Inscription
Connexion

2 janv. 2022, 13:05
{ L'Orme et le Bouleau }
Œuvre sans nom, /

< Thème musical : Piotr Ilitch Tchaïkovski | Symphonie N°1 “Rêves d’hiver”, I. Allegro tranquillo >



Je lâcherais tout, même la proie, pour Londres
Alphonse Allais

________________


Hannah, 14 ans
23 Décembre 2046 [Début de soirée]
Londres, Centre-ville


Chaque année, je vais avec mes parents — et avec Aristid, depuis l'année dernière — dans les centre-ville de Londres pour voir les illuminations de Noël. Nous sommes guidés par la Lumière, comme des phalènes qu'une lanterne attire. Nous prenons la voiture, et nous nous garons à une demi-heure à pieds du centre. Chaque fois, je redécouvre la grande ville de Londres. Chaque fois elle parvient à me troubler un peu plus, car chaque fois elle me procure d'étrange sensations. Paradoxalement, tout en ayant horreur du monde à Poudlard, j'aime cette foule de fourmis dans les rues à l'approche des Fêtes, j'aime les regarder. Là, un monsieur d'un âge avancé marche d'un bon pas vers une chocolaterie. Que va-t-il acheter ? Pour qui ? Je meurs d'envie de le savoir. Et cette jeune adolescente qui se balade seule, la mine renfrognée, décidée à aller vers un quelque part que je ne connais pas alors que la pluie doit lui tremper les os — elle n'a pas de parapluie, or il pleut.

La pluie ne me dérange pas, au contraire, je l'affectionne. Ma proximité avec l'eau, le lien qui nous unit et mon émerveillement face à elle est sans limite. J'aimerais, un jour, voir la Mer ; je n'ai jamais pu jeter mon Regard dessus. Je pense à cela tout en m'armant d'un parapluie car, si j'affectionne l'eau, je n'aime que moyennement lorsqu'elle me tombe dessus de cette manière.

Les illuminations sont splendides. Ici tout respire la Beauté. Je m'enivre de ce paysage enfantin. J'aime Noël pour diverses raison, mais en grande partie pour celle-ci : cette fête nous rassemble. Sorciers, moldus, cracmols ; tous le fêtent ou presque. La période des fêtes me donne envie de respirer la joie, et souvent cela fonctionne. Je ne pense plus aux cours qui commencent à sérieusement me peser — qui l'eût cru, moi qui à l'accoutumée apprécie tant le travail — ni aux psychologues divers et variés que je rencontre toutes les semaines quand je suis ici. Toute cette *merde* s'évapore le temps des vacances, et je n'ai qu'une seule chose à laquelle penser : mes proches.

Alors que nous nous promenons dans les rues du centre-ville, j'aperçois une librairie. Mon cœur bondit.

« J'peux y aller ? » ; ma voix est suppliante.

Mes parents acquiescent, et je me dirige — Aristid me suit — vers cette petite merveille. Je m'avance prudemment, comme si la vitesse allait provoquer l'effondrement de la charmante boutique. Arrivée devant la vitrine, mes yeux se perdent dans les titres. La littérature moldue m'avait manqué. A Poudlard, hormis les quelques livres que j'emmène dans ma Valise, je ne lis presque que des bouquins de magie. C'est très intéressant, mais les ouvrages moldus ont le parfum de la Madeleine ; je sens mon Enfance à travers leurs pages. Mes yeux s'agrippent comme ils peuvent aux titres des livres. Des vieux, des neufs, des beaux, des moins beaux, des petits, des grands. Je suis dans mon élément. Décidée à m'offrir un de ces livres, je franchis la porte de la boutique. Il fait bon, il fait sec.

Enfin je respire.

Plume d'@Elizabeth Merrow, Valsons

deux univers en expansion

8 janv. 2022, 18:03
{ L'Orme et le Bouleau }
Arc II: Regarde la douleur en moi, la seule chose que tu as laissé derrière
Centre-ville, lla
Londres,
23 Décembre 2046
Début de soirée
@Hannah Hardhoke


La fillette marchait silencieusement dans les rues de la capitale, en compagnie de son père. Le froid lui paralysait les muscles des bras et du dos, seules ses jambes semblaient s'en être sorties dû à leurs mouvements rapides et constants. La pluie tombait depuis de longues minutes sur les deux sorciers, et les cheveux noirs de la jeune Poufsouffle étaient trempées. Plus ils avançaient, plus Elizabeth grelotait. Cependant, Jack, son père, passa son bras autour de ses épaules comme pour la réchauffer, et continua d'avancer sans dire un mot. Ils n'avaient pas pensé à prendre de parapluie car ils étaient sortis depuis ce matin pour les achats de Noël. La veille à la même heure, Elizabeth était dans sa chambre, et réfléchissait aux potentiels cadeaux qu'elle pourrait offrir aux différents membres de sa famille: un simple dessin n'était pas assez aux yeux de la Poufsouffle, elle avait fait des dessins pour chacune de ses connaissances, même sa mère, et chacun d'entre eux avait un message caché. Cependant, elle souhaitait ajouter un quelque chose utile et qui pourra toujours servir. Pendant qu'elle faisait les cents pas dans sa chambre, son père avait toqué et était rentré sans attendre la réponse de la jaune et noire. Elle s'était arrêtée net, et n'avait pas eu le temps de dire un mot que M. Merrow lui proposa:
- Je n'ai pas encore acheté mes cadeaux de Noël comme mon travail m'a pris tout mon temps... Je compte faire ça demain, tu veux venir ?
Surprise par sa demande, elle avait bégayé puis chuchoté un "oui", avant que son père ne quitte les lieux avec un léger sourire aux lèvres. La relation qu'entretenait Elizabeth avec sa famille était de plus en plus compliquée, mais elle avait eu deux raisons pour revenir à Londres pendant les vacances de Noël au lieu de rester à Poudlard: premièrement elle souhaitait revoir Lyam, son meilleur ami moldu, mais également revoir son père, avec qui elle passait d'agréables moments, aussi courts soient-ils. Elizabeth allait enfin passer du temps avec son père, seule à seul. Au début de la journée, l'homme et sa fille se rendirent dans une papeterie, et firent leurs achats de leurs côtés: ils s'étaient dit qu'ils se séparaient dans les magasins, si jamais un des deux souhaitaient acheter un cadeau pour l'autre. Et les achats et boutiques s'enchaînaient jusqu'au soir, où Elizabeth ne devait plus que passer dans une librairie, pour trouver un certain livre pour sa mère. Au bout d'une dizaine minutes de marche, les deux Sang-Pur aperçurent enfin la boutique tant attendue. La deuxième année s'arrêta devant la vitrine, contempla les romans, les yeux pleins d'étoiles: la lecture était un de ses échappatoires qu'elle chérissait beaucoup. Au moment où elle allait pénétrer dans le petit commerce, son père se pencha et lui glissa au creux de l'oreille:
- Entre sans moi, je pars acheter des boissons chaudes, tu es toute mouillée.
Elle sursauta à cause de la proximité de son père, et le regarda dans les yeux avant d'observer son visage: elle venait de se rendre compte qu'elle n'avait jamais réellement vu son père de si près, et trouvait qu'elle lui ressemblait un peu, même si Jack était vraiment bel homme aux yeux de l'adolescence. Elle acquiesça avant de se retourner et d'entrer une bonne fois pour toute dans la librairie. Un air chaud lui caressa le visage, qui était froid et mouillé à cause de la pluie, et Elizabeth sourit faiblement au contact de la chaleur: elle avait l'impression de revivre. Devant elle, une fille, qui devait être entrée il n'y a pas si longtemps, semblait être en extase devant les nombreux livres qui s'étalaient devant elle. La deuxième année comprenait tout à fait son ressenti, et se sentait apaisée dans ce type de lieu. Au lieu de demander à l'inconnue d'avancer pour libérer le passage afin qu'elle parte à la recherche de son dernier cadeau, elle lança:
- Tu t'y connais en livre ?
La Poufsouffle était dans une librairie moldue. Hors son meilleur ami n'était pas avec elle pour l'aider dans sa fouille. La sorcière se devait donc de demander de l'aide à une personne qui n'était pas trop âgée afin de faciliter la conversation.

Plume d'@Hannah Hardhoke, je m'excuse pour ce retard :wry: je risque d'être plus longue à l'avenir...

Info sur le TDI- 2ème année RP - cofondatrice de la PTC #D9603B - Inspectrice Elisabête, experte en déstabilisation des Bôs Debilus - Traîneuse de catastrophes comme un boulet attaché à sa cheville- Retard RP- L'entarteuse de Poudlard (Senku<3)

19 janv. 2022, 22:06
{ L'Orme et le Bouleau }
Le chuchotement a un charme certain, mais quand il surprend, c'est une véritable tempête. Tu fus tout à coup comme projetée contre les parois de la librairie, effrayée, stupéfaite par cette Voix si proche. Était-elle réelle ? Que voulait-elle ? Qu'étais-tu censée faire ? Difficile de le savoir lorsque les pensée se noient dans la mer comme l'alcoolique se noie dans son verre. Tu étais complètement désarmée et par Jupiter, c'était terrifiant.

Lorsque les pensées et ton sang se remirent à circuler correctement, ton esprit s'éclaircit soudainement et tout devint plus clair. Alors que tu t'étais retournée vers la fille — son visage t'évoquait vaguement quelque chose, mais tu ne te hasardas pas à fouiller ta Mémoire — tu laissa ton regard s'aventurer quelques instants dans le sien, quelques secondes, afin de pouvoir reprendre contenance. Puis tes yeux se posèrent à nouveau sur leurs précieux alliés : les livres.

« Plutôt, oui. », lanças-tu avec un petit sourire.

Et c'était un euphémisme. Les livres occupaient presque l'intégralité de ton temps libre, ils étaient devenus plus précieux que tout, ils faisaient presque partie de la famille à tes yeux. Le matin, avant d'aller déjeuner, tu lisais une dizaine de pages ; dès fois, tu emportais carrément l'ouvrage jusqu'à la Grande Salle tant la lecture était passionnante. Le soir, tu lisais une bonne trentaine de pages au moins, et c'était sans compter sur le week-end et les vacances où, après avoir abattu la charge de travail dans la journée, tu te plongeais dans des univers lointains au fil des pages. La personne qui t'avait interrogée —*quelle audace !* notas-tu — avait affaire à une lectrice confirmée ; elle trouverait sûrement ce qu'elle souhaitait.

« Qu'est-ce qui te plairait ? Classique, contemporain ? Théâtre, poésie ? »

Le choix était extrêmement grand. Tu avais un faible pour la poésie classique. Les vers de Shakespeare, de Lord Byron... Mais aussi ceux qui venaient d'autres terres, les Romantiques, les Symbolistes, Lamartine, Hugo, Baudelaire ! Tu espérais en secret que la jeune fille qui te questionnait allait te demander un ouvrage dans ce domaine là.

deux univers en expansion

4 févr. 2022, 22:08
{ L'Orme et le Bouleau }
La fille répondit à l'affirmatif, et lui demanda le genre de livre qu'elle souhaitait. La jeune Poufsouffle réfléchit longuement en balayant le magasin du regard: elle n'avait pas de demande particulière, si ce n'était un thème en particulier. Explicite ou implicite. Tant que le message passait, cela allait à la fillette. La deuxième année se frotta les mains, et répondit, le regard toujours perdu entre les livres:
- Hmmm... Non, pas vraiment... J'ai plus un thème en particulier en fait... Que ce soit clair ou sous-entendu, tout me va... Si le message est présent c'est bon.
Pour la première fois de sa vie, Elizabeth avait opté pour un cadeau qui avait un sens profond. En effet, habituellement la jeune fille offrait des babioles qui se perdaient facilement, et ne donnait un cadeau à Meghan que par politesse. Cette fois-ci, elle était motivée à faire passer un message, pour avoir des réponses, et pourquoi pas, une prise de conscience et un changement de comportement de la part de sa mère. Cette dernière méprisait sa fille, et donc la sorcière, ne sachant comment réagir, lui rendait l'appareil. Tout ce que sa mère aimait, Elizabeth ne le détestait, et inversement. Cela faisait plusieurs années qu'elles fonctionnaient ainsi, mais la jaune et noire en avait marre, et voulait essayer de la faire changer. Cependant, la deuxième année avait essayé de se comporter plus gentiment avec sa mère, mais cela ne faisait ni chaud, ni froid à Mrs. Merrow. Elizabeth en était venue à une seule conclusion possible: modifier le problème lui même. Mais pour cela, elle avait besoin de réponses. Surtout au pourquoi. Si elle connaissait la source des tensions, elle aurait probablement cherché comment le résoudre, afin de vivre une vie normale. Elle s'était officiellement décidée. L'été lui avait donné le déclic: la façon dont la mère avait réussi à influencer son petit frère, qui était semblable à un ange un peu plus d'un an auparavant, avait mis en rogne la brune.
- Le thème tournerait autour de... l'importance de la famille... ajouta t-elle, perdue dans ses pensées. L'amour... Pas forcément entre les parents et les enfants... Juste le fait que les liens soient une chose précieuse...
Sa demande était à la fois restrictive, mais laissait aussi un large panel de choix. L'anglaise comptait s'orienter du côté des livres sur le thème de l'amour, mais ses recherches allaient prendre du temps, sachant qu'elle allait probablement tomber sur une majorité de romance. Comment savoir si le livre passait bien le message que la brune avait en tête ? Lire les livres allait prendre beaucoup trop de temps, c'était donc pour cela qu'elle comptait, en partie, du savoir de sa camarade pour l'aider dans sa quête.
- Tu penses pouvoir m'aider ? risqua Elizabeth. Je sais que ma demande est... complexe...
Elle baissa le regard, et attendit la réponse de l'inconnue, en commençant à se pincer la joue gauche.

Excuse mon retard... J'espère que mon post en vaudra la peine !

Info sur le TDI- 2ème année RP - cofondatrice de la PTC #D9603B - Inspectrice Elisabête, experte en déstabilisation des Bôs Debilus - Traîneuse de catastrophes comme un boulet attaché à sa cheville- Retard RP- L'entarteuse de Poudlard (Senku<3)

20 mars 2022, 16:23
{ L'Orme et le Bouleau }
Cette fille t'intéressait. Il n'est pas courant qu'une jeune fille de ton âge vienne te demander un conseil pour se procurer un livre, et tu aimais ce qui sortait de l'ordinaire. A l'accoutumée, tu exécrais ceux qui osaient d'interpeller sans te connaître, car ils étaient des Semblables et te racontaient des banalités ou, pire, te donnaient de grands conseils sur la Vie — comme si tu en avais besoin ! Mais cette fille n'avait pour le moment rien d'une Semblable : elle se passionnait pour les Livres, et donc le Savoir. Voilà quelque chose de *passionnant*.

A l'heure où de nombreux moldus lisaient sur leurs écrans, tu tombais sur une jeune fille de ton âge qui elle aussi, songeais-tu, préférait le papier et son odeur singulière — les écrans n'en ont pas, ou très peu.

Tu étais également enchantée que cette fille t'aie préférée au libraire caché dans le fond de son Temple pour le choix de son livre. Tu te sentais soudain envahie par une fierté que tu t'empressas de dissimuler en évitant de sourire trop fort ou bien d'agir avec condescendance. Mais indéniablement, tu étais fière d'avoir été choisie pour conseiller quelqu'un.

Il convenait désormais de se concentrer quelque peu afin de répondre aux attentes de ton interlocutrice. Car il n'y avait rien de pire que de décevoir quelqu'un qui a placé sa confiance en vous. C'est pour cela que tu recueillis les paroles de la fille avec une attention que l'on eût pu qualifier d'excessive. Les mots arrivaient en file indienne jusqu'au tympan qui les envoyait directement dans le secret de tes pensées. Une fois arrivés un par un, ils Retentissaient et devenaient l'objet d'une analyse profonde. Ils étaient décortiqués à la lettre près, et certains mots peu à peu prenaient une place plus importante pour guider ta réflexion dans un sens ou dans l'autre. Le mot qui s'ancra avec le plus de force dans ton crâne fut famille.

Tu ne pus t'empêcher de penser à ce qui avait bien pu arriver à cette fille pour qu'elle soit aussi intéressée par ce thème là ; car on ne s'intéresse que rarement à la famille dans les livres si nous n'avons pas besoin de retrouver un équilibre au sein de celle-ci. Avait-elle des parents divorcés ? Ou avait-elle perdu un membre de sa famille récemment ? La famille est souvent, et assez justement, représentée par un arbre. Chaque branche a son importance et lorsque l'une d'elles se retrouve emportée par le vent, elle met bien du temps à repousser ; mais elle repousse toujours. Tu te posais ainsi mille questions à son sujet, chose que tu n'avais en principe pas à faire puisqu'on t'avait demandé non pas de réfléchir à la vie de celle qui te faisait face mais à un livre susceptible de se rapporter au thème de la famille. *Merde, j'ai perdu le fil*

Tu ne mis pas bien longtemps à dénicher au fond de ta Mémoire — semblable à une Bibliothèque géante où une section est réservée aux références culturelles — deux romans qui traitaient de la Famille. Tu jetas un œil à la fille, fonças vers le rayon de la littérature étrangère et revins quelques instants plus tard, deux livres en main.

« Life is Elsewhere, de Milan Kundera, ou bien Promise at Dawn, de Romain Gary. Les deux livres évoquent notamment la relation entre une mère et son fils. Je ne sais pas si ça t'intéresse... Sinon je peux chercher encore un peu ! »

deux univers en expansion

29 avr. 2022, 21:02
{ L'Orme et le Bouleau }
Lorsque la fille lui proposa deux romans, Elizabeth les garda en tête: Life is Elsewhere de Milan Kundera et Promise at Dawn de Romain Gary. Autant acheter les deux pour les offrir à sa mère, peut-être que le message passera plus intensément ? De plus, d'après son aînée, les histoires traiteraient toutes deux d'une relation entre une mère et son fils. La jeune Poufsouffle savait pertinemment que sa mère était vive d'esprit et qu'elle allait rapidement comprendre où elle venait en venir en lui offrant ces livres. Elle espérait seulement que son comportement allait s'améliorer et non pas se détériorer. La brune regarda son interlocutrice avant de la remercier chaleureusement:
- Merci beaucoup pour tes propositions ! Je vais prendre les deux livres, ça ira amplement.
Elle regarda une dernière fois la grande avant de prendre les deux livres qu'elle lui tendait. Elizabeth observa attentivement les couvertures et remercia encore l'adolescente. Quelques instants plus tard, elle se dirigea vers la caisse et tendit ses romans:
- Bonsoir, commença la fillette avec sa voix fluette. Est-ce que c'est possible de les emballer ? C'est pour offrir.
- Bien entendu mademoiselle ! Comme c'est Noël dans deux jours, le papier cadeau est offert.
La deuxième année paya ses achats et sortit de la librairie, sac à la main. Après avoir jeter quelques coups d'oeil, elle remarqua que son père l'attendait quelques mètres plus loin, parapluie dans une main et boissons chaudes dans l'autre. La jeune Merrow s'avança vers lui d'un pas rapide, et une fois arrivée sous l'abri, elle montra fièrement son sachet et expliqua gaiement:
- J'ai croisé une fille dans la librairie qui m'a proposé des livres en fonction du thème que je voulais. Et j'ai fini par les acheter.
- Et je peux savoir quel est le thème que tu as choisi ? demanda son père en lui tendant son chocolat chaud. Et à qui comptes-tu offrir tes livres ?
Elizabeth afficha un sourire taquin à l'adresse de Jack, et répondit, toujours aussi fière:
- C'est pour maman ! Mais j'te dirais pas le thème ! Il est spécialement dédié pour elle.
Le directeur du bureau d'étude et de protection des créatures magiques laissa échapper un rire, et engagea le chemin en indiquant à sa fille:
- Je finirai par les voir de toute façon. Rentrons, il continue de pleuvoir.
Sa fille acquiesça et marcha en compagnie de son père, en sirotant tranquillement sa boisson. En réfléchissant, elle se rendit compte que sa journée fut calme, détendue et très agréable. Elle voulait volontiers recommencer une sortie qui se déroulerait de la même façon, car la jeune sorcière se sentait apaisée et ressourcée. Cela lui faisait du bien de passer du temps avec son père, avant que Poudlard ne fasse son retour avec son lot de problèmes.

Fin du RP !

Info sur le TDI- 2ème année RP - cofondatrice de la PTC #D9603B - Inspectrice Elisabête, experte en déstabilisation des Bôs Debilus - Traîneuse de catastrophes comme un boulet attaché à sa cheville- Retard RP- L'entarteuse de Poudlard (Senku<3)