Inscription
Connexion

7 août 2022, 17:01
 Nuit  Reste avec moi  PV. DOB 
22 AVRIL 2047 - VERS 02H

Faire retomber la nervosité ambiante dans la salle commune avait été chose impossible et ce n'était que vers minuit et demi qu'Ennis avait réussi à faire rejoindre leurs lits à deux jeunes Gryffondor particulièrement secoués par le repas qu'ils avaient vécus. La préfète était ensuite revenue discuter quelques minutes avec son meilleur ami avant qu'ils ne montent se coucher... pas pour très longtemps! Une fille de sixième année de son dortoir s'était réveillée dans ce qui semblait être une crise d'angoisse impossible à calmer. Prendre la direction de l'infirmerie avec elle s'était imposée.

C'était comme ça qu'elle s'était retrouvée à presque deux heures du matin, assise dans la salle d'attente pendant que son frère prenait en charge sa camarade de maison. Elle aurait pu remonter tout de suite mais l'irlandaise devait d'abord savoir s'il fallait repartir avec son aînée. Et surtout elle voulait voir Diarmuid. Pas pour elle, pour savoir comment lui allait. La benjamine des O'Belt n'était pas allée voir le premier né au pied du pont après son aventure dans le wagon, ni en rentrant, mais elle avait vu son extrême fatigue qui ne pouvait qu'être due à sa présence sur les lieux avec Owen et l'homme qu'elle avait parfois aperçu sur le quai de la gare de Pré-au-lard.

Elle avait attendu environ une demie-heure, sa cape d'étudiante passée par dessus sa chemise de nuit enroulée autour d'elle, avant de voir réapparaître son aîné par l’entrebâillement de la porte de son bureau. Elle se leva alors pour le rejoindre. Ce n'était plus de la fatigue qu'elle voyait sur son visage. Il lui semblait être exténué.



@Diarmuid O'Belt

Modératrice - 6ème année RP - Préfète-en-Chef inRP depuis sept 47 - Préfète RP de sept 44 à juin 47 - color=#741B47

9 août 2022, 07:45
 Nuit  Reste avec moi  PV. DOB 
Quand Darmuid était revenu à Poudlard, il avait fait transporter le jeune Kernac'h à l'infirmerie et depuis, il n'avait pas réellement prit le temps de s'arrêter. Il avait fallu gérer l'intoxication de l'adolescent propriétaire d'un crapaud, rien de très compliqué en soit il avait l'antidote requis dans la pharmacie. Non le plus difficile avait été les nombreux élèves en proie aux réactions de stress et d'angoisse avec un stock de philtre de paix qui avait nous comme neige au soleil. Un processus qui avait débuté avant son retour, Angie - une des seule qui était en mesure de venir se servir ici au cas où des élèves craquent dans son bureau - avait dû en prendre pour apaiser les plus marques par les évènements de la Grande Salle. Et puis quelques bobos aussi. Rien de très grave mais des choses à ne pas laisser traîner.

C'était pour ça que vers une heure trente, il prenait pour la première fois, quelques minutes pour manger un des sandwiches qui lui avait été apporté. Pas par faim. Par nécessité. Il se sentant au bout de ses limites de résistance. Et puis il s'était assis à son bureau pour rédiger deux missives, une à destination de sa petite-amie qu'il devait voir le lendemain l'autre démon père, patriarche à la Chambre de Sorciers. Il ne savait pas ce que Briac pouvait avoir comme informations mais il se devait de lui donner sa version.

Alors qu'il donnait un point final à ses lettres et les glissait sous enveloppes avant même de pouvoir apposer la cire pour les cacheter, il entendit qu'une nouvelle arrivée se faisait dans la salle d'attente. Le médicomage ne prit le temps que de boire un peu d'eau et s'y rendit pour accueillir Ennis. Passé le stress qu'elle puisse aller mal, il prit en charge l'adolescente qui en avait besoin, lui administra deux potions et attendit jusqu'à ce qu'elle s'endorme dans le dernier lit disponible. A son retour dans la salle, sa benjamine était toujours là. Ses yeux noisettes semblait l'inspecter les siens, noyés d'inquiétude. Il la fit entrer dans le bureau et une fois à l'abri de ces murs, portes closes, il l’attira contre lui. Un étreindre de frère qui avait toujours eu conscience de sa présence dans un des wagons du train. Il l'avait vu en bas du pont, mais il avait besoin de ce contact il allait à l'encontre de tout ce qui leur avait et inculqué mais que rarement, dans leur chambres d'enfants puis d'adolescents, ils s'étaient refusés.

Modérateur - Infirmier depuis le 11/02/2047 - color=#351C75

11 août 2022, 14:55
 Nuit  Reste avec moi  PV. DOB 
Sans un mot, il l'avait invitée à entrer dans son bureau qui lui servait aussi de salle de consultation avant de renvoyer les élèves à leurs cours ou de les garder un peu plus longtemps dans la salle d'hospitalisation. Elle y fit quelques pas avant de se retourner vers Diarmuid dans le but de lui parler, de lui demander. Ce qu'il savait, ce qu'il pouvait lui apprendre sur les évènements qu'elle n'avait eu d'autre choix que de subir, privée de sa baguette. Baguette qu'elle avait de logée dans l'une de ses poches et qu'elle ne quitterait plus jusqu'à ce qu'elle n'en ait plus le choix. Sauf qu'elle n'avait même pas eu le temps d'ouvrir la bouche dans l'espoir de prononcer ne serait-ci qu'une seule syllabe. Son aîné l'avait devancé, l'enfermant dans une étreinte qu'elle ne bouda pas. Après tout, n'avait-elle pas espéré qu'un de ses frères arrive ouvrir la porte de se fichu compartiment? Alors l'adolescente se laissa faire, répondant même en se lovant, comme quand elle était enfant.

- "
Moi ça va tu sais." Souffla la châtain à son aîné, le visage dans son torse. Pas que le contact soit désagréable en soit, mais elle s'inquiétait surtout pour lui. Elle se dégagea tout doucement pour l'observer. "Tu es exténué. Qu'est ce que... Comment... Pourquoi étais-tu en bas?" Elle avait un peu de mal à formuler sa question, c'était finalement sorti en trois fois.

Modératrice - 6ème année RP - Préfète-en-Chef inRP depuis sept 47 - Préfète RP de sept 44 à juin 47 - color=#741B47

17 août 2022, 19:35
 Nuit  Reste avec moi  PV. DOB 
La voix de sa benjamine s'éleva depuis son torse, douce et faible, à demi étouffée par le tissu de sa blouse. Il hocha la tête sans prendre conscience que ça ne servait à rien. Il avait vu qu'elle allait physiquement bien, il le sentait bien involontairement aussi. Leur relation forte faisait que sa magie réagissait d'elle même, scannant le corps de l'adolescente. Il avait reçu les informations distraitement, des informations rassurantes dont le flux se coupa au fur et à mesure qu'elle s'éloignait. Après le contact physique vint le contact visuel, une inspection à laquelle il ne pouvait pas se soustraire, le coupant dans ses propres questions. Il aurait voulu demander ce qu'elle savait de ce qui s'était passé dans le train. De comment elle avait pu gérer la sortie de son wagon, de pourquoi elle n'avait son balai puisqu'il avait vu le professeur de vol le récupérer... Elle fut plus rapide.

Il hésita sur la manière de répondre, prit le temps de déglutir plusieurs fois avant de lui faire signe de venir s'installer sur un des fauteuils, se plaçant à ses côtés. "
On ne voyait pas le train arriver. Les alarmes se sont affolées. On est venu avec le chef de gare." Des phrases courtes, dénuées d'émotions. Des faits. "Les piliers s'effondraient, quelqu'un nous a dit qu'on vous évacuait. On a essayé que ça tienne." Il s'arrêta là. La suite elle la connaissait déjà. Ils les avaient retrouvé et puis il avait été questionné par le Conseil avant d'être happé par la nécessité de soin. "Toi?" Retourna-t-il sans détours, inquiet mais ferme dans la nécessité qu'elle lui raconte.

Modérateur - Infirmier depuis le 11/02/2047 - color=#351C75

26 août 2022, 00:33
 Nuit  Reste avec moi  PV. DOB 
Diarmuid lui avait demandé, par gestes, de venir s'asseoir. Comme les quelques fois où elle était venue, il avait pris place - non pas sur le fauteuil d'en face, mais sur celui qui se trouvait à côté. Il marquait ainsi quelque chose d'important pour elle, avant d'être l'infirmier de son école, il était son frère. Même quand elle venait le voir en sa qualité de soignant. Il avait même rapprocher les deux sièges avant de parler. Des phrases simples, courtes, qui allaient à l'essentiel, auxquelles la châtain répondit par des hochements de tête. Il lui manquait très clairement des éléments et elle lui poserait certainement d'autres questions plus tard mais là... Là il lui retournait ses interrogations d'un simple mot. Cela trahissait sa grande fatigue comme son inquiétude. Entre eux, les barrières tombaient, les trois frères et sœur lisaient les uns dans les autres comme dans des livres ouverts, ou presque.

- "
Moi? On a compris qu'il se passait quelque chose d'anormal assez vite. D'abord un vieil homme sur les rails. Puis les tremblements. On cherchait à sortir mais sans baguette..." Sans leurs catalyseurs ils avaient été fait comme des rats dans une cage, incapable de quoique ce soit. Ennis passa les tensions avec Eflie... De toute façon le nœud du problème de sa camarade c'était son père, sans ça, tout aurait pu être moins tendu, voire apaisé. Mais faire des hypothèses à ce sujet ne servait à rien. "Les tremblements... On a bien senti qu'il y avait urgence à se mettre à l'abri. Quand on nous a ouvert, on a juste eu le temps de prendre des balais ou la main de quelqu'un pour transplaner." D'accord, elle n'allait peut-être pas aussi bien que ce qu'elle pensait. Les décharges d'adrénaline avaient été nombreuses et d'un coup, en verbalisant avec Diarmuid... Elle frissonna, non pas de froid mais de la prise de conscience que tout aurait pu être différent. Surtout que le nom d'une Lignée avait fuité.

L’adolescente inspecta son aîné du regard, ne pouvant qu'à nouveau constater sa fatigue. "
Je vais rentrer en salle commune, il faut que tu... qu'on dorme tous les deux." Dit-elle en commençant à se lever.

Modératrice - 6ème année RP - Préfète-en-Chef inRP depuis sept 47 - Préfète RP de sept 44 à juin 47 - color=#741B47

31 août 2022, 00:29
 Nuit  Reste avec moi  PV. DOB 
L'irlandais écouta avec attention sa soeur avec qui - depuis le début de la conversation entre eux - il échangeait dans leur langue natale. Ca lui avait toujours fait un bien fou de s'exprimer ainsi et surtout de l'entendre. Surtout de la part de ses proches. Domhall, Ennis, Owen... Un caractère apaisant. Dans un moment pareil c'était salvateur. Et il savait qu'il en était de même pour sa benjamine qui - comme lui - allait à l'essentiel de ce qu'elle avait vécu dans son compartiment.

Assis sur son fauteuil, il réprimait l'impulsion qui lui disait de la prendre à nouveau dans ses bras. C'était viscéral. Il avait eu peur et de l'entendre expliquer tout ça, en quelques mots, sans détails... Ca ravivait le sentiment de frayeur qu'il avait eu. Une exacerbation accentuée par la connaissance de l'implication d'une Lignée du Nord... Ses pensées s'entrechoquaient dans un brouhaha incroyable et il peinait à se concentrer.

Rentrer? Dormir? Oui. Enfin non. Il ne voulait pas qu'elle rentre dormir à Gryffondor. C'était égoïste. C'était immature. Ce n'était pas autorisé mais... "
Attend Ennis." L'arrêta-t-il verbalement mais aussi d'un geste alors qu'elle se levait. Non. Il ne voulait pas qu'elle parte et il n'avait pas grand chose à faire de l'interdit qu'il allait certainement brisé. Il n'était de toute façon pas en état d'y réfléchir correctement. "Reste avec moi." Implora-t-il d'une voix basse, ses yeux allant de sa sœur à l'escalier qui menait à ses appartements. Il serait certainement incapable de dormir, mais il serait plus serein. Et il parviendrait peut-être à prendre du repos.

Inconsciemment, il avait utilisé une phrase bien plus fréquemment prononcée par son actuelle interlocutrice. Quand ils étaient enfants et qu'elle se réveillait en pleine nuit. Quand c'était lui qui venait pour la réconforter pour éviter qu'elle ne réveille leurs parents et soit corrigée. Parce qu'il ne voulait pas qu'elle ait peur, toute seule, et que c'était à lui de la protéger. A lui. De la protéger.

Modérateur - Infirmier depuis le 11/02/2047 - color=#351C75

2 sept. 2022, 17:40
 Nuit  Reste avec moi  PV. DOB 
En appui sur les accoudoirs, Ennis s'était redressée puis levée assez doucement. L'espace de quelques secondes, l'irlandaise avait quitté le visage de son frère aîné des yeux pour le planter au sol. Elle ne l'avait de nouveau regardé une fois sur ses deux pied et ne put que constater à quel point ses prunelles se trouvaient dans le vide, plus ou moins dans sa direction. Elle avait hésité et finalement avait commencé à s'éloigner sans venir chercher de contact. Même si elle acceptait assez facilement de ses frères et de son petit-ami qu'ils puissent la toucher et qu'en général, elle pouvait le faire spontanément avec eux; dans le cas présent, elle avait préféré s'abstenir pour ne pas causer de sursaut de peur à Diarmuid.

Quand il l'appela, elle s'arrêta net et pivota vers lui. Il la fixait et avait tendu le bras vers elle pour l'empêcher d'aller plus loin. La suite ne se fit pas attendre. Ses yeux, ses mots, son intonation lui demandait de rester avec lui. Et surtout, cette phrase de cinq syllabes la ramenait des années en arrière. Petite fille, elle avait très souvent prononcé cette phrase au beau milieu de la nuit, aussi loin qu'elle puisse se souvenir. Diarmuid, quand il n'était pas à Poudlard, avait toujours été celui qui était venu la voir et systématiquement elle lui avait demandé de rester. Et il l'avait toujours fait, jusqu'à ce qu'elle soit profondément rendormie. Domhall avait pris le relais mais elle n'avait jamais osé demandé la même chose.

Alors cette nuit, elle avait envie de répondre par l'affirmative. Elle revint dans sa direction et prit sa main dans la sienne. Ses doigts se glissèrent contre sa paume, récupérant un peu de chaleur. "
Tu es sûr que..." Sa tête se tourna vers les escaliers en colimaçon puis la porte menant dans la pièce qui devait être pleine. "Je suis sensée dormir à Gryffondor mais je..." Elle hésitait le seul risque était que ça se sache et pour cela il faudrait que quelqu'un la voit monter ou descendre les quelques marches qui menaient à l'appartement de son frère. Le risque était mesuré. Et Diarmuid pourrait justifier qu'elle ne soit pas rentrer. Il n'avait pas à fournir les détails après tout. L'adolescente hocha la tête et tira doucement sur leur mains jointes pour que l'irlandais se lève de son fauteuil pour qu'ils montent dans l'appartement et puissent se coucher.

Modératrice - 6ème année RP - Préfète-en-Chef inRP depuis sept 47 - Préfète RP de sept 44 à juin 47 - color=#741B47

6 sept. 2022, 12:36
 Nuit  Reste avec moi  PV. DOB 
Son geste et sa demande eurent le mérité d'arrêter net sa petite sœur dans son mouvement. Mais il était suspendu à sa potentielle réponse. Sauf qu'elle ne venait pas. Ses yeux marrons cherchaient ceux à la teinte noisette, bougeant dans leurs orbites dans des mouvements particulièrement saccadé. Ils piquaient, piquaient de fatigue, parce qu'ils étaient secs, parce qu'il avait été incapable de les fermer plus longtemps que pour les cligner. Ils devaient être rouges, tirés, des cernes immenses se dessinaient certainement déjà. Et là, il attendait qu'Ennis verbalise quelque chose.

Et quand cela vint, il commença par baisser la tête. Si elle avait pris sa main tendu, ses mots refusaient ce qu'il proposait, à juste titre. Elle avait raison de se montrer raisonnable, lui ne l'était pas et n'avait pas envie de l'être. Il voulait juste pouvoir combler son besoin de la savoir en sécurité. Et après cette soirée, sa vision à lui de la sécurité, c'était qu'elle soit près de lui. Qu'il puisse la voir dormir le plus sereinement possible, ou bien lui donner de quoi le faire. Égoïstement protecteur. Et il n'en avait rien à faire que les élèves comme leurs familles ne puissent jouir de la même possibilité. Il avait un atout, il l'avait joué sans honte.

Et finalement, il la sentit le tirer vers les escaliers et il en fut plus que soulagé, pouvant respirer à nouveau profondément. Ca aurait certainement paru démesuré à beaucoup mais l'attachement qui existait entre eux était vital et leur avait permis de traverser leurs enfances, ce qui leur avait été caché puis révélé. Et peu connaissaient ces histoires là. Il lui lâcha la main en bas des marches, le temps de se délester de sa blouse de travail et d'éteindre les lumières, mais aussi de poser les sortilèges qui le préviendrait si un des patients de la grande salle appelait ou même si quelqu'un franchissait les portes de la salle d'attente.

Une fois à l'étage, il éclaira le lieu d'un coup de baguette, laissant sa benjamine découvrir la petite chambre toutefois amplement suffisante pour quelqu'un qui ne faisait qu'y dormir, seul. "
Installe-toi, je vais prendre une douche." Indiqua-t-il en saisissant de quoi se changer dans son armoire. Il savait qu'il ne dormirait pas, il ne pourrait pas. Mais, elle, elle le devait.

Modérateur - Infirmier depuis le 11/02/2047 - color=#351C75

15 sept. 2022, 22:28
 Nuit  Reste avec moi  PV. DOB 
Ennis, attendant au bas des escaliers que son aîné ouvre la marche, observa ce dernier se défaire de sa blouse de travail puis poser différents sortilège dont un lui sembla être un drivé du Cridurut, mais elle n'était pas très sûre et n'avait pas spécialement envie de lui poser la question dans l'instant. La châtain attendit plutôt qu'il ne monte pour le suivre jusqu'au petit appartement qu'elle découvrit pour la première fois. Lit, armoire, bureau, le strict nécessaire agrémenté de quelques décorations; il en avait apporté quelques unes de Dublin, elle reconnaissait quelques objets. "D'accord." Lui répondit-elle simplement alors qu'il disparaissait par la porte de la pièce d'eau contiguë à la chambre.

Etait déjà en tenue de nuit, quoi qu'il s'agissait d'une nuisette et que de la pudeur s'était installée depuis la dernière fois qu'elle avait dû dormir dans le même lit que Diarmuid, Elle s'approcha de l'armoire pour en tirer un tee-shirt. Il en avait peu mais elle s'avait qu'elle en trouverait un pour la passer et ainsi couvrir ses épaules et sa poitrine... Avant de sourire en constatant que le bas du tee-shirt se trouvait être au même niveau que son pyjama... L'au coulait toujours, elle fit donc le tour de la pièce. Diarmuid avait mis quelques affiches au mur, pas grand chose un groupe de musique, celle d'une conférence de médicomagie... Et quelques photos sorcières dans des cadres posées sur son bureau ou sa table de chevet. Sur le premier, leur fratrie avant qu'il entre à Poudlard pour la première fois, quelque unes avec Owen ou Angie et d'autres amis pendant leur scolarité, avec son frère, Dom et Owen à l'appartement, lui seul devant la tour Eiffel. Et sur la seconde, une photo qu'ils avaient prise à Yule tous les quatre et une autre avec Annaëlle où ils étaient particulièrement beaux, beaux et amoureux. La cinquième année avait machinalement prit le cadre dans les mains pour les observer. Le médicomage était derrière la libraire et passait ses bras sur sa taille avant de plaquer un baiser sur sa joue et qu'elle ne tourne la tête vers lui pour l'embrasser. Moment de vie banal qui lui tira un sourire.

Replaçant la photo là où elle se trouvait, et son frère n'étant de toute évidence pas décidé à sortir de sous la douche, Ennis se glissa dans le lit, du côté où la table de nuit était dénuée de tout objet personnel. Malgré les émotions, elle sentait ses yeux tirailler. Elle était fatiguée de tout ce qui s'était passée, y compris d'avoir été tirée de son sommeil et du maigre échange verbal avec Diarmuid. Se promettant de ne pas s'endormir, elle attendit en luttant pour ne pas fermer les yeux. Mais son aîné mettait vraiment du temps et le corps eut bientôt raison de l'esprit.



Mots soulignés pour Au fil des mots

Modératrice - 6ème année RP - Préfète-en-Chef inRP depuis sept 47 - Préfète RP de sept 44 à juin 47 - color=#741B47

23 sept. 2022, 16:21
 Nuit  Reste avec moi  PV. DOB 
Des vêtements de rechange sous le bras, Diarmuid s'enferma dans la salle de bain pour filer sous une douche brûlante qui ne le détendit pas spécialement. Au contact de l'eau, il avait fermé les yeux par réflexe, et la scène du mythique train sorcier en chute libre - bien que vide de tous ses occupants - le saisit. Ses paupières se rouvrirent par réflexe et le jeune homme tenta juste de garder un minimum de contrôle. Il ne pouvait pas se laisser submerger maintenant. Pas avec sa sœur et surtout tout un tas de gamins installés à l'infirmerie alors qu'il était seul pour garder les lieux.

S'il ne ressentit aucun bénéfice sur la tension de ses muscles, sa fatigue ou son état émotionnel, le long moment sous l'eau eu au moins le mérite de faire tomber la sueur et la poussière accumulées. Puis, constatant sa peau clairement rougit par la température, il passa sa tête sous le jet en frottant énergiquement ses cheveux avant de couper définitivement le robinet. Attrapant une serviette, il s'épongea le visage avant de sortir, ruisselant, sans intention réelle de se sécher autrement qu'à l'air libre. Ca lui tira irrémédiablement un frisson et, fuyant le miroir qui lui renvoyait l'image de son visage tiré par la fatigue et la culpabilité de ne pas avoir pu faire mieux, il enfila le pantalon souple et le tee-shirt qu'il avait pris plut tôt avant de retourner dans la chambre où il distingua le corps endormi de sa benjamine du côté du lit où il ne dormait généralement pas, mais les bras autour de son oreiller.

Était-il resté si longtemps dans la salle de bain? Il eut un sourire fugace avant de se placer à ses côtés sans troubler son sommeil. Allongé sur le dos, un bras en travers des yeux, il luttait pour ne pas s'endormir. Et pourtant... Et pourtant, il dut le faire un court instant, puisqu'il se redressa d'un bon, le cœur affolé et l'image des piliers qui se délitait devant les yeux. Ok... Il vérifia que sa benjamine dormait toujours avant d'attraper sa montre... Non il ne devait pas avoir dormi plus de quelques minutes puisque les aiguilles affichaient trois heures et quarante huit minutes. Assis au bord du lit, il hésita, puis se dirigea vers son bureau, notant sur un parchemin qu'il serait juste dans le couloir. Il devait prendre l'air.

Quand il revint, de sa longue contemplation du parc par la fenêtre donnant sur ce dernier dans le couloir, l'aube se levait et personne n'avait bougé. Il était six heures trente environ, Ennis dormait toujours dans l'appartement qui surplombait la salle de consultation. Mais il devait la réveiller, parce que Ruby Lloyd allait arriver. Il pourrait toujours lui expliquer, cette dernière comprendrait. Mais si un élève les voyait... Assis à ses côtés, il posa doucement sa main sur son épaule, s'en voulant de troubler ainsi un sommeil qui n'avait pas l'air trop agité.

Modérateur - Infirmier depuis le 11/02/2047 - color=#351C75