Inscription
Connexion
24 nov. 2021, 22:11
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 

Adossé contre le mur de la Grande Salle, Samy se perd dans la musique. Il se redresse d'un coup et entreprend d'aller attraper un verre de bièraubeurre pour se réveiller un peu après ce coup de fatigue inopiné. Il écarquille les yeux, se tapote les joues, secoue ses épaules, et le voilà reparti. La musique a beau être assez rock, il n'empêche que si l'on ne prend pas garde, on se laisse emporter par le rythme et on ferme bien vite les paupières.

Le jeune homme veut s'amuser. Il renfile donc ses chaussures, se lisse les faux cils de l'index et décide de traverser la pièce le menton haut, sans trébucher dans sa robe ou ses talons, en pestant vers la droite ou la gauche quand il croise le regard d'un élève. Durant quelques minutes, il sera aussi dédaigneux que @Sixtine Valerion, il l'a décidé ! Samiella roule des fesses, renversant @Edmund Dale d'un coup de hanche bien placé au passage - l'enseignant rassure rapidement l'élève d'un clin d'œil pour lui montrer qu'il plaisante -, et il continue ainsi sa route, hilare au fond de lui. Qui a dit qu'il fallait du monde pour s'amuser ?

Une fois son petit manège terminé, il tourne la tête vers l'endroit où semblent être réunis les professeurs, puis prend son courage à deux mains. La musique se calme, se fait plus douce, c'est le moment où jamais. Il fait fi du potentiel regard des enfants trop curieux et avance vers la sous-directrice.

« Elina, on danse ? »

Les yeux pleins d'espoir, Samy a un joli sourire sur le visage. Au fond de lui, il tremble, paniqué. Il ne sait pas danser, il n'aura jamais été aussi proche de la sorcière, et il ne sait pas si ses envies et ressentis sont partagés. Il invite la jeune femme à le suivre, lui tient la main quand elle descend les marches de l'estrade, et tente de la guider un peu plus loin, à l'entrée de la salle, là où il n'y a pas trop d'élèves (eux sont coagulés autour des musiciens) et encore moins de regards inquisiteurs de leurs collègues.
@Elina Montmort :cute: :cute: :cute:
Si Elina accepte la danse, n'hésite pas à décrire leurs premiers pas etc. !

#75803D
Hey, I just met you, and this is crazy, but here is my Niffleur, so call me Samy
24 nov. 2021, 22:37
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
Y.C. -K.F. -W.K. - A.N. - K.F. - Y.C. - K.F. - A.F. - K.F. - A.N. - Y.C. - S.V. - A.F. - A.N. - S.V. - Y.C. - A.N.


- Je vous remercie, mon cher ami. Dit-elle, sur le même ton, puis lui fit son plus grand sourire.

Elle espérait qu’Aliosus s’amuse. S’amusait-il ? Cela tenait à coeur à la troisième année de faire passer un bon moment au garçon. Il fallait qu’il s’amuse. L’amusement était primordial. Surtout à Halloween. Aussi, elle prit soin de ne pas trop rougir lorsqu’ils se retrouvèrent aussi proches l’un de l’autre. Habituellement, cela ne la gênait pas tant que ça. Les contacts avec les autres, elle aimait plutôt bien. Les câlins, les bisous…

C’était loupé. Elle rougit de la tête aux pieds. Elle se rappela avoir demandé à Aliosus de l’embrasser quelques mois auparavant. Comme c’était embarrassant. Maintenant qu’ils étaient obligés d’être aussi proches le temps d’une danse, Yesenia n’avait plus qu’une seule envie : se cacher dans son pot, se recouvrir de terreau et attendre la fin de l’hiver. Elle prit soin d’éviter le moindre contact visuel avec son interlocuteur. Ses joues étaient brûlantes et son regard ne trompait pas. S’en rappelait-il ? Il devait certainement la prendre pour une idiote, désormais. Pire encore, depuis, elle n’avait toujours pas approfondit ses recherches pour trouver un autre mannequin d’entrainement à bisous.

- Alors… euh… Tu t’amuses ? Dit-elle timidement, toujours sans le regarder droit dans les yeux.

Bizarrement, ses tentacules ne la gênaient aucunement pour danser, et elle chercha la table des professeurs des yeux, pour leur faire un autre coucou de la main. Mrs. Valerion et Mr. Lorenti discutaient poliment, jusqu’à ce que la professeure de défense contre les forces du mal se lève et jette un verre d’alcool au visage du professeur d’astronomie.

- Tu viens de voir ce que je viens de voir ?! Dit-elle, d’un coup, toute excitée par un peu de piment dans la soirée. Mrs. Valerion vient de renverser son verre sur l’autre prof’, là ! Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Ils sont fâchés ? Tu crois que c’est à cause de mes tentacules ? Mrs. Valerion a dit que j’étais une belle plante.
Yesenia danse avec @Aliosus Nerrah et est gênée de repenser à l'épisode galochage. Elle est trop contente de voir de l'animation à la table des professeurs ( Mrs. Valerion et Mr. Lorenti)
Dernière modification par Yesenia Cooper le 24 nov. 2021, 22:50, modifié 1 fois.

4ème année RP - Pile électrique et Concierge 2021
#6b4d84
24 nov. 2021, 22:49
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 

Reducio
Image


Qui vient démarrer ? Vroum vroum ! Comme les voitures moldues.

Bad ne tenait que peu compte de cette rumeur mais lorsque qu’Elowen * lui fit remarquer que cet ange pouvait s’en prendre à sa Lilly, le Serdaigle prit les choses davantage au sérieux. Si les élèves n’étaient plus en sécurité dans leur dortoir, il y avait un grand manquement au devoir des adultes et préfets de Poudlard. Le garçon récupéra nonchalamment le dentier qu’il fourra dans sa poche sans tenir compte du fait que son amie utilisait son déguisement comme une vulgaire serviette. Il fixait Lilly et commençait à s’inquiéter.

« Oui, on peut a… »

Elowen était déjà partie, telle une furie, vers la table des Poufsouffle. Le garçon prit sa suite à une allure beaucoup plus lente et profita du court trajet pour s’essuyer la bouche d’un revers de manche et se passer la main dans les cheveux. Il ne faisait généralement pas très attention à son apparence mais pour aller voir Lilly, il voulait être un minimum élégant.

Bad vit Elowen s’installer à côté de celle qui faisait vibrer son cœur. S’installer était un bien grand mot tant la Serdaigle semblait galérer à prendre place sur le banc. En la voyant si empotée dans son costume, le garçon sourit en secouant la tête de gauche à droite et commença à relativiser cette histoire d’ange démarré. Elowen avait souvent tendance à en rajouter quand elle s’exprimait et cette histoire d’esprit hantant le dortoir des Poufsouffle était sûrement exagérée.

L’adolescent décida de prendre place face aux deux jeunes filles et contourna la table aux couleurs jaune et noir. En arrivant au niveau de Lilly et Elowen, Bad resta figé sur place, bouche bée. S'il n'avait pas vidé son stock de bave pour une semaine avec son faux dentier, il était évident qu'à ce moment-là, elle coulerait le long de son menton.

« Wouah ! »

Elle était magnifique. Tout simplement magnifique. Bad avait rarement pu voir Lilly porter des robes et celle-ci lui allait à la perfection. Son maquillage sur le thème d’Halloween n’avait rien d'effrayant. Au contraire, il sublimait encore davantage les traits du doux visage de la Poufsouffle. Dans sa poitrine, le cœur de Bad battait la chamade et il y avait fort à parier que cela se lisait sur son visage. Le décolleté transparent n’aidait en rien à calmer l’émotion du Serdaigle.

« Lilly, tu es tellement belle ! »

Le garçon n’avait plus d’autres mots que ceux des yeux et du cœur. Il lui fallut encore quelques secondes pour revenir sur Terre. À rester debout à côté de la table, il allait rapidement paraître ridicule. Bad essaya de se détacher de l'effet Vélane de Lilly pour reprendre place face aux deux adolescentes. Pourtant, son regard restait attiré par la belle brune.

Pour quelques secondes, Bad aurait souhaité qu’ils ne soient que tous les deux dans la Grande Salle. Il voulait que seule Lilly puisse comprendre ce qu’il disait lorsqu'il ouvrit la bouche sans pratiquement émettre le moindre son. Des grands yeux verts pétillants soulignaient tout le désir et les sentiments qu’il avait pour la Poufsouffle et Bad pointa à plusieurs reprises de son index la fleur puis sa propre poitrine.

« C’est pour moi ça ? »

Si l’intention était volontaire, il était le plus chanceux des garçons de ce pays. Même sans cela, il nageait dans le bonheur face à ces deux personnes qui étaient les êtres les plus chers à son cœur dans ce château. Chacune d'un amour bien différent.

@Elowen Livingstone @Lilly Zarbi
Dernière modification par Bad Eaven le 14 déc. 2021, 18:18, modifié 1 fois.

6° année RP • Ex-préfet inRP (du 1/9/45 au 16/1/46)
Fiche - Ray pue ta Sion
Lydia Holmes, where are you ?!
24 nov. 2021, 23:19
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
Julie, Alyssa et Winter s’étaient installées à la table de Gryffondor. Winter éclata de rire, tout comme sa cousine, lorsque Julie leur expliqua qu’elle avait failli porter un costume de Bob l’Eponge. Winter n’avait jamais regardé le dessin animé dont était tiré ce personnage, mais elle en connaissait le physique peu avantageux… surtout s’il était adapté à un humain. La fillette se demandait ce qui était passé par la tête des parents de son amie ! Les trois filles rigolèrent pendant plusieurs secondes de la mésaventeure de Julie.

Deux élèves de Gryffondor arrivèrent ensuite. La première, aux longs cheveux roux et vêtue d’une jolie robe noire, salua vivement Julie. Elle devait s’appeler Ginny au vu de son échange avec la Gryffondor. La seconde, arrivée plus discrètement, était quant à elle déguisée en diablotin rouge, couleur qui se mariait bien avec la couleur officielle de Gryffondor. Elle et Alyssa semblaient se connaitre, mais Winter était sure de ne jamais lui avoir parlé, même s’il lui semblait l’avoir déjà vue. Elle connaissait toutefois son prénom, Evie. Les deux nouvelles arrivantes semblaient légèrement plus âgées et Winter en déduisit qu’elles étaient surement en deuxième année.

La fillette sourit devant le compliment d’Evie, et répondit, après que sa cousine l’ait présentée :

- Merci ! J’aime beaucoup ton costume aussi !

Elle entendit ensuite Julie les présenter, elle et Alyssa, à Ginny, et salua à son tour la jeune fille :

- Enchantée Ginny !

Alors que la discussion se poursuivait, Evie proposa aux filles de la rejoindre, elle et Ginny, pour faire des farces aux gens présents dans la Grande Salle. Winter vit les yeux d’Alyssa briller d’excitation, et hésita alors que la proposition sembla réjouir Julie, qui leur demanda si elles étaient partantes, question à laquelle Alyssa répondit bien sûr positivement sans attendre. Cela n’étonnait pas Winter que sa cousine, complètement casse-cou, ne perde pas une seule occasion de faire des farces. D’un côté Halloween était une très bonne occasion pour faire des blagues, mais de l’autre, la fillette se sentait légèrement intimidée par la présence des deux filles plus âgées, jusqu’alors inconnues. De plus, les professeurs étant dans la salle, elle craignait des représailles si elles se faisaient prendre.

Tout en regardant les plats apparaissant sur les tables, pour la plupart à base de citrouille, elle sentit le regard d’Alyssa. Elle devina que sa cousine sera prête à tout pour la convaincre de rejoindre leur petit groupe pour faire des blagues aux autres élèves. Ne voulant donc pas jouer à la rabat-joie, elle répondit un peu timidement :

- Oui pourquoi pas… Enfin ça dépend de la nature des blagues !

Alors que le repas se déroulait, le bal n’allait plus tarder. Winter sentait que son estomac était plein à craquer ! Elle n’avait guère discuté pendant le repas, légèrement intimidée, mais regrettait maintenant d’avoir tant mangé. Sa robe, ajustée à la taille, lui semblait maintenant inconfortable après avoir tant mangé.

Après le repas, La fillette regarda d’un air impressionné les elfes faire disparaitre tables et chaises, et aperçut même quelques élèves réticents à se lever tomber par terre. Une table qui lui sembla gigantesque fut ensuite dressée, recouvertes d’une multitude de bonbons et de boissons sucrés. L’estomac de Winter, plein à craquer quelques secondes plutôt, se mit à gargouiller en apercevant tout ces bonbons. Elle avait maintenant extrêmement envie de se jeter sur les bonbons présentés !

Toutefois, la fillette entendit les avertissements de la directrice et se demanda une nouvelle fois si les farces étaient une bonne idée. Enfin, il était maintenant trop tard vu qu’elle s’y était engagée. Winter remarqua que les elfes étaient rassemblés autour de la table, semblant surveillait les évènements se déroulant, ce qui l’inquiéta quelque peu. Mais son attention fut distraite par un groupe de cinq musiciens, introduits par la directrice comme étant des « idiots », qui commencèrent à jouer une musique dont le style étonna Winter. Elle regarda vers ses camarades, hésitant à aller se servir des bonbons.


@Alyssa Wright
@Julie Nojat
@Evie Parkson
@Ginny Ruewen
Voila ma réponse, j'espère qu'elle vous conviendra ! Je suis vraiment désolée d'avoir pris tant de temps à répondre... :'( Dites moi s'il faut que je modifie quelque chose !

« When the flowers of every color bloom and the flower petals flutter off
The festival is at its peak, it won’t end, this is the climax »
- IZ*ONE Fiesta -

Couleur #d22d45
25 nov. 2021, 10:19
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
Alexandre s'appliquait à bien suivre les conseils de Bella et observait avec attention les pieds de sa cavalière afin de pouvoir reproduire leur mouvement. Un... deux... trois... Après quelques petites maladresses, le garçon réussissait à s'adapter et commençait même à s'amuser. Finalement, cela devenait même amusant, oui. Il sourit à Bella qui lui demandait comment il se sentait.

"Merci. C'est gentil."

Autour d'eux, les danseurs évoluaient avec plus ou moins de maladresse ou de talent, mais personne ne relevait s'ils faisaient une faute ou non. Alex sentit la pression qui était montée jusqu'au crescendo diminuer un peu plus. Ce n'était qu'une soirée. Ils étaient seulement pour s'amuser et passer un bon moment. Les professeurs ne leur remettraient pas demain une note sur l'évaluation de leurs compétences de danse. Qu'il pouvait être ridicule dès fois à se prendre trop la tête avec ce que les gens risquaient de penser ou sa peur de l'échec.

A cet instant, Bella prit la parole et rappela justement par les paroles ce qu'il pensait. Alexandre sourit.

"Oui, tu as raison. Je me suis bêtement mis la pression. Comme toujours."

Sur cela, Alexandre continua à danser, beaucoup plus détendu, même serein, et cessa de regarder la reste de la salle pour se concentrer uniquement sur Bella. C'était elle sa cavalière et ce serait impoli et grossier de poser les yeux sur une autre fille, même par accident.

@Bella King Désolé du retard.. Mais j'ai du mal à trouver l'inspiration pour ma réponse Surtout pour atteindre le nombre de mots.

Troisième année de devoirs
Troisième année RP - années 47-48
Promotion 45-46
25 nov. 2021, 14:48
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
OC - ED - OC - LN - SP - ED - OC - LN - AN - ED - OC - ED - OC - ED - PE - OC - LG - JW - JT - ED - TW - BH - SP - OC - ED - BH - SP - ED - OC - ED - D - OC - SF - ED - OC - LC - ML - ED - LC - ML - D - BH - ED - LC - BH - ED - LC - ED
____________

Hmpf... J'y suis peut-être allé un peu fort, vu la tête qu'elle me fait. Il faudrait que j'adoucisse le tout en-...

Je ravale ma langue en voyant qu'elle prend la parole. Trop tard.

Ça va aller, Orphéa. Déferle toute ta frustration sur moi, je vais m'y reprendre à un autre moment. Tout ce que je te demande, c'est de ne pas te décourager en cours de route. L'espoir fait vivre donc évite de le perdre.

Je prends un air compatissant au fil de ses mots afin de lui faire comprendre que je suis de tout cœur avec elle dans cette épreuve et-...

... mais tu ne dois pas savoir ce que c'est.

Pardon ?

La mention de ma relation avec Lili a suffi à tourner ma confusion en visage dépourvu de toute émotion.

Mais. De. Quoi. Je. Me. Mêle.

Si, moi, je t'ai aidée avec Jacob, c'est parce que tu me l'as demandé. C'est parce que tu as voulu qu'on en parle. Moi, je ne t'ai jamais demandé quoi que ce soit sur quelque chose dans ma vie. Donc ne commence pas à me donner un cours sur la vie que je n'ai absolument pas demandé. Et encore plus si c'est ce point-là que tu veux aborder.

Et puis fichtre, c'est vraiment comme ça qu'elle me remercie ? En me crachant dessus ?!

Hors de question de garder un semblant d'amicalité. Mais je ne dois pas tourner mon expression au mépris pour autant : je suis sûr de la perdre ainsi. Mais je n'ai pas envie de faire ma victime pour autant. Donc voilà : pokerface. Cela me semble être un bon compromis.

Ça va. C'était juste dans le prolongement de la frustration qu'elle a sorti ça. Elle v-... Elle ne va pas du tout en se calmant, non. Elle expose délibérément le fait que je serve mes propres intérêts et... Hm. M'oui, non : elle n'a pas sorti ça sur un coup de tête. Ou, du moins, si elle a sorti ça sur un coup de tête, son coup de tête ne peut plus faire demi-tour. Pas après les mots qu'elle vient de prononcer.

Comment cela a pu dégénérer à ce point-là ? Il y a quelques secondes encore, j'étais maître de la situation et, maintenant... Maintenant, on est étrangement proches du buffet. Et on est étrangement proches tout court. Cela commence à me déranger.

Je n'aime pas ça. Déjà que je suis dérangé par le fait que mes pures et véritables intentions soient connues de moi-même lors dudit instant... Alors qu'elles soient dévoilées, comme ça, à une camarade de classe... Ça me dérange plus qu'autre chose. Habituellement, j'aime la proximité avec une personne : j'ai ainsi l'impression de rentrer dans son intimité, de dévoiler toutes ses arrière-pensées. Mais, là, ce n'est pas moi qui transperce la couverture de mon interlocutrice en pénétrant dans le même temps bien profondément dans sa propre intimité. C'est l'inverse. Et cela me dérange. Et fichtre, que je hais cette sensation.

Mais les mots de trop ne tardent pas à franchir ses propres lèvres.

Des menaces. Sérieusement ?

Cela suffit définitivement à me décider sur l'expression à aborder : le mépris. Elle n'aura rien de moi. Qu'importe le degré de ses menaces, je refuse purement et simplement de céder à ses attentes sous une quelconque contrainte. Si elle sait quelque chose, ce sera uniquement parce que je l'aurais décidé de ma propre volonté et non pas parce que j'en ai été contr-...

Aïeuh !

On m'a bousculé. Dans la plus grande des gratuités.

Par réflexe pour me rattraper, ma main droite s'est tenue au buffet tandis que ma main gauche... Tiens, intéressant.

Je profite du fait que ma main gauche se soit raccrochée à l'avant-bras de mon interlocutrice pour m'appuyer dessus bien plus que nécessaire, l'air de toujours reprendre l'équilibre. Juste histoire que sa main fasse un petit angle de quatre-vingt-dix degrés vers le bas... Voilà, c'est parfait.

Oh, désolé !

Inquiet ou hypocrite ? Je ne saurai même pas dire sur quel ton je l'ai prononcé.

Je lâche immédiatement son bras en changeant radicalement mon expression : du mépris total à l'inquiétude sincère. C'est un changement tout à fait cohérent.

Quelques gouttes ont irrémédiablement dû atteindre nos chaussures mais, globalement, tout s'est retrouvé au sol. J'ignore à quel point son verre est encore rempli mais, quoi qu'il en soit, elle doit se sentir un peu stupide avec plus qu'une demi-menace qui traîne en l'air actuellement.

Je prends le temps de jeter un regard sombre à la personne qui m'a bouscul-... Eeuh... Qui est cette personne ? Une nouvelle personne est entrée dans l'équipe éducative sans que je n'en sois tenu au courant ?

Mon cerveau tente désespérément de faire tous les liens possibles avec chaque professeur, chaque membre de l'équipe... Rien. Hm, cela devait être une septième année arrogante ou bel et bien une nouvelle membre de l'équipe. Je le saurai bien vite si on a une nouvelle arrivante, de toute manière.

Mais bref. De base, je voulais nettoyer la flaque de jus de citrouille, moi.

Je porte ma main à la poche où je glisse toujours ma baguette puis... Et non. Eh bah non, pas de baguette, oui.

Je soupire en rassemblant quelques serviettes papier pour finalement m'agen-... Attendez. Quoi ?

J'ai vraiment une grenouille accrochée au mollet ? Mais... Quoi ? Comment ? Depuis combien de temps ?

...

POURQUOI ?

Ce bal commence sincèrement à me taper sur les nerfs : à chaque fois que j'essaye d'avoir une simple conversation avec quelqu'un, il faut que quelque chose m'interrompe dans ma démarche. Sérieusement : entre Rusard qui m'a fait perdre un temps fou durant le banquet, Louna, Miss Priddy, Nerrah, Everhart, Miss Priddy le retour, Orphéa qui me fait un SCANDALE, les inconnues qui bousculent gratuitement et les grenouilles perdues... Je pense que le seul échange sans interruption auquel j'ai eu droit a duré trente secondes.

Juste me laisser discuter tranquillement plus de trente secondes avec une personne pendant cette soirée, est-ce une chose envisageable pour cette école ? Ou ma popularité est-elle destinée à me tuer ?!

Je me mords, cette fois-ci beaucoup plus lentement, la lèvre inférieure pour m'éviter de lâcher un juron, ravivant au passage la douleur de mon coin de lèvre toujours saignant... Et mes regrets vis-à-vis du tournant que ma conversation avec Orphéa aurait pu prendre.

J'aurais pu rebondir ironiquement sur le fait que j'étais maintenant aussi maquillé qu'elle avec du sang cent pourcent naturel. J'aurais pu admirer sa dévotion et sa détermination en réalisant qu'elle était une véritable Serpentard. J'aurais pu la mettre dans le coup en lui révélant qu'elle aurait sa part si elle acceptait de jouer le jeu malgré le fait que son amour pour Tramontane ne soit définitivement pas réciproque selon elle. Mais non. Elle a préféré se rabaisser à des menaces. Dépitant. Et bas, surtout. Très bas.

En fait, je suis heureux que cette grenouille se soit accrochée à mon mollet : cela me donnera une parfaite excuse pour simplement suspendre ma conversation avec elle en la laissant en plan, comme ça. Qu'elle nage dans son ignorance jusqu'à ce que sa curiosité la pousse à me supplier de la pardonner pour que je lui révèle tout. Parce que je ne céderai pas tant qu'on ne sera pas au moins sur un pied d'égalité vis-à-vis du respect qu'on se porte l'un l'autre. Nah.

Je finis par nettoyer tant bien que mal la flaque de jus de citrouille avant qu'elle ne se disperse trop. Les elfes s'occuperont bien de faire en sorte que le sol soit moins collant et des éventuels restes. Je trouve que l'effort que j'ai fait est déjà tout à fait admirable.

Je saisis donc le tas grossier de serviette pleine de jus de citrouille entre deux doigts afin que ma main en ressorte le moins en contact avec un rassemblement de jus de citrouille possible et, de l'autre main, se tient la fameuse grenouille.

Elle était sous la table. Tu penses que son propriétaire est loin ?

Je ne lui laisse pas l'occasion de me rappeler que je n'ai donné aucune réponse à son ultimatum et me détourne simplement d'elle en me glissant dans la foule, le tas de serviettes maintenant abandonné sur la table et la grenouille dans les mains. Je me fiche bien d'où je vais : mon seul objectif est de disparaître, pendant qu'elle réfléchit encore à ce qu'il vient de se passer. Elle a dû cesser d'être en alerte dès le moment où j'ai été bousculé. Si j'ai bien joué, elle devrait comprendre assez tard que je me suis tout simplement éclipsé. Et bonne chance pour mettre en place tes menaces alors que je suis déjà à vingt mètres.
Edmund se fait bousculer par @Samuel Falkner et renverse au passage une bonne partie du verre d'@Orphéa Cooper au sol.
Il prend donc le temps de nettoyer la flaque avant de se rendre compte de la présence de Diphda et de partir à la recherche de sa propriétaire : @Lydia Holmes.
Noms soulignés pour Au fil des mots.
Dernière modification par Edmund Dale le 21 févr. 2022, 23:29, modifié 2 fois.

5ème année RP
Peut-être bien qu'il se passe quelque chose avec Katherine.
« Roi du Drama & du Suspens » — JT
25 nov. 2021, 16:46
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
Après avoir appliquer à plusieurs reprises les mouvements que Bella lui avait montré il se débrouille plutôt bien et commencer même à s'amuser ce qui fait plaisir à Bella enfin il apprécié ce moment-là.

"C'est super Alex."

Bella savais qu'elle pouvait profiter pleinement de cette soirée Alex était plus dans le bal qu'à ces premier pas elle dansait tranquillement avec lui sans se soucier des autres chacun avait une façon bien différente de danser Bella tourna la tête quelques instants pour voir autour d'elle tout le monde avait l'air de bien s'amuser à ce bal d'halloween elle profita d'un instant pour saluer une copine qui se trouvait pas très loin des histoires de ne pas ignorer ses amis et que ce soir au dortoir elle lui fasses vivre un enfer.

Elle continua de s'amuser avec Alex la musique elle raisonner comme jamais plus elle dansait et plus elle commençait à avoir chaud elle regarda Alex et lui dit .

"Je vais aller boire un verre j'ai super chaud, tu veux que je te ramène un petit truc à boire où mangé."


Bella profitera de cette petite pause pour voir si son maquillage n'avait pas dégouliner partout sur son visage oui c'était Halloween mais elle ne voudrait pas faire peur non plus il était bien évident que Bella n'avait pas un pot de peinture sur le visage elle se maquiller que très rarement ou lors d'un événement familial puis avec toute cette fumée et les mouvements de Bella il se peut qu'elle et le maquillage qui coule sur son visage, où carrément qu'il ni est plus rien ,Bella prenez soin d'elle en toute circonstance est cette pause était donc parfaites pour elle, s'hydrater ne pouvait pas faire de mal au contraire cela lui ferait un bien fou.
Pour simplement continuer à s'amuser pleinement et ce serait aussi l'occasion de reposer ses pieds qui est au bout d'un certain temps commence à souffrir, et il était hors de question pour Bella de danser pieds nus comme elle avait l'habitude de le faire chez elle, dans la salle de danse de sa mère et où Bella avait parfois fait des fêtes avec ses copines pour des événements tels que des anniversaires.


"Ça va tu as pas mal aux pieds."
Pourquoi lui dit-elle cela.

En attendant que Alex réponde à sa question, elle continua de danser tranquillement et de profiter de la soirée .


@Alexandre Bellanger

La vérité est la seule chose qui m'intéresse.
Waynaël <3 <3 J'TM.
Troisième année RP 2047/2048.
25 nov. 2021, 18:05
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
J/C/J/C/J/C/J


De la cornemuse ? Vraiment ? Elle avait d'abord pensé à une blague mais vu l'air sérieux du garçon il semblerait que ça ne soit pas le cas. Elle était assez étonnée à vrai dire.

Guettant le moindre mouvement provenant de son partenaire, elle fut quand même surprise quand il se redressa d'un coup. Était-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Allait-il prendre ses jambes à son coup ? Mais son sourire lui indiquait plutôt une réaction positive.

"Je n'attendais que ça !"
A ce moment là elle crut que son cœur allait la lâcher tellement elle était heureuse. Son immense joie pouvait se lire sur le visage de la gamine dont les joues étaient teintaient de rouge, pourtant peu expressif d'habitude. Ce n'était pas le genre de musique de Cinead mais pourtant il semblait ravi de pouvoir danser avec elle et Jenna fut touchée de ce geste. Même si la cornemuse n'était absolument pas son genre, elle aurait été prête à l'accompagner elle aussi. Elle saisit presque immédiatement la main que lui tendait Cinead et sentit une sorte de petit picotement assez agréable se répandre le long de ses doigts puis dans sa main.

"Ah oui ? Et bien comme ça on est deux !"
Elle l'entraîna en trottinant vers le fond de la salle près des autres élèves pour être au plus près des musiciens et commença à se lâcher sur la musique tout en restant de le rythme tout en tenant toujours la main du garçon. La brunette secouait sa tête à droite puis à gauche et sautillait sur place.

#TheNobleHouseofCobain-Lewis
La vie c'est comme dans la boxe, en 4 mots : avance, encaisse, esquive et progresse.
ChocoG ~ Fiche réputation ~
25 nov. 2021, 18:13
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
Menu : 1/2/3/4/5/6/7/8/9/10/11/12/13/14/15/16/17/18/19/20/21/22

Edmund considéra les tasses un instant avant de décliner la proposition de Deryn d'un « Non merci, j'entame tout juste le plat principal. J'en prendrai en même temps que... »

Sa phrase se perdit dans le brouhaha ambient alors que le Poufsouffle baissait les yeux avec étonnement vers sa main droite. Là, il put voir Eugène achever d'y tracer en traits gras et rouges un smiley mécontent avec son tube de maquillage. Ahuri, il demeura une seconde interdit avant qu'un rouge vif ne lui colore les joues. Mais qu'est-ce qui lui prenait ! C'était insupportable de se débarrasser de taches de rouge à lèvres et il le savait très bien !

Avec un regard noir pour son voisin de table, sans piper mot, il attrapa une serviette, l'humidifia avec un peu d'eau d'une carafe et se mit à frotter le dessin grossièrement réalisé.

- ... que mon dessert, acheva-t-il finalement avec froideur.

Une deuxième serviette suivit, qu'il mouilla bien plus généreusement, puis une troisième. La main propre, la sensation graisseuse était cependant toujours présente, et bien qu'il sache qu'elle était purement psychologique, Edmund attrapa une quatrième serviette pour frotter encore l'emplacement où il avait été marqué. Eugène savait pertinemment à quel point il détestait cette truc sale et gras et collant et visqueux, il avait été on ne pouvait plus clair quand ils avaient parlé maquillage l'année précédente et qu'il lui avait dit qu'il ne se verrait jamais en mettre volontairement. C'était tout bonnement ignoble et répugnant.

Son dégoût se transforma en douleur quand il arrêta enfin de s'arracher la peau avec la serviette en papier et se rendit compte qu'il y était allé un peu trop fort : le dos de sa main était à vif.

Ce fut à ce moment-là qu'il réalisa qu'on lui parlait. Son regard traversa Eugène comme s'il avait été de cendres et accepta avec réticence de se poser sur l'énergumène que l'autre considérait apparemment comme une amie. La fille, recouvrant un semblant de bonnes manières, daignait enfin s'excuser et se présenter avec convenance, ce qui ne parvint cependant pas à émouvoir le garçon le moins du monde : les derniers événements et le bruit ambient qui était en train de lui monter à la tête le mettaient de mauvaise humeur.

- Edmund Long, répliqua-t-il. Troisième année aussi, Poufsouffle. Aussi ami d'Eugène.

Sans être sec, le ton était peu amical, strictement professionnel aurait commenté Mr. Long. Ni plus ni moins que ce qu'elle méritait pour ces excuses probablement à moitié convaincues.

Quoique maintenant qu'il l'observait plus précisément, elle semblait sincèrement gênée. Profondément embarrassée, même. Se mordillant la lèvre, il se demanda s'il ne l'avait pas mal jugée : il était vrai que le brouhaha et la promiscuité avaient tendance à altérer sa lucidité.

Enfin ça, c'était avant que ses yeux ne se posent sur la main de la jeune fille, posée avec une tendresse inéquivoque sur le bras de son ami. Les sourcils d'Edmund se froncèrent sans qu'il ne le remarque.

Non. Les personnes véritablement désolée de leur manque de manière sont fort rares, il était bien plus sensé qu'elle n'en ait absolument rien à faire d'avoir été aussi incivile. On lui disait souvent qu'il se prenait trop la tête et ferait mieux de se fier à son intuition, c'était une bonne occasion de mettre ce conseil en application. Elle avait présenté des excuses, il l'avait entendue et avait répondu, la boucle était bouclée. Point barre. Et puis il avait une assiette à finir de toute manière. Et Deryn, qu'il n'allait pas laisser toute seule en plan de son côté, aussi.

C'était sans compter sur la persévérance de la Bleue, qui lui arracha un soupir pincé.

- J'apprécie la musique, mais guère le raffut tonitruant de plusieurs centaines de personnes compactées dans une seule salle. Je préfère mille fois écouter un morceau de piano authentique par un amateur passionné dans une salle vide plutôt que la Symphonie du Nouveau Monde par le plus grand orchestre ayant jamais existé pour une soirée déguisée.

Puis, signifiant que la conversation était terminée, il attrapa sa fourchette et acheva son plat en silence. Il n'avait plus guère faim, mais il se refusait à se lever alors qu'Eugène et Unna étaient encore attablés — une sorte de fierté mal placée sans doute. Quelques minutes plus tard, il se tourna vers Deryn, désireux de faire passer le désagréable arrière-goût de sel qui lui collait au palais avec quelque chose de doux.

- Excuse-moi Deryn, si la proposition de chocolat tient toujours, je voudrais bien que tu m'en fasses parvenir une tasse s'il te plaît.

Malgré les tournures excessivement polies, ou peut-être à cause d'elles, sa mauvaise humeur débordait des mots, à peine contenue.

@Deryn O'Connors @Eugène Harlow @Unna Bright
Roulements de tambour pour l'entrée d'Edmund dans le groupe des dramas queens !
Dernière modification par Edmund Long le 9 déc. 2021, 23:11, modifié 3 fois.

couleur : #7f6000
Inspecteur Munmun, théoricien en chef des Bôs Debilus
Cofondateur de la PTC
Poufsouffle Vult !
25 nov. 2021, 19:10
Banquet & bal d'Halloween  31.10.46 
O.C - E.D - O.C - L.N - S.P - E.D - O.C - L.N - A.N - E.D - O.C - E.D - O.C - E.D - O.C - L.G - J.W - J.T - O.C - E.D - O.C - E.D - O.C - E.D - O.C - C.RA - O.C

À mesure qu’elle parlait, le visage d’Edmund passait par plusieurs expressions qu’Orphéa n’arrivait pas à décrypter. En tout cas, il ne semblait pas super content. Mais avant qu’il n’ait pu répondre, le garçon se fit bousculer par ... une inconnue ? La jeune fille ne s’attarda pas sur cette personne, car elle sentie du liquide se renverser sur son pied gauche. Pour éviter de trébucher, son camarade s’était rattrapé sur son bras, renversant au passage son plan. Elle recula instinctivement pour éviter de patauger dans la flaque de jus de citrouille. Son cavalier s’excusa alors, prenant un air réellement inquiet. Pourtant la brune crue déceler une lueur d’hypocrisie dans son regard. Avait-il fait exprès ? C’était évident. Edmund et elle étaient exactement les mêmes. Il venait de faire ce qu’elle avait fait quelques minutes plus tôt avec Jacob. Tourner la situation à son avantage en faisant passer cela pour une coïncidence. Ce manipulateur méritait largement de se prendre son verre en pleine figure.

Alors qu’il s’accroupissait pour éponger les dégâts, Orphéa baissa les yeux sur son verre. Vide. Même pas une goutte pour sauver son honneur. Tant pis. Le buffet, ainsi que tout un tas d’autres verres se trouvaient à portée de main. Elle se retourna pour déposer celui qui était vide et en attraper un nouveau, entendant vaguement Edmund lui parler d’un truc sous la table. Quoi ? En se retournant, la jeune fille eut tout le loisir de contempler le dos du Serpentard disparaître dans la foule. Fuyant lâchement son destin. Pff.

« Tocard ! Lâcha-t-elle suffisamment fort pour qu’il puisse l’entendre malgré le bruit. Tu me dois une paire de chaussure neuve »

Elle se fichait de sa paire de chaussure. Mais quand même. Elle n’allait pas en rester là. Elle saisit une serviette sur la table et nettoya son pied avec autant d’élégance que possible tout en réfléchissant. Comment avaient-ils pu en arriver là ? Les planètes n’étaient pas alignées ce soir. En théorie, toutes les cases étaient cochées pour qu’ils s’entendent bien. Les deux Serpentard possédaient de nombreux points. Peut-être trop. Elle se demanda si elle était aussi insupportable que pouvait l’être le garçon. Non. Évidemment que non. Tant pis. Elle finirait par savoir ce qu’il manigançait. D’ici quelques jours, il reviendrait pleurer à ses pieds pour avoir son aide. S’il avait voulu se servir d’elle, c’est probablement qu’elle avait un rôle central dans son plan stupide.

@Edmund Dale déjoue avec ruse le plan d’Orphéa et fuit tel un lâche. Orphéa se retrouve donc toute seule, n’hésitez pas a vous joindre à elle !
Dernière modification par Orphéa Cooper le 30 nov. 2021, 19:07, modifié 1 fois.

Cinquième année RP, filière Sciences
Elue Star des cachots et Romantique 2047