Inscription
Connexion
25 juil. 2020, 20:34
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
1.1.2
Tension. Rassurez. Familière.

Je ne veux plus voir ce qu'il se passe. Je ne réagis pas. Ce serait pire. Plus ce qui voient crient, plus ce qui ne voient pas ont peur. Je ne vois pas. Alors je me tais. Immobile, comme l'ont ordonné les professeurs, je tente de garder mon calme.
Intérieurement, mon Moi-même est bousculé entre l'envie de savoir et la peur. Entre les bruits assourdissants et l'envie de crier, à mon tour. Entre mon immobilité et l'envie de m'en aller immédiatement.
C'est dingue l'effet que peuvent transmettre la peur des autres. A notre table, nous ne voyons rien mais pourtant je sais que les autres ont avoir peur aussi. Alors qu'on ne sait pas ce qu'il y a. Cette méconnaissance des évènements me laisse le doute. Peut-être que c'est exagéré. Peut-être que c'est un malentendu. Mais je n'y croit pas vraiment.
Sentant un regard sur moi, je me tourne machinalement vers ma voisine de table. Totalement déboussolée, je prends un temps pour la reconnaître. Ella. Celle qui ne parle pas. Celle à qui j'ai égalisé la coupe. Celle qui était dans les Toilettes Abandonnées.
Nos regards se croisent. Le sien est parlant. Plus que jamais et sa peur me rassure en quelques sorte. Je ne suis pas la seule à être paniquée. Sans savoir ce qu'il se passe. Les coins de ma bouche s'étirent mais retombe mollement, ayant perdu la force de sourire.

« Faut... pas s'en faire. J'suis sûre... qu'c'est pas grave. »

Simples mots chuchotés. Auxquels je ne croit pas. Plus pour moi, que pour elle mais j'avais besoin d'un appuis pour me rassurer moi-même. De toute façon, si elle réagit comme l'autre jour, elle ne répondra pas. Dans le vacarme présent dans la Grande Salle, je ne sais même pas si elle a entendu. Il ne vaut mieux pas.

Mais t'sais qu'c'est pas vrai, hein ?

Sans que je le veuilles, mes yeux se posent sur les mèches courtes d'Ella. Je me revois, ciseau à la main, lui coupant. Cette pensée me rappelle que je ne lui ai jamais rendu les ciseaux. Ils doivent être quelque part dans le Dortoir. Mais ce n'est pas le moment d'y penser.
Ce souvenir me permet de m'évader un instant, pourtant. Le calme et le silence régnaient en maître dans la pièce abandonnée, ce jour-là. Ici, c'est tout le contraire. Je continue de fixer Ella, trop inquiète pour diriger mon regard vers la Table des Serpentard. Mais mes pensées sont ailleurs. Elle cherchent un ailleurs où se réfugier mais les sentiments des gens sont trop forts, ici. Mon Moi-même se perd dans le bruit sourd.

@Ella Davis :)
Dernière modification par Welmina MacMaulan le 26 juil. 2020, 00:20, modifié 1 fois.

Troisième année RP.
happy to be a l i v e
25 juil. 2020, 21:27
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
ELYNA, 13 ans
Dimanche 28 mai 2045


•••

Se sentir en sécurité
ne revient pas à l'être.

•••


La Grande Salle est bondée, à son habitude. Aux repas tels que ceux-ci, elle porte à merveille son nom. Chaque recoin de la place est occupé par l'un ou l'autre sorcier vivant en internat tout au long de l'année dans ce château immense. Parfois il représente réellement une seconde maison, parfois Mirage d'une résidence principale. Enfer l'entoure de temps en temps, rend les Limites de l'Impénétrable plus fragiles, préhensibles. En passant sa main au travers de ce Rideau de Limites, on peut en détruire les tissus, pour un laps de Temps court mais en partie indéterminé. On peut s'inviter dans le château ainsi que s'en extraire. Contre le gré des Autres. Leurs avis tergiversent toujours, mais parfois ils se complètent et mettent ainsi à l'abri un tas d'Autres Eux...

L'irruption de Bruits dans la salle donne raison à la chute libre de ta fourchette. La bouche encore entrouverte, tu la ramasses et la déposes maladroitement sur le planning de tes examens de fin d'année, près de ton assiette remplie à moitié. La mixture qu'elle contient ne te goûte plus, t'écœure autant que cette odeur de sang frais s'immisçant au cœur de tes cellules olfactives. L'origine de l'odeur reste floue pour toi. Tu ne vois plus. N'entends plus que des bourdonnements incessants. Ne sens plus le goût de viande collée à ton palais. Juste cette odeur. Te quittera-t-elle un jour ? Te souviendras-tu de ce "Avant" ?

Ta respiration devient haletante lorsque de tes yeux tu aperçois un début de trainée vermeil. Du sang.
Retenant un hoquet de stupeur, ton index gauche se pointe dans la direction de la table des Verts. La plupart sont droits de leur hauteur et t'empêchent d'en voir plus. Malgré ta curiosité naissante, ton Instinct t'ordonne de ne pas bouger d'un cil s'accordant avec les paroles de Miss Holloway.


Pas bouger. Rester tranquille. Se taire. Tomber en léthargie.



Brouh que je ne suis insatisfaite de ce petit Pas...
Peu importe. Quiconque souhaite se joindre à la Danse le peut (Elyna se trouve au niveau de la table des Bleus).
Seulement un hibou, une chouette pour me prévenir. Et nous Valserons...
Je remercie par ailleurs Mr Mason d'avoir lancé cet Écrit commun et le MJ d'avoir accepté...

grandiose // #426b80 // quatrième année
se rappeler qu'on est vivant, qu'on est pas grand-chose
et qu'on s'apprend les uns des autres
25 juil. 2020, 21:32
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
La jeune Serdaigle fit une chose à laquelle Jill ne s'attendait pas, elle avait pris la parole. Elle avait dit qu'elle voulait aider, et elle s'était approchée du corps de la jeune femme. Elle proposa à Jill de l'accompagner. Jill souris pour montrer qu'elle aussi souhaitait aider.
Elle accompagna la Serdaigle, qui semblaient toutes deux décidées à aider.
C'est bien, elle a l'air dr s'être calmée... Mais c'est comme même surprenant qu'elle souhaite s'approcher du corps alors que tout à l'heure elle voulait fuir.
Après tout c'était certainement l'état de choc...
Mais on se lève, et on nous l'a interdit... Je... Je ne sais pas si... C'est une bonne idée...
On va peut-être se faire gronder...
Mais si c'est pour aider... Ma mère est médecin, certe moldue, mais je pourrais certainement aider...
Mais ça me surprend comme même qu'elle veuille aider... Enfin, aider en étant près de ce qui l'effrayait...
Et qu'est ce qu'on va faire pour aider... Notre aide sera la bienvenue...
Mais on s'en fout Jill ! On essaye d'aider et c'est pas grave pour le reste.
Oui... C'est vrai... Je préfère essayer d'aider... Que ne rien faire et de me sentir impuissante, et qu'après je m'en veuille toute ma vie. Allons-y !

N'empêche elle pense toujours que les profs nous ont abandonnés... Et si elle avait raison...
Non ! Ils nous ont pas abandonné.
Nous sommes en sécurité

.Jill Anders*
25 juil. 2020, 22:44
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
PARKINSON.
Ce nom, ce nom me donna un frisson, un frisson d'effroi.
Avait elle raison ? Je ne l'espère pas. Mais, elle a surement raison.
Que pouvons nous faire ? Fuir ? Se battre ? Non, c'est impossible, nous ne sommes qu'une bande d'élève.

Clémence bougeait dans tous les sens, elle était tout aussi affolée que moi. Elle ne savait pas quoi faire et moi non plus... Puis ça phrase me glaça le sang. Si les coupables de ce .. crime étaient ici ! Comment pourrions nous nous en sortir. Etait ce comme ça que j'allais finir ma vie ? Sur une table pleine de nourriture à peine entamée ? Les yeux de Clémence semblaient humide. Mais que faire ? Je n'avais pas la réponse et j'étais moi même à la limite de m'effondrer.

- Ca va aller Clémence, si quelqu'un vient à Poudlard seul il devra faire face à tous les élèves de Poudlard ! Tu imagines un peu ? Un seul sorcier contre nous tous ? Regarde la salle.

Je regardais en même temps la salle, essayant de voir combien d'élève étaient présents. Une bonne centaine je dirais.

- Je pense que nous sommes une bonne centaine. C'est énorme 100 personnes contre une seule tu ne penses pas ? Et puis même si nous ne sommes qu'en première année nous pouvons tout de même nous défendre. Notre force c'est notre nombre.

Pour rassurer Clémence j'attrapai ses mains et je la regardai droit dans les yeux. Je ne voulais pas l'inquiéter plus qu'elle ne l'était déjà mais, si il s'agissait vraiment d'une intrusion de Parkinson, elle ne viendrait pas seule....


@Clémence Lowen

Année 2046/2047 - préfète inRP3ème année RP Amoureuse officielle de Wilson Kingson. Couple de nés moldus depuis 2046 // Créatrice des meilleures RP libre depuis la nuit des temps, sisi.
25 juil. 2020, 23:12
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Interrogation et peur. Une soirée qui avait pourtant commencée comme une autre. Banale et sans éclat.

Et puis, le temps s'était suspendu, dilaté, des craintes et murmures avaient envahis la grande salle. Grondés et enflés, ils s'étaient propagés, avaient tout engloutis. Des questionnements. Et puis de l'inquiétude. De l'angoisse. La gorge qui se noue. La peur qui vibre dans la moindre parcelle du corps. La peur qui résonne dans la tête. Fort. Très fort. Trop fort.

C'était les examens qui obsédaient Lilly en début de soirée. Et pourtant, en cet instant, elle n'y pensait plus du tout. Oubliés, envolés. La réalité est autre. Mais que se passe t-il ? Les pensées se bousculent dans sa tête et pourtant celle ci semble vide. Elle n'arrive pas à réfléchir.

Et puis, au milieu de tout ça, un Patronus s'échappe rapidement et discrètement en direction du plafond. Un Loup. Si beau et si terrifiant à la fois. Une once de lumière et de douceur dans le chaos que semble être à ce moment précis la Grand Salle.

Les professeurs ne sont plus là. Sortis en vitesse de la Grande Salle, ils n'y sont pas rerentré. Les élèves semblent perdus. Complètement perdus.

Le temps semble s'être arrêté, allongé, ralenti et accéléré en même temps. Tout est flou. Ce qui se passe, elle ne le sait pas. Et ce flou s'intensifie à mesure que les minutes passent. Ne pas savoir, quelle torture. Sage et disciplinée, elle attends, patiente. Comme tous. Des regards inquiets. Des interrogations.

Monsieur Mason. L’arrivée de l'infirmier ne fait qu'empirer l'inquiétude déjà grande de la jeune fille. Cela doit être grave. Il n'y a plus que lui comme adulte. Les battements de son cœur s'intensifient. C'est de plus en plus difficile de rester assise sans rien faire, de ne pas savoir.

Pendant qu'elle s'interroge, elle aperçoit une fille en face d'elle envoyer un origami enchanté, une petite cigogne. Discret et léger. Beau et Calme. Celui ci semble s'envoler vers la table des Serpentards. Le coeur de l'action. Peut être demande -t- elle des infos ? Lilly à besoin de savoir. Que se passe -t-il ?

L'angoisse qui monte. Lilly à envie de se lever, de rejoindre la porte d'entrée, voir si elle peut aider. Plutôt que de rester assise, inutile. Elle déteste ça. Patienter sans savoir. Mais ce qu'elle sait, c'est qu'elle doit obéir, sûrement pour sa propre sécurité d'ailleurs. Une petite boule d'angoisse se forme dans son ventre, sert et tord. Ses idées aussi s'embrouillent. Elle se tourne alors vers la jeune Poufsouffle assise à ses côté. Elle ne la connaît que de vue, mais sans savoir pourquoi elle s'adresse à elle. Un soutien, une présence.

- " Tu as pu voir ce qu'il se passe toi ? Peut être ont ils besoin d'aide? Besoin d'aide pour quoi Lilly n'en a aucune idée, mais elle ne veut pas rester assise à attendre, sans savoir. Elle à conscience qu'on leur a ordonné de ne pas bouger, mais il ne reste plus qu'eux. Et des élèves s'attroupent déjà à l'entrée. De l'aide. Donner ou recevoir il faut de l'aide. Et cette aide semble se trouver en la personne de l'infirmier. Ça m'angoisse de ne pas savoir. Tu penses qu'il faudrait qu'on aille voir si on peut aider ? ". Elle se rend compte que ses paroles vont sembler décousues mais en regardant autour d'elle, tous les élèves semblent aussi perdu qu'elle. Ils ne savent pas si ils doivent obéir et patienter, ou aller voir ce qu'il se passe.

Puis son regard se dirige vers la jeune fille à l'origami.
- "Pourquoi as tu envoyés cette petite cigogne ?". Les paroles sont sorties sans filtre, un peu comme une interrogation à haute voix. Elle espère ne pas avoir brusquée la Poufsouffle. Tant pis, au moins elle saura si elle peut espérer comprendre quelque chose de ce qui était en train de se passer autour d'elle.


@Lily-Rose Holland @Lumah Greenleaf

#PouffyFamily
5ième année RP - #408080 - Fiche - PR
Rattrapage RP en cours, n'hésitez pas à me relancer !
25 juil. 2020, 23:24
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
<-

Alors que l'esprit de Lahya s'évade pour mieux oublier ce qui se passe, la jeune fille revient brusquement à la réalité lorsqu'une fille semble lui adresser la parole. C'est... Élina, oui Élina. Par la barbe de Merlin, qu'elle a du mal à retenir le prénom de cette fille, s'en est consternant ! Sa voisine lui demande si elle sait ce qu'il se passe, si l'on va se faire attaquer.
À ces mots, le cerveau de la petite sorcière semble s'arrêter l'espace de quelques secondes. Attaquer ? Elle n'avait même pas envisagé cette possibilité, mais maintenant qu'elle y pense cette hypothèse est très probable. Lahya sent les barrières l'empêchant de céder totalement à la panique sauter une à une. Vite ! Elle a besoin d'air, besoin de quelqu'un lui disant que tout vas bien se passer. Elle se moque de savoir si c'est vrai, elle veut juste entendre que tout est en ordre, qu'elle ne risque rien.
Déglutissant pour contenir la nausée qui monte à cause de toute cette horreur, la fillette balbutie :

-Je... je ne sais pas !

Lahya se tort les mains, signe de nervosité.

-J'ai peur, je n'ai pas envie qu'on nous attaque...

L'idée qu'on puisse s'attaquer à Poudlard fait frémir la jeune fille. Jusqu'à maintenant, cette école avait toujours été la forteresse, l'imprenable. Il était impensable que l'on puisse s'attaquer à Poudlard, elle était en sûreté dans cette école ! Mais à présent, le doute était distillé goutte à goutte dans son esprit, l’empoisonnant. Si même Poudlard n'était plus sûr, qu'est-ce qui la protègerait désormais ?

@Élina Clarke , ton post était très bien !
Dernière modification par Lahya Eaton le 26 juil. 2020, 13:20, modifié 1 fois.

Maison Victorieuse au Triomphe Majestueux, Jamais Serdaigle Unie Ne Perdra
#408040 — 3ème année RP — heart on fire
26 juil. 2020, 12:16
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Tour 2


◈ ◈ ◈

Plusieurs personnes avaient remarqué l’entrée de l’infirmier dans la Grande Salle. Certains s’étaient légèrement décalés pour le laisser passer tandis que d’autres, trop concentrés à essayer de voir ce qu’il se passait à la table des Serpentard, n’avaient pas vu le trentenaire. Ce-dernier venait de poser une question et il lui sembla que les élèves positionnés autour de la femme blessée hésitaient à prendre la parole, mais c’est alors qu’il vit une petite fille relever la tête pour répondre à sa question. Sa jeunesse et sa voix aigüe contrastaient énormément avec la dureté de la scène qui se déroulait dans la Grande Salle. Grâce à elle, Rafael apprit que la directrice avait vu ce qui se passait avant de partir. Il avait pris de l’angélique mais n’avait pas pensé au millepertuis.

Très vite une de ses camarades apporte quelques précisions à la réponse de la première. Celle qui parlait semblait, elle aussi, très jeune et Rafael les gratifia d’un regard encourageant pour leur intervention. Grâce à elle, il comprenait ainsi que cette femme était apparue dans la Grande Salle en compagnie d’un tigre blanc en très mauvais état. La direction de Poudlard s’en était approchée et avait décidé de partir. Ce qu’il ne comprenait pas, c’était la raison. A en voir les blessés, il imagina alors qu’une attaque était survenue ailleurs et que les professeurs s’y étaient rendus grâce à ce fameux portail magique. L’idée d’être le seul, ou peut-être un des seuls adultes, avec tous les élèves et les deux blessés n’était pas très rassurante mais il garda la tête froide et ne laissa rien paraître pour ne pas inquiéter les élèves.

Un élève plus âgé intervint alors dans la conversation, corrigeant rapidement sa cadette et ajoutant qu’il avait du dictame dans son dortoir. Il proposa à l’infirmier d’aller le chercher et ce-dernier se demanda ce qui était le plus sur, sans y trouver de réponse. Mais avant qu’il ne puisse y répondre, une quatrième personne s’approcha de Rafael et précisa que la jeune femme était arrivée consciente et que son état s’était aggravé quelques secondes après avoir parlé. Une chose était sur, le temps pressait et il fallait agir au plus vite pour tenter de sauver la femme. Il remercia d’un regard les élèves qui lui avaient répondu et parla à son tour:

« — Très bien ! Merci pour toutes ces informations. Comme l’a conseillé Miss Loewy, il nous faudra quelques plantes pour soulager cette femme. Pour l’angélique j’en ai ramené mais je n’ai pas pensé au millepertuis, j’ai aussi ramené de l’essence de dictame. Rafael jeta de nouveau un regard vers la blessée et comprit qu’il ne pouvait pas agir seul, il avait besoin d’aide. Il ajouta rapidement: Très bien, il me faut deux ou trois personnes pour aller chercher des ingrédients dans mon bureau, accompagné d’au moins un cinquième année. Il me faut du millepertuis, de la camomille et regardez s’il me reste du tilleul. »

Rafael grimaça sur cette dernière demande, il n’utiliserait cette plante qu’en dernier recours mais ils était important de l’avoir près de lui. Après avoir donné toutes ces infos, Rafael remarqua seulement les visages des élèves un petit peu plus loins. Certains pleuraient, d’autres étaient agités et il voyait la peur recouvrir le visage de nombreux élèves. C’était un spectacle beaucoup trop dur à vivre pour la majorité des élèves. Il ne devait pas perdre de temps pour la femme blessée mais il devait aussi aider les élèves. Il éleva un peu plus la voix et ajouta:

Je comprends que cette situation est très difficile pour certains. Est-il possible que les personnes qui s’en sentent capables prennent en charge les plus touchés au fond de la Grande Salle. Éloignés vous un peu de la scène mais rester dans la pièce pour que je puisse avoir un œil sur vous.

Rafael ne prit pas le temps de regarder si les élèves mettaient en œuvre ses conseils et reporta directement son attention sur la blessée. Il s’agenouilla à ses côtés, prit son pouls à l’aide de deux doigts et comprit que la situation était extrêmement grave, son pouls était faible et filant, elle avait perdu beaucoup de sang, il s’en voulait de ne pas avoir de potion de régénaration dans son bureau. Il hésita quelques secondes à lancer un sortilège de réanimation mais cela n’aiderait pas la femme au sol, la douleur serait tel qu’elle perdrait connaissance dans la foulée. La première chose à faire était de retirer les flèches et diminuer le saignement, d’où l’intérêt d’avoir l’angélique et le millepertuis. Il entendit une jeune fille prévenir qu’elle était là pour aider il lui répondit aussitôt:

Je vais avoir besoin d’aide pour retirer ces flèches grâce à des pinces et il nous faudra des mortiers. Il y en a dans la salle de cours de potions mais un Accio devrait suffire.

Il reporta son attention sur le corps de la femme et s’empara d’une des pinces posées près d’un Serpentard. Un élève assez âgé avait déjà commencé à s’attaquer aux flèches mais il en restait encore plusieurs à enlever. Au moment où Rafael approcha sa pince d’une des flèches, celles ci s’enfoncèrent d’un seul mouvement provoquant un spasme de la part de la blessée. L’infirmier comprit que c’était pire que ce qu’il avait imaginé, les flèches étaient ensorcelées, il ne savait pas par quel sortilège mais il devait les enlever avant qu’elles entrent entièrement dans le corps de la pauvre femme. Il releva la tête et dit:

On ne sera pas trop de trois pour enlever ces flèche. Il baissa la voix et pour la première fois depuis qu’il était arrivé dans cette pièce, il s’adressa à la blessée: Si vous m’entendez Madame, sachez que je suis l’infirmier du château et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aider. »

◈ ◈ ◈

Si aucun élève, au moins en cinquième année, ne veut / peut aller dans mon bureau, vous pouvez évoquer un PNJ plus âgé sans citer forcément de nom. Privilégiez néanmoins un PJ.
Je m’excuse de ne pas parler de toute les personnes qui participent au Rp mais vous êtes trop nombreux pour être cités.

Prochaine réponse Jeudi 30 Juillet.
Dernière modification par Rafael Mason le 3 août 2020, 10:40, modifié 1 fois.

BBcode : #005D76
Élu Bon samaritain et Canon 2020
Infirmier de Poudlard en 2045 — Professeur de Vol depuis 2046
26 juil. 2020, 12:48
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Jill te souri. Cette fois ci, c’est elle qui ne dit rien. Mais son sourire est une réponse. Jill t’emboite Le pas, tu marche à grandes enjambées vers l’infirmier, qui commence à parler.Il veut des gens pour partir chercher de la camomille dans son bureau. Tu y sera. Tu vas aller chercher dans son bureau des plantes. C’est dans tes cordes. S’éloigner de cette salle, tel est ton but.
Tu t’approche de l’infirmier, mais il est à côté de l’Horrueur. Tu tient la tête très haute pour ne pas la voir. Te rapprocher est déjà un supplice, la regarder de plus près est inimaginable.
Alors tu te propose
-Je peux aller chercher les plantes dans votre bureau. Je ne suis pas mauvaise en botanique. Laissez moi aider !

Ta dernière phrase sonne comme une supplication. Tu espère que l’infirmier va te le permettre. Il va peut être te dire non. Mais, tu prie pour qu’il ne te dise pas non. Tu veux vraiment agir. Vraiment. Alors tu attend de voir si d’autres élèves se proposent.
L’infirmier a parler à l’Horreur comme si elle était vivante, mais dans ton couleur, elle est morte. Mais tu peux toujours essayer. Et puis ton but, c’est de t’éloigner. Reprendre tes esprits. Il a demander un élève plus âgé. Ils se proposeront sûrement. Ils ont plus de sang froid que toi.

Je suis peu présente ces temps ci
26 juil. 2020, 12:53
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Voir l'infirmier prendre les choses en main sortit un peu Adulith de sa torpeur. D'autant que ce dernier était en train de donner des ordres et des missions à chacun, ils avaient donc un but, ce qui contribua à calmer son esprit. Elle apprécia d'ailleurs que Mr. Mason s'appuie sur eux pour l'aider malgré leur jeune âge, et cela lui donna envie de montrer qu'on pouvait en effet lui faire confiance.
Néanmoins, elle ne savait pas vraiment à quel ordre obéir, et elle observa ses camarades pour voir si des groupes se mettaient en place. Elle n'avait pas vraiment l'âme d'une cheffe, et ne risquait pas de diriger l'organisation. Elle secoua la tête, il fallait vraiment qu'elle arrête de réfléchir trois heures avant d'agir...
C'est alors que l'infirmier demanda des mortiers et expliqua qu'il lui fallait des pinces. Elle sourit intérieurement, ça, c'était dans ses cordes. Elle maîtrisait bien le sortilège d'attraction, et elle pourrait enfin se rendre utile grâce à ses connaissances. Étrangement, elle se sentait plus calme et plus résolue, maintenant qu'elle savait précisément ce qu'elle avait à faire, elle se leva et s'approcha de la table des serpentard prête à jeter son sort.
Elle se concentra donc pour visualiser les pinces qu'elle savait rangées en salle de potion, puis prononça la formule du sortilège d'attraction. Elle fit de même pour les mortiers, elle aurait pu faire les deux en même temps, mais préféra jouer la sécurité. Elle attendit pendant quelques secondes qui lui semblèrent être de longues minutes...
Malheureusement, rien ne se passa. Elle essaya à nouveau, mais le premier échec avait ébréché sa résolution. Finalement, elle renonça, poussa un soupire maudissant son manque d'expérience. Elle aurait dû s'entraîner plus. Elle chercha donc du regard quelqu'un d'une année supérieure qui pourrait réussir le sort. Ce n'était pas la peine de perdre du temps, il fallait parfois mettre son orgueil de côté... Elle trouverait bien une autre manière de se rendre utile... Et puis, cet élan l'avait sortie de son inaction, c'était déjà une bonne chose.
Dernière modification par Adulith Wen le 26 juil. 2020, 13:43, modifié 1 fois.

Adulithwen_Quatrième année rp_MERLIN : Atari. #900000
Le pire n'est jamais décevant.
26 juil. 2020, 13:34
Un dîner peu commun.  Ouvert à tous 
Un cinquième année. En soit j’ai un peu la flemme d’y aller. Parce que bon, toutes ces flèches noires qui se sont enfoncées dans son corps d’un coup dé qu’elle a commencé à parler, ça montre bien que ces « dents de piranha du lac je~sais~plus~quoi » veulent tuer cette femme. En plus, c’est une des personnes de la Nouvelle-Zhuangyán, l’école de magie vietnamienne. Si leur école est attaquée, et qu’elle en est revenu comme ça, alors sans doute il y a un grand carnage la bas, donc en soit, ils ne sont plus à un cadavre prêt. Et puis, elle veut vivre avec le carnage de toute une école sur la conscience elle ? Moi je pourrais sûrement, mais ces gens sont souvent si sensibles... C’est juste dommage pour leur enseignement, ce truc avec les créatures de lien c’est intéressant.

Je lance un petit regard à Wilson, plus loin sur la table, pour voir ce que lui ferait. Anthony lui se porta volontaire pour aller chercher les plantes, mais pas pour elle, il l’a voyait plus comme un entraînement pour sa futur carrière de medicomage. Et c’est d’ailleurs comme ça qu’il voit la plupart des blessés. Je me sers un verre de jus de citrouille, le bois et attend que la situation se règle, je n’ai rien à gagner à l’aider de toute façon, n’est-ce pas ? C’est pas comme si elle allait remercier chaleureusement les élèves en question en leur offrant un dragon. Mdr en fait.

6ème année RP
couleur : #1FA055
Formateur du MERLIN et fou à temps partiel.