Inscription
Connexion
17 févr. 2016, 21:40
Pv  Il faut bien un début à tout. 
Février débutait. Le temps passait vite à Poudlard ; à tel point qu’il en venait à oublier ses tourments. Il vivait loin de cette accablante réalité, et ne s’en portait pas plus mal. Cependant, il savait pertinemment qu’il avait beau se bercer d’illusions, le problème persisterait. Il remettait seulement à plus tard le moment où il devrait faire face à cela et ce, malgré la facilité déconcertante qu’il avait à s’extraire de cette réalité en la fuyant. Heureusement pour lui, il avait trouvé quelques occupations afin d’éviter de songer à lui-même.

Ainsworth se rendait au bureau du professeur Almeida. Ils avaient un entraînement à débuter, et Miles avait décidé avec sa collègue de se retrouver en ce début de mois. Elle avait pu faire le point sur elle-même et se sentait désormais prête à commencer les séances d’entraînement, afin de maîtriser son talent de métamorphomage. Miles fumait sa cigarette d’un air pensif, en parcourant le parc. Il réfléchissait à ce qu’il avait prévu de faire pour aider Isabel à renouer avec la métamorphose. Il espérait que ces futurs conseils lui seraient profitables.

Ainsi, Miles finit de traverser le Parc, s’éloigna du château, et arriva non loin des enclos de soins aux créatures magiques. Le soleil qui illuminait le domaine ne réchauffait pas l’atmosphère encore hivernale. Le jeune homme se frotta les mains, les mit dans ses poches et marcha jusqu’à arriver à la porte qui donnait accès au bureau de sa collègue. Il marqua une brève pause, toqua, et s’autorisa à pénétrer. Il aperçut directement Isabel et la salua tout en lui serrant la main. C’était la première fois qu’il visitait le bureau de miss Almeida. Il était assez sobre ; quelques plantes et décorations l’ornaient. Une cheminée s’y trouvait et un bureau était disposé vers le fond de la pièce. En même temps qu’il observait le bureau, il s’adressa à la Sous-Directrice :


« Salut Isabel ! Tu vas bien ? Il s’arrêta un instant, avant de reprendre : Alors, prête pour commencer l’entraînement ? »

Miles continuait d'observer le nouvel environnement dans lequel il se trouvait. A mesure que les secondes s'écoulaient, il se réchauffait. Il était fin prêt à entrer dans le vif du sujet.

28 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »
5 mars 2016, 22:30
Pv  Il faut bien un début à tout. 
Assise dans l'un des fauteuils disposés près de la cheminée de son bureau, Isabel perdait son regard ainsi que le fil de ses pensées dans la danse incessante des flammes qui crépitaient joyeusement. Février débutait, et même si le soleil semblait enfin montrer le bout de son nez, le froid extérieur n'en restait pas moins saisissant. Les cheveux relevés en un chignon désordonné, la jeune femme profitait avec bonheur de la chaleur du feu sur son visage, fermant les yeux avec délectation.
Elle aurait sûrement pu rester ainsi durant des heures, mais comme le lui rappela le bruit à sa porte, elle avait autre chose de prévu aujourd'hui. Impatiente, elle se releva de son siège, et tourna son regard vers l'entrée de son bureau où déjà Miles avait passé la porte.
Isabel s'approcha de son collègue et lui serra la main qu'il lui tendait, lui rendant par la même occasion son sourire. Miles avait ce quelque chose de contagieux qui détendait la jeune femme. Peut-être pouvait-on appeler ça confiance, quoi qu'il en soit, le professeur le soin avait attendu avec hâte que vienne enfin l'heure de ce premier entretien où elle passerait à son tour du côté de l'élève.


« Salut Isabel ! Tu vas bien ? Alors, prête pour commencer l’entraînement ? »

La jeune femme inspira un grand coup avant d'hocher la tête. Elle savait qu'elle était prête. Peut-être pas à réussir immédiatement, mais au moins à débuter ce long travail qui l'attendait. Le don de métamorphomage, elle l'avait dans le sang. Il faisait entièrement partie d'elle. Mais ce n'était pas pour cela qu'il lui serait simple de l'apprivoiser. Elle espérait simplement que l'aide de son collègue lui permettrait de s'en sortir plus facilement.

« Oui. Je suis impatiente, dit-elle dans un rire. »

Elle jeta un coup d'oeil à sa pièce. Hormis les deux sièges près de la cheminée et le bureau au fond, le reste du mobilier se trouvait surtout contre les murs. Un espace plutôt grand pouvait se faire au centre et permettait une certaine mobilité. Etait-ce suffisant ? Elle ne savait même pas si allait devoir rester debout, bouger, ou bien seulement s'asseoir quelque part. Elle se rendait compte par la même occasion qu'elle ne savait pas grand chose de la façon dont allait se dérouler ces séances avec Miles.


« Je ne sais pas trop ce que tu as prévu pour commencer alors... tu préfères qu'on sorte, ou mon bureau conviendra ? » Demanda Isabel en réfléchissant déjà à la manière dont elle pourrait agencer les meubles afin d'organiser un espace adéquate.

Ne faites pas d'enfants, faites des crêpes.
Magizoologiste en voyage.
Code couleur : #0080FF

En baisse de présence jusqu'au 16 février

Baisse de présence jusqu'au 5 janvier
22 mars 2016, 21:57
Pv  Il faut bien un début à tout. 
Miles était donc au centre du bureau de Miss Almeida. Il était plutôt bien décoré et ferait amplement l’affaire pour ce premier entraînement. Le professeur de Métamorphose avait bien réfléchi à ces séances qu’il dispenserait à sa collègue et avait pris plus de temps que prévu pour les organiser. Il avait relevé un défi dont il ne savait guère si le succès serait à la clef. Cependant, il n’avait pas hésité un seul instant et le referait. Miles n’aurait pu tourner le dos à Isabel et n’aurait voulu qu’on lui inflige cela. De plus, cette demoiselle l’avait intrigué dès leur première rencontre et avait en quelque sort placé ses espoirs en elle. Elle aurait pu être une personne quelconque qu’il croisa une fois mais c’en était totalement différent ; ils étaient face à face, prêt pour ce qui les attendait. Isabel lui posa une question, à laquelle il répondit immédiatement :

« Ton bureau sera très bien, pour cette première séance. Je vais y aller doucement, lâcha-t-il avec amusement. »

Ainsworth fit quelques pas, observant le bureau de long en large. Il savait par quoi il commencerait ; puisqu’il devait tout revoir, il commencerait par faire quelques exercices basiques de Métamorphose. Il devait juger la qualité de visualisation d’Isabel ; non pas qu’il doute de ses capacités magiques mais la visualisation ferait partie d’un des critères essentiels à maitriser afin de comprendre comment fonctionne le don de métamorphomage. Visualisation et persévérance accompagneraient les entraînements de la sous-directrice, elle pouvait en être sûre. Quoiqu’il en fut, il prit la parole et déclara par la même occasion la séance ouverte.

« Le don de métamorphomage, si on le prend sous sa forme la plus simple, n’est qu’une prédisposition du corps à la métamorphose. Chaque acte que tu réalises en t’en servant n’est qu’une métamorphose. Ainsi, la première des clefs qui te feront progresser est la visualisation. Tu vas devoir être rigoureuse, faire attention au moindre détail jusqu’à connaitre la constitution de ce qui nous environne. Nous commencerons par de bêtes métamorphoses. Ensuite, j’aimerais me servir de cet échauffement pour quelque chose de plus… intéressant. »


Miles sortit sa baguette et fit léviter un des fauteuils qui trônaient devant la cheminée. Il le mit entre lui et Almeida ; ce siège serait parfait pour servir de cible. Ce serait le cobaye de leur séance, Isabel pourrait se remettre en jambe tranquillement. Peut-être serait-il surpris de voir que sa collègue disposait déjà de cette aptitude qui lui serait fortement utile ? Ce le serait aussi pour l’étape suivante qui attendait le professeur de Soins au tournant. Miles se plaça à nouveau face à Isabel, laissant le siège planer. Il pointa le fauteuil de sa baguette et s’adressa une dernière fois à sa collègue.

« Pour te remettre dans le bain, transforme-moi ça en canard, en utilisant anafors. N’oublie surtout pas de te représenter tout le processus dans ta tête, à savoir la cible de départ et le changement d’embryon à la taille attendue. Pour que ce soit parfait, ne rate pas un détail. Après l’avoir changé en canard, on s’entraînera avec d’autres métamorphoses. »


28 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »
11 avr. 2016, 00:12
Pv  Il faut bien un début à tout. 
Intriguée par la situation, Isabel regardait Miles dont l'attention allait d'un coin à un autre du bureau. Lorsqu'il lui expliqua que le premier point qu'ils allaient travailler ensemble était la visualisation, la jeune femme esquissa un fin sourire, hésitant un instant à répondre un « d'accord monsieur » mais se retint, jugeant que cette remarque n'allait pas vraiment l'aider à se concentrer. Se retrouver aujourd'hui à la place d'un élève avait cependant quelque chose de relativement amusant. Comme un retour sur les bancs de l'école, Isabel revoyait ses quelques années passées à Poudlard, essayant tant bien que mal durant sa première année de transformer son allumette en aiguille.
Tirée de ses souvenirs par le manège de son collègue, Isabel regarda avec curiosité le professeur de métamorphose faire léviter l'un des fauteuils du bureau jusqu'à eux.


« Pour te remettre dans le bain, transforme-moi ça en canard, en utilisant anafors. N’oublie surtout pas de te représenter tout le processus dans ta tête, à savoir la cible de départ et le changement d’embryon à la taille attendue. Pour que ce soit parfait, ne rate pas un détail. Après l’avoir changé en canard, on s’entraînera avec d’autres métamorphoses. »

Lorsque Miles avait dit qu'ils allaient commencer par le début et de bêtes métamorphoses, Isabel n'avait pas pensé qu'ils reprendraient d'aussi loin. Mais cela ne la dérangea pas. Elle allait pouvoir débuter par quelque chose qu'elle savait faire, et ce n'était pas plus mal. La jeune femme n'avait pas l'habitude de faire de la métamorphose, mais les bases acquises lors de sa scolarité ne l'avaient pas quittée. C'était un peu comme le vélo.
Isabel se plaça donc face à son fauteuil, et ferma les yeux. Elle voyait suffisamment souvent ce mobilier pour se le représenter mentalement sans grande difficulté. Puis elle enchaîna rapidement avec la finalité de cette métamorphose pour le moins insolite : un canard. Mentalement, le fauteuil rapetissait, pour finalement prendre une forme globalement ronde aux contours incertains, mouvants, vivants. Puis une nouvelle transformation opéra, rapide mais précise. Une forme animale, d'abord les pattes, les ailes puis la tête et le bec, le tout encore recroquevillé sur lui-même. Puis les membres s'étirent, doucement, prennent une couleur chair. Isabel réfléchit un instant, et décida de donner à cet oiseau le plumage d'un commun col-vert. C'était une race que l'on rencontrait plutôt souvent, et cela lui permit de visualiser avec une plus grande précision les détails des couleurs. Lorsque enfin elle estima obtenir ce qu'elle voulait, la jeune femme rouvrit les yeux, tendit sa baguette, et dans un geste souple, prononça la formule donnée par son collègue.
En quelques secondes, le fauteuil se métamorphosa, offrant aux yeux des deux spectateurs le canard imaginé par Isabel. La jeune femme sourit en se tournant vers Miles.


« L'Effort Exceptionnel de mes ASPICS de métamorphose n'est pas encore parti aux oubliettes, rigola-t-elle. Qu'en penses-tu, prof' ? Je ne suis pas un cas désespéré ? »

Isabel profita de cette première leçon afin de s'amuser un peu, consciente que plus le temps passerait, plus ils aborderaient les points difficiles du travail.

Ne faites pas d'enfants, faites des crêpes.
Magizoologiste en voyage.
Code couleur : #0080FF

En baisse de présence jusqu'au 16 février

Baisse de présence jusqu'au 5 janvier
4 mai 2016, 21:39
Pv  Il faut bien un début à tout. 
L’entrainement avait commencé et Miles avait décidé de commencer par les bases. Evidemment, Isabel exécuta avec brio l’exercice. Cette dernière prit malgré tout au sérieux ce petit exercice qui paraissait anodin. A vrai dire, il avait son rôle et son importance à lui ; la visualisation étant primordiale se devait d’être réalisée à la perfection. En tout cas, l’exercice restait par nature facile puisqu’il s’agissait de sorts que les élèves pratiquaient durant ses cours, surtout pour une professeure de Soins aux Créatures lorsqu’il était question d’animaux. Melle Almeida lui fit quelque peu d’humour quant à la situation, ce qui amusa Ainsworth. Ce dernier rétorqua, avant de continuer avec d’autres exercices.

« A ce que je vois, tu n’es pas trop rouillée, dit-il sur un ton léger. »

Miles réfléchit quelques instants et se dit qu’il serait bon de proposer deux-trois autres visualisations assez banales pour ensuite compliquer les exercices au fur et à mesure. Il brandit sa baguette en direction du canard qui faisait les cent pas dans la pièce en brayant – se demandant probablement ce qu’il se passait autour de lui. Il ne patienta pas une seconde de plus et annula les effets de la métamorphose d’un mouvement de bras plutôt lent, en visualisant l’animal revenir à sa forme initiale. Le siège réapparut et était prêt à subir une nouvelle transformation. Ainsi, le professeur de métamorphose prit la parole pour indiquer la consigne à sa grande élève.

« Pour le moment, tu vas continuer à rester aussi précise dans ta visualisation et me transformer ce siège en cochon puis en hibou. Faut que la visualisation devienne un automatisme et qu’elle soit aussi vraie et complète que possible. Pour les métamorphose en question, tu t’en sortiras forcément bien ; c'est pour ça que si tu prends le réflexe dès maintenant à pousser encore plus loin la visualisation, ce sera déjà ça de gagner pour la suite. »

Ainsworth se positionna derrière sa collègue et se prépara à la voir à l’œuvre une seconde fois. Tandis qu’il se focalisait sur Isabel, il songea à la façon d’introduire les prochains exercices. Il n’avait jamais formé quelqu’un à ce stade, et cela demandait bien plus de réflexion et de travail que la préparation de ses cours qu’il assurait à Poudlard. D’une, elle s’y connaissait plus et de deux, le sujet demeurait bien plus complexe. Sans se mettre une pression phénoménale pour autant, il ne voulait pas décevoir Almeida.

28 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »
4 juin 2016, 13:49
Pv  Il faut bien un début à tout. 
Consciente qu'une simple métamorphose comme elle venait de faire n'allait pas à elle seule constituer leur entraînement du jour, Isabel regarda sans surprise Miles faire reprendre au canard fraîchement transformé sa forme initiale de fauteuil. La technique était simple, mais la jeune femme ne pu s'empêcher de constater avec quelle rapidité et nonchalance Miles avait réalisé cette manipulation. La métamorphose semblait être d'une banalité folle aux yeux du jeune homme, et le professeur de soins enviait cette faculté, elle qui avait tant de mal à contrôler sa propre métamorphose qui état pourtant censée être naturelle puisqu'en elle depuis toujours. Cette formation aux côtés de Miles était une aide inespérée, et c'est de nouveau concentrée qu'elle écouta avec attention les nouvelles instructions du professeur de métamorphose.
Isabel acquiesça, et se plaça rapidement devant son fauteuil. A l'identique de la première transformation, elle entreprit de visualiser le siège dont la forme se mouvait de plus en plus jusqu'à atteindre la silhouette escomptée du cochon demandé par Miles. La jeune femme ne laissa pas trop le temps à l'animal de se rendre compte de l'endroit où il avait atterri et débuta une nouvelle visualisation, tentant cette fois de garder les yeux ouverts. Fermer les yeux permettait à Isabel de visualiser avec plus de précisions et de netteté ce qu'elle souhaitait obtenir, mais elle savait que pour acquérir davantage de maîtrise et de rapidité, garder un œil sur son environnement et sur l'objet à métamorphoser ne lui serait que bénéfique. Sa visualisation fut un peu plus longue que les précédentes, distraite par le décor alentour, mais la jeune femme finit par obtenir un hibou plus que correct dont le plumage marronné montrait des reflets dorés alors que l'oiseau s'envola d'un battement d'aile afin de se percher sur le deuxième fauteuil disposé près de la cheminée.

Plutôt fière malgré la relative simplicité de l'exercice, Isabel se retourna vers Miles tandis qu'une question lui trottait en tête depuis déjà un certain temps


"Tu as déjà rencontré un vrai métamorphomage? Enfin, vrai... Qui sache s'en servir, je veux dire."

Le professeur Almeida avait posé cette question à très peu de gens malgré sa curiosité maladive à ce sujet. Soucieuse de ne pas dévoiler son incapacité face à ce don, elle n'avait jamais vraiment voulu attirer l'attention dessus, et seule sa famille et quelques rares amis avaient eu l'occasion de répondre à cette question. Réponse généralement négative. Mais Miles avait voyagé et portait une attention particulière à la métamorphose en général. Isabel avait donc le vague espoir que quelqu'un puisse enfin lui apporter quelques détails autres que ceux pouvant être trouvés dans les livres.

Ne faites pas d'enfants, faites des crêpes.
Magizoologiste en voyage.
Code couleur : #0080FF

En baisse de présence jusqu'au 16 février

Baisse de présence jusqu'au 5 janvier
13 juin 2016, 11:59
Pv  Il faut bien un début à tout. 
Miles avait donné sa consigne à Isabel et cette dernière, en prenant son temps pour bien visualiser chaque détail et être la plus précise possible, transforma la chaise en un cochon. Elle ne s’arrêta pas là et quelques instants plus tard, elle métamorphose le fameux cochon en un hibou d’un splendide plumage. Ces premières métamorphoses lui faisaient travailler sa rigueur et sa précision dans la visualisation. Plus elle métamorphosait, et moins elle laisserait transparaitre son imagination dans ses transformations. Plus elle arriverait à tout contrôler et à visualiser en s’imprégnant totalement du réel. Les grands sorciers étaient capables de deviner s’il s’agissait d’une métamorphose ou du réel ; mais plus on montrait de la rigueur dans la visualisation et plus il était facile de les berner. En tant que métamorphomage, il était facile de se trahir, alors contrôler cette visualisation pour la rendre plus vraie que possible était une tâche importante dans l’apprentissage.

Une fois qu’Isabel eut terminé, elle marqua une pause et en profita pour poser une question à Ainsworth. Ce dernier l’écouta, d’un air jovial, sans vraiment savoir ce qu’elle lui lui demanderait.


« Tu as déjà rencontré un vrai métamorphomage ? Enfin, vrai... Qui sache s'en servir, je veux dire. »


Finalement peu surpris par l’interrogation d’Isabel, il esquissa un petit sourire. Il se remémora intuitivement de son ancien professeur, Isaac Hummington, qui lui avait tant parlé de son don et de comment il avait vécu avec. Miles répondit sans plus attendre, toujours d’un air satisfait :


« Oui, il m’est arrivé d’en côtoyer un. C’était l’un de mes professeurs quand j’étais à l’école supérieure de magie d’Helsinki. Il s’appelle Isaac Hummington, et il était plutôt impressionnant quand il usait de son don. Si tu veux, j’t’en parlerai un peu la prochaine fois. »


Après avoir répondu, il donna différentes consignes, certaines plus complexes que d’autres. Il ajouta de la difficulté en demandant des métamorphoses toujours plus précises et bien maitrisées. Isabel réitéra ces exercices pendant une bonne heure en variant métamorphoses partielles, disparition/apparition, transformations, Ainsworth et Isabel eurent de quoi s’occuper. Sa visualisation s’était de plus en plus affinée au fur et à mesure. Elle devrait continuer à s’entrainer régulièrement pour ne pas perdre la main, mais Miles avait confiance en sa collègue. Il avait confiance et savait qu’elle ne lui avait pas demandé de l’aide pour rien. Elle avait un grand potentiel qui n’attendait que d’être exploité. En décidant d’entrainer miss Almeida, il s’était promis de lui donner toute l’aide nécessaire afin qu’elle puisse devenir maitre de son potentiel qui pour le moment restait latent.

Isa' et Miles firent une petite pause après les multiples métamorphoses effectuées. Le professeur de métamorphose réfléchissait au dernier exercice qui serait, quant à lui, bien plus axé sur la métamorphomagie. Ainsi, après quelques minutes de réflexion, il prit la parole afin d’expliciter les tenants et aboutissants du dernier exercice qu’il lui ferait réaliser en cette première séance.


« Passons au dernier exercice qui te confrontera directement avec ton don. Après avoir fait toutes ces visualisations, je souhaiterai que tu fermes ton esprit, que tu te focalises sur une émotion, que tu la laisses s’exprimer au travers tes cheveux, et que tu essaies de l’atténuer jusqu’à la faire disparaitre. Il marqua une pause, puis acheva sa tirade : allez, concentre-toi, j’sais qu’t’en es capable. »

28 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »
8 juil. 2016, 18:23
Pv  Il faut bien un début à tout. 
Isaac Hummington. Avide d'en savoir plus mais consciente que ce n'était pas le moment d'aborder ce sujet, Isabel grava ce nom dans sa mémoire, se promettant de faire des recherches de son côté. Ses précédentes investigations ne s'était cantonnées qu'au territoire britannique, se disant qu'il lui serait difficile de rencontrer un métamorphomage d'un autre pays. Jamais elle n'aurait pensé rencontrer quelqu'un qui en connaîtrait un personnellement. Emplie d'un nouvel espoir, Isabel inspira un grand coup avant de continuer ses exercices.

Miles s'avérait être un professeur plutôt minutieux, lui demandant d'enchaîner métamorphoses sur métamorphoses, augmentant petit à petit la difficulté. Isabel trouvait qu'elle s'en sortait plutôt bien, ce qui la rassurait d'autant plus que les exercices étaient globalement simples. Ce type de métamorphose regroupait ce qu'elle avait pu voir et apprendre lors de ses différentes scolarités à travers l’Écosse ou le Brésil ; elle se voyait retracer son apprentissage à vitesse grand V.
Ce n'est qu'au bout de longues minutes que Miles sembla réfléchir plus longuement au prochain exercice. La séance touchait bientôt à la fin, Isabel le sentait, mais la réflexion de Miles lui assurait qu'un dernier entraînement l'attendait, probablement plus particulier que les autres.


« Passons au dernier exercice qui te confrontera directement avec ton don. Après avoir fait toutes ces visualisations, je souhaiterai que tu fermes ton esprit, que tu te focalises sur une émotion, que tu la laisses s’exprimer au travers tes cheveux, et que tu essaies de l’atténuer jusqu’à la faire disparaître. Allez, concentre-toi, j’sais qu’t’en es capable. »

Cette annonce décontenança Isabel. Même si ces entraînements avaient pour but de maîtriser son don, la jeune femme ne s'attendait pas à s'y retrouver confrontée dès la première rencontre. Immobile, un peu perdue, le professeur de soins se sentait soudainement beaucoup moins sûre d'elle. Mais à quoi s'attendait-elle ? Faire des petits exercices de métamorphose, se dire que c'était bien, qu'elle était forte, et repartir ? Isabel se retrouvait soudainement exclue de sa zone de confort, et elle n'aimait pas ça. L'exercice n'était pourtant pas infaisable. Changer sa couleur de cheveux, cela lui arrivait régulièrement. Sauf qu'elle ne le faisait pas consciemment. Il lui fallait aujourd'hui décider de cette métamorphose, et pire, la rectifier ensuite. La brésilienne préférait ne pas penser à ce stade de l'exercice et se concentrer pour le moment sur la première phase : canaliser et exprimer une émotion.
Après un regard furtif vers Miles, Isabel choisit de fermer les yeux. Une émotion, une émotion, facile à dire. A quoi pouvait-elle bien penser ? Sur quoi se focaliser ? Pas de négativité, surtout. Les cheveux noirs, bruns, ou même gris, elle avait déjà donné, et ce ne serait pour améliorer ses capacités que de se concentrer sur quelque chose de négatif. Après réflexion, une idée simple lui vint en tête : l'espoir. C'était basique, naïf, mais c'est ce qu'elle ressentait de plus en plus depuis qu'elle avait abordé Miles pour lui demander de l'aider. L'espoir de reprendre sa vie en main ; l'espoir de contrôler sa métamorphomagie ; l'espoir de ne plus avoir peur de s'ouvrir aux autres, de ressentir les choses, par crainte de voir s'exprimer sur elle quelque chose qu'elle n'arriverait pas à modifier ensuite ; l'espoir de vivre, tout simplement.
Les yeux clos, la respiration lente et contrôlée, Isabel pensait à toutes les possibilités qui pourraient s'ouvrir à elle, à ce qu'elle n'aurait plus à revivre. Cela faisait un bien fou. Cette sensation de liberté qui courait en elle tel un frisson jusqu'à picoter légèrement son cuir chevelu. Elle n'avait pas besoin de rouvrir les yeux pour savoir que cela avait fait effet. Mais la curiosité fut plus forte, et Isabel ouvrit un œil afin de regarder les cheveux qui retombaient sur ses épaules. Esquissant un sourire, elle enroula entre ses doigts une mèche à la couleur vert-d'eau.


« Sympa. Je pourrait me fondre dans les serres de botanique avec cette tête. »

Cependant, son sourire s'effaça bien vite. Il fallait maintenant qu'elle retrouve le châtain de ses cheveux. Et là.. ce n'était plus aussi simple. La jeune femme soupira, et referma les yeux. Elle ne savait tout simplement pas comment faire. Elle essaya de se concentrer, mais il était plus facile de se laisser submerger par une émotion que de rétablir les choses. Elle essaya donc de se visualiser, comme elle l'avait fait lors des exercices précédents avec les objets et animaux. Elle tentait de modifier la couleur afin de la transformer petit à petit en un châtain, mais ce n'était pas aussi aisé qu'elle aurait pu le penser. Fronçant les sourcils, les mains crispées, la tâche s'avéra plutôt longue. Les picotements finirent par survenir, mais Isabel sentait que tout n'était pas parfait. Relâchant sa respiration qu'elle avait inconsciemment retenue, elle rouvrit les yeux. Le professeur jeta un nouveau coup d’œil aux cheveux qui tombaient sur son épaules, et constata avec amertume que si sa couleur châtain était revenue, des reflets vert-d'eau plutôt prononcés parsemaient par endroit sa chevelure.

« Hm. Pas encore au point... Mais bon. C'est déjà mieux que d'habitude, ajouta-t-elle en retrouvant un peu d'optimisme tout en esquissant un sourire à l'adresse de Miles. »

Ne faites pas d'enfants, faites des crêpes.
Magizoologiste en voyage.
Code couleur : #0080FF

En baisse de présence jusqu'au 16 février

Baisse de présence jusqu'au 5 janvier
20 juil. 2016, 20:11
Pv  Il faut bien un début à tout. 
Isabel ne paraissait guère enchantée par ce dernier exercice, mais maitriser la métamorphomagie ne se faisait pas en un claquement de doigt. Elle le savait pertinemment – d’où leur présence – ; c’est pour cela que malgré tout elle se mit à fermer les yeux et faire le vide autour d’elle. Miles fut intimement persuadé qu’elle réussirait, du moins il l’espérait. Le premier entraînement eut été intense en visualisation, et le serait jusqu’au bout, mais comme il l’avait précédemment dit, il s’agissait d’une des clefs pour s’approprier le don de métamorphomage. Les autres clefs n’étaient autres que les émotions, la persévérance, et les aptitudes magiques de chacun qu’il ne fallait cesser de surpasser. Seul le temps et le travail apporterait une maitrise de ce talent, et Isabel était fin prête à se mettre à la tâche. Sa performance d’aujourd’hui l’avait prouvée une fois encore.

Alors qu’elle se focalisait toujours sur son émotion, il ne lui fallut longtemps pour changer la couleur de ses cheveux en vert. Ainsi était-elle pleine d’espoir, ce qui toucha quelque peu Miles. Il avait participé à la renaissance d’Isabel. Cette dernière qui cachait son aptitude aux yeux de tous encore en novembre avait finalement bien changé depuis, et avait adopté un tout nouvel état d’esprit depuis que les deux collègues réalisèrent leur pacte. Le jeune homme était ravi d’être l’aide qui lui manquait pour se relever. Quoiqu’il en fût, Isabel déclara sur le ton de l’humour une fois avoir terminé :

« Sympa. Je pourrai me fondre dans les serres de botanique avec cette tête. »

Miles s’autorisa un petit rire mais ne répondit guère à sa collègue – et même supérieure depuis quelque temps – afin de ne pas briser sa concentration. Désormais, Isabel devait réaliser l’étape inverse, soit faire en sorte que sa chevelure retrouve sa couleur d’origine. A vrai dire, il s’agissait là de la partie la plus importante mais la plus complexe. Réussir à contrôler son esprit de façon à maitriser ses émotions, les jauger, les camoufler n’était guère une mince affaire. Miles croisait les doigts tout en observant la Sous-Directrice froncer les sourcils. Elle s’essayait, et ce fut grâce à de nombreux efforts qu’elle parvint à retransformer en grande partie sa chevelure. Quelques reflets verdâtres persistaient, cependant elle s’en était très bien sortie pour une première. Cela satisfit Miles, et après avoir écouté sa collègue commenter sa performance, il lui répondit :

« Pour une première, c’est loin d’être mal, crois-moi. En tout cas, j’ai été ravi de voir que tu as joué le jeu jusqu’au bout ! D’ailleurs, maintenant que je t’ai montré l’exercice, tu vas pouvoir le refaire toute seule avec différentes émotions afin d’être bien plus à l’aise avec. Il marqua une pause, esquissa un bref sourire et reprit : Du coup, on se revoit en mars pour une autre séance mais d’ici là, je veux absolument que tu pratiques régulièrement, car c’est essentiel pour ne pas perdre la main et justement, s’approprier de plus en plus ta capacité. »

Miles resta encore quelques instants assis, puis se leva délicatement. L’heure avait tourné et ce dernier devait retourner vaquer à ses occupations. Avant de partir, il serra la main d’Isabel et lui souhaita une bonne fin de journée. Il ouvrit la porte de son bureau et lui adressa un dernier signe de la main avant de définitivement disparaitre du champ de vision de melle Almeida.

28 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »