtus de rouge et d'or. Sous les accolades de ses nouveaux camarades, elle avait l'impression que son cœur allait fondre de bonheur.

"Comment ai-je pu douter ainsi, cela ne me ressemble pas !", pensa-t-elle, toute heureuse. Elle se reconcentra ensuite sur la cérémonie de la Répartition, attendant avec impatience de voir si sa cousine allait elle aussi être accueillie au sein des Gryffondor. Cela serait merveilleux !

Like a star shining brightly in the deep darkness, We will recognize each other anywhere,
The blinding spotlight, in your heart and mine, A brilliant moment that will forever bloom.
COLOR = #FA923E

5 oct. 2021, 16:44
 sept.2046  La rentrée des premières années
Elisabeth regardait l'eau noire sous la barque avec une légère appréhension, la natation n'était pas vraiment son truc, et elle avait vu quelque chose remuer l'eau sur une assez grande surface en montant dans l'embarcation. Elle s'efforça d'écouter le jeune garçon assit à côté d'elle qui lui parlait de ses parents si merveilleux qui lui avaient offert un balai qu'il n'avait pas pu amener avec lui en raison de règles stupides de première année. Elle leva les yeux au ciel, peu encline à donner du grain à moudre au garçon qui n'avait besoin de personne pour s'écouter parler. Elle se détourna légèrement de lui, exposant son dos, fermant ses oreilles au discours de plus en plus claironnant du jeune élève. Ils arrivèrent enfin en vue du château, et la magnificence du lieu rehaussé par les lumières partout réussirent enfin à faire taire l'impénitent. Elle soupira, et resserra sa cape autour d'elle, cherchant à capturer du regard le moindre centimètre du château. Sa maison pour les mois et les années à venir, peut être même davantage que chez elle, ou seul sa bibliothèque l'attendait, ses parents n'y faisant que de brefs passages.

La barque toucha enfin terre, et les élèves se déversèrent sur les berges comme une marée de capes noires. Elle sortit avec soulagement de l'embarcation, et se hâta de suivre le groupe, semant le garçon bruyant qui exposait sa vie à une autre victime innocente. L'excitation la gagna lorsqu'elle vit arriver vers eux une Professeur emmitouflée dans sa cape. Le moment arrivait, elle saurait enfin ce qui l'attendait dans l'enceinte de ce château ! Ses jambes commencèrent à tressauter d'impatience, lui donnant l'apparence d'un lièvre nain, tant elle était petite, même par rapport à ses camarades du même âge. Un grand dadais, immense pour ses 11 ans la poussa même sans un regard en arrière, manquant la faire atterrir dans la boue des berges du lac. Elle se rattrapa comme elle put, et continua sa route, les joues légèrement rosées. Décidément, les autres enfants ne lui avaient pour le moment pas fait grand impression, elle qui était habituée à une grande solitude chez elle.

La professeur les fit pénétrer à l'intérieur du château, et s'arrêta devant une grande porte, leur expliquant en détail le principe des maisons et de la répartition avec le Choixpeau. Ses parents n'avaient pas prit la peine d'inventer une histoire quelconque et elle savait à quoi s'attendre. Elle était néanmoins impatiente de savoir ou elle irait, n'ayant aucune idée de ses qualités intrinsèques, mis à part son goût pour les études, et sa grande solitude.

La petite fille d'à peine 1m35, dépassée par la majorité des élèves, entra dans les derniers, ses courtes jambes trahissant son excitation mêlée d'appréhension. A l'entrée dans la grande salle, elle leva les yeux qui s'écarquillèrent, quelle beauté que ce plafond étoilé, semblant s'élever à l'infini au dessus d'eux. Elle se força à suivre le rythme, et de ne pas regarder de trop près les élèves plus âgés qui commentaient la taille des premières années, sujet récurrent, surtout avec un spécimen comme elle, prouvant que la tendance allait en s'accélérant, produisant des premières années de plus en plus petits.

- Bientôt on pourra les faire rentrer dans nos poches !

Un élève de Serdaigle riait de sa blague avec une camarade, la regardant hilares, rougir fortement. Elle se força à continuer et à les ignorer, sa taille était inhabituelle, certes, mais elle aurait aimé qu'on ne s'attarde pas tant dessus.

La petite fille n'eut pas le temps de s'appesantir sur le sujet, que déjà la Professeur aux couleurs de Poufsouffle brandissait un vieux chapeau qui chanta une chanson fort intéressante. Ses jambes flageolaient de plus en plus à mesure que les noms défilaient sous le chapeau magique, on approchait des F lorsque son nom retentit, claironnant, la laissant un instant figée sur place.

- Fenwick, Elisabeth !

Elle s'approcha du tabouret, s'assied dessus et fit face aux quatre tables remplies d'élèves attentifs, et sentit le choixpeau glisser sur sa tête, et poursuivre jusqu'à ses épaules, étant tellement fine qu'il l'avait comme engloutie. Un rire secoua l'assemblée, et elle se sentit encore plus mortifiée, la jeune Professeur récupéra le chapeau et le garda elle même au dessus des épaules de la petite fille, permettant qu'elle puisse respirer et entendre le Choixpeau parler. Les rires s'évanouirent à ses oreilles lorsqu'elle entendit une voix craquer dans son esprit, une voix ancienne, ironique, qui semblait trouver la situation amusante.

- Hum ... Des qualités certaines utiles pour les études, un goût d'apprendre, mais un profond désir de faire partie d'une véritable famille, et un besoin d'être aimé qui prime sur le reste, tu auras parfaitement ta place chez mon amie et fondatrice de Poudlard Helga ... POUFSOUFFLE !

La fillette resta tétanisée sur le tabouret, comment un vieux chapeau tout rapiécé avait il pu lire dans son coeur ainsi et exposer au grand jour une telle vérité ? Elle repoussa ses mots tout au fond de son coeur, et afficha pour la première fois de la soirée un sourire réjouis, pour faire honneur à sa nouvelle maison. Elle descendit de l'estrade en sautillant et se dirigea vers la table des Poufsouflle, ou elle fut royalement accueillie, ce qui acheva de la rassurer. Elle serait bien ici, elle trouverait ce qu'elle cherchait, et plus encore.

- Elisabeth Fenwick - 1ere année inRP à Poufsouffle -

11 oct. 2021, 20:25
 sept.2046  La rentrée des premières années
* La barque avançait lentement sur des eaux sombres, seul le clapotis des fines vagues venait troubler le silence palpable des jeunes passagers inquiets devant cette nouvelle aventure. Tout aussi silencieux Duncan observait l'eau et se laissait à imaginer les prises que l'on pouvait faire en péchant dans le coin. Une belle grosse truite écailleuse ou encore quelques goujons frétillants … Le temps s'écoulait et il en oubliait presque la raison de sa présence, quand il fût sortie de sa rêverie de pêcheur du dimanche par une légère secousse annonçant que la barque venait d'accoster à bon port.

Duncan se mêla aussi bien que faire se peut parmi tous les enfants présent, légèrement bousculé de toute part, ne sachant pas visiblement où ce mettre. Il tirait sa robe noire comme pour se protéger, cachant son tartan et son kilt qu'il avait gardé dessous comme pour garder un lien avec sa famille, un genre de sécurité enfantine. Son regard allait de droite à gauche, observant tous les gens présent, comme cherchant un sourire ou un signe rassurant et amical, face à ce moment fort éprouvant et effrayant.

C'est ainsi que perdu dans la foule, il se issa sur la pointe des pieds pour essayer de voir ce qu'il se passait devant, la vue lui étant masquée par plein d'adolescents plus âgés et sure d'eux. Il plongea sa petite main tremblante dans sa poche venant nouer ses doigts autour d'une touffe de poils finement liée par un petit ruban de tissu écossais aux couleurs de son kilt. Et comme un geste rassurant, il laissa ses doigts la caresser comme on le ferait avec un doudou où quelques autres objets ayant ce petit pouvoir de vous rassurer et vous donner un peu de courage.

Une voix féminine raisonnait au loin et la foule semblait la suivre, timidement Duncan emboîta donc le pas sans se faire prier, cherchant à se faire le plus discret possible afin de ne surtout pas attirer l'attention sur lui. Le discours se poursuivait et plus le temps passait, plus Duncan cherchait inconsciemment à disparaitre dans sa robe noire prise d'une timidité maladive orchestrée par cette cérémonie au combien éprouvante par Sa Grandeur et par les lieux dans laquelle elle se déroule. Du fond de la grande pièce, Duncan cherchait à se calmer en observant tous les tableaux décorant les murs, ces bougies flottantes par magie au-dessus de sa tête et encore tous ses autres enfants pas bien plus grand quelui, qui semblaient tout aussi perdus et stressés que lui. Puis enfin raisonna cette chanson qui lui tira un petit sourire et lui apporta un peu de baume au cœur, mais cela ne fût qu'une brève pause de courte durée …
Effectivement à peine quelques dizaines de minutes après, alors que son cœur se sera et son estomac ne fît qu'un tour dans son ventre… Raisonna un nom au milieu du silence qui régnait dans la salle. *


Duncan MacRoy

* Une fine goutte se mit à perler sur la tempe droite du jeune garçon, venant se perdre dans la tresse l'ornant. Il dénoua doucement ses doigts de la touffe de poils qu'il caressait encore machinalement dans sa poche, afin de laisser ses bras le long de son corps et prenant une longue inspiration afin de se donner du courage, il se frayât un passage parmi les élèves présents.
C'est ainsi que sa fine carrure s'extirpât de la masse silencieuse de tous ses enfants réunis devant le spectacle de la cérémonie du Choixpeau. Tout timide il se présentât, les yeux rivés sur ses chaussures telles un jeune oisillon tombé de son nid et déglutissant il se issa sur le siège, fébrile sentant le couvre-chef venant orner sa tête. *


Mmmhhh ... L'on se sent perdu je vois ... Mais une grande envie de surprendre ce laisse lire ... Mmmmmhhh ... Je vois, l'on veut se montrer digne et faire honneur ... Et l'on puise dans son courage pour y parvenir ... Un petit effort de plus et se sera parfait... Aller GRYFFONDOR !

* Se redressant, les joues toutes rouges faisant ressortir ses taches de rousseur, Duncan se releva et gagnât la grande tablée où plein d'élevés arborant les couleurs de sa nouvelle maison l'applaudissaient. C'est sans un bruit qu'il prit place visiblement soulagé que son tour soit passé. Et après avoir caressé une dernière fois la touffe de poils dans sa poche, il débuta son repas gargantuesque devant tant de victuailles, qu'il n'avait l'habitude de voir que pour les fêtes. *

3 nov. 2021, 20:32
 sept.2046  La rentrée des premières années
Grace observait les élèves de première année passer les uns après les autres sur le tabouret puis rejoindre leurs tables respectives.
Cette journée, bien que très attendue par la jeune fille, avait usé toute son énergie.
Après le voyage en train où elle avait regardé sa famille s'éloigner au loin sur les bords du quai de la voie 9¾, elle n'avait qu'une hâte, enfin s'attabler, puis rejoindre un lit douillet.
Les noms défilaient, prononcés d'une voix claire par la sous-directrice et Grace attendait son tour, s'émerveillant du décor de la Grande-Salle.
Ses parents lui avait souvent décrit cette immense salle au plafond enchanté. Aucune description ne se mesurait cependant à la réalité.
Les bougies qui flottaient au dessus des grandes tables éclairaient le visage des dizaines d'élèves absorbés par la cérémonie de répartition.
Grace tentait tant bien que mal de passer inaperçue au milieu de l'attroupemement des première année.
L'idée d'être sujette au regards de tant d'inconnus lorsque ce serait son tour lui tordait légèrement l'estomac.
Le nombre d'élèves attendant leur passage s'amenuisait et la jeune fille commençait à envier ses camarades ayant déjà rejoint leur tablée.

Elle fut donc l'espace d'un instant tétanisée lorsque son nom raisonna dans le silence de la Grande-Salle.

« Grace Reaves»

La jeune rousse s'avança timidement vers le tabouret, les yeux rivés au sol pour échapper aux regards.
Elle s'assit rapidement pour qu'on la coiffe du Choixpeau, n'ayant qu'une hâte, rejoindre une des tables et ne plus être le centre de l'attention.

Une voix l'interrompit dans ses divagations :

« Pourquoi tant d'agitation ? Hum... Je vois que l'on préférait être à la bibliothèque... Une grande soif de savoir... Déjà futée à ton âge... De grandes qualités pour une belle réussite scolaire. Oui, oui je pense savoir... Oui... ce sera SERDAIGLE ! »

Grace sursauta, surprise par le volume de l'annonce. Se levant, soulagée que son passage soit terminé, elle se dirigea les joues rouges vers la table de Serdaigle. Les acclamations des autres élèves la laissèrent pantoise, et elle s'assit auprès d'eux envahie par l'embarras.
Elle s'empara d'un gobelet qu'on lui tendit, et fit tout son possible pour disparaître dans le décor.
Dernière modification par Grace Reaves le 29 déc. 2021, 18:24, modifié 2 fois.

“When in doubt, go to the library.” || Couleur : #374aab

7 nov. 2021, 11:14
 sept.2046  La rentrée des premières années
Joyce, montais dans la barque, s'asseyais a coté d'une blonde aux yeux bleu, elle avait peur, même si avant elle, il y avait eu son grand frère qui est maintenant parti de Poudlard, et sa grande sœur maintenant en troisième année. Elle avait peur et froid, elle n'aimais pas voguer dans la nuit sur les eau noires et profondes, mais elle rêvais tellement d'aller à Poudlard, pour elle s'était magique . Elle oublia peu a peu sa détresse et commença à discuter joyeusement avec ses camarades dans la barque, certains iraient peut-être à Gryffondor d'autres à Serdaigle à Poufsouffle ou à Serpentard, elle ce qu'elle espérais, c'est d'aller à Serdaigle car toute sa famille y était allé, Serdaigle était une maison d'intellectuels ,comme Joyce ,elle adore dévorer des romans des manuel, en bref elle aime apprendre, tout comme sa famille. Elle se serra un peu contre sa voisine, quand tout à coup, elle vit le magnifique château Poudlard, ce merveilleux édifice illuminé. Elle descendit de la barque accompagnée des autres, et se dirigea vers le château, elle avait froid et ne sentais presque plus ses mains mais elle avançais quand même.

Joyce entra dans le château, tout étais illuminé, magnifique, joyeux. Elle étaie aux anges! Elle suivit le petit groupe jusqu'à la grande salle pour la répartition. Joyce découvrit la salle, elle étaie toute illuminée, et laissait voir quatre grandes tables représentant les quatre maisons de Poudlard. Elle allais enfin savoir dans laquelle de ses quatre maisons elle allais être admise. Elle voulais être admise à Serdaigle. Joyce suivit le groupe de premières années pour aller se mettre en rang par ordre alphabétique. Le choixpeau chantonna sa fameuse chansonnette :

Le sais-tu ou ne le sais-tu pas
Poudlard a fait face à de grands dangers
Mais c'est toujours une grande joie pour moi
Que de revoir ces visages familiers

Tous ici présents, sans exceptions
M'ont porté comme la couronne d'un roi
Et je ne doute en aucune façon
Qu'ils sont aujourd'hui ravis de mon choix

Car c'est moi qui, tous les ans
Vous répartis entre les maisons
Certes, rien qu'un chapeau chantant
Mais doté d'une grande raison

Si tu possède un courage en or
Que la lâcheté chez toi n'est pas admise
Tu iras sans doute à Gryffondor
Dont le principe de l'honneur est de mise

Serdaigle recherche l'intelligence
Parmi ses rangs figurent les érudits
Si tu es sage tu auras la chance
De compter parmi ses amis

Bonté, loyauté et amitié
Font partie de son inventaire
Car Poufsouffle est la patience incarnée
Et la joie de vivre embaume son air

Ambitieux, noble ou rusé
Ne recale pas ces caractéristiques
À Serpentard tu seras placé
Pour apprendre qu'elles peuvent t'être bénéfiques

Quatres maisons et moultes qualités
Comprends bien qu'elles sont complémentaires
L'une sans l'autre ne saurait résister
Aux embuches de la vie austère


Ecrit par Lynda Layton


Ensuite, on commença à appeler les élèves. La fille qui étaie à coté d'elle dans la barque fut appelée dans les premier ensuite, Joyce attendit qu'on l'appela.

"Joyce Smith"

Le nom de Joyce retentit dans le silence de la grande salle, tout les regards étaient tournés vers elle, elle croisa le regard de sa sœur, elle souriait et prononçait des paroles en silence pour encourager Joyce. Joyce s'assied sur le tabouret et un professeur lui mit le choixpeau sur la tête...

"Mmhh... Je sent de l'envie de réussir.....Mmhh...Je sent une soif de savoir....Mmhhh......Je sent de longues études...Mmmhhh....Je sent SERDAIGLE!!!

Joyce rougit, elle sauta du tabouret, pour aller rejoindre la table de Serdaigle qui l'accueils avec gentillesse et émotion de cette nouvelle venue. Joyce se faufila pour aller voir sa sœur elle lui sourit toutes le deux étaient joyeuses d'être dans la même maison! Ensuite elle alla s'assoir à coté de ses camarades. Joyce était aux anges heureuse et elle avait hâte de commencer les cours!
Dernière modification par Joyce Smith le 14 nov. 2021, 15:23, modifié 1 fois.

Joyce Smith ♥

10 nov. 2021, 14:09
 sept.2046  La rentrée des premières années
Les barques voguaient à travers les eaux en direction de l'immense château qui se trouvait en face de moi. J'étais assis sur un bateau avec mon attention captivée par Poudlard qui était assez imposant. Un énorme château qui m'intimidait, mais aussi qui me rendait excité d'une certaine façon. Après tout, je rêve depuis tant d'années de pouvoir étudier et pratiquer la magie. Un rêve d'enfant qui allait enfin se réaliser au sein de cette école dont la réputation parcourait les continents. Une école de magie situait en Écosse et réputée pour être la meilleure du monde. C'était un honneur de pouvoir y assister et j'étais aussi impatient, le chemin de Belfast fut éprouvant, mais ce n'était qu'un sacrifice pour venir ici.

Une fois après avoir accosté, nous devions être conduits jusqu'à l'entrée avec les autres jeunes de mon âge. Tout comme moi, ils ont été acceptés à Poudlard ainsi, ils étaient mes camarades. Personnellement, j'avais du mal avec autant de personnes que je ne connaissais pas. En temps normal, j'avais du mal avec les autres alors si ce sont des inconnus... J'espérais que cela n'allait pas être encombrant afin de pouvoir m'entendre avec eux, peut-être me faire des amis, qui sait ?
Enfin, je dis ça, mais j'avais raté une occasion unique de m'en faire dans le train en restant seul dans mon coin, rejetant systématiquement quelqu'un qui essayait de s'approcher de moi. Je reconnais que je n'ai pas été brillant alors je ferrais plus d'efforts durant l'année !

En entrant dans le hall de Poudlard, je fus englouti par l'immensité de la pièce, mêlée à un calme froid qui donnait une certaine ambiance au château plein de mystères qui ne demandaient qu'à être résolus. J'avais déjà hâte d'aller à l'aventure à travers l'école dans l'inconnu, même si je risquerais d'avoir des ennuis avec les enseignants...

Soudainement, les portes du hall furent fermées en faisant sursauter mon groupe et moi qui ne nous attendait pas à ça. Tentant de reprendre mon souffle à cause du fracas qui avait résonné à travers la salle, l'attention de mes camarades et la mienne furent interpellées par une femme qui s'était présentée à nous. Je n'avais d'aucune idée de qui il s'agissait, mais je pouvais confirmer de son aura qu'elle dégageait, qu'elle était une personne importante pour l'école. La directrice peut-être ?

« Je suis Elina Montmort, la sous-directrice de Poudlard. Je vous souhaite à tous la bienvenue dans cette école. Sans attendre, nous allons procéder à la répartition. Veuillez me suivre. »

Échoué, elle n'était pas la directrice, mais la sous-directrice, je pensais au départ qu'elle avait un rôle important et je ne m'étais pas trompé sur ce point alors il n'y a aucun problème ? En tout cas, nous devions la suivre en direction de la Grande salle. J'empressais alors le pas afin de la suivre en même temps que mes camarades de même âge qui chuchotait entre eux, je pouvais à peine entendre leurs conversations et de toute façon cela ne m'intéressait guère...

Arrivé face aux immenses portes de la Grande salle qui me laissait ébahi, j'avais envie de m'approcher et de les ouvrir pour découvrir ce qui se cachait de l'autre côté. Ma curiosité était telle que je ne pouvais plus résister, mais je fus arrêté avant de pouvoir faire quoi que ce soit par la sous-directrice qui s'était retournée face à notre groupe d'enfants de onze ans.

« Derrière cette porte se trouve la Grande-Salle où tous les résidents de cette école se réunissent pour les repas et divers évènements. Ce soir, vous y trouverez le Choixpeau qui vous indiquera dans qu'elle maison vous passerez les sept prochaines années. Les élèves de cette école sont répartis en quatre maisons : Poufsouffle, Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. Le Choixpeau se chargera de vous les présenter d'ici quelques instants. La maison dans laquelle vous serez répartis vous aidera à progresser en vous appuyant sur vos forces et vous apprendra à surmonter vos faiblesses. Faites-lui honneur. »

Bon sang ! Je devenais de plus en plus excité et je pouvais exploser à tout moment, mais il valait mieux l'éviter. Les fameuses maisons de Poudlard où chacun y restait jusqu'à la fin de sa scolarité, honnêtement, je ne m'étais jamais vraiment posé la question dans quelle maison finir... Peu importe la maison, je comptais faire de mon mieux afin de réussir à Poudlard et décrocher mon diplôme à la fin de la formation.

« Durant toute l'année vous pourrez remporter des points pour votre maison grâce à votre travail et votre comportement. Vous pourrez aussi lui en faire perdre, si vous enfreignez le règlement. A la fin de l'année la coupe des quatre maisons est remise à la maison ayant le score le plus élevé. Il va sans dire que c'est un honneur pour une maison et les élèves qui la composent de recevoir cette distinction. »

L'attention de la plupart était dispersée tout comme la mienne, je n'écoutais pas vraiment les propos de la sous-directrice avant qu'elle ne claquât des mains pour rappeler tout le monde à elle et l'écouter. C'est vrai que c'était impoli de ma part d'être ailleurs tandis qu'une personne me parlait en face de moi surtout pour me donner des informations importantes. Maman serait en colère, mais je préférais oublier cette partie...

« Bien. Passons sans plus attendre à la répartition. En rang par deux. »

Une jeune fille s'était mise avec moi et avait tenté d'engager la conversation, mais à cause de ma nature, j'avais fini par la repousser. Je n'avais rien contre elle, mais j'étais plus concentré par l'entrée dans la Grande salle qui me torturait l'esprit. À mon souhait, les portes s'étaient ouvertes, nous permettant de pénétrer à l'intérieur de la salle. La traversée de la Grande salle nous laissait abasourdi et nerveux à cause des nombreux regards qui se posaient sur nous, un sentiment de malaise m'envahissait et je préférais que ça cesse. La sous-directrice s'était arrêtée face à un tabouret devant la table des professeurs sur une estrade. Un chapeau qui semblait assez ancien, était déposé sur le tabouret avant de se réveiller en laissant un chant se rependre à toute la salle.

Le sais-tu ou ne le sais-tu pas
Poudlard a fait face à de grands dangers
Mais c'est toujours une grande joie pour moi
Que de revoir ces visages familiers

Tous ici présents, sans exceptions
M'ont porté comme la couronne d'un roi
Et je ne doute en aucune façon
Qu'ils sont aujourd'hui ravis de mon choix

Car c'est moi qui, tous les ans
Vous répartis entre les maisons
Certes, rien qu'un chapeau chantant
Mais doté d'une grande raison

Si tu possède un courage en or
Que la lâcheté chez toi n'est pas admise
Tu iras sans doute à Gryffondor
Dont le principe de l'honneur est de mise

Serdaigle recherche l'intelligence
Parmi ses rangs figurent les érudits
Si tu es sage tu auras la chance
De compter parmi ses amis

Bonté, loyauté et amitié
Font partie de son inventaire
Car Poufsouffle est la patience incarnée
Et la joie de vivre embaume son air

Ambitieux, noble ou rusé
Ne recale pas ces caractéristiques
À Serpentard tu seras placé
Pour apprendre qu'elles peuvent t'être bénéfiques

Quatres maisons et moultes qualités
Comprends bien qu'elles sont complémentaires
L'une sans l'autre ne saurait résister
Aux embuches de la vie austère


Ecrit par Linda Layton


Cette chanson me plaisait et m'avait détendu malgré la nervosité et le stress qui montaient en moi à l'idée que j'allais entrer dans l'une des quatre maisons.

« Lorsque j'appellerai votre nom, vous viendrez vous asseoir sur ce tabouret. Je poserai alors le Choixpeau sur votre tête et celui-ci déterminera la maison qui sera la votre pour le reste de votre scolarité. Une fois réparti, vous rejoindrez vos nouveaux camarades à la table de votre maison. »

C'était donc ainsi, ce chapeau étrange allait décider dans quelle maison, nous allions passer notre formation. Une lourde tâche pour un chapeau, respectable enfin s'il ne m'envoyait pas dans le pire endroit. Auquel cas de figure, je le haïrais pour le restant de mes jours alors je lui faisais confiance pour me satisfaire.

Les personnes passaient les unes après les autres devant moi et rejoignaient leurs maisons, cela ne me rassurait pas et le moment où je devais monter sous les regards de tous me terrorisait. Et bien sûr, mon nom fut appelé au pire moment ! Foutue école ! Tremblant, je m'avançais avant de m'asseoir sur le tabouret, essayant d'ignorer les regards de la salle et de me concentrer sur le chapeau qui fit poser sur ma tête. Ça y est, c'était le grand moment où je devais rester fort peu importe la décision de ce vieux tas de poussières. Il se mit à parler en analysant mon esprit avant dénoncer la réponse à mes craintes qui disparurent en un instant à la mention du mot "Gryffondor".

Un grand sourire se dessinait sur mon visage avant de me lever et de me précipiter à la table des Gryffondor aux côtés de mes nouveaux camarades avec lesquelles j'allais passer une incroyable scolarité à Poudlard, j'en étais sûr !

21 nov. 2021, 18:59
 sept.2046  La rentrée des premières années
1er septembre 2046


Le grand départ.


Depuis que je suis petite, j’aime cette période. J’ai toujours adoré préparer mes affaires. Ma mère m’emmenait faire des courses et j’avais un nouveau cartable tous les ans. J’étais fière ! Je ne le cache pas. C’était une période de bonne humeur. Mes parents étaient contents, mes frères aussi. Nous avons toujours été très connectés. Et plus notre famille s'est agrandie et plus notre amour, les uns envers les autres, s'est renforcé. La rentrée est donc pour moi synonyme de bonheur. Je ne vous cache pas qu’il y avait quand même une petite pointe d’inquiétude. Cette année, tout est différent car j'entre à Poudlard, une école pour sorciers : j’avais tellement peur d’être en retard pour mon train que j’avais dormi toute habillée. Mais cette angoisse n’a pas duré. Mes parents essaient toujours de transmettre le bon côté des choses. Ils m'ont toujours fais un petit cadeau de rentrée, mélange de vacances et de travail : un joli carnet, des feutres brillants… Le matin de la rentrée, ils mettent toujours le réveil dix minutes plus tôt. Ainsi, nous avons le temps de prendre un vrai petit déjeuner : jus de fruit, œufs… comme en vacances. Et lorsqu'il était temps pour moi de les quitter et de monter dans le train, l'émotion était présente. La fierté également. Mais surtout l'émotion de nous séparer jusqu'à Noël. C'est bien la première fois que je vais être aussi longtemps éloignée de ma famille et j'ai peur que cela soit trop dur.

Tant d'élèves se tenaient prêts pour le grand départ. Moi aussi. Au fond de moi, j'étais terrifiée à l'idée de partir seule dans cette folle aventure, mais j'avais aussi très hâte. Nous entendons le train souffler et je me dépêche d'y monter avant qu'il ne parte sans moi. Certains élèves semblent déjà se connaître mais je me rassure, tant bien que mal. Mon tour viendra. Je vais également faire de magnifiques rencontres et me faire tout plein d'amis. J'en suis persuadée. Je souris, ayant de nouveau confiance en moi. J'entends alors ma maman m'appeler et me tourne pour lui faire un dernier coucou avant d'aller chercher une place dans un wagon de disponible. J'ai voulu vite prendre place pour éviter de rester trop longtemps devant les yeux de ma mère. Je la connais et je sais bien qu'elle doit être en train de pleurer. Elle a toujours répété à mon père que lorsque je devrais aller à Poudlard, elle en aurait le cœur brisé. Alors, pour éviter de pleurer à mon tour, il était préférable que nos regards se quittent le plus vite possible.

Je trouves une place de libre dans un wagon et ne cherche pas plus compliqué. Je salue les élèves qui s'y trouvent déjà et vais prendre place sans demander davantage. Le train ne tarde pas à partir et je me risque à regarder le quai, étant à côté de la vitre. Je remarque alors mes parents ainsi que mes petits frères me cherchant du regard. Je pose, alors, une main sur la vitre comme si ce simple geste allait leur montrer où je me trouve. Je me pince la lèvre pour retenir mes larmes et laisse le Poudlard Express m'emmener loin de ma famille. Le trajet fut silencieux et long dans mon compartiment. Personne ne parlait. J'ai alors pris un livre que ma mère m'avait offert il y a quelques semaines pour passer le temps. Ghibli les artisans du rêve.


Bienvenue à Poudlard.



Nous y voilà. Le train s'arrête et il est temps pour tout le monde de descendre. Je me dépêche de rejoindre le quai et me sens vite perdue dans la foule. Il y a des élèves de partout. Ce qui me rassure, cependant, c'est que je ne suis pas la seule à me sentir perdue. Je crois que d'autres premières années sont non loin de moi. On doit tous se demander où devons-nous nous rendre que devons-nous faire désormais. C'est alors qu'on appelle les premières années pour nous guider, très certainement, et je suis le mouvement sans poser de questions. Nous arrivons alors auprès de barques ensorcelées. Devant un lac. Et sans attendre très longtemps, me voilà à l'intérieur de l'une d'elle, sur le lac, en direction du célèbre château. J'en prends plein les yeux et admire cette vue incroyable, un large sourire sur mes lèvres. Mais la petite virée est bien trop courte à mon goût. Nous devons très vite descendre sur la berge, monter quelques marches et passer d'incroyables portes afin d'être accueillie par une femme. Une très belle femme qui n'est nulle autre que notre sous-directrice.

Elle ne nous laissa cependant pas le temps de réagir à ses quelques mots de brève présentation. Nous devons, sans tarder, la suivre et je me dépêche d'obéir. Je fais d'ailleurs parti des tous premiers élèves à la suivre et à se trouver juste derrière elle. Le trajet se fait en silence. Je n'ai pas vraiment le temps d'observer tout autour de moi, je me concentre surtout sur le dos de la sous-directrice pour m'assurer de ne pas la perdre de vue. J'étais tellement concentrée sur son dos, d'ailleurs, que je failli la percuter lorsqu'elle s'arrêta pour nous regarder à nouveau. Je déglutis et recule de quelques pas. J'écoute très attentivement ce qu'elle nous annonce et acquiesce légèrement. Des murmures résonnent autour de moi mais pour ma part, je crois bien saisir l'instant et ce que cela signifie. Mes parents ont fréquenté Poudlard et m'ont donc expliqué ce qu'il s'y passait lors de la rentrée des premières années. J'ai donc hâte de pouvoir rencontrer le Choixpeau et faire honneur aux désirs de ma famille.


La répartition.



Un rang. Deux par deux. Je laisse une élève se joindre à moi et c'est parti. Nous avançons dans ce qu'ils appellent la Grande Salle. Je reste focus droit devant moi. J'aurais le temps d'observer la salle et la beauté de celle-ci pendant le repas, juste après. Pour l'instant, je dois me concentrer sur la répartition et sur... le choixpeau. Le voici, d'ailleurs. Il ne tarda pas à se réveiller et à chanter. Je le fixe mais ne l'écoute qu'à moitié. Car plus je l'entends chanter et plus je me rappelle de ce que mes parents m'ont dit. Ils souhaitent que j'évite par dessus tout la maison des Serpentards. Ils ne m'ont pas vraiment expliqué pourquoi mais je leur fais confiance. S'ils souhaitent que je n'y aille pas, je ferais tout pour ne pas y aller.

Il est temps. C'est à mon tour d'y aller. Mon nom a résonné dans toute la salle. Je déglutis un instant et prends mon courage à deux mains pour monter devant tout le monde sur l'estrade. Je prends place sur cette fameuse chaise. Mon destin est en train de se décider et je dois bien avouer que c'est bien plus impressionnant que je ne l'aurais cru. Je souffle et travaille ma respiration comme mon père me l'a appris pour ne pas laisser mon inquiétude prendre le dessus. Je dois me montrer forte. Je laisse donc la sous-directrice me poser le choixpeau sur la tête et je l'écoute commencer à me parler. Il me décrit assez bien et assez rapidement. J'en suis surprise mais il ne commet aucune erreur. C'est comme s'il me connaissait par cœur, depuis toujours. Je souris doucement et cherche un instant de silence pour lui demander de m'envoyer n'importe où mais surtout pas à Serpentard. Il ne m'en laisse cependant pas le temps puisque très rapidement - trop rapidement - il se met à crier :

POUFSOUFFLE !


Le soulagement remplaça vite la surprise et avec un immense sourire, je pars rejoindre la table de ma nouvelle maison, accueillie par de nombreux sourires. Cette rentrée se présente très bien.

× L'âme de ma famille,
c'est le nom que l'on porte pour l'honorer. ×

29 nov. 2021, 21:13
 sept.2046  La rentrée des premières années
Je ne suis pas heureux aujourd'hui. J'ai l'impression que je devrais l'être, que je devrais être excité comme mes parents le sont alors qu'ils vérifient ensemble le contenu de ma valise. Ma maman est fière, je le vois à chaque fois que son regard se pose sur moi. Mais je ne mérite pas sa fierté, loin de là. Je ne peux pas le leur dire, je sais qu'ils ne me comprendraient pas, mais moi, je ne veux pas quitter ma maison. Je ne veux pas partir loin de ma ville et je ne veux pas apprendre dans une école de magie. Tout ça n'a vraiment aucun sens. Moi? Un sorcier? Je me suis toujours vu comme un enfant extraordinairement banal et ça me plaisait. Savoir que je ne suis plus comme mes amis me dérange mais j'ai bien compris que je devais l'accepter. Je me laisse aller, je laisse mes parents me guider puisque je n'ai que 11 ans, puisque je ne peux pas prendre de décisions pour moi. Mes valises sont prêtes, remplies de nouveaux vêtements et fournitures achetées pour l'occasion. Je n'avais pas besoin de tout ça, les nouvelles choses ne m'intéressent pas. Elles annoncent le changement drastique dans ma vie alors que je souhaite simplement continuer à vivre à Truro.

Adieu ma chambre, ma maison, ma ville. Je quitte tout ce que j'aime sans regarder derrière moi. J'en souffrirais trop. Je laisse une partie de mon coeur dans cette ville, j'espère secrètement que ma maman a raison quand elle m'assure que Poudlard sera comme une maison pour moi. Tout s'accélère et trop vite à mon goût, je me retrouve sur le quai portant l'étrange nom de "voie 9 3/4". Ma maman passe une main dans mes cheveux pour tenter de me recoiffer et mon papa pose sa main sur mon épaule. Je fixe l'entrée du train et je sais bien ce que leurs gestes signifient, ils font toujours ça quand je suis face à un moment important de ma vie. Je me rappelle de tous les souvenirs que j'ai avec eux, de tous ces moments merveilleux que j'ai eu auprès de mes deux parents. Mon coeur se serre à l'idée que je ne pourrais plus jamais les aider dans le magasin, ni aller pêcher avec mon père. Je déglutis et ravale mes larmes alors que ma maman se penche pour replacer correctement mes vêtements. Je grimace mais ça semble l'amuser plus qu'autre chose.

Je ne suis pas prêt à monter dans ce train. Je regarde les familles autour de moi, les autres premières années se séparent trop facilement de leurs parents. Je ne veux pas leur ressembler mais quand le klaxon du train retentit une nouvelle fois, je comprends que je ne vais pas avoir le choix. Je ne peux pas faire marche arrière, mes parents sont si fiers que je parte pour Poudlard, je ne veux surtout pas les décevoir. Mes appréhensions me crispent, je ne vois rien de positif dans ce départ et ça explique mon expression si neutre. La main de mon papa serre un peu plus mon épaule et quand je lève mon regard vers lui, je perçois derrière son sourire fier la tristesse de me voir partir. Ma maman me parle, me fait ses dernières recommandations mais mes oreilles bourdonnent tant que je n'arrive pas à mémoriser ses conseils. Un klaxon résonne encore, je suis toujours face à cette porte de train et les quais sont à présent occupés par les parents qui font signe à leurs enfants. Ma maman me pousse un peu pour que j'y aille et je trébuche légèrement, sans grande confiance en moi. Je me retourne vers eux, vers l'avenir banal que je laisse derrière moi. Ils sont tous les deux souriants mais leurs yeux brillants les trahissent. Je ne leur ai jamais dit que je ne voulais pas y aller, j'aurais voulu qu'ils le comprennent eux-mêmes... Ma maman me fait signe d'entrer, de me dépêcher mais au lieu de ça, je reviens vers eux et me blottis dans leurs bras. Je n'ai que 11 ans, on ne devrait pas me séparer de mes parents si tôt. Je dois monter dans ce train et laisser mes parents derrière moi, je dois me plier à mon héritage biologique et rejoindre tous ces enfants comme si nous étions tous soudainement orphelins. Mon papa m'étreint plus longtemps, je veux croire que c'est parce qu'il comprend ce que je ressens. Ils me promettent de m'écrire et ma maman finit par me prendre par la main pour m'accompagner jusqu'aux portes. Je grimpe les marches avec le peu de courage que j'ai et me retourne une dernière fois vers ma famille. Les portes se ferment et je les observe. Ils me font signe, j'ai à peine la force de leur répondre. Le train démarre et je perds l'équilibre, me retrouvant assis dans l'entrée du train. Ma maman sourit face de ma maladresse alors que mon papa semble plus inquiet. Se pose-t-il la même question que moi ?

Comment un enfant aussi faible et banal peut-il survivre dans un monde aussi spécial ?

Le quai de la voie 9 3/4 est déjà hors de vue et je n'ai aucune idée de ce que je dois faire maintenant. Je reste quelques secondes à fixer le paysage qui défile à toute vitesse avant de reprendre mes esprits. Je me redresse maladroitement, secoué par le train, et entre dans un des wagons. La plupart des compartiments sont pleins et je dois avancer dans plusieurs wagons avant de trouver une place. Je n'ai pas vraiment confiance en moi quand j'ouvre la porte et que je m'installe avec d'autres élèves...

Et ce trajet fut très long. Je suis content de me remettre debout même si ça signifie que le début de la "grande aventure" arrive. Je suis les élèves hors du transport et c'est une foule qui m'accueille sur le quai. Je me crispe et sans avoir trop le choix, je me glisse parmi les élèves. Il y a beaucoup de discussions et j'avance vers je-ne-sais-pas-trop-où jusqu'à ce que quelqu'un appelle les premières années. Je rejoins ce groupe avec empressement pour me retrouver dans des barques qui avancent toutes seules. Je m'accroche au banc sur lequel je suis assis et fixe mes pieds, trop angoissé pour regarder l'eau ou quoi que ce soit d'autre. Les barques s'arrêtent sur la berge au pied d'un château gigantesque et presqu'effrayant : Poudlard.

S'en suit une marche assez longue parmi tous les nouveaux élèves. Ils semblent si émerveillés, je me sens si différent d'eux et ça me donne envie de m'isoler mais je ne peux pas vraiment le faire maintenant. Une femme nous accueille, la sous-directrice apparemment. Je l'écoute comme je peux et suis le groupe jusqu'à la "Grande Salle". Ma maman m'en a souvent parlé, j'essaye de me rappeler ce qu'elle m'en a dit et j'avoue que ça me fait perdre le file des informations données par la sous-directrice. Quand je me reconcentre sur elle, elle nous incite à nous mettre en rang deux par deux. Je m'exécute, étant distrait et docile, et me retrouve derrière une fille aux longs cheveux bouclés.

La Grande Salle est impressionnante, je peux au moins avouer cela. Je ne la trouve en revanche pas spécialement accueillante puisqu'à peine les portes ouvertes, nous attirons l'attention des dizaines et des dizaines d'autres élèves. Nous avançons parmi eux et j'évite tous les regards en me concentrant sur le dos de la première année devant moi. Au bout de l'immense salle, un chapeau nous attend avec une chanson et j'ai l'impression d'être dans le plus loufoque des décors. Je regarde tout autour de moi, observant les autres qui semblent trouver la situation des plus normales. Je me demande si un jour, j'arriverais à être comme eux. Mais ce n'est pas le moment de tergiverser là-dessus puisque nous sommes appelés un par un et que mon tour ne tarde pas à arriver...