Inscription
Connexion
27 déc. 2021, 15:16
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
Encore toute contente d’avoir pu faire ces quelques pas de danse - même si assez hésitants et maladroits - avec Eridan, je sens tout de même une certaine appréhension me gagner lorsqu’il me confirme mon impression : c’est bien un slow qui vient de commencer. Est-ce qu’on va le danser ensemble, alors ? Il semblerait que oui, puisque c’est ce que le cinquième année me propose - l’autre option étant de faire une pause, ce dont je n’ai pas du tout envie.

« On continue ! » dis-je en mettant peut-être un peu trop d’enthousiasme dans ma réponse.

Ainsi, prenant tout d’abord la seconde main qu’il me tend, je jette dans le même temps un regard autour de nous. Comment font les autres danseurs ? Avec tout ce monde, il doit bien en avoir quelques uns qui savent comment ça se danse, ce genre de musique. Je note par ailleurs qu’il y a aussi des professeurs sur la piste, mais ne m’attarde pas sur ce point, trop occupée à essayer de comprendre comment les duos ont agencé leurs membres. Des mains en haut, les autres plus bas, et ils me semblent plus proche que lors des autres danses - du moins, c’est ce que j’ai l’impression, n’ayant pas particulièrement fait attention lors de celles-ci. Bon, je crois que j’ai à peu près saisi.

Lâchant donc les mains du Serdaigle, je lève les miennes pour venir les poser en haut de ses épaules, près de la base de son cou. « Je sais pas comment ça se danse, » avoué-je avec un rire nerveux causé autant par ce fait que par cette nouvelle proximité avec mon partenaire, avant de baisser la tête pour vérifier que je ne lui marche pas sur les pieds. Ça m’a l’air bon, et un nouveau regard aux autres élèves me confirme que cette position doit être à peu près correcte. « Je crois que les autres font comme ça, » je reprends, comme pour me justifier.

Megan danse avec Eridan.
Précédemment
@Eridan Lowell

4ème année RP - 15 ans - #783F04
Préfète inRP depuis mai 2047 - MERLIN (Perly) - club de courses de balais - Hel's Angels
"Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin !" #PouffyFamily
27 déc. 2021, 16:25
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
Avec Elle, les mots sont rares. Mais au fond, ça ne fait rien. De quatre mains d’enfants, nous bâtissons un lien plus fort que les mots. Et si ces bribes sont rares, c’est qu’elles sont plus puissantes. J’ai déjà eu cette réflexion de nombreuses fois, allongée sur mon lit, dans le dortoir rouge, avec l’intime conviction que ça pourrait marcher un jour. Les poings serrés, les yeux fermés, très fort, jusqu’à en voir des couleurs. Tout faire pour revivre cette nuit, tout, toujours tout, un seul désir brûlant, il suffirait seulement d’extirper mon corps de ce foutu dortoir pour l’allonger sur les rives du Lac. Mieux ! Marteler les carreaux de la fenêtre, puis déployer mes ailes et m’envoler jusqu’à la Tour. Me noyer dans ces souvenirs pour mieux les revivre, en brisant les contraintes de ce corps de mortel. Mais à cet instant, je ne pense à rien de tout cela. Je me délecte seulement de chacune de ses phrases, les yeux posés dans les siens. J’aperçois un éclat de lumière au fond de ces derniers, qui devient rapidement une goutte, perlant le coin de son œil, puis une larme traçant son chemin sur la courbe de sa joue.

Tout s’enchaîne très vite. Que ? Quoi ? Comment réagir ? J’entends. Je n’intègre rien. Loin de toi – Désolée – Larme. Je ne réfléchis plus. Mes bras s’ouvrent vers Toi. Ils sont fins, mais longs, tremblants mais certains, et ils t’entourent. Toi. Elle. Je n’aurais jamais réalisé mon geste si ce contact ne m’avait pas procuré de sensations aussi nouvelles. Je n’aurais pas non plus pensé pouvoir avoir peur. J’ai peur de la serrer trop fort, de briser sa carapace, de toutes les manières possibles. Est-ce qu’elle ressent les battements de mon cœur ?

« Je… Je suis désolée. J’aurais dû venir te voir. Mais j’ai pas su. J’ai pas pu. »

Puis je me retire de l’étreinte, et acquiesçant à sa requête, je me relève. Je tends mes bras et lui attrape les mains, avant de la tirer vers le haut.

« Allez, viens ! On a des gens à impressionner. »

Pourvu que je sache danser.

Merci à toi ! Argh je n’ose relire ce Pas…
@Hannah Hardhoke

En l’honneur de Flashy
- seconde année RP-devoirs -
Joueuse de Quidditch
27 déc. 2021, 22:32
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 


Danser... Quelle honteuse idée elle avait eu !
Les deux filles ne s'étaient pas parlé depuis un an, et elle, elle l'apostrophait comme si elle l'avait croisé la veille et lui proposait de danser !
Bien sûr, la plupart des gens autour d'eux ne faisaient que ça, mais personne ne dansait avec des inconnus et cela serait sûrement...
eeeeeeeee-Salut Sophie
La jeune Gryffondor eut un petit temps d'arrêt. Comment Canelle pouvait-elle connaître son prénom, surtout après tout ce temps ? Il est vrai que elle-même le connaissait, mais..
Sophie n'eut pas plus de temps pour exprimer ses craintes, car la jeune Serdaigle avait déjà accepté son offre.
Elle la vit s'approcher et prendre sa main, et bien que ses joues se teintèrent discrètement, Sophie fut prise d'une vague de confiance et commença à danser, tout simplement, stoppant net ses pensées angoissées.
Les pas de sa partenaire étaient hésitants, mais la Rouge et Or la guidait. Leurs pas se précisèrent et le rythme de leur danse s'accéléra.
Ce moment, elle l'appréciait autant que les soirées qu'elle passait dans son salon, près de la cheminée où un bon feu crépite et où la musique résonne dans toute la pièce, ces soirées où elle s'amusait tellement en dansant avec ses sœurs et son frère.
Mais là, ce n'était pas l'amusement des danses familiales endiablées que Sophie ressentait.
Elle était tout simplement heureuse de partager ce moment avec sa camarade.
*Rien de plus* se persuada-t-elle.
Profitant seulement de l'instant présent, Sophie entraine Canelle et la fait tourbillonner en tout sens jusqu'à ce que la tête lui tourne. Elle s'esclaffe alors :
«Haha désolé, je ne pouvais pas m'en empêcher. Tu as trop le tournis ou ça va ?»

Phrase soulignée pour Au fil des mots

Troisième Année RP
28 déc. 2021, 18:18
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 


sous les étoiles...


A l'écart de notre petite bulle, mon regard papillonne vers les premiers couples qui s'élancent sur la piste. Les prémices d'une mélodie me parviennent à travers la foule et, Merlin, mon envie de danser est gigantesque ; elle croît au fil des secondes qui s'enfilent, perles précieuses sur le collier du temps. Dans ma poitrine luit une étincelle de bonheur que je refuse de laisser filer. Heureusement, Éli accepte ma proposition ; un large sourire fend mon visage de part en part, le seul qui soit sincère ce soir, en vérité : il chasse les soucis, les souvenirs et les pensées noires.
Je suis si ravie que je remarque à peine que mon amie semble un instant acquiescer à contrecœur. Ou plutôt, je m'en aperçois et cela ternit presque mon plaisir, mais je songe que l'angoisse qui la ronge, la peur, seront lésées, laissées de côté et s'évanouiront avec le temps.

Le temps de la danse. Elle me reprend la main, sa peau toute chaude contre la mienne, et je lui promets, alors qu'elle m'entraine vers un angle de la salle : « Hey, tu vas voir, c'est super ! »

L'espace dégagé pour le Bal est encore vaste et libre, et je me fais la réflexion qu'une pléthore d'élèves préfèrent former une masse compacte de corps en rasant les murs, occupés par d'insignifiants bavardages ou par le somptueux buffet débordant de toutes sortes de choses écœurantes. Ceux qui dansent me paraissent presque peu, en comparaison. Mais ces statistiques ne m'attirent pas et je m'élance avec Éli. Je sais qu'elle n'est pas très assurée, alors je fais de mon mieux pour la guider dans nos pas, pour la faire entrer dans la danse, vraiment. La musique n'est pas détestable, peut-être même que je pourrais la trouver harmonieuse, en m'y habituant.
Mes songes virevoltent au gré de mes mouvements, puis je cesse simplement de penser. A deux, on tourbillonne, je pivote pour faire tourner Éli ; c'est si doux, de partager un moment simple, sans prétention, avec une personne que j'aime ! Je suis emplie de confiance envers le Ciel, et sous les étoiles mon rire s'envole, accompagné par mes bras qui s'élèvent, portés par la valse.
On danse et c'est beau. Juste beau. Beau, parce que Danser ça sert à se vider la tête, à se vider le cœur, danser ça sert à oublier que ça va pas et qu'on voudrait revenir en arrière et tout arrêter ; danser ça donne le tournis, presque une sensation d'euphorie ; danser ça rend plus légère, ça permet de voltiger jusqu'au vertige, jusqu'à ne plus avoir de souffle.

Je me balance à droite, à gauche, en serrant toujours les doigts d'Éli. On ralentit, on oscille pour respirer un peu, dans ce théâtre d'ombres et de lumière. Une part de moi souhaiterait que ce moment suspendu ne connaisse jamais de fin, que l'insouciance qui s'est emparée de moi ne me lâche pas ; elle aimerait danser jusqu'aux premières lueurs de l'aube, jusqu'à s'effondrer, jusqu'à en crever. Mais au fond, je suis juste heureuse de ce temps de flottement au milieu de la clameur du monde. La petite bulle de quiétude ne s'est pas brisée. Mes joues sont rosies par l'énergie, mon cœur gonflé de vie.

Alors ? On se débrouille pas si mal, tu trouves pas ?, lancé-je à mon amie. Qu'est-c'que tu veux faire, maintenant ? On peut s'éloigner un peu, si tu veux, ajouté-je en désignant le chahut de la pièce.

Mes prunelles pétillent de joie.

Oh, @Élina Clarke, je suis si confuse pour ce retard ! >.<
Me replonger dans nos mots entremêlés est toujours aussi doux <3

évanaissance
29 déc. 2021, 12:49
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
C'était un peu paradoxal d'être cheerleader et d'être incapable de danser sur une piste dédiée à cette activité ; et pourtant Elena avait l'impression que tous ses membres l'avaient abandonnés. Si elle n'arrivait pas repris le contrôle de sa respiration, elle serait sans doute tombée dans les pommes. De peur, de honte ou de gêne, elle ne l'aurait jamais réellement su. La Gryffondor avait le sentiment qu'un seau d'eau brulant s'était déversé sur elle. La distance entre elle et Infini était si mince, un pas de plus sur le côté et les deux sorciers auraient eu leur visage à à peine quelques centimètres l'un de l'autre et cette pensée fit rougir de plus belles les joues de la troisième année.

La rouquine ne sentait plus que ses poignées maigres entres les doigts du Gryffondor. Un frisson lui parcourut le dos lorsque le cheerleader se rapprocha de son oreille. D'ici, elle pouvait sentir son odeur pour la première fois. Aigre dans un premier temps, qui piquait son nez mais cela finissait par s'adoucir en une subtile senteur qui rafraichissait ses narines. On aurait pu penser que quelqu'un effritait des feuilles d'automne. Cette dernière faillit se prendre à inhaler bruyamment l'odeur corporelle de son camarade. Heureusement, elle prit conscience de la singularité de son action et eut le temps de détourner le regard et replonger dans l'odeur du sucre et de la sueur des danseurs.

« Eh bien sur une piste de danse, il n'y a pas 36 choses à faire... » plaisanta-t-elle pour détendre l'atmosphère. « Tu permets ? » demanda-t-elle sans attendre une réelle réponse de sa part.

Elena vint déposer ses mains délicatement dans celles d'Infini puis se balança calmement au rythme de la musique. Elle avait quelque peu honte de ses doigts frêles dont les ongles étaient abimés à cause de son anxiété permanente. La rouquine sentait une proximité indescriptible et toute nouvelle, elle n'arrivait pas à poser un mot pour la décrire.

Qu'est-ce que tout cela voulait dire ?
Elena danse avec @Infini Parker et son odeur corporelle mentholée :ninja:

Troisième année | 14 ans
29 déc. 2021, 18:49
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
Pendant que les autres élèves continuaient de danser, eux s'étaient assis un peu à l'écart, sur des bancs, près du buffet afin de goûter à quelques sucreries. Bella lui fit alors un compliment et Alexandre rougit. Il n'avait pourtant fait pas grand chose. Ce n'était rien que d'emmener quelqu'un au bal. Il bafouilla :

"Euh.. mais c'était.. pas grand chose. enfin, je suis content si ça te rend si heureuse."

Sur cela, les deux jeunes gens s'appliquèrent à découvrirent les sucreries qui leur étaient proposées. Bella déclara aimer les bonbons aux fruits. Le garçon passa un instant la langue sur ses lèvres. C'était vrai que c'était bon, ça ! Il se décida cependant à essayer les dragées de Bertie Crochu.

"Oh oui ! J'adore ça ! Surtout avec le côté surprenant ! C'est excitant de pas savoir sur quoi on va tomber ! C'est un peu comme la roulette russe, mais en moins dangereux !"

Pendant que Bella en goûta une qui se révéla être de la crème glacée, lui en avala une aussi, mais le garçon fit la grimace.

"Artichaut..."

Il en piocha une seconde, déterminée à ne pas rester sur un échec, et sourit.

"Praline !"

Bella lui dit qu'il pouvait manger du chocolat, mais le garçon secoua doucement la tête.

"Ma mère m'en envoie chaque semaine du chocolat, alors autant que je goûte autre chose !"

@Bella King Voilà, désolé du retard

Troisième année de devoirs
Troisième année RP - années 47-48
Promotion 45-46
29 déc. 2021, 23:50
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
S.C.A.F.S.C.A.F.S.C.A.F.S.C. • A.F.


Les visages défilent sous mon regard. Il y a tant de personnes réunies en un seul lieu que je ne parviens pas à en reconnaître la moitié. Pourtant, j'essaye. Je m'accroche aux traits de ceux qui m'entourent avec curiosité, décidée à vaincre les illusions crées par les costumes. D'ailleurs, n'est-ce pas Galina là-bas, ses mains dans ceux d'une brune ? Je ne sais pas pourquoi mais cela me fait étrangement sourire de la voir ici. Je crois également reconnaître plusieurs Bleus, notamment les deux filles ayant partagé avec moi une cabine du Poudlard Express. Les visages des Serdaigle m'étant plus familiers, il est plus aisé pour moi de les identifier. Cependant, avec la musique *tellement affreuse*, les mouvements perpétuels, les éclats de conversations et les odeurs persistantes, tous mes sens se retrouvent vite bouleversés et j'en deviens presque confuse. Deux yeux verts attirent pourtant les miens au milieu de la foule. Merlin, serait-ce Alison ? Mais, Alison, déguisée ainsi ? La surprise brille un instant dans mon regard avant de disparaître. La blonde qui se tient près d'elle m'est également familière. Qui est-elle déjà ? Soudain, je réalise que tous ceux que je regarde intensément peuvent aussi me voir dans cette tenue *ridicule* et mes pensées se teintent tout à coup de gêne. Par Circé, j'espère que personne ne me reconnaîtra, j'ai l'air tellement idiote. Aussitôt, je relisse mécaniquement les plumes de ma robe, mal à l'aise. *Faites que personne ne me reconnaisse, ô Merlin...*

« Oui, je crois que je vois. » Je réponds sans vraiment y réfléchir à Solenn, les pensées encore tournées vers mon apparence. Finalement, le plus ridicule dans tout cela, c'est qu'être reconnue me fait presque aussi peur que de me retrouver au centre de cette piste de danse. Puis, ceux que je connais peuvent très bien ne pas se soucier de la manière dont je me présente ce soir, ou trouver que cela me va bien, comme Solenn. Ce n'est pas très important et inutile de s'en inquiéter à ce point.
Ah, je respire de nouveau.

Quittant la foule étalée sous mon regard, je me retourne pour attraper encore une fois un sorbet citron. Merlin sait que je dois faire attention à ne pas en prendre trop, mais leur goût si particulier me rappelle sans cesse l'odeur de la maison. Maman raffole du citron, elle remplie les pièces de bougies parfumées au citron, nous cuisine parfois des gâteaux aux citrons et aime également cultiver cet agrume dans la serre. Sentir son acidité sur ma langue fait revivre en moi mille souvenirs qui ravivent mes sens étouffés dans cette Grande Salle. Le citron a un goût réconfortant et laisser le bonbon glisser dans ma bouche me rappelle à quel point ma maison me manque parfois, même si je n'ose me l'avouer.

Je souris davantage en écoutant la réponse de Solenn. Je me sens bien ce soir et cela me fait plaisir de pouvoir discuter avec la Verte. Et puis, je suis heureuse qu'elle soit de mon avis. Imaginer des cours de danse à Poudlard m'amuse beaucoup. Je vois déjà nos professeurs, face à tous les élèves, tentant de leur montrer comment danser sans marcher sur les pieds des autres. Mais cela les forcerait à réouvrir la salle de bal, ce qui n'est pas une bonne idée. Merlin, pourquoi est-ce qu'à chaque fois que je repense à ce jour, c'est le visage terne et les yeux éteints d'Anaë qui viennent danser devant mes yeux ? J'aimerais pouvoir oublier son regard, même si je ne le souhaite pas vraiment. Il provoque toujours ce même élancement dans ma poitrine, cette douleur malsaine et désagréable qui vous murmure que rien n'est encore cicatrisé. Oublier est si complexe.

Cela ne me surprend qu'un tout petit peu d'apprendre que Solenn ne sait pas danser. Après tout, moi non plus, et nous ne sommes décidément pas les seules. Cependant, est-ce que danser est un talent que l'on doit forcément posséder ? Je ne pense pas. Cela nous fait paraître plus élégant et nous donne une qualité supplémentaire mais si tout le monde ici savait danser, nous ne pourrions plus nous amuser en les regardant. Enfin, savoir danser évite, certes, de se marcher sur les pieds, mais cela n'a pas plus d'importance. Et puis, nous ne sommes pas à Beauxbâtons ici. Même si, je dois bien l'avouer, imaginer Loewy ou Aelle sur une piste de danse me fait fort sourire.
Peut-être un jour apprendrai-je à danser, qui sait ?

« Moi non plus. » Exprimer ses sentiments par le biais de l'art n'est pas vraiment mon point fort. J'aime peindre mais je ne le fais pas aussi bien que Maman. J'ai du mal à apprécier la musique, enfin surtout celle que j'entends actuellement. Quant aux autres moyens artistiques de s'exprimer... Je ne les ai jamais expérimentés, mais je ne suis pas certaine que cela me plairait. Lorsque mes émotions doivent sortir, nul besoin d'art : tout mon corps les transmet aux autres sans que je ne le choisisse.

Alors que je fais naviguer la sucrerie dans ma bouche, une pensée me traverse l'esprit et me fait sourire. « Je n'ai jamais dansé, sauf si tu considères que tourner à une grande vitesse sur soi-même peut être semblable à de la danse. » Je me tourne vers la Verte, une étincelle amusée dans le regard. Se souvient-elle de notre première leçon de transplanage ? Certainement. A-t-elle également retravaillé la gestuelle pour s'entraîner ? Je n'en sais absolument rien. Peut-être, qui sait ?

@Solenn Cooper

#466962Sixième Année RP
30 déc. 2021, 10:47
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
Est-ce qu'elle s'attendait à ce qu'il réagisse comme ça ? Non.
Est-ce qu'elle savait comment réagir à son tour? Non.

La brunette se tenait là, face à Isaac, les yeux ronds de surprise et les lèvres fermement scellées à le voir hausser la voix. Nélya restait interdite, cela faisait longtemps qu'on ne lui avait pas crié dessus comme çà, en plus, elle qui croyait avoir améliorer sa compréhension des signaux… Elle ne pensait qu'elle l'embêtait autant, mais il semblait qu'il ne la supportait plus. Non, qu'il ne la supportait pas.

L'enfant se pinça les lèvres, incapable de détourner son regard stupéfait du plus grand. Tout ce que son corps acceptait de faire c'était de serrer les pans de sa jupe d'uniforme dans ses poings. A cet instant elle ne se sentait capable de rien d'autre, son corps ne répondait plus à ses commandes, ses jambes lui semblaient lourdes et impossible à faire bouger, son regard refusait de se détourner, et son cœur résonnait en elle, jusqu'à couvrir la musique si entrainante sur laquelle elle avait voulu danser.

-...

Les mots qu'elle voulait dire restaient bloqués dans sa gorge, et Nélya regrettait grandement que ses parents ne soient pas là pour lui boucher les oreilles, comme ils avaient l'habitude de le faire quand lors des réunions de famille sa grand-mère ou son oncle commençait à hausser le ton.
Nélya en était sûre, elle n'aimait pas les cris, les cris de colères, elle ne les aimait vraiment pas.

- ...Désolée...

Ce n'était qu'un murmure sûrement inaudible dans la joyeuse cohue de la Grande Salle, mais c'était tout ce qu'elle voulait dire, elle ne voyait rien d'autre à dire.

- ...Désolée Isaac...

Enfin, elle sentit ses jambes, et fit un premier pas en arrière, puis un deuxième où elle détourna enfin le regard de celui d'Isaac. Sa mère lui aurait dit de sourire, pour passer au-dessus de ça, pour ne plus y penser, pour chasser la tristesse qu'amenait les cris. Mais le seule sourire qu'elle parvenait à faire apparaitre sur ses lèvres était un sourire fébrile et tremblant. Ce n'était pas un sourire qui allait l'aider. Vite, partir, voilà ce qui pourrait l'aider. Alors elle baissa la tête, les mains toujours cramponnées à sa jupe et s'écarta doucement de la piste, ne se sentant pas capable de courir.

@Isaac Powell
Oulaaa he bah voilà, tu l'as ta soirée tranquille :shock:
En tout cas, j'ai bien fait de venir vers toi pour partager ce RP! ça va me donner de la matière pour plus tard avec Nélya!:grin:

Quand y'a des PBM, y'a la KAN qui s'en mêle !
troisième année RP=14ans|#800000|Fanfare|Participez au Coucou Rapeltout|

ColorCODE: 800000
30 déc. 2021, 16:26
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
Une fois Samy ridiculisé, il se dit que rien de pire ne peut plus lui arriver. Enfin, de pire. Ce n’est pas exactement ce qu’il appellerait le pire après ce qu’ils ont traversé. La sorcière l’a bien trouvé dans des positions bien moins avantageuses par le passé. Elle l’a déjà vu une fois, complètement sonné après avoir foncé droit dans un mur. Le jeune homme a un petit côté naïf aventureux qui l’a parfois mis dans le pétrin. Cette fois-ci, il avait écouté les savants conseils d’un élève plus âgé qui lui avait assuré qu’un passage secret se trouvait derrière ce mur, comme celui du quai 9 ¾, et que de l’autre côté se trouvait l’échoppe des frères Weasley. Bref, une bosse sur la tête, une grenouille dans le soutien-gorge, quelle différence, au fond ? Ce n’est pas comme s’ils étaient à ça près.

De son côté, Elina est plus sérieuse, ou au contraire, à la limite de perdre tout son sérieux. Un élément la travaille, elle semble tenter de se maîtriser pour ne rien laisser transparaître. Devant son trouble, Samy tente de masquer le sien. Ce qu’ils ont l’air fins tous les deux, complètement perdus, timides, s’obstinant à ne rien laisser transparaître. Elina rompt la première le silence et la petite tension qui s’était installée à travers leur jeu de regards.

« Maintenant que tu le dis, c’est vrai qu’on se croirait dans une cocotte ici. Je te suis. »

Il a l’habitude s’accompagner ses amis dehors lors de soirées. Il en accompagne qui sortent fumer. D’autres qui tentent de respirer un grand bol d’air frais pour se rafraîchir, on encore se persuadent qu’ils peuvent décuver un peu. D’autres encore qui pleurent, laissant leurs émotions couler à flots, et Samy se retrouve à les consoler du mieux qu’il le peut. Il sort toujours pour accompagner quelqu’un faire quelque chose. Il est l’ami sur qui l’on peut compter. Pourtant, il n’est jamais sorti faire quelque chose lui, en étant inclus dans le plan. Si l’on le sollicite, c’est parce qu’il passe par là, mais ça pourrait être lui comme n’importe quel autre pantin. Là, il est évident qu’Elina veut qu’ils s’éclipsent pour parler, ensemble. Elle ne veut pas qu’il l’accompagne, l’épaule. Non, elle demande, de façon déguisée mais pourtant très claire, à ce qu’ils passent du temps tous les deux, loin des regards indiscrets de la foule.

Repensant à leur petite visite improvisée dans la Séville écossaise l’an passé, Samy se souvient du trouble qui l’avait habité lorsqu’il avait glissé sa main dans la paume de la sous-directrice. Osera-t-il retenter la même chose aujourd’hui, légèrement inhibé par la boisson consommée un peu plus tôt ? Mais bien évidemment. En passant à côté de la sorcière, il la frôle et tente d’établir un contact entre leurs doigts, pour voir si elle les saisit des siens.

Une fois dehors, le froid de la nuit les transit et ramène Samy à la réalité. Il ne sait plus que dire. Il sourit en contemplant la vue dégagée sur le parc et se félicite mentalement qu’il soit si bien entretenu.

« Alors, tu ne fuis toujours pas après m’avoir vu danser ? »

Il ne la regarde toujours pas mais un air taquin se dessine sur ses traits tandis que ses lèvres se pincent sur leur côté droit.

« Si tu me le permets… Tu étais, es, tu es resplendissante ce soir, Elina. »

Voilà, c’est dit. Le sorcier inspire un grand coup et bloque sa respiration, interdit. L’angoisse le prend aux tripes et il sent son cœur s’agiter un peu plus que de raison.

#75803D
Hey, I just met you, and this is crazy, but here is my Niffleur, so call me Samy
30 déc. 2021, 23:52
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
Son corps contre le mien ; je lui rend son étreinte. Ses bras m'entourent comme de longues lianes déployées par la Nature. Merlin, où suis-je ? Ai-je croqué la Pomme ? Ai-je le droit ? *Oh, et puis merde !* Je fais ce que je veux après tout. Personne ne pourra jamais rien nous dicter. Personne ne nous a d'ailleurs dicté la moindre chose lorsque nos Mots et nos Bras se sont unis. Je suis libre ; *je suis libre*. Tout disjoncte et tout fonctionne, tout m'éclaire et tout me noircit ; je n'y vois plus clair.

Swann ? Est-ce bien toi que je serre de mes bras frêles avec un Amour à peine dissimulé ? Est-ce bien de toi qu'émane tout ce charme, cette douceur, cette poésie sans fin ? Je le crois, oui. Je suis sortie de ma Tour d'Ivoire, je suis venue te voir, enfin. Tu t'excuses mais tu n'en as pas besoin ; à toi je peux pardonner les pires immondices. Tu es là, belle, face à moi — j'en tremble, bordel — et je tente de résister à la tentation de t'embrasser. Ce n'est pas une tâche facile, tu sais... Ton Visage dégouline de douceur, c'est odieusement ravissant, bon sang. Je crois... Je crois que je t'aime en fait. *Je t'aime* ; mais les Mots refusent de franchir mes lèvres. Peut-être qu'ils le feront bientôt, ou dans longtemps, ou jamais, qui sait !

Chaque seconde, je crains que tout ne s'écroule ; chaque seconde, je réalise un peu plus la chance que j'ai de partager cette soirée avec *Swann*. Mes bouquins abandonnés au fond de mon alcôve semblent bien loin de mes pensées désormais, car tu ne les monopolises. Je ne peux pas passer un instant sans que ce soit toi qui les occupes majestueusement. Pas un instant sans que ta tendresse ne fasse bondir mon petit cœur — *tu t'souviens ? Celui qui était en Lambeaux* Mon petit cœur conquis par l'Allégresse d'Aristid et la bienveillance d'Alyona. Ah, je l'aime, si fort ! J'ai envie de le hurler. Ces sentiments me rendent complètement folle, par les charmes d'Aphrodite.

Lorsque notre étreinte se termine, j'ai un petit pincement au cœur mais je me souviens que nous allons Valser. Nous allons répandre des copeaux de Lumière partout, comme des petites étoiles, un peu comme celles qui brillent dans les yeux de *ma* partenaire. D'abord, la peur me gagne lorsque nous nous avançons pour effectuer notre Danse. Puis, m'habituant à ces Regards qui nous fixent, je reprends contenance — car je sais Danser. Je laisse ma Surface se replier puis se déplier à la façon d'un origami, et je m'envole, cerf-volant de cette soirée ; je serai une phalène ce soir.

Je n'ai rien d'autre à penser que mes Pas et les siens ; que puis-je rêver de mieux. D'ailleurs, je commence à me demander si tout cela...

« C'est tellement beau... J'ai l'impression de rêver. »

Un rire léger et spontané s'échappe de mes lèvres et j'ajoute :

« Fais gaffe, j'crois qu'on va les éblouir ! »

Et je replonge mon Regard dans le sien ; c'est irrésistible.

deux univers en expansion