Inscription
Connexion

26 août 2020, 22:39
Trop studieux pour être vrai
VENDREDI 16 DÉCEMBRE 2044
20H02

Feat. @Shado Arya


« Vingt-huit minutes avant le couvre-feu. Aïe. »

Je me décide à retirer mes yeux de ma montre pour me pencher sur ce maudit devoir d'Histoire de la Magie sur lequel je suis depuis déjà quinze minutes. Quinze minutes de ma vie perdues pour cette foutue matière.

Vivement l'année prochaine, que je puisse dégager cette perte de temps de mon emploi du temps : chaque fois, je peine dix fois plus de temps que les autres matières pour finaliser ces maudits devoirs et pour quoi, au final ? Un Acceptable ! Un foutu un Acceptable qui me bousille ma moyenne pourtant si belle.

Je me ressasse les souvenirs de Noël dernier et ma pile de devoirs sans fin pour m'encourager à ne pas emporter ce devoir créé par une force démoniaque avec moi, me pourrir les vacances de Noël. Hors de question qu'il gâche mes retrouvailles entre cousins, cette fois-ci.

De plus, tout est parfait : la salle est vide à l'exception de la jeune fille dans le coin là-bas et elle ne fait aucun bruit, si ce n'est quelques bruissements de feuille. L'Univers est d'accord pour que je finisse cette rédaction ce soir et que je passe le dernier week-end de cette année à Poudlard à me prélasser et non me creuser la tête jusqu'au pied pour poser le dernier coup d'encre. Il faut que j'en profite !

J'inspire grandement. J'expire longuement. À nous deux, Nicolas Flamel.

Peut-être bien qu'il se passe quelque chose avec Katherine. — Serial breaker engagé par Phoebe.
« Roi du Drama & du Suspens » - JT

10 sept. 2020, 19:35
Trop studieux pour être vrai
Posant ma plume dans un mouvement lent, je regrette pour la centième fois de ne pas avoir de musique.

Le rock du siècle dernier accompagnait habituellement mon travail et mes dessins. La musique dans mes oreilles excluant tout bruit parasite et me permettant de mieux me concentrer.

Mon regard se perd dans le vide. Les vacances approchent. Ma famille approche. La joie de les revoir est altérée par la colère que je ressens toujours.

Retournant à mon devoir de métamorphose, je reprend ma plume seulement pour la reposer une nouvelle fois. Je n’ai pas encore écris grand chose et seul quelques idées banales décorent mon brouillon.

Mon expiration se fait bruyante. Je relève la tête, soudainement consciente que je partage peut-être cet espace avec quelqu’un.

Un garçon se trouve plutôt loin de moi. Le reste de la salle est vide. Il semble plutôt concentré et n’apparaît pas dérangé par ma concentration oscillante.

Une idée me vient en le voyant. Il a l’air plus vieux. Et studieux, si il fait ses devoirs le dernier jour. Je me lève, tentant d’être silencieuse.

Je garde la tête baissée alors que je rassemble mes affaires pour venir à sa rencontre. Avec un peu de chance, il est doué en métamorphose.

Je choisis de l’aborder poliment, comme je l’ai fait quelques mois plus tôt avec ce garçon en salle commune.

-Salut... Euh... Désolé de te déranger. Je voulais te demander si tu pouvais m’aider avec mon devoir. Je veux pas te déranger bien sûr...

Le tout est sorti d’un trait et je reprend discrètement ma respiration en attendant sa réponse.

Can I paint it on your cheeks ? Red, with my fists.
Yelled my reflection back. The world is turning black.

16 sept. 2020, 10:36
Trop studieux pour être vrai
Alors... Nicolas Flamel, il va écrire ça. Et on va dire qu'il va aussi faire ça, tiens. Il est terriblement ennuyeux, c'en est dépitant. J'ai envie de me tirer un Avada Kedavra dans le crâne. N'importe quoi serait mieux que cette maudite Histoire de la Mag-...

SCHIIIIIK.

« Bordel. »

Elle m'a fait flipper. Genre vraiment.

Je crois que l'énorme rature qui barre mon début de rédaction est plutôt représentative du niveau de peur que j'ai réussi à atteindre mais je trouve tout de même nécessaire de le préciser.

Je ne sais comment réagir, à vrai dire.

Lui hurler dessus pour avoir gâché mon travail dans cette matière que je hais de toute mon âme ? L'embrasser pour m'avoir libéré de ce fardeau durant une courte durée ? Mon cœur balance.

Je finis par soupirer longuement. Je pose ma plume allongée sur le rebord de la table. Mes yeux dérivent vers mon encrier en même temps que ma pensée sombre du côté obscur.

« 'Chier. »

D'un geste qui n'a rien de maladroit, je fais "malencontreusement" tomber mon encrier sur mon parchemin qui commence petit à petit à se faire envahir par une tâche d'encre noir, rendant son contenu illisible.

Voilà. J'ai fait mon devoir pendant les vacances et mon chat a renversé mon encrier qui se trouvait à proximité sur celui-ci. Je n'ai donc pas pu vous redemander un sujet, n'étant pas à Poudlard mais je l'ai fait. Je suis un bon élève.

« Liberté ! »

Je finis donc par me tourner vers mon interlocutrice en n'omettant pas un chaleureux sourire dans le but de la mettre un minimum en confiance :

Je suis tout à toi.

Peut-être bien qu'il se passe quelque chose avec Katherine. — Serial breaker engagé par Phoebe.
« Roi du Drama & du Suspens » - JT

20 sept. 2020, 00:29
Trop studieux pour être vrai
Oups

C’est le mot qui résonne dans mon esprit, mais mes lèvres le gardent enfermé. J’aurais peut-être dû faire plus de bruit en l’approchant finalement.

Tant pis, c’est fait. Je regrette, un peu, beaucoup, peut-être. Il ne semble pas furieux. C’est une bonne chose, je suppose.

J’affiche un air contrit quand il soupire. J’aurais du faire autrement mais je ne veux pas m’en vouloir. Tant pis, je n’ai tué personne.

Sans trop le penser, je murmure une excuse doucement. Je ne suis pas sure qu’il m’ai entendu, mais je m’en fiche.

- Pardon.

La rayure qui défigure son devoir comme une cicatrice, attire mon regard. Je relève des yeux surpris vers lui quand son encrier se renverse, ajoutant au désordre ambiant.

Si la rature est une cicatrice, la tache noire est une brûlure grave, qui recouvre tout. Incapable de déterminer si il l’a fait exprès, je le questionne des yeux.

Il affiche un sourire en reportant son attention sur moi, comme si son devoir ne s’était pas noyé dans l’encre.

Il peut sans doute lire l’incompréhension dans mes pupilles mais je choisis de ne rien dire.

Le devoir de métamorphose à peine commencé est un rappel dans mes doigts. Je prends son sourire comme une invitation à m’asseoir à proximité et je pose mes affaires.

Avant de tenter d’expliquer mes problèmes à l’autre élève, je jette un coup d’œil à mon devoir, comme pour m’assurer que je ne peux pas le faire seule. Un soupire m’échappe.

- C’est de la métamorphose. Je comprend vraiment rien à cette matière c’est dingue.

Je crois que je n’ai compris aucun cours de métamorphose depuis le début. Mais je n’ai pas le choix, pas encore.

Alors je suis là, à faire des devoirs la veille des vacances, pour pouvoir prouver à ma famille que je suis forte. Que je travaille, que ça va aller.

Can I paint it on your cheeks ? Red, with my fists.
Yelled my reflection back. The world is turning black.

27 sept. 2020, 13:21
Trop studieux pour être vrai
Mon sourire chaleureux se transforme bien vite en sourire amusé : elle n'a pas dû comprendre ma réaction. Enfin, c'est compréhensible. On ne voit pas tous les jours quelqu'un ruiner son propre travail acharné à la suite d'une gaffe qu'on a commise. Enfin, "acharné"... Tout est relatif.

Elle finit par se poser à mes côtés, elle et son devoir. Elle et sa chevelure soyeuse. Elle et ses traits doux. Elle et ses yeux sombres... Teintés de bleu. Woaw, je veux ses yeux. Un petit reflet et, paf, on voit la galaxie dedans et on s'y noie à tout jamais. Beaucoup trop stylé. Surtout dans une pièce à la lumière tamisée, grr.

Ah mince. C'est vrai : le devoir.

De la métamorphose ? Ah ouais, je vois le niveau. Pas la matière la plus évidente sans être la matière la plus insupportable pour autant. Je doute que l'Histoire de la Magie ne soit détrônée de mon vivant.

En pratique, on ne peut pas dire que ce soit la matière la plus simple. La clé est dans la visualisation, si tu veux un petit conseil.

... Et aussi un peu dans la puissance innée du sorcier. Un peu beaucoup. Genre, si elle est née-moldue, elle va bien galérer étant donné son patrimoine génétique. M'enfin, les devoirs ne sont pas de la pratique mais de la théorie !

Où tu galères ?

J'accompagne ma question d'une lecture en diagonale du devoir en question. Ça ne doit pas être si compliqué.

Peut-être bien qu'il se passe quelque chose avec Katherine. — Serial breaker engagé par Phoebe.
« Roi du Drama & du Suspens » - JT

16 oct. 2020, 19:38
Trop studieux pour être vrai
Je sais que c'est ridicule, ce besoin de prouver ma valeur. Mais savoir et agir, savoir et comprendre, tant de différences.

Je suppose que je peux rejeter la faute sur le parfait Jayden. Souriant, intelligent, obéissant, parfait enfant. Et moi, Shado, je suis son ombre. Discrète, artistique, magique.

L'ombre qui fait des devoirs la veille des vacances. L'ombre qui ne peut que rejeter son soleil quand il est loin. Je crois que Jayden est trop appréciable, même pour moi.

Je relève la tête, posant les yeux sur cet élève, espérant une bref instant qu'il ne m'a pas vue me perde dans mes pensées. Et puis, même si il l'a remarqué, qu'est-ce que j'en ai à faire ? Rien. Ce n'est pas la première fois que je me perd dans ma tête.

Je garde les yeux sur son visage lorsqu'il prend la parole et j'acquiesce doucement, un sourire graciant mes lèvres.

- La pratique ça va. Enfin, je veux dire, j'suis pas la meilleure ou quoi mais je m'en sors. En sortilèges aussi d'ailleurs.

Je ne peux pas m'empêcher cette blague qui m'arrache presque un rire. Alors que mes dents se dévoilent, mes mains, agitées par mes paroles, redescendes se poser sur la table.

Si il n'a pas la blague, tant pis. Je ne compte pas l'expliquer de toute façon. C'est toujours moins drôle quand il fait la répéter. Et si personne ne la comprend, alors elle est nulle. C'était une des règles, à la maison.

Le sourire reste en place alors que je pense avec nostalgie à ces blagues de mauvais goût qui rythmaient nos vies. C'est peut-être l'arrivée des vacances qui les fait ressurgir.

Mon attention revient sur ce fichu devoir. La pratique ne me pose pas vraiment de soucis, mais la théorie est une toute autre chose. Peut-être que c'est dû à mon éducation si peu magique, mais je ne comprend pas.

Je sais que mes mains vont s'agiter, comme à chaque fois que j'essaie d'expliquer quelque chose qui est mien. Mon regard va sûrement aussi s'allumer de cette passion que Jay a toujours dit admirer mais je n'y prête que peu d'importance. Le dessin et le tatouage sont des sujets qui font ressortir des choses en moi, mais l'explication profonde de quelque chose est également source de grands discours.

- A peu près partout ? J'ai l'impression de rien piger à la théorie. J'veux dire, pourquoi on a besoin de 3 sorts pour faire une aiguille ? J'en sais rien moi ! Pourquoi personne à pensé à faire un sort 3 en un ? Et pourquoi on étudie ça au fait ?

Je boude presque à la fin de ma tirade et, pour alléger la conversation lance une dernière phrase.

- Leurs noms sont nuls en plus.

Cette fois-ci, j'ai vraiment l'impression de bouder, et ce n'est pas vraiment l'impression que je veux donner aux autres. Tant pis, c'est fait. J'avais besoin de m'exprimer sur le sujet et mieux vaut le faire ici alors qu'il n'y a que ce garçon aux cheveux aussi noirs que ses yeux.

Désolé pour ce retard :ermm:

Can I paint it on your cheeks ? Red, with my fists.
Yelled my reflection back. The world is turning black.

31 déc. 2020, 20:49
Trop studieux pour être vrai
La pratique va bien de son côté. Pas de née-moldue en vue, c'est déjà ça.

Cependant, je reste confus face à son esquisse de rire.

J'ai dit quelque chose de drôle ? J'ai fait quelque chose de drôle ? Elle a dit quelque chose de drôle ? Elle a fait quelque chose de drôle ? Qu'est-ce qui est drôle, pardi ?!

Oh.

Je viens de comprendre.

Non, ça ne peut pas être ça. C'est bien trop nul.

Dire "sors" et enchaîner sur "sortilèges"... C'est bien trop nul. Je refuse de croire qu'elle s'est esclaffée pour ça. C'est hors de question. Ça gâche totalement mon admiration pour elle et ses yeux trop stylés.

Elle ne s'attarde pas plus et enchaîne sur une critique d'un cours qui m'a bien traumatisé : celui qui changeait l'allumette en aiguille. Ça m'arrache la langue de ma pensée de penser cela mais je pense comme elle et ses mouvements extravagants : ce cours était empli de stupidité. Je ne comprends moi-même pas encore aujourd'hui, un an après, pourquoi ne jamais avoir rassemblé les sorts entre eux et encore moins pourquoi vouloir transformer une allumette en aiguille. Surtout quand se saisir d'une allumette prend dix fois moins de temps qu'effectuer ces trois sorts à la suite, méditation intense dans le but de se souvenir de ces trois-là incluse. Mais bon.

Pour torturer d'innocents sorciers en quête noble de savoir.

C'est l'explication la plus plausible qui me vient en tête.

Leurs noms sont nuls en plus.

Je ne peux retenir un pouffement. Surtout quand elle se munit par la suite d'un air bien boudeur. Si on devait dérouler la liste de tous les sorts aux noms nuls...

Rien ne sera jamais aussi nul "Pantouflin", crois-moi.

À croire que la métamorphose est la matière destinée à ne jamais être utile en plus d'accueillir tous les noms les plus nuls de sorts...

M'enfin !

C'est bien beau de rire mais il faudrait que je l'aide un minimum.

Ça n'arrivera jamais mais ils sont décomposés dans le cas où tu aurais besoin de rendre la pointe de quelque chose plus aiguisée, de faire un trou dans une extrémité ou... De transformer quelque chose en aiguille. Ouais, Approxima Aiguitruc ne sert définitivement à rien en dehors de transformer en aiguille.

Son créateur aurait pu l'optimiser pour qu'il fasse toutes les métamorphoses d'un coup, quand même... M'enfin bon.

Si je peux te donner un conseil dans la rédaction : il faut que toujours que tu aies l'air passionnée, toujours, aussi chiant soit le sujet. Les prof's en viennent à croire qu'ils sont bons et ils sont flattés indirectement par cette démonstration. Ça les met de bonne humeur et le O est dans la poche.

C'est de l'aide, aussi, d'un certain point de vue.

Mes yeux glissent lentement vers la première question du devoir. Voyons comment je peux tourner ça en passionné...

Je peux peut-être tenter un truc pour te mettre dedans.

Peut-être bien qu'il se passe quelque chose avec Katherine. — Serial breaker engagé par Phoebe.
« Roi du Drama & du Suspens » - JT

9 janv. 2021, 15:43
Trop studieux pour être vrai
Pantouflin ? Je crois que mon visage doit refléter mon avis sur ce nom, mon visage se tordant en une moue mi- amusée mi- dégoutée. Les mots s'échappent de ma bouche, un rire fleurissant sur mes lèvres.

- Tu te payes ma tête ? Pantouflin… C'est quoi ? Un pangolin qui se transforme en pantoufle ?

Mon éclat de joie se calme, se transformant en un sourire désabusé qui accompagne un mouvement négatif de la tête. Mes coudes posés sur la table, mes mains posés sur mes joues, j'écoute ce qu'il dit. Après tout, c'est moi qui ai demandé de l'aide.

Et, alors qu'une idée traverse mon esprit, je l'exprime sans y réfléchir à deux fois.

- Du coup, ça veut dire que je peux… aiguiser un couteau ? Ou, par exemple, faire des trous dans des gens ? C'est dangereux, ça.

Et moi qui pensais qu'ils nous apprenaient des sorts inutiles en première année. En fait, ils nous mettent tous en danger dès le début de l'année. Trop cool. Il suffit qu'un enfant de 11 ans soit un peu trop influençable et il pourrait tuer avec deux mots. Des gamins, armes de destruction massive.

Mon expression pensive redevient attentive. Attention qui se mut en amusement au fur et à mesure de ces mots. Un sourire étire mes lèvres et mes yeux pétillent sûrement.

- C'était pas le type d'aide que je voulais de base, mais je prend, je prend.

Mes yeux passent du devoir à son visage, que j'observe quelques secondes avant d'afficher un grand sourire à sa phrase. Je ne sais pas à quoi m'attendre, mais il y a des chances que ce soit marrant en tout cas.

- Vas-y j't'écoute.

Can I paint it on your cheeks ? Red, with my fists.
Yelled my reflection back. The world is turning black.

15 janv. 2022, 15:52
Trop studieux pour être vrai
Un rire s'échappe bien malgré moi lorsqu'elle fait mention de l'effet que pourrait avoir le sort. Décidément...

Mon sourire amusé se tord en un sourire mystérieux avant que je ne lui réponde :

Tu verras bien...

Après tout, nous, on a dû transformer des lapins. Mais qui sait ? Peut-être que Mr Lynch choisira des pangolins, l'année prochaine. Après tout, cette métamorphose peut s'appliquer sur n'importe quel animal. Enfin je crois.

Or, lorsqu'elle m'interrompt une seconde fois, ce n'est pas un rire mais un froncement de sourcils que je délivre.

... Oui, en soi, si tu veux tuer quelqu'un en prétendant que tu essayes de transformer une allumette en aiguille, c'est tout à fait possible. Mais ne dis pas que c'est moi qui t'ai donnée l'idée de camoufler un meurtre en accident de métamorphose.

Du moment que je ne suis pas assimilé à l'affaire, ça me va. Surtout qu'elle a l'air de haïr les personnes qu'il faut haïr. Quelle que soit la personne visée lors de son meurtre, elle ne nous manquera pas.

...

J'ai donc tout intérêt à redoubler de sympathie envers elle.

Suite à son autorisation, je m'empare finalement du devoir en m'éclaircissant la gorge et... Fichtre. Il commence vraiment par la pire question.

« Pourquoi devons-nous passer par ces trois sorts ? » Eh bien... C'est une bonne question...

L'éloge. L'éloge de la métamorphose. Il faut que je joue sur ça.

En fait, la métamorphose, c'est un art. Un art profond que seuls les plus grands peuvent dompter ! Comme vous, professeur. Et, comme tout art, il est nécessaire de l'admirer du plus profond de notre personne et de savourer chacun des instants où il touche notre cœur. De chérir chaque moment passé avec ce grandiose art. Et comment, je vous le demande, comment pourrions-nous prendre le temps de ressentir et savourer cet art s'il était tout bonnement expédié avec un seul sort réunissant toutes les métamorphoses d'un coup ? Comment ?! Je vous le demande ! Nous ne pourrions pas, en effet. Si un unique sort venait à englober toute la métamorphose, nous n'aurions pas le temps de d'admirer et de ressentir, au plus profond de notre âme, toute la puiiissance de la métamorphose à chaque étape. Nous ne serions que coquilles vides qui ne pourraient voir leurs vides comblés que par l'art. Ce même art qu'est la métamorphose. Et c'est pourquoi il est primordial que nous passions par ces trois sorts.

Je toussote légèrement après ma prestation digne des plus grands fayots de toute l'histoire des fayots. Ça lui donne au moins une petite idée des copies que je rends quand je ne comprends rien à la question...

Voilà : personne comprend rien mais ça sonne beau, ça sublime la matière et ça "répond à la question". Il faut toujours mettre un "c'est pourquoi ça répond à la question", à la fin. Ça fait genre t'as répondu alors que pas du tout et ça oblige le prof' à se casser les neurones sur ce que t'as écrit et, puisque ça sonne bien, que ça le glorifie et que ça glorifie sa matière, il se dit « Ça doit être bien, ce qu'il a écrit ! » et boum, Optimal.

Peut-être bien qu'il se passe quelque chose avec Katherine. — Serial breaker engagé par Phoebe.
« Roi du Drama & du Suspens » - JT